AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  « better you die than i » ㄨ cordelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 21:53







 cordelia narcissa hopkins  




feat nina dobrev




 © crédits




› Groupe: Née dans une famille mettant en pratique non seulement la magie blanche, mais aussi nombreuses traditions, morales et lois toutes plus ennuyantes les unes que les autres, les indiscrétions de la demoiselle, et ce à tous les plans, ne furent pas tolérées et la sorcière fut reniée et déshéritée par sa propre famille. Une succession d'évènements tragiques la poussa à plonger dans la magie noire, d'abord pour une piètre question de survie, ensuite comme simple réflexe, puis finalement par tentation et envie. Cordelia est ce qu'on appelle une nightkeeper.
› Age: 23 ans en apparence, 740 ans en réalité.
› Date & Lieu de naissance: Née le 5 Juin 1273 en Angleterre, cette époque n'est plus qu'un amer souvenir enfoui dans les abysses de sa mémoire, ne refaisant surface que lors de pénibles cauchemars ou lors de ces éreintantes nuits d'insomnie.
› Profession: La succube se veut indépendante et autonome, mais son mode de vie l'eût toujours empêché de rester au même endroit trop longtemps, rendant la recherche d'un boulot quelconque extrêmement épineuse et délicate. Orgueilleuse et insolente de surcroît, la brunette ne peut ainsi être que sa propre patronne. C'est pourquoi Cordelia vit, d'une certaine façon, « aux dépens des autres. » En d'autres mots, elle abuse - sans l'once d'une honte ou de regret, d'ailleurs - n'importe quel idiot qu'elle peut séduire le temps d'épuiser ses récentes épargnes. Cordelia ne perd pas son temps avec les questions de moralité et de justice - deux principes qui n'ont aucune signification à ses yeux. Il n'est pas question ici de punir les riches et les fortunés. Au contraire, de nature discrète et rusée, la démone s'attaque plutôt à des gens modestes, passe-partout, oubliables, préférablement sans histoire ; le luxe entraîne bien trop les regards des gens qu'elle tente justement de fuir.
› Orientation sexuelle:  Hétérosexuelle et grande séductrice. Comment peut-on résister à ses hommes, après tout? Surtout, comment peuvent-ils lui résister?
› Force: Excellente menteuse, actrice, manipulatrice et dotée d'une discrétion sans égale, la brunette sait comment survivre et faire face à de bien nombreuses situations. C'est d'ailleurs le point central de sa personnalité et la seule façon d'expliquer chacune de ses actions : la survie. C'est tout ce qui compte chez elle. Survivre, survivre, et survivre. C'est instinct de survie fait donc d'elle une personne ne se limitant presque à rien pour survivre, mais en fait surtout une demoiselle coriace et difficile à se débarrasser.
› Faiblesse: Paranoïaque de par les incalculables ennemis qu'elle s'est fait lors des derniers siècles, et continuellement en cavale, Cordelia ne fait confiance à personne et fuit pratiquement sa propre ombre. Elle n'est pas antisociale, loin de là, mais son instinct de survie pèse autant en force qu'en faiblesse, selon les circonstances. N'ayant en tête que sa survie et sa propre personne, elle ne ménage personne et s'attire les ennuis les plus inusités. Cela fait aussi d'elle quelqu'un de lâche, déloyal, désagréable et solitaire ; en soi, pas exactement la personne avec qui vous voulez vous associez plus d'une fois.
› Avis sur le gouvernement: L'indifférence est un des mots d'ordre avec Cordelia, et ça le serait pour vous aussi si vous aviez vécu aussi longtemps qu'elle, mais aussi si vous aviez vécu à Darkness Falls. À côté de l'Enfer dans lequel elle a baigné pendant sept siècles, les problèmes de la population face aux gouvernements lui paraissent totalement superficiels et pathétiques. Mais, tout de même, depuis que le président a été assassiné, force est de constater - même pour la succube - que le gouvernement n'est plus vraiment ce qu'il était, ou tout du moins, il n'en a plus l'air en apparence, et ce n'est pas pour en déplaire à Cordelia. L'essentiel, aux yeux de la démone, c'est que ce dernier reste loin de ses frasques. Tant que cette entente non-dite est respectée, Cordelia n'a pas à se préoccuper d'aucun de ces pauvres minables en costard. Mais ne vous méprenez pas, malgré ce que l'on pourrait penser, elle ne les déteste pas plus et n'éprouve pas réellement plus de mépris envers eux qu'envers le reste de la Nouvelle-Orléans. Indifférence, donc, comme pour tous les autres pathétiques êtres qui peuplent la ville, au plus grand désarroi de la sorcière.








