AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome to the New Age [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 690
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Welcome to the New Age [James]   Jeu 29 Sep - 2:51


« On est les témoins impuissants du temps qui passe, du temps qui veut…
Que les enfants deviennent des grands. Que les grands deviennent des vieux. »


29 Juillet. Vingt-sept ans venaient de sonner, et aucun changement notable dans l’air. Pas de nouvelle ride au coin des yeux, pas d’illumination soudaine quant à un mystérieux secret de l’univers, pas de choix radical tel qu’opter pour le végétarisme ou vouloir sauver les charmants petits zombies qui peuplent cette planète. Encore heureux, parce que quelque chose lui disait que ce dernier choix, Cameron risquerait de le regretter.

Jetant le trognon de pomme dans la poubelle la plus proche, la jeune femme laissa son regard voleter sur les silhouettes mornes qui animaient vaguement la rue. Des pantins esseulés avançant sans réel but. Un ballet de fantômes dépourvus de sourires. Et les lueurs dans leurs prunelles, qui se ternissaient à mesure que les ombres prenaient le pas sur la clarté fugace de ce jour pluvieux. Pas de joie, pas d’espoir, et un futur ? Nada. Une scène déprimante dont aucun détail ne lui échappait. Parce qu’elle restait là Cameron, abritée sous un porche miteux et branlant qui menaçait de lui fracasser le crâne à chaque seconde. Pourquoi être venue se paumer dans un coin pareil, hein ? Alors que le décor aurait pu servir à tourner un film d’horreur. Ou tout du moins, un film dramatique où les héros n’en seraient pas vraiment et où les promesses d’une fin heureuse se verraient compromises par la dure réalité d’une vie sans leurres ni faux-semblants. On crèvera tous ici-bas. Certains, d’une manière pire que les autres. Mais le terminus serait le même. Autant ouvrir grand les yeux, et effacer toute illusion possible. Peut-être que le trajet n’en serait que plus honnête. Unique. Sincèrement vécu, et non pas survolé en rêvant à autre chose.

« Parce qu’il n’y a rien d’autre, les amis. Il n’y a que cette option, alors profitez-en tant que le gong n’a pas encore sonné. » Murmura la brune d’une voix quasiment inaudible, alors que ses yeux continuaient à suivre la farandole sinistre de ces esprits démantibulés.

Habituellement, le sarcasme aurait élu domicile dans ses paroles mais il faut croire qu’il y avait plus qu’un brin de vérité dans ses pensées. Une douceur inhabituelle pour un constat, qu’elle s’était par trop de fois répété en son for intérieur. Et elle les comprenait tous ces gens, elle ne leur en voulait même pas. Pourquoi le ferait-elle ? Mieux ! Qui était-elle pour se permettre de juger ? De toute façon, Cameron ne s’autoriserait pas ce genre d’agissements. Elle les laissait à ceux qui pensent tout savoir et être en droit d’énoncer de ces vérités personnelles comme si elles faisaient actes de foi. Pour sa part, l’ex-soldat se contenterait de suivre son petit bout de chemin sans jamais oublier qu’il n’y aurait peut-être pas de lendemain.

Un soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’elle prenait la décision de quitter son abri éphémère. Presque aussitôt, elle sentit l’eau froide ramper sous ses vêtements et glisser le long de sa colonne vertébrale. Parfait. Cameron grimaça et haussa les épaules. Tant pis. Son jeans sècherait. Son t-shirt et sa veste en cuir aussi. Rien de tel qu’un peu de flotte pour revigorer ses sens. Surtout que des réflexes, elle allait en avoir besoin, tiens. Distraitement, elle passa la capuche de son sweat sur ses cheveux, cheveux qu’elle fourra à l’intérieur du bout de tissu. Ensuite, elle attrapa le foulard qui pendait de la poche arrière de son pantalon et le plaça sur son nez, cachant ainsi la moitié de son visage.

