AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]   Mer 3 Juil - 21:28



Revenir en Nouvelle-Orléans était assez compliqué pour Blaze, il ne s'y sentait pas à sa place. Tout ce monde qui était avec leur proche ou bien en dispute avec d'autre, non, ce n'était pas pour lui tout ça. Bizarrement c'était quand il s'était retrouvé à New-York pour une quelconque raison pour aller sauver une certaine petite brune des mains d'une bande de crétins. Soupirant, Blaze sortit de son lit et regarda dehors par la fenêtre, impossible de dormir. Il faisait encore nuit noir dehors et pourtant c'est comme s'il était réveillé depuis trois heures. En pleine forme. Passant sa main dans ses cheveux, il se dirigea vers la salle de bain où il prit une douche chaude pour essayer de se délasser. Il ne pouvait garder les yeux fermés, à chaque fois le visage d'Ange ne faisait que de revenir pour lui faire du mal. Ca le rendait fou. Tapant son poing contre le mur, une douleur se fit ressentir mais pas aussi immense que celle qu'il avait quand il voyait Angélique. Pourquoi est-ce que son visage lui revenait à présent alors qu'il avait passé six siècles à peu près loin d'elle et sans y penser ? Pourquoi maintenant ? Blaze regretta son côté impulsif et regarda son poing prendre un peu de volume. Grognant, il sortit de la salle de bain une serviette autour de la table puis alla mettre sa main dans un truc froid. Il s'assit sur son fauteuil puis regarda le plafond. Ne pas dormir, ne pas dormir. Et pourtant, il en mourrait d'envie. Mais s'il dormait, le risque que le brun prenait était de revoir le visage de la fille qu'il avait changé en Panda Roux. En y repensant, lorsqu'il avait vu cette petite bête rousse dans les montagnes, il l'avait trouvé mignonne et belle, mais quand il voyait que c'était maintenant à ça que pouvait ressembler Angélique, ça le répugnait.
Se reprenant, il se leva puis retourna dans sa chambre où il s'habilla chaudement, oui oui, on était en Nouvelle-Orléans, mais Blaze partait pour New-York, il voulait y retourner. Il sentait qu'il devait y aller, alors puisqu'il n'arrivait pas à dormir, autant faire quelque chose. Le beau brun regarda sa montre : 4h30. Parfait ! Sortant de chez lui et fermant derrière, il prit sa voiture et se dirigea hors des limites de la ville. Cependant, il se souvenait plus que le trajet était si long. Ce qui ne l'empêcha pas d'arriver au bout de son périple quand même. Oui, s'il y allait ce n'était pas pour rien, il avait une raison à son départ.

