AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Play Dead {Event}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Masculin
↳ Nombre de messages : 616
↳ Points : 97
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Nobody
↳ Age du Personnage : 1 jour, 1 siècle, quelle importance ?
↳ Métier : Commère
↳ Opinion Politique : Partisan
↳ Playlist : Imagine Dragons - Radioactive
↳ Citation : - In this life now you kill or die, or you die and kill. -
↳ Multicomptes : Danny Clocker



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Play Dead {Event}    Dim 10 Mar - 15:30


A Call to Arms
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
ce qu'il faut savoir



› Synopsis

Ministres et politiciens poltrons, ils n’ont pas hésité un seul instant à se ruer à l’intérieur pour sauver leur propre peau. Un petit groupe d’Elus gouvernementaux claquant derrière la porte d’un immense salon lugubre et sombre. Au-dehors, vous levez nez juste à temps pour apercevoir des lumières derrière les hautes fenêtres de la bâtisse. A deux, se sera bien suffisant pour s’occuper d’eux. Vous voilà à présent dans les baskets d’un preneur d’otage, exigeant de ses gens influents qu’ils se remuent pour changer les choses. Un groupe s’occupe de faire ployer le Président, votre tâche consiste à faire de même avec ses suiveurs. Blessés, terrifiés, cela ne devrait pas être trop compliqué. Il y en a un, dans le coin, prêt à baisser les armes. L’espoir fait vivre, en vous voyant arriver dans la pièce, ils l’ont perdu. Et vous, en entendant des bruits de pas hésitants, vous voilà déjà prêt à bondir, ravis à l’idée qu’un autre pantin vienne se joindre à ses camarades. Une voix de plus dans les sondages ça ne se refuse pas.




› Description du Manoir du Président

Petite île inhabitée sur laquelle la statue de la liberté a été érigée, faisant face à l’océan incandescent. Terre accessible par ferry. Elle appartient au gouvernement fédéral. Végétation riche et luxuriante laissant place à une symphonie de couleurs. Perdu au milieu des galets, du sable fin et des hautes herbes, un manoir se dresse, sous les yeux du monument historique. Demeure imposante et luxueuse dont les six étages dévoilent l’importance du propriétaire. Elle a été rénovée par l’un des plus grands architectes. Toutefois, certains recoins de la bâtisse témoignent des temps passés. Une atmosphère lumineuse y règne. Les murs sont recouverts d’une couleur blanche pastelle. Hauts plafonds à poutres apparentes, planchers, tapis moelleux couleur or. Meubles de bois sombre, et de cuir noir. Cheminées artificielles. Des rideaux royaux recouvrent les hautes fenêtres de ce manoir entouré de jardins et de buis centenaires.



› Ordre de Passage

◈ 1 - Connor J. Blackpearl
◈ 2 - Wayne Sudworth
◈ 3 - Cora S. Di Mercurio



› Rôle des participants

◈ Connor J. Blackpearl - En tant que résistant, tu participe à cette prise d'otage avec un autre rebelle. Ministres et politiciens sont à votre merci. Or en tant que traitre tu es supposé retourner ta veste et venir en aide aux prisonniers. Le moment ou jamais pour achever le virage que tu as pris depuis des mois, qui t'a poussé à vouloir rejoindre le camp adverse pour enfin être reconnu à ta juste valeur. L'hésitation continue pourtant de vriller tes tempes, et les pas qui s'approchent risquent de rien arranger à ton dilemme... Wayne, ce mentor que tu admire et abhorre à la fois, accompagné d'une hôtesse.
◈ Wayne Sudworth - En tant que créateur en chef d'illusions pour les Hunter's Seasons, ta présence à cette soirée était évidente. Bougon, agacé par la tournure des évènements, tout autant qu'émoustillé par la panique que cela a engendré chez tous les convives, tu t'es approché méfiant de la pièce où sont déjà Connor, un rebelle, et des otages membres du Gouvernement. Trainant avec toi celle que tu considère comme ta marionnette de luxe, Cora. En entrant dans la pièce, vous tombez en plein dans un guet-apens. Mais la tension retombe aussitôt en voyant que l'un des deux rebelles n'est autre que le traitre dont tu es le mentor. Peut être à tort, ne risque t'il pas de saisir cette occasion de se libérer de ton emprise plutôt que de sombrer davantage dans tes filets ?
◈ Cora S. Di Mercurio - En tant que perdante des jeux, tu n'aurais pas du te trouver à cette soirée. Mais tu es également une ancienne hôtesse, et Wayne a décidé de te réintégrer à tes fonctions avec une légère avance. Face à ces preneurs d'otage, l'occasion semble rêvée pour te venger de celui qui prend plaisir à t'asservir et rejoindre réellement la cause de la rébellion, si chère à ton ainée. Pour autant es-tu vraiment prête à ne plus faire preuve de lâcheté ?



› Informations obligatoires

Vos messages doivent osciller entre 400 et 800 mots, ni plus ni moins. Merci de ne pas dépasser cette limite afin de privilégier l'action et la rapidité dans vos posts et dans ceux de vos partenaires la mesure du possible.
Essayez de privilégier l'intrigue à vos autres topics en cours, car celle-ci est cruciale pour le passage à la saison 2.
Si vous êtes débordés à un moment donné, pensez à passer votre tour en contactant le rpgiste suivant dans la liste afin d'éviter de ralentir tout le monde.
Des missions secrètes pourront vous être envoyées par mp, afin d'en pimenter le déroulement.
Votre personnage peut avoir été blessé dans la fusillade ou l'être par la suite, c'est à vous de voir.
Vous pouvez faire intervenir des PNJ dans vos topics, par exemple des peacekeepers, des résistants, des victimes, etc.

