AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Viens, je t'emmène ! ft Eamon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 793
↳ Points : 445
↳ Date d'inscription : 21/04/2016
↳ Age : 21
↳ Avatar : Iwan Rheon
↳ Age du Personnage : 252 ans de vie, 29 ans de tête
↳ Métier : Patron du Little Darlings, trafiquant de drogues/médocs, proxénète, fondateur de la mafia Nilfheim
↳ Opinion Politique : Il n'est pas l'ennemi du Gouvernement, tant que le Gouvernement n'est pas le sien.
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist : 30 Seconds To Mars « Beautiful Lie »
↳ Citation : « La débauche est une chasse ouverte, elle n'a pas de gibier préféré »
↳ Multicomptes : Declan Grimes
↳ Couleur RP : MediumSeaGreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Darkshines
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Viens, je t'emmène ! ft Eamon   Jeu 24 Nov - 17:58



   
Symphony Of Destruction
You take a mortal man and put him in control, watch him become a god. Just like the Pied Piper led rats through the streets, we dance like marionettes, swaying to the Symphony of Destruction


La nuit avait été agitée, la matinée un brin coléreuse, l'après-midi un peu de repos où le cauchemar s'était malheureusement insinué. L'humeur massacrante du sorcier ne l'avait donc pas quitté un seul instant durant toutes ces dernières heures, sombres et pénibles, difficiles à encaisser. Ce fut en la drogue, la luxure et la débauche qu’il trouva son lot de réconfort, dissipa la fumée de cette réalité qui l’avait privé d’air, presque condamné à la terrible agonie de l’asphyxie. Son regard accrochait les corps délirants qui filaient comme des ombres, pendant que le sien était confortablement installé sur le cuir vieilli de son grand canapé. Le mage était quelque peu déconnecté, il contemplait sans voir réellement, la musique n’était plus qu’un bruit sourd à ses oreilles. Sur la table basse face à lui, des restes de toutes sortes de substances s'étalaient au milieu de joints consumés et de bouteilles d'alcool presque entièrement vidées. Isak avait convié les hommes qui l'avaient épaulé dans sa machination contre Moïra pour une soirée privée dans ses appartements pendant que la fête battait son plein dans la grande salle du Little Darlings. Il avait offert pour récompense à ces privilégiés quelques unes de ses plus jolies filles, un peu de came de son stock personnel ainsi que quelques liqueurs pour agrémenter le tout, il y’en avait pour tous les goûts. Cette reconnaissance envers son personnel était d’avantage une belle excuse à ses excès qu’une véritable preuve de quelconque bonté passagère dont il était malheureusement dépourvu. Cela dit, peu importait la raison finalement, tant que chacun y trouvait son compte et profitait des interdits sans crainte des représailles.

La porte de son paradis s’ouvrit dans un grincement, laissant un nouveau membre de Nilfheim pénétrer son intimité. Eamon Grimes, un ancien client sevré de son vice, ex taulard qui avait délaissé une vie d’emmerdes pour encore plus d’emmerdes. Devenu nettoyeur pour les mafiosos aux tendances trop meurtrières, Isak avait fait appel à lui pour un léger - très léger - incident de parcours. Tuer n’était pas le loisir du dealer, il confiait cette tâche à d’autres lorsqu’il s’agissait d’un ultime recours, et pourtant. Il avait assassiné une femme de ses mains - il n’avait même pas connu son nom - lors d’ébats un peu trop violents qui avaient échappé à son contrôle. Sous l’effet de ses stupéfiants, commme à l’accoutumée, sa colère avait été exarcerbée et il n’avait pas su doser. Ses doigts avaient enlacé le cou trop frêle de l’amante pour la contraindre au silence. Il avait désiré ancrer l’effroi pour la punir d’une réflexion pourtant dérisoire à l’égard de sa soeur. Lorsqu’il s’agissait de Solveig, l’aîné se laissait facilement endoctriner par la folie. Et sa démence l’avait conduit au pire, à l’ouvrage de l’irréparable. Au meurtre. Soucieux de dissimuler cette faute à sa cadette - ça ne serait qu’un argument de plus utilisé par Niklas pour la convaincre de se rallier à la sécurité de ses ailes corrompues jusqu’à la moelle - il s’était chargé de faire disparaître sa « bévue » dans le plus grand des secrets. Conscient que cette erreur ne serait peut-être pas la dernière, il avait jugé la présence et le professionnalisme de ce larbin très pratiques. L’homme était, de plus et de ce qu’il avait pu en apprécier, très malléable. Le mafieux n’avait pas laissé filer l’opportunité de s’offrir l’exclusivité de ses services. Il en avait fait son laquais personnel, chargé de saisir avec son oeil de lynx ce qu’il ne pouvait voir, d’écouter ce qu’il ne pouvait entendre, puis de tout lui rapporter. Tout ce qui concernait sa soeur du moins. Le mage avait besoin d’une fouine, d’un défouloir, d’un homme à tout faire et depuis peu d’une serpillière. Il pensait pouvoir trouver en Grimes tout ce qu’il lui fallait, espérait ne pas se tromper lorsqu’il jugeait qu’il n’aurait pas à craindre de lui qu’il ne le poignarde dans le dos, que ce n’était absolument pas son genre. Il était plutôt persuadé qu’il serait aisé d’y asseoir sa domination, puis de pouvoir lui accorder une once de confiance - somme toute relative, mais suffisante. Eamon lui avait déjà démontré qu’il saurait s’en montrer digne en taisant son crime et en lui révélant, pas plus tard que ce matin, les effronteries de Sol et de son prince en carton au sein même de sa propriété. Furieux et exténué, il l’avait gratifié d’un regard ténébreux, sans un mot, puis ne l’avait pas revu de la journée. Pourtant, lui aussi avait bien mérité son petit bonus. Il l’avait fait quérir pour se faire pardonner de son manquement.