Allez Cameron, quand faut y aller, faut y aller. Sur cette pensée pleine d’optimisme, la jeune femme s’engagea rapidement dans la ruelle adjacente et se faufila dans un bâtiment semblant désaffecté. Silencieuse, elle prit garde à ne pas attirer l’attention et continua à se déplacer vers le haut. Malheureusement, elle n’eut pas le choix que de se débarrasser d’un gars qui passait dans le coin. Bordel, elle qui voulait se faire discrète, c’était mal barré. Cameron ne s’attarda donc pas et se rapprocha de l’endroit visé. Elle s’était renseignée durant de longues semaines avant de repérer cette mini planque d’armes illégales. Et elle avait décidé de ne pas louper cette occasion. Du coup, Cam’ se la jouait en mode espion. Evidemment, les ennuis ne tardèrent pas, et après quelques éclats de voix, des coups de feu et des échos de pas dévalant les escaliers, la jeune femme sortit en trombe du bâtiment.

Sans trainer, elle poursuivit sa course en rejoignant une autre rue. Dans son dos, elle entendait ses poursuivants et malgré elle, un sourire naquit sur ses lèvres. Ben voyons, comme si c’était le moment de se marrer. A cette pensée, son sourire s’agrandit et elle accéléra le pas. Pour se prendre un mur dans le virage qui suivit. « Putain ! » Cameron grogna et leva la tête, avant d’écarquiller les yeux. « James ? » Elle se sentit perdre quelques neurones. « Depuis quand t’es un mur, bordel ? » Avant de revenir sur Terre lorsque des cris résonnèrent derrière eux. « Et merde. » Sans hésiter, elle attrapa la main du jeune homme et se remit à courir en l’entrainant à sa suite. « J’espère que t’as travaillé ton endurance depuis l’temps ! »

HJ : Notifié dans S.P

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove


Dernière édition par Cameron E. Falls le Sam 12 Nov - 1:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 124
↳ Points : 56
↳ Date d'inscription : 19/05/2016
↳ Age : 18
↳ Avatar : Harvey N.-Haydon
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Serveur au Old Absinthe House
↳ Opinion Politique : Hésitant à agir, il reste pour le moment dans la neutralité, ne voulant pas attirer l'attention sur lui.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist :
Ruelle- War of Hearts | Shane Koyczan - Troll | Ariana Grande - One last time | Imagine Dragons- Fallen | Imagine Dragons - Tiptoe | Bina Bianca - The last of Us song Tribute
↳ Citation : " We're not so different you and I. What we loved the most, we left to die. "
↳ Multicomptes : None.
↳ Couleur RP : #66cccc



Feuille de perso
↳ Copyright: Sweet Disaster
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Welcome to the New Age [James]   Jeu 13 Oct - 4:29


« I was lost... I'm still lost. »

 
Cameron & James
featuring

J'aimerais dire que plusieurs choses sont impossibles. Plusieurs choses sont juste complètement impossibles. Après, on penserait que j'aimerai avoir un contrôle total sur le passé et le présent. Mais en réalité, je tentais de ne pas focuser sur mon passé. Il y avait tellement de bonnes choses qui me manquait. Ma mère pour commencer. Ma mère qui avait décidé de ne plus être là. De juste partir, de juste me laisser pour assumer les conneries d'adolescent de son seul enfant. Et Dieu que je m'en voulais. Dieu que je m'en voulais d'avoir fait l'idiot. Mais ce qui était fait était fait. James était le nouveau Hayden et j'étais triste. J'étais triste que ça revienne à tout ça. Pourquoi est-ce que la vie devait être si complexe? Pourquoi on ne pouvait pas résumer ça à un deux plus deux? Ce serait si simple... Mais ce serait là que la vie ne serait pas le combat constant qu'elle est que nous ne serions plus en mesure de nous rendre compte de ce que l'on aime et de ce que l'on a de précieux. Il nous fallait du combat pour ne pas devenir des personnes qui ne faisait qu'imiter les plantes dans un jardin botanique. Végéter.


Dire que je perdais mon temps était autre chose que de dire que je faisais des courses pour le boulot. Alors, je préfères nettement dire que je m'occupais de faire des tâches pour le travail parce que ça me fait sentir moins coupable que je ne le suis réellement. Fermant les yeux sur bien des choses, comme le fait que je me demandais pourquoi Lou' me conservait sous ses ordres, je me baladai les mains dans les poches. Mes doigts touchaient à la liste de trucs que j'avais à faire, mais je m'en foutais totalement. Pourquoi? Parce que je savais que ça ne valait pas la peine que je m'en fasse.  Je m'arrêtais devant le Old, me mordillant les lèvres, me disant que c'était vraiment pas la bonne chose que je faisais, de l'ignorer comme je le faisais. Mais en réalité..... Je n'en savais rien. Je poussais donc les portes et allait faire amende honorable en faisant la liste des tâches que j'avais été assigné. Des courses je disais... Du ménage plutôt. J'aurai plutôt dire ça à dire vrai. Mais tout était permis pour rendre ce truc plus.... agréable...