«  I will always look out for myself. If you're smart, you'll do the same »






›› Première Partie ; l'histoire




GREAT BRITAIN, 1289
« I got lost in him
and it was the kind of lost
that’s exactly like being found. »

Neuf mois de grossesse lui parut aux premiers abords comme une malédiction, un rappel que l’amour n’était qu’une chose fallacieuse parmi tant d’autres. Le petit être se développant en elle n’était que le résultat d’une erreur imbécile, l’erreur d’une seule – et pourtant fatale – nuit durant laquelle elle avait cru que tous ses tendres rêves d’adolescente se réaliseraient. Mais à présent défaite de son innocence, la seule chose qui lui demeurait était ce sentiment de déception qui subsistait au tréfonds de sa gorge comme un arrière-goût amer ; le fiel de la désillusion.

Timoteï. C’était son prénom. En revanche, si vous demandiez à Cordelia quel était son prénom, elle prétendrait ne plus s’en rappeler, et Dieu sait qu’elle voudrait bien que cela soit bien le cas.  Il va de soi que Timoteï était l’un des plus beaux courtisans et prétendants d’Angleterre – sa famille tenait son origine de Bulgarie, d’où son prénom un peu insolite. Et Narcissa, dans toute son espièglerie, avait su attirer le regard de Timoteï tout comme il avait su en faire de même avec la brunette. Naïve qu’elle était, imbibée de tous ces contes sur le Prince Charmant que sa mère avait l’habitude de lui lire avant l’heure du coucher, Narcissa rêvait du jour où elle rencontrerait enfin le ‘Prince Charmant’, très loin de se douter qu’il serait celui qui la mènerait tout droit vers sa sentence. Mais le voilà qu’il était là, sous ses yeux marrons, sous cette lueur resplendissante qui les habitaient lorsqu’elle daignait déposer son regard sur ce beau visage basané. Dieu sait qu’elle n’arrivait pas à voir plus loin que ces beaux yeux émeraudes dont elle raffolait tant, ces cheveux bruns – châtains semblait-il sous le soleil de l’été anglais – bref, cet air parfait qu’il arborait, car si elle avait su, si elle avait su voir plus loin que ces belles apparences, peut-être aurait-il pu remarqué que si ses intentions à elle étaient pures, voulant se trouver un prétendant, l’épouser et bâtir une famille, ces intentions à lui étaient bien plus sinistres…

Timoteï voulait acquérir la beauté d’Hopkins, posséder et disposer d’elle comme le vulgaire objet qu’elle était à ces yeux en tant que femme avant qu’un autre prétendant fasse de même ; il lui servit alors tous les tendres et doux mensonges qu’elle voulait attendre, ceux que n’importe quelle jeune fille de dix sept ans voulaient entendre. Éprise pour cet homme, elle cru chacun de ces mensonges, sans même n’en douter qu’un. Toute aussi frivole, espiègle et enjôleuse, elle céda hâtivement au vice, surtout après qu’il lui ait avoué l’aimer, après avoir été submergée des baisers les plus tendres et les plus doux, après avoir été promise qu’il lui demanderait sa main… Et elle but ces belles paroles comme de l’eau. Le lendemain, elle fût jetée à la rue comme une vulgaire ordure. Si la douleur de la déception et d’un cœur brisé ne furent pas suffisantes, celle de l’horrible nouvelle qu’elle apprise fût suffisante pour s’agenouiller et solliciter le pardon – alors qu’elle n’était, à la base, même pas très religieuse.

Narcissa était enceinte…et sans prétendant dans les horizons. Ce n’est pas faute de ne pas avoir essayé de camoufler son erreur ; robes plus larges, quitter ses activités du matin pour aller déverser ses maux de ventre, prétendre un rhume pour pouvoir passer la journée à l’intérieur. Bref, ce fût suffisant pour que sa tendre mère puisse mettre les pièces ensemble et comprendre l’obstacle qui se plaçait à présent dans la vie de sa fille, mais aussi de toute sa famille. Ce fût ce moment précis qui fût le déclenchement. C’est après ce jour-là que tout s’écroula autour d’elle, que son monde s’effondra en ruines et que sa famille entière, sœurs, frères, père l’enfermèrent à l’intérieure des murs de la demeure, prohibée de mettre le moindre doigt de pieds à l’extérieur de ces murs. La brunette se rappelle encore de ce que son père avait l’habitude de lui dire. « Qui donc s’éprendra de ta misérable personne, Narcissa? Qui donc voudra d’une femme de petite vertu comme épouse? D’une putain?! Et comment feras-tu pour t’occuper de cet enfant? Sombre idiote! Maudite, sois-tu. Tu es une infamie pour cette famille. Une honte! Le moment où tu donneras naissance à cet enfant, Narcissa, tu cesseras d’être ma fille. Je te renierai comme tu as renié les vertus de cette famille, tu ne seras plus considérée des nôtres! Maudite, sois-tu, maudite! »

Pas même les flammes de l’Enfer ne pouvait purger son âme, rien ne pourrait absoudre ses vices et ses pêchés. D’abord laissée à sa solitude quand sa famille entière se rencontrait pour le diner ou simplement pour se réchauffer autour du feu, Narcissa en voulu à cette ‘chose’ qui grandissait en elle, exécrant avec véhémence ce rappel constant de sa stupidité, de sa naïveté. C’était comme cela jusqu’au moment où sa tendre mère soit à ses côtés, s’occupant de sa chère fille, lui donnant de l’amour alors que les autres le lui refusaient. Elle passa des nuits dans les bras réconfortants de cette femme, cherchant sécurité et confort que ceux-ci apportaient, à écouter ces mots rassurants, sous forme de murmures qui apaisaient ses peines et ses maux.

