AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Use seduction as a weapon. | | Kenoah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 210
↳ Points : 340
↳ Date d'inscription : 21/07/2016
↳ Age : 30
↳ Avatar : Colin O'Donoghue
↳ Age du Personnage : 39 ans en apparence / 70 ans en réalité.
↳ Métier : Shadowhunter.
↳ Opinion Politique : Je travaille pour le gouvernement tant que ça m'apporte un semblant d'intérêt.
↳ Niveau de Compétences : Niveau 2 Général / Lvl 9999 pour me foutre dans la merde.
↳ Playlist : HUMEUR DU MOMENT :
Lee DeWyze - You're Still The One
Ben Jelen - Falling Down
Eric Arjes - Find My Way Back
Audiomachine - The Truth
↳ Citation : "A man unwilling to fight for what he wants deserves what he gets."
↳ Multicomptes : /
↳ Couleur RP : #468dab



Feuille de perso
↳ Copyright: Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Oui =D
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Use seduction as a weapon. | | Kenoah   Sam 26 Nov - 19:55


« Beauty and seduction, I believe, is nature's tool for survival, because we will protect what we fall in love with. »



| | KENOAH | |
Use seduction as a weapon.

J'avais bien fait mes devoirs. Suite à la demande d'Enya, j'avais étudié le cas Noah Meadow. Si j'avais pu découvrir qu'il était effectivement l'un des hommes les moins fidèles de la Nouvelle-Orléans, j'étais néanmoins bredouille quant à son passé de possible meurtrier. Soit il savait parfaitement masquer ses assassinats, soit il n'avait jamais rien commis ici de punissable par le gouvernement, soit il était blanc comme neige. La curiosité avait pris le dessus sur le simple deal et j'observais ma cicatrice pratiquement inexistante sur mon flanc. Si Enya avait fait un travail de chef, le renard avait bien fait son travail lui aussi et je ne pouvais pas dire qu'il ne m'était pas utile au quotidien. Je le sentis faire le beau alors que j'échappais un bref rire. Je m'habillais rapidement après avoir pris soin de choisir mes vêtements de la manière la plus judicieuse qui soit. Ce soir j'allais draguer. Réellement draguer. Ce n'était malheureusement pas une blague. Je n'avais absolument aucun talent là-dedans et pourquoi m'infliger ça me demanderez-vous ? Au cours de mes recherches, j'avais découvert que Noah était bisexuel. Autant attiré par les femmes que les hommes, j'imaginais que c'était ma chance de le mettre dans ma poche. C'était un homme qui ne lésinait pas sur les conquêtes visiblement, je pouvais toujours tenter de retourner ça à mon avantage pour briser la glace puis le mettre à mes pieds. Il avait même couché avec Mikkel... Je notais dans un coin de mon esprit de lui casser le nez à l'occasion, à ce sale petit drogué déviant. Mais ce soir, cela ne concernait pas Mikkel. Je l'oubliais alors pour recentrer mes pensées sur Noah. Au moins, il n'était pas dégueulasse à regarder, c'était déjà ça, et si je savais que j'étais immunisé d'avance contre son charme, je pouvais comprendre pourquoi Enya avait craqué sur ce type. Il devait d'ailleurs se savoir charmant et en profiter à sa guise. J'allais prendre un malin plaisir à le manipuler mais j'allais entrer sur un terrain inconnu. Séduire un homme, il ne manquait vraiment plus que ça à ma liste de manipulations. J'adorais le challenge et imaginer checker une telle case faisait naître en moi une certaine fierté, sûrement mal placée d'ailleurs.

Une fois sûr d'être le plus élégant possible, ou du moins aussi élégant que je pouvais l'être, je vérifiais une dernière fois l'adresse à laquelle je devais me rendre pour rencontrer Noah. Non, nous n'avions pas rendez-vous, mais j'avais décidé de l'intercepter à l'un de ses fameux galas de charité. Ce fin psychologue participait au développement de l'hôpital et était donc convié à ce genre d'événements ; ce qui n'était pas mon cas. J'avais dû manipuler et jouer des coudes – ou des poings – pour obtenir une invitation. Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour Enya... Et pour satisfaire ma curiosité personnelle aussi, certes. Cependant, j'étais bien conscient que Noah était loin d'être idiot ; pire encore, c'était un psychologue. Je n'allais sûrement pas apprendre à un vieux singe à faire la grimace. L'amour rendait aveugle, le désir aussi paraissait-il. Alors je voulais perturber son jugement, qu'il ne me voit pas venir chercher des informations sur son matricule ; je voulais qu'il soit totalement et parfaitement ébloui, suffisamment pour obscurcir la vérité en tout cas et qu'il soit incapable de s'en rendre compte.