{ Au moindre doute, en cas de question, ou si besoin de précisions, n’hésitez pas à contacter un membre du staff. }



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t1-contexte

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Lun 11 Mar - 18:53

L'adrénaline, mon organisme en était saturé... Hormone de l'action par excellence, celle qui vous fait accomplir des choses impensables en temps normal. Mais cette situation avait perdu toute normalité, du moins elle avait perdu celle des autorités de ce monde. La rébellion avait gronder de toutes ses forces, les Résistants s'étaient soulevés et voilà que nous étions si prêt de ce but que nous poursuivions depuis plusieurs mois. Apeurés comme de vulgaires proies, des ministres et autres têtes importantes de la politique s'étaient réfugiés dans le manoir, mais à leur grand damne ce ne fût pas la cavalerie qui vinrent les sauver.
Arme au poing je tenais en joug un ministre bedonnant dont la main tremblotante lâcha la poignée de la porte une fois qu'elle fût refermée « Bien, maintenant tu vas te rasseoir gentiment. ». Je regardais du coin de l’œil mon acolyte et lui indiquait de faire déplacer les trois personnes qui se terraient au fond de la pièce pour que l'on puisse les avoir toutes à portée d'yeux. Le troupeau serait plus facile à contrôler une fois rassemblée et quand tous furent dans la même zone j'eus un petit sourire satisfait « Le premier qui bouge ou tente un truc stupide je lui loge une balle dans le genoux. Alors c'est sans doute un truc très abstrait pour vous mais croyez moi... C'est très douloureux. » les menacer de mort serait bien radical et c'était leur offrir un échappatoire, alors qu'une blessure les maintiendrait dans la dure réalité. Je remarquais que l'un des ministres était blessé, le positif de la chose était qu'il serait peut-être plus facile à convaincre de laisser tomber et de plier. Nous avions le dessus nous méritions notre victoire. J'allais en venir au fait, inutile de tourner autour du pot et apeurés comme l'étaient certains j'étais prêt à parier que la désagréable odeur de l'urine viendrait bientôt nous chatouiller les narines. Des bruits de pas résonnèrent dans le couloir, j'ordonnais alors à mon coéquipier de garder les politiciens à l’œil tandis que je me mettais derrière la porte de manière à ne pas être vu si ces gens entraient dans la pièce.

Les pas s'approchaient, mon cœur battait fort je jubilais de la tournure des événements mais à la fois j'étais tendus et tiraillés par cette arrangement qui faisait de moi un traître. Mais avais-je réellement envie de me retourner contre ceux avec qui j'avais travaillé pour en arriver là ? Certes, inverser la tendance me propulserait sans doute vers la reconnaissance que j'attendais tant... Légèrement déconcentré par mes propres pensées je fus légèrement surpris lorsque la porte s'ouvrit. Aussi calme que possible je guettais le moment opportun pour prendre au piège ces futures nouveaux otages, mon arme prête à tirer si nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Mer 13 Mar - 16:22

« Active le pas, je t'offrirai des bonbons quand on arrivera au bout du couloir. » Une arme d'une couleur luisante transperçait l'obscurité qui les envahissaient peu à peu. Le sorcier la tenait de main ferme, la pointant vers l'horizon. Ses yeux menthe à l'eau bougeaient dans tous les sens. Chaque fois qu'ils se trouvaient devant une porte, Wayne l'achevait d'un coup de pied. Cora le suivait. Tous deux membres du gouvernement, ils se devaient de faire leur travail. Si le brun aurait voulu déguster une cigarette tout en trinquant à la bonne santé avec une jolie blonde, ce n'était pas pour autant que son esprit s'était entièrement déconnecté. Il avait rigolait de bon coeur en voyant les regards fuyants et effrayés que la panique avait déclenché. Il souriait beaucoup moins lorsque le Président disparu.

Ces résistants, rebelles de pacotille, il les anéantirait, un par un s'il le fallait. Leurs âmes étaient plus sales que le discours du chef de l’État. Ils voulaient la justice. Déclencher une telle euphorie relevait d'un vrai manque de professionnalisme. Il était agacé, désespéré. Il n'avait pas que ça à faire de sa soirée. A cause de ces gosses, il devait y passer la nuit. Rechargeant son arme, il continua d'avancer. Prudent. Il s'arrêta, lançant un regard à la splendide brunette. « Tu entends ça ? » Il posa son index sur ses lèvres, et avança à petits pas, presque sur la pointe des pieds. Derrière la porte, le silence était devenu roi. Il haussa les sourcils et poussa la porte d'un coup de pied. Devant lui, son abruti d'apprenti qui semblait déterminé quant à appuyer sur la gâchette. « C'est quoi ce bordel ? Qu'est-ce que tu fous ? Lâche ton arme. »

Wayne était confus. Que faisait Connor ? Il eut sa petite idée, mais trop orgueilleux il ne pouvait espérer qu'un drogué de son genre ait pu le tromper de la sorte. Il essaya de réfléchir, respirant profondément. Il aperçut les otages à moitié ensanglantés. Des hommes du gouvernement. Il soupira et se tourna vers l'acolyte de son élève. Pointant l'arme dans sa direction, il regarda Connor avec insistance. « C'est ton pote lui ? » Il appuya sur la gâchette. L'étranger reçu une balle entre les deux yeux. Cela faisait longtemps que le sorcier n'avait pas assassiné un homme avec une arme. Il toucha du pied le corps inerte de la victime pour s'assurer que celle-ci ne se relèverait pas. Il continua de pointer l'arme vers Connor, méfiant. Il ne savait plus quoi en penser. Il n'était pas si abruti qu'il en avait l'air. Wayne avait tendance à prendre des décisions bien trop vite. Il ne regretterait pas son geste.

Pour l'instant, il ne se souciait pas des otages, qui pourtant ne cessaient de lui lancer des regards suppliants. Son visage était connu au sein du gouvernement. Il devait s'assurer que les prisonniers ne se sortiraient pas d'ici en croyant qu'il était dans le camp adverse. C'était son gagne pain et sa réputation qui partiraient en fumée. Il s'approcha alors d'eux, leur tournant le dos et continuant de pointer l'arme dans la direction de Connor, comme pour les protéger. Il lança alors un dernier appel, voulant le prévenir d'une éventuelle crise qui pourrait le persuader à tirer. « C'est toi qui les a attachés, blessés et emmenés ici ? A quoi tu joues au juste là ? » Le sorcier sentit la colère monter en lui. Les goûtes de sueur descendaient le long de son front, il en tremblait presque. Son état colérique ne présageait rien de bon. Il regarda Cora dans les yeux. Elle n'avait pas intérêt à retourner sa veste.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 15056
↳ Points : 1226
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Jeu 14 Mar - 12:23

La panique régnant dans la demeure historique avait quelque chose de jubilatoire, distillant dans ses veines un plaisir malsain. Les rebelles venaient de donner un grand coup de pied dans la fourmilière, dans le but de faire vaciller les fondements même de la tyrannie. Un rictus mauvais s’était dessiné sur ses lèvres lorsque le Président s’était évaporé, avant que l’angoisse ne lui crève le cœur avec la reprise des détonations. L’espace d’un instant elle avait presque oublié que s’attaquer au Diable et à ses sbires, revenait à sceller sa propre déchéance. En tant qu’hôtesse ayant participé dès les prémices à cette sombre mascarade. Même après sa cuisante défaite aux jeux. Bon gré mal gré, elle se retrouvait ainsi à suivre comme un parfait toutou le créateur d’illusions en chef. Se réfugiant dans son ombre à défaut d’avoir l’étoffe d’une révolutionnaire. Anxieuse que sa sœur soit probablement de la partie, du côté des trouble-fêtes plutôt que de se montrer lâche au même titre qu’elle. Ils venaient peut être de gagner une bataille, d’effrayer tous les convives avec une facilité déconcertante, mais certainement pas la guerre. Ils n’en seraient pas moins tous torturés et pendus lorsque l’ordre serait revenu. Perspective macabre suffisante pour lui tordre les entrailles avec une hargne démesurée.

