AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Thriller Night {Orfeo/Cameron}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Jeu 20 Oct - 19:38


« Loterie du RP »


   
   
Orfeo & Cameron
featuring



   
«  It's close to midnight
   And something evil's lurking in the dark
   Under the moonlight you see
   A sight that almost stops your heart
   You try to scream but terror takes the sound
   Before you make it, You start to freeze
   As horror looks you right between the eyes »

   Vous avez eu le malheur de vous trouver au mauvais endroit, au mouvais moment, et risquez fort de rapidement regretter votre virée imprudente à New York. Prisonniers d’une dangereuse machination, vous voilà à présent enfermés dans les dédales d’un cimetière lugubre et enneigé, qui risque de devenir votre tombeau. Les portes de fer du cimetière se sont refermées sur vous, scellées par un enchantement mystérieux. Pour vous en sortir, il vous faudra faire preuve de bonne foi et surtout coopérer jusqu'à ce que le sort n'agisse plus. Il semblerait que vous ne soyez pas les seuls à avoir fait de ce lieu votre dernier refuge. Vous allez avoir de la compagnie. Quelques Daybreakers se seraient-ils amusés à réveiller les morts ci et là ? J'en ai bien peur... Leurs zombies aux corps recouverts de gel n'en sont pas moins redoutables. Là où le danger guette, la solidarité parviendra-t-elle à se frayer un chemin ?

   Ordre de passage:
   1 - Orfeo
   2 - Cameron

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Féminin
↳ Nombre de messages : 72
↳ Points : 104
↳ Date d'inscription : 01/10/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 29 ans en apparence & 784 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier; nettoyeur pour la Sakpata
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2/3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain
Innocence ~ Tarja
Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



Feuille de perso
↳ Copyright: Lemon Tart
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Dim 23 Oct - 0:36


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Ses doigts retirèrent la cigarette qui était coincée entre ses lèvres. Il observa l'homme face à lui, un sourcil arqué. Etait-il sérieux ? Un instant, il eut envie de le tuer. Orfeo se doutait que Marie ne serait pas contre, vu le bordel que cet informateur causait. Cependant, ce n’était pas à lui d’en décider. Alors, il se contenta de serrer les dents et supporter la voix nasillarde. Il finit par jeter la cigarette sur le bitume. Alors, l’échange se fit plus nerveux, le jeune homme jouant son rôle de connard à la perfection. Même si l’arme sortie par son interlocuteur le calma directement. Evidemment, s’il jouait comme ça… Orfeo ne pourrait pas y faire grand-chose, si ce n’était se taire et supporter. Celui qui lui faisait face connaissait son identité, il serait donc plus logique de ne pas l’énerver maintenant. Pas tant que le sorcier ne saurait pas exactement ce qu’il devait en faire. Evidemment qu’il aurait aimé lui montrer qu’il fallait respecter un peu plus ses camarades et ses alliés. Néanmoins, ce n’était pas à lui de le faire. Pas maintenant. Marie s’en chargerait, il n’en avait aucun doute…. Après, il espérait que le retour de karma serait assez violent pour le faire réfléchir. Sinon, la deuxième option serait de le dénoncer, en faisant attention à se construire une bonne défense. Cependant, cette pensée se heurta à autre chose. A sa morale, son éthique. Son besoin de penser que tout irait bien malgré tout, que personne n’était entièrement mauvais. Enfin, il verrait bien pour l’avenir. Pour l’instant, la mission à effectuer…  

Une feuille de papier lui fut donnée, en même temps qu'un ou deux conseils pour sa survie. Oh, c'était tellement sympathique. Le jeune homme réagit avec un simple sourire, quitte à l’énerver un peu plus, attrapa le bout de papier griffonné et se détourna sans demander son reste. Son regard était glacial. Il aurait bien aimé aller prendre un verre, se détendre, oublier cette conversation des plus tendues. Sauf qu'il avait littéralement deux jours pour trouver ce que ce commanditaire voulait. Et, qu'évidemment, plutôt que ce soit à la Nouvelle-Orléans, il devait aller se pointer à New-York. Ce qui impliquait une certaine préparation qu'il n'aurait pas... Enfin, survivre, il connaissait malgré tout, maintenant qu’il avait récupéré ses esprits. Darkness Falls avait été son baptême du feu pour ça. Et vu qu'il s'en était sorti... On pouvait dire qu'il avait eu de la chance. Parce que personne ne survivait sans un peu de chance en Enfer… Ce souvenir lui serra le cœur et la gorge un peu plus.

