AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]   Sam 2 Fév - 14:39




L’ambiance ne la rassurait pas, comme si elle ne pouvait se détendre complètement. Pourtant, n’était-elle pas au chaud sous sa couette? Confuse, une mince douleur vient l’envahir partant du mollet et remontant vers sa cuisse. Sursautant de surprise, ses yeux s’entrouvrir, tout en protestant contre l’inconfort du réveil. L’ange eut la surprise de ne pas reconnaître le décor. Comme si, familier, il n’en restait pas moins inconnu. Plissant les sourcils, elle se redressa légèrement et se découvrit étendu sur un divan, loin de son lit double et moelleux.
Un chandail, trop grand évidemment, pour elle la recouvrant jusqu'à mi-cuisse, elle souleva sa couverture pour observer d'où, pouvait venir la douleur et découvrit des points de suture. C'est à cet instant, que des images l'envahir. Sa rencontre avec Mathyas, l'idiot du village, l'accident qui l'avait conduite à prendre la forme d'un panda roux pour ce faire soigner. Le choc évident de son vétérinaire personnelle, lorsqu'elle avait reprit les formes d'une jeune femme. Puis la vie à deux, forcé par sa convalescence.

Il y avait quelques temps déjà, que Faith et elle cohabitait, pourquoi l’avait-elle oublié ce détail? C’était bien assez étrange pour qu’Ange s’en souvienne à vie. Non pas, que la jeune femme n’appréciait pas la compagnie de la propriétaire des lieux, mais l’ambiance semblait si facilement interchangeable, qu’elle en avait des palpitations. Tantôt d’agréable compagnie, tantôt complètement une autre personne, la jolie blonde avait commencé à se dire qu’elle n’était pas la seule étrangeté de l’appartement.

Souriante, malgré tout, Reese se leva doucement, ne voulant pas déclencher les réprimandes de sa jambe et boitilla jusqu’à la salle de bain où elle s’enferma pour mieux prendre une douche. L’eau chaude acheva de détendre la tension de ses épaules, tout autant qu’elle ne pu entendre sa colocataire reprendre possession des lieux. Ignorante de sa présence ou de la présence de l’autre, celle qui s’était présenté comme Sesta se mit à chantonner et à danser sous la douceur de l’eau, comme elle seule savait faire. Démontrant sa bonne humeur, qu’elle cachait la plupart du temps.

Depuis qu’elle vivait avec Faith, elle en avait oublié le monde extérieur et ses problèmes ne remontaient en surface que rarement. L’obligeant à se sentir en vacance, l’art était sa seule autre compagne et lorsqu’elle en avait la possibilité, la skinchangers dessinait la silhouette endormie de celle qui lui permettait cette pause dans sa vie. Une sorte de jeu qui plaisait bien à la blesser.
Une fois satisfaite, Angélique quitta le confort de la douche et s’enroula dans une serviette. Sa jambe semblait légèrement engourdis, mais elle n’en tenait pas compte. Sa voix continuait de résonner, bien qu’elle n’ait rien d’une chanteuse. Elle profita de l’instant pour sécher ses cheveux bouclé, ainsi que sa peau, se disant qu’attraper froid ne serait pas une option intéressante. Puis, vêtu de sa simple serviette, elle ouvrit la porte et laissa échapper un cri de surprise.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]   Dim 3 Fév - 17:25


