AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It's funny how I find myself In love with you | Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Sam 29 Juin - 0:17


Just say yes
« with Nate & Avalon »


Mes cauchemars sont fréquents, il y en a toujours. Parfois voir souvent ils sont prémonitoires. Je n'arrive jamais à savoir lequel est possible et le quel ne se réalisera pas, ce n'est qu'en constatant que tout ce passe bien que je me rassure. Pour l'instant tout semble bien se produire. Je porte cette robe blanche, simple, en voile.. Traînant légèrement au sol.. Je me regarde dans le miroir. Je place mon voile en dentelle aussi et je saisis mon bouquet. Nous sommes seuls au monde lui et moi et on va s'unir. Je sais que mes parents seront là, j'espère les voir, parce que j'ai beau voir les esprits très bien je n'ai jamais réussi à avoir un contact avec eux, je suppose que c'est comme ça, j'aide les autres, je communique avec mais je ne dois pas me servir de mes pouvoirs à des fins personnelles. Je regrette légèrement pour cela. Je souffle et j'ouvre la porte. Alors la musique démarre, le classique. Je vois alors au bout de l'église Nate, il se retourne. J'ai l'impression qu'il scintille.. Je me pince les lèvres et je souris. Pas de père à mes cotés, je regrette. J'avance.. Nous serons que seuls.. nous et le prêtre. J'avance en rythme, le sourire de Nate me fait fondre. Tout semble être parfait. Je tiens mon bouquet de roses blanches. J'arrive à sa hauteur, il prend ma main dans la sienne, le discours religieux commence.. Puis vient le fameux moment d'échanger les voeux.. les alliances. Nate les sort.. Il passe la bague familiale de sa mère et c'est au moment de me la passer au doigt que les portes de l'église s'ouvrent brusquement, une série d'homme armé jusqu'aux dents déboulent en nous hurlant de ne plus bouger. On se fait arrêter.. Non pas aujourd'hui.. Nate tente de ne pas se laisser faire, j'entends un bruit.. trop familier, mon coeur se glace, je me tourne vers lui, du rouge sur son costume.. Je hurle.. Je tente de me débattre aussi et Ho.. Je sens mon coeur s'arrêter.. Puis il repart, je sursaute.. j'ouvre les yeux en grand, je vois le plafond.. Encore. Je déglutis, mes yeux sont inondés de larmes. Je tremble de partout. La nuit est encore là.. Ce n'est pas le moment de se lever. Je me tourne vers Nate. Je souffle en constatant qu'il ne fait que dormir, il n'a pas sentant mon cauchemar, doucement je me lève et je passe dans la salle de bain, je me rince le visage.. je vais boire un verre d'eau pour me remettre. Je déteste ce genre de rêve si réel. Je retourne lentement dans la chambre pour ne pas faire de bruit. Je me recouche contre Nate en me blottissant contre lui en me rendormant.


Je regarde par la fenêtre. La vue n'est rien de très voyeuse, un cimetière, ce qui paraît cohérent à coté d'une église. Je vois plusieurs spectres, je tente de ne pas faire attention à eux, je veux penser aujourd'hui à moi. Je remarque que ma robe est différente que celle que je portais.. dans mon rêve je veux dire, parce que oui, il reste dans ma tête ce rêve abominable. Je souffle porte la robe de ma mère, elle a été ajustée et elle semble être jolie sur moi. Elle date un peu, parce que ma mère la tenait de sa grand mère.. Bref.. Je passe nerveusement  mes mains sur ma robe pour la rendre soit disant plus parfaite. Je lisse mes cheveux.. Ils sont attachés avec une queue de cheval sur le coté, je ne suis pas très douée pour les coiffures, j'ai fait ce que j'ai pu.. J'ai posé deux grosses roses écrues avec.. Je souffle, je suis légèrement maquillée.. Rien de vulgaire oh non, en plus je ne gère pas le maquillage.. Juste un peu de rouge à lèvre et de mascara, je ne veux pas qu'il me prenne pour ce que je ne suis pas. Bref, c'est le moment. Je souffle. Je me lance, je n'ai pas de voile.. encore une différence avec mon rêve. Je ne perd pas espoir. Je me positionne au bout du tapis rouge, la musique démarre. Je sens alors une présence, je tourne la tête. Je souris.. comme si je l'avais toujours su.. Mon père.. m'apparaît, il marche à mes cotés. Alors je ne vois que lui. Nate. Je lui souris lorsqu'il m'en envoie un. Je suis tellement amoureuse de lui, mon âme soeur, je crois que cela n'aurait jamais pu avoir lieu si nous n'étions pas fait l'un pour l'autre. Alors l'image de ma mère apparaît à coté de lui. Puis une autre femme. Je me souviens d'elle sur des photos, je ne sais pas si Nate l'a déjà vu, peut-être lorsqu'il se préparait. Je souris totalement émue.. notre famille. La musique s'arrête lorsque j'arrive à la hauteur de Nate, je saisis sa main, je la serre. C'est le grand jour. Je ne pense plus à mon rêve, je profite de mon amour. Il est si beau ! Parfait. " Tu es tellement beau. " Je suis totalement émue, ma voix est tremblante. On ne pourrait jamais penser que nous sommes deux tueurs à gage. " c'est ta mère ? " C'est plus fort que moi, il a le même don après tout, il doit les voir je pense. J'aimerais savoir..

robe de mariage:
 


Dernière édition par E. Avalon O'Donnel le Dim 30 Juin - 1:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Sam 29 Juin - 13:09





Ava & Nate.




it's funny how I find myself in love with you.

Je n’avais pas à me poser de questions. Je n’avais même pas un seul doute sur cette décision. Avalon a toujours été la femme que j’aime et ce depuis que nous sommes petits. Comment ne pas être amoureux d’une telle femme ? Il n’y avait qu’à la regarder pour tomber sous son charme. Ses grands yeux me faisaient fondre et ce visage… Elle représentait tout pour moi, chacun connaissait les forces et les failles de l’autre, je la connaissais par cœur, tellement que j’arrivais à anticiper ses gestes et ses réactions. Il nous arrivait très souvent de nous comprendre sans même se parler, un seul regard disait tout, comme s’il y avait une sorte de connexion mentale entre nous. Je ne voulais pas attendre plus longtemps. Un soir, j’avais déjà tout prévu, j’avais déjà acheté la bague, un anneau en argent tout simple et nos initiales gravées à l’intérieur. Tandis qu’elle posait les sacs de courses sur la table, j’étais pris d’une pulsion, c’était le bon moment. Alors, je me suis placé derrière elle, la serrant contre moi et j’ai glissé l’écrin ouvert sur la table avant de lui murmurer « Veux-tu m’épouser ? » elle n’a pas semblé en croire ses oreilles, alors j’ai repris l’écrin, posant un genou à terre, réitérant ma demande. Un large sourire s’est alors dessiné sur son beau visage et elle a murmuré un « oui ».

