AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 as friends or ennemies? (ft.Solveig)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Sam 24 Sep - 14:41


Les conflits de territoire sont une perte de temps. Je déteste déjà cet aller et retour inutile dans ce bouge que je déteste par principe. Non pas parce qu’ils possèdent des aspects assez semblables aux miens, mais plutôt parce que la décoration est du plus mauvais goût. Mauvaise foi, probablement, mais je me moque bien d’être totalement objective. Cette situation entière est de toute façon totalement ridicule. Bien entendu, je pourrais y envoyer Ezekiel et garder mes fesses bien au chaud derrière mon bureau. Seulement je ne peux m’y résoudre, pour deux raisons évidentes. La première, la prostitution est mon domaine et la seconde, plus personnelle, l’empêcherait de gérer cette situation avec le professionnalisme dont il sait faire preuve. Je ne suis de toute façon pas suffisamment cruelle pour le pousser dans ses retranchements avec une situation comme celle là. Je suis donc l’unique candidate pour aller converser avec les Nifheilm et ce, même si ça m’emmerde prodigieusement.

L’heure est à l’élégance, à la classe. Affronter les leaders d’une autre mafia possède ce genre de besoins sur moi. L’envie d’en mettre plein la vue et d’en imposer, rien que par ma simple présence. L’effet Armstrong. L’idée me fait grimacer une seconde. Cela je l’ai appris de mon époux, c’est son effet à lui, sa façon de faire les choses à lui. Et dans un mimétisme absolu, je reproduis ses façons de faire. Tout simplement parce qu’elles sont les miennes aussi. Cela aura beau m’agacer toujours un peu plus, la vérité est là. Je suis ce qu’il a fait de moi. Mon poing se serre alors que mes muscles se tendent à cette idée. Juste une fois de plus, il s’incruste dans mon esprit fatigué de ses intrusions et dans un mouvement rageur, j’éclate ma main dans le miroir qui me renvoie mon image. Des lames s’enfoncent dans ma peau, me font grogner, mais ce n’est rien. Ma fureur s’est estompée juste assez de ce coup. C’est le principal. Lentement et un à un, j’enlève les bouts de verre enfoncés dans ma chair. Ils terminent au sol négligemment, mes plaies se referment et je suis bientôt prête à partir pour cette situation qui promet déjà un ennui certain.

Je parcours les rues, d’un pas assuré et savoure malgré tout les odeurs de la ville, de ma ville. Je ne suis bien qu’avec ces senteurs de bayou, dans ces rues que je connais par cœur maintenant. Légèrement je finis par me détendre, juste assez pour esquisser un léger sourire que je prodigue même aux malabars qui me suivent non loin. Imperceptiblement je me détends et ça ne peut être que positif pour la suite des opérations. Me voilà d’ailleurs déjà devant les portes du bâtiment qui semble abandonné. Ce n’est qu’une couverture, bien sûr. Après tout, depuis la prohibition, rien n’est plus ce qu’il semble être. Cet endroit n’échappe pas à la règle et je me détourne de cette entrée, pour me diriger vers l’autre, la secrète, dont j’ai eu vent depuis quelques temps déjà. Les danseuses s’agitent en ce début de soirée déjà bien chaud et si mes yeux se posent sur elles, négligents, ce n’est pas pour cela que je suis ici. Du regard je cherche les propriétaires, qui me sont invisibles. C’est donc vers le bar que je me dirige finalement et accoudée je balance finalement. « Vous avez du whisky ? Du bon ? » L’homme acquiesce et me sert finalement le liquide ambré, qu’il est si difficile de se procurer dernièrement. Hypnotique, le liquide m’appelle et je m’empresse de le vider dans mon gosier, assoiffé de ce genre de saveur. « Un autre s’il te plaît chéri… Ah et… Si tu pouvais m’appeler ton patron aussi. Erikssòn. Dis lui que Marie Armstrong est là pour lui. Ca devrait lui parler. » Ses sourcils se froncent, mais il est assez intelligent pour ne pas faire de commentaires. En attendant, je tourne le dos au bar, pour embrasser les lieux d’une observation avertie. Mieux vaut prendre des précautions après tout.

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 116
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Lun 26 Sep - 21:49


As friends or ennemies ?  
You've got your system for total control, now, is there really anybody out there ? ••• Solveig avait été faire quelques courses. Et, une fois encore, elle avait dû batailler ferme avec son frère. Il avait voulu l'accompagner dans un premier temps. Puis, vu l'heure, il avait compris qu'il ferait mieux de rester pour ouvrir le Little Darlings. Donc, il avait proposé un garde. Et le regard noir de sa sœur avait fini par le dissuader. Néanmoins, la jeune femme savait qu'elle aurait le droit à une protection quand même. Discrète, ce ne serait qu'un homme l'observant. En gardant ses distances. En tout cas, il avait intérêt. La suédoise n'hésiterait pas franchement à en parler avec son frère sinon. Elle comprenait qu'il veuille la savoir à l'abri, surtout avec les peacekeepers qui rôdaient ces derniers temps. Cependant, elle cherchait un minimum d'autonomie de ce point de vue-là. Juste pour choisir quoi manger. C'était le plus important. Et ça lui permettait de ne pas trop sombrer non plus. De ne pas avoir encore plus envie de se scarifier. Parce qu'elle le faisait sans plus y penser à présent. Et cela devenait un danger pour elle-même. Entre les pertes d'énergie avec Grayson et ses mutilations, si elle ne mangeait pas correctement, c'était la mort ou l'évanouissement assuré. Et, étrangement, elle voulait juste se sentir en vie. Encore plus. Toujours plus.