Je garais mon véhicule près de l'événement de charité et terminais les derniers mètres à pied. Je présentais mon bulletin d'invitation à l'entrée puis accédais au lieu. Si la charité devait faire preuve de retenue et de simplicité, ce n'était pas le cas ici. Tout puait le luxe pour satisfaire les donateurs et leur besoin de paraître. Le gratin de la Nouvelle-Orléans se trouvait ici, et si j'étais un parfait inconnu pour tous ces petits péteux, j'étais au moins sûr que personne n'allait m'interrompre dans ma mission. Servaient-ils de l'alcool à ce bar ? Bien sûr que non, ou alors pas de manière visible. Le gratiné aurait été choqué par tant de déviance et d'irrespect en public envers le gouvernement, en apparence en tout cas. J'étais persuadé que les sous-vêtements allaient voler derrière les rideaux rouge et or ce soir, quand plus personne ne regarderait. Je sondais la salle aux hypocrites, cherchant ma cible, un verre d'eau pétillante citronné à la main. Comme je pouvais avoir l'air con, sans déconner. Je me rappelais que c'était pour la bonne cause et que Noah n'aurait de toute manière pas de point de comparaison étant donné qu'il ne me connaissait pas.

Je le repérais finalement. L'objet de mes convoitises. Élégant également sans surprise. Si son attention était dirigée vers deux autres personnes avec qui il entretenait une discussion, il fallait que je réussisse à l'attirer et que le contact se fasse. Je le contournais prudemment, sans me faire repérer pour finalement arriver derrière lui. Advienne que pourra, sans aucune autre idée, j'adoptais la stratégie la plus basique au monde. Je fis semblant de me cogner et de trébucher sur lui, me rattrapant de justesse et prenant soin également de le rattraper aussi comme si c'était un pur réflexe de protection. Bien évidemment, dans mon geste, j'avais également renversé mon verre sur lui.

Merde ! Excusez-moi je suis désolé... Balbutiais-je le plus naturellement possible en laissant ma main libre tenter d'essuyer mon méfait avec ma petite nappe.

Pisser dans un violon dirons-nous, mais je ne cherchais pas à sécher les vêtements de Noah, je cherchais simplement à le toucher. Je relevais mes yeux sur lui, croisant son regard dans le processus. J'étais resté proche de lui, volontairement, simulant la surprise comme si je venais de rencontrer la plus belle créature au monde. J'avais envahi son espace intime uniquement pour attirer davantage son attention et que son regard ne soit que sur moi et rien qu'à moi. Une fois ce contact réalisé, j'empruntais une mine confuse et reculais immédiatement, créant un espace suffisant pour qu'il puisse respirer à nouveau et qu'il sente la différence.

Ce n'est que de l'eau ça devrait sécher, mais ça n'excuse pas ma maladresse. Je me connais plus habile d'habitude...

Et maintenant seulement, je lui souriais. Un sourire éclatant dévoilant mes dents comme je savais si bien les faire et les utiliser à mon avantage. J'essuyais ma main humide sur ma veste, spontanément, avant de la lui tendre, espérant qu'il la prenne dans la sienne.

Kenneth Zaran, et vous êtes ?

Et maintenant je jouais les naïfs et les ignorants, curieux néanmoins de découvrir son identité. J'aurais aimé mentir sur la mienne, mais en créer une serait me tirer une balle dans le pied. Je ne doutais pas que cet homme était prudent et que je ne pouvais pas lui mentir. S'il cherchait des informations sur moi, il fallait qu'il en trouve sinon j'allais ruiner toutes mes chances. Peut-être aurais-je assez de temps pour lui caresser la main dans le processus, lui laisser penser qu'il me plaisait, s'il n'était pas trop pressé de s'échapper à moi bien évidemment. J'avais abattu mes cartes, je ne pouvais pas espérer plus désormais. S'il me renvoyait balader, j'aurais définitivement perdu la partie car j'étais bien conscient qu'il ne me laisserait plus l'approcher. Je pouvais au moins, peut-être, compter sur sa politesse et sur le lieu dans lequel nous nous trouvions pour ne pas être trop rude avec moi et me laisser ma chance.



_________________

The gun still rattles



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3775-behind-blue-eyes
 

Use seduction as a weapon. | | Kenoah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite séduction
» échange de quelque astuces pour la drague et la seduction
» Séduction
» Sondage: Et pour 2013... que souhaitez-vous sur Bbox TV ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Third Chapter: New Orleans :: Western New Orleans-