Nous y étions. Ce serait seulement elle et moi, comme toujours, unis a jamais devant le Seigneur. C’était une continuité logique à notre relation. Elle a toujours été ma sœur, ma meilleure amie, ma moitié, mon âme sœur. J’étais plus que prêt à faire d’elle ma femme. Vu les circonstances de notre métier, il se pourrait que l’un de nous vienne à mourir et je n’avais pas envie de passer de l’autre côté sans l’avoir épousée. Et si Avalon venait à mourir, je me donnerais la mort, c’était aussi simple que cela. Je ne pourrais pas passer ma vie sans elle, tout semblerait si sombre et morne sans elle. C’était le grand jour, je me regardais dans le miroir, concentré sur mon nœud de cravate. J’avais l’habitude de le faire à mon père avant d’aller prier, il s’énervait tout le temps après sa cravate et menaçait de tout casser dans notre petite maison, je venais toujours à sa rescousse, lui envoyant cette illusion de bien-être afin qu’il ne sombre pas encore dans l’une de ses crises et je la lui faisais. Mon visage se tordait en une grimace en pensant à lui. Non, ne penses pas à ça aujourd’hui, ce n’est pas le moment d’être triste. Tu épouses enfin ton âme sœur, ne soit pas triste. Je me retournais et alors, je vis cette femme. Je me figeais sur place. Ces long cheveux blonds ondulés lui arrivant jusqu’aux hanches, cette mine fatiguée, mais cet éclat dans ces yeux… Je ne l’ai jamais connue vivante, mais j’ai vu tellement de photos d’elles. J’avalais ma salive « Maman… » et alors, son visage fantomatique s’illuminait et elle me fit un grand sourire. C’était elle… Je ne l’avais encore jamais vue sous cette forme. Elle était morte pour me mettre au monde et elle était présente le jour de mon mariage. Je pouvais sentir la fierté dans son regard et elle me tendait la main afin de me faire comprendre qu’elle m’accompagnerait. Je ne la quittais pas des yeux, j’étais si heureux. J’arrivais devant l’autel et saluait poliment le prêtre, le remerciant de sa venue. Alors, la musique commençait, je me tenais droit lorsque soudain, la mère d’Avalon fit son apparition à mes côtés, je souriais et alors, elle fit son apparition. Je souriais de toutes mes dents, j’étais le plus heureux des hommes en ce jour et elle était encore plus belle. Nos regards se croisaient, on se souriait tandis que Mr O’Donnel apparut à côté d’elle, l’accompagnant jusqu’à l’autel où je la regardais avec de grands yeux émerveillés. Je crois avoir vu la silhouette fantomatique de son père me faire un signe de tête, comme s’il me donnait son approbation. Je serrais la main d’Ava, ne pouvant pas m’empêcher de la dévisager. Elle me lançait un compliment d’une voix tremblante par l’émotion, je répondais par un grand sourire « Tu es parfaite ». Je serrais un peu plus sa main dans la mienne et alors, son visage se tournait derrière moi, remarquant ma mère qui nous regardait, émerveillée « Oui, c’est elle » murmurais-je, ne retenant pas mon sourire. Le prêtre commençait son discours, nous accueillant dans la maison de Dieu. Alors, une chorale entonnait les chants religieux. Je me mordais la lèvre et tournait mon regard vers Avalon, caressant le dos de sa main avec mon pouce. Un enfant apportait les alliances, je le remerciais avec un sourire tandis que je récitais le discours de consentement que le prêtre me dictait. Je pris la bague d’abord posée sur la bible de l’homme et pris la main d’Avalon, récitant « Moi, Nathaniel Strauss, je te reçois Avalon O’Donnel comme épouse et je te promet de te rester fidèle, dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, pour t’aimer tous les jours de ma vie » ma voix tremblait par l’émotion, je passais son alliance a son doigt, la regardant dans les yeux. Oui, le plus heureux des hommes.


ALASKA.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Dim 30 Juin - 14:38


Just say yes
« with Nate & Avalon »


Je ne sais pas comment on peut concevoir le plus beau jour de sa vie. Je crois qu'on ne peut pas. J'ai imaginé des centaines de fois ce moment, celui où j'avancerais seule jusqu'à l'autel de l'église vers l'être aimé. Non on peut pas s'imaginer à quoi le plus beau jour de sa vie peut ressembler. C'est un moment qui doit être unique, c'est aussi pour cela que je ne voulais pas que nous soyons nombreux à ce mariage et de toutes façons on ne peut pas vraiment dire que nous avons énormément de proches, on ne se lie pas réellement. Je crois que c'est mieux pour notre boulot et puis nous n'avons besoin de personne d'autre, je suis une fille méfiante de nature, ce monde est tellement corrompu que je ne crois en l'honnêteté de personne, le Seigneur devrait les punir ses pêcheurs, je crois aussi que c'est pour cela que nous avons été toujours ensemble avec Nate, qu'on est devenu ce que nous sommes, il a vu en nous les messagers. Nous tuons les personnes qui veulent du mal pour le monde, je crois que nous avons trouvé notre voie, seulement nos convictions ne plaisent pas à tout le monde, je crois qu'elles sont plutôt mal aimées et on cherche à nous nuire, c'est aussi pour ça qu'il est hors de question que nous ayons trop de proches. Je ne fais confiance qu'en Nate et personne ne pourra me faire douter de lui. Je le connais depuis toujours, il est mon autre, ma moitié. Nous sommes tout l'un pour l'autre, frère et soeur, meilleurs amis, âmes soeurs, amour.. les gens qui savent notre passé ne nous comprennent pas, pensant que nous sommes plus des frères et soeurs.. qu'on fait un peu de l'inceste, seulement l'inceste n'est pas autorisé par la religion, nous n'avons même pas le même sang, nous sommes tous les deux.. nous sommes liés pour toujours c'est comme ça c'est tout. Nous étions faits pour nous retrouver tous les deux à jamais. De plus si nous voulions vivre tous les deux, il nous fallait nous marier à un moment. Nous ne pouvons pas vivre dans le pêché, je refuse cela et Nate aussi je crois. C'est lui qui m'a demandé en mariage. Nous sommes proches.. fusionnelles.. Mais je refuse tout contact sexuel dans engagement devant le seigneur. C'est assez tendu de ce coté.. tous les deux nous en avons terriblement envie mais Nate comme moi on sait qu'il faut résister. Alors une fois, j'étais dans le salon, je rentrais des courses, les bras chargés, il était là, rentré lui aussi. Je me suis posée quelques instants et c'est là qu'il a posé une petite boîte noire sur la table et qu'il m'a demandé de l'épouser. Enfaîte sur le coup, je m'y attendais tellement pas que je n'ai pas tellement répondu au début. Je savais qu'un jour il me demanderait.. mais là comme çà.. je n'aurais jamais pensé qu'il le fasse. Je me suis toujours dit que l'on en parlerait tous les deux et qu'il n'y aurait pas vraiment de demande. Mais Nate l'a fait. Et comme je n'en croyais pas mes oreilles, il a repris la boîte et s'est mis à genoux pour me le redemander. Ma main s'est posée devant ma bouche, je suis restée bouche bée, mais j'ai rapidement laissé un oui ! Parce que qui voulez vous que j'épouse d'autre..? Personne ! Nate, le seul et l'unique. Je me suis blottis contre lui, longtemps, je crois même que j'ai un peu pleuré..

