AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heavydirtysoul (.solvy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Heavydirtysoul (.solvy)   Dim 23 Oct - 20:29

heavydirtysoul
There's an infestation in my mind's imagination, I hope that they choke on smoke 'cause I'm smoking them out the basement. 'Cause I wasn't the only one who wasn't rushing to sayin' nothing, This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean.

Il éparpille le verre sur le sol, au gré de ses poings qui fracassent et démolissent. Tout péter, pour ne pas avoir à affronter un reflet qui lui file la gerbe et lui donne envie de crever. Sa belle gueule, son sourire de crétin, la séduction rivée aux pupilles, l’ensemble qui a foutu le camp. La pluie d’acide qui lui a démoli le museau, sa jolie trogne de parfait connard, et les morceaux déjà fracassés de sa pauvre vie. Les mains en sang de trop frapper, la douleur qui pulse des entailles rongées par le verre pillé pour oublier celle qui lui infecte le visage. Le dégoût, l’aversion qui le prend aux tripes. On l’a enterré, sous une tonne de faux papiers et une nouvelle identité, donnée dans un bureau clinquant juste après avoir terminé de retourner la terre de sa tombe. Change de nom et disparaît qu’on lui a dit, encore une fois. Il ne sait plus qui il est à force, perdu entre tous ces lui qui se tapent dessus dans sa poitrine. L’italien, l’américain, et le petit nouveau fraichement débarqué dans sa tête. Sa schizophrénie va bien, au cas on lui demande, il s’y fait, même s’il a encore du mal à répondre à son nouveau nom. Logan Silver. Le prénom sorti d’un comic, en hommage à ce type aux griffes d’acier et à la coupe trop bizarre. Silver, en blague de mauvais goût pour idolâtrer un métal qui lui ronge la chair. Il ne sait pas si c’est la douleur contre sa poitrine qui lui a fait penser ce jour-là, l’anneau qui racle la peau fragile de son torse à pendouiller au bout de ses lanières de cuir. Passer de Greyjoy à Silver, pour rester dans le thème, ça le fait marrer quand il y pense. Juste deux secondes avant que tout se casse la gueule. Il en chialerait s’il en était encore capable, mais le restant de ses larmes a été asséché par l’acide. Sa poitrine aussi vide qu’un verre de whisky aspiré à la paille, le cœur en veille, parce qu’il ne sert plus à rien depuis longtemps. Et qu’il en marre qu’on s’amuse à le piétiner comme un vulgaire paillasson. Que le monde crève sous son nez, il en a rien à foutre. Stain est une ombre, un vide qui aspire tout, les nerfs à vifs constamment, un peu comme la peau rongée de sa tronche. Il répète sa liste de tous les trucs qui le gonfle, en seconde ligne, les mafias, peu importe leur nom. En première ligne, Eriksson. Le nom qu’il chantonne dans sa tête comme une comptine de gosse. Connard qu’il entend bien démolir avec art et sans délicatesse. En prenant son temps malgré tout.

A défaut de totalement l’enterrer, ses supérieurs l’envoient se glisser dans les rangs ennemis. Le Hunter infiltré, dont on se fout, s’il crève c’est dommage. S’il réussit c’est tant mieux. Il en fait une affaire personnelle, accepte de flirter avec l’ennemi pour mieux l’écraser comme la vermine qu’il peut être. Sale gueule, face brugnon desséché, les insultes fusent dans sa tête, toutes adressées à sa charmante personne, alors il joue des épaules, tire avec plus de hargne sur la capuche de son sweat trop grand pour lui afin de cacher au mieux les dommages sur son visage. Parce qu’il en a honte, qu’il se sent affreusement fragile, mal dans sa peau, lui qui a toujours compté sur son physique pour lui ouvrir toutes les portes. Macho affreusement superficiel quand on y regarde d’un peu plus près, le mâle italien dans toute sa splendeur. Réduit à l’état de rien, les dents qui crissent au moins regard un peu trop insistant dans sa direction, Stain se planque dans ses fringues. Comme un rempart contre l’horreur qu’elles dissimulent, se perdre dans des bouts de tissus trop larges, trop moches, tellement passe-partout qu’on finit par ne plus le voir. C’est un peu ce qu’il se passe lorsqu’il entre dans l’antre du Little Darlings. La claque dans la gueule de se retrouver de nouveau là, les souvenirs de son ancien lui et de sa cousine qui lui reviennent dans la figure lui font mal au cœur, un nœud dans la gorge alors qu’il prend sur lui et avance. Quand il avait l’habitude d’embrasser toute la pièce de sa seule présence, le petit louveteau patauge sur ses pattes malhabiles, les mains enfoncées dans les poches, vouté pour perdre quelques centimètres et se noyer dans la masse. S’écraser comme il l’a été pour ne plus se faire remarquer, il se coule jusqu’au bar, les pupilles traînant sur les courbes qui s’affichent devant elle. C’est agiter un paquet cadeau devant un gamin pour mieux lui dire qu’il devra attendre Noël avant de l’ouvrir, reluquer sans pouvoir toucher. Il en soupire, serre le poing d’énervement et racle ses cordes vocales pour mieux aboyer au type derrière le comptoir son choix de venin.

« - Magne, j’ai pas que ça à foutre. Et va me chercher le boss, faut que je lui parle. » Le bonhomme reste planté là, à le lorgner d’un mauvais œil visiblement prêt à le faire éjecter. L’absence de mouvement effrite les nerfs du loup qui n’attend pas plus longtemps avant de sauter à la gorge de la proie. Les phalanges s’enroulent autour du col, et tire la pauvre carcasse près de la sienne par-dessus le comptoir. « - M’oblige pas à t’éclater les dents contre le bar. Fait rappliquer ton boss, ou je te refais la gueule ! » A l’image de la mienne, ducon. Les mots s’étranglent dans sa gorge et alors qu’il relâche le pauvre type, il aperçoit dans son regard de benêt, cette horreur qui le prend aux tripes à chaque fois qu’il se voit dans une glace. Ah, toi aussi, tu trouves ça moche. On est deux mon vieux. A la manière d’un poney piqué par un taon le type détale au triple galop, abandonne son petit bar à la merci du milicien sous couverture qui ne se fait pas prier pour fourrer sa main sous le comptoir pour en extirper la première bouteille qui lui tombe sous les doigts. Whisky, ça fera l’affaire pour quelqu’un qui crève d’envie de se murger le museau. Détendre ses nerfs dans l’attente de cet abrutit d’Eriksson, pour pas lui en colle une dans la gueule d’entrée de jeu.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Lun 24 Oct - 16:17


heavydirtysoul
There's an infestation in my mind's imagination, I hope that they choke on smoke 'cause I'm smoking them out the basement. 'Cause I wasn't the only one who wasn't rushing to sayin' nothing, This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. ••• Elle accumulait la fatigue ces derniers jours, que ce soit à cause de ses horaires décalés ou des émotions qui s'accrochaient à ses entrailles telles des âmes en peine. Ca en devenait plus qu'agaçant. Et aussi avec Isak qui passait plus de temps à comater dans un coin plutôt que de gérer son établissement. Par moment, la jeune femme avait envie de le sevrer. Soudainement. Cependant, elle savait bien que ce n'était pas la meilleure des idées. Il finirait par devenir violent, par se faire arrêter ou se tuer. Choses qu'elle ne voulait pas. Donc, pour l'instant, elle était un peu condamnée à se charger de sa partie du business quand il n'était pas en état de le faire. Si d'un côté, cela ne la dérangeait pas, elle s'était rapidement rendue compte qu'elle n'était pas faite pour ça. Que ce soit de par sa stature, sa petite taille et son gabarit ne sont pas des plus effrayants pour gérer les montagnes de muscles qui venaient régulièrement au Little Darlings et y foutaient la merde, ou par sa non-connaissance du domaine et des relations, il avait suffi que Marie se pointe pour qu'elle se rende compte de ce problème.