« - Quelle bonté. Si tu veux je retire mes talons aiguilles et je te les plante dans le crâne, je parie que j’irai plus vite que toi ensuite. »
Maugréa-t-elle avec une once de cynisme pour répliquer à sa remarque, pressant malgré tout le pas pour ne pas se faire distancer. Wayne avait tendance à s’activer comme un véritable bourrin, fracassant toutes les portes à sa portée à la manière du pire des rustres. La prudence avec laquelle il pouvait scruter les environs s’avérait totalement inutile à ses yeux vu tout le raffut que son passage arrivait à engendrer.

« - Bonne idée de fouiller les lieux avec ta délicatesse habituelle au fait, un troupeau d’éléphants affolés aurait moins de chances de se faire repérer que nous. »
Sifflements mi-agacés mi-amusés qui s’arrêtèrent net quand des voix suspectes semblèrent percer le silence de mort. Sans doute des invités en proie à l’anxiété, n’ayant rien trouvé de mieux pour assurer leur survie que de s’engouffrer à l’étage. Elle n’était pas rassurée, se demandant presque si des charges d’explosifs n’avaient pas été placées partout dans le manoir, prêtes à leur sauter à la figure sous peu. Même si tenter de fuir serait tout autant suicidaire, si ce n’est plus, avec le comité d’accueil qui devait attendre sagement les rescapés. Elle hocha la tête vers son acolyte d’un air entendu, sursautant légèrement lorsque le bois céda une fois de plus. Ses azurs embrassèrent rapidement la scène du regard, distinguant des prisonniers en piètre état et des preneurs d’otage armés. Fronçant les sourcils lorsque l’ancien flic sembla reconnaitre l’un d’eux. Le coup de feu lacéra son échine d’un frisson assassin tant il fut soudain. Lui retournant l’estomac quand le cadavre retomba sur le marbre étincelant, dans une mare de sang. Elle esquissa un pas en arrière, lâchant une injure en italien. Ses pupilles inquisitrices oscillant alors d’un homme à l’autre avec une pointe d’inquiétude. Affaire tournant au violent règlement de comptes ne lui disant rien qui vaille. Elle refusait de se faire abattre ou même seulement égratigner par une belle perdue, seulement à cause de mâles inaptes à contrôler leurs excès de testostérone. Elle maintint le contact visuel avec Wayne, se perdant dans les nuances d’acier pour tenter d’y insuffler un semblant de calme. Vainement. Il ressemblait davantage à un lion en cage qu’autre chose, échauffé par un bout de viande à sa portée. Incapable de faire preuve de bon sens.

« - Si jamais tu perds ton poste, tu pourras toujours te recycler dans la diplomatie… Tu le connais ? »
Souffla t’elle entre ses dents serrés, appuyant sur chaque syllabe avec insistance. Elle avait passé l’âge de jouer au gendarme et au voleur, le duel se mettant en place ne la rassurait en rien. Et elle était consciente que se retrouver dans la position de l’appât n’était pas à exclure, et que Sudworth la laisserait se faire éclater la cervelle sans scrupules. Ses sphères bleutées se déportèrent sur l’inconnu, agrippé à son pistolet comme à une bouée de sauvetage en pleine tempête. Se demandant de quelle manière il pouvait bien être lié au meurtrier, faisant en l’espèce figure d’arroseur arrosé.

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Sam 16 Mar - 16:48

La cavalerie arrivait en la personne d'un seul homme... Aussi détestable qu'il pouvait être charismatique, c'est un Wayne dans le feu de l'action qui venait d'ouvrir cette porte à la volée. Si j'avais été plus dans l'instant présent plutôt que perdu dans mes pensées j'aurais eu ce quart de seconde qui venait de lui suffire à me prendre de cours. Je posais un regard neutre sur le sorcier et la femme qui l'accompagnait, toujours bien entouré celui là ! Pensait-il réellement que j'allais obtempérer comme un brave toutou dans le contexte actuel ? Visiblement oui, mais sa petite crise d'autorité me donnait on ne peut plus envie de le défier... Certes je lui devais ma liberté, enfin tout est relatif si l'on considère la sorte d'asservissement auquel il me faisait plier. Pas le temps de répondre, à aucune de ses questions que déjà je voyais tomber mon compagnon d'arme. Serrant les mâchoires je soutenais le regard de l'impulsif employé du Gouvernement « C'était... » lâchais-je avec dégoût.
Chacun tenant l'autre en joug, je jetais un coup d’œil à la potiche vraisemblablement incommodée par les manières du faux héros que tentait d'être Wayne. Ma haine à son égard brûlait mes veines, mais cette emprise qu'il avait savamment installée sur ma personne me tiraillait également. Les aveux de Roxanne venaient s'inviter à la fête en raisonnant dans ma tête, et j'aurais pu l'exécuter sans ménagement comme il venait de le faire avec ce Résistant. Qu'avais-je à perdre après tout ? Il pouvait bien m'exécuter d'une balle perdue, quelle importance ? L'idée semblait séduisante sur l'instant pour une partie de moi mais l'autre se débattait tant que je crue être la victime d'un dédoublement de personnalité. Des intérêts divergents s'exprimaient en moi, je pesais le pour et le contre à toute vitesse dans mon esprit embrouillé. C'est la poupée sur talons aiguilles qui me remit sur le fil de la réalité, j'eus un léger rictus amusé à sa remarque « Effectivement, on se connaît. » répondis-je à la place de l'intéressé puis gratifiant la demoiselle d'un sourire charmeur j'ajoutais « Mais pas nous. Connor, enchanté. » de pareilles présentations semblaient décalées dans le contexte mais je ne devais surtout pas montrer à ce chien de Wayne la tension dont j'étais la proie.

