AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Come and let me see your eyes ▬ Théodore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Come and let me see your eyes ▬ Théodore    Sam 4 Mai - 21:52

Théodore & Natascia

Come and let me see your eyes



Tout avait changé. Le monde avait prit une toute autre tournure. Les populations s'étaient révoltées. Les villes furent saccagées. La Révolution était en marche. Et le gouvernement avait sombré. Les élément se sont déchaînés. La ville fut ensevelie sous un épais manteau neigeux, rendant la vie impossible. Une migration forcée vers la Nouvelle-Orléans. Nouvelle ville, nouvelle vie. Qui apportait son lot de morts. Son lot de ressuscités. Son lot de cadavres sortis tout droit des Enfers. Ce monde parallèle qu'elle aussi avait connu. Les monstres qui peuplaient cet endroit de désolation ont donc réussi à s'en échapper, semant le chaos sur New York. Depuis le soir de la grande purge, le soir du massacre, la sorcière ne fermait les yeux que quelques instants chaque nuits. La peur que quelqu'un vienne fracasser sa porte et l’emmène, lui faisant subir les pires sévices, la hantait. Subjuguée par cet angoisse permanent de représailles de la part de ce gouvernement qui n'avait rien perdu de son esprit tyrannique, elle passait ses journées dans les rues, à marcher pour se vider l'esprit. Elle n'aimait pas rester chez elle. Ce n'était même pas vraiment chez elle. Elle se sentait épiée. A chaque seconde, espionnée. Alors elle sortait. Elle ne se sentait pas plus en sécurité dehors, mais au moins, elle pourrait prendre la fuite.

Il n'était pas encore midi. Ce jour-là, le Soleil arborait ses plus beaux atours. Il n'était pas encore midi, et pourtant Bourbon Street débordait déjà de monde. La foule allait et venait, les yeux rivés sur le sol rocailleux. La sorcière déambulait dans cette rue peuplée de richesses. Elle s'était construit une petite routine dans cette nouvelle ville. Une routine dans laquelle elle se réfugiait constamment. Chaque matin, elle quittait son appartement très tôt. Elle prenait ensuite son petit déjeuner dans l'un des cafés de bonne réputation puis, elle se mettait à marcher. Elle marchait jusqu'aux quartiers malfamés, où elle pouvait reprendre son activité de trafiquante. Elle ne quittait pas son poste avant une heure avancée de la soirée. Plus tard elle rentrait chez elle, mieux c'était. Mais ce jour-là, alors qu'elle marchait, encore et toujours, fuyant la puissance invisible qui pesait sur elle, ses yeux devenus sombres croisèrent le visage d'un homme dont elle aurait reconnu les traits entre mille.

Comment aurait-elle pu l'oublier. Lui, qui a plusieurs reprises, lui a sauvé la vie dans ce manoir lugubre, lors de cette soirée macabre. Ils avaient vécu une réelle aventure tous les deux, et ils s'en étaient sorti. Mais pas indemne. Du moins, la sorcière, elle, avait récolté deux magnifiques cicatrices qui ne disparaîtraient sens doute jamais de sa chaire. Sans compter les troubles psychologiques qui viennent la perturber à chaque instant de sa triste vie. Si il n'avait pas été là ce soir-là, elle n'aurait pas survécu. Elle en était certaine. Elle avait souffert une fois de plus, mais elle était en vie, et ce, grâce à lui. Mais que faisait-il ici ? La sorcière revint sur ses pas et accéléra légèrement. Elle devait lui parler, lui dire merci. Puisqu'elle n'en avait pas eu l'occasion avant. « Hey ! Attends ! », lança-t-elle à son intention après être arrivée à sa hauteur. « La dernière fois, je n'ai pas eu le temps de te remercier pour ce que tu as fais dans le manoir... », ajouta Natascia en plantant son regard sombre dans celui du métamorphe. Des retrouvailles qu'elle était heureuse de faire en ces jours particulièrement compliqués à vivre pour elle.


