AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fuis moi, je te suis - Stain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: Fuis moi, je te suis - Stain.   Sam 7 Sep - 0:17





« Ne m’approche pas! Ne me regarde pas! Oublie-moi! Laisse-moi partir! Dégage! Fiche moi la paix! J’en peux plus! Monstre! Salaud! Comment peux-tu avoir le cran de me faire ça! Salle connard! Disparaît à jamais! Va brûler en enfer! » D’une voix de gamine affolé, la bohémienne se trouvait être recroqueviller, tout en hurlant ses paroles en boucle. La tête entre les mains, son esprit vacillait vers l’appel de la panique. Le visage de son seul amour apparaissant sur tous et chacun, elle craquait. Les événements de la veille l’avaient laissé fragiliser. Son contrôle parfait sur la réalité se désintégrant à mesure que les heures avaient passé. La femme au regard lumineux, semblait faiblir, laissant place à celle qui n’avait plus aucune raison d’exister et qui, si fragiliser, avait choisi de fuir le monde tel qu’il était.

S'étranglant sur ses mots, la langue sèche de trop de répétition, elle s'effondra sur les fesses. Essouffler, les larmes s'écoulant sur la peau de ses joues. Elle en avait fini avec les protestations. Elle n'avait plus qu'à laisser les souvenirs revenir, lentement, reprendre la place qu'ils auraient dû occuper. Abaissant les barrières qui l'avaient protégé, Gypsy se rétracta, incapable de simplement se souvenir de l'image du toutou en peluche qu'elle lui avait offert. Non, elle ne pouvait pas laisser sa carapace de protection l'abandonner. Non, non, non et non. Il en était hors de question.

Tremblante, faible et en cavale, ce fut le bruit des pas d'un chien errant qui la secouèrent assez, pour qu'elle se retrouve de nouveau sur ses jambes à courir sans regarder derrière elle. Ignorant si, ce chien était celui qu'elle ne voulait pas voir ou, simplement une pauvre bête recherchant la compagnie d'un humain, la belle s'essouffla davantage. Par chance, elle n'était pas poursuivie par Théodore et elle pu s'adosser à un mur pour se reprendre. La distraction ayant réussi à lui faire maintenir une certaine contenance.
Femme seule dans un quartier de spectacle, elle s’en fichait éperdument, son regard ne captant pas réellement ce qui pouvait bien avoir lieu. De ce fait, elle ne remarqua pas l’ombre menaçante qui s’était égaré dans cette ville. Nullement au courant de la menace qui frappait sa ville d’adoption. Alors, que plusieurs piétons accéléraient le rythme, elle resta immobile, fixant ses pieds. Elle aurait pu y rester, si son esprit n’avait pas fait apparaître la vision d’un homme connu en rêve. Troublé, elle se concentra sur la réalité pour mieux apercevoir la silhouette si semblable et pourtant, si peu probable.
Obnubilé par cette ressemblance, elle se lança sur les traces du jeune homme. Restant à distance. Alors, que le zombie en perdait sa trace. Miracle, offert par dame nature. En quelques minutes, elle se rendit compte que ce n'était que son imagination. L'homme qu'elle suivait se trouvant être un blondinet beaucoup trop massif pour être réellement semblable. Amusé par son hallucination, elle se mit à rire à gorge déployé.

Heureuse de retrouver un peu de bonne humeur, elle se mit à tourner sur place, les bras vers le ciel, le sourire lui revenant, tout en savourant la saveur du vent contre son visage. Pour peu, elle en aurait oublié la veille et cette tendresse qui l'avait envahi en sentant les bras chauds de son colocataire, se refermer autour de sa taille. Un frisson parcouru son échine et soudainement, elle s'arrêta. Le regard fixé vers le nom de l'établissement qui la surplombait. Le Masquerade. Un drôle de nom, qui eue le don de l'obnubilé, pendant qu'elle restait là. Fixant sans savoir que ce n'était pas très élégant.


