AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]   Ven 11 Jan - 14:52


Parce que ce gif me fait rire.

Triste cauchemar emplit d'une certaine espérance. La visite impromptue d'un inconnu, la promesse d'un cadeau. La vie n'avait jamais été plus cruelle avec la sorcière, que depuis la veille. Briser depuis des années, elle n'avait plus espéré que souffrance et sadisme dans sa vie. Tout autant que son époux, coucher à ses côtés, qui la tenait entre ses bras musclé... Ainsi dorloter, les tremblements de son corps avaient cessé et la chaleur qu'il dégageait réussi à détendre ses propres muscles. Elle aurait souhaité qu'on ne lui ait pas fait miroiter une chance de guérir, elle aurait voulu que jamais plus on ne l'embête, avec de telles bêtises. Mais, voilà. Le monde avait décidé qu'il en était autrement et on lui avait envoyé un bouffon aux allures morbides pour lui promettre l'impossible.

Secrètement déstabilisé, la femme se blotti entre les bras de son époux. Caressant les cicatrices qui martelaient leurs deux peaux. Elle ne devait plus souffrir de cette perte, puisqu'il ne c'était jamais détourné de sa véritable apparence. Les marques laissées sur sa taille autrefois immaculé, il les avait aimés et elle en avait fait de même avec les siennes. L'important c'était de ne plus se dire qu'un jour elle pourrait récupérer cet œil invalide. Fermant les yeux, elle chassa au loin la cruauté de ce qu'elle voulait considérer tel un cauchemar.

Mais rien n'eut raison de ce sentiment d'impuissance. Comme elle pouvait détester la faiblesse de son esprit. Maudissant le sommeil qui refusait de lui venir en aide, la jolie brune se glissa hors des couvertures et alla rejoindre la salle de bain. Passant devant le grand miroir de sa chambre à coucher, sans y remarquer qu'elle pouvait l'apercevoir, alors, qu'il se trouvait de son côté non voyant. Averyl ne pouvait même pas imaginer que ce charlatan n'en était pas un. Voilà pourquoi, allumant une chandelle à l'aide d'un mot, elle se concentra sur l'eau chaude qu'elle voulait faire couler... Imaginant déjà, Vincenzo la trouver endormie dans ce qui avait été un bain bouillant.

Une autre image s'imposa soudain à son esprit... Dans cette obscurité, une lueur persistait. Une lueur qui jamais, une fois accroupi devant son âtre de plaisir, ne lui avait semblé présente. La chandelle se trouvait à sa droite et ce côté n'était plus que néant depuis quelques siècles... Soudainement prise de palpitation, elle porta sa main à sa poitrine et se racla la gorge de nervosité. Fébrilement, mais sûrement, elle ferma son œil valide et découvrit avec satisfaction... Que malgré, son invalidité, elle pouvait percevoir le monde. Un sourire sadique se dessina sur ses lèvres. Se trouvant à moitié nue dans une salle de bain embué par l'eau qui se déversait, une seule chose lui importait. Aujourd'hui, elle avait un nouvel atout dans sa poche.

Quelques heures plus tard, l'animatrice de télévision se préparait, son nouveau secret bien scellé entre ses lèvres. Son émission avait parlé d'illusion et pour ce faire, on avait invité son illusionniste préféré. Ce soir, elle avait pu l’observer tout en ce concentrant sur son travail. Il avait toujours eu le don de l'amuser et il y avait un moment qu'elle ne l'avait revu... Depuis sa victoire lors des derniers jeux. Une sensation de plénitude l'envahissait, à mesure qu'elle constatait à quel point, cet angle mort lui avait caché des choses. Des attitudes, des gestes. Les gens avaient appris à diminuer leur garde en sachant qu'elle ne pouvait les voir. Heureusement, ils n'avaient aucune raison de changer cette habitude.
Attrapant son manteau d’un geste négligeant, elle l’enfila avant de se diriger vers l’homme qui l’intéressait actuellement. Ce soir la sorcière se sentait d’humeur à tenter le diable. Ce fut, sur cette pensée, qu’elle lui décocha un sourire légèrement moins humain qu’elle ne l’aurait voulu. « Et si, je t’invitais à dîner pour te remercier de ton aide durant cette émission? »


Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]   Lun 14 Jan - 23:18

Nuit sereine accompagnée d'une lune omniprésente, nuages noirs camouflant un ciel étoilé. Ombres de silhouettes inconnues, moqueuses, dansant sur les murs au rythme d'une brise frileuse. Il pouvait lire la haine dans ses yeux, ce malaise emportant avec lui des envies malsaines dont la plupart avaient fait preuve. Il le scrutait, l'attendant au coin d'un croisement où deux amandes bleus photographiaient la scène, la rendant immortelle. L'inconnu aurait pu être un artiste, se servant de ses mains comme une véritable arme. Succombant à sa folie de meurtrier. Il la ravageait de coups, corps et âme, cette femme dont la chevelure d'or avait perdue son éclat, noyée dans une mare de liquide rougeâtre. Pendant un court instant, il cru voir son visage le suppliant d'arrêter ce supplice. Il l'aurait fait, même si ses prunelles n'étaient pas les siennes. Il attendait le parfait moment pour attaquer, sortir ses griffes et le déchiqueter. L'envie était pressante, mais la rue était envahie de Peacekeepers armés jusqu'aux dents. Soldats de pacotille aveuglés par une belle paire de fesses passant sous leurs yeux délavés. Wayne caressa du bout des doigts le pistolet qu'il tenait contre sa poitrine, objet de valeur dérobé lors d'une énième journée de travail. Il était créateur d'illusions, il pouvait bien avoir droit à quelques primes. Il glissa le long du bâtiment, glacé et inconfortable qui lui valut un frisson. Le voilà à nouveau chasseur, cette fois-ci pour de différentes raisons, guettant sa proie. Un idiot de plus qui rejoindrait les rangs d'Hadès.

Le fauve était de plus en plus prêt, il pouvait sentir l'odeur du brigand. S'approximant par derrière, il ne peut s'empêcher d'y ajouter son grain de sel: « On n'oblige pas une dame à nous désirer salaud. » Il voulut appuyer sur la gâchette, mais les soldats de la paix revenaient à la charge. Il se contenta de l’assommer avec un coup de coude sur la nuque par peur de se voir licencier et perdre ce plaisir intense que représente la torture des élus. Il ne pouvait pas en rester là, il devait lui voler la vie comme il avait voulu voler celle de cette gamine que la vie n'avait pas épargnée. Le sorcier s'empara des cheveux du scélérat, les mèches s'entrelaçant entre ses doigts et frappa aussi fort qu'il peut et autant de fois qu'il le fallait contre un sol humide et ravagé par les catastrophes naturelles. Il attendit quelques secondes avant de reprendre son geste jusqu'à en devenir fou et jusqu'à ce qu'une main aux longs et fins doigts dont les ongles étaient en parfaite santé se posa sur son épaule, l'invitant à s'arrêter. Il suivit le conseil, se redressant, ajustant son t-shirt et se coiffant les cheveux. Il rangea son arme. La demoiselle le regarda. La profondeur de son regard était bien meilleure que mille merci. Elle s'en alla, marchant maladroitement et réfléchissant à son avenir, remerciant les cieux d'avoir été aussi généreux avec elle. Wayne faillit oublier l'invitation de Lilya. Cela l'agaçait plus qu'autre chose, de nature discrète, il était le dernier à vouloir se faire remarquer, son passé le suivait lui donnant une réputation pas très saine.

Il s'y rendit, sans grande conviction. Les deux heures de l'émission lui parurent une éternité. Ce n'était pas de son genre de faire semblant de sourire rien que pour faire plaisir, mais s'il voulait les avantages de la belle brune, il devait lui aussi y mettre du sien. Deux heures de mensonges. Le public s'interrogeait ainsi que l'animatrice de savoir ce que cela faisait d'être concepteur d'illusions. Il aurait voulu répondre qu'il prenait un malin plaisir et qu'il n'hésitait pas à customiser et à y mettre de sa personnalité, mais il se contenta de rester neutre, de répondre aux questions sans jamais rentrer dans les détails.