Blaze arriva une journée plus tard en comptant les arrêts et puis les pauses par-ci par-là. Le fait de conduire l'avait fait changer de penser. Il s'était concentré sur une chose et non pas que sur la jeune femme qui lui avait été bénéfique dans le temps. Monsieur Darwin était bien content d'avoir fait cette virée en voiture, même si ça lui avait coûté un bras, il était cependant soulagé de pouvoir penser à autre chose et voir un différent paysage. Pourtant, le beau ténébreux ne s'arrêta pas à l'entrée de New-York, non il s'arrêta un peu plus loin, pour ne pas se faire "repérer" des monstres qui pouvaient s'y trouver. Il voulait essayer de se faire discret pour ne pas attirer l'attention sur lui. Regardant autour de lui avant de sortir, Blaze ouvrit la porte et se retrouva dehors dans un froid comme il l'avait ressenti quand il était venu ici. Sentant ses poils se hérisser, Blaze remonta sa fermeture jusqu'au cou, puis ajusta correctement son bonnet pour commencer à marcher. Le Nightskeeper marchait vers un endroit qu'il n'aurait jamais pensé aller, mais c'était sur le coup de la pulsion, encore une fois. Il se retournait de temps à autre pour savoir si un zombi ou autre ne le suivait pas pour assouvir ses souffrances.
Blaze se retrouva près d'un ancien parc, d'ailleurs l'odeur lui était insupportable à renifler. Rentrant sa tête dans son blouson il essaya de ne pas savoir d'où pouvait provenir cette odeur même si au fond de lui, il savait ce que c'était. Avalant difficilement sa salive, il continua son chemin jusqu'à ce qu'il entende des pas derrière lui, des pas qui se rapprochait trop vite à son goût. Il se retourna et vit une petite fille courir dans sa direction. Qu'est-ce qu'une enfant pouvait bien faire à New-York en pleine nuit et seule ? La regardant s'approcher, Blaze l'attrapa avec son bras et lui mit sa main devant sa bouche. "Chut, ne fais pas de bruit. Je ne pense pas que tu voudrais qu'un zombis vienne te manger." Lorsque celle-ci hocha la tête, Blaze la relâcha mais enferma sa main sur son bras pour ne pas la laisser filer. Il devait bien y avoir quelqu'un avec elle. Se penchant vers elle, il lui fit un sourire. Qui l'eut cru d'ailleurs, auparavant il s'en serait foutu de voir une gamine toute seule en train de courir pour aller Dieu sait où. Alors que maintenant, il essayait de la garder près de lui pour ne pas qu'un zombi ne puisse la bouffer. "Y'a quelqu'un avec toi, n'est-ce pas ?" Alors qu'il lui posait la question, il entendit une autre rafale de pas. Se remettant droit et gardant la petite près de lui, il regarda la silhouette s'approcher d'eux. Trop vite. Bien trop vite. Et l'effet fut comme une gifle pour Blaze. Il n'arrivait pas à y croire. Il secoua la tête, ouvrit et ferma les yeux plusieurs fois, mais non, il n'hallucinait pas. Angélique se trouvait bien devant lui. Une rage mais aussi une culpabilité prirent place en lui. Il essaya de se contenir pour ne pas exploser et surtout pour ne pas la revoir partir encore une fois, comme il y a six cents ans plus tôt. Lui faisant face, il la regarda déterminé mais aussi coupable de ce qu'il avait bien pu lui faire. Cependant, aucuns sons ne sortis de sa bouche et l'emprise qu'il avait sur la petite fille s'était faite plus forte. A croire que finalement, il y avait toujours un destin ici. Pff. Ce n'était pas ce que croyait Blaze, mais il devait quand même avouer qu'il n'était pas arrivé ici par hasard. Malheureusement ou heureusement ? Ça, il allait bien vite le savoir.
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]   Sam 13 Juil - 22:21





Son cœur battait la chamade, affolant son pouls et couvrant son corps d'une fiche couche de sueur froide. Elle revoyait son visage, à lui. Ce bourreau qui avait volé sa vie. Non, l'un des deux visages semblable, qui avait volé sa vie. La peur s'inscrivait dans la moindre parcelle de son être et son souffle prenait panique. Elle se savait prisonnière d'un cauchemar, mais l'ange ne pouvait qu'attendre que tout cela passe et qu'enfin, son réveille la sauve des griffes machiavéliques d'un capitaine dégoûtant.
Lorsque ses paupières s'ouvrirent, elle resta un instant hagard. Perdu quelque part entre les brumes de son rêve et la réalité si différente. Elle ne comprenait pas la raison de se souvenir. Elle avait cessé de réfléchir au passé, jusque dans son sommeil et pourtant, il semblait l'avoir rattrapé en cette nuit, soudainement, désagréable. Ressentant le besoin de s'identifier à la vie qu'elle se construisait depuis que sa forme animale l'avait libéré, Angélique glissa à l'extérieur de ses couvertures et pieds nus se rendit rapidement à la chambre de sa gamine.

Imaginant les traits de son visage, pour mieux effacer les leurs, un léger sourire se forma sur ses lèvres, adoucissant son regard. Elle entrouvrit la porte pour mieux vivre un choc. L'odeur n'était pas présente. Enfin, si, mais elle datait déjà de quelques heures. Figé sur place, elle dû attendre plusieurs secondes, avant de pouvoir entrer dans cette chambre et s'approcher du mot qui trônait sur le lit parfaitement fait. Sa vue perçante, lui permit de découvrir la fugue de la petite, partie rejoindre la tombe de ses parents. Son cœur rata un battement. Elle était... À New-York? Se désert de glace qu'elles avaient fuit quelques mois plus tôt?