Je ne savais pas trop comment commencer, donc, il est plutôt petit. Mais, je me reprendrai **
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Fuis moi, je te suis - Stain.   Dim 8 Sep - 9:26


Avec toute cette agitation autour de cette foutue annonce, il perdait le nord. Entre les angoissés qui, pour la première fois depuis qu’il avait pris ses fonctions, venaient l’accoster complètement paniqués. Ceux qui le regardaient comme un pestiféré ou une menace qu’il valait mieux ne pas croiser, et les ordres qui lui tombaient sur la tête, il avait la migraine. Elle durait depuis des jours. Lancinante, douloureuse et impossible à oublier. Il aurait été capable de se casser une patte pour obtenir une permission. Une pause dans cette folie qu’était devenue sa vie. Et voilà qu’à nouveau, il se mettait à regretter la solitude glaciale de New York. La compagnie de ces créatures supposées errer dans les rues de la capitale. Depuis qu’il se baladait dans les dédales de rues les plus sombres, il n’en avait croisé aucun. Juste quelques paumés cherchant un endroit tranquille pour se fondre au décor. Disparaître le temps d’un soupir avant de réapparaître et repartir vers la lumière comme si de rien n’était. Il les enviait. Ces pauvres types sans attaches ni obligations. Il faillit faire pareil, s’arrêta devant une ruelle perdu entre deux immeubles. Et resta planté là, les mains enfoncées dans ses poches il scruta le décor. Cru même discerner quelque chose, une ombre bouger au fin fond du couloir. Une illusion, le fruit de son esprit détraqué. Fatigué et usé jusqu’à la corde par une fièvre qui se répandait en ville comme une traînée de poudre. Il se surprit à sourire, partagé entre la déception et l’amusement provoqué par un tel délire. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne trouvent le moyen de passer les grillages et les autres barrières dressées entre eux et la civilisation. Et rien ne pourrait les retenir, il les avait vu à l’œuvre. Cette simple pensée fit courir le long de son échine, le doigt glacé de la sueur. Des frissons accompagnèrent cette caresse alors qu’il se remettait en route, accélérant le pas cette fois.
Il n’y avait plus mis les pieds depuis des lustres. Son costume de chanteur, il l’avait abandonné dans un coin de son placard pour le laisser prendre la poussière. Le manque avait été plus fort que le reste. Il en avait besoin de cet autre, pour se changer les idées et vider son esprit de toutes les idées noires qui pouvaient l’assaillir. Une fois les dernières notes envolées, il quitta la scène et se glissa au dehors par la porte de service. La cigarette coincée entre ses lèvres, il tenta d’allumer son briquet. Sans succès. Ses mains tremblaient, de cette angoisse sourde qui précède l’arrivée de la flamme pourtant désirée. Un infime grognement s’échappa de ses lèvres alors qu’il secouait le maudit engin tout en levant le nez. Il fronça les sourcils, rangea l’objet récalcitrant dans sa poche et se détacha du mur contre lequel il s’était appuyé pour s’avancer vers la rue adjacente.

« - Il va finir par se vexer si tu continues de le fixer comme ça tu sais …»  Il se posta à côté de la demoiselle et  leva brièvement le nez vers le nom de l’établissement… Pas super intéressant comme truc. Pas la peine de le fixer comme ça. Leçon de politesse, il était mal placé pour en donner. Frapper avant de parler, sa nouvelle ligne de conduite, rendue officielle par ses supérieurs maintenant que les règles du jeu avaient changé. Foutu couvre-feu, et les heures supplémentaires qui vont avec… Cette petite lui avait toujours paru un peu bizarre sur les bords. D’un côté, qui ne l’est pas dans ce monde de fou ? Lui qui était venu ici pour se changer les idées, il n’aurait pas pu rêver mieux. « - Tu t’es perdue ? Ou bien tu es fascinée par les néons ? »  Surement pas la seconde option, quoi que, il y a peut-être quelque chose d’intéressant dans le fait de fixer trop longtemps des néons bien irritants pour les yeux. La première option peut être, c’est si facile de se perdre dans ce coin si on ne regarda pas où on pose les pieds.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Fuis moi, je te suis - Stain.   Dim 29 Sep - 17:29





