AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just leave me to my solitude |Joshua|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 410
↳ Points : 550
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Just leave me to my solitude |Joshua|   Jeu 29 Sep - 22:01


Just leave me to my solitude
His frost performed its art and it has stained my tainted heart ••• Ses doigts jouaient avec la cigarette qu'elle avait achetée. Sans montrer sa véritable affiliation. Evidemment, ce n'était pas le moment de parler de son métier de shadowhunter, surtout alors qu'elle venait de se procurer tabac et drogues. C'était un moyen de ressentir des émotions comme un autre. Bon, certes, pas le plus légal. Néanmoins, personne n'irait lui faire la morale dans son entourage. A part un médecin. Cependant, encore fallait-il qu'elle leur avoue. Bref, elle réfléchissait sur le temps qu'elle avait avant sa prochaine séance de psy. Avec un mec dont elle avait de grandes questions sur les réelles compétences. Puisqu'elle ne voulait pas qu'il ait de quoi parler sur elle, sentir le tabac n'était pas une bonne idée. Mais bon, avec un bon rinçage de bouche, ce serait largement suffisamment. Plus les deux heures avant de devoir se rendre à l'hôpital. Normalement tout devrait se passer. Et surtout, il ne fallait pas qu'elle oublie de prendre son arme. Depuis sa rencontre avec sa commanditaire, elle évitait de sortir sans. Sauf quand cela était obligatoire. Lors de ses passages à l'hôpital lorsqu'elle n'était pas en service. Et donc qu'elle n'avait aucune raison d'en porter une. Ce qui n'était, heureusement, pas le cas pour cette après-midi.

Le reste de cigarette se retrouva écrasé sous son talon-aiguille. Sans le moindre ménagement. Si elle pouvait se permettre d'écraser les yeux de ses cibles de la même façon... Ce serait jouissif. Néanmoins, cela impliquerait de donner une dimension particulière à ses meurtres, et donc d'offrir la possibilité à ses collègues de faire des liens entre les crimes, puis de remonter jusqu'à elle. Pour le moment, elle avait échappé à tout soupçon en jouant sur ça. En créant des assassinats proches de ceux existant déjà. Ainsi, ils étaient attribués à des tueurs déjà recherchés par la Milice. Eh oui, tout un programme. Un vague sourire se dessina sur son visage, comme pour copier les mimiques qu'elle avait eues l'occasion d'observer à de nombreuses reprises. Parmi ses camarades officieux. Comme pour montrer leur supériorité et leur intelligence dans un domaine. C'était une chose qu'Ambre avait toujours trouvée très drôle. Notamment parce qu'elle était capable de prouver le contraire. Enfin, dans ces cas-là, elle restait silencieuse, se contentant de fixer les auteurs de ses paroles d'un regard vide. Pour les mettre mal à l'aise. Même s'ils n'étaient pas impressionables si facilement.

Une cloche sonna au loin, lui indiquant qu'il fallait qu'elle se bouge. Heureusement qu'elle n'habitait pas si loin. Et qu'elle aurait le temps d'enfiler sa tenue de shadowhunter avant de se pointer à l'hôpital. Comme ça, elle pourrait faire flipper tout le monde. Même si le personnel la voyait tellement souvent qu'ils s'attendaient à la voir clamser devant eux un de ces jours. En réalité, elle aimerait bien voir leurs réactions, par pure curiosité. Enfin. La jeune fille se contenta de prendre la direction du lieu glacial. Elle avait beau ne pas ressentir de peur ou de dégoût à la vision de la mort, les hôpitaux faisaient toujours d'étranges échos en elle. Comme si son esprit tenait à lui rappeler qu'elle y avait passé de nombreux jours étant plus jeune, qu'il y avait atterri un nombre incalculable de fois, pour des blessures qui étaient tout sauf normales pour une gamine de son âge. Elle soupira doucement avant de se diriger vers la partie psychiatrique de l'hôpital. Dans laquelle elle était obligée de se rendre depuis que certains de ses supérieurs avaient estimé que son comportement le nécessitait. Et, évidemment, elle s'éclatait à devoir poser son cul dans un fauteuil et parler de ses soi-disant problèmes pendant une ou deux heures...

