AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Forgiven Days } l'Arène de sable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Dim 18 Sep - 15:14


« The chain will be broken. And all men will have their reward »



the forgiven days





« Vous avez l’honneur d’avoir été choisis pour triompher. A la force de votre détermination, la clé du succès vous garantira la grâce. L’absolution de vos vices. Le triomphe sur le sable du Colosseum et votre vie sera déchargée de tout ce qui peut l’entacher. Vous avez été choisis pour un nouveau départ sous les applaudissements de la foule. De ce peuple qui voudra être à votre place. Vous allez être les premiers, les créateurs d’un nouvel espoir. Ici, dans le cœur même de notre nation. Aujourd’hui, et demain. »

Cette arène est un véritable désert de sable et de terre rouge. La chaleur y est étouffante. Le seul moyen d’y échapper est de se réfugier dans les innombrables canyons qui composent le lieu. Frais la journée, ils deviennent de véritables glaciaires une fois la nuit tombée. S’y cacher est un vrai jeu d’enfant, s’y perdre également.

Les plus adroits s’y frayeront un chemin sans trop de mal, les plus gauches ne manqueront pas de trébucher sur des rochers mal calés. Prudence et astuce, sont les choses essentielles dans cette arène. Un seul point d’eau, perdu au milieu des canyons, sur une plateforme escarpée, en hauteur. Difficile à atteindre en somme.



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
↠ Les participants ont été directement amenés au Colosseum après leur tirage au sort. Ils ont malgré tout eu le temps de se "présenter" avant que la drogue ne soit injectée dans leur système, afin que des noms s'apposent sur les visages qui vous accompagneront dans cette épreuve.
Il n'est pour pas encore permis de lancer les dés, cela ne pourra se faire qu'à partir du prochain tour. Il s'agit pour l'instant seulement de poser le cadre, la réaction de votre personnage, sa découverte des lieux.
↠ Vos personnages n'ont pas à s'entretuer pour l'instant, il s'agit seulement de survivre aux obstacles de l'arène. Vous pouvez rester tous ensemble, vous isoler ou vous diviser par petits groupes.
↠ Les créatures surnaturelles sont privées de leur pouvoirs.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici une semaine (le dimanche 25/09) au moins une fois (plus si vous le pouvez ), sinon votre personnage sera automatiquement éliminé.



groupe IV - liste de participants

↠ Ange E. Dalton
↠ Elizabeth Cross
↠ Grayson Hawk
↠ Horus G. Wayland
↠ Lazlo Andersen
↠ Timothée G. Morel


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Dim 18 Sep - 18:38

« …les créateurs d’un nouvel espoir. Ici, dans le cœur même de notre nation. Aujourd’hui, et demain. » Aujourd’hui, et demain. Aujourd’hui, et demain. Aujourd’hui, et demain. La voix résonne. Mon souffle lui, se meurt aussi vite qu’il s’extirpe de ma cage thoracique. Je grimace, ouvre un œil. L’impression de m’être pris une cuite sans avoir touché le moindre verre d’alcool, pas depuis que mon fournisseur avait découvert que je piquais dans sa cave.  L’impression de m’être fait légèrement éclaté la face contre un muré en ayant, pourtant, étais très sage ces derniers mois. A priori, il suffit d’un rien aujourd’hui pour se retrouver dans cet état. Sauf que là, la cause n’est pas anodine. J’inspire, mes yeux s’ouvrent d’un coup. Je crache, me redresse. Il ne me semble pas avoir pris du sable comme ultime repas, pourtant, j’ai vaguement l’impression de rejeter une mer de sable. Une main sur le visage, je plisse les yeux et découvre l’arène qu’ils m’ont choisi. Genoux enfoncées dans cette plage sans fin, mes phalanges se crispent de concert avec ma mâchoire. De mieux en mieux. Toujours hagard mais décidé à identifier mes compères de galère, je m’étire sur mes jambes rigides, trouve un point d’équilibre et bloque la lumière de mes mains en couperet. Personne. Bien bien bien. De mieux en mieux. La bouche sèche, j’opte pour la technique de salivation et avale. Ca ne change rien mais ça a le mérite de me faire croire en mini contrôle sur cette situation. Le hasard m’aurait conduit là. Evidemment. « Les créateurs d’un nouvel espoir »… faudrait-il encore rester plus de 5 minutes dans ce désert sans engloutir tout le sable qui s’y trouve. Bref, je marche.

Pas plus de 5 pas avant de m’écraser sur le sol. La drogue s’écoule toujours dans mon sang, j’en sens encore le liquide froid me parcourir sur les premiers instants, tout comme l’aiguille dans ma peau. Je frissonne. Je frissonne d’effroi vu que la température ne permet pas de se transformer en stalagmite. Me retournant, je cherche ce qui m’a fait tomber et regrette de ne pas avoir une paire de lunette de soleil. La lumière me transperce les rétines sans parvenir à identifier le corps qui se trouve allongé là. Lui, ou elle, ne semble pas en meilleur état que moi. Je me redresse en grognant et palpe le corps pour trouver le haut du corps et le secouer. Allez belle au bois dormant… il est temps de se réveiller au pays des merveilles… Winnie l’ourson, Tigrou, Mickey et Daffy t’attendent… Une seconde secousse et je sens l’autre émerger ce qui me pousse à me reculer, sait-on jamais. Voila. On est deux. Deux c’est pas mal mais ça casse pas trois pates à un canard… Deux c’est bon pour un groupe de duo comique, deux clowns, pas le spectacle dont Danny et les mignons du Gouvernement raffolent. Non. Deux c’est une grosse blague ou un duel, et franchement avoir autant d’espace pour commencer par un duel… ce serait du gâchis. Du gros. Qui n'aimerait pas voir ce corps d'athlète se battre contre les éléments PUIS contre des inconnus pour sa propre survie ? Personne, voyons. Tout le monde apprecie ce genre de spectacle où l'humanité disparait dans l'euphorie générale. Alors... les autres ? Ils sont où ? De nouveau debout, je force mes yeux à rester ouverts plus d’une fraction de seconde, découvre ce que ça fait d’avoir un arc en ciel dans les yeux : ça défonce mais c’est joli. Bordel… je me sens déjà épouvantail… A défaut d'être un clown...

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Lun 19 Sep - 21:51



 

 
The Forgiven Days

 
“I don't Know, I don't want to know”


 
MERDOUILLE! J'AI SUPPRIMER MON RP PAR ERREUR!

love.disaster


_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.