Bref, qu'importait. Le jeune homme avait pris la direction de cette contrée glacière. Et il ne serait même pas capable de se souvenir du temps qu'il avait mis ou de comment il avait fait. Tout ce qu'il savait c'était qu'il était galère de s'y rendre. Et qu'il faisait froid. Et ce point-là le dérangeait farouchement. Il venait d’Italie, pays plus connu pour la chaleur de son temps que pour la neige qui y tombait. Alors cela faisait naître des sentiments contraires en lui. D’un côté, il y avait ce manteau blanc, doux, qui attirait son attention. De l’autre, les souvenirs de Rome avant qu’il ne la quitte. A l’époque, il ne savait pas la chance qu’il avait de vivre dans une telle ville. Aujourd’hui, il s’en rendait compte. La chaleur lui manquait. Mais pas son grand-père, ou ses conseillers. Oui, finalement, quitter l’Italie était une bonne chose pour son équilibre mental. Peut-être qu’il aurait voulu y retourner maintenant que son esprit était de retour. Peut-être qu’il aurait voulu voir la magnificience de ce pays de ses propres yeux, avant la destruction. Mais le destin en avait décidé ainsi. Ou Dieu diront certains, bien que le sorcier n’y croit pas plus que ça. C’était l’une des rares choses qui avait disparu de son éducation. Ou plutôt, le point qu’il n’avait jamais eu. On ne s’était jamais embarrassé à lui expliquer la religion. Il était considéré comme trop retardé pour cela. Aujourd’hui, il se disait que ce n’était pas une si mauvaise chose…

Orfeo finit par s'arrêter et sortit le papier lui indiquant sa mission. Un simple nom. Et l'objet à récupérer. Dans un putain de cimetière. Absolument pas glauque voyons... Il grimaça, referma le manteau autour de li et s'enfonça dans le temps neigeux de New-York. Ses yeux s'attardaient sur les décors décharnés, détruits. Eh bien, il aurait presque l'impression de retourner en enfer... Pourtant, il y avait de nombreuses choses qui avaient changé. Ses pouvoirs d’abord, dont il avait pris toute la mesure, bien que les entraînements ne soient pas suffisamment réguliers pour qu’ils soient puissants. Au moins, il pourrait gagner du temps. Oui, ce ne serait utile que pour cela. Mais c’était suffisant. Pour que quelqu’un lui vienne en aide, bien qu’il soit seul au milieu de New-York, ville fantôme

Il aperçut les barrières si caractéristiques au loin et accéléra légèrement le pas. S’il pouvait ne pas y rester trop longtemps, ça l'arrangerait quand même bien. Sans chercher à comprendre, il passa les grilles et alla fouiller le nom des tombes. Rangée après rangée. Son œil valide ne s'attarda que quelques secondes sur chaque. Il n'avait pas de temps à perdre. Et surtout, il n'était pas à l'aise à l'idée de profaner des tombes. Oui, il gardait quand même quelques valeurs il fallait croire... Le jeune homme se mordit la langue et continua sa recherche. Il finit par tomber sur ce qu'il cherchait et sans attendre, fit basculer le pilier de pierre déjà bien entamé. Dans le creux, il trouva ce qu'il cherchait. Un petit écrin. Ses doigts s'en emparèrent et il enfonça l'écrin et le papier dans le fond de sa poche. A cette seconde précise, un grincement lui parvint. Et il se retourna juste à temps pour voir les grilles se fermer d'elles-mêmes. Parfait. Exactement ce dont il avait besoin...

« Qui est là ? »

Oui, parce que les portes ne se fermées jamais seules… Non ?



