AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 (F) Sofia Boutella - No, the moth don't care if the flame is real

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: (F) Sofia Boutella - No, the moth don't care if the flame is real    Lun 21 Nov - 15:26



 
« I'm feeling dead but I like it, yeah »


 
prise ;• libre; réservée

 
Djamila "Dita" Singh

 
© tumblr
38 ans réels & 29 ans en apparence━ Skinchanger
ft Sofia Boutella ━ négociable

 
 
↳ Lieu de naissance :
El Paso, USA
 
↳ Forme animale :
Une colombe blanche
 
↳ Métier:
Au choix, de préférence un métier qui l'empêche d'assumer directement ses convictions (au Gouvernement, la Milice ou dans le système judiciaire, par exemple ?)
 
↳ Particularités :
▬Elle souffre d'un profond complexe d'abandon. Trimballée de droite à gauche toute sa vie, elle n'a jamais connu de relation profonde, et n'a jamais pu rester proche bien longtemps des personnes auxquelles elle a pu s'attacher. Une affliction qui a nettement empiré et l'a profondément marquée depuis que son sorcier l'a rejetée, et a disparu complètement de sa vie.

▬Elle mène deux vies radicalement opposées depuis 2013. La première, la publique, qu'elle travaille soigneusement pour éviter que qui que ce soit se pose de questions sur ses vraies intentions. La seconde, sa vie de colombe, qu'elle passe aux côtés de Lazlo Andersen, le Résistant qu'elle a décidé d'adopter sous sa forme animale. Une dualité qu'elle entretient dans ses deux extrêmes, et qui lui correspond parfaitement.

▬Elle n'éprouve aucune culpabilité à passer le plus gros de sa vie aux côtés de son Oiseleur, à lui voler de la nourriture ou à dormir sur son canapé une fois qu'il est parti se coucher. S'il lui arrive de l'abandonner pour de longues périodes pour vivre sa propre vie, elle revient toujours. Une manière comme une autre de compenser ce manque constant d'affection qu'elle éprouve. Mais elle ne s'est jamais révélée à lui sous sa forme humaine, de peur que lui aussi la repousse.
 
↳ Avis sur le Gouvernement :
Elle est profondément contre le Gouvernement, mais ne peut pas prendre d'action directe à cause de son métier. Alors elle participe aussi activement comme elle peut sous sa couverture animale, pour aider la Résistance à le faire tomber une bonne fois pour toutes, sans jamais révéler son visage.
© facelibraryrpg

 
athlétique ☦ farouche ☦ déterminée ☦ voyeuse ☦ téméraire ☦ lâche dès qu'on en vient aux relations humaines ☦ chaleureuse ☦ sans gêne ☦ profondément reconnaissante ☦ mais constamment terrifiée à l'idée d'être abandonnée ☦



 
la vie c'est comme une boite de chocolat


♦   Les parents de Djamila se sont rencontrés en Algérie. Sa mère, Mohinder, une danseuse Indienne en tournée avec la troupe familiale, fit la rencontre un beau jour d'un imprésario local, Djibril. Un coup de foudre immédiat, et bien mal vu par la famille Singh, qui avait prévu de rentrer au pays pour célébrer les noces de leur fille avec un riche héritier. Sans rien demander à personne, les deux amants décidèrent de prendre la clé des champs et s'enfuirent à El Paso, où une partie de la famille de Djibril s'était exilée au cours de la Guerre d'Algérie. La grâce de Mohinder associée au flair de Djibril pour dégotter des contrats, ils réussirent rapidement à trouver leur place sur la scène Américaine. Un compromis qui leur correspondait à tous les deux.

♦   Djamila nait en 1978, et ses parents décident de lui donner le nom de famille de Mohinder pour faciliter ses chances d'intégration. Incapables de rester en place bien longtemps, ses parents reprennent les tournées. Enroulée dans les saris chatoyants de sa mère, l'enfant est éduquée par son père et et le reste de la troupe de danse qu'ils ont intégrée. La vie est relativement douce, malgré la discrimination contre leur peau brune et l'accent marqué de chacun de ses parents.

♦   En 1990, ils rejoignent une troupe d'artistes réputés. La petite Djamila, 12 ans, s'émerveille des prouesses de David Copperfield, qui fait ses premiers grandes apparitions à la télévision. Bercée par ce monde un peu surréel, initiée aux danses traditionnelles Indiennes et Algériennes, elle ne dit rien à ses parents et commence un entraînement d'acrobate.