Finalement, elle était tombée sur un interne. Un interne qui lui était apparu comme... Etrange au bout de quelques séances. Alors, Ambre avait commencé à faire quelques recherches. A s'interroger sur lui, sur les études qu'il avait faites. A lui poser les questions directement. Un jeu du chat et de la souris qui lui plaisait bien. C'était peut-être la seule raison pour laquelle elle se pointait aux rendez-vous malgré tout. Elle s'installa dans la salle d'attente et observa le temps passer. Tiens, elle était tant en avance que ça ? C'était assez rare en ce moment. Depuis qu'elle avait vu Niklas et qu'il lui avait fait remarquer qu'être trop en avance était aussi une marque d'irrespect. Autant qu'être en retard. Donc, elle faisait en sorte d'arriver seulement à l'heure aux rendez-vous maintenant. Quand elle y arrivait. On lui indiqua alors que c'était à son tour. La tueuse se leva et se glissa dans le cabinet. Qui était l'archétype d'un cabinet de psychiatre. Ambre se laissa tomber dans le fauteuil et lança :

« Eh bien, qu'avez-vous à me dire aujourd'hui ? »


Ou comment commencer dès le début à essayer de retourner la séance à son avantage. Et le vouvoiement était utilisé pour faire comme s'il était le patient. Une façon de faire comme une autre.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________

Live as if it was your last day

There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity. | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Masculin
↳ Nombre de messages : 36
↳ Points : 16
↳ Date d'inscription : 10/09/2016
↳ Age : 99
↳ Avatar : Evan Peters
↳ Age du Personnage : 25 ans
↳ Métier : Interne en psychiatrie
↳ Opinion Politique : ''Le seul gouvernement auquel j'obéis est le mien''
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist : * Dead Obies - Waiting
* Twenty One Pilots
* Troye Sivan - Youth
* Ansolo - Home Alone
* Vance Joy - Riptide
* Shawn Mendes - Mercy
* Karim Ouellet - Karim et Le Loup
* Stromae

↳ Citation : “You don't get to choose if you get hurt in this world...but you do have some say in who hurts you. I like my choices.” ― John Green, The Fault in Our Stars
↳ Multicomptes : aucun
↳ Couleur RP : Grey



Feuille de perso
↳ Copyright: (c)Schizophrenic
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Just leave me to my solitude |Joshua|   Mar 15 Nov - 2:55

D'une manière minutieuse, il préparait sa prochaine consultation, relisant ses notes sur sa patiente, s'assurant de s'imprégner du bon comportement à prendre pour ne pas la brusquer. Oui bon, ce n'était pas vraiment ce qu'il faisait, mais ça sera tout de même ce qu'il écrira dans son rapport complet. Il songeait déjà à ce qu'il pourrait y écrire avant même que le session soit commencée. Tant qu'à écrire des balivernes, il écrira qu'il avait grand espoir en cette shadowhunter. Qu'elle s'améliorait à chaque fois qu'il la voyait. Il se marrera en écrivant de telle stupidité. Avec de l'expérience, il savait quoi écrire, où écrire et quand écrire pour jouer avec ses patients autant qu'il le souhait malgré son petit rôle d'interne. La seule fois, que ça n'avait pas marché c'était avec Sigrid, mais bon en même temps une certaine Lucrezia lui avait mis des bâtons dans les roues. Un geste bien sûr qu'il lui fera regretter au bon moment.

Plus les minutes passaient, plus il trépignait d'impatience. Ambre était une de ses patientes préférées. Non seulement il y avait cette folie qui l'habitait, si malicieuse, si captivante, mais également ce petit jeu qui s'était installé entre eux. Il se délectait de la voir si entreprenante, si certaine d'elle. La confiance en soi était une des choses qu'il préférait écraser. C'en était jouissif pour Joshua de voir s'éteindre ce regard lumineux rempli d'assurance pour se faire remplacer par du désespoir. Elle le suspectait de quelque chose, mais elle-même ne savait pas vraiment de quoi. Elle cherchait et folle comme elle l'était, elle lui demandait de l'aide pour trouver des informations sur lui-même. Aussi gentillement demandé, il lui en donnait des infos, seulement, il lui laissait le plaisir de démystifier le vrai du faux.