Aujourd'hui c'est ce jour là. Le jour que nous attendons tous les deux. Alors que je suis prête, que je m'apprête à avancer sur la marche nuptiale, je vois le spectre de mon père avancer à mes cotés. D'autres arrivent, une jeune femme à coté de Nate.. je crois que c'est sa mère.. Puis de l'autre coté, la mienne. Je souris, je retiens de pleurer, pas de pleurer, c'est censé être le plus beau jour de notre vie, je ne peux pas passer à coté. J'avance, jetant des coups d'oeil à coté de nous. Je suppose que le prête ne les voit, il faut que nous soyons discrets pour ne pas qu'on se fasse avoir. Nous sommes sorciers.. et on fait tout pour que cela ne se fasse pas, pour ne pas qu'on nous prenne pour les portraits robots de nous. J'avance doucement, serrant mon bouquets de roses. J'espère que je plais à Nate, j'ai tenté d'être vraiment naturelle. Je tremble de partout, il attrape ma main lorsque je suis à sa hauteur, je le vois échanger un regard avec le fantôme de mon père. Je le complimente, il est beau, si beau. Il m'avoue que je suis parfaite, ce qui me fait légèrement rougir. Je serre fort sa main, notre doigts entrelacés ensemble. Les chants commencent, le prête fait son sermon, c'est bien la mère de Nate, elle est si belle.. Je souris..les alliances arrivent. Nate débute, il pose une des alliances sur la bible pour quelle soit bénite pendant ses voeux. Il la reprend et je la passe au doigts. Je le regarde émerveillée. C'est à mon tour, je prend la bague que je pose sur la bible du prête. Je souffle doucement. " Moi Avalon O'Donnel, je te reçois Nathaniel Strauss comme époux et je te promet de te rester fidèle, dans le bonheur et dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, pour t’aimer tous les jours de ma vie " Je prend la bague pour la mettre à son doigt. Je prête referme la bible et nous déclare alors, mari et femme au nom de l'église, pour le seigneur. " Vous pouvez embrasser la marier ". Je me tourne vers Nate et nous échangeons un merveilleux baisé. Mes bras enlacent sa nuque.. ce que je l'aime. Mon coeur bat à toute vitesse. Lorsqu'on s'arrête les spectres de nos proches ont disparu.. j'aurais aimé les voir encore mais je suppose que c'est déjà beaucoup de les avoir eu.. avec nous. Je ris pleine de bonheur. " On est marié ! " Je l'embrasse encore. " Je suis si heureuse ! unis pour la vie ! " Je tremble d'émotion. " Nate je t'aime tellement " ok, mon coté trop sentimental reprend le dessus, je me mets à pleurer. " Tu m'emmènes où alors ? " parce que j'ai hâte de me retrouver seule avec lui, lui et moi.. seulement comme toujours. pour toujours.

robe de mariage:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Dim 30 Juin - 19:43





Ava & Nate.




it's funny how I find myself in love with you.

Je savais bien qu’un jour, cela allait arriver. Je ne savais pas exactement quand, mais je l’ai toujours su. C’était comme si cela avait été écrit quelque part, lorsque j’étais plus petit, dès l’instant que je voyais Avalon, je me fendais d’un immense sourire, elle a toujours été la plus jolie fille du village et je me souviens, à cinq ans, avoir été le plus fier en lui tenant la main devant tout le monde. Si on m’avait dit à ce moment-là que je me lierais à elle pour le meilleur et pour le pire… Je n’en revenais toujours pas qu’elle m’avait dit oui, qu’elle avait accepté de m’épouser. J’ai voulu faire simple comme demande, j’étais romantique, mais je ne voulais pas virer dans les déclarations pimpantes et trop voyantes dans des costumes, non… Les demandes publiques, c’était sans façon. Je brûlais d’envie de l’épouser depuis toujours, je voulais faire d’elle Mme Strauss et pour toujours, a jamais unis, je nous voyais déjà vieillir ensemble, travailler ensemble. Parfois, des personnes pouvaient trouver cette relation presque incestueuse, à vrai dire, il n’y avait rien de cela étant donné que nous n’avions pas le même sang, mais il est vrai que dans notre façon d’agir, on pourrait nous prendre pour les membres d’une même famille. Mais pour moi, elle faisait partie de ma famille comme une épouse, bien que pendant des années, elle a été une véritable sœur pour moi. Elle était ma seule famille à présent. Aucun de nous ne voulais avoir de relation charnel avant le mariage, c’était comme une promesse faite au seigneur et je n’avais aucune envie de venir à l’encontre des désirs du tout puissant. Cependant, nous vivions ensemble, nous dormions ensemble et malgré mes croyances et mes convictions, il m’est souvent arrivé d’avoir un violent désir s’emparer de moi tandis qu’elle ne faisait rien d’autre que de m’embrasser. La situation devenait de plus en plus tendue, car chacun désirait l’autre, mais ce ne serait pas avant le mariage, nous l’avions promis au seigneur.

