AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Forgiven Days } l'Arène de sable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 59
↳ Points : 13
↳ Date d'inscription : 14/08/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Taylor Momsen (c) Shiya
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Bijoutière-joaillière
↳ Opinion Politique : Désapprouve. Fait profil bas mais tente d'aider comme elle peut.
↳ Niveau de Compétences : débutante (lv.1) pas tellement consciente de ce qu'elle est
↳ Playlist : Sound of silence (Disturbed) | Red like Roses (RWBY) | Going to hell (Pretty Reckless) | The devil within (Digital Daggers) |
↳ Citation : "This hell you put me in I'm underneath your skin"
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : burlywood



Feuille de perso
↳ Copyright: R!hanna
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Mar 27 Sep - 20:12


The Forgiven Days
Faire régner la terreur pour mieux contrôler la foule, c‘est une méthode qui fait ses preuves malgré sa cruauté alors oui, effectivement… comment ne pas faire de rapprochement avec ses jeux mortuaires qui ont brisés bien des vies. A défaut de divertir des intouchables. Au fond, ça t’étonnerait pas que des fantaisies de ce genre se reproduisent. C’est peut-être bien le cas et ça assombrit encore plus ton humeur mais t’as au moins ce sourire inconnu qui rassure un peu dans ce groupe avec lequel tu ne te sens pas en adéquation. Drogués… tu songes à cela et par réflexe tu poses la main sur ton bras mais il n’y a rien à cet endroit qu’un vague picotement en souvenir. Tu es soucieuse parce qu’il a raison ce gars mais tu fermes ta bouche. A quoi bon user de la salive quand on a rien à dire ? Pour le moment, comme toujours, tu fais profil bas. De toute façon, tu ne connais aucun de ces énergumènes et tu n’as donc aucune idée de qui ils sont vraiment. Tu suis la troupe vers le canyon et observe la descente avec suspicion. Il n’est pas question d’avoir le vertige mais plutôt de montrer un minimum de prudence. Ce serait con de se rompre les os bêtement et si la grande gueule demande un volontaire, il a qu’à se lancer mais des plus courageux que toi y en a. Ou tout simplement téméraire. Un au moins, qui n’attend guère de temps pour franchir le cap, s’élançant dangereusement vers le passage, glissant de manière incontrôlée dans la partie la plus escarpée mais sauf. Tu as retenu un peu ta respiration avant de l’entendre dire que tout va bien. Tu es inquiète, pour toi, pour les autres. T’aimes pas ça voir les gens en piteux état, t’as tendance à vouloir à tout prix les rafistoler mais là tu n’en aurais même pas les moyens. Il n’y a rien que tu puisses utiliser. Si ce n’est du sable mais généralement ton truc, ce sont les plantes.

Soudain le déluge et pas un petit. Un grêlon te frôle et tu sursautes violemment, surprise autant par la taille que par le choc que ça aurait pu être sur ton corps assez frêle. Tu n’attends pas vraiment d’entendre l’injonction pour te motiver et avancer vers ce qui avant, te paraissait peu envisageable. Descendre dans le canyon, tu marques une infime pause quand il s’agit de savoir comment descendre ça mais bientôt ce n’est plus la pluie de glace qui t’effraie et te pousse en avant mais des grognements sourds. Tu détestes déjà les chiens, tu vas pas adorer les coyotes. Tu sais que les animaux ressentent la peur alors tu prends sur toi mais t’es pas sure d’être convaincante. D’autant plus quand tu rétorques nerveusement « Même un dresseur de chiens archi-doué aurait une gueule de steak juteux actuellement ! ». Impossible de prendre de vitesse des bestioles pareilles mais tu évites la morsure en choisissant la falaise. Tremblante, tu n’es pas sûre de tes appuis et tu te brûles les mains plusieurs fois en voulant te ralentir. T’as la peau à vif mais tu préfères cent fois ça que les coyotes. La glace tombe toujours… et te fait glisser encore plus, perdant la fausse maîtrise de la situation. Si tu arrives en bas entière, tu sens une douleur te remettre rapidement les idées en place. Du sang coule le long de ton bras et tu y découvres une plaie ouverte que tu n’as pas le temps d’analyser parce qu’une « avalanche de sable » menace de vous ensevelir sous ses grains et comme les autres, tu cours… il n’y a que ça à faire. A la question tout le monde est là, tu ne réponds rien, tu regardes autour pour vérifier. Tu t’attardes un peu plus sur ton bras. Est-ce la descente ou les coyotes, t’en sais rien mais ce n’est pas grand-chose. Dire que tu pourrais stopper le saignement très vite si t’étais pas dans ce lieu paumé. T’as les nerfs. Tu t’es mise à l’abri. Vous y êtes enfin dans ce canyon mais… «  Une pluie de grêle, des coyotes et une avalanche de sable ? Un peu trop d’un coup et bizarrement, ça nous a tous rapidement fait descendre ici. » T’es pas sure que la suite des événements te plaisent beaucoup.
FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
Just pretend it's
a fucking game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 189
↳ Points : 152
↳ Date d'inscription : 26/07/2016
↳ Age : 18
↳ Avatar : Jamie Dornan
↳ Age du Personnage : 33 ans
↳ Métier : Médecin généraliste, autrefois videur dans un bar
↳ Opinion Politique : Du moment que l'on le laisse tranquille, il s'en moque un peu beaucoup
↳ Playlist :

The Chainsmokers ft Halsey - Closer | Ellie Goulding -Love me Like You Do | Ariana Grande - Problem | Sia- Cheap Thrills | Halsey - Gasoline/ Control |
↳ Citation : You can't wake up, this is not a dream
↳ Multicomptes : James
↳ Couleur RP : #99cc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Noah chouchou
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Ven 30 Sep - 2:14

Trop de choses en même temps pour le petit cerveau que je possède, je dis ça alors que je suis médecin, quoi de mieux quoi. Disons que j'avais de la difficulté à tout suivre, à tout prendre en compte. Alors, je ne faisais que suivre. Je n'étais qu'un simple et pauvre mouton qui ne faisait que suivre le troupeau alors qu'il aurait dû prendre les décisions. Jamais au grand jamais dans la vie on faisait ce que l'on voulait. Et c'était ça qui était triste. Parce que j'aurai aimé être maître de ma destinée et non pas la regarder passer devant mes yeux sans pouvoir rien faire et sans pouvoir rien dire. J'étais trop pauvre, trop faible pour tenter de faire quelque chose. Et je sentais à chaque pas que je faisais que je devenais de plus en plus faible. Des voix dans ma tête qui me disaient que je n'allais pas en revenir de cet arène.  Et après, une autre voix me disait que j'aurai dû trouver le moyen de cacher de la drogue, cette drogue miraculeuse qui aurait fait que j'aurai eu deux yeux à la place d'un seul. C'était d'un ridicule, c'était complètement con, mais en même temps, qu'Est-ce que ça pouvait faire? Je n'étais pas comme ça sans qu'il y ait une raison valable. Et faisais le mouton encore et encore. Mais je n'étais pas là pour parler de ça n'est-ce pas? De la grêle qui tentaient de nous arracher la tête, des loups sauvages qui semblaient avoir que pour but de nous mordre et nous bouffer tout cru, une avalanche de sable et nous y voilà. Nous voilà devant la fatalité qui est la nôtre et moi, devant les plaies que j'avais nouvellement acquises. Rien de bien grave, je ne pouvais pas éviter la grêle à n'en plus finir, je n'étais pas un sur-homme. Et puis avec les écorchures, les égratignures, on ne pouvait pas se permettre de dire que j'en ressortais à un seul morceau.