« C'est la première fois qu'une femme m'invite à dîner, tu m'épateras toujours ma chère Lilya. » Il lui rendit son sourire. « Si tu m'invites, c'est toi qui payes. Tu me dois au moins ça après les deux horribles heures que je viens de passer à répondre à tes questions stupides et inutiles de petite épouse trop curieuse. »

Les règles de bienséance ? Il n'en a rien à faire. Cette femme l'attirait, mais était tout aussi capable de le faire se sentir mal à l'aise. Elle pouvait être repoussante de par ses idées féministes qu'il trouvait complètement banales et sans aucun intérêt. Il aimait la défier, impressionné lorsque celle-ci surmontait ses défis sans broncher. Colérique lorsqu'elle n'hésitait pas à lui faire savoir. Il la voulait, mais il la voulait dans son lit, espérant passer une nuit torride. Etrangement le fait qu'elle soit aveugle d'un oeil, l'excitait encore plus.

« Commençons d'abord par fumer une petite cigarette. On a toute la nuit devant nous, n'est-ce pas ? » Il lui fit un clin d'oeil et sortit une cigarette de son paquet malrboro. « T'en veux une ? » Il attendit sa réponse. Une présence inconnue se jouait de lui, apparaissant et disparaissant à son bon vouloir. Il l'avait déjà remarquée sans jamais oser lancer la discussion avec son interlocutrice. En regardant à travers la grande vitre de la porte d'entrée du studio, la silhouette lui adressa un sourire carnassier accompagné d'un petit salut de la main provocateur. « Il y a quelqu'un dehors qui nous observe depuis un petit moment. Allons jeter un coup d'oeil. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]   Mar 15 Jan - 4:28


Parce que ce gif me fait rire.

Aimant le jeu de tromper les humains, Lilya prenait plaisir à son rôle d’animatrice. Attirant l’attention, éclipsant ses invités, séduisant le public et gagnant le cœur des gens qui l’écoutait de leurs salons. On la prenait pour une survivante depuis peu. Des rumeurs disaient qu’elle avait perdu la vu durant les derniers jeux, alors, qu’il était d’événement public qu’elle n’avait jamais vu de cet œil. Mais, la réalité était bien moins romantique. S’ils avaient su, le mot démon aurait prit place parmi les murmures du peuple. Aujourd’hui, on disait son prénom en racontant sa triste expérience durant sa participation aux jeux et pourtant, elle n’en gardait que quelques cicatrices de plus, que son époux avait vite fait d’embrasser. Aucun traumatisme ou dégout pour ce qu’elle avait fait. L’une des seules à pouvoir affirmer que vivre une telle expérience ne l’avait en aucun cas changé. Au contraire, le goût de la violence qui l’habitait n’avait été qu’amplifié. Son besoin de ramener le chaos ayant reprit du service.

Cette soirée, cette émission, avait marqué le retour à l'écran de la grande gagnante. Pour son grand plaisir, elle pouvait recommencer à étendre sa toile, si magnifiquement confectionner, avec la patience des êtres sans âges. Que lui importait d'être superficiellement ennuyer, du moment qu'elle atteignait son but et que le chaos se repende sur la terre. En digne maîtresse des fausses émotions, nul ne c'était douté de tout ce qui lui passait en tête, alors, qu'elle discutait avec un homme que le diable avait dû bénir. L'interrogeant, consciente de son ennui. Leur relation n'était pas des plus définis, mais l'homme savait lui inculquer des rêves érotiques, tout autant qu'il saurait profiter des bénéfices qu'une femme telle que la sorcière pouvait lui offrir. Le souvenir d'un autre homme qui avait dû obtenir une telle bénédiction, lui tira un sourire, à l'instant où elle s'était décidée à l'invité, à jouer avec Wayne.