Je me tenais à présent sur l’autel, accompagné des spectres de ma mère et de la sienne. Je regardais ma fiancée s’avancer sur le rythme de la marche nuptiale avec un sourire émerveillé. J’étais le plus chanceux des hommes et le plus heureux en ce jour. Son père était présent, nos parents étaient présents et nous seuls étions capables de le voir. Cela ne pouvait pas être plus parfait. Je serrais tendrement sa main afin qu’elle monte sur l’autel à côté de moi. Elle était parfaite, il n’y avait pas d’autre mots et dans quelques minutes, elle serait ma femme. Je ne pouvais pas l’imaginer autrement. C’était elle, personne d’autre. Avalon… Ma Ava… Les chants commençaient, je ne pouvais m’empêcher de la regarder, elle était si belle que cela en deviendrait presque interdit. Alors, le prêtre nous disait que c’était le moment de prononcer nos consentements. Je pris l’alliance précédemment posée sur la bible du prêtre et répétait chaque mot après lui, regardant ma futur épouse dans les yeux, j’y voyais toute l’émotion, tout le bonheur qu’elle ressentait et ce fut l’un de moments les plus beaux de toute la cérémonie, voir son visage s’illuminer. Je passais l’alliance à son doigt et alors, elle fit de même, prononçant son consentement. J’avalais ma salive, j’étais si ému, je la laissais me passer l’alliance et alors, le prêtre referma sa bible et nous déclara mari et femme. Nous sommes mariés ! Nous nous sommes unis devant le seigneur… Je l’embrassais avec passion, la serrant contre moi tandis que mon cœur semblait ne pas vouloir se calmer. Je ne réalisais toujours pas. Je souriais comme un idiot, chose que je ne faisais seulement lorsque j’étais avec Ava. Je ne remarquais même pas que les spectres avaient disparus, j’étais obnubilé par mon épouse. « Oui on est marié, unis pour la vie à jamais Ava, comme on l’a toujours dit ». Je riais avec elle, me laissant emporter par l’allégresse du moment. Je pris sa main et plongeait mon regard dans le sien « Je t’aime aussi Ava, comme un fou ». Elle se mit alors à pleurer, je fis la moue et séchais ses larmes « Tu verras, je t’y emmène de ce pas… Madame Strauss ». Je pris sa main et remerciait le prêtre et la chorale, l’emmenait ensuite à l’extérieur, la faisant monter dans la voiture. J’avais réservé un petit chalet à la sortie de la ville au bord de la forêt. Ce matin même j’avais tout préparé pour nos noces, laissant quelques bougies pour l’aspect romantique et posé de beaux draps, vérifiant que chaque pièce serait impeccable pour sa venue. Sur la route, je serrais ma main dans la sienne, regardant son alliance, prouvant que nous étions bel et bien mariés, je souriais comme un idiot, rayonnant de bonheur. Vingt minutes plus tard, je garais la voiture devant ce chalet « Nous y sommes ». Je la fis sortir, la guidant vers l’entrée. Soudain, je la soulevais dans mes bras afin de lui faire passer la porte comme le disait la coutume. « J’ai trouvé cet endroit sympa pour nous deux, j’ai pensé que ça te plairait, j’ai l’impression de retourner au village dans ce chalet… » Lançais-je, nostalgique de notre village natale. Alors, je vins la serrer dans mes bras, l’embrassant tendrement. Je regardais ses deux roses dans son chignons et les enlevait en les posant sur la table. Je n’ai jamais été aussi nerveux. Je regardais ses long cheveux roux descendre en cascade sur ses épaules et l’embrassait encore. Je l’emmenais dans la chambre où j’étais heureux de constater que la plupart des bougies étaient encore allumées. « Je t’aime tellement » soufflais-je, la serrant un peu plus contre moi. J’étais aussi novice qu’elle dans ce domaine, mon cœur n’arrêtait pas de battre à tout rompre tellement j’étais nerveux et excité à la fois. Je ne me rendais même pas compte que je tremblais. Nous avions le droit à présent, nous étions mariés, il n’y avait aucun pêché là-dedans, mais j’avais peur de la décevoir. C’était tellement fusionnel entre nous que j’avais peur que cela casse tout. Mais je pris mon courage et l’embrassait fougueusement, tirant sur le nœud de sa robe située sur sa taille.



ALASKA.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Lun 1 Juil - 1:44


Just say yes
« with Nate & Avalon »


Je me souviens lorsque j'étais petite, ma mère me racontait avant que j'arrive à m'endormir une légende celtique. Je crois qu'elle l'arrangeait pour qu'elle me fasse rêver et pour que je sache combien l'amour être fort. Oui, elle me racontait la légende d'Emer, elle estimait que je serais aussi forte que cette jeune femme, elle m'a donné le sien comme second prénom. Emer et Cuchulainn. Le héro a battu pour récupérer cette jeune femme qui lui plaisait tant. Il a gagné son coeur et c'est comme ça qu'ils se sont aimés et ils s'aimeront pour toujours. Alors lorsque j'ai compris que j'étais amoureuse de Nate, j'ai voulu vivre le même amour si fort. Je voulais que rien ne nous sépare. Nous n'avons pour le moment jamais été séparés et je ne veux même pas imaginer ma vie sans lui parce qu'il est vrai que je ne l'invisage pas. Je sais que certaines personnes peuvent penser que c'est tout à fait débile et niais, mais l'amour c'est nous, encore Nate et moi, il n'y a rien de niais, nous sommes passionnés, nous sommes totalement la moitié de l'autre, c'est comme si on retirait les veines et les artères au coeur, celui ci se noierait sans pouvoir tenter de survivre. Nous c'est la même chose, il est l'équivalant de mes veines qui nourrissent mon coeur d'amour. Sans elles mon coeur pourrie dans le sang.. et n'est juste qu'une machine à me faire vivre, mais on sait tous que l'amour peut-être le moteur d'un homme, moi je me lève tous les matins en pensant que je serais à ses cotés à faire le bien pour le moment. Ce mariage en clair est une évidence, nous étions obligés de nous liés de cette manière pour le Seigneur, pour nous et devant le tout puissant, nous nous devions de lui montrer que nous nous unissons aussi pour lui. De plus pour nous remercier il a laissé nos parents s'approcher de nous, il a béni du mieux possible notre amour.