Dernière édition par Ange E. Dalton le Lun 26 Sep - 16:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Mer 21 Sep - 23:04

Choisis. Honneur. Comme un privilège absurde auquel personne ne croit plus. Choisis. Comme un châtiment implicite, une menace avouée. Choisis, comme dans « nous savons qui vous êtes, ce que vous êtes, ce que vous faites. » Comme dans « nous vous surveillons ». Choisis, et le hasard n’avait rien à voir là dedans, j’en étais certain. Vie entachée, nouveau départ, le message était on ne peut plus clair.

Le terme de Colosseum à peine prononcé, je savais déjà ce qui m’attendait. J’étais entravé, encore étourdi par un coup reçu à la tête, mais je devinais déjà la suite. Les Jeux. Ils avaient repris, et je faisais partie des premières victimes. Pourtant, une seule pensée m’obnubilait. S’ils m’avaient arraché aux tréfonds du Bones, comment être sûr qu’ils n’aient pas enlevé Moïra aussi ? Par pitié, pas elle. Pourvu qu’ils l’aient laissée tranquille. Mes paupières semblaient de plomb lorsque j’avais tenté de les soulever. La lumière était trop vive. Dans l’interstice, je distinguais des silhouettes, des visages flous. Et puis le venin froid d’une aiguille sous la peau.

Je me réveille plus tard, le visage dans une matière asphyxiante, le dos brûlant. Je tente de respirer, ouvre la bouche, mais les particules sèches pénètrent mes narines et dévalent mon larynx. Je suis pris d’une quinte de toux et parviens à me redresser sur mes avant-bras, retrouvant peu à peu mes esprits. Sable. Je suis étalé dans le sable. Je pousse sur mes paumes pour m’asseoir et jette un rapide coup d’œil alentour. Un… désert ? Le soleil implacable me vrille les tempes, et je mets un moment à me rappeler ce que je fous là, passant une main hésitante dans mes cheveux couverts de ce foutu gravier ocre.

Quand je recolle finalement les morceaux, l’effarement domine. Où nous ont-ils transportés ? Et d’ailleurs, où sont les autres ? Il doit forcément y en avoir. Plissant les yeux sous la lumière aveuglante, je repère bientôt deux silhouettes floues vibrant dans la chaleur, à quelques centaines de mètres. Je pourrais probablement m’éclipser en sens inverse sans qu’ils ne détectent ma présence. Mais je devrais les affronter tôt ou tard, n’est-ce pas le principe de ces spectacles horrifiques ? Quoi qu’il en soit, tant qu’on ne m’y forcera pas, je n’ai aucune intention d’attaquer qui que ce soit. Et comme nous n’avons pas, à ma connaissance, reçu d’autres instructions que leur laïus de propagande, peut-être vaut-il mieux commencer par coopérer. L’union fait la force, paraît-il.

Mais ce n’est pas la véritable raison qui me pousse à tituber vers ces deux personnes. Non, je veux être bien certain que Moïra n’est pas l’une d’elle. En arrivant à leur hauteur, je me laisse un instant submerger par le soulagement. Pourtant, si l’homme m’est inconnu, la femme, elle, m’est familière. Je reconnais immédiatement sa voix rageuse, alors qu’elle semble en pleine crise d’hystérie.

— Ange.

Je crôasse. Une sensation oubliée parchemine ma gorge. La soif. Comment est-ce possible ? Peut-il s’agir d’un de ces foutus vaccins qui circulent au marché noir ? Il paraît que leurs conséquences sont désastreuses… Mais je m’inquièterai de ça plus tard. Mon ton est aussi sec que ma langue lorsque je prends la parole.

—Ange, gaspille pas ta salive, tu vas en avoir besoin.

Un bref hochement de tête salue également l’autre protagoniste, un jeune type à la dégaine d’éternel ado.

—Va falloir trouver de l’eau.

C’est le seul moment où le fait d’avoir grandi dans le Nevada s’avèrera peut-être utile.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 189
↳ Points : 152
↳ Date d'inscription : 26/07/2016
↳ Age : 18
↳ Avatar : Jamie Dornan
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Médecin généraliste, autrefois videur dans un bar
↳ Opinion Politique : Du moment que l'on le laisse tranquille, il s'en moque un peu beaucoup
↳ Playlist :

The Chainsmokers ft Halsey - Closer | Ellie Goulding -Love me Like You Do | Ariana Grande - Problem | Sia- Cheap Thrills | Halsey - Gasoline/ Control |
↳ Citation : You can't wake up, this is not a dream
↳ Multicomptes : James
↳ Couleur RP : #99cc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Noah chouchou
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Jeu 22 Sep - 1:59

Il y a des fois où on se demande si le destin ne se foutait pas réellement de notre gueule. Parce que je pouvais bien me le demander. Souvent. Trop souvent même. Qu'est-ce que je foutais dans cette vie? Qu'est-ce que je foutais tout court à dire vrai? J'avais pas assez souffert comme ça? C'était d'un ridicule bon sang. D'un ridicule complet. Et pourquoi? Parce que je ne pouvais pas vivre, enfin continuer à le faire comme il était question que je le faisais à l'instant. Un coup à la gueule, encore et encore comme si de rien était. Et pourquoi diable? Pour mieux que l'on s'étale au sol ou bien que l'on râle sur le fait que l'on ne puisse rien faire parce que nous sommes que des pauvres bêtes, des moutons sans bergers? Je ne voulais pas dire que j'étais faible, mais je l'étais quand même. Trop de mal en moi. Trop de souffrance. Trop de souvenirs qui me faisait grincer des dents. Et puis là, nous avions l'honneur, non attendez l'honneur de ce faire choisir pour cette mascarade? Pour ce truc? Où est-ce que j'avais signé dans ma pitoyable existence pour que la vie me ramène des merdes pareilles? Non mais sérieusement.