Enfin, quoi qu'il en soit, son frère lui avait annoncé avoir trouvé une solution pour cela. Une tierce personne allait prendre la co-gérance de l'établissement. C'était plutôt agréable de savoir qu'elle n'aurait plus à descendre et voir les femmes se déhancher sous le regard pervers des hommes. Elle n'aurait plus non plus à sentir leurs yeux la détailler. Bien qu'aucun n'ait jamais essayé de l'approcher de trop près. Il fallait dire que les serveurs et barmans veillaient au grain à ce sujet. D'un autre côté, c'était un étranger qui s’immisçait dans leur business familial. Et Solveig était toujours effrayée qu'il ne soit pas à la  hauteur. Qu'il essaie de les vendre. Comme une peur ancrée en travers de la gorge et qui la privait de ses réflexions par moment. C'était stressant, agaçant. Et c'était ce à quoi elle pensait en jouant avec Käli. Elle ne savait pas si elle pourrait avoir entièrement confiance en lui. Parce que la suédoise vivait juste au-dessus de l'établissement. En cas de descente dans celui-ci, elle sera embarquée sans plus de concessions. Et elle était effrayée de finir dans l'arène qui se déroulait en ce moment-même et dont elle n'avait que des échos qui lui parvenait.

Enfin, elle n'y était pas et Isak faisait en sorte qu'elle ne regarde pas les rediffusions. Et pour une fois, elle ne pouvait pas lui en vouloir. Quoi qu'il en soit, pour le moment, elle attendait juste l'arrivée du nouveau. Son frère lui avait expliqué qu'il passerait certainement dans la semaine, s'il devait être absent à ce moment-là, c'était à elle de l'accueillir. Bon, un ordre somme toute assez logique. Alors, elle se prépara comme les soirs précédents. Elle changea ses bandages. A droite, ils partaient du bout des doigts et remontaient jusqu'à son épaule. De côté gauche, cela recouvrait seulement son avant-bras et son bras. Histoire de cacher les quelques cicatrices et égratignures qui parcouraient son corps. Elle enfila un chemisier blanc, une jupe noire et une petite paire de chaussures. Une tenue suffisamment simple pour elle qui n'aimait pas se prendre la tête. Cependant, elle ne pouvait pas se présenter un short et tee-shirt usagé devant le futur co-gérant du Little Darlings. Puisque, techniquement, elle serait sa supérieure. Plus ou moins. Ce côté-là, elle ne l'avait pas trop compris encore. Une discussion avec Isak s'imposerait quand il reviendrait.

La jeune femme finit par s'asseoir et se plongea dans la lecture d'un livre, tandis que le chat venait se blottir sur ses genoux. Elle fut tellement absorbée par le texte que les deux coups violents sur sa porte d'entrée la firent sursauter comme jamais. Elle pesta contre elle-même, se leva et alla ouvrir. Le barman qui venait lui annoncer l'arrivée d'un homme, défiguré. Oh, et il avait l'air effrayé. Ce qui étonna en partie Solveig, qui connaissait bien l'armoire à glace face à elle. Néanmoins, Isak l'avait prévenu qu'elle reconnaîtrait la personne assez facilement. La suédoise descendit les escaliers et pénétra dans la boîte de strip-tease. Une fois encore, elle perçut l'attitude des serveurs à son encontre, comme un léger rapprochement autour d'elle. Son regard se posa sur la silhouette accouder au bar et elle s'y dirigea d'un pas plutôt calme. Bon, il s'était déjà servi derrière le bar... Heureusement qu'Isak n'était pas là. Vraiment.

« Vous avez effrayé mes hommes. Ce n'est pas tous les jours que je peux dire quelque chose comme ça. »

Elle avait laissé ses yeux s'enfoncer dans ceux de son interlocuteur. Malgré le visage défiguré qui aurait dû lui donner envie de vomir. Etrangement, il lui rappela juste l'abomination qu'était devenue leur frère après le sortilège raté. Donc rien de bien important bien sûr. En tout cas, elle n'eut aucune grimace de dégoût ou aucune pitié dans le regard. Elle avait déjà donné pour cette dernière partie avec Ezra il y a quelques jours. Il était donc nécessaire de lui laisser le temps de refaire le plein d'énergie. Après quelques secondes de silence, elle lui fit signe de la suivre. Ils ne pourraient pas avoir une discussion professionnelle dans un contexte si bruyant. Et puis, s'il voulait quand même boire, il n'avait qu'à prendre la bouteille avec lui, elle ne lui ferait pas de remarques à ce sujet. La jeune femme ouvrit la porte du bureau attenant, seule pièce bien isolée de la musique de la boîte, laissa... Logan c'était, non ? Entrer à son tour et referma derrière eux. Le bruit n'était plus qu'un arrière-fond désagréable mais supportable. Elle proposa un siège à  l'homme avant de reprendre la parole plus clairement :

« Isak n'est pas présent aujourd'hui, c'est donc moi qui vais vous introduire au Little Darlings. Je suis Solveig, sa sœur, nous n'avons jamais eu l'occasion de nous rencontrer avant. »

Elle espérait qu'il ne lui fera pas la même crise que Marie la semaine passée. C'était déjà agaçant de s'être fait rabaisser une fois, deux fois... Bon, en vrai, elle s'en foutrait pas mal. Son but aujourd'hui était seulement de lui offrir les informations dont il avait besoin. Et ils ne se recroiseraient certainement jamais après. Au moins, la jeune femme comprenait pourquoi son frère avait choisi cet homme. De un son visage pouvait effrayer. De deux... Il y avait peu de chances qu'il tente de la draguer. Parce qu'en toute logique, Solveig devrait le repousser. Ce raisonnement pouvait s'appliquer aux danseuses de la boîte : peu acceptèrent de coucher avec lui. Rendement, rendement, quand tu nous tiens...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Ven 28 Oct - 20:42


Seul avec son amie la bouteille, le loup se force à tourner le dos à la salle, le regard rivé sur le vide. Ca lui fait mal d’être là. Dans cet endroit qui n’a pas changé depuis, à part peut-être la façade qui donne l’impression qu’il ne se passe rien derrière les vitres barricadés. Comme une claque dans la gueule, sa seule présence entre ces murs lui donne l’impression de L’attendre. Qu’elle sera celle qui va venir à sa rencontre, et certainement pas ce maudit d’Eriksson. Et s’il lève le nez, c’est sa belle gueule qu’il va croiser dans le jeu de miroir devant lui. Il s’y risque et ne trouve rien de plaisant, juste cette désolation qui lui retourne le bide et lui donne envie de balancer sa précieuse nouvelle amie contre le mur. Vomir du dégoût, le bide en vrille à cause de sa propre trogne, c’est une blague à laquelle il n’arrive pas à se faire, le rire coincé dans sa trachée comprimée. Paumé dans ses pensées parasites, Stain perd la notion du temps, les élans de la musique lui crachant aux oreilles. Les relents de vice, mêlés aux effluves suaves des danseuses, tout cet ensemble le dérange. Parce qu’il a le cul entre deux chaises, tiraillé entre son étonnante indifférence et l’envie de tester les limites de sa sale gueule. Il les connait pourtant, s’en doute, en se mettant à la place des autres, il se sentirait mal face à un tel carnage. Pas vraiment capable de détourner les yeux tout en crevant d’envie de le faire. L’acharnement du sort, qui retombe sans arrêt sur sa trogne. Le karma qu’on lui dira, et il fera tout son possible pour le faire bouffer à l’abrutit qui aura eu la bonne idée de lui sortir un truc pareil. Il n’y croit, il ne croit plus en rien de toute façon. Juste au pouvoir que peut avoir une arme posée sur la tempe d’un connard prêt à crever. La mort, c’est tout ce qu’il reste dans sa peau. Le besoin assassin de détruire le monde pour oublier qu’il est aussi décrépi que la tapisserie ornant le salon de son ancienne voisine. Sa mémé lubrique et son chihuahua aux yeux exorbités, le duo affreusement chiant mais qui lui manque maintenant qu’il ne vit plus à côté. L’inconvénient d’être mort, devoir déménager, laisser son antre aux mains d’inconnu, le temps que les choses se tassent.