Alors le prête nous lie au nom de Dieu. Nous voilà ensemble jusqu'à ce que la mort nous sépare et encore croyez moi, elle ne nous séparera pas longtemps, on trouvera toujours un moyen d'être ensemble, je sais qu'en spectre Nate reviendrait parce qu'il sait combien j'arrive à les voir. Mais je finirais par devenir la même illusion que lui, ne pouvant pas me passer de lui, je suis bien trop attachés aussi à ses gestes, à ses odeurs.. Je ne pourrais plus vivre aussi bien si je n'ai plus ses baisers ou alors ses caresses, qui la nuit me serrera contre lui lorsque mes rêves paraissent prémonitoires.. ? Il vaut mieux écourter une vie malheureuse si on veut mon avis. Nous échangeons un long baiser devant le prête, les chants et l'orgue résonne dans la cathédrale de la ville. J'aurais tant aimer être en Irlande, chez nous au lieu d'être ici, mais je suis avec lui, n'est ce pas là le principal ? Je suppose, il y a bien pire maux sur cette terre. La joie me fait pleurer, je ris en même temps, lui demandant où l'on va. Mon coeur est sur le point d'exploser, j'aime lorsqu'il me dit combien il m'aime. Il me fait donc la surprise pour notre nuit de noce. Je n'ai aucune idée d'où il veut m'emmener, mais je suis prête à le suivre de toute manière. Je ris légèrement pendant qu'il essuie mes larmes de joie en m'appelant madame Strauss. Alors il m'entraîne dehors en serrant ma main dans la sienne, on prend la voiture et on fait un assez long trajet, je ne le quitte pas des yeux, je le regarde rêveuse. Je commence à devenir nerveuse, je ne sais pas quoi penser.. enfin si je sais, c'est peut-être justement ça la point de départ de mon stresse. Ce que nous allons faire dans cet endroit, dans cette nuit.. Nous le savons nous les deux. Il est tant que nous succombions au pêché de chair qui pour nous n'en n'est plus un. Puis nous arrivons. Un petit chalet à la sortie de la ville, je me demande comment il a réussi à trouver cet endroit, il est divin, on se croirait presque ailleurs. Nous sortons.. Avant de pénétrer dans la petite maison, Nate m'attrape dans ses bras telle une princesse, parce que c'est ce que veut la coutume pour un jeune couple. Je ris légèrement le laissant faire totalement. Ce que dit Nate n'est pas faux et j'aime cette attention. " Oh c'est vrai, on pourrait presque si croire, il ne manque plus que l'odeur.. " Je souris. " C'est magnifique, merci !" il finit par me poser au sol une fois que nous sommes rentrés. Je découvre vraiment le décor, il y a des petites bougies et cela semble magique. " J'adore Nate ! " Je suis émerveillée, qui penserait qu'à ce moment moi, je tue les méchants de notre monde ? Personne. Il s'approche doucement de moi, ce regard si familier et amoureux dont il a le secret. Je déglutis, je répond passionnément au baiser. Ses mains détachent mes cheveux qui retombent en cascade. Je le regarde amoureusement à mon tour. Il m'emmène dans la chambre adjacente où des bougies brûlent encore. Je souris c'est magique. " Woh.. " Je le souffle ébahie. Je fond lorsqu'il me souffle lui qu'il m'aime encore. J'adore tellement quand il me le dit. " Je ne pourrais pas vivre sans toi.. On échange un long regard, il me serre contre lui, je remarque qu'il tremble un peu, ce qui me rassure un peu, il est tout aussi nerveux que moi. Je ne veux pas que cela se passe mal c'est une certaine pression, mais je doute qu'on soit déçue depuis le temps que nous attendons. Je répond à son baiser prise de désire pour lui, mes bras l'enlace pour le serrer d'avantage. Je sans le noeud de ma robe se défaire. Je lâche ma prise pour faire tomber les bretelles de mes épaules qui elles font pour le coup tomber la robe en dentelles sur la moquette douce. Je suis en sous vêtements devant lui. J'ai choisi un ensemble qui ne fait pas trop vulgaire mais je sais qu'il faut plaire à son époux tout de même. Quelque chose de simple blanc toujours. Je recule sans le quitter des yeux et je m'installe sur la lit, mon regard lui dit que je suis toute à lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Lun 1 Juil - 15:07





Ava & Nate.




it's funny how I find myself in love with you.

Il ne fallait pas penser que j’épousais Avalon par dépit, parce qu’elle était la seule femme dans ma vie. Ce n’était absolument pas cela. Certaines personnes m’ont dit que j’étais encore jeune pour m’engager, que j’avais le temps de rencontrer d’autres femmes. Mais je ne voulais pas une autre femme. Je voulais Avalon. En venant à la Nouvelle Orléans, j’en ai vu beaucoup, mais aucun n’arrivait à la cheville d’Avalon, comme si cette dernière était ma figure parfaite. Après tout, elle l’était. Avec sa jolie peau de porcelaine, ses longs cheveux roux, ses yeux de biches et ses lèvres pleines. De plus, le secret que nous partagions nous unissait d’avantage, faisait que je ne voulais personne d’autres. Nous avons toujours été obligés de cacher notre don, le fait que nous sommes les héritiers d’une lignée de sorcier. Nous sommes Emer et Cûchulainn, cela a toujours été ainsi et ça le sera toujours. Le symbole d’un amour qui dur toujours, à jamais. Je voulais vieillir avec elle, je voulais mourir avec elle. Notre métier écourtait notre espérance de vie. En effet, nous étions recherchés, des portraits robots circulaient un peu partout. Je rêvais très souvent que les autorités venaient arrêter Avalon un jour où je ne serais pas là et qu’ils attendraient ma venue afin de la tuer sous mes yeux. C’est toujours à ce moment-là que je me réveillais en sursaut et constatait qu’Avalon était toujours là, endormie.

Nous y étions enfin, après toutes ces années ensemble, après avoir grandis ensemble, nous prononcions nos vœux et nos consentements, passant chacun l’alliance au doigt de l’autre. Mon cœur battait la chamade, je ne pouvais pas m’empêcher de sourire à pleine dents, j’étais si heureux qu’elle devienne enfin ma femme. C’était quelque chose qui a dû être écrit quelque part avant qu’on naisse, une prophétie, quelque chose qui me liait à elle pour toujours. J’y croyais et je ne voyais aucune objection à cela. Avalon était la femme idéale, chacun de nous protégeait l’autre quoi qu’il arrive. Lorsque nous partions en mission, c’était ainsi, chacun couvrait les arrières de l’autre. J’étais prêt à mourir pour lui sauver la vie, si un jour on venait à lui tirer dessus, je me mettrais entre elle et la balle afin de prendre le coup a sa place. Je donnerais ma vie pour la sienne, j’avais une confiance aveugle en elle. C’était ça l’amour, c’était faire passer la vie de l’autre avant la sienne. Tandis que le prêtre nous déclarait mari et femme, je l’embrassais tendrement, ne réalisant toujours pas que cette sublime créature était à présent mon épouse. Chacun de nous semblait se laisser emporter par l’allégresse du moment, par le bonheur que nous ressentions de s’être unis dans la maison de Dieu. Il n’y avait plus que nous, seuls au monde. Mais je me fichais d’être seul, tant qu’elle était avec moi. Je lui expliquais que l’endroit où je l’emmenais était une surprise. J’espérais qu’elle aimerait l’endroit. Je l’avais découvert par hasard en sortant une fois de la ville pour faire une course et ce petit chalet m’avait rappelé notre village. J’ai trouvé l’endroit parfait pour fêter nos noces, comme si nous avions un retour aux sources. L’île de Man nous manquait à tous les deux, notre communauté aussi. J’étais souvent nostalgique de mon enfance là-bas, me rappelant toujours à quel point on était bien. Je garais la voiture devant le chalet. Je lui adressais un grand sourire. Je devais avouer que le stress montait un peu trop à mon goût. Nous savons tous les deux ce qui va se passer dans ce chalet et j’étais nerveux à cette idée. Bien sûr que j’en avais envie, je pense qu’elle le voulait autant que moi, mais nous étions novices, peu habitué à ce genre de choses et j’avais peur de m’y prendre mal. Je tentais de cacher cette nervosité et la soulevait dans mes bras afin de lui faire passer le perron. Je lui expliquais que cela me faisait penser à notre village. Elle semblait d’accord avec moi « Oui, mais c’est déjà un début ». Elle adorait. Je souriais de toutes mes dents, rassuré par sa réaction. Je posais mon regard sur elle avec un demi-sourire, elle était si belle et elle était à moi. Je l’embrassais passionnément et retirait les roses de son chignon afin de les laisser descendre en cascade autour de son visage. Alors, je l’emmenais dans la chambre que j’avais préparée, sa réaction m’arrachait un sourire « J’ai préparé ça avant de venir à l’église » expliquais-je en me mordant la lèvre. Je tremblais comme une feuille, je savais ce qui allait se passer, mon cœur refusait de s’arrêter, mes mains tremblaient. Je me rapprochais d’elle et enfin, je pris mon courage à deux mains et l’embrassait avec fougue. Ce n’était plus un pêché à présent que nous étions mariés, nous avions le droit de ressentir ce désir. Ce dernier prenait peu à peu le contrôle de mon corps. J’ai tellement attendu ce moment, tentant à chaque fois de faire taire mon désir brûlant pour elle. Je détachais le nœud de sa robe et alors, Avalon s’écartait de moi afin de la laisser tomber. Je la regardais, ébahie. Elle était parfaite. Elle était à moi. Je ne réalisais toujours pas. Elle se reculait pour s’installer sur le lit, son regard en disant tellement long, il était plein de promesses. Je lui souriais et défis le nœud de ma cravate et défis les boutons de ma chemise afin de la rejoindre. « Rassure moi et dis-moi que tu es aussi nerveuse que moi ». Je passais ma main sur son épaule nue, caressant sa peau de porcelaine. Je remontais sur sa joue afin de l’embrasser. Le désir reprit le contrôle, notre baiser se faisant plus passionné, je m’allongeais sur elle. Une main vint caresser sa cuisse, ses hanches, frôlant sa poitrine. Je rompais le baiser quelques secondes pour la regarder « Tu es tellement parfaite, je ne réalise toujours pas que tu m’as épousé. Pourtant ça a toujours été toi et ça le sera toujours ».  



