AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JOSH ∞ Blow me one last kiss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: JOSH ∞ Blow me one last kiss   Dim 27 Jan - 0:25





blow me one last kiss




L'attente. Un truc que je ne supporte pas, dans mon caractère la première chose que l'on peut dire de moi c'est que je suis la plus impatiente des filles. C'est juste abominable, je ne supporte pas devoir attendre, moi il me faut tout et tout de suite. Et si cela n'est pas possible c'est que cela relève d'un plan machiavélique pour que je puisse obtenir la choses en plusieurs étapes. Mais je n'aime pas tellement ça. L'attente.. Les 5 minutes les plus longues de toute ma vie. Je tremble de partout, j'ai l'impression que la salle de bain, celle de ma loge, est bien trop petite d'un seule coup, certes elle est aussi grande qu'un dressing et encore mais cet effet ne m'était jamais venu auparavant. Je suis assise sur les toilettes, maintenant le couvercle refermé. Mon pied trépigne et mon corps tout entier et parcouru de frissons nerveux. Pas question de me ronger les ongles, ils sont limés pour ce soir. Pas question de me tripoter les cheveux.. ils sont coiffés.. Je ne peux rien faire à par fixer mon portable dans l'espoir que d'un coup le temps passe plus vite, cela ne fonctionne bien sûr pas. Pourtant 5 minutes dans une vie ce n'est rien, strictement rien, on perd tous les jours ses 5 minutes pour un tas de trucs.. on ne s'en rend pas compte que 5 minutes passent.. Pourtant là, j'ai l'impression d'approcher de l'éternité.

Je finis par le relever d'un bon, nerveusement, je ne supporte déjà plus d'être assise, trépigne, je fixe mon reflet dans le miroir. Un regard de princesse, noircit tout de même, une princesse améliorée. Un sourire innocent, comment toujours, il parait que c'est que j'exprime lorsque je danse.. la joie d'une enfant, je ne suis pas spécialement d'accord et ce soir c'est loin de l'enfant que mes pointes vont me guider. Ma coiffure est parfois, mes cheveux à moitié en arrière, le reste totalement bouclés.. Sous mon peignoir un académique des plus moulant.. Il m'obsède. Je le quitte puis je me plante devant a grande glace. J'observe mon ventre.. à la recherche d'une quelconque courbe, mais rien, je ne crois pas en voir, ma tenue me va toujours aussi bien, je suis parfaite ce soir, enfin je crois. Pour la première fois je doute, la peur m'envahit.. Je ne suis ne pas au meilleur de ma forme, ma mère prétend que c'est la grossesse.. elle voudrait que je ne danse pas ce nouveau spectacle, pourtant elle n'a pas réussit à me faire changer d'avis, elle s'inquiète de ne pas voir mes formes s'arrondir, elle me demande si je me nourris bien.. Je mens. Pourtant pour la première fois j'ai peur que mon mensonge soit devenu réalité.

Je retourne précipitamment dans la salle de bain, il attend sagement sur le rebord de l'évier, il n'a pas bouger. Alors si je suis enceinte c'est un plus si je ne le suis pas c'est un moins. Je vérifie sur la notice, je ne veux pas me faire de fausses peurs, il s'avère que c'est le cas et qu'on m'indique un plus. Je déglutis. Impossible, je ne vois pas comment j'ai pu tomber enceinte, je me protège toujours.. Je sais que j'ai une multitude de partenaires.. quoique moins ses derniers temps.. moins depuis que.. Je repense clairement à cette fameuse nuit, pas de protection, pas de sexe pour le sexe. Joshua. Dans un sens je préfère que ce soit lui le père.. Comment assumer si ce n'est pas lui le géniteur.. Comment prendre une décision sans lui. La nouvelle ne peut pas attendre plus longtemps.. Il est là ce soir, assit à coté de mes parents.. Je le sais, j'ai envoyé les cartons d'invitation à la premier. Cette nouvelle me redonne cette affreuse sensation dans le ventre, je me sens mal.. Ce n'est pas douloureux.. c'est terriblement désagréable. Je soulève le couvercle des toilettes et je vomis la bile qui reste dans mon estomac. Je suis vidée.. rien de bon. Je me rince la bouche puis par le téléphone de la loge je fais venir le médecin de la troupe. Tout le monde me prend pour une jeune femme enceinte, alors que j'ai des nausées n'inquiètera personne. Lorsqu'il arrive je lui explique qu'il me faut un anti-vomitif costaud pour toute la soirée, que je puisse manger quelque chose. Apparemment il semblait s'attendre à cette question, il sort une seringue et la remplie d'un produit, je ne pose pas de question, je le connais bien. Il me pique l'épaule.. puis me conseille de manger doucement quelque chose avant de danser pour éviter le malaise.