Dernière édition par Natascia A. Abatucci le Lun 3 Juin - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Come and let me see your eyes ▬ Théodore    Ven 10 Mai - 3:00



Il y a certaines choses qu'on ne peut oublier. Certains moment dans notre vie qui marque notre esprit au fer rouge. Son esprit était contaminé par un tas de mauvais souvenir qui parfois l'étouffait à force de présence. La révolte avait enfin éclaté, le peuple de New-York c'était enfin soulever contre un gouvernement corrompue. Il y avait eu beaucoup de sang ce soir là, beaucoup de victimes et certaines avaient trouver la mort dans les bras de Théodore. Son crime ne l'affectait pas outre mesure. Il était habituer d'être une machine de guerre. C'était tout ce qui avait suivit qui maintenant le poursuivait dans ses rêves. Il y avait eu cette rencontre inopportune avec cette sorcière, cette dame au caractère de feu. Il avait passé à un cheveux de lui envoyer une balle en pleine tête, mais quelque chose l'avait arrêter. Elle n'était pas comme les autres, elle ne semblait pas lui vouloir du mal même si elle connaissait son camps. Cette sorcière avait fait exception à la règle et Théodore avait décidé de la sauver, de partir avec elle dans les dédales du manoir présidentiel dans l'espoir d'en sortir vivant.

Le Soleil irrita un moment le regard du grand métamorphe. La différence de luminosité entre son appartement et l'extérieur était flagrant. L'homme avait du mal à s'habituer à la Nouvelle Orléans. Il avait du mal à accepter le visage rayonnant des gens qu'il croisait dans la rue alors qu'une rage sans limite le possédait, alors que sa vie c'était de nouveau écrouler lorsque des créatures avides de chaires humaines étaient sorti du Darkness Fall pour envahir New York.

Contournant quelques passant, Théodore ce dirigea à grand pas vers Bourbon Street. Cette journée là, la rue était animé de la joie de vivre habituelle aux habitants de la Nouvelle Orléans. Théodore avait l'impression de faire tâche dans ce tableau. Depuis qu'il avait été forcé de quitté son nid, il ce sentait désorienté. Il passait ses journées à déambulé dans les rues de la ville, à la recherche de quelque chose à faire. Parfois il passait ses nuits dans les bas fonds de la Nouvelle Orléans, ce faisant un peu d'argent en ce bagarrant avec d'autres métamorphes. Le lycaon était une âme perdu depuis que le gouvernement n'était plus. Malgré lui il avait été un pion dans cette magouille. Maintenant il n'avait plus rien à faire, il n'était plus personne. Qu'un être anonyme parmi une foule de gens anonyme. Ce dégoûtant lui même, Théodore allait sortir de cette rue, trouver un coin tranquille, loin de la foule qui l'étouffait, quand il entendit quelqu'un crier derrière lui.

En parfait anti-social qu'il était, Théo ne ce retourna pas, mais arrêta d'avancer, ce laissant dépasser par la marré humaine. Il reconnu la voix avant même de pouvoir placer un visage sur celui-ci. Il ce retourna lentement vers la sorcière avec qui il avait partager les événements sanglants. Sous la surprise de cette rencontre improvisé, le lycaon haussa un sourcil devant la belle aux yeux sombres qui le fixait droit dans les yeux. Il eut du mal à ne pas imaginer de nouveaux les blessures parcourant son corps, alors que ses yeux glacials ce posaient sur elle « Je crois que le moment ne ce prêtait pas tout à fait aux remerciement... » Théodore fixa à son tour son regard dans celui de la sorcière, voulant éviter de créer un moment tendu par le silence « Cela me rappel que tu ne m'as jamais dis comment tu t'appelle. » Il ne savait pas pourquoi, mais il ressentait, au fond de lui, une certaine joie à revoir cette dame devant lui, belle et bien vivante. Il n'arrivait pas à avoir peur d'elle ni à s'en méfier. « C'est la toute première fois que je suis heureux de revoir une sorcière. » Théodore manquait un peu de tact en cet instant précis, mais c'est paroles avaient le mérites d'être positives pour la femme qui ce trouvait devant lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Come and let me see your eyes ▬ Théodore    Sam 1 Juin - 21:29