♦   A ses 17 ans, Djamila découvre les premiers frissons des représentations. Leur troupe s'est disloquée quelques années plus tôt, et la famille en a étrennées trois autres avant qu'ils ne puissent se poser une nouvelle fois. Toute vêtue de blanc, des plumes attachées à ses épaulettes, elle saute gracieusement de trapèze en trapèze sous les murmures ébahis du public. Lorsqu'elle rejoint les coulisses, elle est accueillie par les sirènes des ambulances. Sa mère, ne supportant plus les discriminations, le poids de leur vie décousue, et les imprécations de sa famille de revenir au pays, s'est suicidée. Djamila voit son père pleurer pour la première fois. Les plumes blanches sur ses épaulettes caressent ses joues alors que le corps de sa mère est glissé dans l'ambulance, rassurantes. Et la jeune fille de se renfermer sur elle-même.

♦   Djibril et Djamila se serrent les coudes, décident de se poser, un temps, pour se remettre. Ils élisent domicile à El Paso, près de la famille de son père, mais l'un comme l'autre ne supportent pas l'illusion d'une vie rangée. D'un commun accord, en 1998, ils reprennent la route. Un magicien en pleine ascension a fait un appel pour une assistante et un imprésario, dans le Missouri. Le père et la fille sont engagés immédiatement. Et retrouvent le sourire sur les planches de petits théâtres, là où est leur place.

♦   Le magicien n'explique jamais ses tours à son assistante, et est capable de prouesses inimaginables. Au point de détrôner facilement David Copperfield lui-même. Le soir de ses 21 ans, Djamila apprend qu'il est sorcier. Il lui propose de lui faire un cadeau, dans l'intérêt de leurs tours. Elle accepte aussitôt. Ce même soir, elle est transformée en colombe. Une déception si amère s'affiche sur les traits du sorcier à cette révélation qu'elle hante toujours la jeune femme, même maintenant. Honteuse, elle n'avouera sa transformation à son père qu'un an plus tard. Djibril s'éloigne d'elle, ne sachant comment réagir à une telle révélation. Rejetée par les personnes les plus influentes de sa vie, Djamila se cache derrière son sourire, sur scène. Leur vie d'avant lui manque, sa mère lui manque et elle considère s'enfuir, mais ne le fera pas, par amour pour son père.

♦   En 2001, deux attentats blessent profondément le pays. En tournée au Texas, le père et la fille sont stigmatisés à cause de leurs origines. Après une représentation où la jeune femme s'est transformée en colombe toute la soirée pour assister son sorcier qui ne l'utilise plus que pour ça, Djibril est introuvable. Les forces de police leur rient au nez. Et le cadavre de Djibril n'est retrouvé qu'une semaine après sa disparition dans un cours d'eau, tabassé à mort. Délit de faciès, disent les policiers. Djamila est effondrée.

