AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Forgiven Days } l'Arène de glace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 904
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mar 11 Oct - 12:30

Tristan s'avançait à nouveau dans les égouts, à la recherche de ses autres compagnons. Il devait retraverser la partie du tunnel presque obstruée par l'éboulement. La poussière tombait toujours en fine pellicule de terre et de gravats et il se faufila à nouveau dans le conduit, prenant garde de ne pas provoquer un nouvel effondrement. Au loin, il entendait les voix des autres mais pas seulement… Tristan se raidit en entendant ce qui ressemblait à des grognements d'animaux. Des loups, dans ces égouts ? Il s'acharna immédiatement à agrandir le passage, creusant de ses mains, soulevant les débris avec autant de précaution que possible étant donné l'urgence ! Il éleva la voix, ne sachant dans quelle direction les autres se dirigeaient, il ne les apercevait pas encore dans la pénombre.

«Hey ! Par ici, le passage est praticable ! »

Tristan s'arrangeait pour qu'il le soit, ses ongles en sang à force de creuser les déblais, des échardes tailladant sa chair. Bientôt, le tunnel fut assez grand pour qu'un homme chargé d'une blessée puisse passer sans être obligé de ramper. Ainsi fait, il couru aussi vite que possible à leur rencontre. Tristan ne savait pas dans quel état serait Laura et, lorsqu'il l'aperçu dans les bras de Callum, il fronça les sourcils en notant aussitôt sa manche vide et tachée de sang. Elle avait dû être amputée… ? Comment pourrait-elle survivre dans cet état ? Diantre... Tristan se mordit les lèvres, se dépêchant de les rejoindre, les interrogeant du regard. Inutile de poser de questions ou de savoir si Laura tiendrait le coup, ils n'en avaient pas le temps… En effet, il apercevait déjà derrière eux les canines aiguisées d'énormes loups qui grondaient et hurlaient  !

Ramassant une grosse pierre provenant de l'éboulement, il la balança sur la meute avant d'encourager ses compagnons à le dépasser. «Allez-y vite ! » Plus loin, au niveau de l'éboulement, ils devraient passer les uns à la suite des autres. Malheureusement le passage était trop étroit pour qu'ils puissent s'y précipiter tous en même temps…

« Eamon vous attend de l'autre coté. Passez, je vais tenter de ralentir ces loups. »

Tristan laissa passer Callum qui portait Laura et ensuite Shae et il passa derrière eux pour couvrir leur fuite, ramassant une nouvelle pierre pour effrayer les animaux qui grognèrent de plus belle. L'un des loup s'élança vers lui, et Tristan évita de justesse la mâchoire qui tentait de se refermer contre son bras. Il offrit un puissant coup de pied sur le nez de l'animal qui recula en glapissant, à demi-assommé. Mais il y en avait d'autres… Tristan jeta un regard en arrière. Il devait couvrir la fuite des autres, Laura était évanouie apparemment et Callum ne pourrait pas se battre en la transportant… Alors il resta là, fondant sur les loups en criant pour les effrayer. Il ramassa vivement une autre pierre et lorsque les autres furent assez loin en avant, il jeta cette fois son projectile sur le plafond dans l'espoir que celui-ci s'abatte sur les loups. C'était risqué mais le sang de la profonde blessure de Laura attisait l'appétit sanguinaire des loups qui chargeaient vers eux de plus belle.


_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

Féminin
↳ Nombre de messages : 651
↳ Points : 551
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mar 11 Oct - 15:25


D’un côté je veux le suivre, je veux retrouver l’air frais moi aussi. Juste parce que je ne peux pas rester beaucoup plus longtemps entre ces murs sans perdre la tête. Seulement une autre partie de moi, plus ardente, veut retourner en arrière et retrouver Laura. C’est une impression être étrange, d’être partagé entre ma peur si intense et mon besoin de retrouver cette femme, qui m’a tant donné depuis le début de cette aventure et que j’ai même affublée d’un surnom affectif. C’est de ma faute si elle est blessée et je sais que si c’est grave, je ne pourrais pas m’en remettre. Alors finalement, docilement, je continue à rester avec Tristan, en le suivant sans pour autant y mettre entièrement du mien. Mon bras me lance, me fait souffrir le martyr, mais c’est mon cœur qui semble ressentir le plus de douleur. C’est ma faute si elle est blessée… Les mots du jeune homme qui me maintient, viennent soudain claquer entre nous et je sursaute légèrement en l’entendant. Il essaye de me rassurer, ce qui semble très étonnant vu le garçon. Alors je me laisse emporter, par son ton, par ses mots et une seconde, mon souffle s’apaise. Cela ne dure pas bien longtemps, mais me permet néanmoins de reprendre pied, suffisamment pour aider le garçon à nous faire monter. Le tout glisse, mais je tente de l’aider au mieux, jusqu’à ce que nous retrouvions l’air froid, mais néanmoins non vicié, de l’extérieur. Le venin des guêpes coule encore un peu dans mes veines, si bien que je ne ressens pas véritablement le froid, mais mon corps tremble de nouveau. « C’était gentil d’dire c’que t’as dit. Mais c’ma faute parce que si j’étais pas sorti, personne n’aurait été enseveli. Heureusement qu’j’ai été blessé, t’imagine sinon ? L’type qui provoque ça et qui s’en sort sans dommages ? Ca aurait été franchement déplacé. » Je parle. Trop. Simplement pour ne pas m’écrouler à genoux et pleurer tout mon soûl. Il n’est pas encore temps pour ça. Je dois me montrer courageux, y retourner et aller sauver Laura.

Je m’apprête d’ailleurs à dire tout ça au brun, mais il ne m’en laisse pas le temps. « Hein ? » Il veut me laisser tout seul ? Il veut y retourner sans me laisser le faire aussi ? Il me met au coin, comme un vulgaire enfant et je n’ai même pas le temps de m’en plaindre, qu’il est déjà reparti. « Tristan non n’y… » va pas… Il est trop tard. Sa silhouette a disparu, je me retrouve avec la seule présence de ma culpabilité et de mon esprit galopant, qui me force à imaginer le pire. Laura est probablement morte. Son cri était si horrible. Shae me déteste probablement. Callum va me frapper encore une fois… Et Tristan m’a abandonné. Cela ne m’étonnerait même pas qu’ils trouvent une autre sortie et qu’ils me laissent en arrière, pour ne plus s’attirer les emmerdes que je semble attirer comme des mouches. Pourtant l’espoir brille toujours en moi alors je fixe la sortie, je fixe pour simplement les voir sortir et courir vers eux pour les prendre dans mes bras et pour dire à Laura que je suis désolé… Parce qu’elle sera là. Et bien vivante…

_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 286
    ↳ Points : 265
    ↳ Date d'inscription : 08/11/2015
    ↳ Age : 22
    ↳ Avatar : Zoe Kazan
    ↳ Age du Personnage : 34 & 30
    ↳ Métier : Avocate
    ↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
    ↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
    ↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
    Iris - Goo goo Dolls
    Howl - Florence & the Machine
    Lifeline - Imogen Heap
    Grey Room - Damien Rice
    ↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
    ↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
    ↳ Couleur RP : #99ccff



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Lyndi
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mar 11 Oct - 19:07

