AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment aimer un homme tel que toi? Pv. Ewan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Comment aimer un homme tel que toi? Pv. Ewan   Jeu 31 Jan - 18:06



« Au revoir mon amour! On se revoit ce soir! » De sa voix cristalline et typiquement innocente, la jeune femme abandonna son unique ami pour mieux retrouver le confort de l'appartement qu'elle avait envahie pour quelques temps. Bien entendu, la permission ne lui avait pas été accordée et encore moins accepté, mais le propriétaire n'arrivait pas à se débarrasser de ce cafard qu'elle était. Souriante et heureuse, de sa situation, elle ignorait qu'Alexan n'appréciait pas ce nouvel homme dans sa vie, ni même qu'on pouvait mal interpréter sa relation avec ce dernier. Elle allait donc, la tête dans les nuages et gambadait en direction de son nouveau chez soit.

Dévalant l'escalier qui menait à la rue, elle profita de ses instants de silence qu'il n'y a que lorsqu'on est seule. Elle aurait hurlé son bonheur de ne pas être lié à un travail, ni à des obligations ennuyantes. Alors, que les gens de la zone un allait s'épuiser à ramener de l'argent, l'itinérante passait sa journée à visiter les lieux. À découvrir des secrets, à escalader pour mieux infiltrer des appartements. Bref, Gypsy avait une vie de sauvageonne impolie et terriblement attachante. Des ''je t'aime'' elle en distribuait à tout le monde et même aux rare qui ne l'appréciaient pas du tout.

On l'avait souvent aperçu, agitant les bras, attirant le regard d'un costard gris et lui envoyer un baiser à distance, avant de reprendre sa route, sous le regard inquiet des sceptiques naturelles. Qui ne connaissait pas cette jolie vagabonde, complètement cinglé? En la zone un, il n'y avait, pratiquement, personne dont, elle n'ait pas visité l'appartement. Ou qui n'avait été victime d'une de ses remarques, de critique professionnelle. Mais, aujourd'hui, elle était d'humeur à se balader tranquillement et c'est pour cette raison, que la jolie brune traversa la rue qui menait à un parc cet s'installa à même le sol, s'adossant au gazon humide.

Rapidement, de ses lèvres, un murmure s’éleva, laissant apparaître l’aire d’une musique de carnaval. Inconsciemment, elle se souvenait qu’aujourd’hui était une date déprimante. Mais, son mécanisme de défense était tel, que son passer flottait dans un brouillard épais et ne lui laisserait que la musique et l’impression que cette journée devrait être triste. De l’extérieur, on ne la verrait pas moins énergique et agréable. Puisque c’était ainsi qu’elle avait choisi de vivre. Dans une brume rose qui effaçait tout ce qui dérangeait au fur et à mesure.

Finissant par fermer les yeux, elle laissa la silhouette inconnue l'approcher, sans qu'aucun instinct ne la prévienne. En y repensant, un autre l'avait abordé ainsi, un bonhomme vieux étrange et surtout très laid. Mais, qui une fois passé au filtre de gypsy s'était avéré tout à fait fréquentable. Elle lui avait même confié un vœu. Un souhait qu'il avait exaucé. Qui agissant ainsi, pourrait être quelqu'un de peu fréquentable? Voyons, c'était connu, faire confiance à des inconnus était tout à fait logique. Fière d'elle-même, elle se mit à somnoler, tout en continuant son fredonnement, jusqu'à ce que le nouvel inconnu s'arrête tout près d'elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Comment aimer un homme tel que toi? Pv. Ewan   Ven 1 Fév - 11:43