Ses manières et son air supérieur m'agaçaient autant que j'avais pu désirer avoir la possibilité de me comporter ainsi quand la précieuse reconnaissance après laquelle je courrais, arriverait enfin. Mais en avais-je encore réellement envie ? Pas sûr. La colère du sbire de l’État était palpable, ayant eu l'occasion d'avoir de brefs aperçus de ce que cela pouvait donner, je savais que la vigilance était on ne peut plus nécessaire désormais. Je secouais la tête à sa question « Le bétail s'est réfugié ici après la première vague d'attaque, je ne m'occupe que des négociations. » je haussais les épaules « La colère est partout... Tu ne sens pas son odeur ? Elle transpire par tous les pores, alors quand certains esprits s'échauffent la possession d'une arme donne des envies de toute puissance. » je faisais là référence aux rebelles mais bien sûr également à Wayne lui même, j'affichais un petit sourire ironique « Enfin tu vois ce que je veux dire. ».
Je ne me pensais pas plus malin ou en position de force, mais je ne voulais plus m'écraser devant lui, que je m'oppose ou que nous coopérions il allait devoir me traiter comme un égal et plus comme une sous merde... Autant dire que j'espérais sans doute l'impossible de la part d'un tel psychopathe dont la toute puissance faisait tellement bander qu'il en devenait un queutard à la limite de la pathologie. Bon ok, ça je le pense parce que j'ai vraiment en travers le fait qu'il se soit tapé Roxanne, j'admets. Je désignais du regard la jeune femme « C'est parce que ça a bouleversé tes plans avec madame, que t'es si irritable ? » le provoquais-je en cherchant par la même occasion à savoir si elle était de son côté, à sa botte ou là par un mauvais hasard.
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Lun 18 Mar - 16:58

Son arme semblait vouloir glisser entre ses doigts. S'essuyant le coin du visage avec son avant bras, Wayne resta focalisé sur sa proie. Ses yeux fixant sa partenaire. Ironique à souhait. Ce n'était ni le moment, ni le lieu pour des piques sarcastiques. Le sorcier ne se reconnaissait pas lui-même. Agissant sans réflexion, impulsif à souhait, ne regrettant néanmoins pas son geste. Perdre son boulot, ce serait perdre le peu de choses qui le rattachait encore à cette misérable vie. La réaction de Connor déclencha un feu ardent qu'il croyait caché sous sa carapace de glace. Il n'osait l'avouer, mais sa possessivité et sa jalousie envers les femmes qu'il prenait comme acquises, avaient tendance à le déconcentrer. Il essaya de calmer sa colère, souriant de façon certes hypocrite, mais souriant quand même. « Eh bien voilà. Là je te reconnais. Fais doucement tu veux ? Elle est fragile. » Le sorcier rangea son flingue. Le froid de l'objet contre son ventre lui vola un frisson. « Oui oui je vois. » Haussant un sourcil, il posa ses prunelles bleutées sur son apprenti, croisant les bras, il attendit. Priant intérieurement qu'un groupe de peacekeepers ait l'intelligence suffisante pour se présenter et mettre ces otages à l'abri. Il s'avança vers Connor, posant une main sur son épaule et le poussant à se diriger vers les victimes. « Vas-y mon gars. Montre nous ton art de la négociation. » Wayne adressa un clin d’œil à Cora. Il espéra de toutes ses forces que celle-ci serait de son camp. Finalement, quelques détails sur la belle étaient encore à éclaircir.

« Tu as une imagination fascinante. Qui te dit que j'avais des plans ? En revanche... toi, tu nous cache des choses petit coquin. » Il lui donna un coup de coude sur la hanche, se voulant amical. Il n'eut pas le temps de lui demander pourquoi ces hommes et ces femmes étaient attachés que le bruit de pas vint effleurer ses tympans. Il abandonna Connor pour se diriger vers la sorcière, la prenant par la taille, il l'attira contre elle. « Tu vois ce cadavre ? Je suis sûr que ce n'est pas le seul. Tiens toi prête et n'hésite pas. » lui susurra-t-il à l'oreille, avant de la placer derrière lui.

Il brandit son arme, prêt à tirer une fois de plus. Un groupe de trois hommes entra dans la pièce, armés. L'ancien flic appuya sur la gâchette. Rien. Il essaya encore. Rien. Encore une fois. Rien du tout. Pris de panique, il chercha partout dans ses poches, allant jusqu'à scruter les poches de Cora. Il n'avait plus de balles. S'avérant vaincu, il jeta le flingue. Il n'avait plus que ses dons, en sa possession. Un des trois types ne lui laissa pas une si alléchante opportunité. Son poing vint s'abattre sur le nez du sorcier. Il faillit tomber en arrière, s'accrochant à Cora. Ce poing l'avait complètement assommé. Son sang glissa entre ses mains, la rage faisait ressortir les veines de son crâne. Il se lança sur l'homme tel un gorille en furie. L'abattant de coups jusqu'à ce qu'il abandonne son dernier souffle. L'espérait-t-il avant que les deux autres viennent gâcher ses plans. L’assommant pour de bon.

Il pouvait à peine ouvrir les yeux. Mort de honte, humilié devant son apprenti et devant sa précieuse poupée de porcelaine. Il en était anéantit. Son âme respirait la vengeance, mais son corps ne répondait plus. Trop affaiblit par les coups. Il était allongé sur le profil. Les mains attachés derrière son dos. La bouche à peine ouverte, il essaya en vain de faire sortir un quelconque son. Conscient, il préféra opter pour la discrétion. Prétendant être totalement hors sujet, il observait du coin de l’œil la scène qui se tenait devant lui. Il remarqua d'ailleurs qu'on l'avait mis à l'écart des otages. Devant lui, les trois hommes. Toujours armés. Il ne put s'empêcher de souligner leur lâcheté. Une bande de couards qui s'était mis à deux sur lui. Trop facile. Son orgueil blessé, Wayne continuait de contempler la scène. Oubliant Connor, le premier prénom qui sortit de sa bouche fut celui de la sorcière. « Putain... Cora, t'es où merde ? » Un murmure, inaudible. Il se surprit à être inquiet. Malgré tout, il tenait à cette jeune femme hors du commun. L'idée qu'elle puisse être blessée le rendait furieux. C'était sa poupée, défense d'y toucher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 15056
↳ Points : 1226
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Sam 23 Mar - 22:58

Une fois de plus, elle se retrouvait spectatrice passive. Simple faire-valoir d’un illusionniste un peu trop fou de la gâchette à son goût. Passant sans doute pour une de ces multiples écervelées attisées par les braises du pouvoir. Une part d’elle s’en moquait, s’amusant même à accentuer ces préjugés en se contentant de battre outrageusement des cils. Mais l’autre s’insurgeait contre ces basses considérations, piétinant sur place de frustration. Ni vraiment pour un camp ni totalement pour l’autre, elle savait qu’elle finirait par se manger le carrelage à trop hésiter entre deux chaises inconfortables. Les traits perplexes, elle prit le soin de dévisager avec attention leur adversaire. En vue de deviner s’il pourrait devenir un potentiel allié. Elle avait beau ne rien connaître de lui, elle sentait l’odeur de l’opportunisme transpirer par tous ses pores. Se le représentant coincé dans une situation des plus délicates alors qu’il aurait apprécié de pouvoir continuer à jouer sur les deux tableaux sans vergogne. Ne valant ainsi probablement pas mieux qu’elle-même.