Et là, maintenant, emprisonné dans une prison qui était la nôtre, je grognai et je pestai contre le monde. Pourquoi? Parce que c'était encore plus complexe que normalement. Genre c'est du foutage de gueule. J'haussai un sourcil en direction de l'homme qui nous demandait si ça allait bien. Reniflant et passant ma main sur mon visage, découvrant ainsi une petite plaie juste au-dessus de mon cache-oeil, j'haussais délicatement les épaules « Je pense que au point où nous en sommes, vaut mieux être en vie qu'aller bien parce que là, c'est la grosse merde hein. J'aurai préféré être n'importe où sauf dans cette connerie de désert qui veut nous tuer. C'est quoi, on est appétissants?»

Je jetai des coups d'oeils autour de nous, tentant de trouver une solution, mais tout ce que je voyais réellement, c'était l'épaule de Grayson. Glissant vers lui, me collant aux parois comme pour éviter de me faire martyriser en plus, je lui adressai un petit sourire en coin. « Pit-Stop? Je suis doc', je peux te rafistoler.» J'avais surtout l'air d'un mec qui savait pas trop ce qu'il faisait, chose qui était le cas. Dans tous les cas, j'aimais mieux suivre. Encore, pour le moment. Parce que je n'avais aucune idée et je ne voulais pas mener le groupe à la mort. Alors, je passerais mon tour. Mais comme la jeune femme Elizabeth, je n'aimais pas ça. « Tentez d'essuyer le sang que vous avez tous sur vous, les loups vont être attiré par ça. Si on a moins l'air de steak, peut-être qu'ils vont nous lâcher. Si y'a besoin de bandages, on s'arrangera avec ça.»

_________________



Love me closer, and we ain't ever getting older. — Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Sam 1 Oct - 2:17

En l'espace d'un battement de cils, la situation était passée de déjà merdique à chaotique, et du fin fond de son canyon il n'avait pu qu'entendre les cris de ses compagnons de galère, impuissant. Jusqu'à ce qu'un ovni à mi-chemin entre le boulet de canon et la mort subite ne vienne s'écraser à deux centimètres à peine de ses chaussures.

Des... Grêlons ?

Gros comme le poing, ils tombèrent brutalement jusqu'aux confins du canyon où ils se trouvaient, martelant son dos et ses bras au point qu'il dût trouver une solution de repli contre la paroi la plus proche. Les membres endoloris, il assista avec une impuissance haïssable à ce qu'il se passait à la surface. Des hurlements, les jappements de canidés clairement furieux, la tempête. Et lui qui était dans ce foutu canyon, incapable de les aider de quelques manière que ce soit, à juste se cogner une saucée de boules de pétanque glacées.
Finalement ses congénères optèrent pour prendre refuge dans le canyon. Et tout s'enchaîna. Le sable filant à toute vitesse derrière eux ne leur laissa pas d'autre choix que de courir à en perdre haleine à travers les sinuosités du canyon, droit devant, en espérant ni se vautrer, ni se fouler une cheville... ou les deux en même temps.

Au terme de longues minutes de course effrénée, les éléments semblèrent se calmer un peu. Suffisamment pour reprendre son souffle et compter les morts. Les bleus sur les bras du résistants commençaient à prendre une teinte violacée tirant sur le jaune et le lançaient par moments, mais il n'était finalement pas le plus à plaindre. Tom Pouce avait perdu sa chaussure, la blonde au visage familier sa tête, la deuxième blonde quelques centimètres de peau et Grayson son épaule. Par chance N'a-qu'un-Oeil était médecin. Au moins une bonne nouvelle.
Levant le nez vers la surface, Lazlo acquiesça lentement à la proposition du toubib.

-Le doc a raison, les gars. Si jamais on remonte, faudrait pas que ces saloperies nous flairent à nouveau. Même si je dois avouer être d'accord avec la petite demoiselle sur un truc : c'est beaucoup trop pour que le calme soit sain, connaissant la Dream Team qui gère tout ça...

Il déglutit en repensant à cette grosse machine bien huilée pour laquelle il avait bossé, jadis. Les commentaires, les animations, les illusions. A chaque fois que tout s'enchaînait comme ça, c'était pour une raison, et cette raison était généralement la mort.
Au moins ils étaient au frais. Pour un temps.

Restait qu'il commençait à faire soif, entre la chaleur aride de la surface et le marathon qu'ils venaient de courir. Affreusement, désespérément soif. Le Résistant jeta un coup d’œil à Grayson et aux autres blessés pour s'assurer qu'ils se soient bien remis. Ils devaient progresser. C'était la seule manière de s'assurer une paix factice tout en divertissant l'audimat.
C'était comme ça qu'ils fonctionnaient, là haut. The show must go on.

-Faut qu'on bouge. Ils vont nous rappeler les clébards si on fait pas ce qu'ils veulent. Et faut qu'on se trouve de quoi boire, aussi.

Il détestait ça. Il détestait l'idée de courir droit à la mort, aveuglément, juste parce qu'une bande de pourris avaient décidé que c'était comme ça. Mais c'était, justement, comme ça. Pas le temps de tergiverser.
Alors il prit de nouveau les devants, éclaireur auto-proclamé du groupe, calquant son allure sur celle des autres. Les parois du canyon s'humidifiaient sous sa main, à mesure de leur progression, preuve qu'une source d'eau était proche.
Si proche qu'en tournant à l'angle d'une intersection, ils tombèrent sur une oasis providentielle à l'eau transparente. Et Lazlo de s'arrêter devant elle, la gorge horriblement sèche.

-C'est pas possible...

Il crevait de soif. Mais il avait commenté suffisamment de ces Jeux sordides pour se dire que ça sentait mauvais, cette histoire. Si seulement il avait pensé à embarquer un ou deux grêlons, ils auraient pu les sucer pour s'abreuver même rien qu'un peu. Quel con.

_________________

Every morning I jump out of bed and step on a landmine. The landmine is me. After the explosion, I spend the rest of the day putting the pieces together. ×

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Sam 1 Oct - 18:00

Un hochement de tête approbateur. Brindille a raison, toutes ces plaies puent la magie à trois miles à la ronde. Et il est bon de noter que les catastrophes successives nous ont tous menés précisément ici, avant de s’arrêter les unes après les autres. Même la grêle semble commencer à s’espacer. Le beau gosse borgne répond à ma première question d’une tirade longue et vaine dont je n’extrais que la substantifique moelle. Un simple oui aurait suffi. Même dans les situations les plus critiques, il s’en trouve toujours un paquet pour dégoiser à tout va leurs états d’âme ou quelques commentaires sarcastiques sur le déroulement des opérations. Une qualité qui me dépasse totalement. Je ne prends donc pas la peine de répondre à sa question, supposant qu’elle n’en attend pas réellement. Le principal tient en quelques mots : il n’est pas content, comme nous tous. Et un regard circulaire suffit de toute façon à me renseigner : le groupe est au complet. Il me surprend pourtant en me rejoignant pour me proposer son aide, que j’accepte dans un rictus crispé par l’appréhension de la douleur à venir.

— Merci, doc.

Je suis pas sûr de pouvoir faire confiance à ses compétences de médecin, épuisé comme il semble l’être, mais je n’ai pas vraiment d’autre choix. Le conseil qui suit est pertinent, j’en profite pour baisser le regard sur ma grande carcasse et évaluer les dégâts. Des ecchymoses violacées, quelques éraflures, mais rien de vraiment sanguinolent. Je jette un regard aux autres pour voir si certains ont besoin d’aide. C’est le cas de Brindille, avec son bras souillé. J’irai bien l’aider, mais je n’ai pas encore l’usage de mes deux bras. D’un léger coup de coude assorti d’un geste du menton, j’attire l’attention du toubib.

— Occupe-toi d’elle en premier.

