AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}   Mar 15 Jan - 23:41

Je te souhaite à mon pire ennemi.
L
a vie n’est qu’un jeu où il faut placer les bons mots et bons gestes aux bons moments pour au minimum s’en sortir vivant et au mieux en retirer gloire et succès. La chance n’existe pas… Sinon jamais Alexan n’aurait été tiré et jamais je n’aurais eu à voir tant de pauvres gosses mourir. J’ai gagné, j’ai rencontré Ruby et désormais nous sommes en paix à vie mais à quel prix. Je ne sais pas pour quel côté pencher… Si bien que je titube et tangue au dehors de ma vie. Le bitume toujours humide des pluies diluviennes de ces derniers jours me renvoi mon reflet. Ceux qui rêvent d’une vie de soleil doivent briller d’eux même. Or ça demande un tel travail, de tels sacrifices… Que ne donnerais-je pas pour pouvoir parler à nouveau à Alexan comme avant. Nostalgique des temps passés mon corps résonne de cette douce mélancolie.
Je suis sorti sans trop réfléchir, marchant sans but, si ce n’est celui d’oublier. Oublier mes constantes disputes avec Ruby, oublier le déclin de ma famille ainsi que celui de mon âme. Je souris en pensant au pacte entre l’amour et le diable qui continue de séduire tant de gens, même Maycie et Alexan ont signé. Après tout je suis riche, je suis plein de gloire et où qu’on dise mon nom les gens deviennent dociles et admiratifs. Je ne devrais pas me mettre dans un tel état mais l’homme a une nature de dramaturge.
Prenant la direction du Casino je me décide enfin. Je vais faire mourir ces pensées dans l’alcool et jeux d’argent avec l’espoir de finir la nuit entre de longues jambes. Je vais céder au chant des sirènes, et partir à la dérive de ma raison. En longues foulées rapides j’atteins le bâtiment immense, ode à la débauche. J’adore d’ores et déjà ce lieu.

Les hommes de famille respectables, les magnats de la finance, les tortionnaires des jeux, les pauvres en quête de sensation et les rêveurs désireux de voir leur vie basculer, tous sont là les yeux humides de désir. Les femmes ne manquent pas, ainsi que l’alcool.
D’un pas rapide et fluide, de celui qu’on n’entend pas et que j’ai appris sur le tas durant les jeux je me dirige vers le bar. Aucune attention n’est nécessaire, pour fini par raconter comment j’ai tué des jeunes innocents… Photographiant des yeux des gens heureux, au point de le devenir un peu à mon tour. Je commande un whisky afin de rendre ma tête embuée et observe les autres personnes au bar, des gens qui fricotent, des hommes seuls et elle. Une brune maigrichonne mais c’est étrangement séduisant, moi qui d’habitude aime la chair ne me plains pas. Ces yeux ont cette couleur qui me rappelle Ruby, brun perçant. Qu’est ce qui me retient de l’accoster pour finir ailleurs… Va savoir, son regard a suivi le mien pour se braquer sur moi. Je suis fait. Elle est séduisante et son sourire me dit qu'elle le sait.
Un sourire enjôleur aux lèvres je prends mon lèvre et d’un léger geste lui fait signe avant de faire couler le liquide dans ma gorge. Invitation muette né de ma curiosité maladive.
code by Mandy


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}   Jeu 17 Jan - 15:15

Je te souhaite à mon pire ennemi


Un air de musique classique glacial résonne dans tout le manoir. On sent la froideur sur le seuil de la porte lorsqu'on domestique ouvre celle ci. Je le salue gentiment et poliment, il est une personne comme les autres, il n'a pas d'avis sur le gouvernement, il travaille pour survive, il mérite mon respect autant que presque n'importe qui. Je ne l'accorde pas à n'importe qui, je ne m'abaisse pas à ce niveau là, je suis respectée certes mais pas question de respecter des personnes qui ne respectent en aucun cas les droits des hommes. Ma famille est surement la plus imposante de la ville, une des plus riches et des plus anciennes. J'ai déjà entendu des rumeurs sur nous, on nous appelle les vampires, d'après les journaux de presse à scandale on aspire tout ce qu'on peut pour devenir plus riches. A l'instar des vampires qui aspirent le sang de leur victime jusqu'à la dernière goute pour être eux aussi plus fort. Mais il n'y a pas de vampire ici, on a des êtres dépourvus de sens particuliers mais rien de plus. J'aime me qualifier d'être comme cela. J'arrive à faire des choses avec mes gestes, ma pensée qui m'épate et m'éclate toujours autant. Les éléments naturelles ne me résistent pas beaucoup et j'adore. La grande puissance en monter. Heureusement que je ne prévois pas de contrôler le monde, parce que je serais en bonne posture je suis sûre, si un jour je deviens despotique il faudra m'arrêter, la pouvoir rend les gens fou, mon père est fou. Impardonnable tout le monde l'avait prévenu.