Je passais donc un peu le temps, histoire que Lou' ne me tombe pas dessus telle une torpille avant de me tirer et de me laisser porter par mes pas. Je n'aimai pas dire que je me perdais souvent dans mes pensées, mais c'était bel et bien le cas. Et enfin, j'en profitais du moment que je pouvais encore le faire avant qu'elles ne deviennent noires et toutes pourries, comme elles le faisaient souvent. Après... Ce n'était pas bien important, mais je n'avais pas besoin de rajouter de la tristesse au fait que je n'étais pas heureux. Que de profondeur James.

Vérifiant que personne n'était près de moi, je tirai une clope de mes poches et l'allumai. La cigarette me fit un bien fou alors que je m'adossai contre le mur. Je m'étais pourtant promis d'arrêter... Pestant contre moi-même et le fait que je n'étais qu'un faible qui ne luttait pas réellement contre ses démons. Et me voici, adossé contre le mur, sans réellement me rendre compte de ce qui se passait autour, tirant taffe après taffe parce que je voulais simplement retirer mes démons de mon corps à en rajoutant un. C'était d'un ridicule, mais qu'est-ce que ça pouvait faire du bien sérieusement.

Honteux malgré tout, je jetai la clope loin de moi, comme si je ne voulais pas que l'associe à ma personne. Soupirant longuement, renfonçant les mains dans mes poches, je repris le chemin de chez moi. Du moins, c'était ce que je croyais à ce moment-là. Parce que bien sûr, jamais n'arrivait pour rien dans la vie et si j'avais tiré une clope à ce moment là, ce n'était pas pour rien. Le destin est un drôle de clown et bien sincèrement, je ne comprenais pas toujours quelque chose à cette vie, à cette existence qui n'était pas le flot que je contrôlais.

Je pensais bien sincèrement que j'allais passer une petite soirée tranquille. Que tout irait bien. Que j'allais rentrer, m'effondrer sur mon lit et jouer un peu de la guitare pour me détendre. Mais bien sûr, rien ne se passe jamais comme on le veut. Et cette fois, ce fut pas le fait que je me pris les pieds dans on ne sait quoi, c'est le on ne sait quoi qui se prit dans ma personne. Et pas n'importe quel on ne sait quoi. Cameron. Clignant stupidement des yeux en la voyant sur moi déjà, parce que oui, madame ne regarde pas quand elle marche, bon dieu, faut vraiment apprendre les bonnes manières à tout le monde? Je perdis un peu de couleur, déjà que je n'en avais pas beaucoup avant de reprendre contenance au moment-même où elle me demandait ce que je faisais là? Enfin, ce que je faisais en mur. La bonne blague. Je n'avais même pas eu le temps de répondre que je me faisais déjà traîné par la main, déjà la mauvaise main, m'obligeant à resserrer la prise sur la sienne et que je courrais à ses côtés.

«On se retrouve et 0,5 secondes après, tu me parles d'endurance? Dois-je te rappeler que c'était toi qui ne tenait pas la distance? Je ne faisais que te donner l'illusion pour ne pas blesser ton petit coeur?   Allez, on ne frappe pas Langdale sans s'attendre à des répercussions. Je la suivis sans problème, me tenant en forme grâce à mon boulot et également le sport que je m'obligeais à faire presque à chaque jour. Jetant un coup d'oeil derrière moi, je vis que ses assaillants ne nous suivaient plus d'aussi près, après me diriez vous, nous avions quand même zigzagué légèrement pour les semer. Tirant sur sa main, je nous fis entrer dans un bâtiment désert, refermant la porte derrière nous et traversait le truc à la vitesse de l'éclair. Il s'agissait de mes cachettes lorsque je voulais avoir la paix. Allant au fin fond, je débloquai la trappe que j'avais cachée et relâchai sa main pour lui faire signe d'entrer. «Allez, on a plus la journée.»   J'attendis qu'elle descende avant de fermer la trappe et la verrouiller. Sortant mon briquet, j'allumai les bougies que j'avais laissé là et l'observai avec attention.