« - Connor, bien, moi c’est Cora. Et si tu arrêtais de pointer ton joli gadget sur nous pour commencer ? C’est une drôle de manière de mettre à l’aise pour des présentations tu ne crois pas ? »


Elle doutait fort qu’il obtempère et cesse de les menacer, mais elle ne perdait rien à le demander. La technique du sourire charmeur et appuyé devait certainement fonctionner à merveille sur les adolescentes en mal de tendresse, n’attendant que ça. Sur une veuve noire moins superficielle qu’elle n’y laissait paraitre, il allait falloir se montrer plus convainquant pour l’amadouer. Un imperceptible sourire se dessina pourtant sur ses lèvres en constatant qu’une œillade indécente avait été suffisante pour égratigner les nerfs du sorcier. Elle acceptait qu’il la considère comme sa possession, désireuse de l’étouffer avec ces balivernes le moment venu. Elle se consumait à l'idée. Se venger, lui rendre la monnaie de sa pièce. Le démolir comme il avait pu s’y employer avec elle, lorsqu’il l’avait cognée et battue jusqu’à ce qu’elle n’ait d’autre choix que de ramper à ses pieds. Ce carnage, elle n’oubliait pas non plus que c’est à son ainée qu’elle le devait. Suffisamment rancunière pour lui jeter dans les pattes un tortionnaire imbuvable, comme pour la punir doublement d’aimer encore leur cousin assassin. Elle avait donc toutes les raisons de vouloir retourner sa veste, et de dévoiler la figure sombre de sa colère. D'aspirer à admirer la déchéance du scélérat, trahi par ceux qu’il pensait avoir si aisément asservis. Haine viscérale bouillonnant au creux de ses viscères qu’elle éteindrait toutefois certainement, noyée sous un flot âpre de lâcheté. Elle s’efforcerait forcément de ne pas mettre un terme si brutal à sa condition. Pas comme ça, pas si vite. Pas après avoir élaboré des dizaines d’odieux stratagèmes pour lui faire avaler son dentier, sans avoir pu mettre en œuvre ne serait-ce que le dixième. Et même si elle se refusait à l’admettre, il incarnait l’un de ses meilleurs soutiens. Cédant à quasiment tous ses caprices en échange de certains des siens. Échange malsain de mauvais procédés qu’elle avait tout intérêt à voir perdurer. Elle lui restait toujours loyale, quitte à en meurtrir son ego.

« Sacré sens de la déduction, j’aurais pas deviné sans ton aide »
Cracha-t-elle lorsque le mâle dominant se glissa près d’elle. Réponse ironique à son avertissement. Évitant ses azurs pour ne pas révéler le trouble qui la tenaillait. Elle l’attendait nerveusement, l’arrivée des renforts et le renversement de leur situation précaire. Cela ne rata pas, à peine avait-elle fini de répandre son venin que d’autres brutes s’engouffraient à l’intérieur. Laissant les deux intrus démunis, le seul armé d’un pistolet ayant déjà gaspillé toutes ses balles inutilement. Logée à la même enseigne que le libertin, maitrisée au même titre que lui. Elle ne se débattit toutefois pas démesurément, consciente qu’elle userait ses forces vainement. Contrainte de se retrouver assise contre le mur glacial, les mains attachées derrière le dos. Sincèrement étonnée lorsque le murmure de son acolyte, non loin d’elle, frôla son organe auditif. Brutalité cédant rarement sa place à un simulacre d’affection, si ce n'est à du désir.

« - Quoi tu t’inquiètes pour moi maintenant, tu as reçu un coup au crâne ?! »
Persifla t’elle, néanmoins flattée qu’il s’intéresse un tant soit peu à son sort. « - Ou bien tu veux peut être que je te masse l’échine tant que j’y suis ? » L’aiguille acérée de son talon alla se loger directement dans l’épine dorsale de son partenaire, sans mesurer réellement la violence de son geste. Elle fulminait. Après lui. Après ces guignols déguisés en rebelles d’un jour. Exaspérée de se retrouver à nouveau dans la position de la misérable captive alors qu’ils auraient probablement pu s’éviter tant de désagréments avec davantage de réflexion.

« - Wayne tu seras mignon, tu me préviendras avant de m’emmener à une de tes réunions sadomasochistes à l'avenir. C'est gênant, j’aurais pensé à amener des accessoires si j'avais su. »
Susurra t’elle, la voix empreinte d’un sarcasme évident, avant de rajouter en faisant la moue : « - J’espère que tes amis n’ont pas oublié d’apporter la caméra au moins, ça nous fera des souvenirs. »

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Jeu 28 Mar - 12:38

La jolie brune avait donc une langue (connaissant Wyane je n'en doutais pas) et un peu de répartie. Poli et surtout motivé par le geste du meurtrier de mon acolyte qui rangea son arme j'abaissais la mienne. Adressant un nouveau sourire à celle qui c'était présenté sous le nom de Cora j'espérais tout autant grappiller un peu de sympathie de sa part que d'énervement du côté de son partenaire.
Sourires faux, bourrades se voulant amicales, l'hypocrisie était palpable. Mais le pire c'est que pour Wayne c'était devenu une seconde nature et je le savais pertinemment. C'est le lot des êtres torturés que d'être dans une constante ambivalence, afficher un masque pour que le reste demeure invisible à la vue des autres. Sur ce point nous avions des similitudes bien que ça me foute la gerbe de l'admettre... Salopard violent, infecte dominateur l'employé du Gouvernement avait aussi en lui un certain génie que je ne pouvais que reconnaître. C'était de là que les choses étaient parties, ça et mes faiblesses toujours plus grandes dans lesquelles je m'enfonçais. Oh ce temps là n'était pas révolu, mais les jours passés sans l'atroce sensation du manque m'avait permis de voir plus clair, mettre en lumière des choses qui jusque là demeuraient floues et obscures.
Tout ça puait et je ne parle pas seulement de l'odeur acre du sang ou de l'urine qu'un des courageux otages venait de laisser se répandre autour de sa silhouette flasque de dirigeant. Qu'ils étaient beaux il y a quelques jours à décider encore de qui vivrait qui mourrait qui serait riche qui ne le serait pas... Et maintenant ? Bah ils faisaient moins les malins, les bougres ! Je regardais mon pseudo mentor ou je ne sais pas bien comment le définir, et haussais les épaules avec nonchalance « C'est pas des négociations publics. T'as pas le niveau d'accès requit. » il n'était pas du côté de la Résistance ça non et moi je ne savais plus bien où j'étais... Pour moi-même c'est déjà ça.