J'avais l'impression de m'être pris un tank plus le bataillon au complet dans la gueule, preuve que m'endormir par voie non naturelle, ce n'était pas quelque chose qui me faisait réellement. J'étais doué pour refilé les médocs et non pas pour les prendre, que l'on se le dise. Et là, j'avais l'impression que la terre tremblait. Enfin, j'aurai préféré que ce soit et non pas une voix qui me parlait de.... Contes de fées? Est-ce que j'étais ici avec un gamin? J'ouvris aussitôt le seul oeil qui était encore potable, au vu de ma personne et tentai de me dégager de ce mec... qui aimait un peu trop me secouer dans tous les sens. « J'ai connu mieux comme réveil, mais t'a quel âge pour parler ainsi? Hein? Pendant un instant, j'ai cru que tu étais un gamin avec une voix d'homme mature. Je pensais que mon cauchemar était d'affronter un gosse quoi.» Je détaillai l'homme du regard avant de grogner et de me hisser péniblement sur les jambes, du moins, tombant au moins une à deux fois avant de m'épousseter brièvement. Pinçant les lèvres, je regardais autour de nous avant d'hausser un sourcil à sa réplique. « Je te dirais bien que la drogue c'est mal, mais hélas, je suis aussi drogué que toi.» Secouant la tête, je tentai de rendre mon regard plus fixe, plus assuré, bien que je n'avais que du sable à perte de vue sous les yeux et Monsieur Mickey Mouse là. Soupirant longuement, je me mordillai la langue avant de tenter péniblement d'avancer. Il doit sûrement en avoir d'autres. Sûrement. Et au fait, révises ta technique de réveil. Y'a plus doux.» Un désert... franchement. Comme disait l'autre mec avec nous, il va nous falloir de l'eau et très vite.

_________________



Love me closer, and we ain't ever getting older. — Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Ven 23 Sep - 15:53

[spoiler] Pour info mes petits loups, Tim voit son frère mort alias Bastien. Du coup quand c'est en italique, c'est un dialogue dans sa tête. Le orange c’est la couleur de bastien. Non non, il est pas fou [/color]

« ARR! Ça y est! Qu'ils aillent tous se faire foutre! Bande de babouin préhistorique incapable de se lâcher le membre une seconde et de faire le sale boulot eux-mêmes! »  Ca c’était envoyé. Je passe outre le regard qu’elle venait de me lancer avant de faire sa crise et laisse échapper un sourire. Elle a raison après tout et sa manière de l’exprimer est tout aussi sympathique si ce n’est beaucoup plus fun que le gros fuck qu’on pourrait diffuser devant une caméra. D’ailleurs, où est-ce quelles sont ces saloperies ? Faut bien que le spectacle se fasse non ? Ce n’était pas que pour entretenir nos tablettes de chocolat qu’on était là. Fallait créer l’espoir… ou la crainte plutôt. Quelle bande de trou d’cul en slip. J’entends presque leur rire d’ici, bien protégé derrière les écrans de contrôle. Bien loin d’ici. Ces enfoirés. Quel message espérait-il entendre si ce n’est la comparaison animale déjà effectué ? Une déclaration d’amour, des supplices ? Qu’ils aillent se faire empapaouter chez les grecs. S’ils sont pas tous morts eux aussi, et puis merde ça leur fera les pieds de se retrouver dans un désert eux aussi. Bordel. J’aimerai cracher, mais j’en suis bien incapable. Un homme apparait au moment où celui que j’ai accidentellement écrasé et volontairement secoué m’interpelle. Mes yeux, s’habitant malgré eux à la lumière, se posent sur lui. Tu vas t’éclater… T’as pas idée… Je soupire, blasé en deux minutes ou pas encore en train de réaliser. Au choix. Si t’as envie de faire ton mijauré et ton casse burne fait toi plaisir, c’est le moment…   Je me détourne pour entendre l’autre et c’est là que je percute. Cette fille c’est l’ancien visage du gouvernement. Elle aussi avait toutes les raisons de se retrouver ici. Quant aux autres… aucune idée. Ce pourrait-il qu’il y ait des fidèles au gouvernement ? Mon cher cousin ? Stain peut être ? Kenny en serait tellement ravi, devant sa télé à bouffer du popcorn sans chercher à aider ses potes. Enfin, j’ai du mal à y croire. Je vois plus une sélection truquée avec trois pecnos du gouvernement totalement inutile. C’est peut être ton cas..Oui, possible mais c’est surement plus la méfiance qui m’y a entraîné… Bastien se trouve là, au milieu de nous tous. Personne ne s’imagine avoir un cinquième membre à ce petit club. Aussi inutile soit-il, au moins me distraira-t-il. Dans tous les cas, en sortant d’ici, vivant de préférence, tous de préférence, on pourrait peut-être se faire un petit recrutement de voyou contre le gouvernement. Les rares pro gouv changeront peut être d’avis en cours de route, j’ai bonne espoir.

Nous sommes donc quatre. Quatre c’est pas mal, ce n’est pas fou mais c’est pas mal : le grincheux, la jeune femme hystérique, le baroudeur du dimanche et le petit scientifique. Quelqu’un en aurait fait une bande annonce, on aurait cru en bonne comédie style very bad trip au milieu du désert mexicain. A défaut d’u trouver un lion, on trouvera des crocodiles, ça peut être fun. J’observe autour de nous, ça pourrait faire une belle carte postale si la mort ne nous attendait pas. Bien, on se tient la main, deux par deux et on va vers les canyons ? Il y fera surement plus frais et ce sera plus agréable pour parler de la suite, non ? ] Sans attendre plus, parce que j’ai pas envie de me transformer en torche, je me détourne et me dirige vers l’est. Au passage, ma main tape l’épaule de ma serpillière. Allez Grincheux, fais pas la tête comme ça… Je lui souris, tentant de rester léger face à la situation. Déjà qu’on est bloqué ici autant ne pas leur offrir le luxe de nos inquiétudes. Qu’on les emmerde jusqu’au bout, donnons l’inverse de ce qu’ils veulent.

Spoiler:
 

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Ven 23 Sep - 16:39

Une chaleur à crever et la sensation d'avoir du plâtre dans la bouche
Ils lui étaient tombés dessus, comme ça, sans prévenir. Leurs mains fermes s'étaient abattues sur ses épaules et pendant une fraction de seconde il avait cru qu'enfin les Peacekeepers avaient compris qu'il faisait partie de la Résistance. Durant cette même fraction de seconde il s'était dit qu'eh beh, il était temps. Mais le coup qu'il avait pris dans la nuque et qui l'avait assommé lui avait fait comprendre qu'il aurait peut-être préféré que ce fussent, effectivement, des Peacekeepers.

Du sable plein la barbe et la mauvaise sensation de planer.

Il ne se souvenait qu'à peine de leur laïus, mais avait entendu très clairement les mots "arène" et "survivre". Ils étaient gravés dans sa mémoire, empiriques, et pourtant rien des phrases qui les avaient accompagnés ne lui revenait. Pris de la sensation désagréable de manquer d'éléments, il se força à ouvrir, péniblement, les yeux.