J’acquiesce ensuite dans un nouveau grognement à la seconde intervention de Lazlo. Ce groupe hétéroclite semble au moins doué d’intelligence et de bon sens, une perspective rassurante. J’arrive pas à croire que je suis en train d’avoir ce raisonnement, mais si on reste groupés, on aura peut-être une chance d’arriver quelque part en un morceau. Mon épaule peut attendre, on la replacera au prochain arrêt. Je claudique donc à la suite de notre Pigeon éclaireur, notant moi aussi dans une impatience grandissante l’humidité des parois. Mais rien ne m’aurait préparé à la vision surnaturelle de cet étang cristallin. Déglutissant lentement, je cherche le regard de Lazlo, puisant dans ses yeux la confirmation qu’il ne s’agit pas d’un mirage. Je n’ai qu’une envie, plonger mon visage dans ces eaux. Je me force à repenser aux paroles de la petite blonde qui avaient mis tout le monde d’accord. C’est beaucoup trop beau pour être vrai. Mais je ne me sens pas la force de rester une seconde de plus près de cette étendue liquide sans y céder. Je dois bouger. Posant une main sur l’épaule de notre guide temporaire, je me décide.

— J’retourne chercher des grêlons. Que personne boive ce truc.

Je n’attends pas de réponse et tourne immédiatement les talons pour repartir en sens inverse. Il faudra faire fondre ces trucs avant de les boire, lécher ou sucer de la glace peut paradoxalement aggraver la déshydratation. Mais je préfère ça au risque de boire l’autre eau. En arrivant à l’entrée du goulot, bloquée par la dune de sable de l’avalanche, je commence à ramasser quelques blocs gelés que je fourre dans mes poches, puis dans le creux de mon t-shirt. En relevant la tête, un truc cloche. Une sorte de vapeur sombre est en train de dévaler le tas de sable à ma rencontre. Je prends pas le temps de réfléchir. Quoi que ça puisse être, c’est forcément mortel. Lâchant aussitôt les pans de mon vêtement, je m’élance de nouveau vers mes compagnons, aussi vite que mon corps déshydraté me le permet. C’est à dire, moins qu’à l’ordinaire. Je ne m’arrête pas en rejoignant les autres, les dépassant dans un sprint effréné, et m'enfonce en pataugeant dans l’eau suspecte pour la traverser.

— Courez !!!
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Sam 1 Oct - 18:47

L'eau était trop belle pour être vraie, et pourtant. Pourtant le regard que lui avait lancé Grayson, tout aussi dubitatif que le sien, portait à conforter l'hypothèse qu'elle était bel et bien là, claire et tranquille, n'attendant qu'eux pour être bue. Le piège parfait pour des âmes en peine comme eux, qui mouraient de soif et avaient besoin de laver leurs plaies.
Ils devaient bouger. Rester loin de la tentation, trouver un autre accès, un autre boyau dans lequel s'enfoncer, loin de cette merde. Parce que s'ils restaient plus longtemps devant l'étang, ils pouvaient être sûrs qu'ils finiraient par céder et boire malgré toutes les mises en garde du monde.

La grosse paluche de Grayson le tira de ses pensées, et il acquiesça à ses quelques paroles. Il avait raison, les grêlons, c'était nettement plus sûr que cette merde. Sur la même longueur d'ondes que son taciturne compagnon, il hocha la tête avant de tourner les talons pour l'accompagner.

-Je viens avec toi. Plus on en a, plus on sera peinards.

Ses bras étaient couverts d'ecchymoses mais ce n'était rien par rapport à la douleur que devait endurer son compagnon. Adressant un léger signe de la main au reste de la troupe, il suivit Grayson sur quelques mètres, avant de se pencher pour récolter quelques unes des balles de tennis qui leur étaient tombées sur la tête et les fourrer dans les poches de son treillis.

Lui aussi remarqua le nuage sombre. Lui aussi le vit descendre le long de la dune, rapidement, bien trop vite pour être tout sauf menaçant. Les grêlons qu'il avait en main tombèrent avec un bruit sourd dans le sable meuble alors qu'il suivait le mouvement et partait en courant.
Dépassant le groupe dubitatif, il laissa Grayson filer devant et s'arrêta, les pieds dans l'eau, pour alerter les autres. Quoi que soit ce nuage, il valait mieux traverser l'étang plutôt que se laisser happer par la masse sombre. Point de vue dangerosité, ça valait mieux.

Il n'attendit pas que les autres finissent par réagir et reprit sa progression à travers l'eau claire, bondissant autant que possible. Sauf que les grêlons qu'il avait dans les poches alourdissaient chacun de ses pas, puisant encore plus dans les ressources de son corps déjà déshydraté.

Inéluctablement, il perdit l'équilibre. Les bras tendus en avant, il parvint à se rattraper de justesse et à reprendre sa course. Mais des gouttelettes avaient éclaboussé son visage, et l'instinct étant l'instinct, il avait passé sa langue sur ses lèvres pour s'humecter le palais, inconsciemment.

Poussé par l'adrénaline, il remarqua Grayson qui commençait à accuser le coup. Sa petite baignade improvisée lui avait donné le coup de boost dont il avait besoin, et si sa vue commençait à se brouiller un peu, il n'avait pas le temps de se demander pourquoi.
Juste de constater que leur course effrénée n'avait pas d'autre issue que de continuer de courir dans le canyon, s'enfonçant toujours plus profondément dans ses sinuosités et son obscurité.


_________________

Every morning I jump out of bed and step on a landmine. The landmine is me. After the explosion, I spend the rest of the day putting the pieces together. ×

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Sam 1 Oct - 19:43

Ca n’existe plus, mais ce n’est pas le problème. Je suis en aucun cas apte à me laisser bouffer par des coyotes, me faire exploser la face par des grêlons de la taille de ballon de rugby ou encore de faire une chute vertigineuse dans ce putain de canyon. Aucun d’entre nous ne le souhaite. Pourtant, le but de l’arène n’est pas qu’il y ait que des survivants mais juste un. Qu’importe le déroulement, ils feront tout pour nous voir crever à l’écran et plus c’est atroce, mieux c’est. Je me souviens des précédentes arènes, de l’entrainement mis en place pour s’assurer que les combattants seraient un minium combatifs, et un minimum sympathiques à regarder. Je me souviens également de toute la technologie employée pour offrir illusion sur illusion, pour entamer la psychologie de chaque individu et rendre le spectacle aussi flippant qu’intéressant. Cette folie humaine au penchant voyeuriste qu’importe les conséquences pourtant évidentes. Et ici, je les imagine très bien derrière les écrans de la ville profitant de cette saloperie pour divertir leur existence. La plupart doit penser que nous ne risquons rien, je suis convaincu du contraire. J’ai peur. J’ai peur et ce n’est pas cette coulée de sable, nima chaussure disparue et encore moins ma blessure au genou qui vont m’empêcher de me sortir le cul d’ici. Non. Alors je cours, je cours à en perdre haleine comme les autres. Lorsque Grayson s’arrête, je manque de lui rentrer dedans et me vautre lamentablement sur le côté. C’est la troisième fois en 30 minutes, tu tentes un record ou espère monter un spectacle comique ? Je soupire, grimace en me redressant et m’époussetant. La ferme … soufflais-je dans un soupire que j’espérai assez inaudible. Silencieux, j’observe chacun d’eux, inspectant leur visage et leurs blessures me demandant quelles épreuves seront les prochaines. N’est-ce pas déjà pas mal en si peu de temps ? Déjà l’arène en elle-même sans flotte ni rien… ensuite, la grêle, les cleps et la coulée de sable… Ma respiration me brûle les entrailles sans faiblesse alors que moi, clairement, je suis entrain de caner comme un petit poney au milieu du Sahara. Je cuis. L’envie d’ôter mes habits me prend, soudainement engoncé dans ce tas de vêtements. Après tout, le temps de Nola, plus frais depuis plusieurs mois n’était pas du tout le même que par ici. Ma respiration se fit plus forte et plus douloureuse alors que ma cage thoracique se rétrécissait. Tu paniques. Non. Si, tu paniques Non, je ne panique pas ! Je le foudroie du regard alors que la simple roche s’y trouve. Je lève une main puis l’étale sur mon visage. Sans y avoir fait attention, j’avais repris la route avec le reste du groupe et me trouvais face à une étendue d’eau. Oubliant mon exclamation inopportune, je m’approche de cet élixir, m’agenouille devant sans la toucher. La surface est si lice. Je souris puis secoue la tête. Jésus et le baroudeur ont raison. Ça pu.