ALASKA.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Mer 3 Juil - 3:26


Just say yes
« with Nate & Avalon »


Je crois que le mariage est la chose que j'ai toujours désiré. J'ai toujours voulu être en robe blanche, être liée avec l'homme que j'aime et depuis toute petite je rêve que d'un chose c'est de l'épouser, lui et pas une autre, après tout lorsqu'on a rapidement trouvé son âme soeur pourquoi ne pas être sûr et au final un jour le faire. Nous l'avons fait, ça y'est nous sommes tous les deux unis pour la vie, Dieu nous a relié, il nous garde bien entendu en vie l'un pour l'autre. Je suis vraiment ravie que d'être sa femme, c'est un peu un honneur c'est vrai non ? Parce Nate a toujours été un bel homme, je me souviens lorsqu'on est arrivé ici on a été obligé d'aller à l'école avec les autres et les filles lui tournaient autour, seulement il ne restait qu'avec moi. Je me souviens que je détestais lorsque je ne savais pas où il était en plus de ça, je n'étais pas la plus appréciée des filles, un peu trop bizarre vous voyez et mais lorsqu'on est mignon, on peut être bizarre Nate plaisait aux gens. En tout cas on a toujours su que nous étions faits l'un pour l'autre, n'est ce pas une évidence après tout ? C'est vrai quoi, depuis toujours nous sommes ensemble et nous n'avons jamais été vraiment séparés, on a besoin de l'un et de l'autre, j'ai besoin de lui autant qu'il a besoin de moi. Je suis heureuse.. tellement heureuse que je n'ai plus de moi. Maintenant de toute manière ce sont les gestes qui comptent.

Nous arrivons dans ce petit chalet, une petite chaumière qui pourrait penser à notre pays, je suis touchée par cet endroit déjà à l'extérieur il me plait. Nate fait comme le protocole le veut, il me porte pour passer le pas de la porte. Je souris, je suis totalement émerveillée par la décoration ici, comme quoi un joli endroit peut encore exister dans un monde pareil. J'en suis des plus heureuse c'est le seigneur qui a voulu qu'on soit ici tous les deux dans une si belle maison pour notre lune de miel. Nous sommes censés nous unir charnellement, on doit ne former qu'un. J'ai peur et je suis nerveuse, je sais que tous les deux nous attendons ce moment depuis un moment, nous voulions faire cela dans les règles alors forcément on est resté purs jusqu'au bout. Jusqu'à ce soir je crois. La chambre est pleine de bougies, c'est une attention de mon époux. Je souris légèrement, j'adore l'ambiance, c'est romantique et doux. Alors Nate s'approche dans mon dos, il détache le noeud de ma robe et je retire les bretelles pour qu'elle tombe au sol. Je me retrouve en sous-vêtements devant lui, je recule légèrement pour me donner à lui sur le lit. Je souris légèrement, mon coeur bat à tout rompre. Il s'avance alors doucement pour retirer sa cravate, puis il ouvre sa chemise, je peux admirer sa musculature. Je déglutis.. je souris légèrement, il me demande si je suis autant nerveuse que lui. " Je suis morte de peur.. " Je veux être à la hauteur, c'est notre première fois à tous les deux alors forcément je dois faire attention. Je ne veux pas qu'il soit déçu par cette nuit. Il caresse mon coeur, je frissonne sous l'effet de ses doigts sur moi. Alors il se positionne au dessus de moi, je répond avec la même ardeur à son baiser, je ressens beaucoup de désir pour lui.. je crois qu'il m'emporte. Mes mains agissent seules et détachent son pantalon pour lui retirer. Je sens ses mains sur mes cuisses.. ma poitrine.. ce qui ne fait qu'augmenter le désir que j'ai pour lui. " Hum, et se sera nous pour toujours.. " Je reprend ses lèvres. je l'aime comme une folle, j'ai envie de lui maintenant. " Nate, fait moi l'amour.. Montre moi combien tu tiens à moi.. " Je veux le sentir.. plus l'entendre pour la soirée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Jeu 4 Juil - 1:12





Ava & Nate.




it's funny how I find myself in love with you.

Dans notre culture, succomber aux plaisirs du corps sans mariage était un pêché. Pour Ava et moi, cela a toujours été clair, c’était ancré dans notre éducation. Rien avant le mariage. Il fallait d’abord s’unir spirituellement devant Dieu avant de s’unir charnellement. C’est ainsi que j’ai passé mon adolescence à rencontrer des jeunes garçons de mon âge qui se vantait d’avoir couché avec beaucoup de filles – c’est ce qu’ils disaient en tout cas – et ces derniers ne semblaient pas comprendre mon point de vue. Il est vrai que j’étais apprécié, mais j’avais l’impression que nous ne pensions pas toujours de la même façon. Pour eux, c’était une urgence de faire l’amour, alors que pour moi, je préférais suivre le protocole, me marier et ensuite faire l’amour avec la personne avec qui je suis uni. Pour mon cas, ça a toujours été Avalon et ce sera toujours elle. Il y avait beau avoir d’autres femmes tout autour, je n’en voulais pas. Je ne prenais pas Avalon par dépit, mais en ayant la certitude qu’elle est mon âme sœur. Nous partagions tellement de chose, c’était si logique que nous soyons mariés. Je ne voyais pas mon avenir autrement. Fonder une famille n’était pour le moment pas possible étant donné notre métier. Mais lorsque cet endroit ne sera plus aussi dangereux, je voulais avoir des enfants avec elle, vieillir avec elle. Nous avons toujours été ensemble pour le meilleur et pour le pire, ça le sera toujours.