Voyez vous ce soir, je rage légèrement. Un repas de famille, je déteste ce genre de mascarade. On est où là ? Tout le monde est hypocrite maintenant, je sens déjà les reproches et les conseils fuser. Moi jeune femme censée être enceinte.. Je sens que je vais recevoir une pluie de question. Le pire dans tout cela c'est que le préposer papa n'est pas disponible ce soir, monsieur travail. Je le maudis de bosser lorsqu'on a besoin de lui. Il doit jouer mon fiancé être toujours à mes cotés et lui bossent. Je sais que cet argument sera évincé de la table en moins de deux par mon père. Pour elle la danse n'est absolument pas un métier, elle aurait préféré que je devienne comédienne, oh mais ne voit-elle pas combien je suis la meilleure des comédiennes ? Non même pas ? Alors je dois exceller dans ce domaine, mais c'est bien connu j'ai ça dans le sang, entre elle comédienne à la carrière mondialement célèbre mais finie.. et mon père ancien cinéaste et producteur d'émission de téléréalité, je ne pouvais pas passer à coté des gênes, j'étais vouée devenir ce que je suis une. Une parfaite petite menteuse. Je me prépare alors mentalement à jouer la fille parfaite. La fiancée parfaite et d'autant plus, un rôle nouveau, la futur mère parfaite qui pense à tout pour son bébé. Je n'ai que 23 ans et je ne me considère pas comme prête à avoir un enfant, alors je dois tout improviser, mais j'adore l'improvisation, c'est dans ce domaine que je suis la meilleure, je bluff tout le monde sans que personne ne s'en aperçoive. J'aime bien faire ça.

Mes talons résonnent dans les couloirs sombres ornées de tableaux représentant des portraits de famille. La coutume veut qu'à chaque fois qu'un nouveau Lawrence prend place, on face dessine son portrait et qu'on l'ajoute à la suite des autres. Ainsi lorsque mes parents mourront, j'aurais ma place à coté d'eux. Ce n'est pas gagné. Je porte une robe dessiner des mains de mon "fiancé", je devrais dire Josh. Il n'est pas vraiment mon fiancé mais toute la fille le monde, c'est ça lorsque la presse s'en mêle et qu'on est connue pour être la fille du producteur des Hunter's season. Joshua sait toujours parfaitement m'habiller alors je lui fais entièrement confiance. Il fallait que la robe remonte suffisamment ma petite poitrine pour laisser penser que je commence à en avoir plus, et qu'elle camoufle mon ventre, ou donne l'effet de le camoufler. Deux mois de fausses grossesses et je n'ai rien, logique, je crois que les bébés se montrent seulement à partir du 4 ou 5 mois. Et puis cette grossesse est discrète, pas question que toute la ville cette fois l'aprèm, ma mère en a parlé la mère de Josh, sa meilleure amie et je crois que cela s'arrête ici. Cette robe noire possède un décolleté vertigineux qui s'arrête mi ventre. Elle est longue et voluptueuse. Très classe et à la fois sexy. On reste toujours désirable 24h/24.

J'arrive dans la salle de réception, tout le monde est présent, je souris aux gens les salut. Je m'ennuie déjà fermement, j'ai toujours détesté les trucs comme ça. Alors je grignote un peu puis je prétexte une migraine et une nausée prenante pour pouvoir m'excuser. Tout le monde comprend et je peux repartir en ville chez moi. Un sourire féroce aux lèvres lorsque je regarde le manoir en entrant dans ma voiture. Je demande un endroit bien précis à mon chauffeur, le casino. Mon endroit de chasse préféré. Josh n'est pas avec moi, ce soir je recrute. Recruter des rebelles peut passer par la séduction, mais c'est surtout que jouer au chat et à la souris, m'excite beaucoup, l'inconnu tout autant. Les sentiments sont secondaires, il n'y en a pas besoin pour faire ce que j'aime faire. L'établissement me connait par coeur, je suis une de leur meilleur cliente après tout et j'en suis plutôt fière. Je ne viens pourtant pas jouer, mais disons que l'hôtel au dessus m'intéresse souvent. Les chambres sont hors de prix, mais peut m'importe.