    Shae avait mal pour Laura, la voir souffrir lui brisait le cœur. La doyenne s’évanouissait et revenait à la conscience, par intervalles courts. Mais elle s’accrochait et arriva même à articuler quelques mots entre les gémissements de douleur.
    « D’abord… Il y a… Il y a… Mik… Mikkel, c’est pas mon fils de sang, mais c’est pareil. »
    La jeune femme se fige, silencieuse, le sang glacé. Elle connait déjà les noms qui vont suivre.
    « Puis… Y a Colin… Et… Liz… »
    Mikkel, Colin et Liz. Shae lève les yeux vers Callum. Lui aussi a entendu, et le regard qu’il lui offre lui confirme ce qu’elle a compris. Mikkel, Colin et Liz Ievsei. Les enfants de Roman. Laura s’appelle Laura Ievsei, et c’est la femme que Shae cherche depuis des années. Elle l’a retrouvée. Et maintenant qu’elle l’a retrouvée, elle perd son bras, et elle va mourir. Quelle putain d’ironie du sort. Ca donne encore plus envie de pleurer à Shae. Ca lui donner envie de se mettre en colère. Ca lui donne envie de faire sortie Laura de là, pour qu’elle retrouve sa famille. Pour que Roman retrouve sa femme.
    Mais ce n’est pas le moment de dire quoi que ce soit. Le coude dépourvu de son extremité pendant à son bras, Laura souffre encore sous la cautérisation. Heureusement pour eux tous, Callum sait ce qu’il fait. Shae ne s’imaginait pas devoir lui être redevable une fois de plus. Mais en le voyant s’occuper de Laura comme il le fait, elle oublierait presque qu’il l’a agressée quelques minutes auparavant. Presque.
    Et une fois l’opération terminée, alors que Shae allait parler à Laura, un autre bruit leur parvint. Ils n’avaient pas de répit. Laura n’avait même pas droit à du répit, après ce qu’elle venait d’endurer. Bande d’enfoirés. Callum se tint debout, prêt à affronter la meute de chiens qui arrivait, quand Tristan arriva. Shae eut un mouvement de surprise : elle était tellement concentrée sur Laura qu’elle en avait oublié Eamon et Tristan. Mais l’arrivée du jeune homme fut salvatrice. Shae ne pouvait pas porter Laura dehors, il fallait que Callum le fasse et l’emmène. Tristan était déterminé à rester là, pour les protéger. La jeune femme regarda Callum, Laura dans ses bras, et se mordit la lèvre. Elle devrait sortie avec eux, rejoindre Eamon. Mais cela voudrait dire laisser Tristan seul face aux créatures. Elle arracha les deux armes des mains de Callum et lui adressa un regard, celui qui voulait dire « fais ce que je te dis, s’il te plait, ne joue pas au con pour cette fois ».
    « Laura ne peut pas marcher, et personne ne peut l’emmener dehors à part toi. Sors-la d’ici et reviens nous chercher ensuite. »

    Puis elle se retourna, armes en main. Il était peut-être temps que ses cours de self defense servent à quelque chose de concret. Tristan était déjà près des loups, à leur jeter des pierres. Elle l’appela et lui jeta une des deux armes. Ca ferait l’affaire. Elle saisit le manche de la sienne très fort et s’avança pour rejoindre Tristan, espérant les repousser assez pour que tout le monde s’en sorte. Il fallait juste tenir le temps de sortir. Ensuite on trouverait une solution de repli. Juste tenir. Elle adressa un regard à Tristan, un petit sourire, et attendit les chiens.
    Le premier se jeta sur elle et planta ses crocs dans son flanc. Ils étaient rapides ces merdes. Avec un cri, de douleur et de colère, Shae le repoussa et lui ouvrit la tête en deux. Bien. Aux suivants. Juste tenir.

    _________________


    Each and every time I see you
    It's just as hard to leave you as the last time
    So we come to a decision, draw a line in the sand
    And stand on different sides yet I reach out for your hand



    Spoiler:
     

    Spoiler:
     
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 285
    ↳ Points : 39
    ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
    ↳ Age : 23
    ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
    ↳ Age du Personnage : 36
    ↳ Métier : Pompier
    ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
    ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
    ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
    ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
    ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



    Feuille de perso
    ↳ Copyright:
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mar 11 Oct - 23:00

    « Hey ! Par ici, le passage est praticable ! » Le pompier garde les yeux rivés sur ses nouvelles cibles. Leurs grognements ne tardent pas à remplir l’espace de leur menaçante présence. Callum, lui, ne bouge pas pendant plusieurs secondes. Son regard observe l’obscurité avec une attente qui le tiraille entre inquiétude et impatience. Entre le désir que le temps s’écoule assez lentement pour que tout le monde soit à l’abri et le besoin viscéral que ces canidés l’attaque pour extérioriser toute la rage qu’il cumule. Les cendres pleuvent, la chaleur se maintient et lui se trouve toujours à poil. L’illusion ne s’affaiblit que par moitié et lentement mais l’engourdissement de ses membres lui font constater sa situation. Son corps tente de devenir preuve comme une partie de lui tente de faire surface, d’émerger pour s’installer confortablement et à jamais. Retrouver l’once d’humanité et la conserver. Et puis une pierre traverse son champ de vision. Tristan. Shae. Laura. Le pompier les regarde et n’adhère pas à l’idée de les laisser. Surtout à Shae. Elle n’était pas capable de se battre comme Tristan ni comme Laura. « Jama… » Mais les prunelles de la rousse l’empêchent d’en dire davantage. Depuis quand trouve-t-elle la force d’être aussi déterminée ? En particulier dans ce genre de situation ? L’ex soldat n’avait jamais fait attention à cette force. Une force bien différente que celle employée à lui tirer les vers du nez sur sa vie. Rien à voir. Sourcils froncés, il récupère la boite et Laura sans regarder son bras ou plutôt l’absence d’une partie de celui-ci. Ses poings se serrent dans une tension soudaine portée à ses jambes. Une tension, également, dans système aorthyque. Laura. Roman. Grognant sous l’effort, il parvient tout de même à prendre Laura sur ses avants bras, caressant du pouce son dos et l’une de ses cuisses. « crevez pas. » Sans trop chercher à comprendre et avec le maximum de délicatesse possible dans cette situation, il court. Court et grogne. Ses jambes manquent par deux reprises de se dérober sous lui sans y parvenir totalement.

    « Chier » Il jure sur l’ensemble des mètres à parcourir et arrive au niveau de l’échelle. « Eamon. Laura va bien. Ok ? Ressaisit toi, prends courage. Tu vas la tirer vers toi. Dans la poche de son blouson une pommade, soigne toi avec. » S’il parlait doucement au début, la fin de sa phrase se fait dans l’empressement parce que oui, il y avait urgence et le temps de rassurer Eamon était limité. Le pompier pose le dos de Laura contre l’échelle, glisse son genou dans son entre jambe pour soutenir son poids, ce qui lui vaut un grognement rauque de douleur. L’un de ses bras se glisse dans son dos et se calle grâce à une aisselle pendant que l’autre main attrape un barreau. Et il grimpe ainsi, le plus rapidement possible oubliant ses jambes. Oubliant le bras. Oubliant Laura. Le miroir. Le membre manquant. La douleur. Gardant juste le meilleur sentiment : la rage. Juste elle. Froide, glaciale. Enivrante. Lorsqu’Eamon attrape Laura, et la fait glissé à l’extérieur Cal a déjà disparu.

    Lorsqu’il arrive au niveau des deux autres, il ne prend pas le temps de vérifier qu’ils vont bien. Il déboule, agrippe la première bête. Ca ressemble plus à un loup gavé au stéroïde qu’à tout autre chose mais à cet instant le pompier ne voit qu’une obscurité rougeâtre. Il a du couper son bras. Il a du couper son bras. Alors le canidé, il l’envoie bouler sur un de ses potes puis enfonce le miroir laissé à l’abandon directement dans son œil. Le pompier hurle sa rage. Laisse échapper le monstre mais cette fois-ci ce n’est pas simplement le gout du sang qui s’exprime ou une rage incompréhensible. C’est viscéral. C’est nécessaire. C’est …humain. Au milieu du chaos, projeté à son tour contre les parois, il ressent enfin le froid. Mordant. Comme ces crocs qui s’enfonce dans son épaule. « Je… me… gèle …. Les couilles ! » Un regard vers ses comparses et son choix se fait sans hésiter. « Barrez-vous ! MAINTENANT ! je vous suis !  » Les deux s’élancent dans les débris. Le pompier stoppe l’un des deux derniers chiens valides. Une minute. Deux minutes. Puis il s’arrête, regarde dans le tunnel et se tourne vers les deux cabots attendant le premier qui oserait attaquer. DANS 800 mètres ! Ou pas. Et le cleps, il lui plante l’arme en se laissant agripper le bras puis le projette contre les roches. Un bruit sourd se répercute. L'éboulement sépare le groupe, sonne dans l'obscurité et bien vite le pompier se retrouve dans le noir total. Bien. Cela lui rappelle bien des souvenirs. Callum s’élance à l’opposé de ses comparses, vers la salle. Vers la porte. Vers ses habits.

