AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Je viens juste jeter un coup d'œil » | Aeryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: « Je viens juste jeter un coup d'œil » | Aeryn   Ven 26 Juil - 21:45

C'était une de ces journées qui me faisaient regretter de ne plus simplement être une chatte. Il faisait une chaleur étouffante qui dépassait largement les trente degrés et je n'avais qu'une envie, me trouver un coin tranquille à l'ombre, m'affaler et attendre que ça passe. C'était sans compter ce fichu Gouvernement qui, après m'avoir envoyée au quatre coins du pays ces derniers mois, semblait décider à m'user jusqu'à la moelle dans sa chère capitale. Et pourquoi, s'il vous plaît ? Pour surveiller les activités rebelles ! Je n'étais pas experte en géopolitique, loin s'en fallait, mais aux dernières nouvelles, la rébellion était censée avoir portée ses fruits. Mais non, avoir tué un président ne leur suffisait apparemment pas, il leur fallait mettre la pression sur son successeur... À moins que ce ne fut ce dernier qui désirât garder un œil sur ces femmes et ces hommes qui avaient une fois déjà précipité la chute de son prédécesseur. Au final, c'était un peu un partout, la balle au centre. La partie recommençait avec des joueurs différents et tout le monde apprenait à se connaître. C'était là que j intervenais. On me remettait des dossiers — cette fois, quatre — que j'avais dû étudier. J'avais beau être soi-disant née en Grande Bretagne, l'anglais était pour moi comme une langue étrangère. La paperasse et moi n'étions donc pas en très bon terme, mais je n'avais pas d'autres choix que de faire avec. Ce n'était pas comme si j'avais d'autres perspectives de carrières à l'horizon.

Mon premier client portait le doux nom de Rick Corryn, un texan pur souche avant l'apocalypse. Amusant comme je n'avais pas pu comprendre la moitié de ce que j'avais lu à son sujet. Je commençais à saisir globalement la géographie des États-Unis pré ouverture des Portes, mais tout ce qui concernait le parcours professionnel du bonhomme m'avait complètement échappé, comme à chaque fois. Qu'importait, un rapide coup d'œil dans sa cave m'avait permis de tomber sur un véritable arsenal, suffisant pour prendre d'assaut à lui tout seul n'importe quel bâtiment officiel du Gouvernement. Je n'ai jamais su si l'homme était paranoïaque ou prévoyait un quelconque attentat, je doute que les Shadowhunters s'en soient seulement préoccupés quand ils ont voulu l'arrêter. Mon rapport a remplacé la décision d'un tribunal et ils l'ont cueilli, une nuit, dans son lit. Bien entendu, il a tenté de se défendre et ils l'ont simplement abattu d'une balle dans la tête. Cette arrestation des plus classiques — « rondement menée » — n'aurait cependant lieu que plusieurs jours plus tard, une fois ma mission terminée. Il me restait encore trois visites.

Mon second client était une cliente nommée Aeryn Elyatis. J'avais parcouru distraitement son dossier, déjà fatiguée par l'effort de concentration que cela me demandait. J'avais appris qu'elle avait enchaîné les maris, trempé dans plusieurs affaires louches et s'en était toujours plus ou moins sortie. C'était une habituée des magouilles qui s'était a priori reconverti dans le commerce d'antiquités, sauf que mes employeurs n'y croyaient pas et voulaient s'assurer qu'elle n'utilisait pas ses connexions pour aider les rebelles. Soit dit en passant, c'était plutôt malin de leur part, mais je m'étais rapidement aperçu qu'on ne m'envoyait pas quelque part à la légère. J'étais souvent la dernière pièce du puzzle. Autrement dit, si je récupérais votre dossier, c'était que vous étiez déjà mal barré.