Pendant qu’ils s’éloignent, j’attrape un caillou et le jette dans l’eau non loin de moi. Bon, déjà, c’est pas de l’acide… et je vois pas de bestiole remuer…. J’avoue que me faire bouffer par d’autres trucs aux dents pointues ne m’auraient pas enchanté des masses… Je souris, passe une main dans mes cheveux avant de me redresser. Mon regard s’étale autour de nous. Deux chemins possibles, longer le canyon ou traverser l’étendue d’eau. Reculer également mais j’aimerai conserver mon ultime chaussure…. Sait-on jamais que ça puisse me protéger un minimum. Ils nous ont clairement guidés vers cette source mais si on y boit pas, qu’est-ce qui peut y avoir d’autre pour nous pourrir la vie ? Je montre l’eau puis le canyon. Quel est le moins pire ? Oui, le moins pire… Courrez ! Et les deux apparaissent dans un sprint s’échouant sans mal dans la source. Bon. Bon. Bon.Mes yeux croisent mes autres camarades avant d’observer ce qu’ils fuyaient. Ok. Ce sera l’eau… Au moins, ça offre un peu de fraicheur. Je plonge, nage, tente de rattraper les deux en tête. Dépassant rapidement petit Jésus avec le reste du groupe, je m’arrête. Redresse le visage vers le ciel noir et y distingue une forte pluie. Mais qu’est-ce que c’est que cette merde !? On a une gueule à s’appeler Manodou ?! Jésus fait appelle au miracle, nage allez ! Je reprends ma course pour rejoindre le rivage. Une fois les pieds hors de l'eau, je regarde derrière, juste un instant. Juste un instant pour me dire qu'en fait, y a plus le temps de s'arrêter. Alors je cours de nouveau, attrape l'épaule de deux retardataires et les place devant moi. Allez, on se dandine le cul et on fait un sourire aux caméras, n'est-ce pas qu'on est heureux ici ? Et là, d'une classe sortie de ma téci natale, j'étends mes majeurs autour de moi puis reprend plus sérieusement entre deux arrêts pulmonaires. Nous ....faut une cavité... une cavité en pente…

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 59
↳ Points : 13
↳ Date d'inscription : 14/08/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Taylor Momsen (c) Shiya
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Bijoutière-joaillière
↳ Opinion Politique : Désapprouve. Fait profil bas mais tente d'aider comme elle peut.
↳ Niveau de Compétences : débutante (lv.1) pas tellement consciente de ce qu'elle est
↳ Playlist : Sound of silence (Disturbed) | Red like Roses (RWBY) | Going to hell (Pretty Reckless) | The devil within (Digital Daggers) |
↳ Citation : "This hell you put me in I'm underneath your skin"
↳ Multicomptes : non
↳ Couleur RP : burlywood



Feuille de perso
↳ Copyright: R!hanna
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Dim 2 Oct - 4:49


The Forgiven Days
Toi aussi t’aurais préféré être ailleurs que dans une saloperie de désert aride, traquée par des bestioles, menacés par la nature et persuadée que le dé de votre destin est pipé. Sauf que n’a choisi d’être ici, n’est-ce pas ? Tu t’en sortiras pas indemne constates-tu en regardant ton corps déjà amoché et ça te fait un peu puer parce que tu ne souhaites pas retomber dans tes travers. La dernière fois, il t’a fallu bien du temps avant de retrouver la parole. Tu ne souhaites pas faire machine arrière à nouveau. Tu auras du mal à te reconstruire sinon.  Ce n’est pas tant la blessure ouverte qui te soucie tant que ça, tu as l’habitude… Tu regrettes juste de ne pouvoir y faire quoique ce soit mais c‘est vrai qu’essayer  le sang n’est pas une mauvaise idée. Seulement si la plaie cesse de saigner. Tu tentes donc maladroitement de faire quelque chose mais si tu t’essuies ce sera sur tes fringues alors l’odeur du sang restera sur toi. Tu grimaces, tu risques d’étaler plus qu’autre chose. De toute façon, tu doutes que seul le sang les attire ces bestiaux. T’es persuadée qu’ils vous trouveront rien qu’à l’odeur humaine qui vous caractérise. Certes le fait de sentir une proie blessée devrait les exciter un peu plus que juste des gigots qui fuient mais elle n’est pas convaincue que ce soit efficace. A moins qu’ils aient un moyen de camoufler leur odeur, elle doute de l’efficacité de cette histoire. T’aimes pas trop ça te sentir guère capable de t’occuper de ça correctement par toi-même. Tu tournes la tête quand on dit petite demoiselle parce qu’apparemment c’est de toi dont il s’agit et t’aimes pas trop l’idée d’être vue comme une gamine même si tu en es sans doute une pour eux. En tout cas, il confirme ton point de vue. Ca n’a rien de rassurant mais tu n’es donc pas la seule à te méfier de ce qui peut vous tomber sur la gueule. La chaleur permanente est déjà un poids difficile à supporter sans qu’en plus on vous jette des pièges à la gueule sans arrêt. T’as pas envie de marcher encore mais c’est vrai ce qu’il dit. Ce sera pire s’ils deviennent inintéressants à regarder.

Comme par hasard vous trouvez pile ce qu’il vous faut : une grande étendue d’eau Tu es tentée par ce miracle soudain mais justement un miracle c’est trop rare et puis tu as ce frein, cette voix qui te dit que c’est trop beau pour être vrai et tu te figes un instant parce que cette façon de faire te rappelle celle de Drake quand il voulait te manipuler. A quelques détails près. Tu frissonnes.  Tu acquiesces quand tu entends le type à l’épaule mal en point causer. Quitte à être bien paranoïaque, il vaut mieux se méfier trop que pas assez.  Tu regardes l’étendue d’eau tandis que les deux autres sont repartis… c’est terriblement tentant. C’est pour cette raison que tu poses une main inquiète sur l’épaule de celui qui s’est approché de l’eau « non… ». Heureusement, il ne fait rien de plus qu’observer et tester cette étendue. Mais alors que seulement quelques lourdes secondes ou minutes se sont écoulés, les autres reviennent en courant.  Encore ? Courir ? Tu ne cherches pas à réfléchir, tu suis. S’ils avancent dans l’eau, c‘est que ce qu’il y a derrière est pire. Tu supposes que tu peux faire confiance à leur instinct de survie. Le contact de l’eau sur ta peau te donne envie de reculer mais tu te forces à faire le contraire, la plaie sur ton bras te brûle brusquement. Tu tentes au maximum de garder le bras hors de l’eau mais c’est délicat physiquement, tandis que tu avances au mieux. Un instant tu oses jeter un regard en arrière pour apercevoir un horrible nuage noir jusque là absent. Toi tu fermes ta gueule face au danger. T’es pas capable de t’exciter comme ton ptit camarade pas loin. T’es trop stressée par tout ça. Tu sors de l’eau et tes sapes te collent tellement la peau qu’elle limite tes mouvements.  En plus de ne pas être la plus sportive du groupe sans doute.  Tu as les nerfs qui vont finir par lâcher « des putains de vacances de rêves ! Avec cure thermale incluse… »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
Just pretend it's
a fucking game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 1572
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Dim 2 Oct - 16:00


« The chain will be broken. And all men will have their reward »



the forgiven days





Les bonus chance, vos options :
Vous allez le droit de lancer ce nouveau dé (qui est en commun pour toutes les arènes, mais toujours à lancer dans votre propre sujet de flood) tous les 5 messages postés (les vôtres uniquement bien sûr), à votre personnage de choisir s'il partage ses trouvailles ou les conserve jalousement pour lui.
1 - Vous trouvez une gourde isotherme d'eau potable pleine sur votre chemin.
2 - Un petit parachute descend du ciel juste devant vous, avec de la nourriture (des barres énergétiques) à l'intérieur.
3 - Vous trouvez une bouteille de rhum, calée entre deux roches.
4 - Un petit parachute descend du ciel, avec une pommade facilitant une cicatrisation très rapide à l'intérieur.
5 - Vous trouvez un couteau suisse par terre.  
6 - Rien n'est trouvé, vous restez bredouille.