Son estomac se souleva de protestation et elle dû ce recroqueviller quelques secondes. Sans réfléchir, elle attrapa les racines et les fruits qu'on lui réservait, les jeta dans un sac et baluchon sur l'épaule, sortie de l'appartement qu'elle partageait avec Faith. La chaleur la fit frissonner et sa peau déjà moite sembla protester contre le traitement que la température lui faisait subir. Habituer au froid des hautes mers et de l'Himalaya, Ange regrettait les températures plus hivernal. Ce qui ne l'empêchait pas de se demander si sa fille vivait toujours où si elle était morte au détour d'une ruelle.
Plus de cinq heures plus tard, elle roulait vers cette ville maudite, au volant d'une voiture volée. Maudissant l'enfant de tous les mots vulgaires qu'elle connaissait. Qu'est-ce qui l'avait prise de s'attendrir devant la fillette? Elle était inconsciente? Tout ce qu'elle récoltait en se liant aux autres, s'était de la douleur et de la peur! N'avait-elle pas déjà appris sa leçon.

Enfin, la ville se dessina et c’est en roulant sur un regroupement de créatures répugnantes qu’elle fit son entrée. L’instant d’après, elle abandonnait la voiture et courrait jusqu’à en perdre haleine. Se servant de son odorat surdéveloppé pour suivre à la trace la fillette démoniaque. Elle la trouva rapidement et suivi sa piste sans problème. Elle sentait la menace qui l’entourait et pressa le pas. Elle savait que l’odeur aurait raison de son estomac, une fois qu’Ange pourrait prendre sa fille dans ses bras. Elle ne s’enfonçait pas moins dans la puanteur, jusqu’à trouver ce qu’elle cherchait.

Quelqu’un semblait la retenir ou la protéger, elle ne le savait pas vraiment. Elle n’en avança pas moins, mue par l’instinct de protection qui se propageait rapidement dans ses membres. Rapidement, toutefois, une nouvelle odeur la troubla. Elle connaissait cette personne… Elle… Ne voulait pas le reconnaître et pourtant, les images de son cauchemar lui revinrent de plein fouet. Il était beaucoup plus jeune que dans ses souvenirs et certaine chose avait changé, mais il lui ressemblait tellement… Un nom lui chatouilla le bout de la langue et Angélique ralentit en arrivant à leur hauteur.

Ses yeux s'étaient durcis. Il avait vieilli. Il était loin l'enfant qu'elle avait voulu cajoler. Une douleur qu'elle croyait éteinte sembla brûler de nouveau et si elle avait été seule, elle se serait laissée allez, à hurler tout ce qui lui passait par la tête. Mais, pour le bien-être de sa petite Cyrielle, elle avait besoin de prendre sur sa personne. Ses yeux quittèrent, enfin, le visage de l'homme pour mieux détailler la jolie blonde. Elles étaient si semblables, qu'on la prenait réellement pour sa mère ou sa sœur, selon le cas. Tendant la main en un geste réconfortant, elle braqua néanmoins de nouveau son regard sur ce... Enfin, vous aurez comprit. « Rend moi, ma fille... » Le temps comptait, ils n’étaient pas seule, mais elle ne pouvait se montrer civiliser. Les souvenirs l’asseyant en un mélange doux et amer. Elle avait l’impression de retrouver quelqu’un d’important, ainsi que de tomber sur son pire cauchemar en même temps. Un mélange étrange, ange devait l’avouer.


_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]   Jeu 25 Juil - 23:13



Pourquoi est-ce que son visage lui était revenu quelques semaines auparavant et qu'il ne quittait pas ses pensées ? Pourquoi maintenant ? Il avait réussi à s'en passer pendant plus de six siècles, alors pourquoi cet acharnement sur ce ci doux visage. Blaze était vraiment à côté de la plaque, il avait changé la fille qu'il aimait le plus au monde en panda roux et n'avait plus jamais revu sa frimousse et maintenant... maintenant voilà qu'il rêvait d'elle et que quelque chose l'avait mené à New-York. Plus rien n'allait dans la vie du jeune Darwin. Si on peut dire jeune. Bref, le beau brun était maintenant dans les rues de New-York en proie d'attendre cette chose qui allait se passer. Un instinct. Et puis surtout c'était le quartier des enfants où auparavant ils allaient jouer. Pourquoi cet endroit ? Secouant la tête, il vit une personne courir mais pas n'importe quelle personne, une enfant. Qui pouvait bien laisser son enfant dans les rues de cette ville fantôme et dangereuse sans protection ? Blaze sentait en lui l'instinct de protection monté quand il arrêta la petite dans sa course pour lui demander ce qu'elle faisait ici. Blaze recevait une sorte de décharge en touchant le bras de la petite. Quelque chose arrivait et ce n'était pas n'importe qui non plus. Cette silhouette, cette personne, cette odeur de panda roux, cette chevelure qui se secouait dans tous les sens. Non... Blaze resserra son emprise sur la petite. Non, ça ne pouvait pas être Angélique. Et pourtant, quand il la regarda arriver, s'arrêter et lui faire face... toutes sortes de choses lui revinrent en tête. Le jour où il l'avait transformé, les jours qu'ils avaient passé ensemble en riant et se serrant dans les bras. Les moments uniques qu'ils avaient partagé et le moment où tout avait changé. Blaze en avait une boule dans la gorge mais se sentir agressé comme le faisait la jolie blonde, très peu pour lui.