Pas le temps de répliquer sur mon petit secret qu'une nouvelles vagues de bruits se fit entendre dans le couloirs. Je posais les yeux sur la porte prêt à tirer s'il s'agissait de peacekeepers, prenant le soin de me placer derrière un fauteuil au cas où. Mais quand la porte fût ouverte avec fracas tout s’enchaîna ensuite à une vitesse folle. Wayne eu beau se déchaîner comme un diable, deux Résistants lui infligèrent des coups dont le poids révélait toute la haine qui les animait. Le troisième avait subit l'assaut de son ennemi et demeurait salement amoché lui aussi. Je m'avançais alors vers lui alors que les autres s'occupaient de traîner Cora et l'autre plus loin, elle ne se débattit pas et j'adressais à mes compatriotes un regard lourd de sens sur l'attitude qu'ils devaient tenir. Je regardais alors Wayne, allongé et mal en point avec la dose de pathos que l'on réserve au gros dur qui viennent de se faire écraser. J'éprouvais de l'amertume à son égard ce n'était pas peu de le dire mais je ne me sentais pas bien pour autant de le voir dans cet état, malgré tout il m'avait sorti du trou où j'avais été enfermé après des accusations à tort... Je lâchais un soupir.
J'approchais des deux Résistants et m'entretenais avec eux de ce qui se passait au dehors de cette pièce mais ils n'avaient que peu d'informations. La révolte pourtant savamment orchestrée tournait au chaos, mélangeant vengeances personnelles et but commun dans un tumulte de violence.

Donnant quelques directives à mes renforts, je reportais mon attention sur les deux récents prisonniers, observant avec intérêt la scène qui s'offrait à mes yeux. Le talon aiguille de la potiche s'était logé dans le dos du pervers qui aurait sans doute trouvé cela excitant si il n'avait pas la honte à la figure à cet instant. Le pas décidé je m'avançais vers eux « Je conçois que la manière fût un peu forte, mais c'est ce que provoque l'agression... Le ton monte, les coups pleuvent et puis tu mange le parquet. » je jetais un regard vers la flaque de sang laissé par le cadavre de mon complice que les deux autres venaient de sortir de la pièce. Saisissant le bras de Cora je l'invitais à se lever « Viens par là. » je l'entraînais vers un fauteuil à l'opposé lui offrant tout de même la vue sur son... Son quoi d'abord ? L'invitant à s'asseoir sans autres alternatives je me penchais à son oreille « T'en fais pas, il est solide, dans quelques temps il pourra refaire ses prouesses. A moins que ça ne t'embarrasse pas tant qu'il soit si mal en point ? » je devais faire le point sur les intentions de la brune, alliée ou ennemie ? Je me redressais vivement en entendant un coup de feu.
Revenir en haut Aller en bas

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Lun 8 Avr - 23:49

Sa colère dépassait les limites du raisonnable. L'humiliation à laquelle il venait d'être sujet le rendait hargneux et avide de sang. Il voulait admirer la splendeur des globules rouges couler le long de leurs visages, ces vermines, couards à en faire frissonner. Un orgueil blessé qu'il cessait en vain de dissimuler. Se faire abattre devant son apprenti et sa poupée de porcelaine empiétait sur sa fierté. Candide, il s'était étonné lui-même à croire qu'il serait maître de la situation. Posture désagréable dans laquelle il avait trempé ses pieds sans réfléchir aux conséquences. Nervosité chaotique lorsqu'il s'était aperçu que Connor n'avait été que spectateur de cette supercherie. Ses prunelles peinaient à regarder les traits de ce visage qui commençait à lui donner envie de régurgiter ses tripes. Scélérat finit, jamais il n'avait été traité de traître. Un défaut qui lui semblait inconnu, ce qui expliquait cette haine immense envers celui qu'il croyait défendre ses arrières.

Ses yeux se baladaient, rapides et inquiets à la recherche de ce regard bleu profond et rempli de mépris qui commençait déjà à lui manquer. Ses sarcasmes envahirent ses tympans. Il ne peut s'empêcher de lâcher un sourire, soulagé. Sa mâchoire douloureuse gênait sa capacité à parler. « Ils auraient du te réserver le même traitement, ça aurait calmer tes ardeurs. » Le coup fut fatal. Un cri strident s'échappa de la gorge du sorcier. Le talon aiguille de Cora l’assomma complètement, bloquant ses mouvements et gestes. Des injures se dégagèrent de sa bouche, pas toujours délicates, mais presque sincères. Il eut du mal à riposter. « Putain de merde, mais t'es malade ou quoi ? » s'écria-t-il, regrettant ensuite son impulsivité. Il tenta de s'approcher de la demoiselle.

« Écoute moi maintenant et arrête de faire la fière. Ce Connor, c'est mon apprenti, un allié. Il n'a pas hésité à me planter un couteau dans le dos. Il ne te connaît pas, il n'a aucun intérêt à te garder en vie. Arrêtes de m'amocher encore plus. Tu sais bien que dès que mes mains seront libres, je pourrais très bien en faire usage et défigurer ta jolie petite gueule. » Un soupir traduisant sa fatigue, échanger un dialogue devenait compliqué, l'air lui manquait. « Tu as intérêt à te ranger à mes cotés, plus tard tu auras besoin de moi et tu le sais mieux que personne. » La sorcière ignorait que de toute manière, Wayne ne voudrait jamais la voir tomber. Cependant, il la préférait quand elle lui laissait apprécier le silence. « Bordel, ça suffit tes ironies et tes répliques de gamine capricieuse. T'es marrante, mais lassante. On est dans une belle merde, ce n'est pas le moment de rigoler. Ils n'hésiteront pas à nous achever et ce n'est pas ton joli minois qui les convaincra du contraire. »

Connor s'avança vers eux, avec ses longs monologues inutiles qui brûlaient les neurones de l'ancien flic. « Ferme ta gueule espèce de lâche. Crois moi sur parole, ce n'est pas finit, je compte bien te rendre la pareille. Pisseux. » Il cracha sur les chaussures du brun, lui faisant voir le dégoût que son personnage pouvait lui faire ressentir. Il en avait plus que marre des trahisons, d'accorder sa confiance en vain. Et encore plus qu'on vienne l'envelopper d'injures et le faire passer pour le coupable. Le couard traîna la belle jusqu'à un fauteuil, de là où Wayne se tenait, il ne pouvait entendre les échanges des deux personnes. Il fulminait. Désarmé, abattu et surveillé par trois gorilles. « Eh les gars. Vous vous en prenez au mauvais type. Allez-y voir au bout du couloir. J'ai entendu dire que des résistants comme vous s'amusaient bien avec les jolies hôtesses avant de les exécuter. La vie est courte, profitez. » Deux sur trois, à moitié débiles s'y prêtèrent au jeu.