Lancé de dés, vos options:
1 - Une violente tempête de sable se lève, emplit vos yeux de ses gravillons brûlants. Les grains éparpillés se reforment, pour se muer en créatures des sables monstrueuses, avec une seule idée en tête : vous traquer.
2 - Des centaines de scorpions et de serpents au venin mortel commencent subitement à grouiller tout autour de vous.
3 - L'une des roches du canyon sur lequel vous avez posé vos pieds s'effondre, vous chutez dans le précipice qui s'ouvre sous vos pieds.
4 - Des sables mouvants vous emprisonnent et vous avalent au moindre mouvement brusque, agissant comme un véritable ciment autour de votre enveloppe. (NOUVEAU)
5 - Vous entrez dans une zone de champ de mines, enterrées partout sous le sable. (NOUVEAU)
6 - Rien ne se passe, votre route est libre de tout obstacle.



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
↠ Les créatures surnaturelles sont toujours privées de leur pouvoirs.
Horus G. Wayland perdra la vie au cours de ce tour, sa mort sera décrite dans le prochain post de Dariya.
↠ Un autre participant perdra la vie au prochain tour. Sauf volontaire, il sera probablement désigné parmi ceux ayant le moins posté, sinon au hasard.
↠ Jusqu'au prochain tour, chacun a le droit de lancer le dé une seule fois. Vous n'êtes cependant pas obligés de tenter votre chance. Le lancer de dés doit se faire impérativement dans le sujet situé ICI.
↠ Ces obstacles se cumuleront à ceux lancés par Dariya Clarke, la coordinatrice du Colosseum, peu décidée à laisser les pauvres participants reprendre leur souffle.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins d'une semaine (le dimanche 9 octobre) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Ceux n'ayant pas posté seront automatiquement éliminés.



groupe IV - liste de participants

↠ Ange E. Dalton
↠ Elizabeth Cross
↠ Grayson Hawk
Horus G. Wayland
↠ Lazlo Andersen
↠ Timothée G. Morel



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Dim 2 Oct - 17:27

Il avait juste eu le temps de voir le reste du groupe le dépasser, pendant leur course effrénée, alors qu'il avait les mains et les genoux dans l'eau. Mais quelque chose lui disait que la majorité avait réussi à sauver leur peau et il lui semblait qu'à priori personne n'avait été happé par le nuage sombre. Tout du moins c'était ce qu'il espérait.
Au moins Tom Pouce et ses vannes inspirées étaient toujours vivants, c'était un bon début. Et se faire appeler Jésus dans la situation présente n'était pas vraiment ce qu'il espérait. Pas alors que sa vision se brouillait progressivement, tapant sur son système, mettant tous ses autres sens en alerte. Quelque chose ne tournait pas rond.

-Tu crois que transformer l'eau en vin c'est une bonne idée, là, maintenant, tout de suite ? Et c'est Moïse qui a séparé les eaux, pas Jésus, Nain Culte !

Plissant les yeux, il suivit le reste du groupe, tout du moins les silhouettes colorées qu'il apercevait de plus en plus difficilement alors que la pénombre s'accentuait tout autour d'eux. Les parois du canyon s'agrandissaient à mesure qu'ils s'enfonçaient dans ses profondeurs, et l'obscurité rendait toute distinction difficile.
Et il y avait le froid. Il ne l'avait pas senti tout de suite mais il commençait à s'installer progressivement dans chacun de ses membres, insidieux, mortifère. Un froid glacial qui s'enfonçait dans ses chairs, semblant provenir non pas de sa peau mais de ses propres os.

Leur course semblait interminable, et plus le temps passait plus ses propres sens se refermaient tout autour de lui. Ses dents claquaient lorsqu'ils finirent par s'arrêter, le nuage apparemment bien loin d'eux. Frissonnant, il se tourna vers ses camarades, incapable de distinguer leurs visages. La silhouette de Grayson se détachant du reste, il tendit le bras vers lui pour l'approcher, faisant attention à ne pas trébucher dans le sable. D'une voix coupée par le claquement de ses dents, et malgré qu'il fasse de son mieux pour les empêcher, il murmura tout bas pour que lui-seul puisse l'entendre.

-Gray... Je crois que je suis dans la merde...

Mais ce qu'il toucha n'était pas le Sauveur de Pigeons. C'était une sorte de boule de tissu claire, au bout de laquelle pendait une petite boite. Fébrile, distinguant difficilement l'ouverture, il en poussa le couvercle et plongea ses doigts pour tâter le contenu. On aurait dit...

-De la bouffe ! Ils nous ont envoyé de la bouffe !

Des barres énergétiques, juste assez pour eux tous. Sauf qu'il n'y en avait que cinq dans la boîte.

-...On était pas six, à la base ?


_________________

Every morning I jump out of bed and step on a landmine. The landmine is me. After the explosion, I spend the rest of the day putting the pieces together. ×

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre

Madame la Faucheuse

Féminin
↳ Nombre de messages : 454
↳ Points : 180
↳ Date d'inscription : 12/09/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Katheryn Winnick
↳ Age du Personnage : 38 ans
↳ Métier : Coordinatrice des opérations au Collosseum
↳ Opinion Politique : Pro-gouvernement
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 & Niveau 3 en influence sanguine
↳ Playlist : The Devil Within - Digital Daggers
↳ Citation : Bitch please
↳ Multicomptes : Lucrezia Mantegna
↳ Couleur RP : #E13A3A ou EDCC47



Feuille de perso
↳ Copyright: Nym & June
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Lun 3 Oct - 12:45


« Oops, I did it again »


 
Mes yeux vagabondaient d’une arène à l’autre, cherchant la prochaine intervention à caser, cherchant le moment propice pour placer les morts, théâtrales, majestueuses, ou tout simplement morbides. Lorsque mes yeux se fixèrent enfin sur une arène en particulier. Le groupe entier de l’arène de sable avaient préféré braver l’étang plutôt que de découvrir ce que le nuage noir leur réservait, quel instinct de survie…

Mon sourire s'agrandit lorsque je remarquais un traînard, en retrait du groupe, victime toute désignée, mais surtout le seul docteur du groupe qui aurait pu les aider un peu. En survolant son dossier,  je sus immédiatement quoi faire de ce cher médecin.

« Simulez la voix de la défunte femme de Wayland en provenance du nuage, qu’il hésite à suivre les autres. Une fois qu’il aura ralenti, accélérez la progression du nuage, qu’il ne puisse pas y échapper.»

Je comptais sur l’humanité de l’homme, faiblesse de quiconque, pour le pousser à commettre une erreur et cela paya. La voix désespérée de la femme heurta les parois étroites du canyon, se répliquant et mourant au fur et à mesure. Le pauvre homme n’eut pas vraiment l’occasion de sauver sa vie, qu’il disparaissait déjà dans la brume toxique, ne restait plus de lui que ses cris d’agonie. Lorsque ceux-ci se turent, j’ordonnais la disparition du nuage, pour laisser apparaître le cadavre du docteur, enfin ce que les toxines avaient laissé de lui. S’il prenait l’envie aux participants de faire marche arrière, ils auraient un avant goût de ce qui les attendait.

