AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Red Queen and the Hunter (PV Lawrence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: The Red Queen and the Hunter (PV Lawrence)   Sam 9 Fév - 4:45



Levant deux doigts, deux petits doigts vers le barman, Caleb sentait une sorte de petite frénésie. C’état immanquable, à chaque fois. Cela pouvait sembler anodin, banal, ridicule, mais pour un semi-alcoolo comme lui, c’était presque poétique. Ce petit geste subtil, de la même façon que l’on appelait son chien, ce petit geste qui ne nécessitait aucune parole jusqu’à ce que le jeune brun se fasse demander ce qu’il désirait boire. La plus délicieuse de toutes les questions. Mais le plaisir fut très court pour le chanteur ce soir, il se fit interrompre en plein milieu de sa chanson, en plein milieu de son spectacle, alors qu’il leva ses fameux deux petits doigts, deux gros bras s’enroulèrent à ses épaules avant même que le barman puisse poser ses yeux sur lui. Caleb sentit ses fesses se décoller de son tabouret rouge, très confortable, d’ailleurs, et tout son corps fut projeter vers l’arrière. Ses deux hommes sans visage trainèrent Caleb sur ses chevilles. Faisant dos à l’endroit où il se faisait amener, Caleb regarda le bar s’éloigner de lui avec résignation. À quoi bon riposter, se battre et poser des questions, il savait ce qui se passait. Il savait qu’il avait eu un blackout la dernière fois qu’il était venu au Paradisio, mais il avait espérer que ce n’était pas ‘‘Le Furieux’’ qui s’était manifesté. Il avait espéré qu’il avait simplement trop bu pour se rappeler comment il avait rentré chez lui cette nuit-là. Malheureusement, cette dernière nuit lui avait été fatale. Il ne savait pas trop quelle connerie il avait fait encore. Quel homme important il avait bousculé, quel spectacle burlesque avait-il interrompu, quelle bagarre avait-il enclenchée, quelle danseuse avait-il tenté de violer…. Non, tout compte fait, il ne voulait pas savoir ce que le deuxième ‘‘lui’’ avait décidé de faire pour qu’il se retrouve sur la liste noire de son cabaret préféré, cabaret dont il n’était pas seulement un bon client, mais où il se faisait souvent invité pour performer. C’était désolant de voir tous ses beaux souvenirs s’éloigner de lui alors qu’il se rapprochait de plus en plus de la porte menant à l’extérieur du bar. Et pourtant, le visage de Caleb était inexpressif. Pas un trait de déception, de regret, de tristesse. Même l'influence d'Arès n'arrivait pas à le faire exploser de colère. Il y avait seulement un petit goût amer au fond de sa la gorge. À quoi bon verser une larme. Cette situation lui arrivait trop souvent, il deviendrait une gamine à qui on venait de lui piquer sa poupée, inconsolable. L’indifférence c’est toujours mieux, ne pas s’attacher à quoi que ce soit, c’est toujours plus facile. Plus simple. Voyons le bon côté des choses, Caleb pourrait toujours utiliser son charme pour tenter de recoller les morceaux avec le patron, une fois qu’il ne sera plus le centre de l’attention des commérages du Paradis.

Ce fut donc dans un triste silence, sans question stupide, sans tentative de fuite, dans une passivité parfaite que Caleb retrouva son nez contre le sol. Les gardes du corps avaient cette drôle d’habitude, quand ils le trainaient de dos, une fois arrivé devant la porte, il avait toujours l’amabilité de le retourner pour le balancer face première contre terre à l’extérieur de l’immeuble. Comme si se faire trainer hors d’un cabaret bondé dans lequel on a chanté n’était pas assez humiliant comme ça. Malgré que le musicien portait peu d’importance à ce que pensaient les autres de lui, sa guitare de fierté venait de se faire casser une corde. Ce fut pire ou peut-être mieux, quand il réalisa sous quelles semelles son nez venait de s’écraser. Le graphiste, à plat ventre au sol, avait deux souliers à talons hauts juste sous son nez. Deux souliers tout à fait sexy, fragiles et forts à la fois. Des souliers de femmes fatales tout aussi séductrices que félines. Des souliers à la hauteur de celle qui les portait. Lawrence. Encore une fois, Caleb n’était pas certains si c’était bien ou mal qu’il tombe sur elle, malgré qu’il n’était pas du tout à son avantage en ce moment, en mangeant la poussière. Le jeune homme leva les yeux vers elle en soulevant son corps pour se redresser et se remettre sur pied. Un peu poussiéreux, mais il n’en fit rien. Le jeune homme se retrouvait debout, face à elle, à peut-être 30 centimètres, distance tout à fait respectable (à son avis, bien sur). Il se sentait beaucoup mieux maintenant qu’il était plus grand qu’elle et qu’il ne la regardait plus de haut. Il ouvrit la bouche d’abord, pour éviter ses moqueries.