J'exécute à la lettre. Je vais me faire en peignoir un plateau que je ramène dans ma loge. Je pense doucement, il me reste un peu plus d'un demi heure avant qu'on appelle tous les danseurs pour les dernières recommandations. Mon ventre calé, mes nausées dissipées je me sens mieux. Mon angoisse quand à la réaction de Josh elle m'inquiète. Je ne sais pas si il pourra se réjouir de ce qui se produit.. Un bébé.. C'est tellement.. Je ne sais pas.. Peut-être que c'est là notre chance et qu'il faut la saisir, on me dit de prendre soin de moi aussi mais aussi de lui, nous sommes donc fait l'un pour l'autre.. je ne sais pas, je ne me met à imaginer n'importe quoi. Je suis assise sur le divan de ma loge privé. Je jouis de ce luxe puisque je suis la ballerine vedette. Je grignote un morceau de pain en fixant le résultat. Le +. Une voix retentit d'un coup dans mon dos.. Je sursaute et je me retourne en découvrant que dans l'encadrement de la porte de la salle de bain se trouve un homme.. il est étrange.. Il ne m'inspire aucune confiance.. mais je n'ai pourtant paradoxalement pas peur de lui.

- Comment êtes vous entré ? Qui est vous ?

- Oh ma très chère, tu es plus belle que ce que l'on dit, tu me rappelez vaguement mon épouse.. elle est morte ..

J'arque une sourcil.. est-il fou ? Je le fixe sans le quitter des yeux, je suis prête à utilise les dons que je possède. Je prépare ma main pour faire je ne sais pas trop quoi j'avoue, je ne suis pas réellement en présence d'éléments naturels ici.. Mais lui s'en rend compte.. de mon attention. Il en rit, un rire à me faire frémir.

- Voyons ma chère, je ne te veux aucune mal. Voilà, voilà, je me nomme Rumpelstiltskin. Je suis persuadée que mon nom ne te dit rien, mais peu importe.. J'ai apprit pour cet enfant.. Je le sens vivre d'ici.

Je baisse instantanément mes yeux sur mon ventre toujours inexistant. Comment ? Les rumeurs ? Pourtant je n'étais pas vraiment enceinte.. non c'est autre chose, il semble doté de pouvoir lui aussi, il semble bien les maîtriser. D'un premier geste maternelle je referme mon peignoir un peu plus en croisons mes bras sur mon ventre. Comme pour le protéger.

- Qu'est ce que vous voulez ?

- Ohoh ! J'oubliais que tu étais impatiente ! J'ai un marché à te proposer très chère beauté. Un marché qui pourrait concerner cet enfant.
- J'écoute.
- Tu peux exaucer n'importe quel voeud.. celui de ton choix.. et en échange tu me devras quelque chose.. Je viendrais de le réclamer au moment venu.. un moment que j'aurais choisi qui m'avantagera.. Dans deux minutes, jours, heures, mois..année..
- Ce que je veux ?

J'ai déjà une idée. Si je veux me racheter de ma vie monstrueuse, je dois pouvoir offrir un monde meilleur à mon enfant, pas question qu'il grandissent dans ce que je connais, il doit avoir une vie différente, une vie pour un monde comme je le rêve.

- Je t'écoute !

- J'aimerais que mon enfant ne connaissait pas ce monde dans lequel je vis. Un beau monde doit l'attendre.. Si vous pouvez tout faire.. voilà ce que je demande.

Il éclate de rire, je m'offusque. Mon voeux est très bien. Et puis si c'est une espèce de génie.. et puis il doit tout m'offrir.

- Parfait, qu'il en soit ainsi.

Il claque des doigts, un sourire vicieux aux lèvres, avant de partir en claquant des doigts à nouveau. Je déglutis, les médicament m'auraient-il fait halluciner ? Je me relève.. Je finis mon bout de pain lorsqu'on toque à ma porte. L'heure du rassemblement. Je sors pour suivre les autres. On nous sert les mêmes informations que d'habitudes. Je quitte mon peignoir pour le donner à une assistante. L'adrénaline monte et enivre mon corps. Je me sens très bien pour le moment, je ne ressens pas de nausées. Je m'échauffe puis discrètement je regarde par le coté si mes invités sont présents. C'est le cas, je souris contente. Surtout de voir Josh. Il faudra que je lui annonce la nouvelle ce soir, je ne veux pas trainer. Lorsqu'il me rejoindra dans ma loge. On frappe dans les mains. Une voix off commence à présenter le spectacle. J'ai le droit à des dernière retouches maquillages et coiffures. Mon coeur bat fort mais c'est agréable, c'est une des choses qui font que j'aime la danse. Ce soir je suis cendrillon, mon premier costume est dont une sorte de robe en lambeau. Tout commence.. Tout passe à une allure vertigineuse. Mes pointes aux pieds tapent le sol, le martèlent.. La dernière danse arrive.. Les retrouvailles avec le prince.. Celle où le public nous acclame le plus.. Puis le rideau tombe. Les premières impressions aussi, notre réalisateur et notre chorégraphe semblent satisfaits. On doit aller saluer. Je reçois une énorme bouquet de fleurs. A ce moment j'oublie ce que j'ai dans le ventre je suis heureuse et j'aime être aussi reconnu pour mon talent. Le retour à la réalité ce fait plus dure.. Je retourne dans ma loge.. L'attendant lui, le test sur la table basse à coté des fleurs.. il n'attend plus qu'à être vue.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: JOSH ∞ Blow me one last kiss   Dim 27 Jan - 21:18





« Blow me one last kiss »