Les premières lueurs de l’aube vinrent frapper les pupilles déjà dilatées de la jeune femme. Des heures durant, elle était restée ainsi, étendue sur le dos et les yeux écarquillés dans le noir. Face à la minutieuse fouille entreprise, son esprit se révélait aussi aveugle que ses iris dans la pénombre. Le fil de sa vie se déroulait sans fin derrière ses globes oculaires vides d’expression, en vain. Ce dont elle tentait de se souvenir était précisément ce qui lui échappait. Oscillant entre peur et résignation à chaque fois que sa mémoire défaillante refusait de lui livrer les images d’un passé pourtant si proche. Une fois de plus, Faith avait mis Morphée en fuite tandis qu’elle s’enfonçait dans une bataille sans fin contre ses propres démons. Il avait fallut que le soleil daigne se lever pour qu’elle comprenne enfin qu’elle ne sortirait jamais vainqueur de cette guerre là. Levée en un bond, elle laissa ses draps glisser au sol négligemment avant de se diriger à pas de loup en direction de la salle de bain. Sa traversée du salon fut si rapide et furtive qu’elle ne vit même pas le frémissement d’un bras inconnu s’échapper de son sofa. Aucune tentative pour lisser les trainées violacées soulignant son regard. Un jet d’eau gelé suffit à parachever à la fois son réveil et sa préparation. Enfilant un pull épais et un jean propre, elle se glissa hors de la salle de bain en silence afin de récupérer ses clefs d’appartement qu’il lui semblait avoir entraperçu sur la table du salon. La découverte de la silhouette recroquevillée de Sesta dans l’un des sofas du salon ne la surprit pas outre mesure, ce n’était pas la première fois que la jeune femme préférait le cuir glacial du meuble au moelleux matelas de la chambre d’ami. Un brin attendrie par la vulnérabilité qui se dégageait de la métamorphe endormie, elle se saisit d’un chandail qui trainait là pour la couvrir en un geste quasi maternel.

Faith n’avait pas exactement l’habitude de prendre soin de patients humains. A vrai dire, elle n’avait pas l’habitude de prendre soin de ses semblables du tout. Elle s’était emmurée dans une existence habitée par le silence et l’indifférence que de brefs contacts physiques venaient troubler ponctuellement. Relations humaines impersonnelles aboutissant par un échange pécunier dans le cadre de son travail, par un échange charnel avec des hommes sans nom ni visage, premières victimes de ses black-out. Au fond, l’horrible masque recouvrant son visage constituaient le rempart ultime face aux relations humaines, jusqu’à ce qu’il ne disparaisse… L’arrivée de Sesta dans sa vie avait apprit à Faith qu’elle ne pouvait désormais plus se camoufler derrière ses séquelles pour repousser tout contact humain. Le petit animal s’était glissé dans son cabinet de la même manière que la jeune femme avait prit racine dans sa vie et son appartement. Peu à peu, l’habitation de la jeune vétérinaire s’était remplie de vie, de bruits et de dessins en pagaille. Elle avait assisté passivement à cette irruption dans sa vie, sa la combattre ni la faciliter. En fin de compte, Sesta lui aurait grandement facilité la vie en restant l’adorable et indépendant mammifère surgissant subitement sur sa table d’opération à chaque voie qu’il nécessitait son aide. Mais elle n’était pas le genre de femme qui se souciait de ce genre de détail et au fond, même si Faith ne le reconnaîtrait sûrement jamais, sa présence lui était plus que salutaire.

Une fois hors de l’appartement, la jeune femme avait arpenté un temps les rues de New York, profitant de ce réveil matinal pour réaliser le trajet jusqu’à son cabinet à pied. L’air frais se propageant de son front à sa nuque lui procurait une agréable sensation tout comme l’effort physique que représentait les quelques kilomètres la séparant de son cabinet. Pas de véritable jour de repos pour les maux de ces petits patients, c’est pourquoi même ses jours de congés exigeaient qu’elle effectue un saut à la clinique, histoire de prodiguer les soins quotidiens aux animaux. Elle exécuta ces gestes ordinaires avec un enjouement non feint, tout simplement heureuse de retrouver la présence apaisante et peu exigeante de ces petits êtres. Une fois les cages fermées, la table d’examen nettoyée et l’ensemble de ces patients nourris, il ne lui restait plus qu’à revenir sur ses pas, rejoindre cette compagne occasionnelle et imprévisible qu’elle avait clandestinement quittée quelques heures plus tôt.