Les souvenirs d'un passé encore trop proche refirent alors surface. Soudainement. Lui faisant revivre le calvaire dans lequel elle avait dû survivre, à travers lequel elle avait dû passer pour continuer sa route. Des picotements sur sa cuisse se chargèrent de lui faire ressentir exactement la même chose, de lui faire connaître les même sensations que ce soir là. Des visions d'horreur et de chaos s'enchaînèrent dans son esprit, achevant le délire qu'elle venait de vivre en quelques dixièmes de secondes. Plantée là, devant lui, elle ne savait que dire. Ils avaient vécu la même épreuve, et s'en était sorti vivants. Ensemble. Ils avaient sur combiner leurs forces dans l'adversité. Mais jamais elle n'aurait pensé le revoir. Jamais. Surtout après ce qui suivit ces événements douloureux et cruels. Décidément, la Nouvelle-Orléans lui réservait des surprises.

Machinalement, les yeux sombres de la sorcières se plantèrent dans ceux du métamorphe. Leurs regards s'étaient croisés à maintes reprises et, depuis, la sorcière savait lire dans les prunelles changeantes du lycaon. Ses mots la touchèrent. La troublèrent même. Peu habituée à ce genre d'attentions, elle se trouvait un peu perdue, au milieu de la foule de Bourbon Street. Elle qui n'avait pas pour habitude d'exprimer ce qu'elle ressentait vraiment, se sentait démunie, gênée, par ces retrouvailles qu'elle avait pourtant provoquées. Son naturel téméraire et insoumise l'emporta alors sur les bonnes manières et, esquissant un rictus espiègle, elle répondit à son ancien complice : « A mieux y réfléchir, je crois que je ne me serais jamais résignée à le faire ». Des mots qu'elle ne voulait pas blessants et qui, pour la vénitienne, semblaient justes et sincères.

Avant même qu'elle ne prenne le temps de peser le pour et le contre, la sorcière révéla son identité au métamorphe. Un « Natascia » presque lâché à la sauvette en pleine rue. Dans cette rue. Un étrange sentiment l’habitait. Ils se trouvaient tous les deux entourés de dizaines de personnes dont la plupart les fixaient ardemment, suspicieux de leurs moindres gestes, et pourtant, elle avait cette impression de se trouver seule avec lui. Elle pensait mécaniquement que cela lui venait de cette soirée au manoir. Ses donc lui jouaient des tours, la fatigue sûrement. « Je crois que c'est la toute première fois que je suis heureuse de revoir quelqu'un, tout court », continua-t-elle sans même se rendre compte de ce qu'elle avouait. « Et toi alors ? Je ne connais pas non plus ton nom, à moins que tu l'ai aboyé entre deux morsures il y a de cela quelques mois... ». Une référence au spectacle qu'elle avait pu suivre lors des attentats de New York. Un spectacle effrayant mais qui avait eu le mérite de fournir à la sorcière une dose d'adrénaline assez importante pour tenir plusieurs jours. « Que fais-tu ici ? » questionna-t-elle de la manière la plus banale du monde. Mais il fallait avouer que la sorcière n'était pas habituée à ce genre de scène digne des plus beaux romans à l'eau de rose et qu'elle avait du mal à aligner deux mots, sans que sa phrase ne prenne un air complètement niai ou devienne stupide.


Dernière édition par Natascia A. Abatucci le Lun 3 Juin - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Come and let me see your eyes ▬ Théodore    Lun 3 Juin - 1:08



C'est toujours lorsque notre attention n'est pas porté vers une rencontre qu'elle ce produit inévitablement. La vie étaient truffé de rencontre et il y avait toujours très peu de chance pour tomber sur quelqu'un que nous connaissons déjà. Cette sorcière faisait parti des gens que Théodore était capable de tolérer dans sa vie. Autrement il ne ce serait pas retourner pour elle et l'aurait complètement ignoré. Pire encore, il ce serait tourner vers elle pour lui lancer quelque chose de mauvais, histoire qu'elle ne soit plus tenté par sa compagnie.