« Bon aller, on passe en mode nuit, faites moi tomber la luminosité et la température.»

Ils n’avaient pas bu mon eau empoisonnée, ou si peu ? Mais ça n’allait pas m'empêcher de les faire souffrir du froid. Les concepteurs avaient fait du bon boulot, je n’étais là que pour mettre la cerise en haut du gâteau.
 



_________________

I’m underneath your skin, Seeping through the cracks
I’m the poison in your bones, I won't let it set you free
@JUNE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3922-i-m-so-amazing-i


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5895
↳ Points : 456
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Mar 4 Oct - 15:01



 

 
The Forgiven Days

 
“I don't Know, I don't want to know”


 
Amusant. Voilà le mot qui convenait à la situation. Du point de vue de ceux qui serait assis sur leurs fesses, bien en sécurité à nous bombarder de situations périlleuse, mais moi… Moi je n’y trouvais aucun plaisir. À peine avais-je prononcé mon avertissement, que la folie s’empara de notre petit groupe de victimes. Pousser, sûrement sans méchanceté, par un homme qui cherchait à me presser, je me retrouvais légèrement plus sur le côté que je ne l’aurais voulu et fut forcer d’attendre qu’ils s’enfoncent tous dans cette descente risqué. J’aurais souhaité que les coups cessent de marteler ma peau et que le ciel se montre clément, mais je n’avais même pas le temps de réfléchir à ce détail agaçant. Une meute de coyote déferla en une seconde vague de danger. Coincé, je regardais Grayson se débattre avec deux d’entre eux, sans pour me rendre auprès de lui pour l’aider. Une bête baveuse et puante s’interposa entre nous et ses crocs tentèrent de m’agripper. Un grondement menaçant s’éleva de moi, sans pour autant éveillé cette louve qui semblait m’avoir abandonné. Je montrais les dents, à l’image de l’animal qui m’attaquait. Se jaugeant mutuellement, je finis par être la première à agir, sautant de toutes mes forces dans ce sable qui ne me rendait pas service, j’atterris assez près pour lui attraper fermement les oreilles. Avec cette prise, dans laquelle j’enfonçais les ongles pour m’aider à y rester agripper, je l’empêchais de me mordre véritablement. N’ayant aucune douleur pour me ralentir, cette lutte dura jusqu’à ce qu’un grêlons me frappe violemment à la tête. L’instant suivant, je roulais à la suite de Grayson, m’éloignant des menaces à quatre pattes, sur les fesses et sur le dos, selon l’instant.

Le dos de mon chandail ne survit pas à cette descente en enfer et ma peau sembla partir par morceau, dévoilant le sang qui alla se compromettre avec le sable omniprésent. L'adrénaline me tenant en haleine, je me relevais sur mes jambes sans problème et ne prononçait aucun bruit. J'ignorais même si quelqu'un m'avait remarqué dans la panique qui avait suivi. À la suite de tous, je me demandais si je ne marchais pas sur quelque chose de grave. L'insensibilité pouvait paraître utile et un miracle par moment, mais l'inquiétude de mourir par manque d'attention à mon état était tout aussi présent à mon esprit, que le désert qui nous faisait face. Le souffle court, je suivi tout en me faisant discrète, les laissant déblatérer et énoncer l'évidence. Quelque chose m'empêchait de me concentrer. Peut-être le grêlon qui avait marqué mon crâne? Immobile quelques instants, je ne remarquais qu'à la dernière minute ce que tous avaient fui. Pour ma défense, je n'arrivais même plus à ressentir ma soif, à cet instant précis. En retard sur les autres, je m'élançais sans réfléchir et me jetais à l'eau. Le contact de cette fraicheur sur mon corps en lambeau aurait dû me tirer un hurlement, mais encore une fois… Je n'étais pas dans la norme. Peinant à rattraper la petite troupe, je pouvais sentir le déplacement de l'air que provoquait cette foutue Joke de bas étages. La peur au ventre, je pressais le pas, jusqu’à entendre une voix s’exclamer assez fort attirer mon attention. « De la bouffe! Ils nous envoyé de la bouffe! » Arrivant peu après sa suite et incertaine que nous ayons le temps de nous arrêter, je lui lançais un regard suspect. « On était pas six, à la base? » Mon rire se fait hystérique et je dois me tenir les cotes, tandis qu’un liquide poisseux s’écoule le long de mes fesses, malgré le sable qui s’y accumule. Cette sensation chaude ne me dit rien qui vaille et mon rire n’en devient que plus incontrôlable encore. « Parce que tu crois qu’ils compte tous nous laisser en vie? Allo la terre! C’est une condamnation à mort et ils vont nous y encourager! »

Un cri attire mon attention et comme pour soutenir mes paroles, ce qui nous poursuivait arrache la vie au docteur. Mon instinct me dicte de courir à son secours, mais je sais que ce serait mourir sans raison. Ravalant mes bonnes intentions, je regarde la brume qui s’évapore et ce corps qui me bouscule. « Désoler…  » Mes yeux se tournent vers l’horizon, une lueur triste les illuminant et une ombre attire mon attention défaillante. « Quelqu’un voit, ce que je crois voir là-bas? Ou j’hallucine déjà? » Sans un mot de plus, j’avance. Cherchant à m’éloigner de la mort et de sa réalité morbide. Bien entendu, avant même que j’ai fait un mètre, la noirceur de la nuit semble prendre place dans le ciel.

love.disaster

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Mer 5 Oct - 23:25

Je cours. Je cours à en perdre haleine, jetant parfois un œil par dessus mon épaule pour évaluer la progression du brouillard et vérifier que Lazlo suit bien. Nous avons tous deux lâché notre butin, mais je sens encore le poids des deux grêlons dans mes poches. Peut-être devrais-je m’en débarrasser pour ne pas me ralentir… Je n’en ai pas vraiment le temps. Sans réfléchir, poussé uniquement par l’urgence et la nuée menaçante dans mon dos, je me suis enfoncé dans l’eau du lac. Idée stupide. Le liquide me ralentit bien plus sûrement que le poids des morceaux de glace. Les muscles me brûlent alors que je force chacun d’entre eux à fendre la lourde masse des eaux, et mon bras inutile ne m’aide absolument pas, sans parler de la douleur atroce qu’il me cause. Je lance un nouveau regard en arrière. Les autres se sont élancés aussi, même s’il me semble que le doc traîne un peu la patte. C’est pas le moment de lambiner, bordel !

Le Pigeonneur et l’ado trouvent tout de même le moyen de se héler par sarcasme interposé, à croire qu’ils sont jamais à bout de souffle ceux-là. Le dernier semble en plus doué d’une vocation de berger, je l’aperçois du coin de l’œil rassembler les brebis égarées. À ce moment là, j’ai déjà rejoint la berge et je continue à courir comme un dératé sur quelques mètres, aiguillonné par le cri inhumain qui vient de retentir. Faut croire que mes instincts altruistes sont pas tellement aiguisés. En me retournant une dernière fois, je constate que le foutu nuage s’est arrêté quelque part au milieu du lac et commence à se dissiper. Je ralentis donc, mains sur les genoux pour reprendre mon souffle, la sueur ruisselant sur mon front, et plisse les yeux pour scruter le petit étang. Ce hurlement… C’était un nouveau cauchemar ou l’un d’entre nous ?

Je reviens à pas lourds vers le groupe et les passe silencieusement en revue. Brindille est encore là, soutenue par l’ado, la Louve est en retrait et Lazlo titube vers moi. Le doc, il manque le putain de doc borgne. Je lâche un juron entre mes lèvres serrées. À cet instant précis, un truc tombe du ciel, attrapé au vol par un Lazlo grommelant. Je voudrais lui crier de lâcher ce truc, qu’il peut s’agir d’un nouveau piège, mais son exclamation euphorique me retient. De la bouffe ? Et juste assez… pour nous tous, comme il le fait naïvement remarquer. Je secoue lentement la tête.