Elle rentra plus d'une heure plus tard. Le bâtiment était à présent ouvert, derrière ses apparences condamnées. La fête ne battait pas encore à son plein, Solveig n'aurait aucun souci à atteindre son appartement. Heureusement encore. Elle n'aimait pas être confondue avec une danseuse. Et surtout, son frère pouvait piquer des colères extrêmes à cause de ça. Il en allait de la réputation de leur bâtiment, et c'était l'une des raisons pour laquelle la jeune femme ne sortait jamais le soir. Durant l'ouverture du bar en tout cas. Enfin, Isak avait fini par l'y obliger un peu. Et elle l'écoutait. Parce qu'elle voulait le voir heureux. Parce qu'elle voulait juste qu'il ne se tue pas. Déjà qu'elle craignait qu'il ne décède avec la drogue qu'il ingérait quotidiennement... Parfois, Solveig aimerait pouvoir l'emmener dans un genre de centre de désintoxication. Sauf que plus rien n'existait. Et que ce serait s'exposer au Gouvernement, chose que la jeune femme était trop effrayée pour faire.

Les affaires furent déposées dans sa cuisine et elle se laissa tomber dans son vieux canapé en soupirant. Sans avoir le temps de profiter. Sa porte fut enfoncée par un employé. La suédoise se releva soudainement. Quelques mots et elle comprit que son frère faisait une crise. La dose qu'il avait prise devait être trop importante une fois de plus. Elle descendit dans le bar, sépara tout le monde et se glissa aux côtés de son frère. Quelques gestes suffirent pour vérifier qu'il était bien en vie. Juste évanoui. Solveig prit une profonde inspiration avant de lancer :

« Montez-le dans la chambre. »


L'ordre fut écouté et exécuté dans les secondes qui suivirent. La jeune femme fit un geste à la foule pour qu'elle se sépare et que les festivités reprennent. Ce qui ne mit que quelques secondes à vrai dire. La suédoise soupira avant de monter à l'étage et de se glisser dans la partie habituellement réservée à Isak. Il avait été installé dans le lit et elle s'assit à ses côtés. Il était endormi à présent. Se reposer un petit peu ne lui ferait pas de mal. Elle mouilla une serviette et la posa sur le front presque brûlant de son frère. Eh bien... Elle resta là, à s'occuper de lui, jusqu'à ce qu'on l'interrompe une nouvelle fois. Décidément, c'était la soirée des dérapages. Une femme, Marie Amstrong, voulait voir Isak. Eh bien ça... Ce serait loupé pour ce soir. Néanmoins, connaissant la femme de nom, Solveig ne pouvait pas la laisser ainsi. Donc, elle prit son courage et sa dignité et elle quitta le chevet de son frère pour descendre jusqu'à bar.

Elle repéra la personne qui voulait discuter au premier coup d'oeil. Elle était assise au bar, whiskey en main, détaillant la pièce qui s'étendait sous ses yeux. Et le barman jetait des regards effrayés à Solveig. Bon, eh bien, elle n'avait plus qu'à y aller. Elle s'accrocha doucement avant de lancer :

« Isak n'est pas présent pour le moment. Néanmoins, si vous voulez parler affaires, je suis sa sœur, Solveig, et je co-gère cet endroit. »


Bon, la dernière partie était un peu mensongère. Elle ne co-gérait pas réellement le Little Darlings. Cependant, elle était co-fondatrice de la mafia et la principale dealeuse et approvisionneuse de celle-ci. Donc, cela lui donnait une certaine légitimité pour agir en ce lieu. Et puis clairement, s'il fallait attendre que son frère récupère... Elles en auraient pour au minimum une journée. Ce que Marie ne devait pas vouloir pour venir directement ici plutôt que de donner un rendez-vous. Alors, Solveig s'était auto-proclamée compétente pour discuter. Même si intérieurement, elle était clairement paniquée. C'était les risques du métier.

« Y a-t-il un quelconque problème pour vous voir arriver à une telle heure ? »

Bien, elle était parvenue à garder un ton calme. Pourvu que ça dure...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Lun 3 Oct - 22:25


Face à moi s’offre la décadence de la Nouvelle Orléans. Sous forme de danses lascives et beuveries incontrôlable. Ce n’est guère étonnant avec les dernières mesures du gouvernement pour nous brider et nous rendre fous. Chaque parcelle de déchéance semble accentuée par les interdits et j’en serais presque choquée, si c’était mon genre. Au contraire, je m’en amuse et observe les réactions des gens avec grande attention. Je pousse même mon regard jusqu’au malabar qui me sert de garde du corps pour la soirée. Après tout, ce n’est pas parce qu’une dame sait se défendre, qu’elle ne peut s’entourer de gros bras pour faire peur à ses vis-à-vis. Les minutes s’écoulent et je m’agace à chaque fois que j’attends un peu plus. La patience n’est pas mon fort dans ce genre d’affaires inutiles et je claque déjà ma langue sur mon palais, en un signe évident d’impatience à l’égard d’Eriksson. Probablement ménage t’il son effet, comme j’aurais pu le faire, mais cela m’agace plus que je ne saurais l’avouer. Pourtant, je reste négligemment les coudes posés sur le bar, le verre de nouveau plein en main et savoure ma position, clairement sûre de moi. Je ne le suis probablement pas autant que je le montre mais personne n’est censé le savoir. Mon attitude semble fonctionner puisque le barman s’agite et s’impatiente à son tour en lançant frénétiquement des regards en ma direction. Ses yeux changent finalement de cible et j’aperçois finalement la rouquine qui avance vers moi. Je l’accueille de mes sourcils froncés, sans trop comprendre ce qu’il se passe.