Évidemment, le gros balaise resta les bras croisés le fixant et faisant le coq. Le sorcier secoua la tête, l'invitant à s'approcher. L'homme fronça les sourcils, mais la curiosité humaine remporta sur la raison une fois de plus. « Regarde bien le gars qui parle à la jeune femme. Maintenant regarde moi. Je suis placé haut au sein du gouvernement. Je plaide coupable, je suis un agent infiltré envoyé par la résistance. Mais lui... » Le sorcier se pinça les lèvres. « Lui, c'est un putain de traître. Il nous a fait croire qu'il était dans notre camp, il n'en est rien. Un toutou parfait du gouvernement. D'ailleurs une rumeur envahit le capitole, certains disent qu'il se taperait la femme du Président. Tu te rends compte ? Il n'hésite pas à se promener dans les profondeurs d'une chatte souillée. T'attends quoi ? Vas-y, fracasse le autant que tu peux. » L'homme hocha la tête. Un manipulateur né. D'ailleurs, celui-ci se réjouissant d'avance sur la scène qui l'attendait. « Attends. Détache moi avant. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 15056
↳ Points : 1226
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Ven 12 Avr - 23:33

Si Wayne excellait dans l’art de la séduction et de la manipulation, il ne lui restait pas moins une foule de choses à apprendre sur elle-même, et sur les femmes en général. Ses réflexions désagréables eurent le don de la hérisser. Cisaillant ses nerfs en tant de filaments écarlates qu’elle dut se faire violence pour ne pas lui relancer de coup de talon. Elle connaissait parfaitement ses intérêts, restait pertinemment consciente qu’elle avait trop à perdre en retournant brusquement sa veste. Pour autant, l’entendre de vive voix, et avec une telle arrogance, titilla son esprit de contradiction. Elle aurait voulu lui prouver le contraire. Démontrer qu’elle valait mieux que ça, mieux que cette voix de sang dans laquelle elle s’était engagée par pure lâcheté. Participer à la destruction de ce bourreau des temps modernes avant d’aller danser sur sa tombe. Elle se voulait indépendante, libre de se détourner des sentiers battus, et la piqure de rappel de sa misérable condition l’enrageait. Machiste absolu ne se gênant pas pour la rabaisser avec perfidie. Ses rangées de nacre se percutèrent avec hargne, manquant de se pulvériser l’une l’autre en tentant de contrôler le flot de bile qui grimpait à toute vitesse. Incendiant sa gorge d’un arrière-goût acre, détestable au possible. Elle se mordit l’intérieur de la joue, luttant pour lui prêter attention jusqu’à la fin de son monologue condescendant. Nerveuse, angoissée, frustrée de se retrouver à nouveau dans la position de la captive après des mois dans une geôle fédérale des plus sordides. Au point d'en trembler de haine.

« - Plait-il ? Des menaces maintenant ?! Tu crois vraiment que tu vas me garder de ton côté de cette manière-là ? J’ai comme l’impression que celui qui a le plus besoin du soutien de l’autre en cet instant, c’est toi. »
Persifla-t-elle avec véhémence, avant d’ajouter dans un murmure : « Et au passage si tu veux vraiment sauver ta peau, commence déjà par faire fonctionner les quelques neurones qui se battent en duel dans ta cervelle de moineau. Jusqu’ici le numéro de monsieur muscle n’a pas tellement porté ses fruits, sans vouloir offenser Casanova… » Conseil plus ou moins avisé qui la démangeait depuis qu’il avait commencé à se comporter comme un véritable bourrin à l’intérieur du manoir. Il avait toujours agi ainsi de toute manière. Jouant de ses poings dès qu’il se heurtait à un obstacle, au lieu de faire preuve de délicatesse. Frapper d’abord, réfléchir seulement ensuite. Elle allait probablement ne pas tarder à regretter son insolence, mais déverser tout son venin avait le mérite de la soulager considérablement.

Dialogue hostile trahissant leur état d’énervement respectif qui tourna court lorsque le soi-disant apprenti s’approcha d’eux. Elle se laissa entrainer à l’écart sans rechigner, préférant apprécier le moelleux du fauteuil à la rudesse du parquet. Se raidissant toutefois instinctivement lorsque le souffle de Connor se répandit dans son oreille. Un éclat de rire se glissa hors de ses lèvres, tenant plus de la moquerie qu’autre chose face à ses insinuations scabreuses. « - J’admire la subtilité de la question... tout en finesse. Cela dit je ne vais pas dire non à un peu de répit. » Plaisanterie seulement audible pour le traitre, visiblement plus que curieux de connaitre ses véritables intentions. Qu’il s’imagine qu’elle salissait les draps de l’ancien flic lui importait peu, elle estimait plus judicieux de s’amuser ouvertement de ses suppositions plutôt que de les démentir farouchement. Préférant adopter un ton neutre et détaché pour garder toutes les cartes en main, et s’octroyer le luxe de choisir n’importe quel camp. Même si l’assurance de retourner croupir en prison une fois que l’ordre serait rétabli, voire pire encore, restait plus décisive que les promesses illusoires de rebelles en herbe tels que lui.

Ses sourcils se froncèrent lorsque le manège orchestré par le libertin débuta, surprise de la tournure singulière que prenaient les évènements. Les faibles d'esprit existaient partout, y compris dans la Résistance… mais de là à les trouver tous massés dans la même pièce… A moins que les temps de guerre ne les abrutissent tous. « - Eh bien vous avez des flèches dans l’équipe à ce que je vois. Entre nous, ils ont été finis à l’urine tes coéquipiers ? » Ses phalanges s’agitèrent imperceptiblement derrière son dos, désireuses de tester la solidité des liens nouant ses poignets. Les benêts crédules ne tarderaient certainement pas à revenir, et elle n’avait pas la moindre envie qu’ils l’utilisent pour assouvir leurs pulsions malsaines à leur retour. Initiative lui permettant de réaliser que ses liens n’étaient pas si serrés que ça, alors que l’homme à la carrure impressionnante semblait presque boire les paroles de l’autre séquestré.