    _________________
    Hope & Redemption
    Just one smile. Just one life.
    by Santayana


    Dernière édition par Callum T. Doyle le Mer 12 Oct - 18:11, édité 1 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

    Masculin
    ↳ Nombre de messages : 904
    ↳ Points : 167
    ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
    ↳ Age : 22
    ↳ Avatar : Ezra Miller
    ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
    ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
    ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
    ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
    ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
    ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
    ↳ Couleur RP : darkseagreen



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Nekomata
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 12 Oct - 12:46

    L'adrénaline qui se libérait dans son sang accélérait le cœur de Tristan, mobilisait son organisme tout entier. Il se sentait animé par des sensations qu'il n'avait plus ressenties depuis des lustres : le désir de protéger et de veiller sur d'autres personnes. Il n'avait jamais ressenti autant de proximité avec d'autres que lorsqu'il était à Darkness Fall et qu'il était responsable de son groupe. Ses protégés, jeunes garçons et filles, avaient tous disparus aujourd’hui, y compris Helix… Mais en cet instant de sa vie où il se retrouvait dans les mêmes conditions, au sein d'un monde apocalyptique envahi de monstres, des souvenirs enfouis resurgissaient. Eamon n'était pas si différent de Luke, son ami si fragile et rempli de culpabilité. Et en le regardant, Tristan avait été conscient qu'il n'avait aucune envie de l'abandonner, pas plus qu'il n'aurait voulu abandonner Luke, il n'avait aucune envie de le laisser mourir. Il pensait ce qu'il lui avait dit et ses paroles n'avaient pas été dictées par la gentillesse, comme le disait Eamon, Tristan ne s'estimait pas comme une personne gentille. Il sentait que le jeune homme avait besoin d'être rassuré mais il n'avait pas le temps de le faire. Ainsi, Tristan avait laissé Eamon seul en proie à ses regrets et ses peurs pendant qu'il replongeait au cœur des égouts.

    Lorsqu'il tenta de créer un éboulement pour écraser les loups, sa tentative hasardeuse ne fonctionna pas. Déjà, les bêtes féroces revenaient à la charge. Il n'eut que le temps d'entendre la voix de Shae et d'attraper au vol l'arme qu'elle lui lançait. Le sourire qu'elle lui offrit raviva une flamme dans son ventre et il inclina la tête dans sa direction, ses lèvres étirées dans un pâle rictus. En cet instant, il ressentit une bouffée d'exaltation, il était prêt à mourir l'arme au poing pour défendre son groupe, aux cotés d'une compagne guerrière. Et paradoxalement, Tristan se sentait plus vivant qu'il ne l'avait été depuis longtemps. Les premiers loups bondirent. Pendant que l'un se jetait sur Shae, Tristan fut assailli par un autre, une grosse bête au pelage d'un blanc neigeux, qui referma durement sa mâchoire contre sa cuisse. Le sang jaillit mais Tristan ne cessa d'abattre sa massue sur le crâne de l'animal, jusqu'à ce qu'il se fracture.

    Galvanisés par l'odeur du sang, les loups survivants hurlaient de plus belle et Tristan criait avec eux, abattant ses coups de massues sur ses assaillants dont les crocs cherchaient à atteindre sa gorge. Ce fut à cet instant que Callum revint, toujours nu, comme un homme sauvage habillé de sang. Tristan le vit se battre contre un loup et le tuer avant de faiblir, transi par le froid, leur hurlant de partir. Un loup grondait contre son torse, ses deux pattes au niveau de ses épaules et Tristan sentit ses griffes lui lacérer la chair. Dans un grognement de douleur et de rage, il repoussa l'animal en écrasant de sa poigne la partie sensible de son museau pour mieux abattre à nouveau son arme sur la gueule meurtrière. Frapper, frapper, jusqu'à tomber à genoux, le souffle court, l'énorme loup au sol.

    Callum avait disparu dans les profondeurs du tunnel et Tristan chercha Shae des yeux en haletant. Des cadavres de loups s’étendaient sur le sol, dans le sang et la poussière. Il se redressa péniblement, sa cuisse le faisait souffrir et le sang imbibait son pantalon. Au loin, il entendit les couinements de douleur d'un loup un bruit sourd en écho, puis plus rien. Callum semblait s'en sortir… Tristan rechignait à le laisser seul dans ces égouts mais il devait d'abord s'occuper de Shae. Il l'aperçu un peu plus loin et se rapprocha d'elle aussi rapidement que sa jambe blessée le lui permettait.

    « Shae ! Est ce que ça va ? »

    Il regarda vivement si d'autres loups ne risquaient pas de leur tomber dessus avant de retourner son regard vers Shae, attentif à son état.


    _________________
    Sur des escaliers de brume

    On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

    Féminin
    ↳ Nombre de messages : 651
    ↳ Points : 551
    ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
    ↳ Age : 27
    ↳ Avatar : Jack Falahee
    ↳ Age du Personnage : 27 ans
    ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
    ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
    ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
    ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
    ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
    ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
    ↳ Couleur RP : tan



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 12 Oct - 14:46


    Mon regard ne quitte plus le trou. J’en suis incapable. Contrairement aux indications de Tristan, je n’observe pas les cieux, je ne cherche pas à voir si de nouvelles tornades foncent vers moi, je ne veux pas voir d’éventuels pièges venir vers moi. Je ne peux que rester figé, main crispée sur mon bras blessée, à juste fixer l’arrivée incertaine de mes compagnons d’infortune. Ils ne m’ont pas abandonnés derrière, je refuse de croire cela. Je sais que ce je ne suis d’aucune utilité, mais… J’esquisse une moue incertaine en peinant à retenir mes larmes, qui veulent s’échapper depuis maintenant quelques minutes. Mes jambes me portent à peine, je suis à deux doigts de m’effondrer, lorsque la grosse voix de Callum me parvient, mais je ne le vois pas. Une hallucination, probablement… Je ne vois pas ce que ça pourrait être d’autre. Pourtant je m’avance vers le trou et finir par apercevoir l’homme, qui n’est pas tout seul. Mon cœur bondit dans ma poitrine, manque un battement lorsque j’aperçois la chevelure d’or de Laura, qui semble vivante, mais en train mauvais état. Enfin, après une longue observation, j’arrive à prendre conscience des mots qu’il a utilisé et s’ils mettent du temps à prendre sens, je finis par souffler un peu plus sereinement, juste assez pour réagir et m’avancer jusqu’au bord du trou. Mon bras gauche est trop douloureux, totalement inutile, mais je m’agenouille sur la neige trop froide et trop humide et utilise le seconde pour attraper Laura. La position est hasardeuse, mes forces sont limités, mais je coince néanmoins ma prise et tire. Le plus fort possible mais la tâche est ardue.

    Lorsqu’enfin je parviens à la hisser au-delà de la noirceur des égouts, je suis complètement essoufflé et finis par la tirer suffisamment pour chuter en arrière et elle sur moi. « Oh Laura… » Cette fois je ne peux faire autrement que fondre en larmes en resserrant mon bras valide autour de la femme. « Oh Laura je suis tellement désolé d’être parti. Ton bras… Laura pardon. » Je la serre plus encore contre moi, pendant quelques secondes, avant de me redresser difficilement en l’entraînant avec moi. Mon regard exprimer toute ma honte et ma culpabilité, avant que je n’en efface les larmes d’un geste rageur. « T’es… Mis à part ça tu vas bien ? Tu vas t’en sortir Laura, j’en suis sûr. » Parce qu’elle est forte elle et qu’elle doit survivre pour ceux qui l’aiment et pour qui elle réserve d’habitude toutes les attentions qu’elle me donne depuis que l’on est ici. Probablement a-t-elle des enfants, une famille qui l’attend et pleure devant leur télé en me maudissant. « C’est la dernière fois j’te promets. C’est la dernière fois que tu prends un coup à cause de mes conneries. J’te promets Laura ! » Je ne sais pas du tout comment je pourrais tenir ma promesse avec ce bras invalide et mon cœur qui s’affole à la moindre contrariété. Pourtant je ne peux pas la laisser continuer à souffrir par ma faute. Ca m’est impossible. « Tu vas t’en sortir Laura… » Et en finissant ma phrase, je finis par déposer mes lèvres sur son front, avec une tendresse non dissimulée.