Au bar je repère d'entrée une proie. Son visage est connu, un vainqueur, je les connais tous par coeur pour les avoir observer moi aussi. Je souris, j'ai l'impression d'avoir été repérée, par la bonne personne qui plus est. Je souris plutôt flattée. Son regard m'invite à venir. J'ai toujours cette robe longue et séduisante. Les cheveux légèrement tirer en arrière. Je me mord la lèvre et je me lance à la poursuite de ce bellâtre. Je m'installe à coté de lui, je constate qu'il carbure à l'alcool, parfait, j'adore les joueurs. Je commande un mojito puis une fois mon verre en main je me tourne de façon gracieuse vers lui en dégustant une goute de l'alcool fort.

- Votre visage ne m'est pas inconnu ? Nous sommes nous déjà rencontrés ?


Il faut miner l'ignorance pour arriver à ses fins. Leçon numéro 1.

Spoiler:
 
c'était parfait t'inquiète pas !

(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}   Jeu 17 Jan - 17:11

Je te souhaite à mon pire ennemi.
E
n rien pudique, cette femme ne détourne le regard que pour siroter son verre. Quelque chose dans son regard scintille, pas sotte, je suis sûr qu’elle est plus intelligente qu’il n’y parait. Il m’est impossible de deviner ce qu’elle pense jusqu’à ce qu’elle lâche une question énigmatique. Vraiment ? Soit elle est sincère, soit elle ment admirablement. Car quiconque en toutes les zones connait mon visage. Le vainqueur des premiers jeux. Une gloire sordide.
Vidant mon verre d’une traite je réfléchis, passer la soirée et plus encore avec cette créature. Ou continuer de me lamenter sur mon sort. A moins de sortir provoquer Alexan ou Ruby.
Après tout je n’ai rien à perdre, ça fera une femme de plus que Connor. Plaquant à mes lèvres ce sourire préfabriqué si efficace avec les femmes je lui réponds d’une voix rendu lisse et familière par l’alcool.

« Tu as dû me voir quelque part. Par contre toi je ne t’ai jamais vu j’en suis certain. » Une pique facile, fuis moi je te fuis n’est-ce pas ? Provoquer les femmes revient à leur tendre une perche pour quelle parle et s’interroge. La curiosité d’une femme est la plus

Le temps passe tandis qu’elle me dévisage et me glace de ce regard contrarié qui dénote avec son sourire carnacier. A quel moment suis-je devenu la proie ? Cette soumission silencieuse me déplait plus que tout. Je fronce les sourcils et me concentre sur le verre à nouveau rempli devant moi. Comme pour prendre appui afin de ne pas chavirer et perdre, je place mes bras sur le coude, de part et d’autres du verre plein.
Je détaille la brune farouche à ma droite, sa robe noire longue laisse place à l’imagination mais pas tant que ça, un décolleté vertigineux devrait réjouir tous les hommes présents. Mais c’est à moi qu’elle s’adresse, une fierté animale, né d’un instinct primaire me prend.
En tout cas de ma relation avec Ruby je garde quelques choses. Comme la valeur des vetements. La robe qu’elle porte est hors de prix, bon sang Connor se moquerait de moi si il m’entendait. Il n’empêche que cette femme doit avoir dans les 22 ans. Comment a-t-elle pu se la payer et venir fréquenter cet endroit. Une croqueuse de diamants ? Très probable en tout cas elle doit trouver ça facile avec ce physique. Ou alors une fille à papa. Oui ça doit être ça, elle semble trop pure pour une croqueuse de diamants, pas assez blasée de la vie. Ses yeux sont trop beaux pour dissimuler de la souffrance, elle transparait d’une seule émotion à la fois. Que la vie est douce quand on nait avec papa et maman pour nous fourrer une cuillère en argent dans la bouche. En colère contre une idée, je transpose mes regrets d’enfance sur une allumeuse à un bar… Bon dieu Ewan tu es vraiment à cran. Devenant méprisant comme naturellement en présence des gens représentant la facilité je m’en veux un peu. Mais après tout je suis ici pour m’occuper, son physique ne fait que masquer cette vérité. Quand mon âme éperdu suffoque des souvenirs de mon passé, j’observe la représentation de tout ce que je ne suis pas. Me servant de ce sourire ecorché si serviable, j’entraperçois au travers de son décolleté l’ombre d’une forme tentatrice. Je toussote, et ferme les yeux. Bon sang moi qui voulait simplement me détendre, j’en viens à me mettre en colère tout seul contre une femme que je désire. Et comme d’habitude je réponds à ces réactions par des remarques acerbes d’une voix encore altérée par les souvenirs d’une forme généreuse.