«Bon maintenant, tu vas m'expliquer déjà, qu'est-ce que tu fous? Et deuxièmement, t'étais pas morte toi? Parce que ma collection de petites culottes est tombée HS tu sais... Et non, je suis pas un mur Cameron alors tu peux me dire dans quel pétrin tu t'es fourré?»

Hey, j'étais un ex et bientôt voleur à nouveau, je savais ce que c'était hein.





 

   

_________________

Oh pretty little flower
⊹ Any girl like you deserves a gentleman.Tell me why are we wasting time (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 690
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Welcome to the New Age [James]   Jeu 13 Oct - 22:18


Courir lui donnait chaud. Et une envie de sourire continuelle. Peut-être était-ce le danger, sûrement même ou peut-être était-ce la douce folie qui accompagnait parfois ses réactions. Cameron n'avait rien d'une sainte, et encore moins d'un exemple à suivre. Prompt à agir, elle n'avait pas réfléchi à deux fois avant d'attraper la main du garçon pour détaler ensuite. La réplique qu'elle perçut lui tira un léger ricanement, et elle pressa le pas davantage pour lui prouver qu'elle ne serait pas le maillon faible. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas songé à lui. James. Honnêtement, elle pensait qu'il était mort. Encore un de ces fantômes du passé qui rodent de temps à autre dans ses rêves. Ces visages devenus un peu flous avec le temps, qui murmurent des souvenirs d'autrefois, à ses oreilles endormies. Elle pourrait presque encore l'entendre rire lorsqu'il se moquait d'elle au garage de son oncle. Faut dire que si elle savait se débrouiller pour une fille, elle était loin d'avoir la connaissance d'un professionnelle. M'enfin, à 16 ans, on ne sait pas grand chose non plus.

Sa respiration commençait à se faire entendre alors que la course tirait sur ses muscles. Cameron savait qu'elle aurait dû dormir davantage la nuit précédente. Mais trop excitée à l'idée de se trouver de nouveaux joujous, elle n'avait pas été sérieuse, évidemment. A présent, elle cachait un nouveau Browning dans son dos et... Ouais, elle courait avec un fusil d'assaut à la main. Non mais ce bijou, depuis le temps qu'elle en rêvait ! Ce petit bébé pouvait tirer sur plusieurs centaines de mètres, et elle pouvait aussi bien jouer en automatique qu'en semi automatique. Le M16A4, merci les Etats Unis, hein d'avoir voulu être les plus malins. Cameron ne cessait donc pas de sourire. Même quand James la tira dans un bâtiment un peu sombre – et glauque – pour ensuite se diriger vers une trappe au sol.

Aussitôt, les sens de la jeune femme s'aiguisèrent, une sueur coula le long de son dos et elle ricana. « Hum, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne... » Avec un « Hey ! » à moitié étouffé, elle se retrouva dans le noir en grognant contre l'absence totale de douceur dont il avait fait preuve. En même temps, s'il ne l'avait pas forcé un peu, il était certain qu'elle ne serait jamais descendu dans ce trou.

A présent, elle tentait de réguler sa respiration en priant presque pour qu'ils restent dans le noir. Au moins, ainsi, elle ne prendrait pas connaissance de la proximité des murs. Ah... Des bougies, chouette alors.

Cameron serra les dents, inspira profondément et ses oreilles commencèrent à bourdonner. Un gémissement sorti de sa mémoire sembla résonner dans sa tête, alors que des images se superposaient à la réalité. Non, c'était faux. Personne d'autre que James n'était là. La jeune femme haleta, puis coupa sa respiration pour essayer de reprendre le contrôle. Finalement, après quelques secondes, où elle n'avait rien répondu, elle se redressa comme si on venait de lui piquer les fesses. « Il faut que je sorte de là. » Le ton était pressé, l'oeil vif mais un peu fou. Pourquoi se retrouvait-elle ici alors que tout avait si bien commencé ? Oui bon, elle avait failli se prendre une balle ou deux, mais ce n'était qu'un détail.