Tout était calme dans ma chambre, seul le bruit de la télévision en fond sonore perçait le silence qui s’installait. Tout le monde se préparait pour aller voir le ballet dans lequel dansais Judicaëlle, il fallait sans cesse se mettre sur son trente et un. Je fouillais dans mon armoire à la recherche d’un costume. Je lançais quelques choix sur mon lit, je ferais mon choix après. Je crois que dernièrement, j’étais officiellement fiancé, je veux dire par là que cela a beau faire des mois que Judi et moi sommes fiancés contre notre volonté, aujourd’hui, il semblerait qu’elle le veuille, comme moi. Son murmure me revenait en mémoire. Elle m’avait dit qu’elle m’aimait. Nous n’avions pas seulement fait l’amour pour le désir de la chair, mais dans un but plus romantique et tendre. Je ne pouvais m’empêcher de sourire à cette pensée. Pendant ces instants, j’avais retrouvé la Judicaëlle dont j’étais tombé amoureux, ma meilleure amie, mon amie d’enfance. Elle était un tout, comme le disait ma même, il semblerait que le mariage soit une suite logique. Je partais prendre ma douche, fermant les yeux sous l’eau chaude. Je me séchais en vitesse et enfilais un costume simple, le choix de la cravate se fit un peu plus corsé. Soit je restais dans le sobre en prenant une cravate du même couloir ou je tentais la cravate rouge, juste pour rire. Ma mère fit son apparition et regardais les deux choix que j’avais dans les mains « La noire mon chéri, elle t’ira beaucoup mieux ». Je me tournais vers cette dernière qui portait trois cintre, elle hésitait sûrement elle aussi. Je la remerciais et m’avançais vers les trois poches et les ouvrais. Après une longue inspection, je lui tendais la seconde avec un grand sourire, elle repartait aussitôt se changer. Je nouais la cravate noire et descendait. Dans la cuisine, ma petite sœur était en train de taper sur son ordinateur et m’interpelait « Tu crois que ça va aller pour le bébé si Judicaëlle danse ce soir ? ». Je me pinçais les lèvres, le canular de Judi avait fait le tour de la ville, on m’interpellait sans cesse pour savoir si c’était un garçon ou une fille, si nous avions des idées de prénoms etc… Cependant, ma sœur était la seule à savoir que ce n’était pas vrai, je savais que je pouvais lui faire confiance. Je pouffais discrètement, nous échangions un regard complice « Mais oui, de toute façon, on ne peut pas l’empêcher de danser, qu’importe ce qu’on lui dirait, elle le ferait quand même ». Mes parents nous retrouvèrent dans la cuisine, m’annonçant qu’il était temps de partir. J’embrassais le front de ma sœur qui avait réussi à convaincre les parents de la laisser seule à la maison et suivait mes parents.

Nous prenions la voiture, j’appelais le fleuriste pour savoir si mes fleurs avaient bien été livrées dans la loge de Judicaëlle, il me portait une réponse affirmative. Afin de l’encourager, je lui avais envoyé un bouquet de roses munit d’une carte où il était inscrit « Soit parfaite, comme toujours, je te fais confiance pour ça. Je te dis merde. Joshua ». Mes parents se lançaient dans le commentaire de la distribution du ballet tandis que je regardais les gratte-ciel de la ville, je me souviens que lorsque j’étais plus petit, je me demandais comment on avait fait pour construire des bâtiments aussi hauts et comment les hommes avaient fait pour monter en haut sans se casser la figure et se tuer. Je me le demandais toujours à vrai dire. Lorsque nous arrivions à l’opéra, tout le gratin était là. Toujours les mêmes têtes, les mêmes amateurs d’art aussi. Enfin, ceux qui se le disent surtout, j’étais certain qu’ils ne prêtaient même pas attention au spectacle, mais étaient bien trop occupé à parler chiffon avec leurs voisins. A l’intérieur, je retrouvais monsieur et madame Lawrence, je les saluais chaleureusement avant de m’installer à côté de Mr Lawrence. Ce dernier se lançait dans le commentaire des Hunter’s Season qui venaient de se terminer, faisant l’éloge des gagnants. J’acquiesçais simplement, ne préférant pas me lancer sur ce sujet, je ne savais que penser de ces jeux, cependant, en étant entouré d’adorateur de ces jeux, je ne me posais dans aucun camps, même si je les trouvais extrêmement barbare, j’avais à travail. Certes, j’étais un peu comme ces personnes qui travaillent à la morgue, j’avais l’impression d’habiller des morts, je ne préférais pas y penser, veillant à ne m’attacher à aucun candidat. La souffrance de perdre quelqu’un était toujours présence, je tentais de minimiser cela. Les deux candidats qui j’ai eu cette année sont décédés, tous les deux dans d’atroce souffrance, mourant de faim et l’autre dévorée par des piranhas. Je n’ai pas pu regarder la scène jusqu’au bout. Lorsque les lumières s’éteignaient, je fus rassurer de ne plus à avoir à parler de cela avec mon futur beau-père. J’applaudissais la levée du rideau, guettant l’arrivée de Judicaëlle sur scène. Puis, elle était là, aussi gracieuse qu’un cygne, je restais toujours aussi émerveillé devant une telle prestance. « Elle est magnifique n’est-ce pas ? » me chuchotait son père « Comme toujours » soufflais-je, époustouflé. Je restais là, à regarder le spectacle magnifique qui s’offrait à moi, réagissant à chaque scène. Le rideau tombait, je me levais pour applaudir les danseurs et surtout Judicaëlle. Il y eut plusieurs rappels et enfin, je me faufilais dans la foule afin de rejoindre les loges. Je vis toutes les danseuses s’activer dans leurs loges, j’étais un peu perdu, je demandais la loge de Judicaëlle à un petit groupe, elle m’indiquait la porte au bout du couloir, je les remerciais avec un grand sourire et j’entendais leur gloussement dans mon dos. Je frappais à la porte et l’entrouvrais au cas où je me sois trompé. Non, je la trouvais là, dans sa loge. Je me fendais d’un grand sourire « T’as gérer Judi ! » je la serrais dans mes bras, pris d’une euphorie, j’embrassais sa joue, me ramassant surtout le fond de teint à cause du maquillage de scène. « Tu m’as juste bluffé, félicitation ! ». Soudain, quelque chose attirait mon attention sur la table basse. Je la lâchais, m'avançant vers cette dernière. Un test de grossesse, je fronçais les sourcils intrigués « C'est bien ce que je pense ? C'est pour approfondir le canular et t'es vraiment... ». Je n'osais pas dire le mot, je ne savais même pas ce que signifiais les inscriptions sur le test, je ne comprenais pas, j'avais besoin de réponses.