Avant même qu’elle ne pousse la porte d’entrée de nouveau, lui parvinrent aux oreilles des échos de voix. Un fin sourire vint relever les coins des lèvres de la jeune femme en réalisant que son invitée était en plein récital. Cette fois-ci, elle fit claquer ses talons sur le parquet sans ménagement afin de prévenir de sa présence. Évidemment, les envolées lyriques de la métamorphe couvraient les bruits volontairement produit par son hôte. Avec un soupir malicieux, Faith rouvrit la porte d’entrée et la claqua bruyamment dans l’espoir d’attirer l’attention de Sesta. Effort visiblement inutile, puisqu’au même moment une silhouette dont la nudité ne se trouvait camouflée que par une large serviette blanche surgit dans la pièce. Face au cri de surprise de la jeune femme, Faith feignit la vexation :

« Ravie de te revoir également, Sesta. »

Posant ses clefs sur la table basse du salon, elle se laissa négligemment tomber dans le sofa quitté quelques temps plutôt par la mystérieuse femme. Son ton se radoucit sur sa seconde déclaration.

« J’espère que je ne t’ai pas réveillée en partant… »

Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]   Lun 11 Fév - 21:03




« Ravie de te revoir également, Sesta. » Celle qu’on venait de prénommer Sesta, termina son cri de surprise, par une petite moue (terriblement mignonne) vexé. Trop concentré sur ce qu’elle faisait, sa voix avait recouvert l’arriver de la propriétaire des lieux et malheureusement, être en serviette devant Faith n’était pas pour lui plaire. Enfin, si, mais non. L'important, c'est qu'elle ne se soit permise de se promener entièrement nue, comme elle le faisait si régulièrement dans son appartement. Se retrouver aussi... Sans vêtement, devant cette femme l'aurait troublé au plus haut point. En y repensant, le simple fait de côtoyer cette femme la troublait.
Se reprenant, son visage sembla se calmer et son coeur reprit un rythme normal. « J'espère que je ne t'ai pas réveillée en partant... » Un sourire amusé étira ses lèvres, alors, qu'elle clopinait jusqu'à une chaise et s'y assoyait pour mieux soutenir sa jambe qui la tiraillait sans cesse. Agacé par la douleur, Ange murmura un juron, avant de regarder de nouveau Faith. « La prochaine fois, engage une fanfare pour me prévenir de ton arrivée. Ce serait bien. » Sa voix était, juste ce qu'il faut, pour qu'on y distingue de l'humour. Plus que son visage qui ne semblait pas changer à mesure que la surprise retombait.

« Non, tu ne m'as pas réveillé... Depuis que j'ai été blessée je ne dors pas. Je tombe dans une sorte de coma. » Se mordillant la lèvre, Angélique sembla soudainement gêné. Sa peau se frigorifiait, lui rappelant le peu qui en était recouvert. Avait-elle le courage de se relever pour mieux se recouvrir? Oui, le voulait-elle... Elle l'ignorait. Pousser par un désir plus fou que réaliste, elle restait pétrifier sur sa chaise. Attendant que la vétérinaire bouge, voulant suivre le courant tout en évitant de s'y jeter tête première. Elle se maudissait d'avoir des idées derrières la tête, mais ne pouvait pas s'en empêcher. Ce, depuis plusieurs jours déjà.

Une image malsaine embua ses yeux, alors, qu'un autre visage se dessinait dans son esprit. Un visage qui n'avait ni maquillage, ni les traits des gens de cette époque. Un visage des plus dévastateur et qui l'avait plongé dans une vie obscur et maudite. La laissant loin d'une vie de conte de fée. Elle aurait rêvé de hurler, mais son cri resta coincer dans sa gorge, comme à chaque fois qu'elle repensait à ce qui avait fait d'elle, une étrangère dans un monde moderne.
Soupirant, elle s’étira, s’assura que sa serviette la recouvrait bien et se releva. Le simple fait d’avoir revu, même mentalement, le visage de cette personne, avait changé son état d’esprit et c’est en souriant innocemment, que Reese revient vers le divan, à la recherche du chandail qui devrait lui arriver à mi-cuisse. Tout allait aller pour le mieux, elle n’avait nullement besoin de se convaincre que Faith était faite pour l’aider, au contraire. Elle devait simplement guérir et la quitter sans un mot.