Fermant les yeux, elle passa sa main sur son visage, sa peau se parant d'une fine pellicule de sueur. « James, ouvre ça tout de suite... » L'ordre était donné, mais elle ne le regardait pas. C'était sec, et elle déglutit. Qu'il fasse vite bordel. Elle ne voulait pas revivre cette scène, elle voulait que les images s'effacent, que les tirs cessent et les balles arrêtent de résonner alors qu'elles s'entrechoquaient sur le sol. « Et tu n'auras pas mes petites culottes, bordel... » Le ton se voulait incisif, mais finalement, la voix ne ressemblait qu'à un filet d'eau à une source qui allait se tarir d'une seconde à l'autre. « Putain, ouvre moi. » Tous ses muscles étaient raidis, et peu importe qu'elle risque de tomber sur ses assaillants, elle préférait mille fois combattre à l'air libre que rester enfermée dans un trou à rats.

HJ : Notifié dans S.P

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove


Dernière édition par Cameron E. Falls le Sam 12 Nov - 1:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 124
↳ Points : 56
↳ Date d'inscription : 19/05/2016
↳ Age : 18
↳ Avatar : Harvey N.-Haydon
↳ Age du Personnage : 29 ans
↳ Métier : Serveur au Old Absinthe House
↳ Opinion Politique : Hésitant à agir, il reste pour le moment dans la neutralité, ne voulant pas attirer l'attention sur lui.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 1
↳ Playlist :
Ruelle- War of Hearts | Shane Koyczan - Troll | Ariana Grande - One last time | Imagine Dragons- Fallen | Imagine Dragons - Tiptoe | Bina Bianca - The last of Us song Tribute
↳ Citation : " We're not so different you and I. What we loved the most, we left to die. "
↳ Multicomptes : None.
↳ Couleur RP : #66cccc



Feuille de perso
↳ Copyright: Sweet Disaster
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Welcome to the New Age [James]   Ven 14 Oct - 6:01


« I was lost... I'm still lost. »

 
Cameron & James
featuring

L'instant où je croisais les yeux de Cameron, j'ai su que c'était elle. Comment j'avais fait? Je ne le savais que trop bien à dire vrai. J'avais ce genre de pressentiment. C'était ça le problème. Il fallait se le dire, je ne pensais pas la revoir un jour et là comme ça, dans ces circonstances, c'était comment dire.... Disons de voir le destin venir me faire un gros rot à la gueule et de me sourire juste après. Non mais je vous jure la politesse, ça se perd hein. Donc oui, en la voyant, comme ça, dans cet environnement avec l'arme à la main, bon j'étais peut-être idiot, peut-être maladroit, mais j'avais de très bons yeux, ça je pouvais le dire. Jamais eu besoin de lunettes moi. Jamais de chez jamais. Et c'était bien mieux comme ça. Donc comment dire que le voleur en moi avait repris le dessus et j'avais tout de suite réagi pour trouver une planque? C'était mieux comme ça n'est-ce pas? Je n'avais pas l'intention de me faire attraper et j'avais encore moins l'intention qu'elle se fasse attraper. Je m'en foutais si elle ne tenait pas à la vie, moi, je ne tenais pas à avoir sa mort sur la conscience. Alors puissions-nous gambader tels des gazelles de la savane tel un salut qui serait dans le cas d'une gazelle, loin de tout gros chat affamé.

Est-ce que nos vies avaient passablement changés depuis la dernière fois que l'on s'était vu? Énormément. Je n'étais plus le même, elle n'était plus la même et maintenant, en plus de nous foutre tous les deux dans la merde, merci sérieusement Cameron, il fallait que je m'occupe de ça en prime. Bah bravo hein! Donc oui en effet, j'avais filé vers le premier endroit qui m'était venu à l'esprit et non, je ne prenais pas vraiment attention à faire attention à son petit cul délicat parce que bordel, on avait pas le temps de déconner. Mais alors pas du tout. Grognant et pestant contre cette arme qu'elle traînait, je ne pouvais m'empêcher de me demander ce qu'elle avait encore foutu.