« Mademoiselle s’ennuyait dans sa prison dorée pour en venir à descendre chez les loquedus en manque d’amour ? Ou alors tu cherches à t’amuser différemment ? »

Je vide alors ce verre, brassant du vent pour me rafraichir un peu. Laissant retomber ma main sur le genoux de ma voisine, je fixe mon regard au sien et me présente enfin mais renonçant à la gloire j’opte pour un faux nom. Après tout, si elle feint ignorer qui je suis, peut être comprendra-t-elle qu’ainsi je ne cherche rien de bien sérieux. Sinon j’évite des complications, et la bouteille sur le comptoir face à moi me donne le nom que je cherchais.
« Je m’appelle Jack. »

Cacher son identité pour avoir la paix, afin d'éviter de se souvenir de ce dernier regard de pitié de ces jeunes qui ont perdu la vie. Fuir en quelque sorte... Elle n’a surement jamais connu ça la jolie brune en robe de soirée. Sans vraiment m’en rendre compte je la dévisageais depuis tout à l’heure, et en fixant ses cheveux je ressens le besoin de les voir de plus près. Après tout peut-être est-ce une fausse brune ? Les femmes sont de vraies dissimulatrices concernant leur physique.
Je tends alors la main vers son visage, lui laissant à peine le temps de s’échapper. Et prenant une mèche échappé de sa queue de cheval pour l’enrouler autour de mon index droit. Je souris alors en fixant ses lèvres. Poupée fais moi oublier tout le reste…
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}   Jeu 17 Jan - 19:19

Je te souhaite à mon pire ennemi


La manipulation c'est tout un art. Faire semblant aussi cela va de soit. J'excelle dans cet art et j'adore ça. Les gens n'y voit que du feu, et le feu j'adore jouer avec. Jamais je ne me suis encore faite brûler mais on n'est jamais à l'abri. C'est ce qu'il peut y avoir d'excitant, jouer et être puni, c'est ça le hasard ou encore la chance. A croire que tout ce que j'entreprends fonctionne. La chance est avec moi ! Ou les dieux qui sait, selon le point de vue. Après je ne me considère pas du tout comme une personne croyante, je ne crois qu'en moins, une force venant du ciel qui nous guide et nous aide, on serait tous fous ma parole. Je suis bien trop rationaliste pour croire à ce genre de chose. Moi je ne crois que ce que je vois, l'inexpliqué a toujours une solution, il suffit de se concentrer et de trouver.

Ce soir il me faut une excuse, pas question que je croupisse dans un repas de famille pro régime instauré. Plutôt avaler une de ces fourchettes en argent qui pèse bien un bon kilo chacune. Je crois que ma mort serait imminente, rien de telle pour me rendre ma liberté. Non mais une bonne excuse, je sais que je trouverais, je mine très bien la malade pour l'avoir souvent fait petite, qui n'a pas voulu éviter une intéro ? Ma mère y a toujours vu que du feu, par contre ma gouvernante était un peu moins clémente. Tant que je n'avais pas de fière direction l'école. Mais ce n'est pas le sujet. J'arrive dans la grande salle de réception, accessoirement la salle à manger lorsque mes parents ne reçoivent pas. Les gens se retournent face à moi, j'ai le droit à des sourires. Combien de personne de la famille ma mère a-t-elle invité ? Il y a bien une cinquantaine d'invités. Je fonce en sa direction, c'était censé se faire juste avec les parents de Josh, et mes parents, un petit comité et là je me retrouve avec un par terre de disciple lobotomisé ! Beurk, des zombies au service du gouvernement, comment peuvent-ils être aussi aveugle. Lorsqu'il n'y aura plus personne pour jouer les jeux, on prendre les élus dans la ville. Et ils seront eux ou leurs enfants les premiers touchés. Il ne faut se leurrer, on est tous condamnés à cette allure, si personne ne se bouge, et si ils n'arrêtent pas de parier et donc de donner de l'argent au gouvernement, la boucle sera bouclée, on sera dans la pire des merdes.

Je salue les amis proches de mes parents, la soeur de Josh est là, je suis sûre qu'elle a été forcée. Je lui souris et je discute rapidement avec elle, elle est moins on connait le secret de l'autre, nous sommes dans le même clan et j'avoue qu'elle commence à devenir aussi bonne comédienne que moi, certes elle a encore le jeune âge impulsif, elle tient tête à ses parents, mais je crois que c'est la meilleure de couverture, qui penserait sérieuse une gamine de 17 ans en pleine crise ? Personne, ce qui reste parfait. Je discute avec elle puis avec sa mère, j'ai le droit à des conseilles alimentaires etc. Bien sur je passe de groupe en groupe avec un verre de cocktail sans alcool quelle fausse mère je ferais si j'en venais à voir de l'alcool. Pas de cigarette non plus, ce n'est pas l'envie qui me manque. Dans peu de temps si j'en grille pas une je vais péter un plomb ou vomir dans un peau de fleur, j'ai vraiment envie de vomir lorsqu'un parfum de vieille embaume mon espace vital. BEURK, elle est pourtant plus jeune que ma mère.. comment supporte-t-elle sa puanteur, c'est à vouloir sauter par la fenêtre.

