AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Drink and trouble (Connor&Météore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Drink and trouble (Connor&Météore)   Lun 10 Sep - 22:17

Une journée de merde voilà ce que c'était... Si je n'avais pas des tendances insomniaque j'irais me coucher là tout de suite, enfin après une douche quand même parce que sentir l'huile de vidange ce n'est pas très agréable. Cette vieille Chevrolet avait régurgité son liquide sur moi, à cause d'une manipulation un peu hasardeuse de ma part je le reconnais. Une bière à la main je regardais le plafond, affalé dans mon fauteuil favoris, le seul que j'ai en fait. Je laissais libre cours à mes pensées qu'elles soient plus ou moins noires, plus ou moins faciles à faire disparaître et plus ou moins intéressantes. Le constat était net et implacable : je m'emmerdais sévèrement et que je devais sortir de ma tanière. Je pourrais tenter de s'incruster dans une mission de la Résistance ? S'était plutôt compromis étant donné que je ne m'étais pas vraiment tenu au courant des affaires en cours, une erreur sans doute mais j'assumais totalement il me fallait de l'air et être à proximité de la leader du groupe était de loin la plus mauvaise idée si je voulais me sentir à peu près bien... Pire qu'un manque de dope sa présence et son statut m'étaient insupportables.
Je terminais ma bière d'une traite et me levais, jetant la bouteille vide avec ses congénères ayant subit le même sort. Retirant mes fringues je les balançais négligemment sur le tas de linge sale qui attendait sagement son tour devant la machine à laver, faut vraiment que j'en fasse tourner une. Nu comme un ver j'allais dans la salle de bain pour prendre une bonne douche à vocation décontractante, j'allumais le poste radio réglé sur ma station favorite, l'une des seules qui ne bave pas trop toutes les conneries du Gouvernement et offre un programme musicale qui me convient bien.

J'improvisais un karaoké, rien à foutre de chanter faux de toute façon il n'y a personne pour m'entendre et pour ceux que ça intéresse je ne chante pas si mal quand je ne fais pas l'idiot. Jetant un coup d’œil à l'horloge sur le mur d'en face, l'idée de me rendre à la capitale m'effleura l'esprit. Je pourrais aller dans ce cabaret le Paradisio pour boire un peu et mater les jolies filles qui font le show. Peut-être même que je pourrais essayer de voir Ruby et qu'on passerait encore un de ces moments torrides dont elle a le secret, elle est d'une inventivité incroyable en plus d'être très souple et je ne suis jamais déçue, elle non plus je crois... J'espère.
Je terminais rapidement de me laver, m'habiller, me coiffer et me raser, non en fait non j'ai la flemme. En bref j'étais fin prêt pour le départ, clés de voiture dans la main droite et clé de chez moi dans la main gauche je sortais de mon domicile, claquant la porte bien fort comme il se doit pour qu'elle ferme correctement je donnais deux tours de clés et s'était parti. J'ai un peu de route qui m'attends mais cette boite est une motivation suffisante et puis c'est pas comme si j'avais mieux à faire de ma soirée. Quand on vit en zone 2 il ne faut pas rechigner à faire du chemin, c'est comme ça et je le vis bien. C'est quand même mieux que d'être dans la zone 3 ou 4 là bas ça craint et je plains ces pauvres gens qui y vivent, en fait je nous plains pauvres esclaves de ce système pourri jusqu'à la moelle.

Quand j'entre dans le cabaret je me sens tout de suite comme si j'étais un autre homme, je passe mon temps à faire semblant alors ça ne me change pas beaucoup. Comme un gamin dans un magasin de jouet j'ai les yeux brillants et je m'émerveilles devant la beauté de ces filles, je ne vois pas les femmes comme des objets mais j'aime les belles choses, vous saisissez le concept ? Je me dirige vers le bar et m'assoit sur un tabourets, j'attends qu'une serveuse passe à proximité et lui offre mon plus beau sourire. Blonde, assez grande, élancée, avec des yeux incroyablement perturbants encore une jolie plante pour servir le whisky cet endroit porte bien son nom « Je voudrais un whisky sans glace ! Merci. », elle me regarde avec un drôle d'air sur le coup j'ai fait une gaffe ? Elle bosse pas là ? Peu importe au pire ça me fera une technique d'approche mais pour l'instant il faut que je boive.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Drink and trouble (Connor&Météore)   Mar 11 Sep - 0:06