Un lourd soupir s’écrase sur le comptoir, recouvert par les notes d’une voix féminine. Le museau se relève, en même temps que la silhouette démolie et Stain s’autorise un bref examen de la nouvelle venue. A en juger par sa tenue, ce n’est pas une greluche du bouge qui vient lui balancer ses reproches à la figure. « - J’ai la tête de l’emploi pour ça. » Il le balance avec la légèreté d’une enclume, peu enclin à faire de l’humour sur son cas, mais ça s’accroche à lui. La connerie qui tombe un degré plus bas dans la noirceur, l’humour noir pour s’arracher le cœur et faire taire cette douleur affolante qui hurle dans sa tête à lui en péter les neurones. Elle le fixe, et rien de ce qu’il s’attendait à lire dans les jolis yeux de la brune ne vient gratter la surface. Ca le surprend, il en bat bêtement des paupières et reste immobile lorsqu’elle lui fait signe de la suivre. Dans un raclement de gorge étranglé, l’italien lâche son comptoir et sa bouteille chapardée pour suivre la demoiselle. Croiser au passage le barmaid qui s’écarte d’un bon pas pour l’éviter. Le geste lui arrache un sourire, la fierté du prédateur qui s’appose sur ses lèvres gercées avant de disparaître aussi rapidement qu’elle a pu s’y coller. Il pénètre dans le bureau, un étrange malaise sous la peau à l’idée de se retrouver enfermé. Les pupilles courent sur le décor avant de se reposer sur la brune. Machinalement, il tire sur les bords de sa capuche, machin inutile pour cacher la décrépitude et qui irrite ses nerfs. Le fauve recule pour venir s’appuyer contre le mur le plus proche, les pognes fourrés dans ses poches.

« - Il m’a parlé rapidement de sa sœur, charmant bonhomme ton frangin d’ailleurs. » Lance-t-il à la volée, l’ébauche d’un infime sourire dévoilant ses quenottes. « - S… Silver. Logan Silver. » Ca s’arrache de sa bouche comme une dent pourrie. De la peine sur la langue, à faire sortir ce nouveau nom qui ne lui colle pas à la peau. Le réflexe instinctif, Stain accroché à son cerveau comme s’il avait toujours fait partit de lui depuis le début. Il a renié celui qu’il a été sans peine, délaissant l’Italie et tout ce qui se raccrochait à son ancienne vie sans le moindre problème. Abandonner celui qu’il est devenu depuis est bien plus difficile qu’il ne le pensait de prime abord. C’est se dire adieu, une nouvelle fois, enterrer pour de bon le Hunter et balancer un corps dans la tombe vide qui traîne dans le cimetière du coin. Fumisterie dont l’attrait comique lui laisse un arrière-goût dégueulasse dans la gorge. La trouille de rester coincé dans la peau de ce Silver jusqu’à la fin, avec cette gueule en cerise sur le gâteau de merde fraîchement sortit du four. Le temps d’un souffle, le loup se renfrogne, paniqué à l’idée de rester comme ça. Il ne lui restera que deux options, le suicide, même s’il est certain d’être capable de se rater une énième fois supplémentaire. Ou ranger la peau pour la troquer contre la fourrure. Le loup, épargné par l’horreur, en unique identité et finir par oublier qu’il a un jour été humain. L’idée lui plait, de toute façon tout le monde se fout de sa gueule, et ne plus avoir de compte à rendre à personne est certainement le meilleur aspect de cette retraite anticipée.  

« - Le Little Darlings m’a déjà vu. Je connaissais l’ancienne gérante... » Les mots s’écrasent sur l’éraillé de sa voix, comme si parler le faisait souffrir. Un effort de plus à fournir pour se couler dans la peau d’un autre. L’identité usurpée mais les souvenirs restent, et plus il respire l’air de cette pièce, plus la lame lui transperce le cœur. Anna ne viendra pas. Balayée comme sa présence entre ses murs, remplacée par d’autres pour faire tourner l’affaire. La débauche qui se fout de savoir qui tire les ficelles, du moment qu’elles s’agitent docilement sous le nez de ces clients graveleux. « - J’imagine que c’est toi qui t’occupe le plus de cette affaire…  Comment ça se passe avec les corbeaux ? Graissage de patte en règle pour qu’ils se rincent l’œil et ferment leur gueule ? » La question est rhétorique puisqu’il en connait déjà la réponse, mais il s’en fout, ça fait toujours un moyen de causer. Déjà qu’il n’aimait pas les silences, il les déteste encore plus maintenant.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Ven 4 Nov - 22:46


heavydirtysoul
There's an infestation in my mind's imagination, I hope that they choke on smoke 'cause I'm smoking them out the basement. 'Cause I wasn't the only one who wasn't rushing to sayin' nothing, This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. ••• Sa tentative d’approche était tombée à l’eau. Un peu comme tout ce qu’elle essayait de faire en ce moment à vrai dire. Quoi qu’il en soit, elle ne s’était pas attardée sur ce point. Le plus important était d’introduire Logan à la gestion du Little Darlings. Qu’elle puisse enfin souffler. Ne plus avoir peur qu’on vienne la déranger au milieu de la nuit. Quand elle ne devait pas partir s’occuper de sa partie du business, soit la vente de drogue. Et son frère avait le chic pour foutre un merdier pas possible quand elle n’était pas disponible. Voilà pourquoi l’arrivée de… Gueule cassée allait supposément tout arranger. Au moins, son esprit serait libre quand elle devrait aller refiler ses flacons meurtriers à des inconnus en échange de quelques billets. En priant pour ne pas retomber sur une connaissance. En priant pour ne pas retomber sur Ezra une nouvelle fois. C’était bon, les douleurs physiques, plus l’épuisement mental, elle avait donné pour de nombreuses semaines. Etrangement, elle aurait bien aimé retrouver Grayson. Perdre son énergie vitale était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour réguler ses envies suicidaires et sa souffrance. Un équilibre fragile, où une simple erreur de dose pourrait mener à sa mort.

Elle secoua doucement ses cheveux bruns et reporta son attention sur l’homme maintenant qu’ils étaient dans un bureau à part. Il s’était adossé au mur, un peu plus caché derrière ses vêtements amples. Avait-il honte de lui ? Comme avec Duncan, Solveig était incapable de comprendre cette réaction. Peut-être parce qu’elle s’en foutait depuis longtemps du regard que les gens pouvaient à son sujet. Puis elle était gérante d’un bordel, en plus de vendre de la drogue, sans parler de sa relation presque fusionnelle avec Isak ou de celle étrange avec Niklas. Donc, tout cela devait aider à passer outre ces yeux inquisiteurs et dégoûtés. Et aussi le fait qu’elle avait toujours vécu dans la misère. Une certaine habitude s’était installée, aussi malsaine soit-elle. Enfin, la jeune femme se contenta de l’observer avec son regard toujours aussi vide. De le détailler. La seule chose qui était perturbante était de ne pas pouvoir juger de ses expressions faciales. De ce comportement non-verbal pour savoir s’il mentait ou non. Donc, elle chercherait sur le reste du corps. Même si ça risquait de faire très bizarre et que son frère aurait certainement envie d’arracher la tête de leur co-gérant en le remarquant.

D’ailleurs, Logan était déjà au courant pour elle. Et il avait l’air d’avoir compris que son frère pouvait être… Violent. C’était au moins une chose de moins à expliquer. L’ombre d’un sourire passa sur son visage avant de retourner aux oubliettes. Et elle eut le droit à son nom complet. Bon, voilà une présentation faite dans les normes, et pas seulement au travers de son frère. Après, elle avait un peu de mal avec l’homme face à elle. Pas par rapport à son visage détruit mais par rapport à sa manière de se tenir. Ce n’était pas quelque chose de négatif qui s’accrochait à ses entrailles, bien au contraire, mais c’était quand même étonnant qu’elle se méfie. Après, c’était dans ses gênes. Dans les gênes de sa famille. Et ce fameux Logan allait quand même s’infiltrer dans le business de son frère et elle. Donc, il y avait un très léger pic de jalousie dans son cœur. Très, très, très léger bien sûr. Tandis que son regard détaillait un peu plus l’homme. Comme pour accrocher chaque trait de lui dans son cerveau. Tout en sachant qu’elle ne se souviendrait même pas de la moitié. Futile. Juste futile.