(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: JOSH ∞ Blow me one last kiss   Lun 4 Fév - 23:34





blow me one last kiss



Le rideau est encore tiré. J'ai encore un peu de mal à ne pas trembler. Je ne suis pas nerveuse, pour danser ? C'est plutôt l'inverse, je suis très bien, ravie.. j'aime tellement ça. Mais là j'ai découvert des choses qui me perturbent.. J'ai peur de ne pas être à 100 % dans ma danse et de la raté devant tout le parterre de riche de la populace de New York. Je suis enceinte et j'ai encore du mal à y croire, en même temps avec un peu plus d'un mois de retard je ne devais pas m'attendre à autre chose. Je n'ai couché sans protection avec aucune autre personne. Putain, j'ai tellement pas géré, ma mère lorsque j'avais 16 ans m'a parlé de la pilule, mais j'ai préféré ne rien prendre pour ne pas prendre de seins pour la danse.. et puis surtout je me connais, je l'aurais oublié chaque matin. Mais peut-être que j'aurais pu faire un effort et peut-être que aujourd'hui je ne serais pas dans cet état, enceinte quoi. Les dernières recommandations des metteurs en scène puis du chorégraphe. Je place un masque sur mon visage. Paradoxalement la scène commence par un bal, comme dans roméo et juliette. Seulement mon personnage n'est qu'une serveuse dans ce bal, c'est Cendrillon vous l'aurez comprit. Je prend la pause de début. Je suis dans le fond, au premier abord on ne pourrait pas penser que c'est moi qui suit le rôle principal dans la tenue que je porte. J'aime bien cette idée, que personne au début ne puisse me reconnaître.

Je tremble de partout, cet homme tout à l'heure, je ne sais pas s'il était le fruit de mon imagination, ou bien s'il n'était que trop réel. Dans ce cas je crois que j'ai fait le bon voeux. Je n'ai pas l'intention d'avorter, je ne pourrais jamais faire une tel chose. C'est le seul moyen pour que tout cela s'arrête, pour que tout cela soit plus simple. Tout le monde pensera que je suis vraiment enceinte et il y aura des preuves. Les gens verront en moi et Joshua un véritable couple. Je ne sais pas si c'est ce que nous formons, nous ne nous sommes pas tellement vu avec les Hunters's Season. Ou plutôt j'ai plus ou moins cherché à l'éviter. Cette nuit a été si perturbante.. J'ai dit des choses que peut-être j'aurais dû garder. Mais là.. je l'ai dit et maintenant de notre union va voir le jour un petit humain. Si cet homme réalise les voeux pour de vrai alors il y a des chances pour que le gouvernement ne coule dans les neuf mois à venir. N'est ce pas là une bonne nouvelle ? J'ai dans un sens de quoi me réjouir. Oui mais je ne sais pas encore quelle va être la réaction de Joshua, mon "fiancé".

La musique se lance. C'est parti pour une heure et demi de spectacle musical. Je suis plutôt à fond finalement dans mon personnage. J'oublie tout, je pourrais avoir un blackout après la fin du spectacle. Je cherche dans l'assistance Mon Joshua. Je n'arrive pas à le voir, je ne suis pas sûre à chaque fois que cela soit réellement lui et puis cela ne changera rien, je sais qu'il est là, il ne louperait pas cette occasion. Je le connais par coeur, ce qui peut paraître parfois déplacée parfois vu comment j'arrive à me servir de lui. La fin prend enfin ses aises. Les applaudissement retentissent immédiatement et la foule se lève. On nous rappelle pour saluer la foule. J'ai un large sourire sur mes lèvres, totalement euphorique de cette première représentation. Je repère en plus Joshua applaudir à coté de mon père et ma mère. Les voir je m'en contre fiche, mais lui je suis rassurée. Dans un sens. Le rideau tombe et je fonce à ma loge. Je suis fatiguée d'un seul coup, je lance un regard sur le test qui n'a pas bougé, alors tout est vrai, j'aimerais aimé qu'il disparaisse, j'ai une de ses trouilles, et pourtant dans quelques minutes je crois que Josh sera là, dans ma loge. Il faut que je lui en parle, j'ai déjà presque deux mois de retard.. Je souffle devant mon miroir, je commence à retirer mon maquillage de scène lorsque la porte s'ouvre.