Il savait qu'elle fessait une multitude de recherches à son sujet. Il en avait fait de même pour ainsi la tenir par un fil invisible, qui pourrait égorger cette milicienne à tout moment. Alors quand il se lassera de ce petit jeu, il pourra faire tomber sa tête, comme un marionnettiste se tannant de sa marionnette. Il s'en assurera, l'endroit où atterrira cette poupée sera l'enfer. De plus en plus, il sentait qu'elle tombait sur de bonnes pistes malgré les interventions de Joshua qui se démenait à nuire aux recherches d'Ambre. Heureusement, après plusieurs manœuvres infructueuses, lui aussi avait trouvé plusieurs informations compromettantes, qui pourraient la faire tuer ou bien pire.


« Eh bien, qu'avez-vous à me dire aujourd'hui ? »
furent ces premières paroles dès le début de la rencontre. Ambre était bien décidée à jouer aujourd'hui. Elle voulait jouer la psychologue, il pourrait bien jouer le patient, après tout il avait de l'expérience là dedans. Il se leva d'un bond rapide en la fixant dans les yeux, . « À toi de me le dire » Sa bouche se transforma en un rictus malfaisant et ses yeux la fixant toujours brillait de cette lueur de folie qu'il cachait habituellement. Il se rassit aussi subitement qu'il s'était levé. La lueur s'éteignit alors que son sourire malveillant resta. Même s'il l'aurait voulu, il n'aurait pas pu le faire disparaître, la situation l'amusait. Et c'est dans ces moments trop amusants qu'il perdait pied avec la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3888-joshua-my-madnes

Féminin
↳ Nombre de messages : 410
↳ Points : 550
↳ Date d'inscription : 23/07/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Emily Browning
↳ Age du Personnage : 24
↳ Métier : Shadowhunter & Tueuse
↳ Opinion Politique : The rules apply to everyone, and order must be preserved
↳ Niveau de Compétences : /
↳ Playlist : Two steps from hell ~ Heart of Courage / Arch Enemy ~ War Eternal / Epica ~ In All Conscience, Unchain Utopia / Lindsay Stirling ~ The Arena / Sia ~ Chip Trills / Within Temptation ~ Empty Eyes, A shot in the dark / Imagine Dragons ~ Demons
↳ Citation : "For if a man plays the fool, then it's only fools he'll persuade. But appear to be the devil, and all men will submit."
↳ Multicomptes : Solveig Eriksson & Orfeo F. Renzacci
↳ Couleur RP : #660000



Feuille de perso
↳ Copyright: Morphine
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Just leave me to my solitude |Joshua|   Mer 16 Nov - 23:40


Just leave me to my solitude
His frost performed its art and it has stained my tainted heart ••• Elle était là, installée dans le fauteuil, le regard plongé dans celui du psy. Qu'elle ne se révolvait pas à appeler « son » psy. Cette idée avait une consonnance bien trop négative dans son esprit. Puisqu'elle savait qu'elle n'était pas malade. Ses supérieurs trouvaient simplement malsain qu'une fille si jeune pouvait autant apprécier les armes, la mort, ou la sensation du sang coulant entre ses doigts. Alors que pour elle, c'était naturel. Peut-être était-ce parce qu'on le lui avait toujours appris. Que les blessures étaient nécessaires, que la vie n'était qu'une illusion. Dans tous les cas, c'était nécessaire pour sa survie. Parce qu'inconsciemment, la jeune fille savait qu'une prise de conscience, qu'un changement, la mènerait à se poser des questions. A remettre en cause ses actions, celles des gens l'entourant, celles des résistants, celles du Gouvernement. Celles de la vie en général. Son cerveau n'aurait plus de filtres pour gérer les informations. Et lorsqu'on était surdoué, c'était toujours un problème. Ce problème, elle avait esquivé grâce à sa "folie" comme les spécialistes aimaient l'appeler. Qu'importait de toute façon. Ambre avait seulement besoin de se présenter à ses rendez-vous, de les valider et après elle serait tranquille pendant quelques mois. Jusqu'à ce qu'ils retrouvent cette soudaine envie de la remettre en thérapie. Superbe.