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 687
↳ Points : 793
↳ Date d'inscription : 12/02/2016
↳ Age : 27
↳ Avatar : Astrid Berges-Frisbey
↳ Age du Personnage : 27 ans.
↳ Métier : Multi-tâches.
↳ Opinion Politique : Totalement blasée.
↳ Playlist : Las Ketchup - Asereje
↳ Citation : "Les Lamentations des Vivants sont un Chant pour les Morts."
↳ Multicomptes : Nope
↳ Couleur RP : #cccc99



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Dim 13 Nov - 6:43



21 Août 2016. Non mais parfait, juste parfait. L'ambiance morbide, en soi, ça plantait déjà le décor. Mais le vent glacial qui frôle sa nuque découverte, le bruissement dans les arbres morts, l'impression d'entendre des pas entre les allées vides... ça donnait suffisamment de matière à son imagination pour qu'une envie de pisser se fasse ressentir. Pas de celles qui se manifestent après avoir descendu plusieurs pintes de bières lors d'un pari un peu débile, non, plutôt de celles qui apparaissent lorsque ton ventre se met à danser la samba durant une date avec un clown – littéralement un clown, hein – un soir d'Halloween. Oui parce que Cameron a déjà eu le droit à ce genre de plans foireux. Ne pas chercher, le Karma est une bite.

N'empêche que j'suis contente qu'on ne soit pas le 31 Octobre. Sa pensée lui tira un léger rictus sardonique, alors qu'elle creusait dans le sol rigide – comme un cadavre, ah ah – à la recherche de son trésor personnel. En général, dans les séries, personne n'enterre ses effets dans un cimetière, ou tout du moins, ils le font directement dans la tombe d'un proche. Mais non, Cameron s'était dit à l'époque que ça pourrait être sympa de planquer quelques babioles dans un coin tranquille où aucun service funéraire n'irait livrer de corps. Sur ce point au moins, elle avait eu raison. Qu'elle n'aurait pas été sa réaction si elle avait dû passer par une tombe pour retrouver son butin. Excusez-moi, je ne fais que passer. Je vais à l'étage en dessous.

Bref, tout cela pour dire qu'actuellement, son style vestimentaire laissait à désirer. De la terre mêlée à la glace fondue parsemait son jeans, ses gants et son visage, lui conférant un petit côté sauvage. Ou SDF. Au choix. Son nez était rouge, gelé par le froid. Sa veste en cuir la protégeait un minimum du vent, mais le pull était en train de devenir son meilleur ami. Quelques mèches rebelles s'échappaient de son bonnet pour se coller sur ses joues, se planter dans ses yeux, ou glisser dans sa bouche pour la faire grogner et tirer la langue sans aucune grâce. Parce que oui, bouffer des cheveux, c'est dégueulasse.

Au bout d'un moment, la jeune femme parvint à extraire le petit coffret en métal de son tombeau improvisé et le glissa dans son sac à dos, avant de vérifier ses armes. Réflexe né de l'habitude, elle checkait les munitions sans réellement s'en rendre compte. Son Beretta au mollet droit, à l'intérieur de sa botte d'hiver. Un Browning dans son dos et l'autre dans son holster d'épaule, à dégainer de la main gauche. Quelques lames par ci, par là, parce qu'on est jamais trop prudente. Et bien entendu, son dernier joujou, le M16A4, en bandoulière sur son épaule droite. Ah, Cameron avait des étoiles dans les yeux quand elle regardait le dernier arrivé dans sa collection. Une partie d'elle espérait presque faire une mauvaise rencontre dans le coin, histoire de pouvoir jouer un peu. Avant qu'elle ne revienne sur terre, et se rappelle combien dégommer des zombies pouvait être chiant.

Un grincement métallique résonna dans le cimetière, et elle fronça les sourcils en reconnaissant le portail à l'entrée.
« Qui est là ? »

… What ? Cameron se figea, tendant l'oreille au maximum alors qu'elle avait déjà une arme à la main. Aucun zombie de sa connaissance ne faisait usage de la parole, si ce n'est pour te grogner à la tronche, bien évidemment. En plus, la voix lui disait vaguement quelque chose. Se déplaçant furtivement, la jeune femme se rapprocha de l'inconnu pour jeter un coup d'oeil avant d'écarquiller légèrement les yeux. Bordel, qu'est-ce qu'il foutait là celui-ci ? Se plaquant contre une tombe, elle inspira profondément et rangea son arme dans son dos avant de se mettre à découvert.