Ce qui le scotcha encore plus sur place, c'était le fait de savoir que la petite fille qu’il tenait par le bras et qui apparemment ne voulait pas rejoindre Angélique, était sa fille. Il était sur le cul, comment pouvait-elle avoir eu un enfant ? Après tout ce qu'elle avait vécu étant jeune, Darwin ne pensait pas qu'elle aurait été capable de faire ça. Secouant la tête et redevenant le mec sans émotion, il garda la main de la petite dans la sienne et s'avança d'un pas pour être encore plus proche de la jolie Ange. "Oh, ta fille ? Tu m'expliques pourquoi elle ne veut pas venir te voir ?" Il ne prenait pas de pincettes avec elle. Elle était froide, il allait être froid. Il ne fallait pas s'attendre à ce que Blaze soit gentil tout mignon avec elle, non, il avait d'autre chat à fouetter et pourtant tant de souvenirs lui montaient en tête qu'il ne savait plus comment réagir. S'approchant encore un peu plus pour sentir son souffle sur sa peau, il la regarda d'un regard noir sans pitié et sans émotion. "Pourquoi ta soit-disant fille était seule dans ces putains de ruelles, Angélique ? Pourquoi ? Tu parles d'une mère." Ouais, peut-être qu'il y allait plutôt fort mais bon, il ne savait pas par où commencer et ni comment être avec elle. Alors vu que celle-ci était si heureuse de le revoir, Blaze allait lui faire savoir combien il était content également. Seulement le temps pressait. D'autres créatures pouvaient se pointer à un moment où un autre et ce n'était pas au goût du jeune homme. Prenant la petite dans ses bras, il partit en direction d'une autre ruelle pour être en quelque sorte en sécurité. Des zombis approchaient et ce n'était pas que le beau brun voulait se salir mais il avait quelque chose à régler avec une certaine Angélique Nikos. Reposant la petite à ses côtés et en écoutant les reproches de sa mère envers lui pour qu'il la repose, Blaze se retourna vers elle violemment qu'elle se percuta dans lui puis la retint par le bras pour ne pas qu'elle tombe puis la relâcha ensuite, comme si il avait reçu une décharge. Puis, ajoutant de sa voix la plus mesquine possible. "Moi aussi je suis content de te revoir, ma chère !" C'était de la pure ironie mais bon, que pouvait-il y faire. Entre ces deux-là la parole n'allait pas être facile à avoir, en plus d'avoir une gamine dans les pattes. Les trois se retrouvaient à New-York, entourés de nombreuses créatures diverses qui pouvaient se pointer là où ils étaient actuellement, pour ressasser le passé de six siècles. Ca n'allait pas être facile pour la petite, ni pour Angélique et encore moins pour Blaze d'entendre tout ça. Et pourtant, il semblerait que le temps soit venu aux explications.
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]   Mer 31 Juil - 15:33





Elle ne pouvait pas croire ce qu’elle voyait. Cette silhouette, ces traits, ce regard… Non, ça ne pouvait être vrai. Et pourtant, qui était-elle pour douter de ses perceptions? Il ne pouvait tout de même pas être un sosie? Si?  Envahi par l’espoir qu’il ne soit qu’un vague fantôme revenu la hanter, elle s’approcha de l’homme qui retenait sa fille, l’inquiétude et la peur bien encrer dans son ventre. L’ange aurait préféré la retrouver recroqueviller de peur, plutôt qu’entre les mains de celui, qui plus elle s’approchait, plus se montrait comme étant la personne qu’elle ne voulait pas revoir. N’aurait-il pas pu tout simplement mourir de vieillesse, il y a quelques siècles?
Consciente de tout ce qui avait changé sur ce gamin, devenu adulte, elle se retrouva soudainement submergée par les souvenirs de sa tendresse pour lui et les gestes brutaux d'un autre, lui ressemblant trop, physiquement parlant, pour qu'elle ne le repousse pas. Le cœur au bord des lèvres, elle cru que son corps la forcerait réellement à vomir d'appréhension. Toutefois, elle arriva à la bonne hauteur et ne pu que tout refouler. Être forte, pour la gamine qui semblait apeurer de par les monstres qui se rapprochaient.