    _________________
      i just need some hope
      LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 285
      ↳ Points : 39
      ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
      ↳ Age : 23
      ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
      ↳ Age du Personnage : 36
      ↳ Métier : Pompier
      ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
      ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
      ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
      ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
      ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



      Feuille de perso
      ↳ Copyright:
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 12 Oct - 18:52

      Le pompier court, les entend à sa suite, ces deux monstres à l’idée très précise de le bouffer vivant. Ce qui sauve pour le moment Callum c’est la force qu’on mit ses comparses d’infortune à les blesser, les faisant aller certainement moins vite qu’à l’accoutume. La nuit dans ce couloir semble s’étaler à l’infini, aucune source de lumière ne peut l’aider à se guider mais forte heureusement, la pièce se trouve quelque part en face. Sous un grognement son pied se prend dans quelque chose, incapable de se retenir il s’étale, frappe sa tête contre une cloison et passe sa main sur son visage. Pas le temps. Pas le temps de … et c’est là qu’il percute, il tâtonne et finit pour trouver la porte. D’un bon, l’ex soldat se redresse et ferme la porte sur les corps des canidés. Il n’a jamais autant apprécié claquer la porte au nez de qui que ce soit et sourit, soupire. Son corps s’affale le long de la porte, à peine perturbé par les assauts des molosses. A vrai dire, à cet instant, il n’a même plus la force de s’inquiéter qu’ils parviennent à enfoncer la porte. Ca ne semble pas réalisable même pour eux et quand bien même, le pompier ne voulait pas se relever. A cet instant le combatif ferme les paupières. Ses muscles sont tiédis par la course et sa position permet le bonheur d’un repos mérité. Le temps s’écoule en secondes, peut être minutes. Depuis combien de temps n’a-t-il pas pu se reposer ainsi ? La question effleure ses songes qui pourraient presque former des rêves conscients. Bien longtemps. Des années. Les rêves avaient disparu bien vite ne laissant la place qu’à un immense vide derrière ses prunelles. La noirceur choisie par son âme. Et cela n’avait pas plus changé lorsque des souvenirs sont revenus. Ses nuits restaient froides, insensibles. Le repos qu’il en obtenait, était loin d’une sensation de « repos bien mérité ». C’est étrange de parvenir à en faire la différence, jusque là, cela ne lui avait jamais sauté aux yeux. A vrai dire, il en avait oublié ce que cela faisait de se …sentir en vie. D’avoir peur pour autrui. Même sous sa casquette de pompier, il n’avait pas eu l’occasion de réellement s’inquiéter, de réellement vouloir se mettre en danger. C’était plus par « reflexes » que par envie. Une nuance de taille.

      Callum rouvre alors les paupières, pose son regard sur ses jambes et finit par distinguer leurs contours grâce à une lumière clignotante sur sa droite. Les chiens ont disparu. Sa tête se cale que la porte, bras long du corps, épaules et jambes douloureuses. Soupire. Rester ici serait la solution la plus saine pour son propre bien, reposer son corps meurtrie, se régénérer un peu, prendre le temps. Rester ici serait la solution à prendre mais le visage de ses compagnons s’impose à lui. L’inquiétude. Quelle belle connerie. Quel sentiment…paisible. Tirant sur ses réserves, il se redresse, parcourt la pièce de son regard et cherche ses habits qu’il voit jeté dans un coin avec, bonne surprise, une arme de fortune. S’habillant, il enfourne sa tête dans l’épaisseur de la veste qu’avait obtenue Shae. C’est doux. Ses doigts effleurent alors un emballage et c’est avec plaisir qu’il enfourne son repas. En entier puisque son corps en avait clairement besoin. Utilisant le bâton de son arme de fortune, il fait levier contre la grille précédemment trouvée. Lorsque celle-ci s’échoue sur le sol, les prunelles du pompier s’accrochent au mur sur sa droite. Shae. Il le voit, son regard. Il la voit, sa peur. Il la ressent cette angoisse, la sienne puis celle de la rouquine. Il le ressent ce besoin de savoir. Anna. Le pompier s’engouffre dans l’aération en espérant retomber sur un couloir pouvant le mener à la surface. Espérant éviter de croiser bestioles et autres zombies. Espérant à les retrouver dans l’immensité de cette ville : espoir vain mains nécessaire. Juste pour voir. Juste pour se rassurer.

      _________________
      Hope & Redemption
      Just one smile. Just one life.
      by Santayana
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 144
      ↳ Points : 374
      ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
      ↳ Age : 24
      ↳ Avatar : Kate Winslet
      ↳ Age du Personnage : 44 ans
      ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
      ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
      ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
      Oltremare - Ludovico Einaudi
      When We Were Young - Adèle
      ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
      ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
      ↳ Couleur RP : #eccef5



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: rusty nail
      ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 12 Oct - 19:17

      Ce qui se passe après la cautérisation de sa plaie semble enveloppé d’un brouillard épais. Oscillant entre conscience et inconscience, elle comprend vaguement que quelque chose approche, quelque chose de dangereux. Elle sombre de nouveau et se réveille quand elle sent des bras puissants la soulever. La peau nue contre sa joue et le grognement qui s’échappe de la bouche quelque part au-dessus de sa tête lui indique que Callum vient de la soulever. La sensation apaisante de ses pouces contre son dos et sa cuisse lui tire un léger frisson. Elle voudrait lui dire d’arrêter, de la reposer tout de suite, qu’il va aggraver la blessure de ses jambes en la portant, mais se laisse engloutir une fois de plus par les ténèbres qui pèse sur son esprit. Au moins quand elle est inconsciente, elle ne souffre plus. Elle se réveille une fois de plus au son de la voix de Tristan et Shae, poussant Callum à l’emmener plus loin. Elle bouge légèrement, essayant d’exprimer son mécontentement, ne voulant pas laisser les deux plus jeunes aux mains des créatures qui les attaquent tous, mais il est trop tard, le noir se fait de nouveau et elle n’a le temps de rien. Elle avala se salive difficilement la douleur se réveillant dans son bras, une fois de plus, quand elle reprend conscience. Elle entrouvre les yeux face au torse de Callum, le dos contre quelque chose de froid et de dur. La douleur s’empare à nouveau d’elle et elle s’évanouit une fois de plus. Elle rage intérieurement. Ce qui la réveille la fois suivante, c’est le froid. Le froid et l’humidité.

      Elle cligne plusieurs fois des paupières, éblouie pas la lumière blafarde du jour sur la neige. Elle lève le bras gauche pour frotter son front pas réflexe avant de se souvenir et de se retrouver face ce qu’il reste de son bras enveloppé dans la manche de son pull. Elle a un hoquet de surprise et les larmes ruissèlent sur ses joues quand elle se rend compte qu’Eamon est à ses côtés, vivant. Elle glisse ses doigts sur sa joue humide de larmes. Elle ouvre la bouche, faisant craquer ses lèvres desséchées au passage et c’est voix rauque, s’échappant difficilement de sa gorge abîmée par ses cris qu’elle s’adresse au jeune homme. « Eamon… Shhhh…» elle essuie doucement ses joues de sa main avant de répondre à son étreinte de son bras valide, appréciant la délicatesse du baiser sur son front. « Shhh, ce n’est pas ta faute, d’accord ? C’est moi qui n’ai pas fait attention. » Elle embrasse sa joue doucement avant de lui sourire. Elle refuse de regarder son moignon, préférant se concentrer sur le côté positif des choses, Eamon est sain et sauf, les autres ne devraient pas tarder à arriver, du moins elle l’espère. « Eamon, ça va aller, Callum a fait du bon boulot d’accord ? Maintenant, j’ai besoin que tu attrapes la petite boite, là et que tu l’ouvres pour moi. » Elle se tient assise dans la neige du mieux qu’elle peut, grelottante tandis qu’il s’exécute difficilement. « Là, maintenant, tiens le pot ouvert devant moi, tu n’es pas obligé de regarder. » Elle, elle l’était. Elle avala sa salive et remonta sa manche en grimaçant. Elle retint ses larmes en voyant pour la première fois sa peau déchirée et ce qu’il restait de son bras. Elle prit de ses doigts glacés une noix de crème qu’elle appliqua doucement sur sa plaie, la douleur s’apaisant presque instantanément pour devenir supportable. Elle rebaissa sa manche et en fit un nœud pour ne pas être gêné. « A toi, maintenant. » Elle attrapa doucement le poignet blessé d’Eamon et appliqua rapidement une autre noisette de produit sur son poignet meurtri. Ainsi, si chacun en utilisait juste un peu, il pourrait en avoir assez pour Callum, peut-être même pour Shae et Tristan aussi. C’est à cet instant qu’elle réalisa que les autres n’étaient toujours pas revenu. « Eamon, où sont les autres ? »