Le métamorphe haussa un sourcil, observant cette sorcière qui était, là, juste devant lui. En un instant elle retrouva toute sa ténacité et sa force orgueilleuse qu'il lui avait été permit de voir lors de la mésaventure au manoir présidentiel. Un petit sourire apparut sur le visage de Théo, plutôt amuser par ce petit bout de femme qui sentait le besoin de montrer les dents pour ce sentir plus forte et en sécurité. Il fit un bref signe à la dame pour l'inviter à continuer à marcher avec lui, puisque dans son cas, seul le besoin d'errer dans les rues l'avait porté sur Bourbon Street. La présence de son ancienne coéquipière calma la rage qui l'animait depuis quelques heures et cela était perceptible dans la démarche détendu du métamorphe. « Alors qu'elle force absolue te pousse à le faire maintenant? Tu n'étais pas forcé, il fallait bien que je sauve ma peau moi aussi... » Il y avait pourtant quelque chose d'anormal. Ce n'était pas la survie qui l'avait pousser à traîner sur son dos la sorcière blessé, sinon il s'en serait débarrasser, histoire de pouvoir sortir du manoir plus vite. Théodore ne savait pas réellement ce qui l'avait guider dans son sauvetage.

Il lui sembla entendre le nom « Natascia » sortir rapidement des lèvres de la jeune femme, comme un soupire qui ce perd dans le vent. Il était étrange qu'elle éprouve autant de difficulté à divulguer son identité. Un drôle d'impression traversa le métamorphe lorsqu'elle lui avoua qu'elle était contente de l'avoir croisé par hasard. L'homme était tellement peu habitué aux rencontres d'infortunes, qu'il avait oublié qu'il était possible d'entretenir des liens cordiaux avec des gens que nous connaissons à peine. Le charme ce brisa pourtant lorsqu'elle ce décida à le taquiner lui ramenant à la mémoire le carnage qu'il avait causer à New-York. Il ce revoyait, au départ, fusillant tout ce qui ce trouvait devant lui, hommes ou femmes. Il pouvait sentir l'adrénaline lentement monté en lui, l'odeur de la poudre encore brûlante et du feu. Le goût du sang sur sa langue alors que le lycaon en lui dévorait la chaire de ses victimes. En d'autres temps Théodore aurait prit cette aventure comme un simple souvenir de combat, pourtant il avait l'impression que cette nuit là avait été terrible pour lui. La tranquillité de la Nouvelle Orléans lui sembla de nouveau étouffante. « On m'appelle Théodore... Tout simplement Théodore. » Son regard de glace ce perdit un instant sur la femme prêt de lui. « Le moment n,était pas propices aux présentations... et puis un lycaon ça ne parle pas! » Brève tentative pour détendre l'atmosphère qui lui semblait tendu. Pourtant il n'y avait rien de dérangeant, rien de dangereux. Personne ne les suivaient, du moins, son odorat développé ne détectait aucune présence persistante autour d'eux. Ils étaient entouré de visage inconnu, barricadé dans leurs petit monde qu'eux seuls pouvaient comprendre. « Je n'aime pas resté enfermer... j'ai besoin de bouger. Depuis que je n'ai plus d’emploi il est difficile pour moi de rester enfermer chez moi. Et toi? Qu'est-ce qui t'amène à Bourbon Street? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Come and let me see your eyes ▬ Théodore    Jeu 6 Juin - 19:15

Les images qui défilaient dans son esprit devenaient de plus en plus douloureuses à mesure qu'elles pénétraient son âme. Des souvenirs inscrits en elle. Le genre de souvenirs qu'il vaudrait mieux oublier. Mais que l'on ne parvient jamais à effacer. Le spectre décadent d'une ancienne vie qui lui paraissait chaque jour un peu plus irréelle. Un morceau d'elle-même, complètement mort. Loin derrière elle. Et qui la hante au quotidien. L'horreur qu'elle a vécu, sans parvenir à vraiment s'en sortir, semblait venir lui tapoter l'épaule à chaque clignement de ses paupières devenues lourdes, lui rappelant qu'elle n'en était pas sortie indemne. Encore une fois. A ces pensées du massacre de New-York, venaient s'ajouter celle d'une enfance incestueuse. Elle pouvait même encore sentir les mains de son piètre paternel venir effleurer son corps innocent dans un geste immonde et brutal. Un horreur parmi tant d'autres. Tout cela surmonté du meurtre de ses petites soeurs, touchées, elles-aussi, par le mauvais sort.