Les rayons aveuglants du soleil le déstabilisèrent un temps, suffisamment pour qu'il tourne la tête et sente l'aspect rugueux de ce qui semblait être du sable. Rassemblant ses forces pour se redresser, les paupières toujours résolument closes, il sentit chaque petit grain s'immiscer dans les plis de ses vêtements, le long de ses membres, pour rejoindre le sol. Et, non loin de lui, il entendit des voix.
Trois hommes et une femme. De ce qu'ils disaient, c'était la merde. Et apparemment il était question de connards et de... Mickey ? Merde, qui que ce soit qui les avait choppés avait vraiment pas lésiné sur la drogue pour qu'ils se retrouvent dans une version aussi hardcore de Disneyland...

Secouant la tête pour se remettre les idées en place, le Résistant finit par recouvrer suffisamment de forces pour se redresser, et enfin ouvrir les yeux. Des étendues sableuses à perte de vue, un soleil de plomb, et pas l'ombre d'un point d'eau. Et les propriétaires des voix qui tenaient conciliabule dans sa vision périphérique.
Le plus jeune, celui qui divaguait sur Winnie et Mickey, semblait le plus vif de tous. Et, vu le flot de paroles qui coulait de sa bouche, il serait probablement le premier à mourir s'ils ne trouvaient pas rapidement de l'eau. A côté de lui se trouvait un autre type tout aussi jeune, une blonde dont le visage lui disait vaguement quelque chose et... Non ? Si. Sérieux ? Grayson.

Le gamin reprenait la parole alors qu'il se rapprochait du groupe, et posait une main sur l'épaule de Grayson pour signaler sa présence. D'un bref mouvement de tête, il salua le reste de l'assemblée avant de reporter son attention sur le bavard. Il ne lui plaisait pas ce gosse. Il faisait exactement comme lui, jouait la provocation et parlait trop. Ca fait toujours mal d'avoir ses propres défauts incarnés dans quelqu'un d'autre que soi-même.

-J'sais pas ce que t'as pris, Tom Pouce, mais faudra que tu me donnes le nom de ton fournisseur une fois qu'on se sera tirés de ce merdier. Par contre t'as raison sur un truc : faut qu'on bouge de là.

A contrecœur, il lui emboita le pas, s'assurant pourtant bien de rester à proximité de Grayson. Des canyons sillonnaient l'étendue désertique, mais le sable empêchait d'évaluer précisément leur profondeur ou même leur finalité. Restait qu'ils étaient la solution la plus sûre pour s'abriter du soleil, d'autant que celui indiqué par le Gamin ne semblait pas trop éloigné d'eux.
Il la sentait pas, cette histoire. Et il ne comprenait toujours rien de ce qui se passait. Et la blonde à côté de lui continuait de lui dire quelque chose, et il avait son prénom sur le bout de la langue, il le savait. Pourtant il avait des questions bien plus pressantes auxquelles trouver des réponses, et se pencha vers la seule âme qu'il connaisse un tant soit peu.

-Bordel, si j'avais su qu'on s'offrirait une excursion surprise au Sahara, j'aurais embarqué mon chameau rétractable. Qu'est-ce qui se passe ici ? Je me souviens d'absolument rien...


Spoiler:
 

_________________

Every morning I jump out of bed and step on a landmine. The landmine is me. After the explosion, I spend the rest of the day putting the pieces together. ×

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre

Féminin
↳ Nombre de messages : 59
↳ Points : 13
↳ Date d'inscription : 14/08/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Taylor Momsen (c) Shiya
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Bijoutière-joaillière
↳ Opinion Politique : Désapprouve. Fait profil bas mais tente d'aider comme elle peut.
↳ Niveau de Compétences : débutante (lv.1) pas tellement consciente de ce qu'elle est
↳ Playlist : Sound of silence (Disturbed) | Red like Roses (RWBY) | Going to hell (Pretty Reckless) | The devil within (Digital Daggers) |
↳ Citation : "This hell you put me in I'm underneath your skin"
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : burlywood



Feuille de perso
↳ Copyright: R!hanna
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Ven 23 Sep - 18:39


The Forgiven Days
Apparemment, le destin veut absolument te pourrir l’existence avec un simulacre de ‘nan mais j’te jure, c’est pour ton bien’ mais si la foule tient tant à prendre ta place, qu’elle n’hésite pas, tu la lui cèdes volontiers. Tu n’as qu’une envie, celle de retourner dans ta boutique et rester loin de toutes ces merdes. Tu as déjà les tiennes à gérer, tu n’as pas besoin d’une raison de plus d’angoisser mais on te l’offre généreusement. Comment t’en es arrivée là ? Aucune idée, tu te souviens avoir atterri au milieu du Colosseum alors qu’y mettre les pieds à toujours voulu dire que tu étais sur la mauvaise pente. C’est ce que tu as vaguement compris. Ton point de vue de la chose. Tu n’es pas seule dans le cas présent mais tu es tellement noyée dans la peur du moment présent que tu n’assimiles pas vraiment tout ce qui se déroule sous tes yeux. Tu sens un picotement et tu tournes la tête, puis tu ne sais plus trop… T’as pas eu le temps de comprendre qui t’amènes là, pourquoi…t’as juste un goût amer dans la bouche et c’est pas sur le point de s’arranger.

Tu grimaces dans ton ‘sommeil’. Quelque chose ne va pas, tu as excessivement chaud au point que ça te brûle la peau et tu te réveilles. Avec angoisse, tu constates que tu n’as aucun point de repères et pour cause, tout n’est que sable. Un désert de perdition songes-tu, toujours aussi optimiste. Tu te lèves assez rapidement, peut—être un peu trop : la chaleur est étouffante et tu restes un instant sur place, histoire de te reprendre. Pendant un bref instant, l’idée t’es venue que ce soit l’une des surprises sadiques de Drake mais si tu risques de mourir ici alors tu en doutes. Faire souffrir oui mais tuer non. Sinon ça fait longtemps qu’il t’aurait laissé moisir au Colosseum. Là il n’a rien fait… tu en es persuadée et bizarrement, ça ne te rassure pas. Une voix de femme, élevée, visiblement en colère te sors de ta torpeur et tu marches dans cette direction mais tu ne sais pas ce que tu vas y trouver alors chaque pas est hésitant. Le sable n’aide pas non plus, cette texture ne t’es pas familière mais tu te rapproches du  groupe. Tu veux leur faire signe, les appeler mais ils sont déjà en pleine discussion et tu n’arrives pas à prononcer le moindre mot enfin jusqu’à ce qu’un élégant « Putain » sorte de ta fine bouche. Magnifique entrée en la matière Lizbeth ! ...