« Hum, Orfeo ? Vous êtes bien loin de votre quartier habituel. » Et hop, un petit rire léger, histoire de parfaire la comédie qui la faisait vomir intérieurement. Sérieusement, Vaas allait lui en devoir une. Essayer de draguer ce gars dans ces conditions ? Non mais... Putain de Karma, j'vous dis.

Elle avança un peu, mais garda une distance raisonnable entre eux, ne lui faisant absolument pas confiance. Comment le pourrait-elle ? Il se trouvait à New-York, dans un cimetière. Non mais allo. Sur leurs tronches à eux deux, devait être inscrit en gros : LOUCHE. Alors non, elle n'allait pas s'approcher davantage. Et quelque chose lui disait que vu l'armada qu'elle se trimballait, il n'allait pas non plus lui accorder le bénéfice du doute. Merde, pour le pari, c'était mal barré. Et si elle souriait en se tortillant un doigt dans les cheveux, est-ce que ça aiderait ?

_________________
    hopeless
    Radioactive - Imagine Dragons. △ I’m waking up to ash and dust. I wipe my brow and sweat my rust. It’s a revolution I suppose. We’re painted red to fit right in. Welcome to the New Age. ©endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 72
↳ Points : 104
↳ Date d'inscription : 01/10/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : James McAvoy
↳ Age du Personnage : 29 ans en apparence & 784 en réalité
↳ Métier : Sapeur Pompier; nettoyeur pour la Sakpata
↳ Opinion Politique : Le monde a besoin d'un Gouvernement. Mais pas de celui-là.
↳ Niveau de Compétences : 2/3
↳ Playlist : Danse macabre ~ Delain
Innocence ~ Tarja
Edge of the blade, Beyond the Matrix ~ Epica
↳ Citation : "We both strive for the same end. Only our methods differ. Do you not see that? Peace. Stability. A world where men live without fear."
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Solveig Eriksson
↳ Couleur RP : Darkcyan



Feuille de perso
↳ Copyright: Lemon Tart
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Thriller Night {Orfeo/Cameron}   Mar 15 Nov - 1:51


Thriller Night
It's close to midnight and something evil's lurking in the dark, under the moonlight you see ••• Orfeo enfouit un peu plus ses mains dans les poches de son manteau. Le temps le glaçait un peu plus au fur et à mesure que les minutes passées, surtout qu'il préférait rester immobile. Des grilles qui se ferment alors qu'aucun courant d'air n'était ressenti et que personne n'était supposée se promener dans les environs, voilà qui était étrange et poussait à la prudence, même chez lui, sans qu'il ne soit méfiant de nature. Cependant, sa mission était secrète et il préférait que personne ne le voit dans ce cimetière. Même si c'était loupé. Il passa une main sur son visage, cherchant, préparant une quelconque excuse. Mentir. Ce serait son seul moyen de survie, alors qu'il détestait cela. Et qu'il était loin d'être doué. A part lorsqu'il calquait son attitude sur celle de son frère. Là, étrangement, il devenait un expert. Tant que son mental le supportait. Tant que son esprit acceptait d'être un autre. Ce qui, une fois de plus, était quelque peu complexe pour l'homme qu'il était. Après, personne n'avait répondu à sa demande. Peut-être que le vent jouait réellement un rôle dans cette histoire. Il se mordilla la lèvre inférieure, prêt à parier sur ça. Ou alors juste les grilles qui avaient mal ataché. Jusqu'à ce qu'un léger bruit lui parvienne. Rapidement suivi d'une voix.

