AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A cacophony of awe and joy and terror. [Sibylle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 896
↳ Points : 167
↳ Date d'inscription : 15/03/2016
↳ Age : 22
↳ Avatar : Ezra Miller
↳ Age du Personnage : 215 ans & 23 ans.
↳ Métier : Danseur au Masquerade, professeur particulier et escort boy occasionnel.
↳ Opinion Politique : Pour la rébellion, n'en déplaise à son esprit chaotique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3
↳ Playlist : Noir Désir - Le vent nous portera | Queen - Bohemian Rhapsody | Les Ogres de Barback - Le monde est dans ma poche | Lana del Rey - Summertime Sadness | Capital Cities - Safe and Sound | The Animals - The House of the Rising Sun
↳ Citation : "Ses secrets partout qu'il expose. Ce sont des oiseaux déguisés."
↳ Multicomptes : Mikkel G. Ievseï
↳ Couleur RP : darkseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Nekomata
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: A cacophony of awe and joy and terror. [Sibylle]   Lun 24 Oct - 17:31


« Activity and non-activity, cruelty and indifference. »



Sibylle & Tristan
featuring

Le vent emportait les tourments de Tristan, comme il chassait les feuilles jaunes qui jonchaient les trottoirs. Naguère, l'automne était toujours doux à la Nouvelle-Orléans, ses citoyens appréciaient sa clémence après les chaleurs si lourdes et humides de l'été. Mais depuis récemment, des bouleversements météorologiques soumettaient la population à des chutes de températures aussi imprévisibles qu'effroyables. Aussi, ce soir, un amoncellement de nuages noirs chargeait le ciel d'une noirceur funeste et morose. Les façades luxueuses de ce riche quartier semblaient pourtant narguer la mélancolie ambiante, quand ses habitants osaient décorer leurs seuils de citrouilles grimaçantes. Le Masquerade, étincelant cabaret en vogue de cet élégant quartier, n'échappait pas à la règle. Il s'était en effet également plongé dans l'ambiance d'Halloween et proposait, durant toute cette période, des spectacles en rapport avec le thème de l'horreur. Si les décorations demeuraient sobres, laissant à la grande salle cette aura chaleureuse dans ses teintes rouges et noires, tous les membres du personnel étaient déguisés et grimés.

Tout comme ses collègues, Tristan avait endossé une tenue de circonstance, en l’occurrence celle d'un spectre pâle revêtu de longs oripeaux déchirés. Cet accoutrement avait l'avantage de dissimuler les bandages qu'il portait encore, suite à sa participation aux récents Hunter's Seasons. Show must go on. Il avait réintégré son travail sans prendre de pause, se vidant intégralement l'esprit et le cœur à force d’entraînements acharnés. Comme à l'ordinaire, il s'était montré d'un professionnalisme impeccable, négligeant ses blessures pour reprendre les répétitions jusqu'à la maîtrise parfaite de chaque enchaînement. Ainsi, il avait effectué sa prestation sous les regards esbaudis des spectateurs, terminant dans un triple salto sous une salve d'applaudissements.

Il disposait à présent d'un temps de pause qu'il mettait en général à profit pour aller saluer les clients du Masquerade dont il connaissait certains habitués. La réputation de l'établissement reposait en grande partie sur la chaleur de son accueil et l'empressement du personnel à offrir aux clients la plus agréable des soirées. Tristan respectait bien-sûr cette politique de sociabilité et de politesse. Toutefois ses motivations allaient un peu plus loin puisqu'elles lui permettaient parfois de se trouver des clients pour des cours de danse privés. Il en profitait ainsi également pour espionner les membres du gouvernement qui se rendaient bien souvent au sein d'établissements sélects comme celui-ci. Lutter auprès des résistants contre le gouvernement tyrannique était son seul mobile. Ainsi, il s'avança au grès des tables, offrant des signes de tête aux uns et quelques mots de salutations courtoises aux autres. Tout à coup, son regard cerclé de noir s'arrêta sur la silhouette d'une dame, installée quelque tables plus loin. Les yeux en amande de Tristan s'étirèrent légèrement dans un sourire spectral. Ce personnage qu'il venait de reconnaître semblait resurgir du royaume des morts et, s'il cru pendant quelques instants que son imagination lui jouait des tours, cette apparition ne se fondit pourtant pas dans le néant.

Tristan s'approcha, de sa démarche posée, sans quitter cette dame des yeux, effleurant du regard sa chevelure blonde jusqu'à ce qu'enfin, elle retourne son visage vers lui. Il cilla légèrement alors que cette fois, plus l'ombre d'un doute n'était permis sur l'identité de cette cliente charismatique : Sibylle Milligan, figure importante du gouvernement et mère de Vaas, présumée décédée. L'expression de Tristan ne s'habilla d'aucune émotion en particulier, sans qu'il n'ait réellement à faire d'effort pour cela. Il se sentait en vérité si vide que son raisonnement n'était entaché d'aucun sentiment parasite, au point d'envisager froidement et rapidement les bénéfices à tirer de cette rencontre inattendue. Dans un premier temps, il s'avança vers elle pour incliner poliment la tête, la saluant comme il avait l'usage de le faire avec tous les clients. Restant debout devant elle, il l'aborda de sa voix pondérée, agrémentée de l'accent de la Louisiane. « Bonsoir madame Milligan, c'est un plaisir de vous recevoir dans notre cabaret ce soir. J'espère que vous passez une agréable soirée .» Il prononça son nom naturellement, par respect pour sa notoriété mais sans plus de déférence que nécessaire. Tristan avait toujours distingué la politesse qui faisait partie de ses habitudes, de la vile flagornerie que personnellement, il méprisait.

Sibylle était seule à sa table mais évidemment, aucun gentleman digne de ce nom ne s'y serait imposé sans son consentement. Le regard de Tristan effleura son verre vide, délaissé devant elle - une boisson non alcoolisée bien entendu, ainsi qu'il était désormais de règle au sein du Masquerade. « L'ambiance est particulière ce soir, tout le monde n’apprécie pas cette mise en valeur du lugubre. Néanmoins, j'aimerais beaucoup connaître votre avis personnel sur le spectacle de ce soir. Peut-être me permettrez vous de vous offrir un verre ? » La perspective d'une discussion avec cette personnalité inspirait à Tristan un intérêt certain. Non seulement en raison du charme qui se dégageait de cette femme, en dépit de son âge, et qu'il ne manquait pas d'apprécier. Mais surtout en raison d'une curiosité qui dépassait l'avis de Sibylle sur le spectacle… Car derrière son statut de Juge, Tristan ne pouvait faire autrement que de la voir comme une mère surgie d'outre tombe, un gouffre de danger probable au fond duquel l'un de ses alliés pourrait sombrer. Ainsi, il se présenta sans tarder, lui offrant son nom. « Tristan Bellamy. »



_________________
Sur des escaliers de brume

On ne m'a donné ni arme ni larmes à mes yeux, Que ce cheval d'acier noir et ce corps sans visage. J'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux. L'éternité c'est long quand on marche sans cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3412-tristan-k-bellam
 

A cacophony of awe and joy and terror. [Sibylle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [PUB]DEAD SPACE 3 – Take Down the Terror
» stop cry team pour urban terror
» Sibylle est là ;)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-