Il s'avance en me complimentant, je ne fais que répondre par un sourire. Je le serre moi aussi dans ses bras rapidement, il embrasse ma joue, je le pleins avec le tonne de fond de teint que je dois mettre pour mettre mes joues en valeur. Je ris légèrement lorsqu'il insiste sur les compliments. Je me remet devant mon miroir avec du démaquillant.

- Arrête un peu, j'ai été normale ! Comme d'habitude..


Je souris en tout finissant d'enlever le maquillage. Je me sens largement plus moi sans tout cela. Je cherche comment lui annoncer la nouvelle. Je pourrais très bien lui dire cash, comme ça, que je suis enceinte et de lui par de n'importe qui, je le sais. Mais je ne veux pas le bouleverser. Mais après je ne me vois pas gamberger sur le sujet. Mais apparemment je n'aurais pas besoin de faire quoi se soit ce qui me rassure...Mais me stresse davantage.. quelle abrutie j'ai laissé le test sur la table basse. Mon coeur s'arrête un moment.. une impression d'arrêt totalement de mon corps me fige un instant avant de me redonner pleine possession de mes moyens. Je souffle en le regardant la glace. Je pose le coton.. de toute façon j'ai terminé. Je retire les quelques barrettes qui tiennent mes cheveux et je les secoue en me tournant vers lui. Je déglutis.. Il n'a pas prononcé le nom, je crois qu'il préfère que ce soit encore un plus pour la blague que je fais à mes parents.

- Enceinte oui, de toi et ne me demandes pas si j'en suis sûre. Il est de toi et oui je suis bien enceinte, je ne veux pas le répéter Joshua.

Je baisse les yeux. Je m'avance vers lui. Je me plante carrément devant lui. Je prend ses mains.. Il faut qu'on parle sérieusement.

- Je n'ai pas l'intention d'avorter. Pas question. Mais toi tu veux quoi ?





Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: JOSH ∞ Blow me one last kiss   Mar 5 Fév - 21:30





« Blow me one last kiss »

Tout le gratin de New York semblait s’être donné rendez-vous pour le ballet de ce soir. A vrai dire, c’était surtout une excuse afin de se montrer et de laisser croire qu’ils étaient cultivés. Ces personnes-là, on les reconnait dans la foule, pas qu’ils aient une tenue différente, a vrai dire, vous croisez cette personne dans la rue, vous ne sauriez même pas. Cependant, ce sont ces personnes qu’on croise à chaque représentation, ceux qui commentent le dernier spectacle avec cet air détaché ou supérieur. Ceux qui utilisaient des mots tels que « stupéfiant » ; « condition humaine » - parce que oui les gens, même West Side Story démontrais la brutale condition humaine de chacun, de toute façon, c'est un mot qu'on peu employer pour n'importe quoi du moment qu'on y trouve un justificatif ; « transportant » ou, lorsqu’ils n’ont pas aimés, mais ne souhaitent pas paraitre fermé d’esprit utiliseront le terme « intéressant ». Je n’avais rien à dire sur ce dernier point, je faisais la même chose. Lorsque je n’étais qu’un adolescent, ma mère avait l’habitude de m’emmener voir du théâtre moderne, en outre, si vous n’êtes pas un fanatique de théâtre, vous n’arriverez pas du tout à accrocher. Ma mère avait toujours l’habitude de me demander comment j’avais trouvé la pièce, afin de ne pas la vexé, j’utilisais toujours les termes « intéressant ». Mais c’était intéressant, c’était quelque chose d’intéressant, car à présent que nous avions vu, nous étions certain de ne pas aimer.

Or, cette fois, ce n’était pas mes parents qui me trainaient devant un ballet, c’était moi. A vrai dire, il n’y avait rien d’étrange là-dedans si on savait que Judicaëlle avait l’un des rôles principaux. Je me devais d’y aller, tout d’abord, par soutien pour elle et surtout parce que je mourrais d’envie de voir ce que cela donnait sur une scène avec des costumes, lorsqu’elle m’en parlait, je ne visualisais que les choses mentalement, je savais très bien que ça allait être complètement différent. Je fus surpris de remarquer que ma petite sœur avait réussis à se faire dispenser de ballet, cela ne me dérangeais pas, elle n’était qu’une ado et elle était plutôt du genre à s’endormir sur sa chaise plutôt que de prêter attention à la chose en elle-même. Lorsque je vis Mr et Mrs Lawrence à l’intérieur, je passais les saluer et m’installais à côté d’eux, mes parents me suivant gentiment. Le père de Judicaëlle ne cessait de déblatérer sur les Hunter’s Season, me commentant chaque arène, je tentais d’être poli et feindre l’intérêt, cependant, je n’en portais aucun. D’accord, grâce à ces jeux, j’avais un travail, mais c’était plus le rôle du croquemort. Celui qui habillait les morts avant leurs funérailles. Je priais pour que le rideau s’ouvre afin qu’il cesse de me parler de cela et qu’il me demande mon avis. A mon plus grand soulagement, les lumières s’éteignirent et le spectacle commença. Je fus époustouflé tout du long, dès la première seconde à vrai dire. Mes yeux ne voyaient que Judicaëlle et sa grâce de danseuse, elle dansait avec une telle aisance que tout en était tellement naturel. Je me levais pour applaudir à la fin, me ruant vers la sortie pour prendre la direction des coulisses.