J’avais peut-être des principes, mais je n’en restais pas moins un homme. J’ai déjà ressenti ce genre de désir pour Avalon, il y avait ces moments où elle m’embrassait pour me dire bonne nuit où tout devenait plus intense. J’étais toujours contraint de m’écarter d’elle afin de ne pas céder à mes pulsions, ce qui avait le don de me mettre dans un état de frustration. Mais ce soir, je savais que j’en avais le droit, ce n’était plus un interdit et ce n’était plus aller à l’encontre de la volonté de Dieu. Cela me rendait tellement nerveux. Je me disais qu’Avalon et moi allions nous connaître charnellement, c’était presque effrayant de se dire cela, que chacun de nous serait complètement nu physiquement alors que j’ai mis tant de fois mon âme à nu devant elle. Mais ce serait différent. Chacun de nous en tenue d’Adam et d’Eve pour succomber au pécher de la chair. Ce qui m’effrayait n’était pas vraiment l’acte en lui-même, mais c’était la décevoir. Je pense que chacun de nous avait des attentes de cette soirée, j’avais peur que cela ne lui plaise pas, de lui faire mal, de mal m’y prendre. En étant novice à la matière et n’ayant pas eu une très bonne éducation de ce côté-là, j’étais en terre inconnue. Elle se retrouvait comme ça, devant moi, a moitié nue, m’offrant presque son corps. Elle me faisait confiance, je lui faisais une confiance aveugle, il n’y avait pas à avoir peur. Nous sommes amoureux l’un de l’autre. Je voulais me rassurer. Elle s’allongeait sur le lit tandis que je défis ma cravate et ouvrait les boutons de ma chemise, la retirant finalement et alors, je la rejoignais. Je voulais qu’elle me rassure, qu’elle me dise qu’elle était aussi nerveuse que moi. Elle était morte de peur m’avouait-elle. Je caressais son visage, plongeant mon regard dans le sien. Mes mains découvraient son corps et alors, je me posais sur elle, l’embrassant avec ardeur. Le désir m’emportait, j’avais envie d’elle, j’oubliais presque la nervosité. Je brûlais de désir pour elle et j’en avais le droit. Je caressais ses cuisses, sa poitrine. Elle me murmurait que ce sera nous pour toujours. Je me fendais d’un sourire et soufflais « Pour toujours » et je l’embrassais fiévreusement. La chaleur montait d’un cran, c’était vivifiant comme sensation, je me sentais vivant à sentir ses caresses. Elle retirait mon pantalon, je l’aidais un peu et le fit tomber par terre. Nous étions à présent tous les deux en sous-vêtements. Mon bassin ondulait contre le sien. J’échappais un soupire tandis que je reprenais ses lèvres. Je tirais sur sa cuisse afin qu’elle se pose sur moi. Elle me demandait de lui faire l’amour, de lui montrer à quel point je tenais à elle. Elle devait sûrement le sentir physiquement à présent, mon désir grandissant pour elle. « Je t’aime comme un fou ». J’embrassais ses épaules et la débarrassais de son soutien-gorge. Je laissais le désir prendre possession de mon corps et mes lèvres embrassèrent la naissance de sa poitrine tandis que mes mains passaient dans son dos, dans le creux de ses hanches. Je récupérais ses lèvres. J’avais chaud, j’avais tellement chaud. Je grognais. Je ne savais pas que j’étais capable de ça. Je repris le dessus, caressant sa peau si douce. Une main vint entrelacer mes doigts avec les siens, embrassant le dos de sa main, lui souriant tendrement. Je retournais à ses lèvres, ces derniers descendants dans son cou. Au bout d’un moment, je la découvrais enfin complètement nue, me retrouvant moi aussi en tenue d’Adam. Elle était parfaite, elle a toujours été parfaite. Je l’embrassais fougueusement. Je sentais le moment venu afin de ne faire qu’un. Je pris sa main afin d’entrelacer nos doigts, je l’embrassais dès l’instant qu’elle grimaçait, désirant lui faire oublier la douleur. « Pardon, tout va bien, je t’aime Ava ». Je tentais une nouvelle fois, espérant qu’avec le temps qu’elle aurait moins mal. Je plongeais mon regard dans le sien, qu’est-ce que je l’aimais. J’étais fou d’elle, elle était ma femme.


ALASKA.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Mar 23 Juil - 21:43


Just say yes
« with Nate & Avalon »

Voilà que nous avons pris un engagement, dieu nous lie, nous n'avons plus d'autres possibilités que d'être ensemble pour toujours maintenant.E je crois que c'st ce que nous avons toujours voulu après tout. Nous n'attendions que ce moment, nous deux. On peut dire pour nous a définitions de l'amour, c'est comme cela. Et puis pour ma part je suis presque sûre que notre union ne peut-être que bénéfique pour nous. Je n'arrive pas à y croire, je suis mariée et avec l'homme que j'ai toujours aimé, c'est tout bonnement le plus beau jour de ma vie et la nuit que nous nous apprêtons à vivre risque d'être excellente aussi. Je ne sais pas comment je ferais si je n'avais pas mon Nate à mes cotés, il est on tout et je ne supporterais pas de le perdre, j'ai trop longtemps vécu à ses cotés pour ne plus l'avoir près de moi. Il m'apporte la paix dans mon âme et la promesse d'une vie simple, bonne, nous vivons pour la même chose et nous vengerons nos familles pieuses et mortes pour des causes qui ne regardaient qu'elles et non le gouvernement. Nous avançons lui et moi ensemble et nous ne sommes pas près d'arrêter ce que nous faisons, personne n'est capable de nous reconnaître Dieu croit en nous et nous auront la place que nous mériterons auprès de lui lorsque le moment sera venu, je n'ai plus aucune peur à ce sujet. Cela ne nous effraie pas la mort, nous sommes forts, invincibles tous les deux. Et puis si nous devions mourir alors cela voudra dire que notre place à présent au coté du seigneur pour le servir ailleurs que sur terre, notre temps sera fait. Cette vie sera parfaite comme nous l'avons toujours rêvé. Je ne voudrais personne d'autres auprès de moi, je ne pourrais pas aimer une autre personne, je serais fidèle jusque dans la mort, la maladie, l'absence et tous les maux qui pourraient nous torturer.

