AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (M) Michiel Huisman - Power belongs to the People who take it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 656
↳ Points : 60
↳ Date d'inscription : 25/11/2015
↳ Age : 26
↳ Avatar : Hugh Dancy
↳ Age du Personnage : 36 ans physiquement, mais 785 ans en réalité
↳ Métier : Psychiatre
↳ Opinion Politique : A voile et à vapeur, là où l'intérêt le porte, soit essentiellement le Gouvernement puisqu'il pourrait lui permettre une petite ascension sociale qui ne serait pas de refus.
↳ Niveau de Compétences : 4 avec une préférence pour la magie noire et les fessiers joufflus
↳ Playlist : ♫ haunted - radical face ♫ obstacles - syd matters ♫ otherside - what about bill? ♫ leis ganz leis - oomph! ♫ million miles - dizraeli and the small gods ♫ the first circus - the real tuesday weld ♫ idgaf - watsky ♫
↳ Citation : Ira furor brevis est
↳ Multicomptes : Roman A. Ievseï & Lazlo J. Andersen
↳ Couleur RP : #66cc66



Feuille de perso
↳ Copyright: katzenjammer
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: (M) Michiel Huisman - Power belongs to the People who take it   Jeu 1 Déc - 3:47



 
« We're coming rougher everytime »


 
pris ; libre ; • réservé

 
Cassidy Hidalgo Valdès

 
© crédits
96 ans réels & 32 physiquement ━ DayBreaker
ft Michiel Huisman ━ négociable

 
 
↳ Lieu de naissance :
Richmond, Virginie, USA
 
↳ Forme animale :
/
 
↳ Métier:
Le métier de couverture est au choix (dans les médias, par exemple). Officieusement, en revanche, il dirige un groupuscule de Résistants extrêmement dangereux, dès que ses obligations le lui permettent. S'il compte continuer à mener des actions percutantes avec eux, il estime qu'il est nécessaire aux Résistants de se rassembler autant de possible, malgré leurs différences. Et de rallier le plus de créatures surnaturelles, persuadé qu'il est que l'union faisant non seulement la force, la clé pour renverser le système résiderait dans leurs pouvoirs.
 
↳ Particularité :

▬Cassidy était un excellent illusionniste. Ayant passé son enfance dans un ghetto pendant la Grande Dépression, il a fréquenté une famille de Romanichels qui l'ont introduit partiellement à leur culture, et ont vu en lui un potentiel inégalé. Fort de leur éducation, il s'est servi maintes fois de ses pouvoirs dans ses petites entreprises dont quelques braquages de banques. Mordu par un zombie en Mars 2013, sa nouvelle condition le frustre terriblement, Cassidy ayant perdu un pan entier de son existence en même temps que ses pouvoirs

▬Cassidy a une cicatrice assez laide sur la nuque, là où était anciennement la puce qui lui a été implantée par le Gouvernement. Une forme de résistance inscrite à même son corps, puisqu'il s'est lui-même mutilé pour enlever la puce dès qu'il en a eu l'occasion, lors de son premier passage en prison.

▬Au fond, et même s'il sait qu'il mourra le poing levé, il est épuisé. Soucieux constamment de la sécurité des siens, il cache ses propres douleurs, ses propres pertes, avec des regains sporadiques d'énergie. Mais il sait qu'il n'est qu'un homme, en réalité, avec ses peurs, ses doutes et ses peines. Il estime toujours que sa plus belle et grande illusion, dans cette vie de troubles et de chaos, est de faire croire aux autres qu'il ne ressent ni fatigue ni lassitude. Très peu de personnes connaissent l'Homme qui se cache sous l'Idéal. Et il souhaite que cela dure, le plus longtemps possible.
 
↳ Avis sur le Gouvernement :
Il le hait avec une passion sans limites. A son sens, un Gouvernement capable de divertir les masses en créant des bains de sang, pour faire passer des règles comme la prohibition, mérite d'être descendu. Sans autre forme de procès. Un avis si bien arrêté qu'il lui a d'ailleurs valu la prison, à plusieurs reprises.
© Shiya

 
idéaliste ☦ frondeur ☦ fier ☦ borné ☦ analyste ☦ frustré ☦ imaginatif ☦ renfermé ☦ charismatique ☦ spontané ☦  



 
la vie c'est comme une boite de chocolat


♦   Cassidy naît en 1920 à Richmond, d'un père ouvrier et d'une mère femme de ménage dans un petit hôtel d'une paire d'étoiles. S'il ressemble beaucoup plus à son hispanique de père qu'Ignacio, son grand frère aux yeux clairs et aux cheveux blonds, il est tout aussi illégitime que lui. Un secret que sa mère décide de taire scrupuleusement à toute la famille.