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

Masculin
↳ Nombre de messages : 1573
↳ Points : 38
↳ Date d'inscription : 20/10/2012
↳ Age : 24
↳ Avatar : Stanley Tucci
↳ Age du Personnage : Mystère, vous avez dit mystère ?
↳ Métier : Présentateur télévisé au service du Gouvernement, fouine officielle
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Playlist : Le chant de la vérité, la symphonie du mensonge et de la crainte.
↳ Citation : I have lived long enough to satisfy both nature and glory.
↳ Multicomptes : Mr Brightside & Bright Day



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Play Dead {Event}    Dim 21 Avr - 20:31

La douleur s'intensifiait, ayant l'effet d'une bombe à retardement sur son épiderme. Les plaies semblaient s'infecter. Son propre sang sec lui collait au visage, lui donnant un goût amer de défaite. La sensation d'avoir perdu ses membres était bien réelle. D'ailleurs, victime de sa folie, il ne tarda pas à vérifier si ceux-ci étaient encore à leur place. Il essaya en vain de bouger les doigts, impossible. Tout son être semblait trembler, il perdait le contrôle de ses mouvements et gestes. Le grand gaillard s'agenouilla pour défaire le nœud qui enveloppait les poignets du sorcier. Un bien être l'envahit, soulagé, il s'empressa de se masser les mains. Il tenta de se relever. Ses os semblaient s'écrouler les uns sur les autres. Il se jeta sur un des otages, une femme et s'empara de son sac à main, le secouant dans tous les sens pour enfin trouver ce qu'il cherchait. Une misérable petite bouteille d'eau, essentielle en temps de guerre. Il avala le liquide d'un trait, ce qui lui valut une grimace. La boisson avait subit la hausse de température, devenant tiède et difficile à digérer. Cela n'apaisa en rien sa soif. L'effet que cette déception apporta, fut sa colère, encore plus mesquin et acerbe de ce qu'il pouvait être au quotidien.

Son état colérique s’aggravait. Il sentait cette agressivité incontrôlable monter en lui. Parfois, il se craignait lui-même, redoutant le lendemain avec angoisse où il se trouverait en train d'essayer de se pardonner ses erreurs. Il se releva, s'appuyant contre le mur. Son esprit se promenait et ses neurones tardaient à reprendre leur place initiale. Le son d'une mâchoire qui craque le réveilla instantanément. Le résistant costaud venait d’assommer le traître. L'amochant comme il le méritait, mais pas assez au goût de Wayne. Les coups de pieds volaient contre les côtes de Connor, le sorcier grimaça, imaginant sa douleur. Il eut presque l'impression qu'il ressentait la même chose. L'image du résistant avec la lèvre démolie et l'arcade ouverte, le fit sourire. Il avait du mal à tenir debout, on pourrait croire qu'en plus des blessures superficielles, il souffrait intérieurement, se rabaissant au même niveau ou presque que l'ancien flic. Celui-ci eut presque envie d'applaudir le magnifique spectacle que le gros venait de lui offrir, mais une balle dirigée vers son genou fit tomber la grande tour. Des cris aiguës s’échappèrent de sa gorge, éveillant les soupçons des autres résistants, qui débarquèrent à ce moment-là. Mauvaise posture pour chacun d'entre eux. Il surveilla du coin de l’œil sa poupée de porcelaine, s'imaginant le pire scénario. Ces rebelles de pacotille seraient capables de la violer, il serait prêt à parier sur sa vie.

Avant qu'il eut le temps d'observer les nouveaux invités, Connor commença un monologue sans fin. Il eut du mal à saisir que celui-ci lui était directement adressé. Soupirant, l’illusionniste se massa la tête, exténué. Les choses ne se déroulaient pas comme il l'avait prévu, rien n'allait dans son sens. Il l'accusa de le traiter comme une vermine, sans lui laisser de répit, croyant qu'il mangeait dans sa main dès qu'il en aurait envie. Ajoutant indirectement que ce n'était pas la seule cause de sa trahison. Les questions restèrent dans l'air. Sans réponses. Wayne n'eut pas le courage ni la patience de réfléchir plus paisiblement. S'interrogeant sur les paroles de son ancien partenaire. « Franchement, au point où on en est, vas-y crache le morceau. Tu viens de faire de tes amis, tes ennemis. Il semblerait que désormais nous jouons dans le même camp, alors soit gentil et garde ton hystérie pour plus tard. » Il s'approcha du résistant, celui qui l'avait libéré. L'ancien flic possédait tous les défauts du monde, mais il savait être reconnaissant envers ceux qui l'avaient aidé autrefois. « Emmenez-le. Je suis sûr que dans vos refuges, vous avez de jolies infirmières à votre disposition. C'est le moment de profiter de leurs talents. » s'adressa-t-il aux deux autres avant de tapoter l'épaule de l'intéressé.

Son regard bleu glissa doucement vers l'arme de Connor, afin de se poser à nouveau sur les deux rebelles, accompagné d'un clin d’œil préventif. « Il semblerait que vous ayez perdus vos défenses sur la route. Bougez votre cul avant que Quasimodo vous défonce le crâne. » Les deux hommes s’exécutèrent s'emparant du blessé et disparaissant au de-là de la porte, laissant le trio et les otages à nouveau dans un silence de mort. Wayne referma le passage qui les séparait des autres résistants, cherchant par la même occasion son téléphone pour prévenir les renforts. Il grinça des dents, les enfoirés avaient profité pour lui prendre les objets de valeur quand il était à moitié dans les vapes. « Cora, essaye de joindre quelqu'un pour qu'on se débarrasse des otages, ils vont finir par succomber à un arrêt cardiaque. Ils ne sont plus très jeunes. » La seule dame du groupe s'adressa au sorcier par son prénom, le sollicitant et l'encourageant à s'approcher. Haussant le sourcil, il obéit. La vieille dame chercha dans les affaires qu'il avait lui-même éparpillés quelques minutes plus tôt. Elle y tira un pansement et l'entoura autour de la vilaine plaie qui défigurait la joue droite du pro-gouvernement. Il la remercia, hochant la tête. Il n'avait jamais prétendu le contraire, il avait l'intention de sauver ces otages. De s'assurer que leurs vies resteraient saines et sauves, bien que cela soit purement engendré par une envie égoïste: celle de garder son travail. Il connaissait sa réputation, mais son job faisait de lui quelqu'un à qui le respect se devait d'être irréprochable. Sa maîtrise des illusions effrayait plus d'un. Il se dirigea cette fois-ci vers la sorcière, se sentant bien mieux qu'auparavant. Il lui tendit la main. « On a du boulot princesse. Profitons de notre maîtrise de la situation pour bien s'en tirer. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Play Dead {Event}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Play Doh, t'es plus malin avec tes mains :D
» Gang Red Dead Redemption
» [Bannière] Red Dead Redemption[pittchoune]
» One Piece Role Play !
» Pokémon World Event !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-