Ce n’est que lorsqu’elle se présente que je m’autorise une vraie réaction. Mes lèvres se pincent et je finis par l’observer d’un regard plus que perçant. Isak Eriksson pousserait il l’injure à m’imposer sa petite sœur, sans daigner m’accorder d’importance ? Piquée au vif par l’affront, je donne à la demoiselle mon plus sévère regard, décidément peu clémente à son égard. « Pas disponible hein ? Dois-je me sentir insultée ? » Le sous entendu est clair, la menace que j’impose suffisamment sérieuse pour que mon garde du corps se décide à avancer d’un pas dans notre direction. Pas assez informée sur les affaires internes de la Nilfheim, j’ignore que sa sœur est tout à fait égale à son fraternel et me comporte donc en effarouchée trop touchée par le machisme sous jacent de cette démarche. « Votre frère se sent-il trop menacé par ma personne pour briller de son absence ? » L’insulte quitte mes lèvres à peine entrouvertes, tandis que je persiffle ces quelques mots. La paranoïa s’empare de moi, comme à chaque fois que je dois faire affaire avec des hommes qui se sentent supérieurs à moi en tous points. Pas une seconde je n’envisage que la demoiselle puisse être aussi capable que son grand frère, faisant là moi-même le machisme que je déplore si souvent. Je ne m’en rends pourtant pas compte et continue dans ma lancée, toujours piquée au vif. « Je ne suis pas là pour chercher des embrouilles. Peut être serait il bon de ne pas les provoquer ? C’est à votre frère que je désire parler. A moins que vous ne soyez qualifiée pour résoudre un problème de territoire ? » Mes sourcils s’écartent une seconde et je n’envisage pas que ma dernière proposition puisse être véritable.

Lentement, j’amène mon verre jusque mes lèvres finement étirées en un sourire carnassier et les trempe dans le liquide ambré, qui délie juste un peu mes muscles. Soudain tendue, sur le qui-vive, je m’attends à une attaque qui n’est pourtant pas au programme. Trop ancrée dans la peur de provoquer un essaim d’abeille, je maintiens donc une position altière, qui ne se veut pas menaçante, alors que mon attitude l’est pourtant. Mon regard perçant s’adoucit juste assez pour donner le change et je finis par lancer, le ton plus sec que voulu. « Prenez un verre de ce que vous voulez, je vous l’offre. Votre frère est probablement propriétaire de cet endroit, mais je suppose qu’il ne refusera pas quelques dollars de plus. » Cette fois, le sourire que j’esquisse est clairement moqueur, même si j’entre là dans la provocation que je ne désirais pas.

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 116
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Ven 7 Oct - 14:33


As friends or ennemies ?  
You've got your system for total control, now, is there really anybody out there ? ••• Solveig n'était pas stupide, malgré le fait qu'elle n'avait pas vraiment d'expérience dans le domaine de la sociabilité et de la gestion. Mlle Armstrong avait ce regard clairement condescendant à son encontre. Comme si elle la considérait comme une moins que rien. Et cela avait le don d'agacer la jeune femme. Elle croisa les bras sur sa poitrine, laissa son corps se redresser légèrement et son regard s'enfonça dans celui de Marie. Elle parvenait à garder son sang-froid, à calmer les tremblements de ses doigts. Elle était loin d'être à l'aise dans cette exercice mais elle n'avait pas le choix : Isak ne pouvait pas descendre. Et la suédoise préférait éviter une guerre avec une autre mafia. Ce serait plus sympathique. Et surtout moins compliquer à gérer qu'une simple discussion. Voilà pourquoi elle avait utilisé un ton neutre, voire plutôt chaleureux pour elle. Comme si elle souhaitait voir le tout bien se passer.

Sauf que... Marie n'avait pas l'air d'être d'accord avec ça. Et ses premiers mots furent menaçants. Elle n'appréciait pas que ce soit une femme face à elle ? Son regard sévère aurait pu faire paniquer Solveig. En tout cas, elle l'était complètement intérieurement. Cependant, elle faisait en sorte de ne pas le montrer. Pour ne pas lui offrir une raison pour l'insulter encore plus. D'ailleurs, son garde du corps avait fait un pas en sa direction. Ce qui avait entraîné le rapprochement discret des serveurs et barmans. Ils étaient tous des hommes de main de son frère, entraînés pour se battre et tuer. Avec la clientèle de toute façon... Et puis Solveig était la petite sœur de leur chef, et les ordres pour elle étaient clairs : La protéger, coûte que coûte. Si elle avait la moindre blessure, Isak verrait rouge et serait capable de tous les éliminer. Sans pitié. Enfin, ils étaient pour la plupart très compétents. Et Solveig n'était pas certaine que Marie risquerait des représailles, ou de l'attaquer en un lieu qui n'était le sien. C'était dangereux, même la suédoise en avait conscience. Après, elle attendait de voir pourquoi elle était ici. Et ce, même si elle devait supporter les insultes envers son frère seconde après seconde.