Donc, pour revenir sur l'instant présent, Joshua s'était assis face à elle, avait prononcé quelques mots et avait fait un bond. Les yeux de la tueuse avaient capté la lueur, le sourire malsain qui s'était figé sur son visage. Il se dévoilait un peu plus aujourd'hui... Bon, il fallait qu'elle l'avoue, elle jouait à un jeu dangereux avec l'interne. En cherchant des informations, elle avait dû en dévoiler certaines. Et surtout, il s'était renseigné aussi à son sujet. Oui, Ambre restait une espionne et elle assurait ses arrières à la perfection. Certes, il lui arrivait de faire des erreurs, de laisser de possibles preuves. Cependant, elle avait aussi les alibis nécessaires. Et entre un interne en psychiatrie et une SH... Elle avait plus de légitimité. Donc elle ne s'en faisait pas. Surtout que son passé avait été... Supprimé. La tueuse avait fait en sorte qu'il ne se résume qu'à : Naissance en Italie, parents diplomates, venue aux Etats-Unis, PK puis SH. Point. Tout ce qui aurait pu être dérangeant pour sa survie avait été supprimé. Grâce à l'aide de Niklas, bien évidemment. Et son dossier médical avait été placé comme dossier secret. Ce qui n'empêchait pas pas mal de gens de se le procurer puisque celles que cela intéressait avaient les pouvoirs pour...

"Il ne s'est rien passé ces deux dernières semaines, comme lors de la précédente session et celle encore d'avant... Vous devez vous ennuyer avec moi..."

Ou peut-être pas. Elle ne connaissait pas le rapport de Joshua par rapport à son dossier. Certes, il continuait de la suivre malgré les tentatives pour le faire craquer dès le début. Et c'était suffisamment rare pour qu'elle se permette de le souligner. Normalement, sa condition suffisait à taper sur les nerfs de tout le monde, même de la personne la plus patiente au monde. Donc, la jeune fille en avait conclu que Joshua avait un grain. Une certaine folie en lui. Et c'était ce qu'elle avait tenté de faire durant tout ce temps. Trouver ce qui n'allait pas chez lui. Pourquoi il lui semblait si proche et si longtemps à la fois. Et quand Ambre ne comprenait pas quelque chose... Elle s'accrochait jusqu'à avoir un quelconque résultat. Même si cela pouvait lui coûter un peu de réputation ou d'argent. Elle ne manquait pas du second et n'avait déjà pas du premier donc... Comme on dirait, elle n'avait rien à perdre. Et cette soif de connaissance... Elle la portait en elle, autant la satisfaire.

"En revanche... Vous êtes certain de ne pas avoir de détails à raconter vous concernant ? Votre vie a toujours l'air plus intéressante que la mienne."


Toujours aussi calme, toujours aussi glaciale. Son regard vide s'était accroché à celui de l'interne. Comme si elle essayait de lire ses pensées grâce à une magie mystérieuse. Chose qu'elle était incapable de faire et qui la rendait bien folle. Ce serait tellement plus facile de s'infiltrer dans l'esprit des gens pour savoir ce qu'ils pensaient du Gouvernemet, ce qu'ils avaient fait et donc les arrêter plus rapidement. Certes, ce dispositif pourrait créer quelques soucis d'éthique mais ce n'était pas vraiment ce qui lui venait à l'esprit en premier lieu. Puisqu'elle n'avait aucune morale. Ses doigts tapotèrent doucement l'accoudoir du fauteuil dans lequel elle se trouvait. Pour taper le rythme du temps qui passait. Une sensation étrangement agréable et reposante pour son coeur. Si elle en avait un. Sa voix se transforma alors en un murmure, détaché, traînant.

"Auriez-vous déjà caché quoi que ce soit au Gouvernement... ?"



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________

Live as if it was your last day

There was once a girl, she wasn't well known, she fell down a rabbit hole. She tried to get up but she couldn't break free, as she was locked in the chains of Insanity. | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Just leave me to my solitude |Joshua|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Weave •
» Leave my Body Only for a Night [Faith&Caleb]
» Être solitaire ne signifie pas qu'on apprécie la solitude - A. Petrova
» La forteresse de Solitude ~ Mephisto's home.
» (f) GWYNETH PALTROW ✜ i love you, choose me, leave him.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Eastern New Orleans :: Adventist Hospital-