« Ne cherche pas à comprendre. J'agis parfois sans trop réfléchir », lui répondit-elle en guise de justification. Une bien piètre justification. « Ca doit être mon côté téméraire », ajouta-t-elle dans un murmure, gratifiant le métamorphe d'un léger rictus. Ce qui s'était passé ce soir-là, dans le manoir, elle ne pouvait pas vraiment se l'expliquer. Ce fut une simple succession de choses, de faits, qui l'ont poussée à se fier à lui. Rien d'autre. Il l'a sauvée. Souvent cette nuit là. Avant qui l'Enfer n'éclate sous leurs pieds. Et qu'ils disparaissent sans un mot. Propulsés directement à la Nouvelle-Orléans. Changement radical mais nécessaire à leur survie. La survie des survivants. Autant dire peu de gens. Mais ils en faisaient partie tous les deux, et la sorcière devait avouer qu'elle s'en trouvait satisfaite. Elle n'aurait pas apprécié d'apprendre la mort de son complice d'un soir au profit d'un autre. Aussi étrange que cela puisse paraître, c'était le cas. Et elle s'en trouvait la première étonnée.

Théodore. Un nom qui lui allait comme un gant. Avec sa gueule d'ange et un prénom comme celui-ci, personne ne pourrait se douter de ce qu'il avait fait. Une couverture parfaite. Qu'il portait sur lui. Sa curiosité se réveillait. Elle voulait maintenant en apprendre plus celui qui semblait jouer un double jeu. Un statut qu'ils partageaient. Même si la sorcière n'était pas officiellement une rebelle, son esprit ne jouait pas vraiment en faveur du gouvernement. Se sentant constamment en danger, quoi qu'il en coûte. « Tu ne parlais peut-être pas, mais tu gémissais beaucoup... », ajouta la sorcière, répondant à sa tentative d'humour. La tension dans cette rue était palpable. Elle pouvait le sentir. Mais elle n'avait aucune idée de la raison pour laquelle les passants se trouvaient si peu commodes. Mis à part la situation générale de leurs vies à tous.

« Comme un lion en cage hein ? J'ai cette impression moi aussi... ». Un impression plus que désagréable pour elle qui se sentait épiée dans son propre appartement. Qui, à mieux y réfléchir n'était pas vraiment le sien, puisqu'il lui avait été gracieusement offert par le gouvernement. Pour mieux la contrôler. L'espionner. Elle ne supportait pas cette idée. Elle l'a rendait folle. Alors elle sortait. Et passait ses journées dans les rues. En quelques jours, elle avait réussi à donner un coup de fouet non négligeable à son activité. Ce qui lui permettait de ne plus rentrer chez elle pour se nourrir, et parfois même pour passer la nuit. « Quel était ton emploi avant d'atterrir ici ? », le questionna-t-elle. « Moi je viens...euh, comment dire... », bafouilla-t-elle le plus maladroitement du monde. « Je viens travailler. J'ai la chance d'avoir une activité qui peut s'exercer un peu n'importe où à vrai dire ». Une vérité qu'elle ne souhaitait pas divulguer. Et elle ne s'étendrait pas plus sur le sujet. Elle n'avait pas honte de ce qu'elle faisait, mais autant ne pas trop en dire. Ses clients connaissait son visage. Mais pas son identité. Et puisqu'il connaissait son identité, et son visage, alors il ne devrait pas savoir. C'est la règle. « Tu te plais ici ? Le lycaon en toi doit apprécier le climat de la Nouvelle-Orléans non ? », lança-t-elle en tournant son regard vers le Soleil.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Come and let me see your eyes ▬ Théodore    Sam 8 Juin - 22:07