« Isak ? ». Le camé leva ses pupilles dilatées vers l’escorte, l’esprit en vrac qu'il mit un peu de temps à rassembler. Le torse et les pieds nus et la chevelure négligée en disaient long sur l’état du dépravé. « Le p’tit nouveau, comme demandé ». Son regard dériva sur le portrait mal rasé du Grimes, ce qui incita son sbire à considérer sa tâche accomplie et à s’en retourner à ses bons plaisirs avec le reste des invités. Isak attrapa le poignet de son nouveau compagnon de débauches et le tira vers le divan, l'invitant ainsi à s'asseoir à son côté. Il se cala contre le dossier, passa son bras autour des épaules du nettoyeur, puis lui adressa l’un de ses plus aimables sourires. Sa voix mélodieuse lui promit l’Eldorado, pendant que sa main libre s’ouvrait sur le décor dévergondé, sur les marchandises et les catins. « Voilà tout ce que je peux t’offrir Grimes, en plus d’un bon salaire, en échange de ta loyauté ». Le junkie brisa le contact pour s’emparer d’un peu d’herbes déposées sur la table et d’une fine feuille à rouler. Il prépara son tube avant de le porter à ses lèvres, de saisir une allumette qu’il craqua sur sa boîte et d’embraser sa came pour en tirer une taffe. Son bras passa derechef derrière la nuque d’Eamon avant qu’il ne lui tende sa préparation. « Un apéritif pour entamer les réjouissances ? Cadeau de la maison bien sûr,  pour te remercier du scoop matinal et il y'en aura plein d'autres si tu continues de me satisfaire ». Il lâcha un soupir comblé. « T'as une bonne tête Eamon, elle me revient bien, alors je vais te choyer. Sois digne de ma confiance et tu vivras comme un roi ». Ou presque. « Mais ce soir t'es pas là pour parler business, juste pour profiter, alors fais toi plaisir gueule d'ange. C'est self-service ». Il planta son regard dans le sien, avec une lueur espiègle dans le fond de l'oeil. Une charmeuse qui avait tendu son oreille curieuse donna au duo toute son attention, avec un radieux sourire aux lippes. « Buffet à volonté et c'est gratuit. La Nilfheim te souhaite la bienvenue ». Les femmes, l'alcool, la came, le dernier venu n'avait plus qu'à se servir. C'était un gage de promesses tenues et d'une existence plus royale que celle que le taulard avait abandonnée. Sans parler du couvert, du logis, de l'argent facile et de sa protection.

_________________
it's a perfect denial
Pour les rassurer, Pour te rassurer,Tu leur dis, Tu te dis, Que tout cela est un jeu, Que tu la quitteras, Quand tu le voudras, Demain tu seras courageux. Viens je t’accepte comme ennemie, Viens je te donne ma vie, J’embrasse tes souffrances, Je réclame tes offenses © ziggy stardust
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Viens, je t'emmène ! ft Eamon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je viens de perdre un être cher.....
» Je souhaiterais modifier le nom de domaine que je viens d'acheter 1600 points
» Je viens de recuperer l'administration d'un forum
» Des adèptes de Final Fantasy ? Viens ici !
» Elisabeth, Martine et les amies, je viens vous dire au revoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Northern New Orleans :: Little Darlings-