Il n'y avait qu'un seul problème dans cette logique... Elle oubliait son talent pour la malchance et c'est en s'emmêlant les pieds, qu'elle se retrouva étendue au sol, la tête à un pouce d'une table... Sa cicatrice, légèrement rougis par un peu de sang et la serviette ayant remonté un peu plus haut qu'à mi-cuisse. « Super, manquait plus que ça. » Se redressant prudemment, Sesta poussa un glapissement animal, indiquant sa douleur. Enragé sans savoir pourquoi, elle fixa celle qui lui était venue en aide et lança, sans même réfléchir, une phrase tout à fait sans rapport à la situation. « Donc, change moi les idées. C'était bien avec cet amant? »
Elle ignorait si Faith était allé rejoindre quelqu'un qui méritait ce titre, mais la connaissant, elle et ses changements d'humeur, il y avait de grandes chances pour que ce soit le cas.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]   Lun 18 Fév - 12:00


Face à cette scène du quotidien, un quotidien d’une simplicité alarmante remplis de douceur et de rires, Faith réalisa la place que la métamorphe avait peu à peu prise dans sa vie. Se voir imposer des affinités était une fatalité contre laquelle la jeune texane renonçait de continuer à se battre. Son indépendance et son égocentrisme volontaire ne parvenait pas à repousser certains êtres plus entêtés que d’autres. En l’espace de quelques mois, sa vie avait basculé de la solitude extrême à un tourbillon de relations aux ramifications aussi complexes qu’épuisantes. Elle qui avait volontairement créé du vide autour de sa personne, ne savait aujourd’hui plus où donner de la tête. Deux pôles majeurs semblaient cependant se détacher dans l’agitation continuelle de son existence. Sesta en constituait un à elle seule. Il émanait de cette jeune femme une aura de folie douce, une infime délicatesse qui agissait comme un baume sur les blessures les plus secrètes de son âme. Malgré sa fragilité apparente, elle personnifiait certainement le plus tangible des points de repères. Sa simple présence avait fait de cet appartement un havre de paix, un refuge dans lequel la folle concupiscence de son âme semblait s’altérer. Là où Wayne créait tumultes et passions, démultipliant sa schizophrénie par autant de désirs et de contradictions qu’il soulevait, Sesta apportait une quiétude trouble à son âme. Le doute et l’ambigüité n’avaient rien de dévorant lorsqu’il s’agissait de la jeune femme, ils étaient simplement les délicieux fruits d’une connivence défendus. Un interdit, un non-dit qu’elle ne souhaitait pas réellement combattre. C’était le flou, l’indéfini qui provoquait tant de satisfaction à la jeune femme. Aucune part de son âme ou de son corps n’avait à s’offrir sur l’autel du plaisir passionnel comme l’exigeait tout échange avec cet homme qui la hantait. Non, laisser entrer Sesta dans sa vie n’exigeait rien de cela. Elle canalisait la violence de son âme là où d’autres l’attisait. Il lui suffisait d’une intonation, d’un geste pour l’apaiser.

D’un geste las, elle passa sa main droite sur sa nuque douloureuse et la massa un instant tandis que la jeune femme s’installait sur une chaise à ses côtés. Un silence s’installa entre les deux murs de la pièce suite à ce geste. La métamorphe paraissait mal à l’aise, dans sa tenue de sortie de douche avec sa jambe raidie par la douleur. Pleine de sollicitude, elle se saisit d’un coussin et le plaça entre les reins de Sesta et le dossier de la chaise, histoire de rendre sa posture plus confortable. Faith se surprit à laisser son regard clair s’attarder sur une épaule nue encore luisante d’humidité, tandis que les reproches teintés d’humour de sa colocataire venaient s’abattre sur elle. Une petite exclamation amusée fut poussée.

« Une fanfare ? Mais avec le boucan que tu faisais même les glapissements d’un chanteur de hard rock ne t’auraient pas alarmée ! Au passage tes talents de chanteuse m’ont impressionnée, je devrais peut être t’offrir l’occasion de les exprimer sur une scène plus vaste… Et si je t’inscrivais à un concours de karaoké ? » . Elle n’avait pas prit la peine de relever la seconde remarque de sa compagne de fortune, sachant pertinemment que des questions gênantes ou bien une compassion simulée ne lui seraient d’aucune idée.