Je trouve une bonne excuse, je feinte un malaise sans importance, aidé par la soeur de Josh. Je m'excuse et je préviens que je rentre, migraine et nausée parfait syndrome de la femme enceinte depuis peu. Je file dans ma voiture, le chauffeur sous mon ordre me conduit sur mon terrain de jeu favori, le casino. Oh je n'y vais pas pour jouer, j'y vais pour chasser. La bonne affaire j'ai le sexe, la séduction donc les hommes et j'ai besoin de fonts pour mon groupe. Si je dépense moi même trop, mon père qui surveille mes comptes - ou du moins son conseillé financier un vieux pervers que je n'ai pas vraiment envie de me faire pour qu'il ne dise rien. Tirer un peu d'argent à ceux qui en gagne pas mal, ou même gagner des têtes, ce n'est pas négociable, plus on est nombreux plus on a de chance. J'espère être vivante le jour ou la population sera prête à tout renverser. Roxanne sera ne chef et on s'en sortira magnifiquement bien. Mais pour le moment la discrétion est notre meilleur allié, personne ne soupçonne de groupe rebelle, personne n'y croit, seulement des rumeurs. On aime trop les rumeurs ici pour les croire. On sait tous ce qu'elles valent à New York.

Sur place le choix de ma cible est rapidement fait. Sa tête, je n'oublie jamais un visage, ma mémoire est presque trop surfaite, je n'oublie que rarement quelque chose, parce que n'est pas qu'un avantage, je me souviens de choses que je préfèrerais oublier, ou caler au fin fond de mon cerveau et ne plus avoir à y penser. Je connais son prénom, je ne suis pas sûre d'avoir déjà entendu mon nom de famille. Ewan. Premier gagnant des jeux. Zone 4, maintenant passé ici, encore dans la capital peut-être à cause des jeux, il a dû perdre ses élus, j'ai vu qu'une brune, Aurora, avait perdu sur l'île face à un gringalet du 3. Parfois cela se joue de peu. Je m'installe à coté de lui, je vois que ma tenue fait son petit effet près du bar, la moitié des hommes présents m'observent, je peux sentir leur regard me bruler, j'adore. Je commande à un mojito, je souviens son regard et je bois une gorgée avant de lui demander si on ne sait pas déjà vu quelque part. Je continus avec une gorgée plus prononcée, l'alcool ne me fait pas d'effet tout de suite, il m'en faut disons beaucoup pour perdre ma lucidité, et je ne le fais jamais lorsque je ne suis pas avec Josh. Il emploie le tutoiement pour me répondre, j'apprécie, j'ai rarement aimé l'autre solution, cela fait trop fifille à son papa, ce que tout le monde pense que je suis. Un peu la Paris Hilton de maintenant, en plus jolie et moins stupide. Il ne me reconnait pas, mon estime en prend un coup, tout le monde ici connait mon nom, je suis régulièrement source de faux scandales, ou en première page des magasines de mode. Je suis aussi un ballerine plutôt populaire, mais encore faut-il aimer la danse. Je pince mes lèvres, signe que je n'aime pas ça.

- Vraiment, tu ne m'as jamais vu ? Ok, tant mieux alors !

Il est vrai que cela peut jouer en ma faveur, il ne connait donc rien de moi, je peux jouer à ce que je veux avec lui. Il ne s'attendra pas à ce que je sois différente. Je le contemple. Il est beau garçon, il ne vaut pas Josh, mais Josh et moi c'est différent. Son regard est enfantin, pourtant avec ce qu'il a vécu, il aurait du devenir plus dur. Je bois doucement mon verre, pas plus de deux, et encore deux c'est trop. Lui aussi me contemple également, il commande un nouveau verre de Whisky je dirais, rares sont les femmes qui aiment cette boisson, je déteste. Un truc pour mec, bien trop viril, cela a toujours été mon avis. Je soupire discrètement en souriant. J'ai la forme de sa bouche et j'aime aussi la façon dont-il a de me regarder. Il est séduisant aucun doute, un gagnant comme lui doit avoir plusieurs prétendante, peut-être la soirée sera plus difficile que prévu. Je verrais bien, lorsque j'ai une proie celle ci m'échappe rarement. Je suis réputée féroce. Je souris malicieusement à sa question. Je bois une petite gorgée puis j'attrape délicatement la cerise dans mon verre avant de la mettre dans ma bouche de façon séduisante. Je répond un fois la bouche vide.

- Un peu des deux peut-être ? Ne vont-ils pas de paires ?