Je trouvais enfin la loge de Judicaëlle, en entrant, je la serrais dans mes bras avec un immense sourire, la félicitant, lui faisant part de mes impressions. Son « J’ai été normale ! Comme d’habitude » m’arrachait un rire. Il est vrai qu’elle était comme d’habitude, mais je ne dirais pas normale, elle avait été époustouflante. Je lui collais un baiser sur la joue, cependant, tout ce que j’y trouvais, c’était du fond de teint. Je grimaçais, lui empruntant du coton démaquillant afin d’enlever le goût dégoutant de ses produits de beauté. Elle aussi retirait l’immense couche qu’elle avait, ce qui était normal pour un spectacle, mais qui, de près, n’était pas très ragoutant, surtout la couche de fond de teint. Soudain, quelque chose attira mon attention sur sa table basse. Je reconnaissais aussitôt un test de grossesse. Je m’approchais, ne comprenant pas ce que ses signes signifiaient, je lui demandais si c’était pour renforcer le canular. Cependant, une part de moi connaissait la vérité. Je ne savais pas comment réagir, je perdais même mes mots, c’est Judicaëlle qui lançais l’annonce fatidique. Je restais là, sans savoir comment réagir, partagé entre la joie et l’envie de hurler. Judicaëlle enceinte de moi, ce qui signifiait que j’allais être père, que nous allions être parent. Je n’arrivais pas à me décider si c’était quelque chose de positif. Elle s’avançait vers moi, je ne bougeais pas, digérant encore l’annonce. Comment étais-ce possible ? Nous nous étions… Ah, non, il y avait cette fois-là. Elle voulait le garder, j’écarquillais les yeux « Mais enfin, on ne devrait pas en parler avant non ? ». J’étais sous le choc, pas du fait qu’elle veuille le garder, à vrai dire, cela m’importait peu, nous allions nous marier de toute façon. « Enfin, je veux dire, je ne sais pas, on ne peut pas le tuer et enfin tu vois, je serais heureux d’être père, c’est juste que… J’essaie de di..digérer l’annonce, laisse-moi deux secondes ». Je la lâchais un instant, passant mes mains sur mon visage, je réfléchissais. Je ne voulais pas tuer cet enfant, étais-je prêt à le garder et à endosser le rôle du père ? Je ne savais pas, mais je ne pouvais pas laisser Judicaëlle comme ça « On doit en parler sérieusement, enfin je veux dire, tu nous vois parents ? On est encore jeune. Personnellement, je ne me vois pas père, enfin pas tout de suite, dans les années à venir sûrement. Et surtout, je n’ai aucune idée de ce que nous sommes, d’accord je t’aime, d’accord, j’ai compris qu’une part de toi aussi et nous allons nous marier et tout, mais si notre relation n’est même pas claire, comment on serait capable de s’occuper d’un enfant. Là j’ai peur d’un coup. Je ne fuit pas, mais j’ai peur pour l’enfant ». Je lui prenais les mains et soufflais, tentant de me calmer. « Il faut penser ce qu’il y a de mieux pour elle ou lui, si tu penses que c’est une bonne idée de le garder, alors on le gardera ». Je me pinçais les lèvres, je tentais de rester calme, or, dans ma tête, c’était un véritable chantier, partagé entre la joie d’une probable naissance et l’horreur d’élever un enfant dans les conditions politiques actuelles, même s’il était à l’abris de tout cela.


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: JOSH ∞ Blow me one last kiss   Dim 24 Fév - 0:13





blow me one last kiss



Enceinte. Oui je suis belle est bien enceinte. Moi même je ne m'en rend pas spécialement compte, je n'ai pas l'impression d'avoir la vie en moi, j'ai plutôt l'impression de porter la mort. La mort rode tellement partout. Ce monde n'est pas gaie, où est la vie ? Dans mon ventre vraiment ? J'ai des doutes et je ne veux pas, je ne veux pas être signe de vie. J'ai trop de responsabilités, je ne veux pas que cette enfant puisse voir le monde dans lequel moi j'ai grandit. Ce n'est juste pas possible, vraiment ! Je ne veux pas que lui aussi joue un jeu avec ses grands parents qui sont eux aussi mes parents. Ce n'est pas possible ! Je me répète j'en ai consciente mais c'est trop bizarre. Je n'y arrive pas. Pourtant je sais que je n'aurais pas cette force d'avorter. Je ne suis pas de celle qui tue un être par contrainte. Je suis de ceux qui pensent que s'il est arrivé cet évènement c'est qu'il y a une raison, je suis peut-être donc faite pour être mère qui sait ? Je n'en ai pas la moindre idée. Mais je sais que cette décision là est prise, à la minute où mon test a affiché un + à la place d'un moins. Non vraiment, pas question que je me rende dans un centre hôpital pour le tuer, après tout je me bats pour l'espoir, et j'ai l'impression que ce qui se produit maintenant c'est l'espoir d'une vie. Peut-être que c'est tout ce qui devait m'arriver. Un moment heureux. Je ne sais pas du tout comment Josh va prendre la nouvelle, je crois qu'il pourrait être heureux, je ne le vois pas m'obliger à avorter. Je le vois content.. peut-être qu'il sera heureux lui et me donnera le reste de confiance dont j'ai besoin.