Ayant obtenu une force, de son ancienne faiblesse, de la part de Rumpel, Madame Sandro se dirigea la tête haute vers celui qui l'avait aidé à repartir son émission, l'invitant à se détendre après un entrevu qu'il n'avait pas apprécié. « C'est la première fois qu'une femme m'invite à dîner, tu m'épateras toujours ma chère Lilya. » Un petit rire, sec, fila entre ses lèvres, comme elle l'écoutait. « Si tu m'invites, c'est toi qui payes. Tu me dois au moins ça après les deux horribles heures que je viens de passer à répondre à tes questions stupides et inutiles de petite épouse trop curieuse. » Rire qui devient un regard amusé. Il y avait de nombreuses personnes qui ne semblaient pas réaliser sa nature de sorcière, mais elle ignorait si cet homme le savait. « C'est que la curiosité est un vilain défaut... Qui semble m'enrichir d'instant en instant, oh moi... Pauvre petite femme à qui on a passé la corde au cou. »

Prenant le temps de boutonner son manteau par-dessus une robe moulante et digne des tapis rouges, Lilya reporta son attention sur son invité. « Oh et s'il te plait, oublie Lilya. Je préférais Averyl. J'entends mon nouveau prénom un peu trop souvent à mon goût. » Oui, après tout. Wayne pouvait bien prétendre à connaître sa vraie identité. Lui, qui si jeune, semblait né pour lui rappeler le plaisir de charmer une bête sauvage. Aussi trépidant qu'imbécile. « Commençons d'abord par fumer une petite cigarette. On a toute la nuit devant nous, n'est-ce pas ? T'en veux une ? » Répondant à son clin d'oeil par un haussement des épaules, elle attrapa une cigarette qu'il y avait dans le paquet qu'il ne cherchait pas tenir éloignée. « En autant que je puisse t'en voler une. Sans promesse de remboursement. » D'un geste discret, elle camoufla la cigarette dans sa poche, ne voulant pas ruiner son image de femme de haute société avec un de ses petits plaisirs. Même monsieur Sandro ignorait son penchant pour la fumer intoxiquée. Son geste avait été vif et peu aurait pu remarquer l'adresse d'une telle capacité à camoufler. « Il y a quelqu'un dehors qui nous observe depuis un petit moment. Allons jeter un coup d'œil. » Jouant à celle qui ne pouvait apercevoir la silhouette qui semblait les attendre, elle fronça des sourcils, faussement surprise, se disant que son talent d'actrice était particulièrement utile en cette première journée. Tournant légèrement la tête, un sourire mi-inquiet, mi-amuser de le revoir si tôt étira ses traits. Cet être avait quelque chose qui alarmait son instinct de survie et qui l'avait fasciné. Un dangereux, mélange si on parlait de la vieille femme.

« Je crois que c’est toi qu’il observe, mais je t’accompagne. D’un coup que ce vieil homme souhaiterait te faire du mal. » Il y avait de l’humour dans sa voix et une drôle d’émotion lorsqu’elle avait parlé de souhait. S’avançant, elle se retourna légèrement pour observer le sorcier. Oui, elle ne savait lequel des deux étaient la fréquentation la plus dangereuse et en s’en rendant compte, son estomac se tordit d’appréhension et de plaisir. Une fois que l’air du soir vient caresser son visage, Averyl siffla légèrement et son chien accouru, comme sorti de nulle part. Elle lui donna une légère caresse et inclina la tête en direction de celui qui les avait observés, sans dire mot. Son sourire trahissait de nombreux secrets, pour ceux qui savaient interpréter. Elle laissa même, glisser sa main le long du bras de Wayne, avant de ressortir la cigarette. Attendant qu’on sorte un briquet.

Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]   Sam 26 Jan - 14:04

Son cœur battait à toute allure, il allait défaillir, victime de ses propres émotions. Le poids de ces prunelles dorés pesait sur son dos. Silhouette étrange, comédienne jouant avec ses nerfs qui allaient lâcher à tout moment. Faiblesse lunatique dont il se serait bien débarrassé. Il l'aurait anéanti s'il le pouvait. Maillon faible dans toutes les situations possibles. Craquer devant cet inconnu ou démontrer ses savoirs devant sa future maîtresse. On a toujours le choix. Serein, il prit une longue respiration avant de poser ses yeux d'une couleur bleu vive sur sa partenaire. Taquine ce soir-là, poétique par moments, utilisant de ses charmes dans le but de le faire tomber. Vipère à la langue longue, le souillant de son venin discret. Se croyant assez maline pour l'attraper dans ses filets. Dame de la haute société se cachant sous une carapace futile. Femme se prétendant aimante et exemplaire. Mari trompé, ne se doutant des trahisons de sa cachotière d'épouse. Séduisante et mesquine, tel un serpent se faufilant dans tous les sujets d'actualité. Personnalité sarcastique dont le sourire n'était qu'un masque puéril. Il aurait aimé le rencontrer, celui qui prétendait appartenir à la place suprême de la hiérarchie. Les types de ce genre le faisait souvent sourire, trop occupés à revendiquer leurs biens pour ne laisser qu'une impression de matérialiste frustré dans sa vie sexuelle. Poupée de glace, austère et hostile suivie par des gestes précis et délicats, adoptant une démarche élégante et envieuse. A l'apparence réservée et loquace, sortant toujours de son mutisme lorsque les rumeurs valaient la peine d'être écoutées. L'idée d'un échec lui inspirait une peur confinant à la panique. Du moins, c'était ainsi qu'il la voyait. Une madame exigeante, refusant de se soumettre à des inutiles faux pas, déterminée et ambitieuse, capable de tout pour surmonter les obstacles se dressant devant son regard d'un bleu profond. Un soupir trembla dans sa gorge. Lilya pouvait être aussi très agaçante, lançant des railleries sans fin, essayant sans cesse de prendre le dessus. Le sorcier se montrait impérieux et sévère face à ses attitudes, portant une haine inexplicable envers celles qui avaient décidé de rejoindre le camp des féministes. Wayne contempla sa partenaire d'un regard absent, son esprit focalisé sur l'invité. Obstinément, il essaya de composer une image mentale de l'homme qui portait cette silhouette, mais le portrait qui se forma dans son imaginaire était flou et indistinct. Il en fut de nouveau consterné, totalement obsédé par cet étranger.

« Épargne moi tes récits romanesques. Ne viens pas te morfondre sur ton sort, des femmes comme toi j'en ai assez rencontré. Si ambitieuses au point de sacrifier père et mère pour une vie de gloire. »

Gracieuse offrant une vue spectaculaire sur un corps svelte et doté d'un raffinement peu commun. Détestable aux propos haineux sans appréhender la tornade que cette femme était capable de créer. Rencontre mythique qu'il continuait de garder dans ses souvenirs. Totalement absorbé par la lueur de ses rétines, un rictus lui déchirant les lèvres avait suffit au sorcier pour faire revivre cette flamme exotique qu'il tentait de camoufler avec un succès qui l'étonnait lui-même. Posant sa main sur l'épaule de Lilya, il lui adressa un regard intrigué. Cette femme pouvait passer du coq à l'âne avec une facilité qui l'amusait. La soirée n'était hélas pas ouverte à des plaisanteries enfantines. Il se retourna vers l'étranger, applaudissant ironiquement en faisant croire que sa prestation l'admirait. Il n'en était rien, son état colérique lui bouffait l'estomac qui ne cessait de provoquer des reflux gastriques dont il ce serait bien passé. Sans vouloir mettre à jour son état de malaise, il continua à applaudir en lançant des petits cris stupides accompagnés de grands "bravo" avant de tourner la tête vers la droite et de répondre à la jolie brune.

« Je sens que nous venons de passer un stade important de notre relation. Tu me révèles ton deuxième prénom maintenant ? Je suis à mi-chemin de te mettre dans mon lit. »

Il sourit, se jetant dans le jeu sans vraiment prendre la précaution de faire attention à ses paroles quelques peu déplacées. Il avança d'un pas, cessant son attitude de bambin et lança sa première réplique à l'égard de l'homme ou la chose vu l'état physique dont il se trouvait. Il ne pouvait s'empêcher de penser que sa tenue vestimentaire était très démodée et que ça enlevait tout à sa crédibilité.