Ses yeux s'étaient néanmoins refroidis. Elle serra les dents, ne souhaitant pas ajouter de l'huile sur le feu. Cependant, Marie était quand même intransigeante. Elle posait ses fesses ici, et elle se permettait de se prendre pour une reine. Bon, d'un côté, Solveig était impressionnée du courage et du culot dont elle faisait preuve. C'était une chose qu'elle-même ne possédait pas. Donc, elle était admiratrice de son interlocutrice. Sans lui montrer, évidemment. Elle était là pour prendre la place de son frère ce soir, et donc se comporter comme tel. L'autre chef continua sur sa lancée, sans provoquer la moindre réaction chez la suédoise. L'heure n'était pas aux émotions. Et il fallait qu'elle les contrôle. Parce que, pour le moment, Marie cherchait les embrouilles, contrairement à elle. Cependant, elle finit par se reprendre. Peut-être parce que l'ambiance s'était soudainement tendue avec ses camarades qui les fixaient du regard. Elle l'avait cherché finalement.

Et elle avait l'air de l'avoir remarqué. Marie lui proposa un verre, pour renflouer les caisses, parce qu'Isak était le propriétaire. Solveig haussa un sourcil mais s'installa à ses côtés. Même si elle ne comptait pas boire. L'alcool, tout comme la drogue, était une chose qu'elle ne supportait pas. Elle en  vendait mais n'en consommerait jamais.

« Merci, c'est gentil comme proposition mais je ne bois pas. Et je préfère rester concentrée sur ce dont on doit discuter ce soir. »

Un verre d'eau se posa devant elle. Le barman connaissait ses habitudes et ses envies. Et puis, il n'irait pas risquer d'offrir de l'alcool à la sœur de son supérieur. Parce que c'était toujours dangereux, si elle finissait dans le lit avec un mec ou une connerie comme ça. Et un verre d'eau lui suffirait à se remettre les idées en place. Elle restait épuisée, et l'énième crise d'Isak n'aidait pas. Surtout qu'il finissait mort drogué toujours au pire moment. Une guerre de territoire, et puis quoi encore ?! Parfois, elle avait envie qu'il soit un peu plus présent. Un peu moins brisé. Elle ne pouvait pas tout faire, même avec toute la bonne volonté du monde. Et, en même temps, elle ne voulait pas l'abandonner. Encore moins dans de telles circonstances. Ainsi, la jeune femme se décida à reprendre la parole, d'un ton légèrement plus froid qu'à son habitude :

« Si vous voulez absolument discuter avec mon frère, vous pouvez aller vous promener dans les rues de la Nouvelle-Orléans et peut-être que, dans quelques heures, vous l'aurez trouvé, en charmante compagnie. Ou alors, on règle cette affaire maintenant, en un laps de temps plus court. La balle est dans votre camp. »

Parce que si Marie voulait rester assise en attendant Isak, c'était comme elle le souhaitait. Ce problème de territoire allait dégénérer en guerre. Mais là, ce ne serait pas sa faute. Elle proposait de trouver une solution maintenant. Et l'autre femme avait décidé que non. Solveig espérait que celle-ci reviendrait sur son idée. Sinon, elles seraient dans une impasse. Et son frère serait très agacé d'apprendre tout ça... Bordel.

« En revanche, je ne comprends pas votre réaction. Je suis la fondatrice de la Nilfheim avec mon frère et je suis propriétaire de cet endroit au même titre que lui. Ce qui fait de moi son égal pour régler les problèmes liés à cela. Pourquoi demander sa présence malgré tout ? »

Bon, c'était risqué comme remarque. Néanmoins, elle préférait parler pour cacher le léger stress face à la présence et la puissance de la femme qui les visitait. Ce n'était pas tous les jours que ça arrivait...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Mer 12 Oct - 17:51


Tout à fait à mon aise dans ce jeu, je prends mes aises, sans pour autant quitter ma méfiance naturelle envers cette nouveauté. Cette femme, je ne la connais pas du tout, je ne connais que son nom, Solveig Eriksson, mais le reste est toujours inconnu. Ce n’est qu’une observation attentive qui me permet de savoir les premières choses à son encontre. Elle n’est pas habituée à ce genre de rencontres. Elle n’est pas entièrement à son aise. Cependant elle m’oppose des réactions hardies que j’apprécie immédiatement. L’échange ne manquera donc pas de piquant et ma soirée, ne sera pas totalement inutile finalement. Mes yeux perçants sont toujours des les siens, à la recherche d’une faiblesse à exploiter, mais je me détourne finalement pour observer les alentours alors qu’un mouvement se fait sentir tout autour de moi. Bien. La petite sœur semble être étroitement surveillée par tous les employés du lieu de débauche, ce qui m’incite immédiatement à plus de prudence. D’un geste, je congédie donc le malabar, qui recule de plusieurs pas pour se fondre dans l’ombre et éliminer toute menace de sa part. Par sa discrétion, il détendra légèrement l’atmosphère et en tout cas juste assez pour calmer les ardeurs de tous ces gardes du corps trop zélés à mon goût. « Fort bien. J’admire votre ardeur à vouloir m’offrir une discussion intéressante et vous remercie de votre… concentration. »

J’étire de nouveau un sourire moqueur à son encontre, trop amusée par ses paroles pour ne pas le montrer juste un peu. Probablement trop pour les nerfs de la demoiselle, qui se refroidit rapidement après ça. Chaque mot semble être parfaitement pensé pour me pousser à ravaler ma condescendance. Malheureusement je ne compte pas m’arrêter. Il m’est bien trop amusant de me comporter comme la maitresse des lieux lorsque je ne le suis pas. « Très bien ! Si petite soeur pense pouvoir jouer dans la cour des grands allons y. Je dois vous avouer que je suis très curieuse de voir ce vous savez faire demoiselle Eriksson. Réglons donc cette affaire entre femmes. »

Presque immédiatement, mon regard s’affine et mon attitude change. Le ton badin s’est évadé à chaque seconde de mon discours, pour devenir presque trop sérieux pour mon sourire qui lui, n’a pas changé d’un iota. Mon faciès reste amusé, tandis que mes propos se font de plus en plus froids, je lui offre tout un paradoxe, probablement pour la tester plus que par réel amusement. Cette rencontre m’intrigue suffisamment pour entrer entièrement dans le jeu et lui offrir quelques piques amusées. « Si vous êtes son égale pour les affaires, pourquoi est-il l’interlocuteur habituel ? Quelque chose me dit que vous n’êtes guère habituée à ce genre de pratiques et de rencontres ma chère. J’admire votre courage néanmoins. Vous essayez de donner le change très efficacement. » Ou presque… Néanmoins je préfère flatter son égo quelques secondes, pour mieux l’amadouer et obtenir de franches explications quand à la présence de cette prostituée dans mes rues.