Comment aimer une femme telle que toi ?
V
Encore une semaine sans nouvelles de mon cher petit frère, et je dois faire comme si j’étais heureux de cette situation qui semble lui convenir. J’ai trop souvent l’impression de parler une autre langue avec Alexan, de toute façon quoi que je dise cela fini en règlement de comptes. Je me souviens avec nostalgie de notre relation passée, celle normale où l’un comme l’autre nous aimions véritablement. Désormais je fais face à un mur d’incompréhension qui s’enfuit de moi. Je me pousse à penser qu’après tout c’est ce qu’il veut et que je n’ai nul besoin de culpabiliser mais il est mon petit frère bon sang, ma seule famille ! Et si on est en zone 1 c’est grâce à moi. Si la vie est devenue confortable c’est parce que je l’ai sauvé, alors pourquoi il reste ingrat bordel ?!
Oh et puis merde, je n’ai qu’à ignorer ses frasques et continuer de laisser Maycie me donner des nouvelles de lui, de continuer à vivre seul dans cette maison beaucoup trop grande, sans relation normale avec quiconque. Mon cerveau accepte ce que mon cœur refuse, au détour d’une pièce je passe devant une glace et constate à nouveau les traits de l’inquiétude tirer mon visage. La bouche pincée devenue fine, les sourcils froncés et le regard soucieux. Ewan, tu ressembles à une vraie mère poule, tu fais pitié vieux. Je détourne le regard de cette vision trop limpide pour mon esprit chaotique, mais c’est sans compter sur le destin qui place sous ma vue le téléphone. Il me suffirait de l’appeler pour être sûr que tout va bien, ses insultes seraient vivaces, ses remarques acerbes teintées d’humour, sa voix fluide et qui se veut désintéressée. Oui rien que quelques secondes suffiraient à me rassurer...
« Bordel qu’il aille se faire foutre ! »
En colère contre cette situation, je retourne dans mon salon m’affaler devant la TV. En absorbant mes neurones peut être me fera-t-elle oublier ?
Une cigarette dans la main gauche, la télécommande dans l’autre, je vagabonde désormais dans les méandres de la béatitude. Et toute cette journée aurait pu se dérouler ainsi, jusqu’au soir où je serais sorti trouver une femme pour me changer les idées, m’amuser un peu à boire et regarder les autres boire. J’aurais trouvé de quoi rire à gorge déployée à prêt tout il m’en faut peu.
Oui tout aurait pu être aussi simple, et j’aurais pu repousser la funeste conversation avec petit frère et sentir mon cœur encore plus se fissurer de peine et de non-dits. Car dans le fond, qu’ai-je fait ? Moi je ne squatte pas chez lui comme cette fille.

Mais tout ça c’était sans compter cette bonne vieille TV et ses reportages, qui tombent justement sur les artistes peintres. Je suis bien sur absorbé par ça, entre rires devant ce qu’ils appellent de l’art et méfiance à l’écoute du prix. Après tout je pourrais en faire certaines par mégarde. Que les gens sont cons !
« Les gens sont vraiment cons au point de payer pour cette merde ?! Nan mais je... JE REVE ! Bordel si Dieu essaye de m’envoyer un message, faut passer ton chemin mon vieux. »
Le nom d’Alexan a été dit par le présentateur. Je zappe à toute vitesse en grommelant des injures intelligibles. Oh et puis zut je vais sortir immédiatement, me changer les idées en draguant un peu, la clope au bec je déambule alors en quête de distraction.
Quand en longeant le parc je vois une belle brune cherchant le sommeil. C’est parfait, je vais la déranger et m’amuser un peu. Jetant ma cigarette finie au sol je constate alors mon état, habillée d’une barbe de 3 jours, les cheveux en batails, je porte mes vêtements de la veille. Quel état pour quelqu’un qui a les moyens, je dois faire pitié. Mais il ne faut pas se mentir, les femmes ont tendance à aimer mon côté négligé, enfin toutes sauf une que j’occulte volontairement. Je reporte mon attention sur la belle au bois dormant.
Les yeux semi clos elle est dos au Soleil qui m’éblouit, je m’approche alors et m’accroupit à sa gauche, laissant la lumière aveuglante dans mon dos.