Je me mord la lèvre, une petite provocation pour lui, un plaisir pour moi. La suite est d'autant plus étonnante. Il se présente, il ment sur son identité. Je penche la tête sur le coté. Pas question de lui dire que je sais qui il est.. Je pourrais le faire fuir, mon but et de le faire monter quelques étages plus haut, aussi bien au sens proche qu'au sens figuré. Je note qu'il semble aussi assez alcoolisé pour ne pas s'opposer à mon jeu de séduction.

- Enchanté Jack, moi c'est Jude.

Mon diminutif, ce n'est pas un véritable mensonge, au moins une fois l'affaire conclue je pourrais lui rappeler qu'il peut avoir confiance. On peut toujours avoir confiance en moi. Son doigts vient s'entourer dans mes cheveux je le regarde faire.. je comprend aussi son envie de plus. Doucement monsieur de champion, on as toute la nuit devant nous. Je souris flattée. Je me mord la lèvre en voyant qu'il les fixe. Ne dit-on pas qu'une personne qui regarde des lèvres a envie de les embrasser ? Je crois si. Rapide vraiment rapide monsieur de champion.

- Alors Jack - j'insiste légèrement sur son prénom - tu .. fais quoi dans la vie ?

Je joue sur les mots pour jouer avec mes lèvres. Un sourire en coin malicieux se dessine sur mon visage, la malice est une façon de séduire un homme. Je le regarde intensément, je ne quitte pas ses yeux.. La séduction est un art que tout le monde ne maitrise pas.

Spoiler:
 


(c) sweet.lips
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}   Sam 19 Jan - 23:02

Je te souhaite à mon pire ennemi.
J
e suis parti dans ce qui semble être le bout du monde, entouré de ces riches à qui la vie a tout donné. Qui ne s’énervent que par caprice et égoïsme… Quand on a tout on guette ce qu’on pourrait avoir. J’avais la pauvreté et la peur, et maintenant que je suis en sécurité avec Alexan et plein aux as je cherche encore ailleurs. Rapidement enseveli par ce que ces jeux ont fait de moi. Comme un bobo parfaitement intégré. Un sac plastique parmi tant d’autres… A la différence que j’en ai conscience et que cet état de fait me plait.

Conscient de ma vie, de mes possibilités, de mon passé et confiant en mon avenir je souris au bar auquel je fais face. Tandis que le temps de reposer mes yeux sur cette fille et mon cœur manque un batement, ne vient-elle pas d’ingurgiter une cerise à la méthode des films pour adultes ? Bon sang ça c’est osé, je me retiens de partir d’un rire franc pour celle qui m’a sauvé la soirée en y amenant cette touche qui manquait : la légereté. Si ça c’est pas de la drague, appelez moi Jack Daniels. En plus ces provoquantes paroles ne font que confirmer cet état des faits. Elle sait ce qu’elle veut, et il semblerait que ce soit moi. Fort heureux de cette constatation mon égo de mâle se gonfle et remonte encore un peu plus mon humeur. Je commande la même chose pour elle et une bière pour moi. Je veux rester lucide pour comprendre cette fille. Elle dit d’ailleurs s’appeler Jude, son nom m’est légèrement familier comme si je l’avais entendu au détour d’une conversation inintéressante et que l’information avait logé dans mon esprit dans l’attente de ce moment. J’analyse son visage, fin en traits simples et réguliers. Aucunes cicatrices visibles, donc pas de combat ou de chahut de jeunes enfants. Elle est mince et pourtant grande juchée sur ses talons qui ne sont pourtant pas un dixième de fois comparable à ceux de Ruby. Encore et toujours elle en tête, je secoue la tête comme quand pour retirer les gouttes de son empreintes sur moi à la façon de l’animal qu’elle a fait de moi.

La douceur brune près de moi reprend la parole tandis que je débute ma bière. Il est clair à son intonation sur mon prénom qu’elle a compris que je mentais. Peut être que cette joueuse ne veut vraiment que se servir de mon corps. Après tout qui suis-je pour refuser ? Cependant aussi grand soit mon manque ce soir, autre chose m’intrigue. Jouer à frustrer l’autre est toujours si plaisant surtout quand il s’agit d’une femme qui n’a visiblement aucune habitude de perdre. Je sens que cette soirée sera longue et amusante, du moins pour l’un d’entre nous. Elle me tutoie et joue de sa fausse ignorance en me demandant mon métier, mes dents apparaissent, cette fille me plait. Je suis sur qu’elle a une grande répartie derrière ce jolis minois. Mentir un peu plus pour lui répondre est ce qui est le plus logique, en plus ne suis-je pas ici pour m’oublier ? Autant le faire comme il faut et entrer dans ces jeux des faux semblants.