Pour l'heure, je me dirigeais paresseusement vers sa boutique, bien confortablement installée dans ma forme féline. Je n'étais pas bien pressée et cela se voyait, je rasais les murs pour rester à l'ombre et je lâchais un miaulement plaintif dès que je devais offrir ma fourrure aux rayons agressifs du soleil. Cela amusait beaucoup les passants, d'ailleurs, certains ne se gênant pas pour me grattouiller derrière les oreilles en guise d'encouragement. Gaaaah, que j'aime quand on me grattouille derrière les oreilles. C'est un peu comme quand on vous gratte le dos, mais en beaucoup plus agréable. Vraiment beaucoup plus agréable. On ne s'étonnera guère, dès lors, que je m'attardasse plus que de raisonnable dans les rues bondés de la capitale. Mon objectif en vue, cependant, je fis l'effort de connecter les quelques neurones dont je disposais — ne riez pas, c'est un vrai problème, se concentrer est beaucoup plus difficile quand on se fond dans le corps d'un chat — pour me rappeler la raison de ma venue. La porte était grande ouverte, sans doute pour aérer un peu, et j'entrai dans la bâtisse sans un bruit. Je tentai de saisir une vue d'ensemble de la boutique, mais elle était pleine d'objets en tout genre et je ne voyait pas grand chose. D'un saut gracieux, j'atteignis la table la plus proche... et glissai malencontreusement ; en propriétaire consciencieuse, Aeryn avait fait lustrer ses étalages, pour éviter qu'ils n'attirassent trop la poussière. C'était efficace, mais cela rendait malheureusement le tout glissant et je ne pus empêcher ma patte de taper contre un vase. L'objet maudit fit durer le suspens, tanguant quelques secondes avant de finalement tomber, rouler jusqu'au bout de la table et s'écraser avec pertes et fracas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « Je viens juste jeter un coup d'œil » | Aeryn   Sam 3 Aoû - 17:12


Si vous êtes digne de son affection, un chat deviendra votre ami mais jamais votre esclave
kathie and aeryn




Une journée de plus à la Nouvelle-Orléans commence. Et à chaque jour qui passe, le sentiment d'être dans une boucle temporelle où rien ne bouge s'accentue. Aeryn voit toujours les mêmes têtes, d'abord les voisins, puis la serveuse qui lui donne son café, les commerçants proches de sa boutique et pour finir Isis au Masquerade. Les gestes également se répètent. La belle brune se lève, passe une demi-heure dans la salle de bain, fait rapidement le tour du loft pour le mettre en ordre, puis elle va s'acheter un café à emporter, ouvre son magasin et se pose derrière le comptoir. Le soir venu, cette jolie grecque va par-ci par là pour se trouver de nouvelles proies à séduire et surtout à dépouiller de leur richesse. Même la métamorphose est devenue une routine. Elle n'accepte toujours pas cette cohabitation avec le renard et bien qu'il ne soit pas trop embêtant, le seul fait de le sentir et de savoir qu'il est présent, la dérange. Ce n'est pas un animal très compliqué, il s'adapte à tous les climats, mange de tout, peut sortir aussi bien le jour que la nuit, avec tout de même une préférence pour la nuit et c'est un grand solitaire. Contrairement à son cousin le loup, cette boule de poile rousse déteste être en meute. Il accepte la présence d'un de ses congénères que en période de reproduction. Quoi qu'il en soit, Aeryn n'a jamais voulu être un Skinchanger. Natascia n'avait pas le droit de décider à sa place qui était le mieux pour elle. Malheureusement, le mal et fait et une amitié à éclater au grand regret de la femme aux yeux vert. On dit qu'une fois n'est pas coutume, seulement pour la Skinchanger ce n'est pas la première fois que quelqu'un en qui elle avait confiance la trahit.

Quant à la météo, c’est pareil, grand soleil avec une chaleur lourde d’humidité. Cependant, ce climat ne la gêne pas, il lui rappelle celui qu’elle avait en Grèce, l’humidité en moins. Toutefois, ce qu’il y a de plus incommodant, c’est cette luminosité insolente chaque jour. La brunette sens en elle le renard s'agiter et cela malgré les lunettes de soleil qui ne la quitte jamais, même dans la boutique d’antiquité.