Tu sais pas comment aborder ces gens dans un contexte qui t’es totalement étranger, sans tête réellement familière, sans même une conversation passe-partout. Quand tu sociabilises c’est soit dans ton magasin, soit quand tu en as marre de faire profil bas. En plus, t’es restée muette un temps et t’en gardes quelques traces mais tu as trop peur de rester seule. A défaut de faire confiance à quelqu’un, tu fais un pas vers l’autre femme du groupe. Non pas que tu aies peur des hommes mais tu te vois mal faire un pas vers eux. C’est sans doute un réflexe. Toi aussi tu te questionnes sauf que t’as pas de réponses de plus à fournir. Tout ce que tu sais c’est qu’il n’y a pas de logique qui se dessine sous tes yeux. Pourquoi vous, pourquoi cette nouvelle lubie ? Comment aussi ? « Est-ce qu’on peut au moins vraiment se barrer d’ici ? » Toi et ton côté rassurant ! Faut dire que tu sais même pas comment vous avez débarqué dans une zone désertique. « A part avoir été extirpée de ma tranquillité, je n’ai pas énormément de souvenirs aussi. C‘est flou…». Tu vas les suivre, parce que tu sais pas quoi faire d'autre et surtout que partir seule c'est pas une bonne idée dans un lieu si hostile.
 
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
Just pretend it's
a fucking game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Ven 23 Sep - 22:59

Le soleil a dû taper trop longtemps sur la tête des deux autres mecs, qui semblent résolus à tourner les choses en dérision. Sont-ils vraiment à ce point insouciants, ou n’ont-il pas encore pris la mesure de la situation ? J’observe d’un œil critique leur petite joute verbale, en me demandant si je ne ferais pas mieux de les planter tous là, lorsqu’une main se pose sur mon épaule. Alarmé, je me retourne un peu brusquement et découvre une barbe ensablée mais néanmoins familière. Lazlo, l’homme aux pigeons… J’aurais jamais imaginé le recroiser dans ces circonstances, mais je n’irais pas pondérer sur les voies du Seigneur.

Je n’ai que le temps de lui offrir un vague rictus de bienvenue avant qu’il ne prenne la parole, en réponse à la proposition du grand gosse. Aurais-je loupé le mémo annonçant le concours de vannes ? Dans le cas du dernier arrivé, je parierais plutôt sur un état permanent, puisque je lui ai toujours connu cette verve... Mais en dépit de leurs fanfaronnades, la bande de clowns semble heureusement garder les pieds sur terre : prendre le chemin des canyons qui se dessinent à l’est n’est pas une mauvaise idée. Le climat laisse penser qu’ils seront asséchés, mais avec un peu de chance on pourra encore trouver quelques points d’eau…

J’embarque donc avec la troupe, non sans jeter un œil à la simili-louve pour vérifier qu’elle nous suit. Lazlo reste à mon niveau, et faut croire que mon instinct grégaire n'est pas tout à fait mort, parce que ça fait du bien, de voir des têtes connues en milieu hostile. J’émets un grondement bourru à sa question. Personne n’aime être le messager de mauvais augure... Une nouvelle fille vient de nous rejoindre, le genre de petite chose qu’on n’imagine pas survivre longtemps dans le coin. Elle semble confuse, je réponds donc aussi à son intention.

— Hunter’s Season. En tout cas ça y ressemble furieusement. Drogués et bazardés ici, tout ce que j’sais. Nous z’ont encore rien demandé, alors le môme a raison, on fait bien de se mettre à couvert en vitesse…

Quant à savoir si on a effectivement une chance de se barrer d’ici, en un morceau si possible, je ne préfère pas m’avancer. De toute façon, à ce rythme là, on crèvera de soif avant toute autre cause. Là où j’ai grandi, certains cactus renfermaient de l’eau… Je scanne donc l’horizon à la recherche du moindre signe de végétation, mais ne distingue que des buissons desséchés. Depuis combien de temps n’a-t-il pas plu, ici ?

Nous atteignons finalement l’ourlet d’un premier canyon escarpé. Le fond, quelques dizaines de mètres plus bas, ne révèle qu’un lit de poussière. Mais peut-être qu’à l’ombre… J’ai la sensation d’avoir du papier de verre dans la gorge et ça commencerait presque à me rendre dingue. À moins que ce ne soit le début d’une insolation ? Je regrette déjà l’époque bénie où j’étais demi-mort et délivré de ces encombrants besoins vitaux.

— N’a qu’à le longer pour trouver un moyen de descendre.

Mon commentaire s’adresse à tout le monde et personne en particulier, je ne m’arrête pas pour en débattre. Un peu plus loin, on découvre enfin une voie plus ou moins praticable. Ça reste assez raide, et je m’arrête un instant pour analyser le passage d’un œil circonspect.

— Un volontaire pour y aller en premier ?
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Sam 24 Sep - 2:10

Par réflexe, il avait pris place à côté de Grayson, mû par cet instinct typiquement faux et pourtant bien humain de rester à proximité de la seule personne qu'il connaissait dans ce groupe. D'autant que l'homme avait sauvé son pigeon, donc il était fiable. Pour le reste, c'était du bonus. Il connaissait suffisamment l'animal pour avoir compris qu'il posait plus de questions qu'il ne donnait de réponses, et ne fut pas particulièrement surpris de n'obtenir qu'un grognement réprobateur en guise d'information. Ce fut pourquoi il se retourna vers la nouvelle arrivée, une jeune femme frêle et tout aussi paumée que le reste du groupe, et lui adressa un sourire chaleureux.
Ils étaient tous dans la même galère, après tout. Et s'il ne faisait pas confiance à la grande majorité de ses compagnons d'infortune, il pouvait quand même rester un tant soit peu courtois. Encore plus alors que la question qu'il avait posée, reprise par la jeune femme, se voyait maintenant gratifiée d'une réponse par le plus bourru de la bande.