Le geste pourtant anodin de la jeune vétérinaire semblait avoir troublé outre mesure son invité. Certes, Faith non plus n’était pas une adepte des marques d’attention quotidiennes qui rythmaient l’existence de ses semblables, mais elle ne comprenait pas réellement en quoi ce simple geste pouvait provoquer confusion chez son amie. Elle vit clairement ses yeux se troubler d’une buée inquiétante tandis que son visage se crispait en une mimique douloureuse. Autant par pudeur que par impuissance, Faith choisit de détourner le regard et de triturer nerveusement son trousseau de clefs en attendant que la crise passe. Aussi étendue qu’elle soit, sa science n’était qu’un remède sommaire à la douleur physique et aux complications. Elle était déjà à peine capable de panser les plaies des êtres humains alors s’aventurer à soigner leurs âmes s’avérait plus qu’insurmontable à ses yeux. Heureusement pour elle, Sesta reprit vite ses esprits et entreprit même de se lever. Cette agitation était la bienvenue pour briser la gêne venue s’installer l’espace d’une seconde, jusqu’à ce que la métamorphe vienne encore faire preuve de sa maladresse. En un bond, Faith fut debout. Réflexe plus futile qu’utile puisque en un coup d’œil elle réalisa qu’il y avait plus de peur que de mal. Elle s’agenouilla cependant au dessus de la jeune maladroite avec un froncement de sourcil, examinant consciencieusement la plaie sans paraître réalise l’indécence de sa tenue de l’instant. Puis, elle lui offrit sa main comme appui pour l’aider à se relever avant de grommeler : « Essaie de ne pas bousiller mon travail en une journée s’il te plaît… »

Sa réflexion n’avait rien d’un reproche, c’était plutôt une légère moquerie dont le but premier était d’alléger l’atmosphère. Surtout face à la douleur que cette chute devait réveiller chez Sesta. Le cri quasi animal échappé par la jeune femme avait eu l’effet d’un rappel à l’ordre sur Faith. Elle ne devait pas oublier la part animale qui sommeillait chez la curieuse créature. Un animal sauvage que l’on ne domestiquait pas vraiment. La jeune vétérinaire avait immédiatement comprit cela, offrant une totale liberté à la métamorphose sans lui imposer ni limites ni conditions. Elle était libre d’agir comme elle l’entendait, même si Faith estimait que suivre ses conseils du moins en terme de rétablissement aurait été plus sage. Ce dont la jeune texane devait à tout prit se souvenir c’était surtout qu’elle ne devait en aucun cas s’accoutumer à une telle familiarité, les choses changeraient à n’en pas douter. Elle se redressa à son tour pour se trouver prise de court face à la question plus qu’indiscrète de sa colocataire. Elle n’appréciait pas plus que ça d’aborder ce sujet en son compagnie malgré l’apparente décontraction de Sesta à cette occasion. Autant pour se soustraire à sa vue que pour se rendre utile, elle se dirigea vers la salle de bain pour se munir d’une nouvelle bande. De retour face à son regard inquisiteur elle sourit et lui tendit de quoi nettoyer sa plaie avant de s’adresser à elle sur un ton neutre : « Tu veux parler de celui que j’ai retrouvé ce matin ? Eh bien, il s’appelle Pongo, il a quatre ans et c’est un dalmatien. Et oui, son opération c’est bien déroulée, si c’est ce que tu veux savoir. » Elle observa la plaie maintenant propre de la curieuse personne avant de poursuivre. « Bon, plus de peur que de mal, les sutures ont l’air d’avoir tenu. Et si tu t’asseyais pour que je te refasse un bandage ? »
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]   Jeu 7 Mar - 15:42




La douleur, elle l'endurait. Tel l'animal qu'elle avait été durant quelques siècles. Une tolérance qu'aucun humain normal ne supporterait, sans l'endurcissement d'une vie particulière. Bien, qu'aujourd'hui... Les gens pouvaient se rapprocher de l'état de survie qui poussait un simple chat à marcher des kilomètres sur une patte déformée. Mais, ils ne sauraient jamais... Jamais, ce qu'était l'instinct animal. Aucune chance. Même elle, métamorphe de six siècles, commençait à oublier à mesure que les jours passaient.
Le confort, les gestes banals des humains, tout ça l'éloignait de la vie qu'elle avait choisie par le passé. Pour échapper à son bourreau, elle avait renoncé à la vie avec sa race et s'était enfoncé dans sa malédiction. Jusqu'au jour où, l'ange n'avait pu revenir en arrière et où son esprit s'était embrumé. La laissant sous l'impression qu'elle était simplement un panda roux.