« Bien… Il semblerait que je sois bloquée avec vous alors autant vous expliquer mon problème dès à présent. Je m’en voudrais de vous faire perdre trop de votre précieux temps. » A pas de loup je m’approche du sujet que je désire aborder, sans pour autant plonger à pieds joints directement. Il est beaucoup plus amusant de faire monter la pression et de jouer avec les nerfs de mon interlocutrice, peu versée dans la pression qu’implique ce genre d’échanges. J’amène lentement mon verre à mes lèvres, vide un peu plus du liquide ambré avant de finalement le repose sur le bar, dans un claquement sourd du verre. « Quels sont les ordres donnés à vos prostituées ? Sont elles censées se rendre dans la rue pour rameuter leurs clients dans vos lits ? » Plus aucun sourire ne décore mon visage, qui arbore désormais un air pincé, presque impassible. Le jeu est fini, je n’ai plus que sérieux à lui offrir maintenant que je parle des vrais soucis qui m’ont amené dans ce boui boui que je n’apprécie pas une seconde. Seul l’alcool délie légèrement mon cœur agité par la colère de cet incident. « J’espère que vous savez de quoi je parle et que je ne perds donc pas mon temps ? » Le doute de ses compétences est toujours là malgré mes dires précédent même si je ne montre plus vraiment mes réticences à son égard.

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 116
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Mar 18 Oct - 22:44


As friends or ennemies ?  
You've got your system for total control, now, is there really anybody out there ? ••• Le garde du corps de Marie fut rapidement congédié suite au rapprochements des serveurs du Little Darlings. Au moins, elle réagissait vite et bien, de façon à éviter les vagues. Solveig savait qu'elle était douée, de par les rumeurs qui courraient et les relations qu'elle avait déjà eues avec son frère. Pour être capable de le supporter et de le faire plier, il fallait une main de fer. Et un caractère affirmé aussi. La jeune femme, quant à elle, était tendue. Et elle avait beau essayé de cacher tout ça, elle savait que ce ne serait pas assez. Elle avait face à elle une vieille de la vieille. Quelqu'un qui connaissait les rouages des mafias bien mieux qu'elle. Donc, chaque mot utilisé devenait dangereux, car passible de déclencher une guerre de territoire. Finalement, il était plus intéressant que la skinchanger soit l'interlocutrice aujourd'hui. Isak n'aurait tellement pas supporté qu'on vienne le provoquer sur son propre terrain... Alors qu'elle, elle chercherait juste à faire en sorte que ça ne dégénère pas trop. A lisser les coins. Bon, ce ne serait peut-être pas la meilleure des solutions néanmoins, elle ne pouvait pas prendre de décisions seule concernant une bonne partie de leur business. Putain, il avait bien choisi son jour ce con...

Marie se lança sur des questions qui fâchaient. Pourquoi n'avait-elle jamais eu affaire à elle auparavant ? Oui, ce serait logique que si Solveig était vraiment l'égale de son frère, elle aurait pris certaines affaires sous le bras et aurait eu des contacts avec les autres mafias. Sauf que le domaine dont elle se chargeait n'avait pas de concurrents directs. La drogue et les vaccins, c'était trop aléatoire pour qu'une mafia s'y risque. Néanmoins, la sienne avait un drogué à sa tête, alors, c'en était presque normal. Voilà pourquoi peu de monde la connaissait dans le milieu. Parce qu'elle se cantonnait à un domaine où elle n'avait aucun interlocuteur ou presque. Et c'était bien mieux ainsi, elle n'avait jamais supporté la pression qu'impliquait des rencontres comme celle d'aujourd'hui. Enfin, la jeune femme faisait de son mieux pour garder un visage plutôt neutre. Malgré tout ce qui lui tombait dessus. Et les regards rivés sur eux. Certes, ils suivaient l'ordre de son frère mais bordel que c'était désagréable de se savoir épier dans une telle situation.

Bon, au moins, elle lui faisait comprendre très directement que ça la faisait chier de ne pas avoir l'interlocuteur habituel. Puisqu'elles étaient bloquées ensemble après tout... Solveig remarqua à cet instant qu'un genre de cercle de sécurité s'était tracé autour d'elle. Même les clients à la table la plus proche s'étaient reculés un peu. Cependant, ça n'empêchait personne de se distraire et de dépenser de l'argent pour les femmes. Quand Niklas parlait de poupées brisées qui écartaient les cuisses... Un léger soupir quitta ses lèvres tandis qu'elle se reconcentrait sur Marie. Qui était devenue glaciale. Enfin elle arrivait au cœur du problème. Solveig but quelques gorgées d'eau en posant ses yeux sur la femme. Donc c'était un problème de prostituées... En fait, la jeune femme avait perçu le problème sous-jacent. L'une des leurs avait dû se retrouver sur le territoire de leur concurrente. Chose qui n'était pas supposée arriver. Puisqu'elles étaient seulement supposées travailler au Little Darlings, pas en dehors. Des ordres qu'elle avait entendus. Alors, elle haussa un sourcil. C'était intriguant que la prostituée ait donné le nom d'Isak comme proxénète ainsi... Peut-être que cette réaction fut ce qui entraîna la remarque de son interlocutrice concernant ce qu'elle savait. Et non, elle ne perdait pas son temps, même si Solveig avait presque envie de le faire... Enfin, il n'y aurait pas eu l'intégrité de son frère en jeu, elle n'aurait eu aucune hésitation. Là, c'était différent. Et terriblement stressant.