      _________________

      Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 286
      ↳ Points : 265
      ↳ Date d'inscription : 08/11/2015
      ↳ Age : 22
      ↳ Avatar : Zoe Kazan
      ↳ Age du Personnage : 34 & 30
      ↳ Métier : Avocate
      ↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
      ↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
      ↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
      Iris - Goo goo Dolls
      Howl - Florence & the Machine
      Lifeline - Imogen Heap
      Grey Room - Damien Rice
      ↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
      ↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
      ↳ Couleur RP : #99ccff



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: Lyndi
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 12 Oct - 19:41

      L’arrivée de Callum est salvatrice. Shae et Tristan n’auraient pas pu battre tous ces chiens. Mais le pompier arrive et c’est la rage qui le guide. Alors il redonne de la force à Shae, qui tue le chien contre lequel elle se battait depuis trente bonnes secondes. Elle relève les yeux et Callum en tue un autre.
      « Barrez-vous ! MAINTENANT ! je vous suis ! »
      Shae regarde le pompier se remettre à la charge, s’éloignant dans les tunnels. Les deux ou trois chiens restants lui courent après. Shae reporte son attention sur Tristan, qui finit d’achever une de ces sales bêtes. Elle ne partira pas sans lui. Callum lui a donné un ordre, elle ne contredira pas son ami, elle sait qu’il lui en voudrait. Mais elle ne laissera pas Tristan là.  
      « Shae ! Est ce que ça va ?"
      La jeune femme adresse un sourire à Tristan. Son flanc lui fait mal et saigne abondamment, mais Tristan a la jambe dans le même état, alors elle ne va pas se plaindre. Ils sont en vie. C’est déjà ça.
      « Sortons d’ici Tris’. J’en ai ras le cul de ces tunnels. Mais on va ménager ta jambe. »
      Elle lui offrit son bras pour le soutenir, et ils marchèrent clopinant vers la sortie. Ils étaient presque arrivés à l’échelle quand le bruit retentit. Shae se retourna d’un coup : le plafond s’était effondré quelques mètres plus loin que là où ils avaient affronté les chiens. Callum n’était pas revenu. Il était toujours là-bas. Shae resta figée, le regard vers le tunnel. Il allait revenir. Elle allait le voir apparaitre, le sourire provocateur aux lèvres. Il allait arriver. Il fallait attendre un peu.

      Mais quelques secondes suffirent pour que la jeune femme comprenne que Callum ne sortirait pas avec eux. Soit il était dans la pièce et il sortirait ailleurs. Soit il…elle ne pouvait pas accepter la seconde possibilité. Les larmes lui montèrent aux yeux, qu’elle refoula avec un reniflement. Elle avait assez chialé pour la journée. Elle pleurerait quand il serait mort, et ce n’était pas le cas. Elle remonta rapidement l’échelle et tomba sur Eamon et Laura. Ils s’étaient appliqué de la crème sur leurs blessures, et le bras de Laura avait déjà une meilleure tête. Elle leur adressa un sourire qui se voulait rassurant, se tenant un peu le flanc de sa main valide.
      « Bien. Je propose qu’on évite les tunnels. »
      Elle inspira un coup et tourna la tête dans tous les sens, tentant d’avoir une vue de l’horizon. Il faisait nuit, la vue était sacrément limitée. Elle voyait néanmoins le lac, sa surface gelée scintillant sous le ciel étoilé.
      « On pourrait longer le lac, on devrait tomber sur un abri. Ca nous donnera une meilleure visibilité. Vous en pensez quoi ? Il faut qu’on bouge en tout cas. Rester près des égouts n’est pas sûr. Si tant est qu’il y ait un endroit sûr dans cette foutue arène. Bordel. »
      Elle n’avait pas de bonne idée en fait. Aucune idée ne semblait bonne. Ils étaient paumés dans une arène où tout voulait les tuer. C’était un désastre. Les autres devant leurs écrans devaient bien se foutre de leur gueule.

      _________________


      Each and every time I see you
      It's just as hard to leave you as the last time
      So we come to a decision, draw a line in the sand
      And stand on different sides yet I reach out for your hand



      Spoiler:
       

      Spoiler:
       
      Revenir en haut Aller en bas
      Voir le profil de l'utilisateur

      Féminin
      ↳ Nombre de messages : 651
      ↳ Points : 551
      ↳ Date d'inscription : 29/03/2015
      ↳ Age : 27
      ↳ Avatar : Jack Falahee
      ↳ Age du Personnage : 27 ans
      ↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
      ↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
      ↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
      ↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
      ↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
      ↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
      ↳ Couleur RP : tan



      Feuille de perso
      ↳ Copyright: darkshines
      ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
      ↳ Liens du Personnage
      :



      MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 12 Oct - 21:01


      Quand je l’entends me répondre, parler, je sens un poids énorme quitter mon cœur tant alourdi par les remords. Ses mots, sa façon de me parler. J’ai presque l’impression d’être un enfant de 5 ans, mais je m’en moque totalement. Ce n’est pas important. Ce qui compte, c’est elle et elle semble presque aller bien. Suffisamment pour trouver la force de me rassurer et cela fonctionne mieux que je ne l’aurais cru. Elle m’embrasse sur la joue et ça me rassure encore un peu. Elle n’est pas morte. Elle se serre contre lui et lui aussi referme son bras sur elle en une étreinte qui lui fait du bien. Il fait toujours froid. Tout est toujours aussi pourri… Mais Laura n’est pas morte et c’est presque le plus important pour moi. C’est même elle qui prend la direction des opérations lorsqu’elle me demande de sortir une boîte de sa poche. Ah oui. La boîte. Celle pour soigner Laura. Il m’est difficile de l’atteindre avec mon bras atrophié et mes tremblements, de froids comme de panique, mais je parviens enfin à la sortir et l’ouvrir pour la tenir devant elle, comme demandé. « J’peux l’faire s’tu veux, j’peux… » Je tais mes doutes quand elle continue sans m’écouter. De toute façon, je ne suis même pas certain d’avoir les tripes pour observer la blessure et l’aider à la soigner. Alors je détourne les yeux et tiens la boîte le mieux possible pour l’aider, mais finalement je ne peux pas m’en empêcher et je ramène le regard jusqu’à ses yeux, pour lui offrir un peu de force. « Laura… Tu sais que tu peux te reposer deux minutes ? Je te serre fort et je te laisse pleurer et après tu pourras de nouveau tous nous sauver d’accord ? » Elle n’en fait rien pour l’instant, badigeonnant mon poignet de sa substance miracle, qui aide immédiatement avec ma douleur, sans pour autant soigner les os brisés en dessous. « Merci… J’en sais rien pour les autres. Tristan devait venir vous chercher. Callum est revenu avec toi et est reparti pour le chercher lui et Shae. Depuis j’sais pas… » Je mords ma lèvre avant de la serrer contre moi.