D'ailleurs, la gentillesse de glisser un coussin sous ses reins la fit frémir. Autant du désir de sentir à nouveau ses mains la frôler, autant de la peur de s'attacher à un nouveau malfaiteur, qui maltraiterait ce qui avait de bon en elle. « Une fanfare ? Mais avec le boucan que tu faisais même les glapissements d'un chanteur de hard rock ne t'auraient pas alarmée ! Au passage tes talents de chanteuse m'ont impressionnée, je devrais peut être t'offrir l'occasion de les exprimer sur une scène plus vaste... Et si je t'inscrivais à un concours de karaoké ? » La jeune femme réussie à lui tirer un rire sincère et c'est d'un sourire sarcastique, qu'elle se décida à vraiment la regarder. « Seulement si tu montes, en sous-vêtement, sur la scène pour faire ma danseuse pendant que je chante. Sinon, mes performances resteront strictement réservées à tes oreilles. »

Le trouble qui la suivait à chaque coin de rue, la rattrapa au vol. Laissant planer une ambiance douteuse l’espace de quelques secondes et pourtant, l’ange se reprit pour mieux finir à même le sol, le sang tâchant sa peau d’albâtre et réduisant l’avancement de sa guérison à zéro. « Essaie de ne pas bousiller mon travail en une journée s’il te plaît… » Elle aurait dû ressentir la douleur, grimacé, au lieu de quoi, elle se laissa faire par la propriétaire des lieux, obnubilé par le contact de ses mains sur sa peau.
Mieux qu’un antidouleur, le fait d’être proche de cette femme l’effrayait de par l’attirance qu’elle ressentait. Lui faisant oublier que sa jambe n’était pas en état de suivre les ardeurs du reste de son corps. Sa tête non plus, mais à cet instant précis, en la regardant soigner sa jambe et sourire sous son regard inquisiteur, elle aurait peut-être réussi à passer par-dessus ses réticences. Pour un temps du moins.

« Tu veux parler de celui que j’ai retrouvé ce matin ? Eh bien, il s’appelle Pongo, il a quatre ans et c’est un dalmatien. Et oui, son opération c’est bien déroulée, si c’est ce que tu veux savoir. » Un léger rire, teinter de la douleur qu’elle ne voulait pas ressentir. « Tu pourrais peut-être me brancher? Je suis certaine qu’un dalmatien et un panda roux ce serait mignon à regarder. » Oui, elle n’aimait pas être sérieuse quand un trouble l’envahissait.
« Bon, plus de peur que de mal, les sutures ont l’air d’avoir tenu. Et si tu t’asseyais pour que je te refasse un bandage ? » Ses yeux se fixèrent aux siens, l’idée qu’elle frôle sa peau et la panse affolait les battements de son cœur. Sans un mot, l’ange acquiesça. Crispé et tendu, elle se forçait pour regarder ailleurs et non pas, le visage parfait de cette femme qu’elle désirait.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]   Mar 19 Mar - 19:14