Je crois que même avec ta belle gueule et ton nom tu n’arriveras pas à me faire rentrer…

Lui dit-il comme si c’était dans ses intentions, car ce ne l’était surement pas. Caleb ne prenait pas du tout pour acquis qu’elle venait lui prêter main forte, au contraire, mais s’il la provoquait pour qu’elle le fasse, alors là, peut-être qu’elle le considérerait. De toute façon, pourquoi manquerait-elle l’occasion de passer une soirée à le faire chier? Caleb avait beaucoup d’ennemis, certes, mais il était un membre important dans l’organisation des Hunter’s Seasons et pouvait très bien être utile à la Résistance. Étant un membre obsédé des rebelles, Lawrence ne lâchait pas le morceau. Cette chef, ou plutôt sous-chef, comme aimait bien lui rappeler Caleb, de la Résistance n’acceptait pas le refus. N’était-ce pas dangereux de sa part de se dévoiler à lui si facilement sur son statut? Non. Car Caleb n’avait aucun intérêt à répéter à qui que ce soit qui elle était et même si c’était le cas, qui le croirait? Le riche et prestigieux nom des Lawrence avait déjà une réputation bien bâtit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Red Queen and the Hunter (PV Lawrence)   Mer 13 Fév - 19:57




Caleb & Judi



L'eau chaude coule sur mon corps.. L'odeur agréable d'amande et de vanille envahit ma salle de bain. Je me prélasse dans un bain, je suis bien, je ne pense à rien. Je ne pense même pas à Joshua, il en est hors de question. L'eau glisse sur mon corps, le souffle sur un bol de mousse, je souris. Je plonge en arrière pour mouiller mes longs cheveux bruns. Je remonte à la surface, je fronce légèrement mes yeux pour ne pas les avoir qui piquent. Je savonne mon corps tranquillement, je prend tout mon temps, je prend soin de moi, pour une fois, je me dois bien ça. Je me rince dans l'eau brûlante, je ferme les yeux je me repose, je suis tranquille, ce qui est assez rare. Je sors lorsque l'eau devient froide. Je prend tout mon temps pour m'habiller me faisant pour une fois livrer mon repas dans ma chambre. J'ai l'intention de sortir ce soir. Profiter, c'est un peu comme si la ville m'appartient après tout. Je trouve une tenue adéquate. J'adore, je suis plutôt fière. Je suis coiffée parfaitement, ma robe, met toutes mes courbes en valeur. C'est ce que je voulais.

Je fais appeler une voiture pour pouvoir aller où je veux. Ce soir je suis ce que je veux être, je trouve qui j'ai envie, je vais là où je veux. L'avantage lorsqu'on est un peu la reine de la ruche. C'est un peu ce que je suis après tout, la fille d'un des hommes les plus influents de la terre. Je descends, ma robe noir me donnant un coté veuve noire sexy. Je monte en voiture et je donne l'adresse du Paradisio. Je sais très bien que c'est un cabaret, que logiquement ce sont les hommes que l'on trouve dans ce genre d'endroit mais là.. c'est ce que je veux des hommes. Le sexe est une manière très subtile d'oublier. Je ne bois pas, je ne fume.. je ne mets pas ma vie en danger au moins, je suis tranquille. J'aime regarder la ville la nuit, on ne voit pas vraiment les étoiles parce qu'il y a bien trop de lumière avec les grattes ciel.