De l'élégance, en avait-elle seulement le début d'un intérêt? Certainement pas. Voilà pourquoi, elle restait figée dans la rue. Le regard sur ce mot qui la fascinait. Elle s'imaginait portant un loup de Venise et la tenue qui allait avec ce masque. Dansant dans un bal masqué. Suivant une musique qui n'avait plus lieu d'être à leur époque et évoluant dans une société si différente. Un sourire se dessinait à mesure que les images s'éclaircissaient. Le masquerade, trois petites lettres de différence, mais qui l'obnubilait. Comme tant de petits détails insignifiants. En ce monde on ne remarquait que ce qui était dangereux, baveux ou encore répugnant. La beauté semblait se perdre. Enfin, la conception particulière de la beauté qui n'appartenait qu'à la bohémienne.

L’espace de quelques secondes, elle ferma les yeux. Mais l’homme qui la tenait entre ses bras, celui qui lui aussi était masqué ressemblait trop à celui que la jeune femme fuyait. Elle voulu s’en détourner, sans y arriver. Ce fut la voix d’un autre. D’une personne ayant les deux pieds encrer dans la vérité, qui la sortie de ce cauchemar éveillé. « - Il va finir par se vexer si tu continues de le fixer comme ça tu sais …» Retrouvant le contrôle de ce qu’elle imaginait, Gypsy tourna son regard vers la silhouette qui semblait avoir apparu de nulle part. Étonné, elle cru voir les traits d’un personnage qui avait peuplé ses rêves autrefois. Lorsqu’elle vivait à New-York.
Elle l'avait dragué, il avait joué le jeu avec elle. Enfin, son sosie, celui qu'elle avait créé de toute pièce dans ses rêves avaient participé à ce petit jeu sans conséquence. Il était comique de le voir aussi tangible. Aussi réaliste. Le hasard lui jouait-il un tour? Ses lèvres affichèrent une grimace comique de satisfaction. Comme seule l'innocente qui se cachait derrière son monde fait de petites fleurs et de bonheur, savait faire. « - Tu t'es perdue ? Ou bien tu es fascinée par les néons ? » Un joli son cristallin et innocent s'échappa de sa gorge. Soulignant l'humour qu'elle croyait détecter dans ses paroles. Lui adressant un sourire qui soulignait davantage son innocence, Gypsy regarda de nouveau les néons. « Je n'ai pas fait attention à l'endroit où j'allais, ça c'est évident. Mais, je crois qu'une légère fascination pour le nom de cet endroit est à l'origine de ma fixation. »
D'un saut typiquement gamin, la jeune femme se retourna vers celui qui l'avait abordée. Prenant le temps de réellement observer ses traits, bien que la pénombre ne l'aide pas réellement. Il était vraiment à l'image de ses rêves. Jusqu'à sa façon de se tenir. Plusieurs passants eurent le temps de les dépasser et de continuer leur route, avant qu'elle ne se décide de parler de nouveau. Peut-être parce qu'il y avait plus qu'un souvenir qui semblait être chatouiller par la présence de cet inconnu plutôt charmant.

Cette sensation de déjà vue dépassait le stade de ses fantasmes habituels. Pourtant, elle n'y fit pas attention. Préférant de loin s'imaginer qu'il n'y avait rien de louche et que c'était une première rencontre unique. Elle n'avait pas pu être cette autre version d'elle-même, il n'avait pas pu la croiser autrefois. C'était tout simplement impossible. D'une impulsion, elle lui tendit la main. « C'est étrange à dire, mais je vous ai déjà croisé dans mes rêves. Je suis Gypsy. »

Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 9026
↳ Points : 476
↳ Date d'inscription : 28/08/2012
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Barnes
↳ Age du Personnage : 30 ans, 781 en réalité
↳ Métier : Co-gérant du Little Darlings (shadowhunter infiltré)
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
The Devil's own feat 5FDP • Animal feat Disturbed • My name is Stain feat Shaka Ponk • Do or Die - Night of the Hunter feat 30 STM • On my Own - Play Dead feat Killing Bono OST • Madness feat MUSE • Hustler feat JOSEF SALVAT •

↳ Citation : There's a battle between two wolves inside us all. One is Evil. It is anger, envy, jealousy, and ego. The other is Good. It is joy, love, hope, and faith. Which wolf wins? The One you feed
↳ Multicomptes : Aleksi S. Lenaïk & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #1999b5



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: Fuis moi, je te suis - Stain.   Lun 30 Sep - 19:36


La première rencontre semblait appartenir à un autre temps. Une autre époque, révolue depuis bien longtemps. Abandonnée dans la neige d’une ville fantôme qu’il n’avait que trop côtoyé. Des mois de solitude à jouer au mort pour revenir bien plus vivant qu’avant dans une nouvelle existence. Une nouvelle vie qui au final, avait un goût aussi amer que la précédente. Sa réplique lui fit esquisser un léger sourire alors qu’il prenait la cigarette qu’il avait gardée au coin des lèvres entre ses doigts. Il hésita un moment à la ranger ou à retenter l’expérience du briquet récalcitrant. Dans un froncement de sourcil, il se ravisa et fit disparaître sa dose de nicotine dans une de ses poches. Il releva le nez et s’attarda à nouveau dans la contemplation du nom de l’établissement. Cherchant vainement ce qui pouvait causer une telle fascination. Une mascarade… C’était un peu leur lot quotidien à tous à présent. A ces passants qui continuèrent leur route sans même leur prêter attention. A cette danseuse ayant finit ses heures de boulot et qui se pressait pour passer les portes de la bâtisse et disparaître dans l’ombre, laissant derrière elle, seulement les notes de son parfum envoûtant et le claquement régulier de ses talons vertigineux.

« - C’est une étrange fascination mais pourquoi pas. » Lâcha-t-il au bout d’un moment, glissant ses mains dans les poches de son jean tout en reportant son attention sur la demoiselle à ses côtés. Le jeu revenait se glisser dans les méandres de ses souvenirs. Des parties sans véritable résultats, s’achevant toujours de la même manière. Une fois que leurs lèvres et leurs doigts s’étaient trop brûlés, il était temps d’arrêter et de quitter la scène. Elle l’avait fasciné. Cette gamine au comportement si étrange. Aux antipodes de ce qu’elle dégageait à première vue. Trop enfantine et naïve pour se révéler lascive et dangereuse. Des aprioris trop faciles qu’il avait bien vite laissé derrière quand elle se glissa contre sa carcasse. Il resta con, quand la main de la demoiselle se retrouva à attendre la sienne. Il regarda la dite main avec étonnement, un nouveau sourire venant se coller sur ses lèvres. Amusé cette fois. Il ne comprenait pas ce qui lui prenait. Les présentations avaient été faite, il y a bien longtemps. Leur prénom respectif à peine murmuré, balancé comme une formalité tant ils n’avaient rien d’intéressant. Il eut pendant un moment l’envie de faire comme si de rien n’était. Comme si cette femme devant lui était une parfait étrangère et que leur passé ne s’écrivait pas dans la fumée et la luxure. Un amusement de passage qu’il balaya d’un battement de cils.

« - Stain. C’est un plaisir de te revoir. Tu perds la mémoire en plus de rêver éveillée maintenant ? » Il attrapa sa main, ses doigts s’enroulant autour des siens un bref instant avant de les lâcher. Il recula légèrement, et jeta un bref coup d’œil vers l’entrée du cabaret. « - Quitte à fixer le nom, autant le faire à l’intérieur non ? » Non pas que l’idée de rester en pleine rue le dérangeait, mais il passait suffisamment de temps en ce moment que devoir resté là à scruter tous les passants pour tenter de voir si quelque chose clochait ou non chez eux, le dérangeait quelque peu.