— Le doc. J’pense que c’est lui qu’on a entendu gueuler. Croyez qu’ils vont nous filer un cadeau à chaque fois que quelqu’un crève ? Fucking tordu.

Au même moment, Ange attire notre attention vers quelque chose qui ressemble à s’y méprendre à une nuit artificielle. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les ténèbres nous recouvrent, accompagnés d’un froid saisissant. Surtout forcez pas trop sur le naturel, les gars. Je me retourne vers Lazlo.

— Une pour chacun, et ça sert à rien de se rationner, on sait pas ce qui va encore nous tomber dess... hey, ça va ?

Non, ça n’a pas l’air d’aller. Le grand barbu claque des dents comme s’il était dans une congère. La température a baissé, mais pas à ce point. Sourcils froncés, je pose une main sur son bras. Glacé. Je me tourne aussitôt vers les autres.

— Faut rejoindre un coin plus large, le sable doit encore conserver sa chaleur. À moins de trouver de quoi faire un feu. ‘Tout cas, on est tous épuisés, nous faut un endroit où se poser.

Passant mon bras valide sous celui de Lazlo, je me remets en marche, à la recherche d’une sortie, glissant plus bas à son intention.

— Tu tiens le coup ? S’est passé quoi ?
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Jeu 6 Oct - 2:48

L'euphorie d'avoir reçu de la nourriture n'avait été que de courte durée. Sous l'impulsion d'un sens du timing beaucoup trop parfait, un hurlement avait retenti plus loin. Un hurlement à vous glacer le sang, qui aurait pu ce faire sur le Résistant pour peu qu'il ne soit pas déjà profondément mort de froid. Lazlo tenta de rassembler ses forces, plissant les yeux pour tenter de focaliser sa vue derrière l'hystérique qui avait fini de ricaner. Mais sa vue se brouillait toujours d'avantage, et la pénombre environnante était bien trop omniprésente pour qu'il puisse distinguer quoi que ce soit.
Il n'y avait rien plus que le silence, un silence obséquieux, choqué, qui ne pouvait signifier qu'une chose.

L'Arène venait de clamer sa première victime.
Ils n'étaient plus que cinq.


Au terme de quelques insoutenables minutes, la voix de la blonde colérique s'éleva à nouveau dans le canyon, brisant la morgue générale. Un désolé qui n'avait aucune saveur et laissa une sensation de bile sur le palais du Résistant. Ils étaient probablement des survivants, bien que pas pour longtemps, mais ils n'étaient pas des héros. Alors il était bien inutile de prétendre le contraire, ce qu'elle avait fait depuis le début. Les doigts crispés sur la boîte où se trouvait la nourriture, l'éleveur leva son regard vers la direction générale de l'aînée des deux blondes, sans vraiment la voir pour autant. Son comportement était exécrable, mais elle avait enfin pris un sou de bon sens. En espérant que cela dure.
Il n'y avait pas de place ni pour le mépris ni pour le chaos. Il fallait qu'ils restent groupés, qu'ils se soutiennent, pour espérer pouvoir survivre. Alors Lazlo ravala son ressentiment dans un claquement de dents et écouta silencieusement ce que Grayson disait.
La rocaille qui roulait dans sa gorge avait le don de le calmer.

La pénombre s'accentua, la nuit tirant son long manteau sur le canyon tout en leur arrachant une bonne quinzaine de degrés supplémentaires. La vision déjà brouillée, il n'y voyait désormais plus rien du tout, et la chute de température accentuait le froid qui le glaçait déjà jusqu'aux os. La main chaude de Grayson lui brûla la peau, et il retira aussitôt son bras, cherchant où était le reste de son ami.
Il parlait, mais Lazlo eut du mal à l'entendre. Les tremblements étaient toujours plus intenses, et ses membres semblaient s'engourdir. Il avait juste envie de courir, de courir jusqu'à la surface, de rejoindre le sable et de fondre sous le soleil de plomb. Ou de se recroqueviller à même le sol et s'endormir, là où le froid ne le rattraperait pas. Ne le rattraperait plus. Il ne savait même pas que sa peau était livide, que ses lèvres étaient violacées. Il ne sentait même plus l'extrémité de ses doigts.
Et le monde tout autour de lui était tout aussi noir qu'il était flou.
La merde.

Il sentit finalement son bras se soulever et un corps chaud, brûlant, contre son flanc. Si chaud qu'il eut envie de se débattre, de hurler, de le repousser immédiatement. Mais la raison l'emportait sur l'instinct. Vu son état, il était mieux pour lui de ne pas s'isoler d'avantage.

-La flotte, Gray... J'ai dû en boire quand je me suis vautré. Je crève de froid et j'y vois plus rien... Et les putains de grêlons que j'ai chopés sont tombés de mes poches.

S'habituant un peu plus à la chaleur et reprenant quelques forces, il s'accrocha à son compagnon, s'efforçant de ne pas trop peser sur lui. Sa main glissa par mégarde sur l'épaule blessée, et il nota un enfoncement suspect. Il fronça les sourcils. Le toubib n'avait pas eu le temps de la remettre en place ?

-Dès qu'on s'arrête, je te remets ça en place.

Par réflexe, il posa sa main gelée sur l'articulation de son ami, histoire d'atténuer la douleur. Un geste peut-être un peu naïf, qu'il repousserait si jamais ça le dérangeait. Il connaissait suffisamment Grayson pour lui faire pleinement confiance sur ce côté-là.

Tout autour d'eux, la pénombre avait achevé de s'abattre sur le canyon, rendant la progression de plus en plus difficile. Les cratères s'enfonçaient toujours plus profondément, accompagnés de leur fraîcheur. Quelques mètres plus loin, un carrefour, et peut-être la promesse de remonter à la surface pour grappiller quelques degrés supplémentaires.
Ils allaient devoir faire un choix.



_________________

Every morning I jump out of bed and step on a landmine. The landmine is me. After the explosion, I spend the rest of the day putting the pieces together. ×

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre

Féminin
↳ Nombre de messages : 846
↳ Points : 856
↳ Date d'inscription : 16/11/2014
↳ Age : 23
↳ Avatar : Andrew Garfield
↳ Age du Personnage : 30
↳ Métier : Généticien & analyste dans la brigade scientifique du gouvernement
↳ Opinion Politique : Pro gouv en remise en question (rebelle come on *.*)
↳ Niveau de Compétences : mon incroyable beauté ? Niveau 2 en rateaux, à partir de 3 la pelle est offerte !
↳ Playlist : Imagine dragon / Alt-J / StoneAge / Mumford and sons / les enfoirés (et oui quand on est français...) / the coors / the lumineers / de palmas (je sais je sais..) / les disney (aucune honte) / thriving Ivory / bien d'autres... aaah et évidement CELINE DION ! (je blague, je blague, on souffle)
↳ Multicomptes : Callum T. Doyle & L. Windsor Armstrong
↳ Couleur RP : blueangel