♦   Se contentant déjà de peu, les Valdès peinent à joindre les deux bouts. La Grande Dépression frappe les Etats-Unis. La famine, la misère, se répandent dans tout le pays, visant en particulier les petites gens comme eux. A douze ans, le petit Cassidy et son frère accompagnent leur grand-père maternel, ancien combattant, à New York pour manifester car on lui a enlevé une pension déjà trop maigre pour survivre. A douze ans, il voit les forces de police rouer de coups un grabataire incapable de se défendre. Leur grand-père succombe quelques jours plus tard à ses blessures. Usant de leurs maigres économies, ses parents montent sur New York pour les funérailles et pour rapatrier leurs enfants. Les deux garçons sont traumatisés.

♦   En 1933, profondément affectée par des dépenses trop importantes et pas suffisamment de revenus, la famille est délogée du petit appartement qu'ils occupaient. Ils trouvent refuge dans un ghetto, où règnent chaos et misère. Conglomérat de différentes communautés d'horizons variés, le ghetto parle toutes les langues, a toutes les cultures. Une Cour des Miracles dans laquelle le petit Cassidy, adolescent déraciné, s'épanouit.

♦   En 1935, une famille de Romanichels traverse leur ghetto. Les Valdès continuent de tirer le diable par la queue, au point qu'ils n'ont pas suffisamment d'argent pour nourrir tout le monde. Les voyageurs repèrent quelque chose en Cassidy, quelque chose d'exceptionnel, et proposent à ses parents de l'amener avec eux vers l'Ouest. Déchirés entre leur condition et la possibilité de se redresser avec un fils en moins, les Valdès demandent son avis à leur enfant. Posément, Cassidy leur répond que, de toutes façons, il ne comptait pas rester. L'accord est donc scellé.

♦   La vie sur les routes en compagnie de cette nouvelle famille, de cette nouvelle culture, lui ouvrent les yeux sur le reste du monde. Sorciers, les Romanichels lui enseignent leur savoir. Plongé dans ce monde hors du commun, Cassidy puise tout ce qu'il peut. Energie, puissance, rien de tout cela ne l'intéresse. Il veut juste apprendre. Et, s'entraînant avec acharnement, maîtrise de mieux en mieux ses pouvoirs. Les soirs, autour des feux de camp, ses illusions se mêlent à celles de ses nouveaux parents, de ses nouveaux frères et sœurs, décorant la nuit de couleurs au rythme de leurs chansons.

♦   En 1940, la nouvelle d'une guerre proche de leur pays d'origine, la Roumanie, secoue le groupe de Kalderash. Non seulement la guerre fait rage, mais leur communauté est raflée par les nazis. Jetée dans des camps de concentrations. Afin d'accueillir leurs proches ayant réussi à fuir pour l'Amérique, une partie d'entre eux décident de rejoindre la Virginie, tandis que l'autre part vers la Louisiane. Fébrile, Cassidy échange des télégrammes avec ses parents. Lui souhaite explorer la Louisiane. Ses parents, eux, l'implorent de rentrer en Virginie. Son père est gravement malade. Il décide alors de partir pour Richmond.

♦   Ils s'attendaient à retrouver leur enfant, et les Valdès découvrirent un homme. Un homme accompagné de sa fiancée, Nadja, aux longs cheveux d'ébène et au regard de jais, de trois ans sa cadette. Un homme complètement différent que ce à quoi ils s'attendaient, si différent qu'il lui suffit d'apposer ses mains sur son père pour le soigner de ses maux. Profondément croyants, ses parents croient à un acte diabolique et les chassent, Cassidy et Nadja, de leur foyer. Le seul a encore garder contact avec lui est son frère, Ignacio.

♦   Le couple repart alors sur les routes pour rejoindre leur vraie famille, les Kalderash installés temporairement à Portsmouth. Fin 1944, Nadja atteint ses 21 ans. Les noces durent trois jours et trois nuits. Ignacio, invité pour être le témoin de son frère, glisse à Cassidy qu'il a rejoint l'armée. La guerre fait rage en Europe. Il pense devoir embarquer prochainement dans un bateau pour la France, et se tient prêt. Il demande à son frère de veiller sur leurs parents. Cassidy le lui promet. Les noces passées, le couple et quelques membres de la famille de Nadja repartent pour Richmond. De loin, le fils surveille son père et sa mère. Sans se dévoiler.