Malgré la chaleur ambiante, son sang se glaça immédiatement et il perdit toute envie de sourire. Les Hunter's Seasons ? Grayson ne pouvait pas être sérieux, ce n'était pas possible. Pas après qu'ils se soient battus pendant toutes ces années, pas après qu'ils aient provoqué attentats sur attentats justement pour éviter ça. Sans s'en rendre compte, le Résistant avait marqué un temps d'arrêt, suffisant pour que le groupe prenne de l'avance sur lui. Les tremblements, dans ses mains, revenaient. Cette sensation abjecte de terreur revenait, celle qui l'avait pris à la gorge et ne l'avait plus lâché pendant des semaines après qu'il ait été forcé de commenter l'agonie de sa propre sœur dans ce maudit Colosseum.
Rien ne changeait jamais. Pris d'un frisson, il se tourna vers le soleil de plomb, plissant les yeux pour repérer ne serait-ce qu'une faille, quelque chose qui puisse indiquer le Colisée. Est-ce que Tristan, est-ce que Maisy avaient été tirés à nouveau dans cet Enfer pour fabriquer ces bancs de sable ? Est-ce que c'était comme ça que tout était sensé finir, dans un cynisme sans bornes pour alimenter la crainte et noyer définitivement tout espoir de rébellion ?
Non. Non.

Non. Il avisa le groupe qui l'avait maintenant distancié, alors que ses propres jambes déjà cotonneuses à cause de la drogue menaçaient de le lâcher. Non. Il prit une inspiration et ses deux jambes pour rattraper ses compagnons. Non. Les oreilles bourdonnantes et la tête alourdie, il entendit vaguement Grayson prononcer le mot "volontaire". Non, il ne se laisserait pas buter comme une merde par des technocrates à la con engorgés de pouvoir et de pognon. Pas alors qu'il y avait tant à défendre.

-J'y vais.

Il ne leur laissa pas le choix parce qu'il était déjà pris en ce qui le concernait. C'était risqué. Idiot. Mais c'était toujours mieux que de rester les bras ballants à se laisser mourir de chaud. Ou pire.
Arrivé à la bordure du canyon, il enjamba cette dernière et se lança. S'il y avait bien une dizaine de mètres de dénivelé, le début n'était pas trop difficile. Une première pente douce sur laquelle se laisser glisser sur le sable. C'était sans compter la suivante, beaucoup plus raide, à laquelle il ne s'attendait pas. L'adrénaline aidant il tendit les mains dans l'espoir de retenir sa chute, ou de pouvoir trouver un hypothétique branchage auquel se raccrocher pour ralentir.
Mais rien. La glissade continua sur quelques mètres, beaucoup trop rapide, alors qu'il enfonçait ses talons dans le sable en fixant le sol qui se rapprochait bien trop dangereusement. Plus qu'une solution : la position boule et se laisser porter. Par chance, le sable amortit sa chute et il se releva ankylosé au terme d'une poignée de minutes.

-Eh les gars, je suis vivant ! Ca glisse beaucoup mais c'est jouable !

Le cœur encore battant, il avisa le canyon devant lui. L'artère était fraîche, et s'étendait sur des dizaines de mètres avant de se scinder en plusieurs capillarités, mais toujours aucune trace d'eau. Au moins ils seraient au frais. Pour un temps.


_________________

Every morning I jump out of bed and step on a landmine. The landmine is me. After the explosion, I spend the rest of the day putting the pieces together. ×

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre

Masculin
↳ Nombre de messages : 1572
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Dim 25 Sep - 23:47


« The chain will be broken. And all men will have their reward »



the forgiven days





Lancé de dés, vos options:
1 - Une violente tempête de sable se lève, emplit vos yeux de ses gravillons brûlants. Les grains éparpillés se reforment, pour se muer en créatures des sables monstrueuses, avec une seule idée en tête : vous traquer.
2 - Des centaines de scorpions et de serpents au venin mortel commencent subitement à grouiller tout autour de vous.
3 - L'une des roches du canyon sur lequel vous avez posé vos pieds s'effondre, vous chutez dans le précipice qui s'ouvre sous vos pieds.
4 - La grêle tombe, fait chuter des cailloux de la taille de votre poing sur vous. La pluie n'a rien de salvatrice, elle est au contraire particulièrement destructrice, elle heurte le sol sans ménagement.
5 - Une brume toxique surgit au loin à toute vitesse. La seule issue est la fuite. Le brouillard est chargé d'acide, de quoi carboniser votre corps et faire littéralement fondre votre chair.
6 - Rien ne se passe, votre route est libre de tout obstacle.



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
↠ Les créatures surnaturelles sont toujours privées de leur pouvoirs.
↠ Un participant perdra la vie au prochain tour. Sauf volontaire, il sera probablement désigné parmi ceux ayant le moins posté, sinon au hasard.
↠ Jusqu'au prochain tour, chacun a le droit de lancer le dé une seule fois. Vous n'êtes cependant pas obligés de tenter votre chance. Le lancer de dés doit se faire impérativement dans le sujet situé ICI.
↠ De préférence, ne lancez pas tous les dés en même temps, attendez un ou deux jours après le dernier ayant lancé, sauf si votre personnage est isolé du reste du groupe.
↠ Ces obstacles se cumuleront à ceux lancés par Dariya Clarke, la coordinatrice du Colosseum, peu décidée à laisser les pauvres participants reprendre leur souffle.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins d'une semaine (le dimanche 2 octobre) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Ceux n'ayant pas posté seront automatiquement éliminés.



groupe IV - liste de participants

↠ Ange E. Dalton
↠ Elizabeth Cross
↠ Grayson Hawk
↠ Horus G. Wayland
↠ Lazlo Andersen
↠ Timothée G. Morel



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Lun 26 Sep - 16:13

Lancer de dés: 4.


 

 
The Forgiven Days

 
“I don't Know, I don't want to know”


 
C'est le silence entre mes lèvres et ma langue ne claque plus. Je regarde Grayson et grimace intérieurement. J'aurais souhaité qu'aucun visage ne me soit familier. Même lui… Me causerait plus de soucis que de chance. Que des inconnus que je pourrais regarder mourir sans rêver d'eux par la suite ou m'en convaincre du moins. Ces pensées trouble l'ancienne moi, qui ne connaissait aucune des émotions qui étaient désormais miennes. Mais que pouvais-je y faire? Les siècles de maltraitance laissait des marques. Ils se regroupent, pauvre proie prise au piège d'une arène détestable et de sadique en costard. Combien pourrait dire un jour avoir été ici? Combien? Je me referme sur moi-même et observe à la place. Heureuse que personne ne me crache au visage, après avoir reconnu mon minois. Bouillant intérieurement et étrangement calme, contrairement à ma petite crisette quelques secondes plus tôt, j'ai du mal à accepter la situation. Leurs mots sont soudains comme un écho lointain, bien que j'en saisisse chaque note. J'observe les heureux élus se rassembler, ce petit groupe de joyeux lurons qui ne tarderont pas à s'entretuer pour de l'eau… Grayson avait raison. Dans un tel endroit, l'eau était notre meilleure chance. Bien entendu… Elle était presque impossible à trouver.