« Je m’appelle Ewan, et toi princesse ? »

Mon regard décroche alors son corps tout en courbes pour se poser sur son visage... Et là le choc est de taille, c’est elle, la squatteuse. Celle qu’Alexan protège et qui a apparu dans nos vies au moment où mon cher petit frère a préféré me fuir. Drôle de coïncidence ? Tu parles d’une mégère, j’ai longtemps pensé qu’elle avait un rapport avec tout ça, maintenant est l’occasion de le vérifier.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Comment aimer un homme tel que toi? Pv. Ewan   Lun 11 Fév - 23:29



Au pays des songes, elle se promène sans problème. En maîtresse des lieux, elle aurait tout aussi bien pu se présenter comme Alice au pays des merveilles et en ressortir indemne. C'était le cas chaque jour de sa vie. Son humeur qui enrageait les gens déprimé de ce monde ne semblant pas affecter par la vie en général. Encore moins, quand, à moitié endormie, elle fredonnait de moins en moins confiante et innocente. Mais, ce qui avait d'abord été un sifflotement joyeux prit des teintes de noirceur. Une mélodie sortie des contes pour enfants morbides. Ce qui avait été rose dans son esprit, sembla obscurci par un mal venu d'un autre monde. Ceux qui la connaissaient, ignorait qu'on pouvait la rendre aussi mauvaise qu'elle avait été gentille.

La voix rugueuse d'un être qu'elle avait rendu fréquentable, réveilla le souvenir des traits hideux du personnage. Ce qu'elle avait cru honorable, lui sembla soudain cruel. Comme si, derrière son offre généreuse, l'être avait voulu la duper. Son instinct lui criait de s'enfuir et de ne pas accepter, mais elle se vit souhaiter quelque chose d'absurde et puis, ce fut le néant. Elle se sentait faiblir et durcir à la fois. Comme un dilemme entre ses défenses naturels et son besoin de retrouver, une certaine balance... Dans sa vie de squatteuse heureuse.
Qui aurait pu dire, qu'à l'instant où l'inconnu s'arrêtait à ses côtés, une autre prenait vie dans son corps, effaçant toute la candeur de cet être innocent? Certainement pas, l'homme qui d'une phrase qui eu le don de l'agacé, entrait en contact avec l'acrobate. « Je m'appelle Ewan, et toi princesse ? » Jouant à la surprise, Gypsy envoya un coup de poing qui atteint le ventre du jeune homme. Elle en profita aussi pour pousser un léger cri de surprise et écarquiller les yeux, tout en se demandant où elle avait déjà entendu le prénom de ce clébard.

Tout en se relevant précipitamment, elle s'éloigna légèrement. Avant de revenir vers sa victime et s'excuser, sans vraiment le penser. « Oups... Désoler. Je dormais à moitié et vous m'avez surprise. » Se demandant comment elle pouvait jouer à celle qui était désolée, la femme analysait son comportement des derniers temps et se maudissait de sa joie de vivre. Elle n'en resta pas moins fidèle à ce qu'elle devait présenter. Elle avait vaguement un sentiment de vide, qui lui semblait nouveau et pourquoi une petite voix lui murmurait que toute magie avait un prix? « Je suis Gypsy, si ça peut vous consoler... »
Elle affichait le même visage qu’à l’habitude. Celle d’une femme remarquablement envahissante et pourtant, son regard semblait plus vitreux. Différent. Elle observait celui qui se disait ‘’ewan’’ et se demandait ce qu’on pouvait bien trouver à un tel personnage. Elle préférait de loin celui qu’elle venait de quitter. Comment était-ce déjà? Ah oui! Alexan.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Comment aimer un homme tel que toi? Pv. Ewan   Sam 16 Mar - 13:27

Comment aimer une femme telle que toi ?
Q
u’est ce qui m’a poussé à sortir déjà ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Tout s’efface comme des codes binaires autour de moi quand je comprends qui est cette fille. Cette beauté au sourire aussi angélique que carnacier. Celle qui feint le sommeil et m’observe par la même. Elle est la fameuse profiteuse qui a élit domicile chez Alexan, le prenant alors pour la Croix Rouge.
Cette petite peut être la source de son éloignement comme une coïncidence monumentale. Dans tous les cas, sa simple existence m’énerve. Elle se pavane librement chez mon petit frère, le voyant tous les jours, lui parlant, riant avec lui tandis que moi son frère de sang est exclu de sa vie.