Nous verrons tout à l'heure pour le moment j'ai un chaud à faire. Un ballet moderne. J'ai des pointes à chausser. Ce que je fais après avoir vérifier mon maquillage qui semble parfait. J'en mes pointes, je les change durant la danse, les première sont grises. Je vous laisse deviner pourquoi. Et bien je joue cendrillon, mon premier costume est celui d'une souillon et les pointes sont de la même couleur et rappellent la cendre du prénom du personnage que je danse ce soir. Les prochaine seront roses mais je ne les garderais pas longtemps puis il y aura un passage ou j'aurais qu'une pointe bleu et l'autre sera dans les mains de mon partenaire qui fait le prince. Il me l'enfilera comme le prince fait lorsqu'il retrouve sa princesse et ma danse préférait enchaînera. Celle où ils se cherchent puis se battent contre le monde, contre les soeurs et la belle mère et l'amour véritable gagne toujours, c'est ce que veux dire ce conte, malgré un tas de mauvaises choses qui se passent autour. Je les vois. Tous alignés dans les sièges réservés pour eux. Il y a ma mère toujours aussi classe, on dirait moi plus vieille, tout le monde me le dit ce que je ne prend pas toujours pour un compliment. Je vois à ses cotés mon père, sérieux mais admiratif, je sais qu'ils m'aiment tous les deux, à leur façon mais cette façon n'est pas la mienne, nous n'avons rien en commun, je ne peux pas faire partie de cette famille de tueur qui semblent prendre plaisir à voir les élus mourir. C'est mon père qui gère le jeu, je suis persuadée qu'il a ses préférés, il sauve ceux qu'il veut. Mais ce n'est tellement pas juste. Je vois alors Joshua et je suis ravie qu'il soit là, je songe à lui parler juste après, je ne pourrais pas être honnête si je ne le faisais pas et je suis ce genre de fille qui se tait lorsqu'il y a ce genre de choses à dire.

Le spectacle est terminé. Tout se passe vite, un type moche.. c'est comme ça que je le vois déboule dans ma loge. Il me parle de l'enfant que je parle, comment il est au courant? Je me pose un tas de questions mais lui me propose un voeux. Je ne sais pas, je ne suis pas sûre de comprendre, mais dans notre monde j'ai comprit une chose, il est possible que la magie existe, j'en suis la preuve, parfois j'arrive à gérer des pouvoirs. Je ne sais pas encore tout à fait comment les faire se manifester mais en tout cas.. Je sais que c'est possible et puis on les voit dans les jeux ses sorciers, des hybrides animaux.. Alors forcément j'ai un doute et s'il avait raison. Je finis par céder. Je lui demande que mon enfant ne voit jamais le monde dans lequel je vis. Je veux de l'espoir et s'il naît alors c'est que les choses auront changé. Je lui demande ce qu'il veut en échange. Il me dit qu'il reviendra alors vers moi.. Il disparaît comme il est apparut lorsque Josh frappe à la porte. Je me démaquille et il vient m'embrasser sur la joue. Il se comporte comme un ami avec moi. Je ne sais pas si c 'est bien ou pas. J'ai l'impression d'avoir faiblit avec lui depuis que j'ai réussi à lui dire qu'une part de moi était amoureuse de lui. Seulement l'autre ne veut pas s'attacher, elle s'en empêche pour le protéger, c'est c'est ce qu'il faut faire, le protéger, il ne comprendrait pas e que je fais, je le soupçonne un peu trop d'être comme mes parents, du moins il ne semble pas avoir d'avis et je ne veux pas qu'il s'en fasse un.. Un mauvais et qu'il me déteste.

Il me complimente, j'avoue que je m'y attendais. Puis vient le moment fatidique. Il vois le test laissait plus ou moins volontairement sur la table basse. Il me demande si c'est une blague, pour perfectionner le canular que j'ai lancé à notre dernière soirée mondaine. J'aime rendre les riches et stupides personnes totalement folles de faux ragots. A croire que j'aurais dû me méfier, parce que voilà que cela m'arrive pour de bon, je lui dis clairement que je ne compte pas l'avorter. Il veut que nous en discutions. Pour moi c'est tout choisi, s'il n'en veut pas moi je l'aurais et sans lui et là je saurais que Josh n'est pas l'homme de la situation, totalement différent de ce que je m'imaginais. Je commence à me poser un tas de question. Je ne comprend pas sa réaction, pourquoi il a si peur et j'avoue que cela me vexe au plus au point. Je déglutis, je garde la tête haute, comme toujours, the show must go on. Je le regarde.. Il semble un peu paniqué et dépassé par la situation. " Woh, moi je veux de lui.. et je te veux aussi. Voilà, moi j'en suis sûre. Putain Josh vois pas lâche ! Assume, si tu ne veux pas de lui, tu ne m'auras pas. " J'ai conscience d'être un peu dure, mais je le pense. Je ne le laisserais pas, c'est hors de question. Je veux vraiment avoir de l'espoir. " Cet enfant, tu ne comprends pas c'est un nouvel espoir, pour nous, pour tout le monde. " Je sais qu'il ne va pas comprendre de quoi je parle, ou peut-être que si, c'est un peu le quitte ou double. " Josh.. on va être parent.. " Ma voix résonne bizarrement, non c'est phrase sonne totalement faux dans ma bouche et pourtant je le pense, je le ressens, je veux ce gamin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: JOSH ∞ Blow me one last kiss   Mar 26 Fév - 2:04