« Qu'est-ce que tu veux vieil homme ? De l'argent ? J'ai à peine des thunes pour joindre les deux bouts ! J'ai du passer de deux bouteilles de whisky à une seule. Je crois que de nos deux, je suis le plus à plaindre hélas ! » Il regarda Averyl prêt à se jeter dans la gueule du loup. « Il est peut-être homosexuel, qui sait ? »

Il eut à peine le temps de retourner le visage vers le coin obscur qui cachait la présence de l'invité, que sa silhouette avait disparue... comme par magie. Il bougeait dans tous les sens, franchement déconcentré par un tel tour qu'il n'était pas capable d'expliquer. La partie devenait de moins en moins amusante. Il n'avait pas l'habitude de se retrouver désarmé, cela avait un goût amer de défaite. Il porta le bout de nicotine à ses lèvres, tirant dessus à plusieurs reprises, s'étouffant presque avec la fumée de celle-ci. Au moment où il la cracha, il se rendit compte que le visage de l'homme se collait presque au sien. Il eut un mouvement de recul et lâcha sa cigarette, surpris. Les prunelles de son interlocuteur étaient aussi brillantes et dorés que le collier de cette belle métisse qu'il avait rencontré la nuit dernière. Ses cheveux mi-longs étaient bouclés et sales. Ses dents... eh bien, il n'en avait presque plus et lui conseilla:

« Hum... de là où tu viens, les brosses à dents ne rentrent pas ton budget ? »

Les lèvres de l'inopportun se déchirèrent en un sourire carnassier lui volant quelques frissons. Il se pencha en avant et se présenta en tant que "Rumpelstiltskin". Wayne haussa un sourcil, se mordant les lèvres pour ne pas exploser de rire. « Bref, à part ton prénom imprononçable et ton haleine de chacal, tu as quoi d'autre à nous faire subir ? » La phrase trop, la moquerie déplacée. L'homme ne semblait pas content par ses propos, mais il continuait de sourire comme un gosse avant de se mettre à sautiller. Le sorcier eut envie de lui coller l'étiquette de "l'excité de la semaine". « La magie... oh non, ne fais pas cette tête. Nous savons bien tous les deux de quoi je parle... oh et laisse moi deviner... sous tes airs de coq enflammé aux désirs sexuels consumés, ta femme et ton enfant où se trouvent-ils actuellement ? » L'homme se mit à danser, levant l'index de ses deux mains comme pour créer un rythme à sa musique imaginaire. Wayne transpirait, les goûtes de sueur glissaient le long de son visage et pour la première fois de sa vie, il ne sut quoi répondre. Il opta pour la lâcheté, essayant d'avoir recours auprès de sa partenaire. « Viens, on se casse d'ici. » L'étranger continua de danser, son ombre effrayante prenant toute la place de la ruelle qui leur faisait face. « Encore ? Tu recommences ? Quel couard tu fais mon enfant. La scène recommence... toujours les mêmes décisions chaotiques qui mènent à ta perte... Veux-tu les revoir ? » L'ancien flic resta sur place, bouche bée ayant pour seul réflexe de s'agripper au bras de Lilya.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]   Sam 2 Mar - 15:19



« Épargne moi tes récits romanesques. Ne viens pas te morfondre sur ton sort, des femmes comme toi j'en ai assez rencontré. Si ambitieuses au point de sacrifier père et mère pour une vie de gloire. » Pour toute réponse, il eut droit au sourire de la veuve noire. Elle n'avait pas sacrifié son père, seulement quelques étrangers sans lien de parenté. Mais, ses plans s'assombrissaient à mesure qu'elle n'arrivait pas à vivre son besoin de violence. Peut-être en viendrait-il à sacrifier la seule famille qu'il lui restait. Cette idée lui plaisait et apaisait son envie de trouver une pauvre victime à maltraiter. La réplique avait, toutefois, eu le loisir de faire briller une lueur dans ses yeux. Son besoin de grimper dans les sphères de la société, n'était pas le motif de son ambition, mais il ne pouvait pas le savoir.