      « Maintenant, tu lâches prise juste deux minutes d’accord. Fais comme si j’étais… Un de tes enfants. Et serre moi fort pour te donner du courage. » Moi en échange, je passe mon bras valide derrière elle et attrape sa nuque pour la forcer à se poser sur mon épaule. « J’espère que t’as des enfants, parce que t’es fait pour être maman… » Et nous restons ainsi, jusqu’à ce que Shae débarque finalement avec Tristan. Je finis par lâcher la blonde avant de me relever pour avancer vers les deux nouveaux venus. « Et Rambo il est où ? » Je continue à l’appeler par son surnom, qui est devenu plus affectif de ma part. Et finalement, sans attendre la réponse, sans crier gare, j’avance vers Tristan et le serre brièvement dans mes bras, juste pour lui montrer ma reconnaissance. « Tu m’as sauvé la vie… Merci. Et je finis par hocher la tête à la demande de Shae. Les égouts, je ne veux plus y retourner. « Allons vers le lac alors. Je vais aider Laura à marcher. Et il reste de la crème pour vos blessures. Vous devriez en mettre ça fait du bien. » Et maintenant, c’est ma main qui vient sur l’épaule de Shae. « Je vais plus paniquer et j’vais plus vous mettre en danger. C’promis ! »

      _________________
        i just need some hope
        LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 144
        ↳ Points : 374
        ↳ Date d'inscription : 21/05/2016
        ↳ Age : 24
        ↳ Avatar : Kate Winslet
        ↳ Age du Personnage : 44 ans
        ↳ Métier : Bénévole auprès des populations démunies
        ↳ Opinion Politique : Inexistante pour le moment
        ↳ Niveau de Compétences : Niveau général : 2 Niveau 3 en maîtrise de sa faim Niveau 4 en feels
        ↳ Playlist : Love Peace Peace - Eurovision 2016
        Oltremare - Ludovico Einaudi
        When We Were Young - Adèle
        ↳ Citation : "Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière."
        ↳ Multicomptes : Maisy A. Weaver
        ↳ Couleur RP : #eccef5



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: rusty nail
        ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Mer 12 Oct - 23:29


        Elle se redresse, épuisée par l’effort que lui demande le simple fait de garder les yeux ouverts, utilisant un morceau de bois plat qui traine à côté deux, probablement les restes d’une ancienne latte de parquet et l’écharpe de fortune de Tristan, elle se met en tête de faire une attelle pour le poignet d’Eamon. Son articulation a commencé à prendre une teinte violacée indiquant clairement un os brisé. Elle n’a pas le temps de s’approcher de mettre en place son idée, qu’elle doit laisser tomber son matériel quand le jeune homme l’enveloppe dans une étreinte délicate. Il passe sa main derrière la nuque de Laura la poussant à prendre appui contre lui. Elle avance doucement d’un mouvement de hanches et se retrouve serrée contre lui. Elle ferme les yeux et pose son front sur l’épaule face à elle en soupirant. « Eamon, tu sais… Tu n’es pas obligé… » Elle se tait quand il reprend la parole et laisse échapper un rire triste, tandis qu’une larme roule sur sa joue et qu’elle ferme finalement les yeux. « Il paraît que j’en ai… » Elle frotte sa joue contre l’épaule d’Eamon en soupirant ne souhaitant pas lâcher prise, parce qu’elle sait que si elle commence à vraiment pleurer, elle ne va jamais s’arrêter. Elle sursaute légèrement quand Shae et Tristan sortent de la bouche d’égout. Elle sent inconsciemment ses muscles se relâcher à la vision de ces deux compagnons d’infortune, mais son cœur se serre en ne voyant pas Callum derrière eux. Elle suit le mouvement et se lève avec Eamon, emportant dans sa main valide la boite de crème. Elle sourit, attendrie, quand Eamon serre un Tristan très surpris dans ses bras. Elle avance à pas lent, heureuse de voir que la douleur dans son bras a encore reflué et qu’elle peut à présent se concentrer sur autre chose.

        « Avant quoique ce soit vient ici et ouvre moi ça. » Elle s’approche de Shae et lui donne le pot de crème, elle soulève d’office les couches de vêtement de la jeune femme aussi délicatement qui lui permet son unique main. La plaie est assez vilaine, mais le baume devrait faire effet. Elle en prend une noix, comme pour elle et pour Eamon et l’applique sur plaie par mouvement circulaire, avant d’utiliser la moitié de l’écharpe de Tristan pour en faire un bandage sommaire pour entourer le ventre de la jeune femme. Puis, elle passe à Tristan, lui souriant gentiment avant de lui ordonner de son ton maternel de baisser son pantalon. « Ça va être un peu froid, par contre. » Il obéit sans trop faire d’histoire et elle répète le même processus, utilisant cette fois-ci la manche de son pull en guise de bandage. « Eamon, à ton tour. » Elle utilise la petite planche et le reste de l’écharpe de Tristan pour faire une attelle au jeune homme et s’appuie lourdement sur lui, épuisée. « Je suis fière de toi, tu t’en sors très bien, jusu'à maintenant. » Elle se tourne vers les autres. « Ce qu’il reste de crème, c’est pour Callum. » Elle refuse d’envisager la possibilité que l’homme qui lui a sauvé la vie ait pu périr dans ces tunnels. Elle défie du regard les trois autres, leur interdisant de ne serait-ce qu’effleurer l’idée. « On peut y aller… Le lac est une bonne idée, Shae. Par contre… » Elle jette un œil à son moignon, à la cuisse de Tristan et à la cheville d’Eamon. « On va probablement être très lent… » Elle prie pour que tous les loups soit mort sous leurs pieds et pour que rien ne les obligent à courir.

        _________________

        Everybody loves the things you do From the way you talk to the way you move. Everybody here is watching you, cause you feel like home. You're like a dream come true. But if by chance you're here alone, Can I have a moment before I go? Cause I've been by myself all night long hoping you're someone I used to know ×
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 285
        ↳ Points : 39
        ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
        ↳ Age : 23
        ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
        ↳ Age du Personnage : 36
        ↳ Métier : Pompier
        ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
        ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
        ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
        ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
        ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



        Feuille de perso
        ↳ Copyright:
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Jeu 13 Oct - 0:12

        Laura. Il avait déjà choisi de l’aider, elle, Shae et le reste du groupe. Mais avant tous elles deux. La première c’était pour ce regard qu’elle accordait à chaque personne qu’elle avait l’occasion de croiser. Une douceur dont il ne savait plus faire preuve. Elle lui rappelait des souvenirs d’instants familiaux et amicaux. Elle représentait de bons instants, des sourires, des rires, des regards. Elle l’accrochait à une réalité bien ancienne mais qui semblait vouloir de nouveau demeurer présente en lui. Un jour, Laura a utilisé le terme « ami » pour le décrire et c’était bien la première, à moins qu’il n’y avait pas prêté attention. Un terme qu’il ne maitrisait plus et ne parvenait pas à cloisonner les limites, les critères. Laura ne l’y aidant pas puisqu’elle offrait son amitié a à peu près tout le monde. Mais qu’importe, le pompier n’avait pas particulièrement bien agis, s’agaçant pour rien par la suite. Confus par les pensées qui s’acheminaient directement dans ses battements vitaux, la désagréable impression de devoir rapprendre à vivre sans vouloir faire ses devoirs. La seconde c’était pour l’instant T qu’elle lui avait offert. A chaque rencontre, ces secondes. A chaque rencontre ces minutes. Des instants où brièvement, il sentait l’horloge tourner de nouveau. Elle lui rappelait des sensations. Et le simple fait de l’agacer sans le pousser à la tuer l’avait rendu attachante probablement irremplaçable. Sa survie à l’extérieur de l’arène était déjà sous sa responsabilité alors ici, dans l’arène c’était de fait sa priorité. Elle lui avait offert un souffle de vie, il se devait de s’assurer que le sien se maintienne.

        Pour ce qui est des garçons, le pompier ne les connaissait pas. Ils n’étaient rien pour lui et inversement. Il n’aurait jamais dû les aider. Il n’aurait jamais cru vouloir les aider. Il n’aurait jamais imaginé pouvoir s’en inquiéter. Mais étrangement, l’un comme l’autre prenait une place importante au milieu de cette équipe, de cette « unité ». Et si ce n’était pas une guerre mais simplement un jeu, l’ex soldat ne cessait d’en faire la comparaison. Après tout, leur vie à chacun est en jeu. Choisir la vie ou la mort. Si le pompier n’était pas certain de son choix personnel, il estimait primordiale que chacun d’eux puisse être en capacité de choisir leur voie le plus longtemps possible. Sortir d’ici, vivant. L’obscurité facilite le flux de ses pensées mais agace tout son être, comme par reflexe. A croire qu’il pensait…trop. L’habitude n’était plus là. La brute trop dans l’action/réaction ne parvenait plus à se concentrer aussi facilement. Pourtant, rester en alerte était synonyme de survie. Alors il secoue la tête, se dit de la fermer de sorte à laisser sa voix se répercuter à l’infini et reprend sa marche. A plusieurs reprises, il percute des cloisons perdant le fil dans son orientation. Ce dont il est sur c’est qu’il a raté la sortie des 800 mètres. Plusieurs minutes s’écoulent encore avant qu’un grognement ne le surprenne, puis plusieurs râlent. L’arme à la main il est prêt à se battre, encore bien que le poids sur ses jambes le font vaciller. Mais par chance, une nouvelle collision lui indique sa sortie. Lorsque le froid s’immisce de plus belle dans ses fibres, il s’éjecte à l’extérieur sentant des mains agripper de nouveau ses jambes. Un bref instant, le pompier revoit les créatures de la neige et bien que ce ne soit qu’une illusion due à une nouvelle crainte, il recule rapidement dans la neige.