La marche funeste débute et je laisse les autres prendre les devants. Fermant la marche, aux aguets du moindre détail sortant de l'ordinaire… Si je pouvais dire. C'est instinctif chez moi, je tends mes oreilles et appel ma louve. Sans pour autant la ressentir aussi présente qu'à son habitude. Quelque chose ne va pas et fait monter l'inquiétude. Je n'ai plus été aussi solitaire dans mon corps, depuis trop longtemps. « Eh les gars, je suis vivant ! Ça glisse beaucoup mais c'est jouable ! » Des paroles plus forte que les autres et qui me ramène vers la réalité que je n'avais pas volontairement quitté. Mais, avant que quiconque puisse bouger ou réagir, un autre bruit attire mon attention. Un ‘'toc'' puissant. Mon regard part à sa poursuite et s'arrondi sous le choc de la découverte. Un drôle de bruit me fait trébucher et une pression trop forte pour être normal le suit de près. Un gémissement de surprise m'échappe et je vois ce qui a frappé mon bras. Je lève mes yeux vers le ciel et siffle mon air entre mes dents. « Courrez! »

Ma voix claque dans cette ambiance où le ciel se déchaîne. Il grêle, il pleut, mais ça n'a rien d'un miracle. Ma peau déjà violette en témoigne, même si la douleur n'existe pas dans mon univers.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Madame la Faucheuse

Féminin
↳ Nombre de messages : 454
↳ Points : 180
↳ Date d'inscription : 12/09/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Katheryn Winnick
↳ Age du Personnage : 38 ans
↳ Métier : Coordinatrice des opérations au Collosseum
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 & Niveau 3 en influence sanguine
↳ Playlist : The Devil Within - Digital Daggers
↳ Citation : Bitch please
↳ Multicomptes : Lucrezia Mantegna
↳ Couleur RP : #E13A3A ou EDCC47



Feuille de perso
↳ Copyright: Nym & June
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Lun 26 Sep - 16:33


« Don't trust the bitch »


 
 
Depuis la seconde où les candidats avaient plongé sous le coup de la drogue qu’on leur avait administré, je n’avais pas quitté mes écrans de contrôle des yeux. Le pic d’adrénaline entretenait mon impatience de voir ces nouveaux jeux commencer et d’en être le chef d’orchestre. Cette édition allait me demander le maximum de mes capacités afin de suivre les événements dans 4 arènes en simultanée, mais le boulot allait en être que plus gratifiant.

Trois arènes sur quatre où j’avais déjà déposé des petits cadeaux, il était grand temps que je m’occupe de l’arène aride.  Aucun piège ne s’était déclenché automatiquement, ce qui requérait une intervention immédiate. D’un coup d’œil je vis les participants regroupés en hauteur et l’un d’eux se hasarder à descendre dans le canyon par un chemin légèrement escarpé. Je l’observais glisser et s’en sortir sans encombre. Ils cherchaient donc de la fraicheur… Bien j’allais leur donner un moyen de se rafraichir. Mais d’abord il fallait les faire descendre tous.

« Envoyez quelques types 1 pour accélérer le mouvement, je les veux tous au fond de ce trou dans cinq minutes. Les types 1 restent en hauteur, mais s’ils attrapent un mollet ou deux avant, ainsi soit-il. »

Les types 1, des coyotes aux crocs dégoulinants et affamés et qui me semblaient être une motivation suffisante pour les faire bouger en contrebas. Mais si je les voulais tous en bas c’était pour une autre raison.

« Une fois qu’ils sont en bas, envoyez une petite avalanche de sable, qu’ils soient obligés d’aller dans les ramifications du canyon, vous arrêterez le sable juste à l’entrée des ramifications. »

Et si je voulais qu’ils y aillent c’est parce que je leur avais préparé une petite surprise empoisonnée. De l’eau… Oui mais de l’eau contaminée, quiconque s’y risquerait verrait sa vue se brouiller et sa température corporelle baisser. L’idée était de leur donner envie de s’exposer au soleil sans en sentir la chaleur, et de les faire mourir d’insolation ou de déshydratation.
 



_________________

I’m underneath your skin, Seeping through the cracks
I’m the poison in your bones, I won't let it set you free
@JUNE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3922-i-m-so-amazing-i

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Lun 26 Sep - 21:37

Oui, totalement l’inverse. Ce n’est pas de l’espoir qu’ils aimeraient lire dans nos actes mais de la peur dans nos yeux et de la crainte dans celles des spectateurs. Ils veulent montrer, une fois encore, que personne n’est à l’abri sous couvert d’un divertissement « honorifique ». Cette blague. J’ai eu l’occasion de voir les artifices utilisés par le passé, ça n’a rien de divertissant, les conséquences sont bien présentes et où qu’on soit aujourd’hui, je ne peux que m’inquiéter de notre survie. …. j'aurais embarqué mon chameau rétractable. Qu'est-ce qui se passe ici ? Je me souviens d'absolument rien... Je me souviens de ces types autour de nous et je peux enfin comprendre ce qu’ont ressenti mes amis lors des expériences pendant qu’un de mes homologues plantaient des aiguilles dans leur bras. Exécutant les ordres sans broncher, pour certains avec passion et croyance en leurs actes. Dictés par l’espoir, la crainte, leur connerie…. J’ai revu Vittoria un instant, ce regard, cette douleur, cette inquiétude. Ce même regard que j’ai transmis autour de moi avant d’atterrir ici. Qui sait où nos corps se trouvent ? Qui sait l’impact de la drogue sur notre organisme ? Qui sait les blessures qui resteront gravées en nous ? Physique ou mentale. Nous sommes les premiers, ces putains de cobayes incapables de savoir si notre souffle survivra à notre mort ici. Alors merde, je ne veux pas chuter. Je ne veux pas me rouler en boule et attendre que le ciel brûle mes entrailles et mon âme en espérant me réveiller ailleurs. Je ne veux pas et je ne peux pas. J’en suis simplement incapable. Le courage me manque. Oui, c’est ça… le courage. J'y vais. Le fils de dieu, protecteur des chameaux qui se dévoue. Dans ma tête, je songe aux paroles de mes comparses de périples. Je tique à ces surnoms d’enfants avec un sourire et masque la gravité de mes songes derrière ce dernier. Non, je ne leur donnerais pas satisfaction à énoncer publiquement la crainte qui me ronge. La crainte de ne pas me réveiller. Je pourrais attendre, abandonner ici mais la chaleur est bien trop réelle pour me laisser subir quoique ce soit venant de lui ou de l’arène. La douleur doit y être réelle elle aussi, c’est certain.