♦   En 1945, un télégramme leur arrive en même temps que Nadja met au monde leur enfant. Ignacio est tombé sous les tirs allemands. Une vie pour une autre. Les Valdès se ressoudent autour de l'enfant, malgré la terrible nouvelle. Cassidy reprend le métier de son père, trop épuisé pour continuer, dans une usine d'armement. Un métier qui le répugne profondément. Quelques mois plus tard, Nadja parle d'une très ancienne tradition de sa famille. Reposant sur un système matriarcal, sa tribu a pour tradition de transformer les jeunes mères en animal après la naissance de leur premier enfant. Profondément épris d'elle, Cassidy accepte. Sauf que la magie noire n'est pas son point fort et l'incantation échoue.

♦   Dévasté, le jeune homme est incapable de s'occuper de son enfant. Il le laisse aux bons soins de ses parents et décide de repartir, seul, sur les routes menant vers l'Ouest. Au cours d'une escale arrosée dans un bar malfamé, il rencontre un groupe de bandits des temps modernes. La croissance économique rapide de leur pays les écœure, le lobby des banques les enrage. Ayant de la colère à revendre, Cassidy s'associe à eux. Qu'a-t-il à perdre, maintenant ? Rien. Plus rien.

♦   1947. Cinq braquages de banque. Ses parents reçoivent une somme rondelette tous les mois dans une enveloppe blanche, et n'ont aucune idée d'où se trouve leur fils. Porté par le développement du cinéma et de Hollywood, son groupe de malfrats s'est dirigé vers Los Angeles, et a décidé de s'attaquer aux producteurs véreux. L'argent qu'ils se sont fait, ils l'ont redistribué à leurs familles, à celles de tous les ghettos dont ils sont originaires. S'ils ne gardent rien pour eux, Cassidy a un trésor caché. Une petite starlette qu'il a volée à un de ces fameux producteurs, du nom d'Elizabeth Short. Une amourette fugace de quelques mois qui connait un sort tragique lorsque Elizabeth est retrouvée assassinée, un sourire coupé au couteau allant d'une oreille à l'autre, dans un terrain vague de Los Angeles. Persuadés de sa culpabilité, ses camarades le laissent tomber, malgré qu'il clame son innocence.