Près de lui ce trouvait une âme brisée, sensible, semblable à la sienne. Cette similitude troublait profondément Théodore. À travers les époques que sa pauvre carcasse avait été forcé à traverser, un sentiment de solitude l'avait habité tout entier. Il n'avait plus du tout l'impression que quelqu'un pourrait le comprendre, comprendre cette peur mélanger à une colère flambante. Cette envie de ce cacher dans un coin et à la fois de courir jusqu'à ne plus avoir de souffle. Cette envie de tuer, de ressentir le goût du sang dans sa bouche tout en ressentant un grand besoin d'être aimé, entouré. La plus part de ses besoins n'avaient pas été remplit, le laissant morne face à la vie et aux gens qui l'entourait. Maintenant, il y avait cette Natascia qui mettait le mot juste sur le ressenti de Théo, sans en faire l'effort.

La sorcière troubla la tentions entre eux, recommençant à parler, un sujet plutôt banale, pour empêcher le silence entre eux. Cette rencontre était étrange, trouble. Ils étaient passé par tant de choses ensemble et les mots étaient visiblement de trop. « Je vois... ». Un nouveau silence qui plane quelques instant avant que Natascia ne lui retourne son humour, évoquant les sons qu'avait émit le métamorphe sous sa forme animal alors qu'il était occupé à sa besogne bestiale. Pour la bonne forme, Théodore haussa un sourcil en la fixant un instant, faussement affecté par ce commentaire. « C'était déjà un bel effort de communication avec toi, non? » Un léger sourire, à peine perceptible apparut sur le visage du lycaon.

Un lion en cage? Oui, on pouvait dire cela ainsi. Théodore avait l'impression de perdre son temps à la Nouvelle Orléans. Trop longtemps habitué à devoir donner sa vie pour un gouvernement corrompue. Depuis qu'il était devenue un homme sans emploie il avait l'impression que le temps avait ralenti et que plus rien ne comptait vraiment... sauf le bien être de sa colocataire de fortune. « Ici j'ai l'impression de perdre mon temps, de ne pas réellement avoir ma place dans ce paysage tranquille. » La sorcière sembla profiter de ce moment amical entre eux pour évoquer le passé, un passé que Théodore aurait voulu oublier. Être un chien du gouvernement n'était pas une occupation très agréable. « Une activité qui peu ce pratiquer partout? Tu es bien intriguant... » Le ton de sa voix était pousser par l'intrigue. Il laissa planer sa phrase un instant dans l'air avant de répondre à son tour. « Avant de venir ici j'étais... J'étais un homme à tout faire du gouvernement. Comme tu peux t'en douter après les événements de New York je ne tiens plus ce rôle... » Il ne savait pas pourquoi il lui disait cela, pourquoi il avait si peu de crainte à tout lui avouer. Il faut dire que son ancien emploie n'avait plus de réelle importance dans sa nouvelle vie et que peu de personne ne le reconnaitrait réellement. Son regard ce porta sur le paysage qui défilait lentement autour d'eux alors qu'ils avançaient d'un pas lent. « La température ici est presque idéale pour moi. J'étais cependant très adapté à New York. J'ai très longtemps vécus au Canada et aux États-Unis. Et toi? Tu dois préférer cela à l'hivers de New York!»

Son regard toujours perdu autour de lui, le lycaon perçu quelque chose d'étrange selon lui. Quelqu'un les fixaient et évitait son regard dès qu'il le regardait. Cet homme les suivait à bonne distance depuis déjà quelques moment. Théodore passa un bras autour des épaules de la sorcière, la serrant tout près de lui et discrètement la forçant à prendre un pas plus rapide. Son visage détendu, il y avait de cela quelque secondes, avait laisser place à un visage tiré par l'inquiétude et la concentration. « Ne te retourne pas... Quelqu'un nous suis depuis quelques minutes, je peux sentir son odeur persistante. Je crois que cet homme ne nous veux pas du bien. Tu te sens prête à fuir?» Il avait murmurer très bas les dernières phrases, ce rapprochant de Natascia pour que seule elle puisse l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
 

Come and let me see your eyes ▬ Théodore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Base camp et bird eyes
» "Ce soir je dors nue " - 100 moustiques aiment ça .
» problème d'affichage
» Halo { hey , hii ^^
» Supprimer redirection du au changement de nom de domaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-