Exigeant qu'on lui rende sa fille, elle observa, dans la pénombre, le visage de ce gamin, essayant de l'associer à autre chose que les mains répugnantes parcourant son corps. L'espace d'une fraction de seconde, elle cru revoir le gamin qui quémandait son attention, l'instant d'après c'était les traits dures d'un homme qui remplaçait cette vision. Tout pour l'énerver. Elle eu un infime geste de recule, que seule Cyrielle sembla remarquer, lorsque Blaze s'en approcha. « Oh, ta fille ? Tu m'expliques pourquoi elle ne veut pas venir te voir ? » Cette attaque eu pour effet de la mettre sur la défensive. S’il pensait qu’elle était froide, c’est qu’il ne réfléchissait pas plus loin que le bout de son nez. Angélique n’était tendre et chaleureuse qu’avec sa fille. Et ce, depuis que lui et son père avait quitté sa vie. De plus, elle avait été un animal près de six siècles, la chaleur elle ne connaissait pas réellement. « Pourquoi ta soit-disant fille était seule dans ces putains de ruelles, Angélique ? Pourquoi ? Tu parles d'une mère. » Intérieurement, elle bouillait. Prête à le démonter, lui et son visage qui hantait ses cauchemars. Comment pouvait-il se montrer aussi... Le souffle sur sa peau eue un effet paralysant, elle le laissa même l'a traîné vers un lieu légèrement plus sécuritaire, sans s'en rendre compte.

Reprenant une certaine contenance, elle ne pu qu'exiger à nouveau qu'il relâche sa fille. Ce qu'il fit, mais soudainement, elle se retrouva contre lui. Trop près pour le bien-être de son cerveau... Déjà fortement malmené par l'éveille des souvenirs lier à leur retrouvailles. Le contact de sa main sur son bras la brûla. Elle en gémit même de douleur, tout en s'éloignant vivement. « Moi aussi je suis content de te revoir, ma chère ! »  Attrapant sa fille par les épaules, la petite vient se cacher contre elle. Se rassurant de sa présence. Tandis, qu'inconsciemment, Ange caressait ses cheveux, le regard fixé sur l'intrus. Soudainement, son geste emplit d'amour, elle repoussa la petite et essuya ses larmes. « Ma chérie... Je n'ai qu'une chose à dire à ce monsieur. Après, nous partirons. Je t'en fais la promesse. » L'instant d'après, elle s'approchait de Blaze et sans dire un mot, lui balançait son poing dans la figure. Pas une petite droite de fillette, un vrai coup de poing et enchaînait sur plusieurs coups qui eurent l'effet de surprise pour aider à atteindre leur cible.

« Ne t'aventure jamais, sur le sujet de ma maternité! C'est bien la seule chose que ta famille ne m'a pas volée! » Lui tournant le dos, juste avant de lui cracher au visage, elle prit la main de sa fille et continua de marcher, pressant le pas. Son nez l'avertissant des zombies qui se rapprochaient. À peine avait-elle fait quelques mètres, qu'elle ne pu continuer. L'image d'un garçon lui sautant au coup en souriant la bloquant sur place. Sans se retourner, elle lança : « Si finir comme viande cru offerte au menu ne t'intéresse pas, je sais où allez... » Ange souleva Cyrielle, qui s'accrocha de toutes ses forces et se mit à courir, elle savait où se rendre. Son appartement avait été scellé, s'ils avaient de la chance, il le serait toujours.