Tout porte à croire qu'aujourd'hui allait être une journée comme les autres. La Elyatis ne se doutait pas des événements à venir. Et le premier événement marquant ne tarda pas à faire son apparition. Ce matin-là, à peine venait-elle de s'installer à son tabouret qu'un homme fit son entrée dans la pièce chargée de bibelots en tout genre. Sa présence fut annoncer par la douce musique de la clochette au-dessus de la porte. La raison de la présence du bonhomme ici est qu'il voulait vendre une montre de poche. Intéressée, Aeryn Elyatis demanda à voir la montre en question, mais quand ses grands yeux se posèrent dessus, la jeune femme eue un petit mouvement de recul imperceptible pour un simple humain. La montre a été faite en argent, ce métal même que les Skinchangers redoutent le plus, car ce métal peut leur brûler la peau par simple contact. « Un instant je vous prie. » Dit-elle sur un ton très professionnel en se levant de son tabouret pour chercher des gants dans la commode derrière elle. Après quoi, la métamorphe tendit sa main gantée pour prendre l'objet et lui donner une somme approximative pour la vente et le pourcentage qu'elle prendra sur la part. Il faut bien l'avouer, Aeryn était une sacrée femme d'affaire et c'est grâce à toutes ses activités de hors-la-loi.

Le second incident s'est passé pendant que la demoiselle aux longs cheveux bruns était dans l'arrière boutique avec une autre personne. La porte d'entrée était grande ouverte, car le climatiseur venait de rendre l'âme et le réparateur n'arrivait pas tout de suite. C'était idiot de sa part d'être partie sans fermer cette porte mais l'inconnu était pressé. C'était un résistant qui venait chercher des armes. La conversation battait son plein lorsque le bruit du vase se brisant sur le sol leur est parvenu aux oreilles. C'est à ce moment-là que la belle grecque se rappela de la porte ouverte. « Par ici, vite ! » Murmura-t-elle en poussant avec insistance l'étranger. Elle le conduisit d'un pas précipité vers cette sortie puis fit volte face et pris son arme personnelle rangée dans son sac à main qu'elle cacha dans son pantalon.

Aussi silencieuse qu'une ombre, elle se glissa dans la pièce remplie de vieux objets en tout genre, sa main gauche prête à se saisir du flingue et tirer sur celui qui avait eu la mauvaise idée de venir la déranger. Le renard avait pris le pas sur elle, il était en mode chasseur, prêt à bondir sur sa proie. Longeant les étagères, la fugitive avait tous ses sens en alerte. Elle a fait l'erreur de manquer de vigilance une fois et cela ne lui arrivera pas une seconde fois.

Un mouvement sur sa droite la fit réagir aussitôt. Aeryn se tourna vivement vers Kathie l'arme au poing. Mais s'arrêta net en constatent que ce n'était qu'un chat. « Qu'est-ce que tu fais ici toi ? » Dit-elle en rangeant son arme. Ensuite, elle vit le vase brisé et reporta son attention vers l'animal. « Tu as de la chance d'être qu'un chat. Sinon tu aurais dû payé ce vase provenant de Chine. »

Malgré tout, un sentiment d’insécurité persistait chez Aeryn. Ce n’est pas comme si elle ne connaissait pas l’existence des Skinchangers, étant donné qu’elle en est une. Il était évident qu’elle soupçonnait que ce félin n’était pas un simple animal. Mais à preuve du contraire, la grande femme allait jouer le jeu. Elle le garda discrètement à l’œil en chercher le balais et la pelle pour nettoyer les dégâts. Une fois les débris mis à la poubelle, la revendeuse d’arme prit délicatement l’animal dans ses bras et la caressa. « Viens ici. J’aimerais éviter que tu casses d’autres objets. »

@destiny.
Revenir en haut Aller en bas
 

« Je viens juste jeter un coup d'œil » | Aeryn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Je viens juste jeter un coup d'œil » | Aeryn
» Je viens juste de découvrir E Anim...
» Suppression de plusieurs utilistateurs d'un seul coup...
» Des téléphones "juste pour téléphoner"
» Rachat d'Alice !! ils sont 3 sur le coup !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-