♦   2007. Un nouvel imprésario a remplacé Djibril, un homme avec des "connexions". Une crapule qui fréquente les mauvaises personnes, si bien que le magicien doit s'associer avec un gang New Yorkais pour financer ses spectacles. Djamila, elle, passe de plus en plus de temps dans les airs, sous forme de colombe, pour se vider l'esprit. Jusqu'au jour où elle ressent une profonde déchirure dans tout son être, et est incapable de redevenir humaine. Voletant aux alentours de la troupe, la colombe observe froidement les membres du gang emporter le corps de son sorcier dans une voiture aux vitres teintées, probablement pour le jeter au fin fond d'une fosse pour ne pas avoir su honorer ses dettes.

~~~¤~~~

♦   En 2012, avec l'ouverture des portes de Darkness Falls, Djamila retrouve forme humaine. Elle a vécu 5 ans dans les airs, loin des hommes, loin de se douter qu'il s'agit de la fin du monde. Ses ailes l'ont portée à travers toute l'Amérique, et elle n'a pu qu'observer distraitement l'Humanité, se lovant dans son insouciance animale. En vol au moment de l'ouverture des portes, elle fait une chute d'une bonne dizaine de mètres, aux alentours de Brooklyn. "La Femme Tombée du Ciel", l'appellent affectueusement les personnes qui la recueillent et pansent ses plaies.

♦   Remise de ses blessures, elle se plonge dans une étude approfondie du monde tel qu'il est maintenant, en compagnie de ses sauveurs. Ce cocon familial doux et sain, malgré la merde ambiante, lui pèse horriblement tant elle se sent captive. Par chance ou malchance, un attentat renverse le Gouvernement. La deuxième ouverture des portes, un concept qui la dépasse, provoque une vague de cataclysmes tout autour de leur petit monde. Ses sauveurs décident de rester à New York pour aider les âmes en peine. Djamila, elle, vole tous les vivres qu'elle peut trouver et suit les migrants vers la Nouvelle Orléans.

♦   L'Enfer lui offre la chance de se reconstruire, une seconde fois. Rusée, l'Oiselle réussit à trouver un poste influent, dans tout le chaos provoqué par la Fin du Monde. Mais ce n'est finalement rien d'autre qu'une nouvelle cage, dont elle s'évade autant de fois qu'elle le peut, en se transformant en colombe.

♦   2013. Elle a fait sa place, et elle la déteste profondément. La nuit est propice aux longs vols planés dans les ciels de la Nouvelle Orléans. Régulièrement, elle suit de loin les petits groupes de personnes, se demandant ce que ça ferait d'être entourée de la sorte. Jusqu'à ce qu'un soir, elle entende le bruit d'une explosion. Le souffle déstabilise son vol, les débris s'écrasent sur ses ailes, brisent ses os. Elle tombe à terre, sonnée, devant une paire de rangers couvertes de poussière. Deux mains humaines s'enroulent autour de son corps alors qu'elle tente de se débattre. Deux mains douces, délicates, qui pressent son dos pour la pousser à déployer ses ailes. Ses yeux affolés croisent le regard le plus doux, le plus rassurant qu'elle n'ait jamais vu.
 

 

 
les copains d'abord

   
↳ Lazlo J. Andersen ;
ft Tom Payne
 Il est son Oiseleur. Son sauveur. Son meilleur ami, sans même qu'il ne soit au courant. Il est son maître, son logeur, sa victime, aussi, un peu. Mais il aime ça, elle en est persuadée. Blessée par une bombe qu'il a posée, il l'a ramenée dans sa Volière pour la soigner. Mais ce n'est pas que son corps qu'il a pansé, c'est aussi, partiellement, son cœur.
Ignorant complètement sa nature humaine, l'Eleveur nommé Lazlo l'a rebaptisée du nom de sa sœur décédée. Dita. Un prénom pur, doux, que Djamila aime autant que cet homme qui le prononce. Parce qu'il est le premier à la considérer comme une personne à part entière, alors même que tout ce qu'il connait d'elle est son apparence de colombe. Et elle lui est incroyablement reconnaissante pour lui avoir appris à redécouvrir les couleurs de la vie, malgré le Chaos Ambiant.
Elle s'est improvisée sa gardienne, sa meilleure amie, sa confidente. Celle qui glisse son bec dans ses cheveux quand il se sent mal, celle qui montre la voie aux autres pigeons. Celle qui délivre les messages les plus importants. Celle qui surveille sa vie par intermittence, même quand il se croit seul avec d'autres personnes. Par reconnaissance, par possessivité, peut-être. Elle n'envisage pas la vie de Lazlo sans sa présence à ses côtés, même si la vie décousue, auto-destructrice du garçon lui donne envie de bondir. Et s'il lui dit souvent la trouver très humaine, comme bête, elle se refuse de lui dévoiler sa vraie nature.
Pourtant, il faudra bien qu'elle le fasse, un jour.
   
↳ La Résistance ;