        Le pompier soupire en serrant les points. Jure une nouvelle fois comme si c’était un concours fait à lui-même, et jure encore en percutant la nuit au dessus de lui. A-t-il réellement dormi ? Combien de temps ? Où peuvent être les autres ? Les questions fusent sans qu’il ne prête attention à sa localisation, pas tout de suite. A vrai dire, il devine le parc derrière le bâtiment face à lui. Sans réfléchir plus d’un quart de seconde, Callum s’élance, laissant de fraiches traces de pas dans la neige occultant la douleur et le froid qui glacent ses mollets exposés au contact de la neige. Encore du temps qui s’égraine avant de parvenir au lac. C’est là qu’il se repère un peu mieux. Il est tout simplement de l’autre côté ce qui explique les couloirs exigus et sa perte de sens d’orientation. Combien avait-il de chance de retrouver ses comparses ? Aucune probablement. Il ne savait même pas depuis quand il les avait quitté. Laura. Shae. Eamon. Tristan. « Ne crevez pas » Et il pose un pied sur la glace.

        _________________
        Hope & Redemption
        Just one smile. Just one life.
        by Santayana
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-

        Masculin
        ↳ Nombre de messages : 904
        ↳ Points : 167
        ↳ Date d'inscription : 15/03/2016
        ↳ Age : 22
        ↳ Avatar : Ezra Miller
        ↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
        ↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
        ↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
        ↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
        ↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
        ↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
        ↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï & Cassidy H. Valdès
        ↳ Couleur RP : darkseagreen



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: Nekomata
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Jeu 13 Oct - 13:16

        Se pliant à l'opinion générale, Tristan était donc résolu à ne pas retourner chercher Callum au fond du tunnel. Avec le dernier effondrement, le passage sous-terrain était de toute façon impraticable. Avant de se redresser pour repartir, sans perdre de temps, il vida ses poches pour partager ses découvertes avec les autres. Il avait en effet emporté les provisions qu'il avait trouvées dans la salle de maintenance et il déposa le paquet devant eux afin que chacun puisse se servir s'il en avait envie. « Autant prendre des forces avant la longue marche qui nous attend. » De son coté, Tristan se décida à manger rapidement la barre de céréale que Laura lui avait offerte un peu plus tôt. C'était une femme forte et il la dévisagea un instant. Elle venait de perdre un bras, la douleur devait être intolérable et pourtant, c'était elle qui soignait d'une seule main tous ses compagnons, lui-même y compris. Il n'avait pas prononcé un mot lorsqu'elle l'avait soigné, pas plus qu'il n'avait parlé lorsque Eamon l'avait pris dans ses bras pour le remercier. Une simple caresse sur l'épaule de chacun, assortie d'un léger sourire, lui avait servit de réponse, à défaut de longs discours.

        Une fois debout, il prirent ainsi la route dans l'étendue neigeuse, dans le but de longer le lac gelé. En marchant, ils passèrent à coté d'arbres morts et Tristan s'arrêta un léger instant pour se trouver un bâton assez solide pour lui servir de canne et palier ainsi au handicap de sa jambe. Ce fut au moment où il ramassait cette branche, qu'il aperçu un petit parachute accroché à un arbuste à moitié recouvert de neige. Il s'en rapprocha, intrigué, et lorsqu'il se retourna vers ses compagnons, ce fut avec un mince sourire aux lèvres, son bras dressé pour leur montrer le flacon de pommade supplémentaire. « Laura, c'est toi qui en a le plus besoin parmi nous.  Dès que nous aurons découvert un abri, une nouvelle couche de ce produit te viendra à point. » Mais comment faire pour aller plus vite ? Tristan marcha encore un moment aux cotés des autres avant de se rendre compte que le lac était énorme et qu'il leur fallait de nombreuses heures pour en faire le tour... Il s'avança alors vers le bord du lac pour en tester la solidité du bout de son bâton. La glace avait l'air très épaisse, pas étonnant avec ce froid polaire…

        « Je voudrais tout de même essayer. Restez sur la berge, je vais voir s'il y a moyen de passer en marchant sur la glace. »

        Prudemment, Tristan ramassa une pierre sur le sol et la lança en direction du centre du lac. Rien ne se passa, la glace ne se fissura pas. Il se décida alors à y marcher, un pas puis l'autre, tout semblait très bien aller. S'ils pouvaient emprunter ce chemin, alors ils gagneraient beaucoup de temps ! Il fit signe à ses compagnons de le suivre. Tristan s'avança encore de plusieurs pas. Ce fut à cet instant que la surface polie du lac rompit tout à coup sous ses pieds. Gêné par sa cuisse blessée, il ne put réussir à maintenir son équilibre, ni à sauter pour éviter cet énorme crevasse dans laquelle il chuta, s'immergeant aussitôt dans une eau horriblement froide.

        Les échos de la cassure retentirent mais là où se trouvait Tristan, c'était un silence de mort. Il ouvrit les yeux sous l'eau, essayant de nager pour retrouver la surface mais la douleur du froid lui donnait la sensation d'être traversé par des milliards de piqûres d’aiguilles. Il n'arrivait pas à retrouver le trou par lequel était tombé. En essayant de remonter à la surface, sa tête se cogna contre un plafond de glace. Au travers de cette plaque translucide, il aperçu ses compagnons et il agrandit les yeux. Il frappa sur la glace avec ses poings mais il avait de moins en moins de force pour la briser. L'air lui manquait. Pourtant, il avait de moins en moins mal. Tout son corps s'engourdissait, anesthésié par le froid. Bientôt, il ne ressentirait plus rien. Dans le silence aquatique, il cru apercevoir le fantôme d'Helix...

        _________________
        Sur des escaliers de brume

        On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 286
        ↳ Points : 265
        ↳ Date d'inscription : 08/11/2015
        ↳ Age : 22
        ↳ Avatar : Zoe Kazan
        ↳ Age du Personnage : 34 & 30
        ↳ Métier : Avocate
        ↳ Opinion Politique : Pro, officiellement. Contre, en réalité
        ↳ Niveau de Compétences : Général 1 - 2 en guérison & sens décuplés - 3 en mauvais choix de fréquentations
        ↳ Playlist : Don't you worry Child - Swedish House Mafia
        Iris - Goo goo Dolls
        Howl - Florence & the Machine
        Lifeline - Imogen Heap
        Grey Room - Damien Rice
        ↳ Citation : On a toujours le choix. Toujours. Il suffit de faire le bon
        ↳ Multicomptes : Enya Rivers & Duncan Idaho
        ↳ Couleur RP : #99ccff



        Feuille de perso
        ↳ Copyright: Lyndi
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Jeu 13 Oct - 21:28

        Tous semblaient suivre l’idée de Shae de longer le lac. Pour une fois qu’elle avait une bonne idée. La jeune femme était décidée à se mettre en route de suite, mais Laura l’immobilisa le temps de mettre de l’onguent sur sa plaie, qui fit un bien fou. La jeune femme lui adressa un sourire plein de gratitude. Laura trouvait encore la force et la gentillesse de s’occuper d’eux. Shae admirait cette femme. Elle admirait sa force. Roman lui avait longtemps parlé d’elle, et elle l’avait imaginée presque parfaite. Elle se rendait compte que Roman n’avait pas menti. Elle était parfaite. C’était un putain de bout de femme. Shae comprenait pourquoi il l’aimait tant. Elle aurait tant aimé pouvoir ramener Laura près de lui…