La voiture freine, je reprend les esprits et j'éclaircis ma voix. Je regarde, la trottoir d'en face la boite y est. Je vois aussi un mec se faire refouler. J'ouvre ma fenêtre teintée et je regarde un peu mieux. C'est bien la personne que je crois être. Caleb. Je souris, Caleb est un amant très vigoureux et j'adore.. Il pourrait très bien faire l'affaire.. Et puis même s'il ne semble pas pouvoir entrer, moi je sais que je peux le faire entrer. Il suffit que je le dise et il entrera. Je soupire, je referme ma fenêtre et je sors de la voiture. J'enfile ma veste, je remets mes longs cheveux et j'avance en sa direction. Je me stoppe à lui. Je souris.. Il se redresse.. Je continue de garder ce sourire légèrement malicieux. Je hausse un sourcil lorsqu'il m'affirme que je ne pourrais même pas le faire rentrer dans le club même si je le désirais. Je souris encore, un peu de façon hautaine et arrogante, je l'avoue.

- On parie ?

Je lui saisis la main pour qu'il me suive, faisant claquer mes talons sur le goudron. Je double tout le monde dans la file d'attente, j'entends des protestations, je me retourne l'espace que de quelques secondes, un regard noir et froid, il est bien connu celui ci, la type se renfrogne et ne dit rien. Comme moi l'empire Lawrence, celui qui porte mon nom un peu.. celui de mon père est bien bâti. J'arrive à l'entrée. Le videur me reconnait.. Mais il semble aussi voir Caleb, il fait barrage. Je souris.. un peu de façon méprisante je l'avoue.

- Dis.. tu ne veux pas me contrarier ? Tu sais combien j'aime les beaux garçons ? Je veux passer une bonne soirée.. et j'ai besoin de lui. Il entre ou je pourris la réputation du club, j'ai qu'un message à envoyer à mon répertoire.. la technologie c'est rapide de nos jours..

Je sors de la poche de mon manteau mon portable je lui montre.. Histoire de mettre à fond la menace. Il lève les yeux au ciel puis dégage le passage pour nous faire entrer. Lorsque nous sommes à l'intérieur je m'arrête et je me retourne vers Caleb, je me colle un peu à lui..

- Tu as intérêt de me faire passer une nuit de folie..



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: The Red Queen and the Hunter (PV Lawrence)   Mer 20 Fév - 20:57



Un petit instant de silence s’installa une fois que Caleb parla, un léger instant où Judi le regarda, le sourcil bien relevé, suivit de son petit sourire arrogant. À ce délicieux sourire supérieur, Caleb savait que son petit tour avait marché. À ce petit sourire confiant, à qui on ne pouvait rien refuser, Caleb savait que son foie n’aurait pas une soirée de repos… Et son corps entier d’ailleurs. À l’étirement hautain de ses lèvres, Caleb savait qu’il avait piqué son orgueil suffisamment pour qu’elle le prenne comme un défi. Après tout, n’était-il pas un défi pour elle? Son obsession pour la résistance et la femme fatale qu’elle était ne pouvait accepter aucune défaite envers lui. Et Caleb devait se l’avouer, elle était une foutue bonne baise. Dans le genre violent, intense…Une vraie frénésie sensuelle et irrésistible. Mais non seulement ça, ce jeu, ou plutôt cette petite guerre qui s’était installé entre eux le divertissait au plus haut point. Ce n’était pourtant pas son genre, les gamineries. Mais l’influent Arès adorait dominer sur Athéna, se venger de la déesse qui l’a plusieurs fois ridiculisé à l’Olympe. Pour Caleb, les pulsions du Dieux du chaos montaient la température non seulement entre leurs deux corps, mais également entre les provocations. Et pour le chanteur dur comme fer, froid comme neige, ça lui montrait un côté de lui-même qu’il trouvait à la fois excitant et dérangeant. Car il devait bien avouer, il commençait à aimer l’attention qu’elle lui portait à un point que ça le chicoterait de la perdre…Et ça, c’était grave.

On parie ?