« Blow me one last kiss »

La question était : me voyais-je devenir père. Je savais qu’un jour, je le serais. De toute façon, il était certain que mes parents n’allaient pas me laisser me marier sans avoir la certitude d’avoir un héritage. Ma famille était très vieux jeu à ce propos. Leurs souhaits le plus cher était que je me trouve une épouse – une femme de bonne famille de préférence, et me marie avec afin d’avoir des enfants. C’était ce qu’ils me dictaient depuis que j’étais tout petit. Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est de me voir presque marié de force avec ma meilleure amie de toujours. Je n’étais pas non plus à plaindre, j’avais bien conscience que beaucoup d’homme rêvaient d’être à ma place et serait prêt à donner le prix pour se retrouver au bras de Judicaëlle Lawrence. J’avais bien conscience de cette chance. J’étais fou amoureux d’elle, a vrai dire, cela l’a toujours été. Judi a toujours occupé mes pensées que ce soit par simple amitié ou plus, c’était comme une sorte d’obsession. Il fallait que je la touche, que je sente son regard, c’était plus fort que moi. Je ne savais pas si c’était parce qu’elle était une danseuse, mais Judicaëlle avait ce don inné d’attirer tous les regards sur elle, lorsqu’elle parlait, le monde qui l’entourait restais scotché à ses lèvres comme si elle avait les paroles d’un évangile. Je n’échappais pas à son charisme, j’étais moi-même le premier conquis. Sa présence me suivait même lorsque je me retrouvais seul, souvent hanté par la vision de ses courbes voluptueuse et sa démarche féline. J’entendais encore son murmure lorsqu’elle m’avait avoué qu’elle m’aimait. Elle m’aimait, moi, Joshua Turner et elle allait être ma femme.

Pourtant, je ne savais pas trop comment je devais agir avec elle. Devais-je rester le même ? Ou étions-nous un véritable couple ? Elle m’avait avoué qu’une partie d’elle était amoureuse de moi. Il restait donc une autre partie d’elle à conquérir. C’est cette partie-là qui me faisais me poser de question, me demandant si nous étions réellement un couple. Après tout, je ne devrais pas vraiment me posé de question, elle m’avait dit qu’elle voulait se marier avec moi. Pourtant, je doutais. Il ne fallait pas, j’en avais bien conscience, j’étais déjà bien assez chanceux comme cela si c’était pour douter… J’étais complètement émerveillé devant le spectacle, Judicaëlle me coupait le souffle, comme à chaque fois. Ce qu’il y avait de beau dans les ballets, c’est qu’on comprenait tout et ce, sans même que les danseurs aient besoin de parler. Ils exprimaient leurs sentiments par leur corps et on le sentait dans la musique. C’était un véritable travail aussi physique qu’artistique. Lors des portés, les danseuses avaient l’air de peser cinq grammes alors que ce n’était pas le cas. Lorsque le spectacle touchait à sa fin, je me levais pour féliciter ma fiancée dans sa loge.

C’est bien plus tard que je notais la présence d’un test de grossesse sur la table basse. Au départ, je tentais de me rassurer en me disant que c’était encore une simple farce de sa part afin de remettre une couche sur le canular qu’elle avait fait lors de notre dernière soirée. Or, ce n’était pas le cas. Le test était positif, elle voulait garder le bébé. J’allais être père. Je déglutis, cédant presque à la panique, partagé entre la joie et la crainte. Après tout, nous étions encore jeune pour avoir un enfant, nous n’étions même pas marié – pas mère risquais de criser à ce sujet si Judicaëlle s’avançait vers l’autel avec un péché dans l’abdomen. Je ne voulais pas être lâche, je voulais me montrer fort, comme je savais le faire habituellement. Mais je perdais tous mes moyens à cette annonce si soudaine. Je ne m’y attendais vraiment pas, comment pouvait-on garder un enfant si notre relation n’était déjà pas stable ? Elle restait droite, complètement calme, je me demandais comment elle pouvait rester aussi calme. « Je ne suis pas lâche, je suis juste surpris. Je l’ai pas vu venir d’accord ? Donc si je panique, c’est normal » je passais ma main sur mon visage et plongeais mon regard dans le sien « Moi aussi c’est toi que je veux Judi… ». Je reprenais mon souffle et me calmais enfin. Un nouvel espoir, une nouvelle jeunesse à cette ère. Nous allions être parents. J’avais besoin de m’asseoir. Elle voulait vraiment de cet enfant, je pouvais le ressentir. Je restais silencieux un instant, réfléchissons au pour et au contre puis soufflais « Comment tu fais pour rester aussi calme en apprenant ça ? » je me redressais et retrouvait enfin mon calme « D’accord, on va être parents ». Après tout, cela devait bien arriver un jour ou l’autre. Nous allions nous marier.



(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas
 

JOSH ∞ Blow me one last kiss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jewel♥Kiss
» Kévin Woo ▬ U-Kiss ♥
» Paradise Kiss le RPG[supp]
» (m) liam hemsworth & josh hutcherson
» Lilissa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-