« Je sens que nous venons de passer un stade important de notre relation. Tu me révèles ton deuxième prénom maintenant ? Je suis à mi-chemin de te mettre dans mon lit. » Le bruit de ses applaudissements résonnaient sur la pavé de la route et la moquerie qu’on y distinguait, amusait la sorcière. Qui, toutefois, se demandait si le personnage visé accepterait cette situation avec l’humour qui le caractérisait ou non. De sa main libre, elle caressait la tête de son chien, qui, lui, rabattait ses oreilles sur sa tête, n’appréciant pas que sa maîtresse soit accompagnée de deux inconnus.
Certaines, se seraient offusquées d’une telle déclaration, mais c’était là tout le charme de Wayne. Elle aimait son côté impoli et le comparait souvent au diable. Une tentation bien plus enivrante que celle qu’on lui offrait le plus souvent. L’observant de son œil nouvellement valide, elle gardait, toutefois, une partie de son attention sur la silhouette repoussante de cet étranger au nom étrange, qui lui rappelait vaguement quelque chose. Avant qu’il ne lui offre sa vision… Averyl avait déjà entendu parler de cet être. Malheureusement, sa mémoire l’avait abandonné sur ce sujet.

« Tu es, a mi-chemin de me mettre dans ton lit, depuis bien plus longtemps qu'il n'y paraît. » Laissa-t-elle filer entre ses lèvres, se fichant pas mal de ce que le diable penserait. Elle passait ses journées à jongler entre diverses opinions, mais une fois en sa compagnie, elle prenait congé de ce travail ennuyant. Portant, sa cigarette à ses lèvres, elle inspira profondément tout en observant la scène entre la beauté et la bête.
Profitant de sa vue, nouvellement récupéré, Lilya arrivait à percevoir toute la scène... Étrangement semblable à sa propre rencontre avec Rumple. Intérieurement, elle jouissait de ne pas se voir refuser certains détails. Pour une fois, elle constata qu'il fumait, puis échappait sa cigarette sous le coup de surprise. Elle n'entendit pas seulement, ce qui empêcha Wayne de répondre, mais pu voir la bouche qui prononçait cette phrase qui la laissa surprise. Une femme, des enfants? « Viens, on se casse d'ici. »


Elle tourna la tête vers l'homme, qui pour une fois, n'avait pas trouvé quoi répondre. Se rapprochant de lui, elle entendit le grognement de mécontentement de son chien, qu'elle corrigea d'un petit coup de talon, qui ne fit que l'effleurer. Elle allait lui dire de l'écouter qu'il n'était pas qu'un imbécile de plus, mais l'être répugnant la devança, le clouant sur place. Sandro le laissa s'agripper à son bras, prenant plaisir à la légère douleur qui l'envahissait. Lançant un regard à Rumpelstiltskin, avant d'approcher sa bouche de l'oreille, de celui qui semblait secouer, elle murmura quelques mots, qui sonnèrent différemment. Aucune touche de froideur, contrairement à son habitude. « Wayne... Écoute-le. Peut-être pourra-t-il t'être aussi utile qu'à moi. » Sur ce, elle se recula, reprenant une distance plus convenable, sans pour autant rompre le contact entre eux. De son œil, officiellement invalide, la femme capta un mouvement et sans sursauter, elle constata que l'étrangeté ambulante venait d'apparaître devant eux, bloquant l'accès à une retraite facile.
Prise dans cette situation, elle se demandait si elle ne finirait pas sa nuit seule ou dans les bras de son époux. Son premier plan semblant tombé à l’eau, à mesure que le trouble envahissait le personnage principal, sans qui… Elle déprimerait de devoir revoir ses intentions.

Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]   Sam 23 Mar - 21:44

« Oui. » Réponse affirmative qui se glissa entre ses lèvres sans qu'il eut le temps de réfléchir à la proposition du sorcier. Revoir ses êtres chers aurait été la dernière solution à laquelle ses pensées se seraient dirigés. Leurs visages venaient le hanter chaque soir, défigurés par la haine. S'il pouvait apprécier leur beauté pure et saine sans une once de mépris, il n'hésiterait pas une seule seconde. Ignorant les répliques de sa partenaire, l'ancien flic semblait s'engouffrer dans une autre dimension. Un monde parallèle où le néant était roi. Un visage à la peau craquelé et aux grandes prunelles sarcastiques, le dévisageait. Sournois, rusé et avec insistance. Applaudissant face à une décision qu'il connaissait d'avance. Son enveloppe corporelle fut remplacée par une figure parfaitement bien dessinée.