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]   Jeu 1 Aoû - 22:53



Bon, finalement, ce n'était pas vraiment de merveilleuses retrouvailles. Enfin, Blaze s'y attendait un peu. Il ne fallait pas croire qu'il lui aurait sauté dans les bras et l'aurait serrée tout aussi fort qu'il le pouvait -sans lui faire mal bien sûr- non ça n'était tout bonnement pas possible. Enfin, qui pourrait espérer d'heureuses retrouvailles face à ce qui leur était arrivé à tous les deux ? Personne. En tout cas, vu comment ils commençaient à se parler, ça n'allait pas continuer sur la bonne voie. Blaze essayait de faire abstractions de tant de souvenirs qui lui faisaient rage dans sa tête pour être mis à jour. Sauf qu'il était plus fort et décida de ne rien laisser paraître. Ses sentiments ne devaient pas agir, du moins pas maintenant, il n'était pas prêt à affronter ça. Le beau brun était donc face à cette magnifique blonde, qui lui rappelait tant de bonnes choses, mais il savait qu'il ne devait pas espérer d'être accueilli comme un roi. Non, ça allait plutôt être le contraire. D'ailleurs, les remarques fusaient et le jeune homme ne se faisait pas prier pour les lui faire. Puis, des bruits attirèrent son attention et il décida d'emmener la petite et Angélique dans un endroit "plus sûr" enfin, rien n'était sûr ici. Mais ça suffirait pour avoir une explication avec sa chère et tendre Ange qui lui résistait comme un roque.
Celle ci lui demanda de relâcher sa fille, il finit par le faire et quand Blaze lui saisit le bras, le bruit sourd d'un gémissement retint son intention. C'était Angélique qui venait de faire ce bruit. Il s'en voulut pendant un quart de seconde qu'il laissa malheureusement transparaître sur son visage. Puis une fois qu'elle éloigna sa fille de lui, le jeune homme se sentit de nouveau libre de ses mouvements. Sentir le souffle d'Ange trop près de lui le paralysait et se sentait démunie sans rien laisser voir pour autant.

Mais il ne s'attendait pas à ce qu'Angélique le frappe. Ca non. Blaze ne savait pas qu'elle aurait osé lever la main sur lui et le frapper. Un rictus s'installa sur son visage et il porta sa main à l'endroit où il avait reçu un coup. Cette fille était bien plus féroce qu'il ne s'y attendait. Elle avait tant changé. "Je ne t'ai jamais rien volé. MON père t'a volé ce que tu as perdu. Moi, je n'ai rien fait !" Cependant, il ne poursuivit pas, sentant la colère le submerger par toutes les émotions qui refaisaient surface. Il la vit tourner les talons et prendre sa fille par la main puis se stopper net. Blaze secoua la tête en entendant sa phrase et la voyant courir dans une direction. Le beau brun regarda dans la direction opposée. Il soupira et se mit à courir derrière Ange. Cette fille le rendait dingue. Dingue à ne plus en dormir la nuit et à l'avoir dans ses rêves. Elle l'obsédait à un point... Blaze la rattrapa en quelques foulées et la suivit sans décrocher un seul mot. C'est une fois arrivé que Blaze reprit possession de sa force. Il attendit que la petite soit un peu plus éloignée et entraîna Angélique avec lui. Blaze la plaqua -doucement quand même- au mur et approcha son visage du sien en tenant ses deux bras fermement. "Je ne t'ai rien volé, Ange. Rien. Tu m'as repoussée. Tu as repoussé le petit garçon qui voulait juste un peu d'intention à ton égard. Juste un petit peu, histoire d'avoir de la compagnie, de se sentir aimé. Et toi ? Toi ! Tu m'as repoussé lâchement croyant que j'étais la copie conforme de mon père ! Alors ouais, je t'ai transformée en panda roux. En panda roux ! Je me revois le faire, c'est horrible !" Il s'arrêta deux secondes puis planta son regard dans le sien en approchant dangereusement son visage du sien. "Ne t'avise, plus jamais, de dire que je t'ai volé quelque chose. Tu as bien compris ?" Ce n'était pas des menaces, loin de là, mais Blaze se sentait trahit d'entendre ça de sa part. Elle qui l'avait soutenu et avec qui il avait pu se sentir proche, se sentir aimé. Secouant la tête et reprenant ses esprits, il la lâcha et recula de plusieurs mètres. Il regarda alors la petite fille et fit un mince sourire. "Je suis désolée de t'emprunter un peu trop ta maman, ma puce." Oui, le beau brun avait un comportement différent avec la petite fille qui se trouvait à ses côtés. Puis, il releva la tête et croisa le regard d'Ange. Et il baissa ses défenses, sans savoir pourquoi, Blaze sentit ses propres défenses baisser face au regard de sa jolie blonde.
Revenir en haut Aller en bas