Il connaissait déjà le Little Darlings ? L’ancienne gérante ? Solveig haussa un sourcil et pencha sa tête sur le côté. Là, il l’intriguait fortement. Même si, finalement, elle ne savait rien du rachat. C’était Isak qui s’en était occupé, elle n’aimait pas avoir à faire aux autres. Il ne laissa pas planer le silence très longtemps alors que la suédoise était perdue dans ses pensées, se faisant la remarque qu’elle détestait ça et pourtant c’était elle qui gérait principalement toutes les affaires de la mafia, puisque son frère passait son temps à moitié mort dans un coin. Et elle restait. Malgré les propositions de Niklas pour une vie « meilleure », elle choisissait le jeune homme et restait à ses côtés. A le soutenir alors qu’il n’était même plus capable de la voir face à lui. Alors qu’elle ne devait être qu’une illusion de plus dans son monde alternatif. Heureusement, Logan était là pour la ramener dans le présent ce soir. Donc, ce n’était pas vraiment elle qui était supposée gérer ça mais maintenant, elle avait presque repris… Un soupir quitta ses lèvres tandis qu’elle se frottait les yeux. Bon.

« Tant mieux que vous ayez la tête de l’emploi, il faudra bien ça pour gérer les cas qui se retrouvent parfois ici. »

C’était une petite prévention. Même s’il devait déjà s’en douter. Il n’avait pas été embauché par Isak pour mettre des fleurs dans les cheveux des clients, mais bien pour gérer l’établissement en général. Que Solveig n’ait pas à se retrouver une fois de plus au milieu d’une bagarre ou à gérer un problème de prostitution avec la chef d’une autre mafia. Même si ça restait son business quoi qu’elle en pense.

« En temps normal, c’est Isak mais comme il n’est pas opérationnel tous les jours… J’ai fini par prendre le relais. C’est pour cela que vous êtes ici, pour supporter la charge de travail avec moi tant que mon frère ne sera pas présent tous les soirs dans l’établissement. Sinon, pour les corbeaux, oui, on leur offre les charmes des danseuses gratuitement, voire une compensation financière si nécessaire. Dans les cas les plus extrêmes, une suppression pure et simple peut être envisagée mais ce n’est pas notre façon première de fonctionner. »


Et elle s’en battait les couilles de parler de tuer des représentants dans la loi. A ses yeux, ils étaient rien, comme 99% des habitants de la Nouvelle-Orléans. Ce qui l’intéressait, c’était son frère et ses intérêts. Le reste, ça pouvait dégager. Mourir aussi. Bref, ce n’était pas dans son champ de vision.

« Pourriez-vous me parler un peu de vous ? Je suis curieuse de savoir d’où vous connaissiez ma prédécesseuse. »

Et puis c’était toujours mieux d’avoir des détails sur lui. Voir s’il y avait des incohérences. Si elle pouvait lui accorder une quelconque confiance au-delà de la hiérarchie qui s’imposait. Même si c’était elle qui vouvoyait alors qu’elle était supposément la régente. Hé bien, ça commençait bien tout ça…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Ven 11 Nov - 20:53


La méfiance lui coule dessus avec la même intensité que l’acide qui lui a cramé la gueule. Ca lui fait mal d’être la victime des regards de la petite brune, et de ne pas vraiment pouvoir faire quoi que ce soit pour arranger la situation. Son attitude, sa posture repliée, c’est tout ce qu’il lui reste. Ses seules protections pour ne pas se faire démolir plus qu’il ne l’a déjà été. Et même s’il ne l’avouera pas vraiment, de se tenir face à la petite sœur de cet enfoirée d’Eriksson, ça lui colle des envies de meurtres dans le cerveau. Démolir la cadette, à petit feu pour que l’aîné morfle comme il le mérite. L’idée est plaisante, fait gratter le loup sous la peau mais force l’humain à rester impassible. Il y parviendra, à terme, c’est le seul but qu’il se fixe en entrant dans ce jeu stupide, obéir à ses chers supérieurs pour s’accoquiner avec l’ennemi et l’écrabouiller comme une puce sur le derrière une fois le moment venu. Il reste alors prostré contre son coin de mur, les mains dans les poches de son sweat, et le museau pointé vers le bas, pour éviter d’accrocher la lumière. Elle lui fait mal à la tête, à incendier ses pupilles, ricocher contre son crâne abîmé. Trop de saloperies en ce bas monde, trop de trucs qui le dérangent et lui donnent envie de tout péter. Stain et sa patience légendaire. Faire la conversation, s’enliser dans des mondanités, c’est pas son truc et à choisir il préfèrerait se murger le nez en beauté dans la salle d’à côté plutôt que de signer les papiers qui feront de lui le baby-sitter officiel de la petite Solveig. Parce que frangin est trop occupé à ne rien faire, déserter la maison pour laisser le boulot à la gamine. « - Tu m’étonnes que dans un coin pareil, il y ait des cas… Ca court plus les rues les endroits où il est possible de se rincer l’œil sans se faire démolir. » Le débauché parle en connaissance de cause. Casse-tête chinois que de trouver un endroit tranquille pour se faire plaisir dans cette charmante ville. Il ne dira pas qu’il aime le Gouvernement, il le préfère à la résistance c’est un fait, mais de là à le priver de ses instants de plaisirs honteux, c’est certainement la seule idée de ce cher Président qu’il garde en travers du gosier. Dépravé en puissance chagriné de ne plus pouvoir se vautrer dans l’indécence en toute tranquillité. Même si tout ça, c’était avant qu’il se retrouve avec cette tronche, la libido de l’ado en furie se retrouve plus proche de zéro que du maximum de son compteur. Triste retour de flamme pour le louveteau, reluquer les charmantes demoiselles ne lui sera d’aucun réconfort, il n’en n’a même pas envie de toute manière.

« - Je vois, il refourgue le boulot à sa sœur, c’est pas très sympa en fait comme façon de faire. Ca te gonfle pas, de te retrouver à gérer ce truc toute seule ? J’imagine que t’as d’autres trucs à faire à côté de ça. » Il le lâche dans un haussement d’épaules, un brin désinvolte. Pas que ça l’intéresse vraiment de savoir ce qu’elle pense, mais il fait au mieux pour se montrer civilisé, évite de se la mettre à dos d’entrée de jeu, ce serait dommage. L’ébauche d’un drôle de sourire vient bousiller ses lèvres, l’explication qu’elle donne est celle qu’il connait déjà. Graisser la patte de la milice pour s’assurer la sécurité, et faire disparaître les quelques soldats qui se verraient soudain pris d’un semblant de remords et de bon sens. « - Vous avez pas peur qu’ils finissent par causer à un moment donner malgré les compensations ? Mais une suppression pure et simple, ça me va. » Hochement de tête entendu, le Hunter sous couverture prêt à démolir les siens pour le plaisir de la chose. Un peu de violence dans ce monde de brute, il en a besoin pour passer ses nerfs. Réduire, même un peu, la tension qui lui démolit le corps à longueur de journée. La question qui suit le prend de cours. Stain qui papillonne des cils sous sa capuche, et relève un peu trop brusquement le nez en direction de la brunette. Merde. Il aurait dû la voir venir celle-là, répéter son gros mensonge devant sa glace tous les matins. Manque de bol, il fait la gueule à son miroir. « - Y a pas grand-chose à dire sur moi, mais si tu veux poser des questions, fait toi plaisir. T’as pas besoin de me reluquer comme si j’étais un criminel ou je ne sais quoi, je ferais pas de vague, t’as pas à t’inquiéter pour ça. » Il s’efforce d’injecter de la légèreté dans sa voix, et se détache de son mur avec nonchalance pour parcourir la pièce le temps de quelques pas. Le loup qui tourne dans sa cage et qui vient finalement se poster à côté de la chaise posé de l’autre côté du beau bureau de la propriétaire des lieux. Il ne prend pas la peine de demander l’autorisation que déjà il pose son derrière sur la chaise, se retenant de justesse de mettre les pieds sur le panneau de bois en bon benêt de base.