Les traits doux de ce visage féminin, il aurait pu les construire lui-même. Un épiderme resplendissant. Peau pâle, reine des glaces où son cœur remplie de chaleur pourrait faire fondre le plus gros des iceberg. Rétines d'émeraude souriant de par leur splendeur naturelle. Suavité déconcertante lorsque son regard croisa le sien. Il sentit ses muscles défaillir, son organe vital prenant de l'ampleur. Sa chevelure défiant les rayons de ce soleil de plomb, provocant une montée vertigineuse de la température de son corps. Une petite main essaya de se faire discrète, caressant du bout de ses doigts le tissu rougeâtre de la jupe de la jeune femme. Au niveau de ses genoux, une ombre révélant la masse d'un petit être aux grands yeux ronds. L'observant avec un mélange de frayeur et de curiosité. Un déchirement de lèvres exprimant l'immensité d'un bonheur longtemps révolu. Une main droite qui s'avance avec hésitation jusqu'à ce que la sienne vienne cajoler celle-ci. Un affrontement rempli de tendresse qui s'arrêta brusquement, le faisant revenir à la réalité.

« Suffit. Pour ce soir tu as été comblé. A présent, tes journées seront illuminées par des chimères irréalistes, mais dont la profondeur te semblera si réelle qu'elle pourra déclencher un véritable bien être. » Poings serrés. Un état colérique qu'il ne tenta même pas de contrôler, écoutant les paroles d'Averyl, voulant se montrer bienveillante et l'incitant à prendre en compte les propos de cette créature horripilante. Lâchant prise, son regard étincelant s'adressa avec férocité à sa voisine. « De quoi tu parles ? » murmura-t-il entre ses dents avant de se retourner vers le vieil homme. « J'en veux encore. » cracha-t-il appuyant sur chaque mot avec une force qui le laissait dans une posture dérisoire. « Pas de problème. En revanche, il y a un prix. Dorénavant en échange de ces hallucinations, chaque femme que tu croiseras te repoussera. Chacune d'entre elles éprouvera un dégoût sans failles envers ta personne et même sous la couette tu ne les auras pas. »

Wayne évalua la situation avant d'arriver à un consensus. « D'accord, mais laisse moi cette nuit encore que je puisse profiter une dernière fois de l'affection d'une jeune femme. » Ses pupilles se tournèrent vers la brune sulfureuse. Un clin d’œil aux intentions charnelles s'échappa. Hochant de la tête, l'homme disparu, laissant les deux amants livrés à eux-mêmes. Finalement cette rencontre imprévisible avait plus d'avantages que d'inconvénients. Il pourrait partager avec l'élégante brunette cette nuit qu'il désirait tant. « Bien. Ce fut une soirée en émotions fortes. Alors, que prévoyais-tu de faire avant que cet intrus pénètre notre existence ? D'ailleurs, rassure toi. Je n'ai pas oublié ce que tu as dit tout à l'heure. Tu le connaissais déjà ? C'était donc un piège ? » Il aurait pu la bercer d'illusions, lui faire vivre les pires heures de sa vie si l'envie s'y prêtait. Il espérait au fond que la demoiselle ne soit pas une actrice de haut niveau, au point de prétendre être ignorante. Cependant, rien de cela ne changerait au fait que de son corps il en voulait être le maître.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ne pas avoir peur du diable... N'est-ce pas? [Pv. Wayne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Phobie aérienne ou peur de l'avion
» Impossible d'avoir une seule fenêtre a chaque action
» Plus moyen d'avoir la bonne taille d'avatar... :'(
» Gumi, ou comment faire peur au gens è_é
» Remercier de m'avoir accepter !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-