Ses yeux se tournèrent automatiquement vers la nouvelle venue. Qui n'était pas une inconnue. Et c'est peut-être ce qui le fit buguer quelques secondes. Que faisait Cameron ici ? Dans son esprit, il l'avait plutôt rattachée à cette catégorie de femmes sympathiques mais qui cherchaient un peu trop d'attention. Depuis qu'elle était arrivée à la caserne avec son plat de pâtes bolognaises, venant de son pays mais d'une histoire plus récente, et qu'elle l'avait collé malgré ses refus plus que clairs, il l'avait mis dans cette case. Oh, il était certain qu'elle était adorable et agréable en réalité. Mais se faire traîter comme un roi ou quelqu'un de parfait ne lui plaisait pas. Cela le mettait plus mal à l'aise qu'autre chose. Et aussi, Cameron avait tendance à toujours débarquer au pire moment. Celui où il devait s'entraîner, celui où il devait partir ou celui où une mission se présentait. Evidemment, un jour, il allait falloir qu'il lui explique ça. Sans pour autant être pressé de prendre le temps de le faire. Ou alors il lui offrait un dîner pour se faire pardonner des remarques glaciales qu'elle se prenait. Au moins, il entraînait son attitude de connard fini grâce à ça.

Ses mots et son rire lui firent hausser un sourcil. Il croisa calmement les bras sur son torse et entreprit de la détailler. Elle était... Etrangement apprêtée. En fait, les armes qu'elle avait sur elle étaient plutôt du genre... Militaire. Bien loin de l'image qu'il avait de la jeune femme. Bon, autant dire que l'armada avait éclipsé le reste. Ses yeux décelèrent deux armes minimum. Tout en se doutant qu'il y avait plus. Cameron s'avança de quelques pas, et il attendit de voir qu'elle restait à distance pour se décrisper. Soudainement, il ne put s'empêcher de penser qu'elle lui avait joué un rôle auparavant. Le sourire qu'elle lui offrit, en se tortillant les cheveux, n'y changea rien. Au contraire, son propre visage se ferma un peu plus tandis que le temps se refroidit de quelques degrés. Ou était-ce seulemet une sensation personnelle ?

" Vous êtes aussi bien loin de votre quartier Cameron. Et de votre accoutrement habituel. "


La question posée était sous-jacente. Qui était-elle réellement ? L'interrogation grandissait dans son esprit à chaque inspiration qu'il prenait. Il ne parvenait pas à avoir peur de la jeune femme, cependant, il avait perdu le peu de confiance qu'il lui accordait. Si confiance il y avait eu. A l'avenir, il l'évitera autant que possible. Parce que prendre le numéro d'adoration et de séduction au sérieux après ça, ce serait nettement plus compliqué. Après, si elle était réellement fan des pompiers, ses collègues seraient ravis de la renseigner. Lui passerait son tour, malgré les formes tout à fait admirables de Cameron. Oui, il restait un homme, avec ses instincts, et il avait déjà jaugé la jeune femme à plus d'une reprise. D'ailleurs, à y penser, il le faisait aussi avec d'autres hommes, malgré l'interdiction et la pénalisation de l'homosexualité.

" Pourquoi être venue à New-York ? Vous vouliez chasser du gibier ? "


C'était une explication comme une autre. Quant à lui, il sentit presque inconsciemment le poids de l'écrin dans la poche de son manteau. Ou le poids de sa culpabilité. Il se mordit l'intérieur de la joue.  Pour s'aider à garder cet air complètement neutre, collant à son état d'esprit du moment, le rôle qu'il jouait. Un léger craquement attira son attention. Il détourna le regard quelques secondes dans la direction concernée. Un craquellement se dessinait sur le sol. Et il crut percevoir des doigts sur la surface de la glace. Comme si quelqu'un sortait de la tombe. Il secoua sa tête. Sérieusement, le froid ne lui réussait pas... Et il enfonça de nouveau ses yeux bleus dans les iris de Cameron, attendant ses réponses.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Thriller Night {Orfeo/Cameron}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Thriller Night {Annikki/Jonas}
» Thriller Night {Avalon/Noun}
» Thriller Night {Eliott/Isallys}
» SMOOTH.NIGHT
» Adaptation cameron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fourth Chapter: Around The World :: Around The World :: New York :: Brooklyn :: Cemetery-