Drink and trouble.
LA VENGEANCE EST UN PLAT QUI SE MANGE FROID.
Rien ne valait une bonne tasse de café fumant le matin pour se réveiller. Météore adorait se moment de la journée. Le soleil se levant peu à peu, illuminant son appartement d’une lumière tamisée. C’était une lève tôt et une couche tard à la fois, surtout à cause de son boulot au Paradisio. Il fallait bien se faire aux horaires de monstres qu’offrait cet emploi. Mais elle adorait ça. Un contraste avec son boulot du jour, sa vocation certaine, celle de psychologue. Le Paradisio lui offrait une petite pause, un deuxième souffle. Elle voyait d’autres têtes, souvent les mêmes, il fallait bien l’avouer. Mais c’était différent. En ce jour qui s’annonçait des plus meilleurs, Météore n’avait rien de prévu. Jour de congé, elle avait décidé de profiter un peu de son temps libre pour bouquiner et ne rien faire. Pas de grasse matinée en prévision puisqu’elle était debout depuis sept heures du matin. Le sommeil était une chose qu’elle détestait parce qu’il signifiait être dans le noir. Son passé l’a tourmenté toujours et il était encore difficile, aujourd’hui, de passer une nuit tranquille sans faire de cauchemars. Le regard tournait vers une fenêtre, Météore trempa lentement ses lèvres rosées dans le café, absorbant une gorgée du liquide noir. Un café fort sans sucre. Cela en disait long sur la femme. Force de caractère, indomptable. Après la petite pause du matin, Météore ne s’habilla pas du reste de la journée, préférant être à son aise dans son peignoir en satin. Elle bouquina toute la journée, allongée sur son canapé en cuir. Elle avait toujours adoré lire, depuis son enfance. Lorsque la blondinette était plus jeune, elle savait lire bien plus tôt que les autres enfants. Une capacité qu’elle ne voyait pas comme une preuve de génie mais plus comme un avancement intellectuelle et une force de curiosité puissante.
La journée passa à une allure folle et Météore ne vit même pas qu’elle était à une heure d’embaucher au Paradisio. Ce fut lorsque la belle leva le nez de son bouquin, qu’elle avait presque finit d’ailleurs, qu’elle vu l’heure. « Et merde ! » Sursautant subitement, Météore se retrouva rapidement sur ses deux jambes et se précipita dans la salle de bain afin de se rendre présentable pour son boulot du soir. Au Paradisio, il fallait tout de même avoir une certaine tenue, elle avait à faire à la clientèle et étant, de nature, une grande amatrice de vêtements féminins, elle se devait de respecter son code d’honneur de la femme fatale. Après une bonne douche, Météore enfila une petite robe noire bustier, assez moulante, m’étant ainsi ses formes voluptueuses en valeur. Le noir, rien de mieux pour rester sobre et chic à la fois. Elle prit soin de ses cheveux, sa première arme de séduction après ses yeux. La succude arborait une chevelure dorée à en damner un saint. Elle les laissa d’ailleurs détaché, de légères boucles descendant en cascade le long de son dos. Puis, grâce à des gestes assurés et répétés des millions de fois, Météore se maquilla, mettant en valeur, grâce à du far à paupière noir brillant, ses yeux. Une petite touche de brillant à lèvre couleur cerise et la touche finale était posée sur son magnifique visage. Et tout ceci en à peine trente minutes, elle venait de battre son record. Fière d’elle, Météore attrapa une petite veste en laine noire, au cas où, et sortit de son appartement, faisant claquée ses escarpins noirs sur le sol. Direction le Paradisio pour une nuit de folie, une fois de plus et de boulot éreintant.

Dix-neuf heures du soir, ouverture du Paradisio et déjà, rien qu’en entrant dans la salle, Météore pouvait ressentir cet atmosphère unique à ce lieu. Elle posa sa veste dans les vestiaires et se dirigea directement vers le bar, vide pour le moment, les portes venaient à peine d’ouvrir. La belle commença à mettre tout en place pour la foule certaine qui allait d’ici peu débarquait en ce lieu. Et au bout d’une dizaine de minutes, les premiers clients se hâtaient dans le cabaret. Le boulot commençait. Elle servit plusieurs verres, même beaucoup, surtout de l’alcool fort. Avec le temps, Météore connaissait du monde, il y avait les habitués, ceux qu’elle voyait tous les soirs. La plupart était des hommes, dépourvu, sans aucun doute, d’une vie sociale et professionnelle le reste de la journée, venant se saouler la gueule et oublier leur vie misérable.
La soirée battait son plein et Météore était plus que débordée mais hors de question de crier défaite aussi vite. Ruby veillait au grain et elle ne manquerait pas une occasion de virer la belle pour incompétence. Soudain, son regard fut attiré par un jeune homme qui venait tout juste de prendre place au comptoir. Cet homme. Pauvre petite chose insignifiante qui ose mettre un pied ici. Sarcastique ? Aucunement mais Météore avait été blessé. Et lorsqu’on heurte son égo, il est difficile de retomber dans ses bonnes grâces. Elle le dévisagea longuement, attisant petit à petit sa colère. Elle pouvait déjà sentir son fluide sanguin chauffé et remonté lentement vers son crâne. « Je voudrais un whisky sans glace ! Merci. » Météore pinça alors sa lèvre supérieure, bouillant littéralement de l’intérieur. C’est à ce moment-là qu’une tonne d’injures lui passèrent par la tête mais elle se retenait, serrant ses points au maximum pour ne pas exploser et réduire ce type en poussière. C’était peut-être un peu trop abusé de vouloir faire la vengeresse pour un simple affront aillant heurter sa prestance. Mais faisons les choses avec plus de malices, comme elle savait parfaitement bien le faire. Elle se tourna alors vers le présentoir à alcools et prit une bouteille de whisky puis remplit un verre. Un léger sourire en coin apparut sur son visage, Enfer et Damnation. Elle attrapa le verre entre ses doigts et se dirigea vers le jeune homme. Prise d’un faux dérapage, qu’elle avait d’ailleurs provoqué elle-même, elle se heurta contre le comptoir, déversant le liquide marron sur lui. Oup’s. Faisant mine d’être surprise par ce qu’elle venait de faire, Météore posa aussitôt le verre vide sur le comptoir et entrouvrit la bouche choquée. « Oh pardon ! Mais quelle maladroite je fais. » Mais fin de ce petit jeu, elle reprit une posture digne et lui fit un faux sourire, digne de la plus grande garce du monde. « Ça fera sept dollars. » Et encore, ce n’était que le début de l’affrontement. Les vengeances sont souvent longues et périlleuses avec la blonde.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Drink and trouble (Connor&Météore)   Mer 12 Sep - 13:01