Sink me in the river at dawn

Féminin
↳ Nombre de messages : 5907
↳ Points : 457
↳ Date d'inscription : 14/09/2012
↳ Age : 23
↳ Avatar : Natalie Dormer
↳ Age du Personnage : 176 ans
↳ Métier : Responsable du Blanchiment d'argent & petit plus, de la Menrva.
↳ Opinion Politique : *Insérer une bombe ici* Quel gouvernement?
↳ Niveau de Compétences : Niveau 3, 4 en transformations et mère de l'année et 1, faiblesse à l'argent.
↳ Playlist : Black Roses by Clare Bowen. Follow me down by The pretty reckless.
↳ Citation : « Nights avoiding things unholy, Your hand slips across my skin. I go down on you so slowly, Don't confess none of your sins. »
↳ Multicomptes : Sigrid K. Lenaïk
↳ Couleur RP : peachpuff



Feuille de perso
↳ Copyright: Yourdesigndiary
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]   Mer 14 Aoû - 19:09





L'onde de choc résonnait encore dans les os de sa main, remontant le long de son poignet et chatouillant, son avant bras. La colère bouillait à l'intérieur de son crâne, à mesure qu'elle éloignait les images répugnantes qui la hantaient soudainement. Elle ne regrettait pas de l'avoir frappé, mais n'y retirait aucune satisfaction. Elle se contenta de le lancer répliquer, avant de tourner les talons et de s'emparer de sa fille. L'ange avait l'intention de s'enfuir. De le laisser se faire manger par une bande de zombie à l'haleine fétide et aux dents carriers, si ce n'était pourrissant. Mais, du coin de l'œil cette silhouette eue le pouvoir de faire renaître d'autres images...

Sa main caressant une tignasse déjà dépeigné et le sourire sincère du jeune garçon, alors, qu'il la regardait avec tendresse. Toutes ses fois où elle l'avait prise dans ses bras, avec amour. Si elle pouvait abandonner l'homme qui ressemblait à son père et semblait aussi hargneux que ce dernier, elle ne pouvait se résoudre à laisser ce petit garçon, qu'elle avait toujours aimé, mourir d'une façon aussi horrible. L'invitant à la suivre, elle continua sa route, entendant les paroles qu'il lui avait jetées à la figure, tourner en boucle dans sa tête. « Je ne t'ai jamais rien volé. MON père t'a volé ce que tu as perdu. Moi, je n'ai rien fait ! »
Sa Cyrielle dans ses bras, elle fini par arriver dans la cage d'escalier qui mènerait à son ancien appartement. Elle laissa la fillette s'éloigner légèrement, se dirigeant instinctivement vers le lieu qui leur avait sauvé la vie quelques mois plus tôt. La seconde suivante, elle se retrouvait plaquer contre un mur, figé sur place. Le souffle de Blaze lui balayant le visage, son propre corps raidit et terrifier. Elle n'avait jamais surmonté sa peur des hommes et bien qu'il n'ait pas été des plus brusques, il n'avait su que la pétrifier sur place. Elle s’apprêtait à se débattre, mais se contenta de ne plus bouger. Sentant que le moindre mouvement déclencherait des larmes, qu’elle ne voulait absolument pas, lui montrer. « Je ne t'ai rien volé, Ange. Rien. Tu m'as repoussée. Tu as repoussé le petit garçon qui voulait juste un peu d'intention à ton égard. Juste un petit peu, histoire d'avoir de la compagnie, de se sentir aimé. Et toi ? Toi ! Tu m'as repoussé lâchement croyant que j'étais la copie conforme de mon père ! Alors ouais, je t'ai transformée en panda roux. En panda roux ! Je me revois le faire, c'est horrible ! » Si elle ne tremblait pas, s’était dû à ses nerfs, tout aussi terrifier par son contact et la proximité de son visage, elle n’eut pas moins un mouvement de recul, lorsqu’il s’approcha davantage. Mouvement que la colère qu’elle sentait dans ses paroles, l’empêcha de remarquer. « Ne t'avise, plus jamais, de dire que je t'ai volé quelque chose. Tu as bien compris ? »