        « On va probablement être très lent… »
        La jeune femme gloussa. Oui, c’était un euphémisme. Quelle bande de bras cassés. Néanmoins, après avoir mangé un morceau, ils se mirent en route vers le lac. Shae resta silencieuse. Elle essayait de trouver un moyen de dire à Laura ce qu’elle savait. Elle devrait peut-être ne rien lui dire, d’ailleurs. La doyenne du groupe n’avait peut-être aucune envie de savoir que sa famille était là, que Shae et Callum les connaissaient, alors qu’elle allait peut-être mourir. Ce serait enfoncer le couteau dans la plaie. Et puis, Callum n’était pas là. Shae le cherchait des yeux, désespérément. Attendant de le voir débarquer. Il lui manquait, c’était drôle. Il ne lui avait jamais manqué. Quand il était là, elle le voulait, mais c’était de la curiosité et du désir. Un peu d’affection, avouons-le, elle s’était attachée à lui au-delà de la dimension physique. Mais elle n’avait jamais ressenti le manque de sa présence, parce qu’elle n’avait jamais cru le perdre. Or, en cet instant, elle l’avait peut-être perdu, et la sensation était loin d’être agréable. Tristan trouva une nouvelle boite d’onguent en route qu’il donna à Laura. Il semblait que le frêle jeune homme avait fini par s’attacher au groupe, après avoir tenté de fuir. C’était bien. Ils avaient besoin d’être ensemble. Ils atteignirent enfin le lac gelé. Une immense étendue d’eau. Il suffisait de longer et ils trouveraient quelque chose.

        « Tristan, à ta place, je… »
        Trop tard. Tristan avait commencé à avancer sur le lac, canne à la main. Et ce qui devait arriver arriva : la glace rompit et Tristan se trouva sous l’eau. Avec sa jambe blessée, impossible qu’il puisse sortir tout seul. Shae hurla et se précipita vers lui, ignorant qu’elle aussi se retrouvait sur la glace. Ignorant qu’elle aussi pourrait sombrer. Elle repéra vite le jeune homme sous l’eau, et, agenouillée, son arme de fortune en main, frappa de toutes ses forces sur la couche de glace. Au troisième coup, elle céda, et Shae attrapa la main de Tristan, laissant l’arme sur la glace devant elle. Elle allait le tirer vers elle quand elle sentit le lac se dérober sous ses genoux. Elle sombra avec lui.
        Il faisait si froid là-dessous. Tellement froid qu’on pouvait s’abandonner. Mais Shae garda la main de Tristan bien fermement dans la sienne et tenta de retrouver l’ouverture qui l’avait faite tomber. Ils n’allaient quand même pas crever comme ça. Ce serait con, après avoir survécu aux guêpes mutantes et aux loups, mourir noyé….

        _________________


        Each and every time I see you
        It's just as hard to leave you as the last time
        So we come to a decision, draw a line in the sand
        And stand on different sides yet I reach out for your hand



        Spoiler:
         

        Spoiler:
         
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur

        Féminin
        ↳ Nombre de messages : 285
        ↳ Points : 39
        ↳ Date d'inscription : 10/11/2015
        ↳ Age : 23
        ↳ Avatar : Jake Gyllenhaal
        ↳ Age du Personnage : 36
        ↳ Métier : Pompier
        ↳ Opinion Politique : Le pouvoir c'est le pouvoir, tout le monde en a. Il s'en fiche en somme.
        ↳ Niveau de Compétences : Ne le touchez pas pour éviter de le savoir. (-8 en contrôle de soi)
        ↳ Playlist : La minute du silence répétée à l'infini.
        ↳ Citation : L'homme est un loup pour l'homme.
        ↳ Multicomptes : Timothée G. Morel



        Feuille de perso
        ↳ Copyright:
        ↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
        ↳ Liens du Personnage
        :



        MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de glace   Ven 14 Oct - 0:26

        Le froid est mordant. La neige continue de transpercer ses habits bien et surtout ses jambes. Si l’anesthésie dû à sa propre glaciation lui fait du bien ça n’en est pas moins… une glaciation. Le pompier s’arrête alors, ouvre la veste de Shae et passe la ceinture qu’il avait employé précédemment autour de sa veste au niveau du torse. C’était un geste futile mais chaque degré, chaque sensation de confort avait son intérêt en cet instant. Il se devait de les retrouver. Il se devait de vérifier qu’ils allaient bien. Tous. Ses mains sortent des poches pour se positionner autour de sa bouche, il souffle dessus en plissant les yeux. La neige ne facilite en rien la visibilité et il ne saurait dire s’il peut se fier à ses estimations, au placement des étoiles, à la lueur qu’émet le ciel. D’après lui une heure a dû s’écouler peut être deux mais cela lui semblerait peut être beaucoup, mais qui sait ? C’était un peu au petit bonheur la chance et cela le rendait nerveux. Ses missions aux côtés ou non de Rachel, certes laborieuses, n’avaient rien à voir avec cette prison aux dimensions et aspects démesurées. Tout pouvait être trompeur. Tout était trompeur. De la neige au crissement de la classe sous ses pièces, aux rougeurs et charpies sur ses membres. Tout comme le ciel, pourtant son seul gps pour espérer retrouver ses comparses. Le pompier s’arrête alors, pose de nouveau ses doigts contre sa bouche. La neige glace son crâne, ses lèvres, son nez. Les montagnes afghanes semblent si éloignées d’ici. « SHAE ! LAURA ! ……. Quelle bande d’encu*** de chiens de mes co****** …. TRISTAN ! EAMON ! » S’il pouvait seulement voir les visages des bourreaux, juste une fraction de seconde. Juste une fois et ce serait bon. Gravé. Encré. la vengeance est un plat qui se mange froid, tu sais Cal ? L’ex soldat se retourne, tente un 360° à la recherche de son ami mais ne voit rien. Aedan Il se souvient de ses yeux espiègles, de ses joues bouffis sous l’effort et de ce sourire qu’il parvenait difficilement à camoufler. Oui, il se mange froid et cette illusion auditive ne fait qu’étendre son sourire.

        Le temps s’écoule sur ses pas, empruntant une diagonale sur une surface clairement plus périlleuse que la terre ferme. Mais la température extérieure et la durée qu’ait censé avoir la constitution de la glace le pousse à ne pas s’en inquiéter. Ce qu’il veut c’est les rejoindre et une heure, même deux, ne les auraient pas permis de faire le tour du lac. En coupant ainsi, il espérait découper leur silhouette dans cette mystérieuse pénombre neigeuse. Et c’est précisément à cet instant que son pied éveille le monstre qui sommeille en chaque lac, comme pour contredire ses estimations. Pour vu que ce ne soit la seule. Le bruit se répercute dans toute la ville fantomatique. S’ils sont en vie, ils entendront mais sans savoir d’où cela provient. Alors le pompier se met à courir créant toujours plus de fissures. Qui de lui ou du lac gagnera cette course ? Ses jambes persécutent sa ténacité à la douleur mais il tient bon, se met à taper sur sa veste et ce qui lui reste de pantalon tout en courant. Ca semble complètement stupide mais d’un coup, encore plus étonnant, il se jette littéralement en avant en misant tout sur sa nouvelle portance, l’aspect légèrement penché de la glace vers le nord est et le plus si nouveau blouson de Shae. Contre toute attente…. Ça fonctionne. Il glisse. Il glisse vite avec son poids et en remercie presque tous ces degrés en dessous de zéro qui facilitent son échappatoire. Il parcourt plusieurs mètre ainsi avant de se redresser avec précaution. Derrière lui, la ville de toute sa grandeur, de toute sa détresse hivernale. Ca a quelque chose de magique voire mystique avec cette neige perpétuelle, un peu comme les cendres à présent disparu. Il soupire avant de laisser un fin rire s’échapper. Ses mains s’enroulent de nouveau autour de sa bouche, les appeler. Encore et encore. Marcher. Les trouver. S’assurer qu’ils vont bien. Seulement ça, après…

        _________________
        Hope & Redemption
        Just one smile. Just one life.
        by Santayana
        Revenir en haut Aller en bas
        Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3094-la-torture-il-y-
         

        The Forgiven Days } l'Arène de glace

        Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
        Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

         Sujets similaires

        -
        » The Forgiven Days } l'Arène marécageuse
        » Midori Days
        » GLACE ITALIENNE EXPRESS avec un Blinder pour moi
        » [Safrane phase 2 RXE] Probleme manette essuie glace avant
        » [résolu]Panne essuies glace avant et arrière

        Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
        CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Colosseum-