♦    En 1948, les forces de police finissent par le rattraper, après qu'un informateur anonyme leur ait glissé son signalement. Un informateur qui n'est autre qu'un de ses anciens partenaires. Jugé sans procès pour le meurtre du Dahlia Noir, Cassidy est condamné à la chaise électrique.

~~~¤~~~

♦    2012. L'ouverture des portes de Darkness Falls. Cassidy est recraché sur une Terre de feu qu'il ne reconnaît pas. Ses années de purgatoire l'ont endurci, ont accentué sa colère et son amertume. Il échappe au Gouvernement, se plonge dans la masse. Des hommes se soulèvent contre d'autres hommes, il retrouve cette émulsion colérique qui a toujours poussé ses pas. Par opportunisme, il rejoint un petit groupe de Résistants. Son parler, sa prestance et son expérience criminelle, s'il cache bien son âge, lui permettent d'être rapidement propulsé à la tête dudit groupe, quand bien même les autres ne connaissent rien de lui. Une confiance aveugle qui l'arrange autant qu'elle le galvanise.

Son groupe mène une première attaque, avortée, contre le Président au début de l'automne 2012. En parallèle, Cassidy est rattrapé par le Gouvernement qui le puce et le contraint à devenir Illusionniste pour les Hunter's Seasons. Pucé, traqué, il accomplit son office jusqu'à trouver le moment idéal pour frapper.

♦   Début Janvier 2013, il continue de diriger ses ouailles de loin, et reçoit des informations de l'extérieur malgré sa propre captivité. Un juge particulièrement cruel est dans sa ligne de mire, et il parvient à l'assassiner fin Janvier. Torturé, battu, il est envoyé en prison aussi sec, seul dans une cellule dans les quartiers de haute sécurité. Un arrangement qui lui convient. Sa liberté contre la vie de centaines d'innocents. Deal.

♦   Février 2013. On fait entrer un nouveau détenu dans sa cellule, un Italien qui aurait soit-disant assassiné le Président. Il suffit d'un coup d’œil à Cassidy pour savoir que l'homme n'y est pour rien, ne comprend pas ce monde, ni même la langue. Sentant que le détenu peut lui être utile, Valdès le prend sous son aile, usant de ses quelques notions d'Italien pour communiquer avec lui. Et lorsqu'il découvre que l'autre est un sorcier, lui aussi, il décide d'en profiter. Ils ont prévu de se tirer de cette prison, avec quelques autres détenus. Noah Dalmazio est un bon illusionniste, lui aussi. Il le met dans la combine.

♦   Début Mai 2013, leur relation a évolué. Roués de coups à chaque fois qu'ils parlent, les deux hommes communiquent en silence, par le biais d'illusions qu'ils projettent directement dans l'esprit l'un de l'autre. Une relation brute, sincère, constante, qui a changé profondément la manière dont Cassidy voit l'Italien. Bercés par leurs illusions, les deux hommes sont inséparables. Échappés avec une poignée de détenus, les deux sorciers se retrouvent pris dans une New York qui n'a plus rien de vivable.
Une rixe éclate dans le groupe, les taulards refusent que Dalmazio les suive dans leur échappée. Rejeté, Noah disparaît dans les cataclysmes. Cassidy a beau passer des jours à le chercher, il est incapable de le trouver. A bout de forces, il tombe dans une échauffourée avec des morts-vivants. Blessé, mordu, abandonné par tous les autres, Cassidy continue pourtant de chercher l'Italien. En vain.

♦    Il est recueilli, plus mort que vivant, par quelques survivants encore présents en ville pour former les derniers groupes de migration. Ils l'amènent avec eux vers la Nouvelle Orléans, où il retrouve quelques membres de son groupuscule. Et décide de reprendre les actions, et sa vie, en main.

 

 

 
les copains d'abord

 
↳ Noah Dalmazio Meadow ;
ft Hugh Dancy
  Meadow. Un surnom donné à cause de ces yeux verts qui rappelaient une prairie d'été. Meadow. Un homme étrange sous bien des aspects, un innocent aux mains réellement pleines.
L'Italien ne parlant pas un mot d'Anglais était une belle opportunité pour pouvoir s'enfuir, au début. Un sorcier puissant, malléable, naïf. Puis l'angle a changé, s'est modifié. La parole leur étant interdite, dans leur cellule, ils se mirent rapidement à trouver une autre alternative. A tisser un monde à eux, fait d'illusions diffuses, de leur passé, de leur présent, de leur futur. Jusqu'à ce que les illusions ne fassent plus qu'une.
  Meadow, c'est plus joli, plus doux, à dire que Noah Dalmazio. Ça roule sur la langue, comme cet accent chaleureux qui lui fait penser à celui de Nadja. Comme cette bulle étrange, paradoxale, qu'ils se sont créée à force de se parler en silence. A quoi servent les mots, quand les images, elles, sont vraiment pures ?
  Meadow. Un surnom qu'il a hurlé dans la tempête New Yorkaise, encore et encore, jusqu'à ne plus avoir de voix. Ne plus avoir de souffle. Ne plus avoir de vie, littéralement.
  Meadow. Un surnom qui provoque une vague d'amertume, d'indignation, dans son nouveau corps. Dans sa nouvelle essence. Une frustration, celle de ne plus être lui-même à cause de lui. Un regret, profond, de ne plus pouvoir revoir, jamais, ses illusions.
  Meadow. Un nom de famille dont il ne s'est jamais douté. Car même s'il a continué à le chercher, il n'a jamais su que la solution était aussi simple. Et que la réponse à toutes ses questions serait bien plus compliquée.

 
↳ Lazlo J. Andersen ;
ft Tom Payne
  Il est son atout le plus précieux, malgré sa grande gueule et son apparente insouciance complète des dangers qui l'entourent. L'ancien Illusionniste a rencontré Lazlo peu après sa sortie de Darkness Falls, et a été intégré aussitôt à son groupe de Résistants. Rapidement propulsé à leur tête, le jeune homme lui voue une admiration sans bornes pour la clarté de sa vision ou ses positions profondément ancrées sur la liberté.
La confiance toutefois n'est pas à son paroxysme. Rapidement propulsé à la tête du groupe, Cassidy est incapable d'accorder tout son crédit à Lazlo, quand bien même ce dernier ne s'en rend pas compte. La Cause est juste, et justement servie par son groupuscule. Mais il ne peut empêcher cette petite torsion d'appréhension qui noue son estomac à chaque fois qu'il pose son regard dans les yeux droits, céruléens, du jeune homme.

 

_________________

History repeats itself ▬ "In the end, we all are broken souls with a past we’ve survived, a story to tell, and the desperate hope that someone will listen" Z. Polinsky x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t3127-noah-lasciate-og

Féminin
↳ Nombre de messages : 15054
↳ Points : 1226
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: (M) Michiel Huisman - Power belongs to the People who take it   Mar 6 Déc - 15:45

SCENARIO PRIS, je déplace

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins
 

(M) Michiel Huisman - Power belongs to the People who take it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (f) - RACHEL BILSON ► the past belongs to it, the future belongs to us
» Netirc-people
» Seven.power-hébergement.com
» Match the Power - Forum RPG Harry Potter
» Wicrosoft office 2007 power point 2007 RÉSOLU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: The Reaping :: Scénarios :: Scénarios Pris-