Elle l'entendit, sans l'entendre, lorsqu'il la libéra et rassura Cyrielle. Son cerveau ne fonctionnait plus. Elle restait là, prostré, tout son corps hurlant au scandale. Avait-il seulement une idée de combien d'hommes l'avait approché ainsi depuis son père? Aucun. À l'exception de se Caleb qui avait tenté dans la violer et qu'elle avait fini par assommer. Se battant contre ses démons, elle ne remarqua point, qu'il la regardait et se laissa glisser au sol. La tête entre les mains, murmurant des paroles incompréhensibles. L'ange ne voulait pas se souvenir, elle commençait à peine à guérir. Elle aurait pu rester là, quelques heures. Mais l'odeur de la mort envahit soudainement son odorat surdéveloppé. Au même instant, une des petites mains de sa fille, lui caressa le bras, tandis qu'elle parlait pour la première fois depuis qu'elle l'avait retrouvé. « Je suis désolée, angélique. Je n'aurais pas dû m'enfuir ainsi. Je voulais, seulement, allez retrouver leurs tombes. »
Relevant un visage ravagé, elle sourit tendrement. « Ce n’est pas grave ma chérie. » Puis, se relevant, elle attrapa la petite et lui dit de s’accrocher. Puis, sans un regard pour l’homme, elle s’avança dans les escaliers. « Ils arrivent. Suit moi! » Et sa course pour le dernier étage débuta. Tandis qu’elle pouvait entendre les grognements de ses êtres morts. Lorsqu’elle s’arrêta devant une porte barricadé, elle déposa Cyrielle et se servit de la fenêtre tout au bout du couloir pour se glisser sur la corniche. Jusqu’à attendre la seule fenêtre non barricadé. L’instant d’après, elle se glissait dans l’appartement, verrouillait la fenêtre et allait ouvrir à sa fille et malheureusement, à Blaze.

Après avoir couché la gamine et refermer la porte derrière elle, elle s'adossa à un mur. Cet appartement ne pouvait être attaqué par un zombie. Trop haut, trop bien fortifier, ils pourraient se reposer quelques heures, puis elle les conduirait par les toits jusqu'à la sortie de la ville. Comme, seule elle pouvait le faire. Elle aurait dû allez dormir un peu et pourtant, elle se planta droit devant le jeune homme, la colère s'échappant de sa gestuel. « Tu veux savoir ce que tu m'as volé? Six siècles. Six cent ans, à vivre sous la forme d'une boule de poil incapable de manger de la viande. Six siècles, où je me faisais chasser à chaque instant. À devoir survivre en tant que proie. Six foutu centaines d'années, à ne plus avoir conscience d'autre chose que de ma nature animal. Sans pour autant m'y sentir à l'aise! Tout ça parce que MONSIEUR avait été rejeté. Et bien oui! Je ne pouvais pas te tenir dans mes bras, ni te regarder, parce que si tu me regardais avec amour, mon corps était couvert d'ecchymose et de coupure et qu'en te jetant dans mes bras, tu me faisais mal. Un jour tu l'aurais remarqué, un jour tu m'aurais demandé pourquoi! Et j'étais supposée te dire quoi? Oh! Ça? Ce n'est rien, juste ton père et ses perversions! Voilà pourquoi je t'ai repoussé! Puis, tu t'es mis à grandir et inconsciemment, je te trouvais trop semblable physiquement pour être confortable en ta présence! Tout ce que je voulais, c'était, m'en sortir, vivre ma vie tranquillement. Peut-être tomber amoureuse puis mourir! Mais, toi! Non, toi tu m'as maudite et me voilà, six siècles plus tard, incapables qu'on me touche, qu'on m'approche! La seule personne ayant de l'importance pour moi, c'est cette orpheline que je n'ai pas eu le cœur d'abandonner! Alors, ne t'avise plus jamais à me dire que tu es la pauvre victime de cette histoire pathétique! »

_________________

Lose You
I woke up in tears, With you by my side. A breath of relief And I realized... No, we're not promised tomorrow.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nous y voilà après plus de six siècles... [Angélique R. Nikos ♥]
» "Bienvenue à Gattaca" : cette fois, nous y voilà
» pourquoi nous ne pouvons pas répondre au sujet
» Continuer un itinéraire après un arrêt.
» Arrondir un réel à deux chiffres après la virgule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-