_________________


flesh and bones

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t55-squirrel-s-hunter-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: Fuis moi, je te suis - Stain.   Sam 2 Nov - 20:49





Un visage si familier et pourtant, ces traits n'en restaient pas moins ceux d'un inconnu aux yeux de la gamine à la chevelure rousse. Cette impression de familiarité l'envahissait à mesure qu'elle l'observait. Un homme de rêve, comme aucune femme n'en avait rencontré auparavant. Oui, un homme de rêve, puisque c'était là, que la bohémienne l'avait rencontré. À cette pensée un joli sourire étira ses lèvres bleuté de froid. « - C'est une étrange fascination mais pourquoi pas. » Étrange? Pourquoi cela? Parce que, ce n'était pas considéré normal de fixer le nom d'un établissement en plein milieu d'une soirée assombrie? Pourtant, elle finissait régulièrement par se perdre dans ce genre de contemplation. Se faisant à se drôle de concept, Gypsy se dit qu’elle comprenait mieux le regard intriguer des passants désormais. Sans réfléchir, elle se mit à trépigner doucement sur place. Combattant un froid qui s'emparait autant de son cœur que de son corps.

Tant de choses avait eu lieu depuis sa dernière ‘’rencontre’’ avec ce protagoniste, qu’elle se demandait comment elle réagirait, si elle se remettait à rêver de lui? Serait-elle aussi provocatrice qu’autrefois? Peut-être, après tout le monde qui se cache derrière le sommeil avait ses propres règles de conduite. « N'est-ce pas le lot de toutes les fascinations? Sortir de l'ordinaire, rire de ce qui est normal. Nous sortir de la routine misérable liée aux conventions? » Parfois, même Gypsy ne s'écoutait pas parler et c'était, bel et bien, l'un de ces instants. Préférant ne pas réfléchir, laissant sa bouche parler sans se soucier du sens ou du non sens de ce qu'elle pouvait proclamer, la jeune femme savait ne pas être à son premier regard interrogateur.

« - Stain. C'est un plaisir de te revoir. Tu perds la mémoire en plus de rêver éveillée maintenant ? » Sa question fit rire Fawkes. Rêver éveillée? Ça ne lui arrivait que très souvent... Sauf depuis son arrivée en Nouvelle-Orléans. Là, tout était différent. Tournoyant soudainement sur elle-même, elle se détendit instantanément, laissant son rire l'envelopper entièrement. « Non, non. Ma mémoire se porte à merveille. Elle est même digne de courir un marathon. » De nouveau immobile, Gypsy se demanda pourquoi il lui parlait comme à une connaissance, l’espace d’une seconde. Toutefois, n’ayant jamais écouté le principe de ne pas parler à des inconnus, elle n’allait tout de même pas commencer aujourd’hui. « Beau prénom, en passant. »  

« - Quitte à fixer le nom, autant le faire à l'intérieur non ? » L'idée ne lui avait même jamais traversé l'esprit. Allez à l'intérieur? Pourquoi pas? Elle n'y avait jamais mis les pieds et ignorait même ce qu'il pouvait y avoir à l'intérieur. Un coup de vent la poussa vers l'entrée. Rafraichissant encore davantage sa température. « Je crois que ce serait une bonne idée. Mais, heum... C'est quoi comme endroit? » Sa tête tourna l’espace d’une seconde, chatouillant des souvenirs enfoui par la magie. Une autre bougeait dans sa tête, cherchant à se libérer. Ce qui n’était pas pour plaire à la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
 

Fuis moi, je te suis - Stain.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis le sentiment de rejet exacerbé de Jack.
» Je suis le pire cauchemar des chocapics !! Mouahahaha
» (résolu) bonjour je suis bien embêter avec un cheval ou un virus
» je suis la chouette
» Je suis étourdie de chercher hi hi hi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-