« Je fais des petits boulots à droite à gauche pour des grands patrons, les travaux pas reluisants et dont on ne parle pas ? C’est moi ! » C’est plausible et totalement invérifiable, en plus mentir à quelqu’un qui ment c’est comme voler un voleur. Tous les deux savent ce que chacun fait mais personne ne dénoncera l’autre pour autant.

« Et toi ... Jude ? Au vu de tes ongles tu as rarement dû utiliser tes mains en dehors de la chambre à coucher bien sûr. Raconte-moi comment une belle jeune femme comme toi, en est venu à discuter ici avec moi. Je suis sûr que tu pourrais être ailleurs avec des gens immensément fortunés et tellement plus intéressants. » Un regard en biais sur l’assistance me permet de vérifier qu’aucun garde du corps ne semble épier mademoiselle Juliette fuguant les Montaigu. Soit elle est habile fuir la surveillance soit je me suis complément trompé sur son compte… Mais ça me ferait mal. Je fixe alors mes yeux dans la noirceur des siens et lui dit : « Ou alors tu es venu retrouver ton Roméo mais je t’ai distrait avec mon physique d’Apollon et mon charisme fou. Ça se comprends tu sais, je te pardonne. »
Chasser le naturel et il revient au gallot ? Et ben oui. De la drague condescendante au regard trop fixe, je suis irrécupérable comme dit Maycie, mais il parait que ça fait mon charme. Donc tout en moi ne doit pas être à jeter.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}   Sam 2 Fév - 17:42

Je te souhaite à mon pire ennemi


Lorsque j'y pense, je suis un peu comme une pomme empoisonnée. Je donne terriblement envie, j'ai une apparence qui semble attirer n'importe qui. Je suis presque irrésistible avec mes talons de manipulatrice. J'ai l'impression d'être une sorcière parfois, une sirène même pour être plus exacte ! J’envoûte n'importe qui, je manipule n'importe qui, je pourrais les noyer j'en suis pratiquement convaincue. Puis on me goûte et je deviens le pire poison que la terre est produit. Un produit de contrefaçon. Je ne suis pas celle que l'on pense. J'ai belle et bien deux facettes. Ce n'est pas parce que j'ai un air de fifille à papa que je le suis. Ce n'est pas parce que je suis une belle femme que je suis tout de suite inoffensive . Les hommes tombent souvent dans mes filets. Mais avoir un physique c'est à la fois un atout comme un inconvénient. L'atout c'est bien sûr qu'on peut avoir ce que l'on veut, c'est si facile d'amadouer avec un corps comme celui que je possède, il a toutes les qualités. J'ai rencontré peu d'homme n'en voulant pas. Puis le défaut c'est justement la limite de celui ci, il est fort il est parfait, d'accord, mais il faut savoir s'en servir à bon escient et non pour pavaner. Je pavane parfois beaucoup torp, je me perd dans ce rôle que je veux me donner et je ne sais parfois plus qui je suis réellement. Où est la véritable Judicaëlle aux convictions bien tranchées ? Elle part loin, loin dans ma tête parfois, je ne sais même plus comment la trouver.. Elle revient naturellement en présence de Josh, comme si il n'y avait que cette partie de moi qui l'aimait véritablement, je suis belle et bien une pomme empoissée, celle de tous les hommes mais particulièrement celle de Joshua.

Il est clair que je ne vais pas rester trop longtemps à ce pseudo banquet. Je finirais par réellement avoir la migraine, je n'ai pas envie de les entendre parler des concurrents dans jeux, de revivre leur mort particulièrement sanglante, non ce que je vois moi c'est juste qu'il faut que je trouve un moment pour partir, j'attends qu'une verre soit vider pour les invité avant de prétexter un malaise dû à la pseudo grossesse que j'avais. Enceinte.. dans vos rêves. Ma mère parait compréhensible, je crois qu'elle se réjouit vraiment d'être une grand mère, une fausse grand mère bien entendu. Elle ne verra jamais de bébé sortir de moi avant sa mort à elle. Et encore. Je ne suis pas sûre d'être faite pour être maman, ce rôle ne colle véritablement pas avec mon job. Je me vois mal danser en pointes devant des centaines de personnes avec un ventres arrondi et tous mes proches savent que la danse est une réelle passion dont je ne peux pas me passer. Je danserais même avec les orteils cassés je crois. Alors vous comprendrez que devenir mère au final est un peu le cadet de mes soucis.

