AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 anastasia - et où vas-tu comme ça ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité






MessageSujet: anastasia - et où vas-tu comme ça ?   Mar 15 Oct - 21:58

Maxime avait pris son envol après l’embrouille qu’il avait eu avec un homme dont il avait déjà oublié le nom. Il fallait dire que les gens étaient si compliqués… et qu’ils ne comprenaient rien à rien. Il s’était planqué, puis transformé, puis envolé. Il n’avait pas cessé de battre des ailes, rasant le sol par endroits. Sa forme animale, il l’avait adopté depuis le temps. Après avoir passé des siècles en faucon, Maxime avait apprit à dompter cette nature sauvage qui sommeillait en lui. Bien qu’étant l’oiseau le plus rapide que la terre n’eu jamais donné, Maxime ne se donna pas à fond. Il n’aimait pas s’épuiser pour rien, il fallait dire que sa nature flemmarde prenait  les dessus de temps en temps. C’est alors qu’il arriva devant un lieu, qui lui semblait familier. Maxime n’avait jamais beaucoup voyagé mais il se souvenait clairement être venu ici, à cet endroit précis avant qu’il devienne totalement vide, fantôme. Les casinos étaient des endroits autrefois magiques. On pouvait jouer sa vie avec des jetons, miser un voyage avec quelques pièces, de quoi faire rêver des milliers de gens curieux, et surtout qui se croyaient chanceux. Battant des ailes à nouveau, il s’approcha de l’entrée et se posa sur le panneau portant le nom du casino. Vu de haut, le lieu semblait récent, tout récemment fermé. Mais lorsque, par curiosité, il y pénétra, le faucon qu’était Maxime réprima un frisson.

L’endroit paraissait lugubre. Une maison hantée aurait été plus approprié si les machines de jeux n’avaient pas été là.   L’oiseau se posa sur une table de Blackjack. Il retourna avec une de ses serres une carte à jouer et s’il l’oiseau avait pu sourire, il l’aurait fait. Très bon jeu. Un bruit attira alors son attention. Sa tête pivota immédiatement vers la source sonore et ses yeux de volatile s’agrandirent. Une fille. Maxime pria alors pour qu’elle ne l’ai pas suivit depuis son point de départ, et donc qu’elle ai vu sa métamorphose. Hypothèse peu probable. Qui ferait une chose pareille ? Il fallait être drôlement endurant. Seulement le truc, c’est qu’elle le fixait d’une manière anormale. Enfin, pas de la manière dont un simple être humain regarde un oiseau. Non, c’était come si elle essayait de comprendre. Il battit des ailes et alla se poser un peu plus près de la jeune brune. Ses yeux jaunes ne la lâchèrent pas pendant quelques secondes et Maxime s’envola derrière une petite machine à sous encore toute colorée.

C’est alors que Maxime fit une chose très bête. Mais en même temps, il avait envie de savoir ce qu’elle pensait, ce qu’elle faisait là et surtout, si elle l’avait suivit ou  non même s’il n’en été vraiment pas persuadé. Il se cacha derrière la machine à sous et repassa sous sa forme humaine, grimaçant légèrement de douleur car oui, le processus était toujours eu peu douloureux après un long moment passé sous forme de faucon. Bien, maintenant, il était mal à l’aise et, il avait un peu froid. C’était le problème lorsqu’on été pas vêtu. Sa tête et son buste dépassant de la machine à sous, il fit un petit signe de main à la jeune fille qui se tenait devant lui, perplexe sans doute. Ou choqué. Ou bref, un truc dans le style. « Hum hum… alors alors… » C’était comme s’il avait pensé tout haut. Il regarda autour de lui, les joues s’empourprant de plus belle. La gêne était présente et la jeune fille devait la sentir aussi. Les émotions de Maxime étaient souvent partagées. Ses yeux brillèrent à nouveau lorsqu’il vit ce qui ressemblait à un long manteau chiffonné posé sur le dos d’une chaise.

Excusez-moi… Vous pourriez… me passe le manteau ? J’ai… un peu froid.

Il lui sourit, dans le but de détendre l’ambiance. Promis, après, il avait l’intention de se présenter. Et de s’habiller. Bref, de faire des choses normales.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: anastasia - et où vas-tu comme ça ?   Sam 19 Oct - 10:47

Bien souvent mes pouvoirs m’ordonneraient presque de faire tout et n’importe quoi. J’avais envie de me détendre. Mon mentor m’avait appelé, il voulait aller au casino, un homme voulait me rencontrer. Me rencontrer pour quoi d’ailleurs ? Je n’avais pas vraiment le choix mais je pourrais jouer un peu aux machines à sous cela faisait bien longtemps. Je sais bien qu’il y a encore quelques temps je n’étais qu’une simple humaine avocate sans différends avec qui que ce soit. Maintenant je commence à me faire une place au sein du gouvernement petit à petit je gravis les échelons. Je pense que sans mes pouvoirs je ne serais pas arrivé à ce niveau la. D’ailleurs j’étais entrain de me dire que le casino n’était peut être plus vraiment en état de marche. Vive la détente dit donc !