J'avais hâte de sentir le liquide ambré du whisky glisser dans ma gorge, la chauffer gentiment et me laisser tout ses arômes... Hum, entre ça et toutes ces jolies filles qui s'agitent dans ce cabaret la soirée allait être sympathique. Attendant que la blonde à l'air sauvage me serve je parcourais la salle du regard, je cherchais Ruby en réalité espérant un peu qu'elle était dans le coin ou qu'elle m'épiait du coin de l’œil en attente du moment le plus opportun pour me surprendre et m'embarquer dans un coin sombre. Mais il était encore trop tôt pour ça, elle était occupée par son boulot de patronne avec ce petit côté autoritaire qui la rend encore plus diablement sexy. Je scrutais la salle, détaillant certaines filles plus que d'autre et m’imprégnant doucement de l'ambiance qui s'installait. Ce genre d'endroit m'aidait à oublier un peu toute la merde dans laquelle je m'étais fourré et mater ces nanas m'évitais de trop penser à Roxanne. Je remplaçais une drogue par une autre en utilisant l'alcool comme substitut à sa présence et les moments avec Ruby aidaient bien aussi mais cette fille est la seule à me faire planer plus que n'importe qu'elle drogue. Ça en devient effrayant, et parfois quand je suis en manque il m'arrive de me demander si c'est juste d'elle ou du reste. Mon esprit devient alors un épais brouillard et rien ne va plus. C'est pour éviter ça que je suis ici ce soir, prendre l'air et voir du monde même si dans le fond je n'aime pas particulièrement les bains de foule en revanche j'adore observer.

Je reportais mon attention sur la serveuse, elle arrivait avec mon verre et je lui offrais un charmant sourire. Enfin ça s'était jusqu'à ce qu'elle trébuche et renverse l'intégralité de mon verre avec le potentiel comique d'une tranche de pain d'épice. Oscillant entre la frustration de ne pas pouvoir profiter de mon breuvage que j'attendais tant et la colère d'être maintenant trempé j'arquais un sourcil en la regardant avec un air blasé. Maladroite ? Elle se fout de ma gueule en prime en faisant passer ça pour de la maladresse, c'est qui cette dinde ?
Visiblement fière d'elle c'est avec un sourire que j'aurais pu trouver attirant si elle ne m'avait pas autant agacé, qu'elle me demanda les sept dollars pour une boisson que je n'avais pas pu consommer du moins pas moi directement mais ma chemise oui. « Sérieusement ? Sept dollars pour me faire arroser ? » je me mis à rire un instant avant de m'arrêter net et de la regarder avec un air interrogateur « Tu me prends pour quel sorte de pigeon au juste ? » je levais les yeux et affichant tout le mépris que j'avais pour elle et la traitait de : « Potiche... » en soupirant. Je ne sais pas d'où elle sortait et pourtant il me semblait l'avoir déjà vu, ce qui n'est pas franchement étonnant si elle travaille ici. Peut-être que je l'ai déjà vu mais j'étais trop défoncé pour m'en souvenir. « Mets toi les sept dollars bien profond, ça te soulagera. » j'avais faillit ajouter une suite peu aimable mais je jugeais déjà y aller assez fort. Je venais là pour être tranquille et passer une bonne soirée sauf qu'elle semblait pour je ne sais quelle raison en avoir après moi. J'interpellais une autre serveuse derrière le bar « Hey ! Sers moi un whisky s'il te plaît et évite de faire comme ta collègue. » je montrais ma chemise « Elle a plus soif. ». La blonde aussi jolie soit elle m'avait énervé, en fait j'étais même frustré de ne rien avoir vu venir, son regard quand j'ai commandé aurait du suffire à me mettre en garde.
Je me tournais vers la salle pour profiter du spectacle qui commençait et admirer les danseuses, je jetais un coup d’œil vers la fausse maladroite et lâchais « Tu comptes camper là ? ». Elle m'observait avec son regard perturbant et j'aimais pas ça.
Revenir en haut Aller en bas
 

Drink and trouble (Connor&Météore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mia Connor
» Changement de couleur de police au survol de la souris
» troubles de personnalité ?
» Qualité télévisée moyenne : floue
» [résolu] probleme ecriture sur internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-