Ce sentiment ce n’est pas celui de justice visant à repousser l’envahisseur profitant de mon frère, c’est le da jalousie. Bon sang Ewan tu es jaloux. A ton âge tu continues à penser comme un gosse, tu le sais et tu continues ...
Je me concentre à nouveau sur la belle brune à demi allongée qui offre son corps au Soleil, fuyant ainsi ma propre analyse. Tellement de fois, je me suis sentie ainsi libre, ne faisant rien de plus que laisser le temps passer. Sa vie doit être bien belle, ne se souciant que de son bien être à l’écoute du monde rêvant ses jours et sa vie. Quelle idylle merveilleuse, malheureusement irréalisable quand on a une famille. Car alors une préoccupation s’ajoute puis une autre et ensuite. On se retrouve à penser à soi en dernier.

La première fois que j’ai vu cette fille c’était au détour d’une rue en compagnie d’Alexan, j’ai eu le réflexe idiot de me cacher pour les épier. Sachant pertinemment qu’Alexan me fuirait en me voyant. J’ai alors pu me complaire d’entendre son rire et de le savoir en bonne santé. Même si avec moi jamais il n’aurait laissé ça paraitre. Quelle pathétique attitude.
Puis vint la fameuse discussion que je lui ai imposée sur cette fille, pour conclure à un squat pur et dur.

Je ne bouge pas, je regarde encore cette jeune femme et quand enfin je lui adresse la parole, ses yeux sous paupières comme des oiseaux en cage bougent frénétiquement. La preuve qu’elle est éveillée, en plus de sa position intenable endormie. Elle adopte un réflexe protecteur qui consiste à m’assener un coup de poing au ventre dans un cri suraigu.
Je ne pare pas, après tout ça me punira de les avoir espionné, laisser les dieux me rendre l’appareil de mes mauvaises actions devient de plus en plus récurent. Comme si je cherchais à retrouver une vie normale, un karma d’innocent et non celui d’assassin... Cette sensation m’étreint d’autant plus quand je pense à Ruby ou Alexan. Je ne les mérite pas l’un comme l’autre, même si je dois les protéger en silence sans jamais recevoir un merci je le ferais car ils le méritent eux. Le bonheur tant que je peux le voir dans leurs yeux, je pourrais vivre je suppose. Comme je suis pathétique, vivant d’un présent qui m’échappe et d’un passé qui me traque...

Un faible mot d’excuse franchit les lèvres de la brune tandis qu’elle m’observe de ses yeux sombres. Me scannant de haut en bas, après tout je suis un inconnu. Pour combien de temps ? Combien de minutes s’écouleront avant qu’elle ne reconnaisse mon visage. Après tout on m’a assez vu dans les médias. Ses yeux trahissent quelques sentiments non pas hostiles mais déplaisants à mon encontre. Je veux bien admettre ne pas plaire à tout le monde, mais je ne me pensais pas laid à ce point. Je souris malgré moi, ce n’est pas souvent qu’on me regarde ainsi, j’ai déjà vu le dédain, le désir, l’envie, même l’admiration. Ainsi que la haine. Mais la désapprobation c’est rare. J’aime assez ça, quelque part cela me remet en place, parfois je me perds sur ce piédestal que la société m’a créé après ma « victoire ». La discussion risque d’être intéressante avec ... Gypsy. Et déjà quel prénom original, qui laisse bien deviner de la personne. Comment je vais m’y prendre pour savoir si elle est sincère au sujet de Alexan ou si ce n’est qu’une garce comme les autres. Je n’ose pas demander à Maycie de peur qu’elle ne soit pas au courant. Je ne veux pas être l’origine de sa tristesse.

« Ton visage me dit quelque chose, par contre ton prénom pas du tout. Ça te dérange que je te tutoie ? J’ai toujours eu du mal à maitriser ma curiosité des jolies femmes bronzant dans un parc un jour de semaine où tous travaillent. »
code by Mandy


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Comment aimer un homme tel que toi? Pv. Ewan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment aimer un homme tel que toi? Pv. Ewan
» comment aimer un post
» comment desinstaller pcconfidentiel schredder [Résolu]
» Comment éviter la majorité des infections virales
» Comment interdire à l'utilisateur de mettre la fenêtre en " grand écran " ? [RESOLU]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-