L’heure allait approcher, mon mentor venait me chercher. Je ne sais pas s’il fallait que je me fasse belle ou pas mais comme d’habitude je m’étais bien habillée et maquillée. Je voulais pas ressembler à ces jeunes femmes qui se maquillent mais qui se délabre les pauvres.. Je me savais de toute manière jolie. Il m’arrive parfois de me comparer aux autres. J’essaie de ne pas être trop narcissique mais ce petit côté ressort parfois. Mon mentor était enfin arrivé j’avais failli attendre. « On nous attend au casino j’espère que tu t’ais fait belle ? ». J’avais pensé à tout heureusement. « Oui bien sur, tu sais très bien que je sors toujours élégante. », je lui fis un petit sourire. Il voulait sûrement me présenter à je ne sais qui, qui pourrait me faire gravir les échelons ou je ne sais quoi d’autre. J’aimais avoir quand même ma liberté, j’avais l’impression d’être une star et que lui était mon manager.

Une fois que nous sommes arrivés au casino j’ai tout de suite pensé que ce lieu me faisait penser au dégout comme si quelqu’un était venu y jeter un mauvais sort. Mais quand je suis entré j’ai senti une autre présence autre que moi et mon mentor. Certes ce devait être la personne qui nous attendait mais cela ne ressemblait pas vraiment à un sorcier. J’avais redouté cet endroit et en effet, les machines à sous n’étaient plus vraiment en état de marche. Je pouvais voir au loin dans la salle principale les tables de black jack. Mais je ne m’étais pas trompé une autre présence était belle et bien présente. C’était un animal, un volatile. Celui-ci avait du me repérer car très vite il s’envola un peu plus loin. J’étais curieuse et je voulais en savoir plus sur lui. Je le trouvais très joli. Je l’avais perdu de vue je crois car plus loin se trouvait les machines à sous et je ne le voyais pas. Mais je vis ensuite une tête au dessus de l’une d’elles. Le volatile serait-il la même personne. Je trouvais cela assez drôle. Il avait l’air d’être nu de haut en bas. Cela n’était pas pour me déplaire. Il voulait le manteau posé sur le dos d’une chaise juste à côté. Je pris donc celui-ci et lui donna. « Je pense que tu n’ai pas vraiment humain dis moi ? » Je n’allais pas passer par quatre chemins.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité






MessageSujet: Re: anastasia - et où vas-tu comme ça ?   Jeu 24 Oct - 11:52

La méfiance. Les soupçons, les doutes. Pour certains, la méfiance n’était qu’une idée, un simple concept dénué de sens. Certaines personnes n’étaient jamais méfiantes. Pour d’autre, c’était un sentiment, comme la peur, la joie, l’amour. On le sentait passer, mais cela ne durer qu’un temps. Pour d’autre enfin, c’était un mode de vie, une excuse pour toujours être en retrait par rapport aux gens qui nous entour. La troisième option était celle de Maxime. Il avait toujours était méfiant et c’était tout juste si la méfiance ne se lisait pas sur ses traits fins. De tout temps Maxime avait été comme cela. D’abord, il avait était méfiant, mais modérément. Mais les siècles avaient passés, et la méfiance était devenue plus importante dans sa vie de vagabond. On avait apprit à Maxime à être méfiant envers les personnes trop entreprenante, il l’avait été. On avait aussi apprit à Maxime à être méfiant envers les personnes au regard sournois ou mauvais, il l’avait été. Maxime était devenue tellement méfiant, qu’il en était devenue paranoïaque. Il voyait souvent le mal partout, sous toute forme de vie –ou pas – possible. Alors quand la jeune femme prit la parole, qu’un frisson parcouru son échine, il salua sa plus vieille amie, la méfiance.

Le processus fut immédiat. Il se demanda son nom, son prénom, son âge, son espèce, pourquoi se trouvait-elle là, qu’est ce qu’elle faisait, pourquoi elle n’avait pas l’air si horrifié, si elle avait mangé quelque chose avant de venir et s’il n’allait pas être son premier repas de la journée bref, des tonnes de questions folles qui se bousculaient dans la tête de Maxime. Il attrapa le manteau de sa main gauche, comme tout bon gaucher qui se respecte, et l’enfila, après l’avoir boutonné de haut en bas. Les manteaux longs, c’était parfois la classe quand même. Il avait l’impression de ressembler un peu à Sherlock Holmes comme ça, et ce n’était pas pour lui déplaire. Mais la façon dans la brunette le regardait en revanche… Il haussa des sourcils et sa gratta la gorge. Une réponse, vite, elle attendait surement une réponse. Il regarda partout autour de lui. Il voulait un pantalon. Il serait mieux avec un pantalon. Un courant d’air humide s’infiltra dans le casino abandonné et les cheveux blonds de Maxime se rangèrent sur le côté. Il avait toujours eu horreur du vent. Quand il volait, ce n’était jamais bon pour lui, à croire que le vent était toujours dans le mauvais sens, exprès.

En effet.

Bon, c’était déjà ça, elle l’avait eu sa réponse. Courte, certes, mais c’était déjà une réponse. Il passa une main derrière sa nuque, sûr d’être rouge cramoisie.

Vous me trouvez un pantalon, je vous en dis plus.

Oui, parce que Maxime n’avait jamais été bon pour chercher des objets et qu’il avait envie d’en savoir aussi plus sur elle. Donc, il fallait qu’il parle un peu de lui, c’était la moindre des choses. De toute façon, elle l’avait vu, il en pouvait pas le nier.

Au fait, moi c’est Maxime.
Revenir en haut Aller en bas
 

anastasia - et où vas-tu comme ça ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Y a comme qui dirait un probleme
» Logiciels de 3D comme Body Paint 3D ou Deep Paint 3D... ?
» Comment faire un jeu comme Super Smash Brothers Melee
» Prof a dom' lol (jeu comme wow)
» jeu comme warcraft

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Fifth Chapter :: Memories-