Le barbu disparait en glissant sans que personne ne puisse s’y attendre mais y survit sans dommage, c’est tant mieux. Mes yeux parcourent le chemin glissant, escarpé et devine déjà les points les plus fiables pour descendre sans risquer l’étalage. Pas d’accrobatie pour toi sur ce coup là.. Dommage ça aurait fait un bon spectacle de cirque…. Ah… non…. On y a déjà eu le droit par le passé… Ah ? T’étais pas encore mort, on s’appréciait pas encore…enfin.. Je soupire, secoue la tête et suit les autres aventuriers. Je ne sais comment, j’ai fini par me retrouver à la fin du cortège. C’est là que l’hystérique cri de nouveau, une mise en garde. Ma tête se dresse vers le ciel. Pas un pet de vent pourtant la glace tombe. Putain d’arène. Je recule et entends soudainement des crocs claquer. Lentement, trop surement, je me tourne et vois ces coyotes. Et voila, ai-je sérieusement la gueule d’une autruche ? Si y a un dresseur de chiens dans le coin…. On va en avoir besoin ! Courrez ! Je pousse la blonde et m’élance à sa suite aussi vite que possible dans cet espace étroit. Pas assez vite, l’un d’eux me choppe le pantalon –ouf-. Je m’étale au sol rampe en frappant la gueule de la bestiole sans penser au rocher qui me tombe sur le ventre et la gueule puis y abandonne ma chaussure en me redressant. Moins de deux mètres plus loin, je me laisse glisser à mon tour dans le toboggan naturel et regarde la cavité supérieure une fois en bas. Mes sourcils se froncent voyant nos compagnons canidés rester en hauteur. Je le sens pas… Je le sens vraiment pas du tout… et putain j’en ai perdu une pompe ! Hey toi derrière ton écran qui dirige ce festival de connerie, mets moi des Nike sur la facture !

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Lun 26 Sep - 23:00

Accablé de chaleur et l’esprit troublé par des préoccupations survivalistes, je ne remarque pas immédiatement que le maître pigeon traîne la patte. Mais il déboule bientôt à l’orée du canyon, la mine sombre de celui qui a décidé de courir droit vers la mort. Il nous bouscule presque pour passer, se précipitant un peu trop rapidement dans le goulot abrupt. Il s’en sort plutôt bien sur les premiers mètres, avant de dévaler le reste dans un nuage de poussière. Sa voix retentit bientôt, assourdie mais intelligible.

Laissant échapper un soupir de soulagement, je m’apprête à le suivre lorsqu’une exclamation retentit derrière nous. Je me retourne au moment où un objet contondant s’écrase douloureusement sur mon épaule, un autre me frôle la tempe, et un autre heurte le sable à mes pieds dans un bruit mat. Qu’est-ce que… ? De la grêle ? Mais ce n’est que le début. Un autre cri s’élève, celui du gamin qui nous hurle de courir. Surgie de nulle part, une meute de coyotes s’élance à notre poursuite. Poursuite étant un bien grand mot, puisque nous sommes déjà acculés au sommet d’un ravin. L’adrénaline prend le pas sur le reste : j’enregistre mécaniquement l’ado qui pousse Ange vers sa chute potentiellement salvatrice et comprends que je n’aurai pas le temps d’emprunter le même chemin.

Un canidé manque de me happer le mollet, je me rue en avant, courant comme un dératé en tentant d’éviter les boulets de canon qui dégringolent des cieux et s’abattent de toutes parts. Je longe le canyon à vive allure, cherchant désespérément à repérer une nouvelle voie. Mais si le premier bestiau continue de me talonner, un second vient d’avoir une idée autrement plus constructive en m’attaquant de front. Je pourrais peut-être triompher d’un clébard, mais pas de deux. Contraint de freiner des quatre fers, je recule lentement vers le précipice, cerné par les molosses aux crocs saillants. Tant pis, je vais devoir tenter la descente. Lentement, à gestes calculés, je m’accroupis et passe les jambes de l’autre côté, cherchant l’appui de rocs branlants. Ça tient. Ça tient, jusqu’à ce que le plus téméraire (mais pas le plus brillant) des deux clebs me bondisse dessus dans un grognement belliqueux. Ses crocs se referment sur mon poignet. Dans un reflexe, j’enfonce mes doigts dans la fourrure de son cou et lâche tout.

Mes pieds dérapent, mon corps entier est tiré par la force implacable de la gravité, et j’entraîne la bête avec moi, roulant, glissant, ricochant sur la pente pierreuse. Lorsque j’atterris enfin, je mets quelques instants à retrouver mes esprits. Le coyote ne semble pas en meilleur état. En me relevant tant bien que mal, une douleur vive m’arrache un gémissement : j’ignore si c’est un grêlon ou ma chute, mais je crois bien m’être disloqué l’épaule. Mais ce n’est toujours pas fini. Un souffle d’air attire mon attention, et découvre avec horreur la rivière de sable qui me fond dessus. Je reprends ma course de plus belle, le souffle court et brûlant, abandonnant le cabot à son sort.

Seule lumière dans ce tourbillon de fléaux, j’aperçois bientôt le reste du groupe qui cavale devant moi, fuyant aussi l’avalanche. Nous nous engouffrons à pleine vitesse dans des boyaux plus étroits. L’écoulement s’interrompt derrière nous et je m’arrête enfin, à bout de souffle, plaquant mon corps contre la paroi fraîche pour éviter les grêlons qui continuent de nous marteler.

— Tout le monde est là ?

Je vais avoir besoin d’aide pour remettre cette épaule dans sa cavité… Et ça va faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
 

The Forgiven Days } l'Arène de sable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Forgiven Days } l'Arène marécageuse
» Midori Days
» Sable Mouvants= pb!!
» [VIDEO] Time laps de la tempete de sable sur phoenix
» shooter explosion de sable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Colosseum-