   Ils sont ces inconnus aux visages familiers qui peuplent sa vie. Ils sont cette masse grouillante qui se retrouvent dans des pièces sombres, ils sont ces dizaines de paire de mains qui effleurent ses pattes pour récolter tous les messages qu'elle leur apporte. Ils sont ces êtres qui se battent à sa place pour un monde meilleur, et qu'elle soutient de tout son coeur. Ils sont ces nombreux visages qu'elle a croisés et dont elle se souvient, gravés dans la mémoire de la colombe, qu'il lui arrive de croiser sous forme humaine sans savoir précisément qui ils sont. Ils sont des fractions de vie qu'elle interrompt d'un claquement d'ailes, mais qui, tous ensemble, constituent cet idéal pour lequel elle aussi se bat activement. Mais ils sont et resteront des inconnus. Il est hors de question qu'ils sachent qui elle est réellement.


   


Dernière édition par Lazlo J. Andersen le Lun 21 Nov - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre

Féminin
↳ Nombre de messages : 171
↳ Points : 67
↳ Date d'inscription : 02/06/2016
↳ Age : 26
↳ Avatar : Tom Payne
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Eleveur de volatiles à but communicatif
↳ Opinion Politique : Boom baby !
↳ Niveau de Compétences : 3 Prise de risques/chimie entre amis/système D/pigeonnage professionnel
↳ Playlist : Gogol Bordello - Start Wearing Purple ♫
Flobots - Handlebars ♫
↳ Citation : "Et merde"
↳ Multicomptes : Noah D. Meadow & Roman A. Ievseï
↳ Couleur RP : #669999



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (F) Sofia Boutella - No, the moth don't care if the flame is real    Lun 21 Nov - 15:26


   
les souhaits et exigences


   
Coucou toi qui as eu le courage de lire toute la fiche de ma Dita ! Rien que pour ça, tu mérites un autel en chocolat à ton effigie, j'peux même doubler le poids si ça te fait envie !
Alors pour la partie petites questions, autant commencer par le commencement~

Ce qui est négociable : Pour être honnête ? Quasiment tout ! Le nom, le prénom, l'avatar sont à 200% négociables vu que je me suis basée sur Sofia Boutella, mais si tu as envie de les changer, tu peux ! Pour l'avatar, juste, tu l'auras probablement compris, je ne veux pas que l'Oiselle soit une Barbie blanche, blonde, aux yeux bleus. Donc lâche-toi, si tu entrevois quelqu'un qui collerait à ton idée n'hésite surtout pas à m'en parler, j'adore les choix originaux ! (En substitution, j'avais pensé à Freida Pinto, Keke Palmer ou Lupita Nyong'o, pour te donner un ordre d'idée)
Pour l'histoire, c'est un peu comme un Code des Pirates. De grandes lignes pour te donner une idée, mais tu as largement le choix de dire non, et de me proposer une toute autre histoire qui colle avec son caractère !
Les seules choses non négociables sont le surnom, Dita, son caractère et son lien un peu beaucoup malsain avec Lazlo. Pour tout le reste j'suis opé et dispo par MP quand tu veux pour parler de touuuut ce que tu voudras modifier, si t'as envie de mieux adapter le perso à tes désirs !

Pour ce qui est de l'évolution du lien : On a pleiiin de possibilités pour exploiter ça, je préfère juste te prévenir que le lien love côté Lazlo risque d'être... Compromis, vu qu'il n'a aucune attirance pour les femmes. Cela dit, tu as aussi des possibilités de te faire des liens de folie en plus avec tous ses contacts, notamment les plus forts comme Laura Ievseï, Mikkel Ievseï, Garret Ferguson, dont tu peux être sûr/e que Dita les a croisés sous sa forme de colombe ! Pour tout le reste, c'est comme l'histoire, n'hésite pas à me dire tout ce que tu penses, j'adore les idées farfelues !

Pour le rythme et les RPs : C'est vraiment en fonction de toi, encore. J'attends bien évidemment que tu sois présent/e et motivé/e, mais si tu me réponds pas dans les 3h c'est pas bien grave ! Si t'as besoin de moi, je passe tous les jours sur le forum, je fais une réponse en moyenne par jour, et... bon je le concède, j'écris vraiment beaucoup quand je suis inspirée. Mon seul blocage, c'est l'écriture en tu, pour le reste c'est vraiment toi qui vois, toi qui me dis !

Enfin voilà, si t'as réussi à lire tout, de la fiche jusqu'à ce message, c'est que t'es vraiment intéressé/e et dans ce cas-là : tente ta chance ! Les gens ici sont super cools, tu vas pouvoir te faire plein de liens de fifou et des rps de folie, et t'en fais pas, j'te garde sous mon aile, bien évidemment !
Hâte de voir ma Colombe en chair et en os !
   

   
© auteur(s)

   

_________________

Every morning I jump out of bed and step on a landmine. The landmine is me. After the explosion, I spend the rest of the day putting the pieces together. ×

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3658-lazlo-pour-vivre
 

(F) Sofia Boutella - No, the moth don't care if the flame is real

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sofia Boutella • 200x320
» Bonne fête Sofia !
» Pitchou
» Problème réception mails
» real player

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: The Reaping :: Scénarios-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet