AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Viens, je t'emmène ! ft Eamon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 1214
↳ Points : 657
↳ Date d'inscription : 21/04/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Iwan Rheon
↳ Age du Personnage : 252 ans de vie, 29 ans de tête
↳ Métier : Patron du Little Darlings, trafiquant de drogues/médocs, proxénète, fondateur de la mafia Niflheim
↳ Opinion Politique : Il n'est pas l'ennemi du Gouvernement, tant que le Gouvernement n'est pas le sien.
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist : 30 Seconds To Mars « Beautiful Lie »
↳ Citation : « La débauche est une chasse ouverte, elle n'a pas de gibier préféré »
↳ Multicomptes : Declan Grimes
↳ Couleur RP : MediumSeaGreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Viens, je t'emmène ! ft Eamon   Jeu 24 Nov - 17:58



   
Symphony Of Destruction
You take a mortal man and put him in control, watch him become a god. Just like the Pied Piper led rats through the streets, we dance like marionettes, swaying to the Symphony of Destruction


La nuit avait été agitée, la matinée un brin coléreuse, l'après-midi un peu de repos où le cauchemar s'était malheureusement insinué. L'humeur massacrante du sorcier ne l'avait donc pas quitté un seul instant durant toutes ces dernières heures, sombres et pénibles, difficiles à encaisser. Ce fut en la drogue, la luxure et la débauche qu’il trouva son lot de réconfort, dissipa la fumée de cette réalité qui l’avait privé d’air, presque condamné à la terrible agonie de l’asphyxie. Son regard accrochait les corps délirants qui filaient comme des ombres, pendant que le sien était confortablement installé sur le cuir vieilli de son grand canapé. Le mage était quelque peu déconnecté, il contemplait sans voir réellement, la musique n’était plus qu’un bruit sourd à ses oreilles. Sur la table basse face à lui, des restes de toutes sortes de substances s'étalaient au milieu de joints consumés et de bouteilles d'alcool presque entièrement vidées. Isak avait convié les hommes qui l'avaient épaulé dans sa machination contre Moïra pour une soirée privée dans ses appartements pendant que la fête battait son plein dans la grande salle du Little Darlings. Il avait offert pour récompense à ces privilégiés quelques unes de ses plus jolies filles, un peu de came de son stock personnel ainsi que quelques liqueurs pour agrémenter le tout, il y’en avait pour tous les goûts. Cette reconnaissance envers son personnel était d’avantage une belle excuse à ses excès qu’une véritable preuve de quelconque bonté passagère dont il était malheureusement dépourvu. Cela dit, peu importait la raison finalement, tant que chacun y trouvait son compte et profitait des interdits sans crainte des représailles.

La porte de son paradis s’ouvrit dans un grincement, laissant un nouveau membre de Nilfheim pénétrer son intimité. Eamon Grimes, un ancien client sevré de son vice, ex taulard qui avait délaissé une vie d’emmerdes pour encore plus d’emmerdes. Devenu nettoyeur pour les mafiosos aux tendances trop meurtrières, Isak avait fait appel à lui pour un léger - très léger - incident de parcours. Tuer n’était pas le loisir du dealer, il confiait cette tâche à d’autres lorsqu’il s’agissait d’un ultime recours, et pourtant. Il avait assassiné une femme de ses mains - il n’avait même pas connu son nom - lors d’ébats un peu trop violents qui avaient échappé à son contrôle. Sous l’effet de ses stupéfiants, commme à l’accoutumée, sa colère avait été exarcerbée et il n’avait pas su doser. Ses doigts avaient enlacé le cou trop frêle de l’amante pour la contraindre au silence. Il avait désiré ancrer l’effroi pour la punir d’une réflexion pourtant dérisoire à l’égard de sa soeur. Lorsqu’il s’agissait de Solveig, l’aîné se laissait facilement endoctriner par la folie. Et sa démence l’avait conduit au pire, à l’ouvrage de l’irréparable. Au meurtre. Soucieux de dissimuler cette faute à sa cadette - ça ne serait qu’un argument de plus utilisé par Niklas pour la convaincre de se rallier à la sécurité de ses ailes corrompues jusqu’à la moelle - il s’était chargé de faire disparaître sa « bévue » dans le plus grand des secrets. Conscient que cette erreur ne serait peut-être pas la dernière, il avait jugé la présence et le professionnalisme de ce larbin très pratiques. L’homme était, de plus et de ce qu’il avait pu en apprécier, très malléable. Le mafieux n’avait pas laissé filer l’opportunité de s’offrir l’exclusivité de ses services. Il en avait fait son laquais personnel, chargé de saisir avec son oeil de lynx ce qu’il ne pouvait voir, d’écouter ce qu’il ne pouvait entendre, puis de tout lui rapporter. Tout ce qui concernait sa soeur du moins. Le mage avait besoin d’une fouine, d’un défouloir, d’un homme à tout faire et depuis peu d’une serpillière. Il pensait pouvoir trouver en Grimes tout ce qu’il lui fallait, espérait ne pas se tromper lorsqu’il jugeait qu’il n’aurait pas à craindre de lui qu’il ne le poignarde dans le dos, que ce n’était absolument pas son genre. Il était plutôt persuadé qu’il serait aisé d’y asseoir sa domination, puis de pouvoir lui accorder une once de confiance - somme toute relative, mais suffisante. Eamon lui avait déjà démontré qu’il saurait s’en montrer digne en taisant son crime et en lui révélant, pas plus tard que ce matin, les effronteries de Sol et de son prince en carton au sein même de sa propriété. Furieux et exténué, il l’avait gratifié d’un regard ténébreux, sans un mot, puis ne l’avait pas revu de la journée. Pourtant, lui aussi avait bien mérité son petit bonus. Il l’avait fait quérir pour se faire pardonner de son manquement.

« Isak ? ». Le camé leva ses pupilles dilatées vers l’escorte, l’esprit en vrac qu'il mit un peu de temps à rassembler. Le torse et les pieds nus et la chevelure négligée en disaient long sur l’état du dépravé. « Le p’tit nouveau, comme demandé ». Son regard dériva sur le portrait mal rasé du Grimes, ce qui incita son sbire à considérer sa tâche accomplie et à s’en retourner à ses bons plaisirs avec le reste des invités. Isak attrapa le poignet de son nouveau compagnon de débauches et le tira vers le divan, l'invitant ainsi à s'asseoir à son côté. Il se cala contre le dossier, passa son bras autour des épaules du nettoyeur, puis lui adressa l’un de ses plus aimables sourires. Sa voix mélodieuse lui promit l’Eldorado, pendant que sa main libre s’ouvrait sur le décor dévergondé, sur les marchandises et les catins. « Voilà tout ce que je peux t’offrir Grimes, en plus d’un bon salaire, en échange de ta loyauté ». Le junkie brisa le contact pour s’emparer d’un peu d’herbes déposées sur la table et d’une fine feuille à rouler. Il prépara son tube avant de le porter à ses lèvres, de saisir une allumette qu’il craqua sur sa boîte et d’embraser sa came pour en tirer une taffe. Son bras passa derechef derrière la nuque d’Eamon avant qu’il ne lui tende sa préparation. « Un apéritif pour entamer les réjouissances ? Cadeau de la maison bien sûr,  pour te remercier du scoop matinal et il y'en aura plein d'autres si tu continues de me satisfaire ». Il lâcha un soupir comblé. « T'as une bonne tête Eamon, elle me revient bien, alors je vais te choyer. Sois digne de ma confiance et tu vivras comme un roi ». Ou presque. « Mais ce soir t'es pas là pour parler business, juste pour profiter, alors fais toi plaisir gueule d'ange. C'est self-service ». Il planta son regard dans le sien, avec une lueur espiègle dans le fond de l'oeil. Une charmeuse qui avait tendu son oreille curieuse donna au duo toute son attention, avec un radieux sourire aux lippes. « Buffet à volonté et c'est gratuit. La Nilfheim te souhaite la bienvenue ». Les femmes, l'alcool, la came, le dernier venu n'avait plus qu'à se servir. C'était un gage de promesses tenues et d'une existence plus royale que celle que le taulard avait abandonnée. Sans parler du couvert, du logis, de l'argent facile et de sa protection.

_________________
+ game over thank you for playing +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 668
↳ Points : 559
↳ Date d'inscription : 29/03/2015
↳ Age : 27
↳ Avatar : Jack Falahee
↳ Age du Personnage : 27 ans
↳ Métier : Nettoyeur pour la Nilheim, petite fouine de Isak Eriksson
↳ Opinion Politique : Depuis son arrestation, Eamon a pris le gouvernement en grippe et refuse de travailler pour eux. Néanmoins, il n'a toujours pas d'avis politique.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2
↳ Playlist : ☞ SHEPARD - geronimo ☞ TEAGAN AND SARA- i was a fool ☞ RACOON - no story to tell ☞ RIXTON - me and my broken heart ☞ KODALINE - unclear ☞ HOT CHELLE RAE - bleed ☞ SAVAGE GARDEN - truly madly deeply ☞ CHRIS MANN - roads ☞ BRANDI CARLILE - story
↳ Citation : "You best be looking for somebody else without a foolish heart"
↳ Multicomptes : Marie Armstrong & Giulietta Monicelli
↳ Couleur RP : tan



Feuille de perso
↳ Copyright: darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Viens, je t'emmène ! ft Eamon   Jeu 26 Jan - 12:38


La perdition me guette à chaque seconde, chaque coin de mur qui m’effraie un peu plus que le précédent. Depuis cette fameuse arène, cette fausse mort et toutes ces perturbations qui agitent toujours un peu plus mon esprit perturbé, je ne suis plus moi-même. Rien qu’une ombre, qui parcoure les rues sans but ni réelle envie. Je sais mon frère en prison, je l’ai appris de sa voisine, qui a fini par me remettre mes enfants entre les pattes. Je retrouve un Nate buté, qui refuse de me voir comme son père. Il se souvient de moi, il sait qui je suis, mais ma lâcheté lui est connue elle aussi. Il sait que je suis parti, que je l’ai abandonné et sait me blâmer pour cela. Le petit, Keane, me reconnaît aussi, mais comme celui qui est venu le voir à l’hôpital. Celui qu’il n’a jamais connu, mais qu’il désespère de connaître pourtant. L’un comme l’autre pourtant, je suis incapable de m’en occuper réellement. Je leur donne à manger, leur offre mon lit pour dormir confortablement pendant que je m’échoue sur le canapé lors de mes rares temps de repos, leur permet d’être au chaud alors que le temps ne cesse de se refroidir au dehors. Le strict minimum, alors que je suis trop effrayé pour en faire plus, pour leur en montrer plus, pour les laisser entrer dans ma vie. Il m’est impossible de les avoir près de moi… pas alors que je m’apprête à retourner dans l’antre du démon.

Il se nomme Eriksson, celui que je qualifie ainsi. Incapable de refuser son offre, de me détourner d’un travail stable, même si peu ragoûtant. C’est toujours la même chose, toujours les mêmes morts, le même sang, la même horreur. Et pourtant, je sais que c’est pire. Parce que je suis désormais affilié à une seule mafia, probablement pas la pire, mais suffisamment malhonnête pour m’offrir un retour simple en prison, pour une toute petite erreur de parcours. Une erreur dont j’ai conscience, mais que je n’évite pourtant pas. J’ai été incapable de refuser le poste qu’il m’a offert. Tout comme j’ai été incapable de garder pour moi la rencontre peu fréquentable que sa petite sœur a eu avec un membre du gouvernement. Je ne le connais pas réellement, mais je sais qu’il y travaille et que sa présence ne sera jamais bienvenue au Little Darlings. Alors j’ai fait mon choix. J’ai offert l’information à cet homme que je considère toujours comme le mal incarné, mais qui m’a pourtant tendu la main, à ce moment où j’ai tant besoin de contacts, autant physiques que psychiques. Nymeria n’est toujours pas dans ma vie. Declan est en prison. Les enfants sont avec moi, mais je suis incapable de les laisser m’approcher. Il y a ce type aussi, qui me déteste sans raison, mais on ne peut pas dire que ça soit une vraie relation. Seule Violet peut encore sembler être une vraie relation, mais j’ai trop honte de mon comportement pour oser retourner la voir sans ressentir une violente sensation de culpabilité. Alors inconsciemment, je cherche quelqu’un, qui ne risque rien en ma présence et qui me considère assez pour me laisser m’approcher. Actuellement, seul Isak semble ressembler assez à cette description, alors je m’en approche, comme un chat échaudé, mais tout autant comme un moustique est attiré par la lumière. « Hey l’nouveau ! Y’a l’patron qui veut te voir ramène toi ! »

Lentement, je déglutis, incapable de prévoir ce qu’il va se passer, mais pour autant, je me lève déjà et emboite le pas au sbire de mon nouveau boss, non sans laisser mon regard s’évader vers les lieux, puis les courbes, alléchantes des danseuses du Little Darlings. Elles sont belles ces femmes et si je me sens irrémédiablement attiré, car trop privé de mon vice, je me concentre néanmoins sur la rencontre à venir. Je me souviens encore du regard noir de mon patron, lorsque je lui ai annoncé la venue de Niklas entre ces murs. Peu pressé de le revoir, je tremble donc légèrement lorsque je me trouve enfin en la présence du maître des lieux. Mon regard se plante rapidement dans le sien, ce qui déclenche une nouvelle vague de tremblement, qui ne s’estompe pas lorsqu’il fini par m’attraper par le poignet. Comme hypnotisé, je m’installe à ses côtés mais sursaute néanmoins en sentant son bras autour de moi. Il ne semble pourtant plus m’en vouloir alors je me détends, juste assez pour observer ce qu’il me montre. Les filles… L’alcool… et enfin la drogue, tout ceci attire mon regard, mais c’est bien la dernière qui me fait trembler de nouveau. Chacun de ses gestes est scruté par mes prunelles incapables de se détourner de ce spectacle fascinant et pourtant si simple. Il roule simplement un joint, une drogue que je n’ai jamais vraiment consommé, mais rien que cela représente soudain une tentation à laquelle je ne suis pas certain de résister, probablement à cause des évènements récents.

Ses mots percutent d’un coup mon cerveau déjà trop embrumé par la situation et je me rends compte que tout est à ma disposition, que je n’ai qu’à tendre le bras pour me servir et retrouver la quiétude qui accompagne systématiquement chacune de mes consommations. Cependant, je me surprends à secouer la tête négativement. « M’prends pas pour un ingrat Isak mais… J’consomme plus rien. Plus d’drogues, plus d’alcool… j’veux… pas retomber là dedans. » Si mes mots se veulent assurés, mon ton l’est beaucoup moins et mes yeux quand à eux, ne quittent pas la cigarette droguée. « Euhm… Avant qu’on… Que je… Que tu… Enfin j’veux dire, ma belle, tu veux nous laisser une seconde. J’dois causer d’un truc important. » La belle me lance un regard noir, mais s’éloigne rapidement, alors que je reporte mon attention sur Isak, toujours sans quitter des yeux ce petit bâton si attirant. Je ne les relève vers lui, que lorsque je finis par lâcher, mal à l’aise. « J’ai un petit souci. J’peux pas rester longtemps, j’ai… j’ai des gamins tu sais et j’veux pas les laisser seuls trop longtemps. Alors… Sauf si j’peux avoir un endroit pour eux ici… sinon j’pourrais pas trop traîner dans l’coin. » Mes yeux s’enfuient bien vite, pour regarder au loin, incapable que je suis, de soutenir son regard. J’ai mis les pieds dans le plat, amené le sujet bien vite, comme pour m’en débarrasser ensuite et pouvoir… profiter de la fête peut être ?


_________________
    i just need some hope
    LET'S WASTE TIME CHASING CARS AROUND OUR HEADS I NEED YOUR GRACE TO REMIND ME TO FIND MY OWN IF I LAY HERE IF I JUST LAY HERE WOULD YOU LIE WITH ME AND JUST FORGET THE WORLD?
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    Masculin
    ↳ Nombre de messages : 1214
    ↳ Points : 657
    ↳ Date d'inscription : 21/04/2016
    ↳ Age : 21
    ↳ Avatar : Iwan Rheon
    ↳ Age du Personnage : 252 ans de vie, 29 ans de tête
    ↳ Métier : Patron du Little Darlings, trafiquant de drogues/médocs, proxénète, fondateur de la mafia Niflheim
    ↳ Opinion Politique : Il n'est pas l'ennemi du Gouvernement, tant que le Gouvernement n'est pas le sien.
    ↳ Niveau de Compétences : 3
    ↳ Playlist : 30 Seconds To Mars « Beautiful Lie »
    ↳ Citation : « La débauche est une chasse ouverte, elle n'a pas de gibier préféré »
    ↳ Multicomptes : Declan Grimes
    ↳ Couleur RP : MediumSeaGreen



    Feuille de perso
    ↳ Copyright: Darkshines
    ↳ Disponible pour un topic?: Non =(
    ↳ Liens du Personnage
    :



    MessageSujet: Re: Viens, je t'emmène ! ft Eamon   Ven 27 Jan - 19:23



    Symphony Of Destruction
    You take a mortal man and put him in control, watch him become a god. Just like the Pied Piper led rats through the streets, we dance like marionettes, swaying to the Symphony of Destruction


    Son bras ne quittait plus l’épaule du personnage énigmatique, de ce pantin qu’il voulait si proche de sa bulle sans pour autant ne rien connaître de lui. A son refus de consommer, le junkie ne répond que par un sourire avant de porter la drogue jusqu’à ses lèvres. Ses pensées ne s’accordèrent pas vraiment lorsque le nouveau venu formula une demande surprenante, entendre le mot enfant dans cet enfer était surréaliste. La tête du camé se posa contre le dossier, sans plus aucune expression à décrypter sur sa face pâle, pendant qu’il tirait à nouveau posément sur son herbe. Il se redressa très lentement, se tourna vers Eamon tout en plantant un regard qui se laissait soudain débordé par l’espièglerie. Sans se détacher du portrait gêné que lui offrait son vis-à-vis, il lui souffla sa fumée au visage avant de se délester d’un léger rire moqueur. Le contact fut rompu, le mafieux s’installa en tailleur face à sa recrue fraîchement dénichée qu’il ne comptait pas laisser repartir de ses vicieux filets. « Un camé reste un camé » formula t-il indifférent, autant pour lui-même que pour l’interlocuteur, avant de continuer à profiter sereinement de sa préparation. Il n’y avait plus d’espoir, ni pour l’un ni pour l’autre. Ni pour personne finalement dans cette apocalypse. Grimes avait posé le pied dans un monde qui briserait toutes ses bonnes résolutions, qui noircirait le reste de blancheur qui subsistait en lui. Le jeune homme n’était plus décisionnaire de son destin, il avait cessé de l’être au moment où il avait accepté de pénétrer le cercle des Eriksson, un cercle où les substances illicites coulaient sous toutes ses formes dans les veines des encerclés. La Nif avait désormais les rênes de sa misérable existence entre les mains et elle ne lâcherait pas la bride. Il était foutu, comme Isak, comme tous ceux qui se trouvaient dans cet abri de dépravés. La tentation était partout et l’Homme n’était pas taillé pour lui résister. Puis, une fois qu’il y avait goûté, l’envie de s’en gaver demeurait à jamais gravée dans ses tripes. Dire non à toutes ces merdes demandait une détermination constante et considérable, une force qui avait l’air de cruellement manquer au dernier arrivé.

    Sans quitter le regard mal à l’aise de la fouine, un haussement de sourcils et une moue résignée en dirent long sur les pensées du nightkeeper. Un soupir termina d’achever son fatalisme. Il tenta de lui faire constater à son tour qu’il n’y avait pas la moindre issue à l’addiction. Le nettoyeur avait perdu cette occasion lorsqu’il avait cédé la première fois. « Regarde autour de toi. T’es dedans jusqu’au cou ». C’était comme un ancien alcoolique qui décidait de se mettre aux commandes d’un bar, c’était risible, une idée risquée, un véritable choix d’abruti ! Un peu déconcerté par le chemin qu’empruntait Grimes, le mage s’accrocha au genou de celui-ci, se pencha avec nonchalance vers la table basse en se retenant grâce à sa prise, écrasa son mégot dans le cendrier avec mollesse avant de reprendre sa position initiale. Sans lâcher la jambe de l’autre, il se redressa en chancelant légèrement, puis s’approcha de l’oreille fouineuse. « Ce n’est qu’une question de temps ». Il lui sourit, confiant, charmeur. « Très peu de temps ». Parole de junkie. Si Eamon pensait pouvoir s’en sortir, il se fourvoyait lourdement.

    Le mafioso s’éloigna d’un pas et fit signe à l’un de ses acolytes d’approcher. Un grand costaud aux cheveux blonds taillés en carré et à la barbe de plusieurs jours dessinée sur un ton basané s’approcha d’un pas lourd. Une voix rocailleuse fut libérée de ses lippes épaisses pendant qu’il laissait filer un « Sak ? » plutôt rustre. Les yeux glacés du sorcier se plantèrent dans celui du daybreaker alors qu’il s’adressait pourtant à son autre employé. Implicitement, il accordait son accord au père de famille. « Sol doit être en bas à gérer la clientèle, va prendre le relais. Demande lui de préparer une chambre pour notre nouvel ami, avec plusieurs couchages, c'est qu'on va avoir de la marmaille sous notre aile. Grimes va te dire où il a caché ses marmots et tu vas envoyer Spencer les chercher, ma petite soeur dévouée les installera confortablement pour la nuit pendant que le papa fera la fête ». Des gamins au Little Darlings, Isak n’avait jamais imaginé ça. Les mots malsain, inapproprié ou immoral n’effleuraient évidemment pas sa conscience, il n’avait rien à faire du bien-être de ces enfants qu’un père inconscient avait plongés dans cet océan de requins. Il redoutait seulement la gêne qu’ils pourraient lui occasionner, néanmoins un soupçon de réflexion lui murmurait que celle-ci n’avait que peu de poids face à l’utilité du paternel. Eriksson avait besoin d’un gars comme Eamon et, pour le moment, il n’avait que ce petit pion sous le coude. Le patron était donc prêt à faire ces concessions, en échange d’une compensation. Rien d'insurmontable. « Il va falloir faire deux fois plus d’efforts pour contenter ma générosité » lui conseilla t-il paisiblement, avec encore et toujours ce petit sourire en coin.

    Subitement, sa main se plaqua contre l’épaule de sa recrue qu’il écrasa de toute sa masse. Son visage devenu menaçant d'un claquement de cils effleura le sien, son doigt le pointa pour amplifier son air hostile. Débridé par ses substances, ses gestes étaient grossiers, presque caricaturaux, peu assurés malgré le charisme effrayant du demeuré. « Mais... Fais bien attention à ce que tes bébés fouines ne viennent pas fourrer leurs pattes là où ils ne le devraient pas papa fouine, ou je te forcerai à les avaler, morceau par morceau ». Son oeillade tantôt d’un noir de jais s’illumina de nouveau, elle pétillait de malice. Un ricannement un peu fou accompagnait cette lueur. Impossible de savoir si ses paroles aussi sinistres que démentes étaient à prendre au sérieux ou à la légère. Avec le fondateur de cette mafia, personne ne savait jamais à quoi s’attendre. Le doute planait pendant qu’il lâcha sans transition, de sa voix si douce. « Suis-moi ». C’était un ordre.

    Le mafieux entraîna le nettoyeur dans sa chambre d’une démarche indolente, pas très droite, ferma la porte silencieusement, se dressa ensuite devant son tiroir à saloperies. Poudre, herbe, pilules, seringues... Sa réserve personnelle regorgeait de choix. Il saisit quelques produits qu’il étala sur son lit et poussa doucement Eamon vers ses trésors au pouvoir dévastateur. La fourmi rouge était partageuse, parce qu’elle avait faim de la souffrance de l’autre. A ses côtés, il lui souffla. « T’es sûr d’avoir envie de rester clean ? La vie est tellement triste sans toutes ces merveilles. Il doit te manquer le nirvana ». Avec une idée derrière la tête, le magicien recula jusqu’au mur et s’y adossa, croisa ses bras en proposant un compromis à son invité. « Résiste et je te promets de ne plus te tenter ». Il avait déjà gagné, parce qu'il allait tricher. Dans l’ombre d’Eamon, Isak usa de sa magie, créa une illusion de manque absolu chez son nouvel acolyte. Cette sensation terrible capable de terrasser un homme accroc contraint à un sevrage forcé, qui pousserait n’importe quel agneau à se métamorphoser en loup et à égorger tous ceux qui se trouveraient entre lui et sa drogue ardemment désirée, qui ferait jurer le junkie qu’une dose infime était devenue question de vie ou de mort. Cette sensation à laquelle aucun drogué n’était capable de résister. Manipulateur, le mafioso souriait en contemplant son oeuvre, jouissait de son sort condamnable qui torturait un homme qui avait cru pouvoir si facilement lui dire simplement non. Sa bouche n’était plus qu’un rictus malfaisant et amusé que la petite fouine ne pouvait percevoir dans son dos. Sa sombre expression disparut dès qu’il entra à nouveau dans le champs de vision de la victime, une bouteille de soda tout juste chopée sur ses étagères à la main, pour s’asseoir sur le bord du matelas. Il attrapa une pilule qu’il déposa sur sa langue sans cesser d’admirer l’ancien camé lutter contre son charme, ouvrit la boisson qu’il ingéra pour faire descendre la drogue dans sa gorge, la tendit ensuite à Grimes avec un sourire enjôleur. « Suis moi jusqu'au bout ».

    _________________
    + game over thank you for playing +
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
     

    Viens, je t'emmène ! ft Eamon

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

     Sujets similaires

    -
    » Je viens de perdre un être cher.....
    » Je souhaiterais modifier le nom de domaine que je viens d'acheter 1600 points
    » Je viens de recuperer l'administration d'un forum
    » Des adèptes de Final Fantasy ? Viens ici !
    » Elisabeth, Martine et les amies, je viens vous dire au revoir

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Little Darlings-