« Je connais les règles établies si c'est la question que vous posez. Et vous ne m'avez jamais eue en interlocutrice jusqu'à présent parce que je me charge principalement de l'autre partie du business. Mais il faut bien un début à tout. »


Son ton avait été le plus calme possible. D'un côté, elle avouait tout de même que ce n'était pas son domaine de prédilection, le proxénétisme. Néanmoins, elle restait la co-fondatrice de la Niflheim, et Isak ne lui cachait jamais rien sur les ordres qu'il donnait. Voilà pourquoi elle s'était permis de prendre sa place avec autant d'aplomb ce soir. Parce qu'elle avait les connaissances théoriques pour s'en sortir. Et qu'un peu de challenge n'avait jamais fait de mal à personne. Même si le moindre faux pas pouvait entraîner une guerre dont les enjeux la dépasseraient certainement. Eh bien, c'était sa veine aujourd'hui...

« Elles ne sont pas supposées se vendre en dehors du Little Darlings. Je dois l'avouer, je suis intriguée par ce que vous me dites. Il n'y a aucune raison que l'une de nos prostituées se soit retrouvée dehors. Elle était sur votre territoire ? »


En fait, c'était pour éviter ce genre de situations que les ordres avaient été clairs et allaient dans ce sens-là. Donc, Solveig ne comprenait clairement pas ce que faisait une de leurs prostituées là-bas. Il n'y avait clairement aucune logique. A part pour leur faire du tort. Mais là, elle allait avoir besoin de l'identité de la personne qui avait fait ça. Pour lui poser directement des questions.

« Ca m'intrigue réellement, parce que c'est l'un des points du Little Darlings. S'il existe, c'est bien pour ne pas qu'elles racolent à l'extérieur. On ne marche pas sur les pieds de nos concurrents aussi violemment. »


C'était aussi une question de principe. Les rues étaient à Marie, surtout que le proxénétisme était arrivé que tardivement dans le business du frère et de la sœur alors, autant se trouver un point distinctif pour attirer les clients vers eux. Et c'était le strip-tease et les danses sensuelles qui avaient tranché.

« Ce n'est pas par courage mais plutôt par nécessité que je tiens cette conversation. Je n'allais pas laisser une guerre se développer dans l'ombre. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 812
↳ Points : 336
↳ Date d'inscription : 23/02/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Zoe Saldana
↳ Age du Personnage : 36 ans en apparence, 261 en réalité
↳ Métier : Fondatrice de la Sakpata, tueuse & prostituée. Toujours au service de Kyran.
↳ Opinion Politique : Peu concernée mais suit les idées de Kyran
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist :
☞ IMAGINE DRAGONS - bleeding out ☞ 10CC - i'm not in love ☞ BLUE SWEDE - hooked on a feeling ☞ DAVID BOWIE - moonage daydream ☞ KODALINE - human again ☞ THE LUMINEERS - ho hey ☞ IMAGINE DRAGONS - demons ☞ MILKY CHANCE - stolen dance ☞ THE FIVE STRAIRSTEPS - o-o-h child ☞ KODALINE - honest ☞ TAYLOR SWIFT - bad blood ☞ THRICE - red sky
↳ Citation : « tell me i love you... i'll tell you: go to hell! »
↳ Multicomptes : Eamon Grimes & Giulietta Monicelli



Feuille de perso
↳ Copyright: schizophrenic, okinnel, oona writes
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Dim 6 Nov - 20:56


Impressionnée par mon interlocutrice, je ne le suis pas. C’est une femme faible, avec une méconnaissance évidente de tous les rouages de ce qui fait tourner efficacement une mafia. Cela étant dit, cette brune est plus intéressante qu’elle le semble de prime abord. Si elle est bouffée par la peur, cette demoiselle le cache très bien, pour ne montrer qu’une face déterminée et presque hargneuse. Ses propos sont le reflet de ce besoin de bien faire, de me montrer toute sa force et son utilité. C’est rafraichissant, d’avoir à faire avec une personne de ce type, au caractère bien trempé, malgré une bonne couche de dissimulation. Mon regard s’étrécit légèrement à chaque fois qu’elle reprend la parole, pour m’expliquer ce que je sais déjà. Serais-je ici, si cette fille était restée, comme demandé, dans le Little Darlings. Ma langue claque donc dans une impatience que je ne cherche pas à dissimuler. Je me fiche bien de la politique de cet endroit, tout comme je me moque des états d’âme de la jeune femme qui se dresse devant moi. Ce n’est qu’à ses derniers mots, que je me laisse me détendre légèrement, juste assez pour lui épargner une remarque acerbe, qui ne ferait qu’envenimer la situation, ainsi que la méfiance des hommes qui gèrent cet endroit. La protection de la petite sœur, semble être une priorité absolue pour ces personnes, qui me semblent toujours un peu plus menaçantes. Je dois donc me montrer plus prudente désormais, alors que la discussion s’envenime discrètement, mais suffisamment pour inquiéter son entourage et donc, me mettre en danger. Mon regard s’échappe et fixe chaque personne qui s’intéresse à moi d’un peu trop près. Je dérive, cherche les issues de secours, au cas où tout se décide à mal tourner pour moi. La guerre n’est pas déclarée entre nous, mais il ne me faudrait pas le risquer. J’aurais bien trop à y perdre.