Le monde était fou et la jeune femme était bien placée pour le savoir. Sa guérison spontanée n’était qu’une des nombreuses manifestations d’un univers sombre où le hasard ne présentait pas toujours d’aussi heureux dénouements. Le jeu de la vie semblait tout aussi partial que celui des Hunger Games. Une génération entière se trouvait face au paradoxe de toute une vie : les règles avec lesquelles ils étaient nés avaient brusquement changées, les plongeant dans un univers qu’ils ne maitrisaient pas. Les opportunités de cette nouvelle ère semblaient aussi rares qu’immenses, tandis que les dangers la peuplant faisaient légion. Une telle époque ne laissait guère de place pour des êtres ordinaires, il fallait être grandiose ou minable, un héros ou un lâche. Deux pôles dans lesquels la jeune femme ne se reconnaissait pas. Elle se vautrait dans la médiocrité de son existence quotidienne avec reconnaissance et culpabilité, étouffant comme elle le pouvait une nature trop ardente pour son propre bien. Parfois, le vernis glacé de l’habitude explosait sous la pression, la conduisant à se perdre dans un affolement des sens proche de l’hystérie. Cela ne faisait certainement pas d’elle une héroïne, non.
Depuis longtemps consciente de la capacité de nuisance de sa propre espèce, Faith avait fini par l’accepter avec cette espèce de résignation languissante qu’elle observait autrefois chez sa texane de mère avec révolte. Toute capacité à s’étonner semblait l’avoir abandonnée. Et puis un matin, une adorable boule de poil s’était transformée en jeune femme sur sa table d’opération dans un petit sourire contrit. A elle seule Sesta parvenait à rallumer une flamme presque éteinte, par sa capacité (souvent involontaire) à constituer une source constante d’étonnement. L’énigmatique créature dégageait tant de mélancolie derrière son exubérance apparente qu’elle en troublait Faith au-delà même du simple intérêt scientifique pour sa capacité. C’est cette brisure là qu’elle avait lu sur le visage de sa ‘patiente’ quelques instants plus tôt, la poussant à baisser les yeux autant par pudeur que par impuissance. Comme toujours, elle s’était réfugiée derrière un autre silence, un nouveau non-dit. Parfois Faith se surprenait à imaginer que la part animale de la métamorphe l’engageait à comprendre mieux que personne l’insuffisance des mots face à certaines émotions. Et puis elle finissait irrémédiablement par briser ce fantasme avec une élucubration à sa sauce. La dernière en date l’amusa beaucoup d’ailleurs.

« Moi en sous vêtement ? Tu compterais sur mon anatomie seule pour détourner l’attention de la justesse…discutable de ta performance ? »

Mais l’amusement laissa bien vite place à l’inquiétude après la chute de la jeune écervelée. Sesta se faisait étrangement docile sous ses doigts affairés, très loin de l’animal remuant dont elle avait l’habitude. Une fois l’examen effectué, elle retrouvait pourtant bien vite une attitude plus naturelle en prolongeant la boutade sur le supposé amant.

« Hum. Tout dépend ta définition de mignon , rétorqua Faith tout en déchirant un emballage, à en juger par ta blessure je crois avoir compris que tu adores te frotter à des animaux plus gros que toi, mais bon si tu pouvais attendre que ta plaie soit refermée pour recommencer je t’en serais reconnaissante. »

Comme la jeune femme s’asseyait à sa demande, elle prit ce geste pour un signe d’assentiment et s’agenouilla sans rien rajouter. Sa peau presque encore humide exhalait une délicate odeur qui fit brusquement frémir le nez de la jeune vétérinaire. Même si les soins prodigués étaient des rudimentaires, les pratiquer sur un être humain recelait toujours une certaine gêne que Faith ne s’expliquait pas. Et la quasi nudité de Sesta ne faisait rien pour apaiser ce trouble. Détachant délicatement le bandage taché de sol avant de le poser au sol, Faith entreprit de vider son esprit de toutes émotions parasites exactement comme elle le faisait avec un ‘patient normal’. Une fois la plaie inspectée et dument nettoyée, elle fit glisser la bande propre avec une infinie douceur sur la cuisse de blessée. Gestes précis, méthodiques qui appartenaient à son quotidien, finissant de rattacher cette scène à une ambiance plus familière. Elle aurait pu s’habituer à tout ça.
« Et voila. » Elle s’était relevée en un bond, brisant le charme du moment avec une pointe de soulagement. Les yeux fuyants, elle se hâta de rassembler les objets éparpillés sur le sol lors du soin et s’échappa de nouveau vers la salle de bain pour les remettre à leur place. De retour dans la pièce, elle adressa un large sourire à sa patiente avant de s’asseoir en tailleur sur le canapé.

« Alors, satisfaite de mes services ? »
Revenir en haut Aller en bas
 

Le jeu de la séduction et du hasard. [Pv. Faith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Problème d'alignement d'une colonne ( après modif template ) + réduction de l'espace titre / catégorie
» Icônes à fond transparent dans Panoramic
» Melita/sac de café gratuit
» Resize et compression automatique pour l'envoi par email
» Petite séduction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-