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Jeu 6 Oct - 23:02

..des putains de vacances de rêves ! Avec cure thermale incluse… On pensera à mettre un commentaire pourri sur Tripoviser … même pas capable de nous servir de bons alcools … Je secoue la tête sans m’arrêter. Quand allons-nous cesser de courir ? D’avoir chaud ? D’avoir soif ? D’avoir faim ? C’était complètement stupide de nous laisser gambader ainsi, on finira tous pas crevé en même temps à force. Foudroyer par le soleil, la déshydratation, les hallucinations dues au manque d’eau. Bref, rien d’épique… que du pathétique. Même moi je me ferai chier devant un film comme ça… Pourtant, dieu que je m’emmerde pas aujourd’hui. Les tripes vrillés, la gorge irradiée, le cul et les cuisses en feu à croire qu’un simple pet pourrait atomiser les environs. Bref, je divague et oui, j’ai énoncé mon amour pour l’alcool devant un bout de vie humaine où cela est totalement proscris. Je soupire intérieurement et souris en ralentissant le pas. Ne montrer qu’un quart du ressenti. N’exprimer rien qui puisse briser plus tard. C’est ma doctrine du moment mais j’ai déjà failli à plusieurs reprises. L’eau me manque et ce ne fut qu’avec un ultime effort que mes lèvres n’ont pas happées le contenu de cet espace rafraichissant. D’ailleurs, ma tête s’enfonce dans mon sweat mouillé. Celui-ci est beaucoup plus agréable après une douche plutôt qu’avec ma transpiration… c’est certain… ça sent moins également : voyez qu’il y a du positif dans cette galère. Je joue l’autruche, étale mon sourire en voyant Lazlo parlait à un mur tout en repensant à sa joute verbale. Au moins participait-il à une forme de lâcher prise et pour ce qui est de sa conversation fantomatique elle n’avait d’intérêt pour le groupe que son contenu. Pour moi, je me sens juste un peu moins fou une fraction de seconde. A défaut que sa raison est meilleure que la tienne… Rends toi utile… la ferme. Mais je souris tout de même, comme par reflexe. Un sourire qui s’efface bien vite, une barre de céréale dans les mains. Mes yeux cherchent Grincheux alors que mon corps accuse la crainte naissante en tentant de rendre cela invisible. Echec total lorsque je distingue l’homme à plusieurs centaines de mètre derrière nous.

A cet instant, je sens mon esprit dériver. Mon corps s’avance vers Grincheux mais ne dépasse pas la moitié du chemin qui nous sépare. Mes prunelles se posent sur ce que fut le médecin. Je ne le connais pas, même pas son nom pourtant je sens une colère sourde monter en moi. L’injustice. L’infamie. Pourquoi lui ? Pourquoi pas l’un de ces enfoirés ? Tous ces bureaucrates, technocrates et crates de mon cul qui se dandinent sans parvenir à chier droit. Cette bande d’abruti, d’inhumains, de monstres des temps « modernes ». J’aimerai bien les y voir, ici. Peut être auraient-ils fait le choix de s’enterrer dans le sable et attendre qu’on ait pitié d’eux ? Mon poing se serre. Contre eux. Contre moi. Mes jambes se retiennent de trembler alors que je tourne le dos à ce que fut un homme sommes toute bien meilleur que l’enfoiré(e) – pas de sexisme ici, le monde a su prouver que les femmes pouvaient être pires que les hommes. Hey, l’égalité ça marche tout le temps c’fou !  - qui dirige cette connerie. En rejoignant la troupe, je suis bien incapable de plaisanter. Mes pensées vont vers notre nouveau chiffre. 5. 5 mais jusqu’à quand ? Qui sera le prochain ? Mes yeux se posent sur chacun d’eux pour y lire toute la fatigue accumulée et la crainte qui se nappe en chacun de nous. Qui peut comprendre ça derrière son écran ? Qui peut nous défendre ? Qui veut ? T’avais raison…. L’avantage d’être ta création… ça laisse peu de place à l’interprétation… C’est con mais, ça me fait rire.

Ma tête passe de gauche à droite, ma main étire la peau de mon visage puis je m’active pour rejoindre Jésus et le baroudeur. A l’intersection, je lève un doigt et propose de faire la ploum avant de nous lancer vers la gauche. J’ôte mon sweat encore mouillé, l’enroule autour de moi et regarde les deux compères. Continue de claquer des dents ainsi et tu seras contacté par Rihana pour faire du beatboxing avec elle… Clin d’œil, sourire, hochement de tête… tout pour relâcher la pression puis mon bras passe dans le dos du barbu dans l’idée de lui faire profiter d’un peu de chaleur. Plusieurs minutes s’écoulent avant de trouver le début d’une montée. Peut être, peut être un peu de chaleur.

Spoiler:
 

_________________
Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l'abysse, l'abysse le scrute à son tour. (⚡) Nietzsche
Choose your Abyss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Masculin
↳ Nombre de messages : 1572
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: The Forgiven Days } l'Arène de sable   Dim 9 Oct - 1:11


« The chain will be broken. And all men will have their reward »



the forgiven days





Les bonus chance, vos options :
Vous allez le droit de lancer ce nouveau dé (qui est en commun pour toutes les arènes, mais toujours à lancer dans votre propre sujet de flood) tous les 5 messages postés (les vôtres uniquement bien sûr), à votre personnage de choisir s'il partage ses trouvailles ou les conserve jalousement pour lui.
1 - Vous trouvez une gourde isotherme d'eau potable pleine sur votre chemin.
2 - Un petit parachute descend du ciel juste devant vous, avec de la nourriture (des barres énergétiques) à l'intérieur.
3 - Vous trouvez une bouteille de rhum, calée entre deux roches.
4 - Un petit parachute descend du ciel, avec une pommade facilitant une cicatrisation très rapide à l'intérieur.
5 - Vous trouvez un couteau suisse par terre.  
6 - Rien n'est trouvé, vous restez bredouille.


Lancé de dés, vos options:
1 - Une violente tempête de sable se lève, emplit vos yeux de ses gravillons brûlants. Les grains éparpillés se reforment, pour se muer en créatures des sables monstrueuses, avec une seule idée en tête : vous traquer.
2 - Des centaines de scorpions et de serpents au venin mortel commencent subitement à grouiller tout autour de vous.
3 - Le sol se dérobe sous vos pieds, forme une crevasse soudaine dans laquelle vous glissez. Au fond du trou creusé, la gueule béante d’un ver géant fait claquer ses dents. Elle aspire l’air, tente d’accélérer votre progression pour que vous tombiez entre ses crocs acérés. (NOUVEAU)
4 - Des sables mouvants vous emprisonnent et vous avalent au moindre mouvement brusque, agissant comme un véritable ciment autour de votre enveloppe.
5 - Vous entrez dans une zone de champ de mines, enterrées partout sous le sable.
6 - Rien ne se passe, votre route est libre de tout obstacle.



informations pratiques


Le nombre de mots maximum est de 600. Vous pouvez bien entendu écrire moins, c'est même encouragé afin que les choses bougent et que personne ne se retrouve débordé.
↠ Les créatures surnaturelles sont toujours privées de leur pouvoirs.
Ange E. Dalton (abandon volontaire) & Elizabeth Cross (suppression automatique par absence de message posté ce tour) perdront la vie au cours de ce tour. Leur mort sera décrite dans le prochain post de Dariya.
↠ Aucun participant ne perdra donc la vie au prochain tour, sauf en l'absence de message posté.
↠ Jusqu'au prochain tour, chacun a le droit de lancer le dé une seule fois. Vous n'êtes cependant pas obligés de tenter votre chance. Le lancer de dés doit se faire impérativement dans le sujet situé ICI.
↠ Ces obstacles se cumuleront à ceux lancés par Dariya Clarke, la coordinatrice du Colosseum, peu décidée à laisser les pauvres participants reprendre leur souffle.
Aucun ordre de passage pour l'instant, mais tout le monde devra avoir posté dans l'intrigue d'ici un peu moins d'une semaine (le dimanche 16 octobre) au moins une fois (plus dans l'idéal, si vous le pouvez ). Ceux n'ayant pas posté seront automatiquement éliminés.



groupe IV - liste de participants

Ange E. Dalton
Elizabeth Cross
↠ Grayson Hawk
↠ Lazlo Andersen
↠ Timothée G. Morel



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The Forgiven Days } l'Arène de sable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Forgiven Days } l'Arène marécageuse
» Midori Days
» Sable Mouvants= pb!!
» [VIDEO] Time laps de la tempete de sable sur phoenix
» shooter explosion de sable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans :: Le Colosseum-