Mon regard fini par revenir elle et je laisse mon sourire traîner de nouveau sur mes lippes, pour ne pas laisser apparaître cette légère inquiétude, qui vient pointer le bout de son nez, à mesure que le nombre de sbires augmente autour de nous. « Ne m’abreuvez pas de savoir dont j’ai déjà connaissance ma belle. Croyez vous que je me serais déplacé ici, si j’ignorais ces quelques règles que vous venez d’énoncer ? » Je m’agace, alors qu’elle ne fait que répondre à une question que j’ai moi-même posé. Erreur, que je n’ai pas vu venir et que je tente de dissimuler, dans un geste dédaigneux. « Je veux dire, deviez-vous vous perdre dans tant de détails inutiles et ennuyeux ? » Mon attitude ne dénote pas avec la précédente. Malgré une prudence que je tente de m’inculquer, je reste dominatrice de cette échange et beaucoup trop joueuse pour mon bien. « Bien… Maintenant que j’ai eu confirmation de mes craintes et doutes. Pouvez-vous m’expliquer pourquoi l’une de vos filles s’est imaginée pouvoir envahir mes rues ? Est-elle un électron libre qui tente de se faire un peu d’argent de poches sans soupçons des conséquences ? »

J’apporte mon verre à mes lèvres, ménageant un suspense dans mes dires, cherchant par là à la déstabiliser légèrement, avant d’apposer un coup mortel à la conversation. « Ou bien est-elle dépêchée par vos soins, pour goûter l’interdit et tester mes limites ? ou simplement pour amorcer un désagrément, qui pourrait se solder par de très graves retombées. » L’accusation est légère, presque prononcée sur un ton badin, comme pour leur faire croire que je ne pense pas une seconde ce que je viens de dire. Le doute pourtant, gratte la surface de ma personne, pour me faire penser le pire de mes ennemis associés. Cette fois, je vide mon verre et viens le reposer dans un claquement, sur le bois du bar. Mon regard perçant est toujours plongé dans le sien, même si je tente de détendre légèrement l’atmosphère en me présentant beaucoup détendue face à elle. « Ah et… Dois-je la punir moi-même ou voulez vous que je vous la rende en bon état ? » Cette fois, aucun rire ne se dissimule dans mon ton, qui s’est refroidi bien trop efficacement. J’attends beaucoup de cette réponse, presque plus que celle à la question d’avant, même si l’importance semble pourtant moindre.

_________________

SOMEBODY TO DIE FOR, SOMEBODY TO CRY FOR, WHEN I'M LONELY
© okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 116
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: as friends or ennemies? (ft.Solveig)   Ven 11 Nov - 1:48


As friends or ennemies ?  
You've got your system for total control, now, is there really anybody out there ? ••• Cette situation la tendait bien plus qu’elle ne l’aurait pensé. Bon, après, c’était la première fois qu’elle avait à faire à un autre chef de mafia. Voilà pourquoi elle avait décidé de répondre aux questions le plus naturellement possible, sans chercher à aller plus loin dans les réflexions. Pour éviter d’offrir des informations confidentielles ou utiliser des mots qui portaient à confusion. Son interlocutrice semblait quand même sur les nerfs, à rebondir sur la moindre petite bête. Puisqu’elle avait posé une question mais la réponse apportée ne lui plaisait pas. Pourquoi demander dans un premier temps alors ? Bon, heureusement qu’en temps normal, c’était Isak qui s’en chargeait. Sinon, les serveurs de l’établissement feraient une crise cardiaque. Solveig les apercevait, leurs yeux rivés sur les deux femmes, prêts à sauter sur Marie au moindre mouvement déplacé. La jeune femme aurait aimé faire un geste, leur demandant de s’écarter pour la laisser mener la discussion mais personne ne l’écouterait. Puisque les ordres de son frère passaient avant les siens. Et qu’ils ne risqueraient pas leur vie parce qu’elle avait décidé de gérer tout comme une grande. Alors que clairement, elle devait être en train de se décomposer sur place.

Chaque mot que Marie prononce la tendait un peu plus, lui faisait remarquer qu’ici n’était pas sa place. Sa place était dans les rues, à vendre drogues et vaccins à des âmes en peine. Pas à gérer un possible conflit de territoire qui n’avait aucune raison d’être puisque les filles de l’établissement n’étaient pas supposées se vendre en leur nom dehors. Et c’était ce qui faisait tiquer Solveig. Ce n’était jamais arrivé en plusieurs années, Isak avait même tenu à ce que ça reste au sein du Little Darlings spécialement pour ne pas avoir à marcher sur les terres de la Sakpata. C’était fait exprès. Tout avait été calculé. Alors pourquoi cette fille avait lâché le nom de son frère ? L’une des possibilités était qu’elle voulait lui nuire. Ca pourrait paraître logique pour beaucoup mais la suédoise était du genre à ne pas penser de cette façon. Elle préférait faire ressortir le meilleur de chaque personne avant de s’attarder sur des raisons plus… Obscures. Enfin, cette charmante fille s’en était pris à son frère. Ce n’était donc pas le moment de faire dans les sentiments. Ses doigts tapotèrent à rythme régulier le bar en bois tandis qu’elle réfléchissait, se renfermant sur elle-même pour éviter les remarques de son interlocutrice.