Je quitte le manoir lugubre. Je prend la direction dans une voiture avec chauffeur du casino, mon terrain de chasse favori. On y trouve régulièrement des hommes fortunés seuls en mal d'amour et souvent plutôt beaux garçons, alors il faut absolument que je tente le coup. Et puis j'ai toujours aimé l'ambiance du bar au casino. On y fait de très bonnes rencontres. Lorsque j'entre je souris machinalement, je sens un tas de regards se porter sur moi, j'aurais été l'attraction de la soirée. Ils pourront tous dire qu'ils m'ont vu.. certain prendrons peut-être des photos, mais elles seront effacées une fois sur le nette, je ne laisse pas filtrer les photos privées, surtout celle ci, et ma réputation ? Certain la connaissance mais les gens de hauts rangs n'ont pas à savoir pourquoi je me donne tant de mal pour séduire les hommes et ceux riches alors que moi même je possède de l'argent. Seulement mon argent vient de mon père, certes j'ai des cachets de danseuse mais si de fortes sommes d'argents sortent de mon compte mon père le saura immédiatement. C'est l'inconvénient de partager un héritage familial colossale, tout est surveillé.

Je repère tout de suite ma victime. Je ne sais pas si on peut vraiment dire victime, le chanceux non ? Il est vrai qu'il profitera ce soir, oh moi aussi, j'ai toujours adoré le sexe. Une véritable addiction, j'ai des amies qui me disent nympho.. pourquoi pas, c'est une façon vulgaire de voir les choses. En tout cas son visage me fait tilt tout de suite. Un gagnant des Hunter's season. Je souris malicieusement. On les couvre d'or non les vainqueurs ? Donc lui a de l'argent.. Intéressant en plus d'être vraiment beau gosse.. J'ai déjà des pulsions qui me viennent à l'esprit. Je le séduis et après je vois ce que je peux faire avec, je suis sûre qu'il est du même avis que moi sur les jeux, une horrible.

Après m'être installée à proximité de lui, la conversation démarre rapidement, et je vois qu'il n'y va pas par quatre chemins. Un peu de patience mon cher... Plus on les fait attendre et plus ils sont parfaits par la suite, une règle de base, il faut savoir se faire désirer. Je sais déjà que je finirais dans une suite de l'hôtel, j'adore cette hôtel du casino, toujours à la pointe de la perfection. On en vient à parler de ce qu'on fait dans la vie, il se présente juste avant sous une fausse identité, il pense que je ne sais pas qui il est, suis-j si stupide ? Je le porte sur mon visage ? Je suis surement plus futée que lui et trois comme mon père.. Bref, je ne relève pas, c'est peut-être pour le mystère, je lui donne l'abréviation de mon nom comme identité, pas un réel mensonge et cela semble fonctionner. Il me dit alors qu'il faut des jobs à droite à gauche, je hoche de la tête en faisant mine d'être captivée par ce qu'il me dit, mon regard perse le sien.. Charmant. Il me retourne la question en parlant de mes mains manucurées. Je les regarde un instant avant de faire claquer ceux ci sur le zinc du bar. Je souris à demi, le genre sourire en coin.

- Tu serais surpris de savoir comment je les utilise mes mains.. et généralement cela plait..

Je souris, propos ambiguë fait. Je me mords à nouveau la lèvre. Je regarde rapidement autour de nous. Il y a de plus en plus de monde et j'ai l'impression de me sentir observée, ce n'est surement qu'une impression mais je dois être prudente, je ne voudrais pas tomber sur Josh. Je suis sûre sur mon cher Ewan allias Jack non plus. La dernière réplique qu'il sort me fait rire. Mais vraiment, pas juste pour le rôle, je ne l'attendais pas à ce qu'il sorte une réplique que j'aurais très bien dû dire. Je hausse un sourcil.. en souriant légèrement. Je caresse sa main sensuellement.

- Moi je pense que Roméo et son physique d’Apollon serait largement mieux avec une déesse comme moi.. dans une chambre au dessus, tu en penses quoi..

Je bois le reste de mon verre que je repose. Je regarde le serveur qui comprend que je paierais avec la chambre, il connait mes habitudes et il reste discret, mais la discrétion ne s'apprend pas, il suffit juste d'être généreux. Il aurait son pourboire. Je passe juste dernière mon pseudo Jack et je passe mes lèvres près de son cou, en frôlant.. en susurrant près de son oreille.

- Chambre 237.

C'est la propriété de .. oh moi. C'est toujours utile d'en avoir une sans avoir réservé.. la preuve. Je quitte doucement le bar en me retournant une fois pur regarde Ewan. Je suis sûre qu'il va monter.


Spoiler:
 


(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
 

Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je te souhaite à mon pire ennemi {Judicaëlle/Ewan}
» Je suis le pire cauchemar des chocapics !! Mouahahaha
» FR3 : Qui souhaite comparer sa configuration ?
» [Résolu] Faire un ennemi à la mario ?
» Pire que South park ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-