Stain se mure un moment dans le silence, cogite sur la meilleure façon de résumer sa relation avec l’ancienne gérante. Il aurait dû se taire et garder ce détail pour lui c’est un fait, mais ça lui a échappé. Comme un retour soudain de son autre lui qui vient tout faire capoter. Il se demande même s’il n’en a pas trop dit, mais il doute que la petite brune ira chercher où que ce soit pour trouver des informations sur son prédécesseur. « - On se fréquentait, elle et moi, pour la faire simple. » Le souffle racle sa trachée, s’en extirpe avec peine. Douleur fantôme continuant de bousiller Logan, de la même manière qu’elle bousille Stain. « - Donc dans l’idée, puisque c’est toi qui semble mieux connaître la machine, la charge de boulot de ton frère que je récupère, en gros c’est ? » Il s’en doute à moitié mais préfère avoir l’explication correcte. Savoir dans quoi il met vraiment les pieds, peut-être apprendre quelques trucs intéressant pour son boulot d’infiltré. Savoir aussi s’il pourra gratter le bar sans avoir besoin d’allonger la monnaie, qu’il y ait au moins des avantages dans cette affaire.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Lun 14 Nov - 0:03


heavydirtysoul
There's an infestation in my mind's imagination, I hope that they choke on smoke 'cause I'm smoking them out the basement. 'Cause I wasn't the only one who wasn't rushing to sayin' nothing, This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. ••• Elle avait toujours été ainsi, à se détacher de tout sentiment qui ne concernait pas son frère. Même si les derniers événements lui donnaient tort. D’ailleurs, en y pensant… La jeune femme se rendait compte que la présence de Logan allait compliquer certains aspects de sa vie personnelle, malgré son inexistence. Revoir Niklas allait s’avérer d’autant plus compliqué qu’elle se doutait que l’une des missions de son interlocuteur était de « veiller » sur elle. Et avec Isak, « veiller » allait de « s’assurer qu’elle ne risquait rien » à « lui supprimer toute vie en dehors du Little Darlings et de la mafia ». Etat des faits qu’elle acceptait un peu trop pour son propre bien. Peut-être parce qu’elle avait toujours vécu au travers du prisme de son frère, seule figure bénéfique dans un monde s’écroulant de toute part. Après, il y avait eu Ezra. Les retrouvailles avaient ébranlé tout un pan de ses convictions, remis en cause de nombreuses idées qu’elle avait estimé comme normales. Une fois de plus, voir son propre reflet se brisait à ses pieds avait été un déclencheur bien plus important que n’importe quel autre mot prononcé à son encontre.

Logan reprit la parole, la ramenant dans l’instant présent. Un sourire vide se glissa sur son visage. Elle n’était pas concernée par cette loi pour éviter la prolifération des maisons closes et autres bazars. Même si évidemment, cela l’avait interpelée au début. Pourquoi le Gouvernement ne pouvait pas foutre la paix à sa population ? Pourquoi pensait-il qu’en imposant restrictions sur restrictions, il allait contrôler les petites personnes ? C’était une idée qui lui était été toujours apparu comme stupide, puisque l’Histoire avait montré que les gens avaient tendance à trouver des solutions pour contourner les interdictions. Au prix d’une montée de la violence et des mafias. La preuve en était avec la Niflheim. Elle fonctionnait de mieux en mieux au fur et à mesure que les interdictions s’accumulaient. Et un certain nombre de leurs clients faisait partie du Gouvernement. Les peacekeepers en majorité. Mais quelques ministres ou secrétaires d’état pouvaient poser leurs valises dans le cas. En étant bien surveillés par les serveurs. Comme quoi, cette nouvelle Prohibition n’était souhaitée que par peu. Et aussi, l’identité de la fratrie était connue. Solveig savait qu’elle risquait beaucoup plus que sa vie si elle se faisait attraper. Bon, jusqu’ici, elle était parvenue à s’en sortir, espérons que cela dure encore un peu…

Les questions qu'il posait l'agacèrent un peu. Pour elle, c'était naturel de travailler ici lorsque son frère n'était pas disponibe. Ils avaient toujours fonctionné ainsi. Certes, elle n'était pas des plus à l'aise dans cette situation mais elle avait de la chance de ne pas devoir faire le réapprovisionnement en alcool en prime. Chose à laquelle son interlocuteur ne couperait pas, et qui lui enlevait un poids considérable des épaules. Il n'était plus nécessaire qu'elle se prenne la tête avec comment s'organiser pour éviter de se faire égorger lors d'un échange. Son statut de femme n'aidait pas à gagner la confiance des fournisseurs. D'autant plus qu'elle n'avait pas la prestance et l'autorité naturelle de Marie. Peut-être qu'elle devrait le travailler à l'occasion. Mais comme elle comptait rester dans l'ombre... Peur que l'un d'entre eux parle ? Etait-il sérieux ? Le Little Darlings était un des derniers lieux où l'alcool coulait à flot en même temps que les formes de belles jeunes femmes se déhanchaient sur une musique d'ambiance. Pour l'instant, personne n'avait jamais essayé de les vendre. Peut-être parce que cela leur manquait. Et, personnellement, elle espérait que cela continuerait encore longtemps.

Lui poser des questions... Que pouvait-elle bien lui demander ? C'était avoir une discussion normale. Chose qu'elle n'avait pas faite depuis bien longtemps. La dernière fois, c'était à l'hôpital, quand Ezra avait réussi à la faire sortir de son cocon autodestructeur. Aujourd'hui, ça n'arriverait plus. Enfin, ce serait mieux de chercher à le cerner, d'apprendre à le connaître sur un autre plan que juste cogérant. Surtout qu'elle lui offrait une place particulière au sein de l'établissement. Il ne se considérait peut-être pas comme un criminel mais Solveig restait quelque peu effrayée. L'avenir était toujours incertain. Cet allié d'un jour le resterait-il ? C'était une question en suspens dans son esprit fatigué. La suédoise attendit néanmoins la fin de ses réponses. Elle avait besoin de toutes les informations pour créer un plan B. Elle observa Logan se déplacer, s'installer dans une chaise. Voilà qui était mieux. Solveig, quant à elle, prit position sur le bureau même, du même côté que l'homme. Elle n'aimait pas être assise sur la chaise de son frère. Ce n'était pas sa place. Ils se fréquentaient... ? Elle aurait pu poser plus de questions mais le changement de sujet lui fit comprendre que c'était sensible. Plus ou moins. Alors, la jeune femme se tut. Il ne servait à rien de le mettre mal à l'aise dès le début de leur relation. Il lâcha alors quelques mots sur la charge de travail qu'il récupérait. Ah ça... Il allait s'amuser.

" En effet, c'est l'un des derniers endroits où l'on peut le faire. Et j'ai vu passer pas mal de miliciens au fil des mois, la plupart ont du mal avec cette interdiction. Essayer de parler ne leur serait pas forcément d'une grande utilité... Mais bon, ils sont rapidement portés disparus dans ces cas-là, nous avons des éléments doués pour ça. "


C'était donc une partie dont il n'aura pas à s'occuper. A part donner l'ordre de liquidation. Enfin, encore une fois, ce serait à son appréciation. Isak s'en occupait quand l'envie lui en prenait. Elle laisserait la même liberté à Logan. De toute façon, il n'était pas son frère, elle n'avait pas à la surprotéger. Elle enlaça ses doigts, les serra jusqu'à s'enfoncer les ongles dans la chair. La jeune femme n'aimait pas la situation dans laquelle elle était. A avoir des questions qui se bousculaient sur ses lèvres sans être capable de les poser. Et aussi discuter avec Logan. C'était stressant pour elle. Les relations, quelles qu'elles soient, lui étaient compliquées. Et là, elle avait la charge d'expliquer à la place de son frère ce que le nouveau gérant allait faire. Ce qui lui arracha une nouvelle grimace, tandis qu'elle se recentrait sur la conversation. Tout ira bien...