Roulant les yeux devant sa protestation, je la poussai sans ménagement dans le trou et refermai derrière moi en grommelant. « On a pas toute la journée Falls et je tiens pas à me faire attraper parce que TU as jugé bon de me traîner avec toi. Alors tu la fermes et tu descends.»   Faisant fi de sa personne, je m'occupai des bougies pour éviter de rester dans le noir, parce qu'il s'avère que j'étais certes un voleur, mais un voleur maladroit. Comble du comble bonjour me voici!. Inspectant ma cachette, je cherchais si j'avais laissé un truc à manger et ou boire dans le cas présent pour passer le temps avant d'entendre un bruit bizarre. Venant de ma chère compagne qui était là. Fronçant les sourcils, je me retournais et la fixai sans comprendre. « Attends quoi? Sortir? Mais t'es tarée ou quoi? Si on est ici, c'est pour éviter de se faire attraper. Falls, t'es con bordel!»   En même temps je disais ça, mais je voyais bien qu'un truc ne tournait pas rond. Même si je ne comprenais pas. Autrement bien le dire, je ne connaissais pas ça les crises de panique bien personnellement, on avait pas pris un café dans le temps et voilà, je ne reconnaissais pas ce que j'avais devant moi. Donc, oui, je prenais le tout un peu trop à la légère pour la situation. Réellement inquiet néanmoins, je me glissai vers elle, restant près parce que je comprenais pas du tout, mais alors pas du tout, ce qui se passait avec elle.

« Cameron, je peux pas ouvrir. Si j'ouvre, ils vont nous trouver.»   Plus les secondes s'égrenaient plus je voyais que quelque chose ne tournait pas rond. Serrant les dents, je m'approchai encore une fois pour ne plus qu'à être qu'à quelques centimètres d'elle et roulai les yeux en l'entendant parler de ses petites culottes. Y'a mon copyright sur cette vanne. Sentant sa voix se perdre d'instant en instant et la voyant... disons que l'on aurait dit une feuille qui tentait de se bouffer de l'intérieur pour éviter les chenilles et autres mangeurs de verdure, je l'attrapai dans mes bras et chuchotai doucement à son oreille, prenant bien soin qu'elle sente ma respiration régulière dans son cou. « Bon écoute moi Cam'. Concentre-toi sur moi parce que j'sais pas du tout ce que tu me fais là, mais c'est pas génial génial. Maintenant, si je veux avoir au moins du mérite pour la culotte que tu portes en ce moment, tu vas te concentrer sur ma respiration et m'écouter parler. Je te le demande en souvenir du bon vieux temps.»

Je soufflais un petit moment, lui laissant le temps d'assimiler la technique avant de poursuivre. « Je peux t'assurer que l'on est en sécurité. D'accord? C'est toi. Moi. Et c'est tout. J'ai mes petites combines dans la ville et y'aura pas de soucis. Claro? Maintenant, j'aimerais que tu me dises ce que tu faisais avant que tu me fonces dessus. Tranquillement, on est pas pressé.» Sérieux, on fait avec les moyens du bord hein. Un peu plus et je lui foutais une clope dans le bec, en espérant que ça fonctionne. Mais je crois que ce ne serait pas une bonne idée. Comme le fait que je la tenais dans mes bras, contre moi, violant directement son espace vitale, mais après tout, nous sommes tous des génies dans notre genre.

 

   

_________________

Oh pretty little flower
⊹ Any girl like you deserves a gentleman.Tell me why are we wasting time (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 690
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Welcome to the New Age [James]   Ven 25 Nov - 3:25


Le rythme cardiaque qui accélère, la sueur qui vient à perler le long de sa colonne vertébrale, et sa vision qui se ternit peu à peu. Est-ce que l'air est en train de se raréfier ? Non, bien sur que non. Cameron sait que son esprit malade lui souffle des promesses cauchemardesques, prêtes à alourdir la panique créée par ses souvenirs. Comme si ces derniers manquaient de poids dans ce genre de circonstances. L'espace est trop sombre, trop étroit, et elle continue à haleter. Oh, elle ne veut pas trembler, elle ne veut pas crier. Bordel, il y a encore un semblant de fierté dans ses chairs malgré la situation. Mais une petite voix lui souffle que bientôt, il n'y aurait plus de retenue, plus de barrières, que seule la folie deviendrait maîtresse de ses actes, la poussant alors à n'être plus qu'animal aux abois. Cameron s'oblige à inspirer profondément. Tout est dans sa tête. Il n'y a pas de corps se vidant de son sang à ses côtés. Il n'y a pas de détonations, pas d'explosions, pas de râles de douleur. La chaleur non plus n'est pas la même. Là-bas, il faisait si lourd, si sec... Que la poussière se mêlait à ses goulées d'air pour l'étouffer un peu plus. « Merde... »