Finalement, celle-là même lança son accusation. Un vague sourire se glissa sur les lèvres de la jeune femme. Elle s’y attendait. En vrai, Isak n’aurait jamais fait quelque chose comme ça. Puisqu’il était trop drogué pour avoir un quelconque raisonnement. S’il avait eu des soucis, s’il avait voulu tester les limites, il aurait foutu les pieds dans le tas, comme il l’avait fait avec Moïra. Ce qui lui avait valu une correction des plus violentes de la part de Grayson. Et Solveig avait dû l’empêcher de retourner se venger. Donc oui, elle avait réellement du mal à penser qu’il aurait pu échafauder un tel plan. Non, son frère n’était pas con. Il manquait juste cruellement de diplomatie, à croire que tout lui était acquis. La jeune femme avait décidé d’arrêter de fixer le fond de la salle et reposa son regard sur Marie. Même si cela la mettait mal à l’aise. Même si elle n’avait qu’une seule envie, c’était de se faire toute petite. Il allait clairement qu’elle ait une discussion avec son frère à l’avenir, qu’ils trouvent une solution à ce léger souci de gérance. Après, l’avouer lui restait en travers de la gorge. Et elle n’était peut-être pas prête à voir une tierce personne partagée leur business familial.

La dernière phrase laissa Solveig interdite quelques secondes. C’était une question à laquelle elle ne s’attendait absolument pas et qui, d’un autre côté, la laissait de marbre. La mort d’une personne les ayant trahis ne l’affecterait certainement pas. Bon, en réalité, aucune mort ne l’affecterait réellement. A part son frère, Niklas, et peut-être Ezra, même si elle n’avait plus eu de contact avec lui depuis son dernier passage et son dernier vol à l’hôpital. Elle passa sa main sur ses paupières. Elle jouait avec le feu. Elle marchait en équilibre sur un putain de fil. Une impression fort désagréable. La jeune femme aurait voulu être roulée en boule dans un coin, tranquille, plutôt que de devoir gérer une apocalypse. Oui, une apocalypse. Car si les hommes autour d’elle décidaient d’agir, la réplique de Marie serait certainement plus violente qu’une simple visite dans leurs locaux. Voilà pourquoi Solveig tenait à cet équilibre et évitait toute possible dérive.

« J’ai répondu à la question que vous posiez le plus littéralement possible. A moins que vous ne souhaitiez m’induire en erreur, ce qui serait fort dommage, non ? »

Son accent suédois ressortait sur certaines intonations. Parce qu’elle était stressée, tendue, perdue dans une situation des plus délicates. Et aussi, elle s’était dit qu’il fallait qu’elle reste calme, douce. Et là, elle relançait une accusation à demi-mot concernant l’honnêteté de son interlocutrice. Après, elle le sentait ainsi. Pourquoi la descendre sur une question qu’elle avait elle-même posée ? Bon, ça pouvait être fait exprès, être un rouage en politique ou en gestion de mafia. Cependant, Solveig n’y était habituée, et cela devait clairement se sentir et se voir dans sa façon de se comporter. Même si elle faisait des efforts pour calquer son comportement sur celui de Marie. Un peu en vain.

« Je crains que vous ne sur-estimiez mon frère dans ses capacités. S’il avait voulu tester les limites de son business ou de nos liens, il ne l’aurait pas fait en envoyant une prostituée. Et les règles sont claires, elles ont interdiction de se vendre en dehors de l’établissement, notamment pour éviter le déclenchement d’un affrontement entre mafias. »


Son ton s’était tendu, tandis que ses yeux n’exprimaient que du vide. Pourtant, les mots utilisés avaient dû interpeller ceux l’entourant puisque la plupart des serveurs s’étaient rapprochés un peu plus. Après, cette fois-ci, Solveig leur ordonna d’un geste de s’éloigner. Elle ne contrôlait peut-être pas la situation mais elle n’avait pas envie qu’ils s’en mêlent et déclenchent par leur comportement l’explosion qu’elle tentait avec peine de contenir.

« Ce qui laisse la possibilité d’un électron libre ayant pris peur lorsque vous l’avez attrapé, préférant ainsi faire porter l’accusation sur quelqu’un d’autre, d’une ancienne souhaitant faire chuter Isak ou d’une tierce personne ayant un quelconque intérêt à nous voir nous affronter. »


Une conclusion faite d’une voix froide. On parlait de s’attaquer à son business, à son frère. Et c’était le genre de choses qui la faisait basculer dans un état quelque peu… Froid et agressif. A l’opposé de son caractère habituel. Enfin, ce n’était pas une personnalité différente. Elle avait juste tendance à réagir à l’extrême dès que cela touchait au dernier survivant de sa famille.

« Je voudrais juste voir son visage à l’occasion pour m’assurer de son identité. Mais vous pouvez la tuer avant si cela vous chante. C’est ce qu’il adviendra d’elle si vous nous la rendez. »


Autant dire que la vie du traître lui importait peu. Car cette fois-ci, elle avait donné le nom d’Isak à Marie. Ce n’était pas si grave. La prochaine fois, elle pourrait les vendre au Gouvernement. Et la fin serait nettement moins heureuse….


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

as friends or ennemies? (ft.Solveig)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (f) - YVONNE STRAHOVSKI — Amies... ennemies au fil de la mélodie
» Friends Fan Club !
» Friends and Neighbors
» Kuroshitsuji ♛ If I were you, I would have gone far away
» Eden. • Because we are your friends, you'll never be alone again.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Little Darlings-