" Je vis pour notre business. Donc ça ne me dérange pas de m'en occuper. Et je préfère ça à laisser mon frère déclencher une guerre à cause de son manque de diplomatie flagrant. "

Quelques mots, prononcés avec une froideur inouïe venant d'elle. Ses yeux s'étaient rivés sur ses mains, toutes deux enveloppées dans les bandages. Et même ça n'avait pas suffi pour entacher la pression exercée sur ses ongles. Quelques cicatrices de plus ou de moins, ce n'était pas ça qui la gênerait. Elle jeta un regard à l'horloge. La soirée venait à peine de commencer. D'ailleurs, si elle avait le temps après cette conversation, il faudrait qu'elle sorte vendre un peu de marchandise. Cela l'empêcherait de penser à Logan et à se demander si ce n'était pas une erreur. Même s'il donnait l'impression d'être brisé avec ses traits détruits. Cependant, il en fallait plus pour bousculer Solveig. Certes, en temps normal, elle se serait inquiétée mais là... C'était le Little Darlings. C'était ce que son frère avait bâti. La mafia. Le trafic. Et elle ne pouvait décemment pas se permettre de laisser une quelconque gentillesse détruire tout ça.

" Quant à la charge de travail, vous récupérez la gestion entière du Little Darlings. Ca inclut l'approvisionnement en alcool, le recrutement des danseuses, l'autorité sur les serveurs, bien que ce sera un peu compliqué sur ce point-là, les exclusions si nécessaires de clients mais aussi les liens avec les autres chefs, si jamais leur demande a un rapport avec l'établissement. Même si sur cette dernière partie, je peux me charger de beaucoup si nécessaire. "

Elle en demandait peut-être beaucoup vu comme ça. Cependant, elle avait réellement besoin de se décharger de ce qui n'était pas fait pour elle. Evidemment, il se pouvait que Logan ait quelques questions mais elle se doutait qu'il n'hésiterait pas à les poser si tel était le cas. Il le lui faudrait en tout cas puisque Solveig n'irait jamais lui demander s'il avait bien tout compris.

" Vous venez d'où ? "


La question était sortie, naturelle. Alors qu'elle avait à l'esprit la blessure de l'homme. Où s'était-il fait ça ? Comment ? Des interrogations quelque peu envahissantes qu'elle préférait finalement garder pour elle. Pour le moment.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Ven 18 Nov - 20:20


Pas mal de miliciens, il fait certainement partit du lot. Un type en noir au milieu des autres, venu fourrer son nez dans les jolies courbes des danseuses, juste histoire de voir. Et se rendre compte que l’endroit lui semble affreusement lugubre sans son ancienne gérante. Les créatures aussi sublimes soient-elles ne parviennent pas à égaler les charmes de sa cousine. Ce petit truc qui lui titille le cœur dès qu’il posait les yeux sur elle, le bide en feu et le besoin irrépressible d’être à ses côtés. Il y est venu, dans ce trou contenant les plus belles ébauches de vice de la ville, y est resté pour mieux en repartir. Un gouffre sous la peau et une infinie douleur dans la poitrine. Ca le reprend maintenant qu’il se retrouve à nouveau dans cet endroit, la douleur entre les côtes, le cœur qui s’affole sans raison. Le froid sur la peau comme pour lui rappeler qu’il est seul, un louveteau orphelin et totalement paumé sans sa tireuse de ficelles. « - Qui n’aurait pas du mal avec une connerie pareille ? Franchement, ça se saurait si l’être humain était sage et fait pour rester cloitrer dans de la guimauve et de l’aseptisé. » Il racle dans les fonds de pots de sa mauvaise conscience, agite la couche vaseuse de ses vices et se fout par la même occasion, dans le même panier que tous les autres. Hommes d’affaire ou petits bonhommes sans importance, ils sont tous les mêmes. La Prohibition brime toutes les classes, et ressemble à une belle hypocrisie aux yeux du milicien. « - Je vois, autant éviter dans ce cas. Y a déjà assez de bordel dehors, pas la peine d’en rajouter une couche supplémentaire. » Rajoute-t-il, le timbre sans chaleur. Les disparitions dans les rangs, c’est arrivé. Elles ont été étouffées, mais les doutes sont restés. C’est sûrement pour ça qu’on l’envoie ici, et en moins de temps qu’il le faut pour se curer le museau avec le petit doigt, Stain vient de trouver la réponse à une des questions que l’on se pose au-dessus, dans les hautes sphères. La jolie petite brune liquide les gêneurs, dératise son établissement avec classe, le tout sans se salir les mains. Un certain talent, il doit le reconnaître.

Elle lui énonce la charge de travail comme on réciterait le menu interminable d’un resto ultra guindé. Le genre de liste qui fait mal au cul et qui pousse à battre des cils comme une minette amoureuse pour mieux encaisser l’attaque. Il manque de s’étouffer avec sa propre salive, se racle la gorge pour faire passer l’incident comme quelque chose de prévu et joue du derrière sur sa chaise. Stain, soudain peut-être plus blanc que prévu sous la couche abîmée qui lui sert de gueule. Autant dire que face de prune desséchée va se taper tout le boulot. Le milicien sous couverture ne sait pas s’il doit lui rire à la gueule, l’envoyer péter avec le majeur en avant ou rester stoïque. La dernière option est déjà foutue, alors il hésite entre les deux autres. « - Et beh, si on m’avait dit que j’aurais à faire autant de choses… » Il le souffle toujours avec un infime relent de perplexité dans la voix. Mécaniquement, il se gratouille le menton, les ongles grattant contre la peau abîmée lui arrachent une grimace de profond dégoût et reviennent rapidement se poser sur sa cuisse. Perturbé, Stain se redresse encore un peu sur sa chaise, ne sait pas vraiment comment se tenir, comment tourner la chose. L’affaire le dépasse, ce n’était pas ce qui était prévu dans le plan. Il devait postuler pour le rôle de co-gérant de l’affaire, pas comme celui de l’homme à tout faire. Le temps d’une piteuse inspiration, le soldat se sent en danger. Paumé, entre les ordres qu’on lui a donné, et la vérité qui vient de lui être gentiment écraser dans la tronche. Comme le gâteau à la crème, sauf que celui-là a un sale goût. Et ça l’agace fortement. « - Pour tout ce qui est intendance, c’est pas un problème, je devrais réussir à m’en sortir. Recruter des danseuses ? Je pense pas qu’elles voudront se trémousser dans le coin si je les reçois avec ma jolie gueule. Pour le bien de tout le monde, vaudrait mieux pas qu’on se côtoie trop, elles et moi. » Il rajouterait bien qu’il n’a pas non plus la tronche pour s’occuper des autres mafieux mais ravale sa connerie avant qu’elle n’aille trop loin. Ce sera l’occasion rêvé de côtoyer l’ennemi de près, se faire passer pour l’un des leurs pour mieux leur couper l’herbe sous le pied et les entuber en beauté. Rien que pour ça, il se fera un plaisir de sortie sa gueule du dimanche, le sourire d’abrutit qui va avec, et faire face comme il le pourra, aux regards glauques et dégoûtés de ses copains de façade. L’ébauche du même sourire débile sur ses lèvres, le temps d’une inspiration et il disparaît dans un battement de cils.

La question le fait réfléchir. Trop de travail du neurone en peu de temps. Il a pourtant l’impression d’être dans la peau d’un acteur, assez mauvais, qui doit jouer son rôle, réciter un texte du mieux qu’il peut pour être le plus crédible possible. D’où vient-il ? Ezio vient de Rome, d’un autre temps. Stain vient de partout et de nulle part. Importé avec un cirque irlandais, en dernière escale à New York avant que toute sa petite famille de bipèdes ne se fasse assassiner comme des moins que rien et que lui ne retrouve son look d’humain. Logan, lui vient de moins loin. Et étrangement d’un endroit que le loup ne connait pas vraiment. Il a assemblé des morceaux, lus ou entendus, pour se forger une vie plus tranquille que ses deux existences réunis. Le type à qui on ne demande jamais rien, et qui se retrouve malgré lui dans la merde, comme tous les gens normaux de ce foutu pays. « - Canada. » Lâche-t-il finalement, tout en se collant un sourire sur sa tronche ravagée, pour lui plus que pour elle puisqu’il pique du nez en direction du sol. Protection en rappel pour éviter de trop s’exposer aux yeux des autres, et sentir la fourche du diable de sa honte lui piquer le cœur. Tellement superficiel. « - J’ai débarqué à New York un peu avant que tout parte en sucette. Et avec le froid qui s’y est installé, j’ai fait comme tout le monde, j’ai migré. Pas que le froid me dérange, quand on vient du Canada, on connait. Je le préfère à la chaleur cela dit mais bon. » Il hausse une épaule, désinvolte. Point commun entre tous ses lui, l’amour pour la fraîcheur. La faute au loup blanc sûrement. Une certaine nervosité commence à pointer sous la peau du soldat, malaise qui le pousse à porter son attention sur son hôtesse. Malgré lui. Elle l’intrigue, et le changeur commence à comprendre, qu’elle est comme lui. Petit commun aussi plaisant que gênant, et qui pousse le traître en devenir à remuer un peu l’ordre déjà préétabli dans ses méninges pourries.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Féminin
↳ Nombre de messages : 115
↳ Points : 303
↳ Date d'inscription : 31/08/2016
↳ Age : 20
↳ Avatar : Charlotte Wessels
↳ Age du Personnage : 250 en réalité & 27 en apparence
↳ Métier : Trafiquante de médicaments, dealeuse & gérante du Little Darlings
↳ Opinion Politique : Politique ? Ca se mange ?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : Christina Perri ~ Jar of Hearts / Imagine Dragons ~ Bleeding out / Epica ~ In All Consience
↳ Citation : " It is better to have faith in something than none at all "
↳ Multicomptes : Ambre M. Del Nero & Orfeo F. Rencazzi
↳ Couleur RP : MidnightBlue