Le décor semble irréel, j'ai l'impression d'être dans le cottage où nous avons grandi. L'irlande, notre île, elle me manque tellement, j'ai l'impression d'avoir un peu d'elle ici, même l'odeur des bougies allumées semblent vouloir me dire que nous sommes bénis. Rapidement les choses entre nous changent, elles semblent plus tendues et plus fusionnelles. Je ne saurais dire comment mais en tout cas elles nous entraînent dans le tumulte des passions e soir se joue notre vie, si nous voulons un enfant c'est surement le meilleur moment pour les concevoir, je ne sais guère si e avoir un durant ce contexte est une bonne idée, mais il nous faut un héritier pour qu'il perdure si cela continue. Je veux des enfants et je ferais tout le protéger ma famille, je donnerais ma vie pour cela, il n'y a aucun doute. Nos vêtements tombent, je me retrouve en sous-vêtements pour la première fois devant les yeux d'u l'homme pas n'importe lequel, mon bien aimé. Je l'attire sur moi. je me donne à lui, m'allongeant sur le lit, je me livre.. Je l'embrasse répondant avant autant de passion je l'aime à mourir.Je ressens ce que nous n'avions point le droit d'avoir. Le désir, c'est nouveau, là en bas du ventre c'est juste.. envoûtant, on ne pourrait guère lui résister. Nos corps entament une danse sur le lit, sans pour le moment s'unir. Je sens ses baisers, son amour.. ses caresses. Il se couche à nouveau sur moi je sens ses mains sur mes cuisses. Il saisit mes mains et es serre, c'est à ce moment que je le sens en moi. Je gémis, pas de plaisir, de douleur. J'ai mal. Atrocement mal. Je gémis, grognant de douleur. C'est douloureux, je m'y attendais, quelle femme ignore que la première unions est douloureuse et désagréable. Je sens les larmes monter à mes yeux, est-ce de l'émotion ou de la souffrance ? Un mélange de deux je présume. Je sens mon coeur s'accélérer. Je sens l'amour. Nate tente de me rassurer. Je tente un léger sourire, mon souffle est haletant par la douleur. " Je t'aime tout autant mon amour " Je serre ses mains fort.. j'attend que la douleur passe.. c'est long et pénible. Je serre les dents, mon visage dans son cou. Puis elle diminue doucement. Je soupire d'aise. Mes mains se détendent, mon corps réclament d'avantage. Plus de plaisir, il contrôle ma pensée mais aussi ma raison, je ne pourrais pas cesser si je le désirais. Le plaisir de la nuit se fait long et délicieux. Je n'aurais point le plaisir de jouir comme lui, la douleur du début le bloquant. Je l'embrasse tendrement. Je me rend compte que je tremble. Je souris légèrement, me décalant sur le coté. " Tu me rendras folle.. combien je suis heureuse, tu n'imagines pas ! J'ai m^me du mal à y croire. "
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: It's funny how I find myself In love with you | Nate   Dim 28 Juil - 18:25





Ava & Nate.




it's funny how I find myself in love with you.

C'était ainsi depuis toujours. Tout se passait comme je l'avais imaginé, à l'exception que tout notre village ne s'était pas réunis dans la cathédrale, mais nos parents étaient là, ils étaient peut-être mort, mais ils étaient présents pour nous voir nous unir devant Dieu. Elle était ma femme à présent, c'était ce qu'il y avait de plus logique. Avalon était tout pour moi et avec nos occupations, nous pouvions y laisser la vie, on pourrait être reconnus et livrés au gouvernement. Si ce jour devait arriver, je serais heureux de me dire qu'au moins, nous avons été unis, nous nous retrouverons au paradis en tant que mari et femme.  Je ne pouvais décrire ce que j'ai ressenti lorsque je l'ai vue descendre l'allée. Une voix intérieur n'a cessé de me dire "C'est elle, ça a toujours été elle" et c'était le cas. J'avais passé du temps dans ce cottage à la sortie de la ville. Je voulais que cette nuit de noce soit parfaite, qu'elle se sente à l'aise et surtout, que ce soit romantique. Disons que c'était surtout une excuse pour faire quelque chose, car j'étais vraiment nerveux à cette idée. Bien sûr que j'en avais envie, je l'aime comme un fou, mais nous sommes tout les deux inexpérimentés dans ce domaine et j'avais peur. Toute notre vie, nous avions entendu nos aînés nous répéter que désirer quelqu'un était mal, que c'était la tentation du diable et à présent que nous allions nous marier, nous étions libéré de cet interdit, car il nous fallait avoir des enfants. J'étais nerveux et excité, une ambivalence de sentiments des plus troublante. Lorsqu'Avalon découvrait les lieux, elle semblait heureuse, ce qui m’ôtait un poids, j'avais l'impression que tout se jouait ce soir alors que ce n'était pas le cas. Nous étions fusionnel sur tous les termes, mais je ne cessais de me demander si nous étions fusionnel sur ce plan là aussi. Si ce n'était pas le cas, mes sentiments demeureraient certes inchangés, mais j'avais si peur de la décevoir, de ne pas être le mari dont elle rêvait depuis toujours. J'essayais d'oublier mes peurs, de seulement profiter de ces noces, du bonheur d'être enfin marié avec elle. Nos vêtements tombaient, il semblerait qu'elle soit aussi effrayée que moi. Nous nous embrassions, le désir montait tout comme la chaleur dans cette pièce. Nous nous découvrions nu pour la première fois, nos corps se cherchaient sur ce lit, nos baisers se faisaient plus fougueux, chacun désirant la chair de l'autre. Nos mains se liaient et enfin, nous nous unissions charnellement. Elle gémissait, la douleur sûrement. Mon unique désir était de la lui faire oublier, je lui murmurais des "je t'aime" je tentais de la rassurer. Je ne savais pas m'y prendre autrement, j'aimerais que sa douleur cesse, je vis les larmes dans ses yeux. Je pris son visage entre mes mains, bougeant lentement "Ne pleure pas, je t'aime, je suis désolé..." Je l'embrassais tendrement, mais ce baiser devenait plus fougueux à mesure de notre ébat, je commençais à ressentir du plaisir tandis que mon épouse se détendait un peu. Mes lèvres passaient dans son cou puis sur sa poitrine. Je voulais qu'elle en ressente autant que moi. Je mordais sa lèvre, échappant un grognement. C'était une nouvelle sensation, quelque chose que je découvrais après toutes ces années et ce n'était plus pêché. La nuit dure un moment jusqu'au plaisir ultime, je l'embrasse tendrement tandis qu'elle se décalait sur le côté, lui rendant son sourire. Je me redressais pour la regarder, caressant sa peau douce, son visage, son cou "Vraiment ? Oh Ava je t'aime, je t'aime tellement, je suis fou de toi. Moi non plus, je n'arrive pas à croire que nous sommes enfin mariés" J'entrelaçais mes doigts avec les siens, regardant nos alliances "Ce sera pour toujours mon amour, toi et moi, comme ça a toujours été". Je lui volais un baiser "Je n'ai jamais voulu te faire mal, pardonne moi, prions que les prochaines fois ne soit pas aussi douloureuses..." Je la regardais tendrement.

ALASKA.


Revenir en haut Aller en bas
 

It's funny how I find myself In love with you | Nate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Critique : It's Kind of a Funny Story
» gps 276c touche "find"
» Problème avec Java
» Présentation sNipe_sCk
» Game Maker HTML 5, topic officiel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-