L'étreinte qui survint ensuite la fit se figer, le corps raidi et les muscles bandés. La voix, elle la connaissait. James. Oui, James. Personnage qui l'avait autrefois, faite rire et grommeler. Cameron se souvient qu'elle avait fait sa belle avec lui, la petite maligne qui cherchait à avoir le dernier mot face à un garçon un peu plus vieux qu'elle. Il travaillait dans le garage de son oncle et elle, elle aimait bricoler les voitures. Moins chiant que le shopping ou même, que l'apprentissage des règles en société. Il avait de la répartie, ce qui la faisait souvent grogner pour ne pas montrer qu'elle perdait du terrain. Une tactique adolescente comme une autre. Cela a duré quelques temps, d'après sa pauvre mémoire à moitié ensevelie par la peur. Quelques mois au moins. C'était bien. Intense comme peut l'être la première relation. Et puis, on s’essouffle, on s'égare. On reste amis. Au moins, il lui a appris à conduire une moto, sans juger ses légers penchants pour la drogue. C'est déjà ça. De toutes façons, après la mort de ses parents, il n'y a plus grand chose qui comptait. Et puis, il y a eut l'armée. Et plus de James dans le paysage.

Alors le savoir là, passant ses bras autour de son corps, ça a quelque chose de presque irréel. Enfin, dès qu'il parle de petite culotte à nouveau, elle revient sur terre et lâche un léger grognement. « T'es con. » Pourtant, doucement, elle glisse ses mains le long de son t-shirt pour en attraper quelques plis et s'y accrocher fermement. Et elle ferme les yeux. Peut-être que dans l'obscurité, ça ira mieux ? Peut-être qu'elle oubliera que tout ceci n'est pas un extrait du passé, et qu'il est temps de se calmer, de récupérer la pleine maîtrise de ses actions. Si facile à dire... Au final, elle préfère l'écouter. Il ne dit pas grand chose d'intelligent – c'est James hein – mais il semble devenir une sorte de bouclier anti-peur en quelques secondes. Dans d'autres circonstances, Cameron en serait profondément vexée mais pour le coup, tout ce qui peut faire refluer la panique lui convient. Donc oui, elle s'accroche et écoute ses élucubrations.

Quand il demande à comprendre le pourquoi du comment, elle grimace dans son cou. « Tu sais choisir le timing, ptit génie. » Grogne-t-elle tout bas, humant discrètement le parfum masculin. Hey, ne lui jetez pas la pierre, la peau de James est littéralement collée à son nez. En plus, ça a quelque chose de réconfortant, okay.

Faisant du tri dans ses pensées, la jeune femme inspire à nouveau avant de se lancer. « J'ai entendu des rumeurs sur des trafics dans l'coin, et... par les temps qui courent, c'est toujours bon d'avoir un moyen de se défendre. » Sa voix est basse mais fluide. Elle tremble encore un peu, mais force de tout son être pour repousser la panique. Enfin, ses mains n'ont pas lâché le t-shirt, preuve que ce n'est pas encore gagné. D'un léger mouvement du coude, elle repousse un peu l'arme en bandoulière dans son dos et se coule contre le torse de James sans pudeur. C'est pas tellement le moment de penser à ça, de toutes manières. La chaleur humaine et le souffle de son interlocuteur l'aident et c'est tout ce qui compte. « Je pense que j'vais appeler cette petite merveille : Ronald. »

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Welcome to the New Age [James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» James Clemens - Les Bannis et les Proscrits.
» Forum James Bond (recrutement de modérateur)
» James Dolphyn
» James Cameron et les fonds Marins
» [PUB]The Royal Oak Offshore Chronograph LeBron James

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Storyville-