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Ven 25 Nov - 17:24


heavydirtysoul
There's an infestation in my mind's imagination, I hope that they choke on smoke 'cause I'm smoking them out the basement. 'Cause I wasn't the only one who wasn't rushing to sayin' nothing, This doesn't mean I lost my dream, It's just right now I got a really crazy mind to clean. ••• Elle avait laissé couler les responsabilités qu’il allait avoir, puis la question, comme si de rien n’était. Quelques mots dont elle se détachait, dans lesquels elle ne mettait aucune émotion. A y penser, leur discussion se résumait à ça. Un simple échange de paroles, sans la moindre réaction. Logan était aussi froid qu’elle, chose qui ne la dérangeait pas forcément. La jeune femme ne voulait pas développer un quelconque lien avec l’homme. Déjà parce que cela pourrait créer des frictions avec son frère. Certes, dans un premier temps, c’était lui qui avait cherché un co-gérant pour que Solveig n’ait plus à être en contact avec la violence qui régnait en maître ici. Cependant, c’était Isak. Drogué, imprévisible, brutal. Il pourrait décider du jour au lendemain que Logan était devenu trop dangereux pour elle et donc l’éliminer. Sa colère le menait assez souvent à ce genre de conneries. Il l’avait déjà par le passé avec un nouveau serveur qui avait osé poser son regard un peu trop longtemps sur sa silhouette. Oui, juste ça. Et la suédoise n’avait rien pu faire pour l’arrêter. De toute façon, avec ce qui lui brouillait l’esprit, aucun mot ne serait assez puissant pour le faire relativiser. Son interlocuteur s’en rendrait compte rapidement. Et il avait l’air capable de se défendre suffisamment pour remettre Isak à sa place.

En effet, les dirigeants avaient oublié la nature-même d’un être humain. Il était fait de raison et de sentiments, de chair et de sang, et avait besoin de violence, de ressenti, de vie tout simplement. L’obliger à se ranger, à se faire prêtre, voilà qui ne convenait pas à tous. En réalité, elle, ça ne la dérangeait pas. Elle n’avait pas besoin d’alcool, de drogue ou de devoir coucher à droite et à gauche. Parce qu’elle ne serait jamais pleinement en vie. Même avec tout ça, elle ne se sentirait jamais en vie. Cependant, son frère en avait besoin lui. C’était la seule chose qui l’avait poussée à s’enfoncer jusqu’au cou dans ce bordel. Au point que si quelqu’un apprenait qu’elle était liée au trafic, elle deviendrait une cible à abattre. Alors que jusqu’ici, Isak avait pris toutes les responsabilités. Et que le Gouvernement l’avait cru. Ce qui lui permettait à elle de pouvoir sortir sans risquer sa peau. Invisible aux yeux du monde… C’était appréciable. Enfin, ceux qui traquaient la Niflheim avaient surtout été très cons de croire qu’un drogué comme son aîné pouvait tout gérer seul, sans jamais se faire attraper. Heureusement après.

« Exactement. Ce n’est pas la peine d’attirer encore plus les soupçons. Et je ne suis pas dans la tête des dirigeants, je n’ai aucune idée de ce qu’ils attendaient d’une telle mesure. A part obtenir de nouveaux prisonniers à mettre dans l’arène… »


Sa voix avait diminué à cette mention. La jeune femme avait toujours été effrayée par ces condamnations à mort. L’une des raisons pour laquelle elle appréciait d’autant plus de n’être qu’une inconnue aux yeux des traqueurs. Même si elle avait le même nom que son frère, elle n’était qu’une citoyenne parmi tant d’autres, sans lien avec son business. Solveig déglutit difficilement, secoua la tête, tentant de reprendre ses esprits. Ce n’était pas une bonne chose de penser aux horreurs, alors même que certains étaient en train de se battre pour leur survie, désignés par le Gouvernement pour… Elle n’avait même pas compris pourquoi, à part pour le voyeurisme macabre des élites. Il la sortit de ses pensées affolantes et la suédoise laissa un léger rire la secouer à ses paroles. Une lueur d’amusement s’accrocha à ses iris dorées, pour mieux disparaître dans la demi-seconde qui suivit. Elle laissait assez peu ce genre de sentiments de sentiments transparaître mais ce coup-ci, elle n’avait eu le temps de tout contrôler, la tête de l’homme face à elle étant juste magistrale. Evidemment qu’il y avait du boulot…

« Parce que les gens ont tendance à penser que tout se règle d’un claquement de doigt, ou d’un poing dans la gueule de son interlocuteur. Malheureusement, il y a beaucoup plus de données à prendre en compte pour gérer un tel établissement… »

Quelques phrases juste pour mettre au clair. Après, Isak aurait pu lui en parler un peu lors des entretiens. S’il n’était pas à moitié mort. C’était le problème avec son frère. Il était supposé gérer l’établissement mais finalement, il s’occupait surtout de donner des ordres à ses hommes. Et d’aller taper sur ceux qui osaient lui résister. Donc, d’un côté, ça ne l’étonnait pas que Logan soit sur le cul à cause de la charge de travail que son boulot allait impliquer. Heureusement qu’elle lui en parlait maintenant alors. Qu’ils se répartissent la tâche correctement. Entre ce qu’il pourrait faire et ce qu’il ne pourrait pas faire. Evidemment, elle avait énuméré mais s’était doutée que certaines tâches seraient quelque peu… Compromises avec Logan. Et il ne tarda pas à mettre le doigt sur l’une d’entre elles. Les danseuses… Bon, pour l’instant, il n’y avait pas de problèmes, l’établissement avait atteint son nombre de places disponibles pour elles. C’était juste au cas où ils devaient faire face à une situation extrême. Sinon, elle se chargerait de dénicher les petites perles. Bien qu’elle ne soit pas forcément attirée par les femmes donc ça pourrait être compliqué de savoir si elles plairaient ou non à ses clients…

« Ce n’est pas faux… Dans tous les cas, nous n’en avons pas besoin pour l’instant, il est donc inutile de s’en inquiéter. Aussi, pour les rencontres avec les autres chefs, ce sera plus de l’accompagnement. Pour apporter du crédit puisqu’ils préfèrent faire face à un homme plutôt qu’à une femme. Et que je préfère ne pas compter sur mon frère. »

Histoire d’éviter une guerre, il valait mieux pour tout le monde qu’Isak ne participe pas à tout. Puis bon, plus personne ne voulait de lui aussi. Il s’était mis tellement de personnes à dos que Solveig s’étonnait parfois qu’il arrive encore à mettre un pied dehors sans que quelqu’un ne tente de le descendre. C’était peut-être violent mais c’était la réalité. Bien qu’elle préfère le voir vivant que mort. La suédoise laissa le silence s’installer alors que Logan réfléchissait à une réponse. C’était pourtant une question assez gentillette. Ou alors il avait aussi un problème avec son passé, et elle était la meilleure pour s’interroger sur les sujets qui fâchaient. Jusqu’à ce qui lâche enfin un pays. Le Canada… Elle en avait vaguement entendu parlé en récupérant forme humaine mais ne s’y était jamais réellement intéressée. Bon, en réalité, elle ne s’intéressait pas à grand-chose, en dehors de son frère…. La jeune femme ne répondit pas tout de suite, attendant qu’il poursuive. Non pas qu’elle avait envie d’en savoir plus mais… En fait si, un peu. Pour le cerner, pour savoir jusqu’à quel point elle pourrait lui accorder sa confiance. Sans atteindre le seuil maximal bien évidemment.