Le jeune homme ne fit que donner un petit et lent coup de tête sur le côté, sans cesser de fixer son regard, haussant légèrement les épaules comme pour lui dire qu’il n’attendait que ça, qu’elle lui montre ce qu’elle savait faire si elle était si sûre d’elle. Elle ne le fit pas attendre et ne se contenta pas de rentrer comme tout le monde. Mais non! Judicaëlle Lawrence n’est pas n’importe qui. Judicaëlle Lawrence se fout de se faire une file d’attente complète d’ennemis. Judicaëlle Lawrence passe, alors, on se pousse. C’était véritablement pratique d’avoir une femme comme elle à ses côtés. Tenant sa main dans la sienne, Caleb sentait déjà une chaleur bouillante monter dans son bras. C’était fou comment un simple contact suffisait pour qu’il ait l’impression qu’une guerre sanglante s’enclenchait entre sa chair et la sienne. Il la regarda faire son petit manège avec le mec à la porte, le musicien resta silencieux, un sourire en coin. Un petite menace bien baveuse, même un peu trop et voilà qu’elle remettait le pauvre homme à sa place, une place bien inférieur à la sienne. Entrant la tête haute, les chevilles toujours enflées, Caleb suivit la jeune femme avec un grand sourire. Elle s’arrêta brusquement et tourna les talons pour lui faire face une fois qu’ils étaient à l’intérieur. Le graphiste réagit une fraction de seconde trop tard à son arrêt, ayant été pris par surprise, il se retrouva alors complètement collé à elle, lui rentrant dedans avec plus ou moins de douceur.

Tu as intérêt de me faire passer une nuit de folie..

Là, au milieu du cabaret, entre deux tables, des serveuses, des danseuses, le technicien sentait les courbes de son corps sur le sien à travers sa robe noire. Il pouvait se souvenir de la force de ses hanches en les sentant contre ses cuisses. Il se souvenait de sa vigueur alors que son sexe frôlait le sien. Il pouvait se rappeler la douceur de sa peau de son corps contre la fermeté de ses abdominos. Il pouvait se remémorer la volupté de sa poitrine contre son torse. Il pouvait sentir ses lèvres qui brûlaient les siennes avec rivalité et envie. Toutes ses sensations se contenaient dans le corps de Caleb comme une bombe à retardement. Le jeune homme gardait un calme fou, puis il posa son regard hypnotisant dans le sien, ses yeux pétillants mystère et de mauvaises surprises. Il posa ses mains sur son dos, le caressant presque en la serrant contre son corps pour rapprocher ses lèvres des siennes.

Vos désirs sont des ordres, sous-chef…

Dit-il en frôlant ses douces lèvres à chaque mot qu’il prononçait. Sa voix grave et chaude ne pouvait converger que vers une seule conclusion. Un baiser. Un baiser qui devait pourtant attendre.

…Une fois que j’aurai mon verre…

Il y avait des drogues plus pressantes que d’autres. Mais cette fois, il ignorait ce qui était de plus délectable entre l’idée de se diriger vers le bar ou le magnifique vent qu’il venait de donner à Lawrence. De toute façon, elle était tellement plus sexy énervée. Vous avez donc bien comprit. Caleb retira ses mains lourdes de son corps d’un coup, ses mains qui semblaient collés à son corps de déesse et qui semblaient se rebeller contre ses nerfs. Il passa à côté d’elle, contourna les tables et se dirigea vers le bar avec un air des plus satisfaits. Il fallait bien qu’il se venge un peu, à leur dernière rencontre, elle avait triché( en faites, pas vraiment, c’était tout à fait légal, simplement injuste) et elle avait prit le dessus. Caleb s’était retrouvé désarmé et un peu trop soumis à son goût lors de l’acte.

Le musicien se commanda trois shots, un qu’il fit descendre dans sa gorge à l’instant, profitant à fond des quelques secondes de chaleur et de picotements qui coulait dans son œsophage. Assis à nouveau sur un de ces fabuleux petits tabourets rouges, Caleb garda un verre devant lui, il fit glisser l’autre devant le tabouret vide à côté de lui. Il lui donnait deux minutes pour venir le rejoindre, puis si elle boudait trop, il irait la chercher. Il ne faudrait pas lui faire regretter de l’avoir fait rentrer ici, quand même… Oh et puis, lui faire regretter juste un peu pouvait être amusant… Non?
Revenir en haut Aller en bas
 

The Red Queen and the Hunter (PV Lawrence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dairy Queen - Blizzard 2 pour 1
» The Troll Hunter
» Recherche image type fairy tail, monster hunter orage
» Inscription Pseudonyme "Hunter"
» Les Queen's Rangers en 15mm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-