« Je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller mais ça avait l’air d’être un beau pays. Est-ce qu’il vous manque ? A part le froid que vous préférez à la température ambiante de la Nouvelle-Orléans… »


Et sur ce point, la jeune femme pouvait le comprendre, elle-même venant d’un pays nordique mais en Europe. Même si elle ne le lui dirait pas forcément sur le ton de la conversation. Ses yeux s’étaient ancrés dans le sol, détaillant le parquet rayé avec attention. Comme pour se soustraire de la situation. Et du regard de plus en plus insistant de Logan sur elle, qui la poussa à se tendre. Elle n’aimait pas qu’on la fixe de cette façon. Solveig finit par relever ses iris dorées, les heurta à celles de l’homme. Sans émotion. Juste une certaine irritation. Qui l’obligea à ouvrir sa bouche et demander :

« Y a-t-il un problème ? »


Quelques mots presque tremblants. Décidément, elle avait toujours autant de mal à contrôler sa nervosité…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________

Hey Don't you remember me ?

What follows those living in the light is nothing but the profound, empty darkness born from the shadow that grows longer as they approach the brilliant radiance. To truly see, your eyes must be open to both light and dark. Don't you agree, my dear child? | © Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 9021
↳ Points : 475
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Heavydirtysoul (.solvy)   Hier à 19:53


Elle ne l’aide pas vraiment, la brune. Les phrases s’extirpent de sa jolie bouche au compte-goutte, comme si elle refusait d’en dire trop à un type qu’elle ne connait pas. Dans un sens, elle a raison de se montrer méfiante, lui ferait de même s’il était à sa place, à devoir se trouver face à une drôle de gueule comme la sienne. Son frangin lui a peut-être dit de ne pas trop en raconter, de rester méfiante face à ce nouveau venu. Et le milicien ne peut pas lui en vouloir, même si ça l’agace de se rendre compte qu’il va devoir faire preuve d’un semblant de finesse et de jugeote pour obtenir ce qu’il veut du duo, un autre morceau de merde qui vient se poser sur le tas grandissant dans sa tête, toutes les difficultés auxquelles il va devoir faire face. Maintenant qu’il s’en rend compte, il se demande encore pourquoi il a accepté de se fourrer dans une histoire pareille, pour une foutue vengeance qui ne lui apportera qu’une infime satisfaction le jour où il aura le sang de  l’abrutit responsable de sa sale gueule sur les mains. Ca ne lui rendra pas son joli minois c’est un fait, il le sait, mais d’une certaine manière il se dit que ça lui soulagera les nerfs. A défaut de pouvoir démolir les crétins subalternes, autant s’en prendre au premier responsable. On lui a dit qu’il ne devait pas leur nuire, physiquement du moins, qu’il devait attendre, ne rien faire seul. Parce que c’est toujours plus intéressant de causer avant d’éliminer la vermine, de l’envoyer dans l’arène pour faire le show. Stain le sait, cette fois aussi, il en aura rien à foutre des ordres. Comme pour sa cousine, il va tout faire de travers, regarder crever le merdeux avec un plaisir malsain et se tirer en sifflotant une fois le méfait accompli. Laissant derrière lui une petite sœur éplorée, et un carnage de plus à son actif. Il écoute d’une seule oreille, plus vraiment présent dans le bureau, absorbé dans ses pensées folles. Les coups dans le pif, c’est pourtant la meilleure chose pour régler les problèmes d’après lui. Ou dans les couilles, suivant la zone posant des problèmes. Le remède qui aurait presque pu être efficace sur lui aussi avant que ses instincts d’ado en furie se retrouvent réduit à zéro. Le soin beauté à l’acide, plus efficace encore que toutes les cures de désintox du monde.

Rassuré le temps d’un petit battement de cœur, dispensé de devoir auprès des jolies demoiselles se trémoussant dans la pièce d’à côté. Quelques mois en arrière, il se serait fait arracher les yeux pour avoir seulement eu l’idée de les regarder, ces créatures enjôleuses pour qui il devient facile de se damner. Lui qui crevait d’envie que pour une seule, juste incapable de résister à la tentation quand sa plus belle faute se trouvait dans l’une des pièces dominant la scène du vice. Sa cousine en reine des lieux, il n’y a rien à faire, il ne parvient pas à oublier. Continue de croire que Sa présence n’était pas une illusion, que le claquement de ses talons finira par résonner derrière la porte close du bureau de la petite brune. En errant dans les couloirs, il finira par pousser une porte derrière laquelle elle se tiendra. L’illusion le berce, fait s’accélérer son cœur avant qu’il ne se serre de douleur, l’organe piteux bien ancré dans la réalité, pour son plus grand malheur. Ca se lit sur sa face abîmée, la déception folle, le désespoir et la douleur fracassante. Cette peine affolante qui le ronge dès qu’il y pense un peu trop, la gangrène dans sa tête, elle grignote joyeusement les restants de bon sens. Pourrit l’ensemble déjà bien dégueulasse pour n’en laisser qu’un champ de décomposition et des vagues d’ombres contre son âme damnée. Le loup se racle la gorge, se remet en place sur sa chaise, plusieurs fois de suite comme si elle était soudain devenu affreusement inconfortable. « - Je ferais au mieux pour avoir l’air présentable. Et pour donner envies aux "collègues" de se montrer sympathiques. Je ne sais pas si je serais plus efficace que ton frère cela dit. » Les relations publiques n’ont jamais été sont forts, ça ne risque pas de changer maintenant. Sa voix s’est fracassée dans sa trachée, éraillée par le flot dérangeant de ses pensées plus qu’il ne l’aurait cru. Il lui faut un moment pour comprendre de quoi elle parle. Stain qui doit se replonger dans la peau de Logan pour ne pas le sentir s’échapper sous ses doigts. Il hausse alors les épaules, de la désinvolture dans l’attitude.

« - Pas vraiment. J’avais plus d’attaches là-bas, changer d’air, ça fait du bien des fois. Les grands espaces me manquent aussi, tout est trop étriqué par ici. » Le fauve s’exprime, lui rappelle qu’il est encore là. Bien vivant, avide de grand air. C’est certainement la seule silhouette qu’il supporte encore, l’animal exempt de dommages, préservé dans sa pureté et cette beauté fauve. Sa plus belle part de lui-même, qui se fout de sa gueule dès qu’il change de peau. Elle le fixe, de l’irritation dans ses pupilles. Elle ne semble pas savoir, constat qui lui fait hausser un sourcil, intrigué. Stain se penche légèrement sur sa chaise comme si ce simple geste allait lui permettre de percer à jouer la brunette. Du "regarde, je suis comme toi" dans le geste, la similitude qui les rapprocheraient peut-être si elle venait à s’en rendre compte. Sauf si c’est un chat, là je la bouffe d’office. « -Aucun. Je me demandais juste… Eriksson, ça fait pas du coin. Plus au nord ou un truc du genre non ? » Pareil pour le nom de la mafia, avec une sonorité pareille, ça doit bien venir du grand froid, ces pays congelés où son loup aurait pu se rouler dans la neige à en pisser de la glace. « - Et arrête avec ton "vous", j’ai l’impression d’être un vieux ou quelqu’un d’important. On va bosser ensemble non ? Ou je suis en période d’essai et c’est ta manière de me le faire savoir ? » Souffle-t-il, de l’amusement dans la voix. La connerie qui s’échappe sans qu’il ne prenne le temps d’y réfléchir. L’instinct du con, toujours là, fidèle au poste

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-
 

Heavydirtysoul (.solvy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Little Darlings-