Les neuf mois lui parurent long, mais une fois la nuit venue, Narcissa aurait espéré que cette grossesse dure plus longtemps, elle aurait souhaité repoussé l’échéance, ou même l’effacer. Ainsi, nuit troublée, c’est avec agonie qu’elle fût trainée hors des abysses du sommeil, la douleur prenant contrôle de son corps, ne lui laissant comme seule solution de crier, de crier pour la seule qui s’en soucierait vraiment.

GREAT BRITAIN, 1290.
« i had a baby out of wedlock…shame! »

« Encore un peu, ma douce…encore un peu… Pousse encore un peu.» lui répèta constamment la femme devant elle – nulle autre que sa propre mère – alors que Narcissa, dont la voix était saccadée par les nombreuses heures de douleurs et de exhortations, ne cessait de crier dans le simple, mais terriblement amer, but d’en finir rapidement avec cette souffrance. Cela fait sept heures qu’elle était là, couchée sur ce matelas dur, mais surtout froid et mouillée. Ces nombreuses robes étaient couvertes de sang, peut-être même de sueur, mais ce mélange répugnant et nauséabond ne lui importait peu, car la douleur à laquelle elle était sujette était bien trop insupportable. Son père, quant à lui, regarde la scène de loin, avec une certaine froideur qui lui est propre, propre à tous les pères de famille de cette époque.

La brunette était bien trop occupée par la vie qu’elle s’apprêtait à donner pour voir la honte qui abritait le visage de son père. Les hurlements raques et cassés de la jeune demoiselle furent soudainement entrecoupés par des cris, beaucoup plus stridents, quoique moins intenses. C’étaient les cris d’un bébé. Son bébé. « C’est une fille… » lui dit la sage femme, mais Narcissa n’était plus tout à fait là ; pas tout fait consciente, sans être tout à fait inconsciente. Son corps était toujours présent, mais son esprit semblait l’avoir abandonné et semblait avoir succombé à la douleur depuis un long moment déjà. Elle fût cependant doucement rappelée par les cris de cet enfant qui était le sien et qui l’appelait tendrement. « Une fille? » demandait l’adolescente. Entre plusieurs soupirs intermittents, la brunette arriva à glisser quelques mots en plus : « … Laissez-moi la voir s’il te plait… » Sa mère s’approcha alors lentement, veillant à ne pas brusquer le nouveau-né. La compassion était admirable sur son visage. Elle respirait la bonté et cela se voyait, même Narcissa arrivait à discerner cet altruisme malgré ses forces épuisées. La vieille femme répondit donc à l’appelle de détresse de sa fille à elle et s’approcha davantage pour lui tendre le bébé, cette fille née hors des liens de mariage, mais qui ne demeure pas moins la fille de Narcissa.

Cependant, sans même que Narcissa puisse voir le doux visage du nouveau né, le seul homme dans la salle s’écrit : « Femme, ne faîtes pas ça! Que fais-tu?! Miséricorde, qu’est-ce qui se passe dans ta tête? ». Narcissa n’était pas dupe. Elle comprenait ce qui se passe, elle savait quels avaient été ses pêchés, et quelles en étaient les conséquences, mais elle savait aussi qu’elle était, malgré ce vice impardonnable, la fille de cet homme, la tendre Narcissa à Papa, et dans un dernier soupir, elle lui demanda une dernière faveur : « Père, laissez-moi la tenir dans mes bras une fois…juste une fois… Mère, s’il vous plait, au moins juste une fois… rien qu’une fois … S’il vous plait, mère… » Supplia-t-elle alors que ses yeux toujours aussi imbibés de larmes semblaient implorer le pardon de son père. « Oublie! » lui dit sèchement son père. « Tu as déshonoré cette famille, Narcissa! » finit-il alors qu’il emmenait cet enfant avec lui, un enfant qui criait de désespoir, qui ne voulait qu’être bercé par sa mère. « Père, je vous en prie! » cria la nouvelle mère, à la fois apeurée de son sort, mais encore plus du sort de cet enfant, et surtout accablée. Sa mère semblait toute aussi déboussolée, comprenant la souffrance que traversait sa tendre fille. « Non, père, non! S’il vous plait, je vous en supplie! » Poursuivit-elle en s’élançant du lit, tentant péniblement de rattraper son père, mais elle n’avait aucune force ; ses jambes lâchèrent sous son poids. « Narcissa, non. C’est le mieux que tu puisses lui offrir. C’est la meilleure solution. Je t’en prie, écoutes-moi, Narcissa. Oublie-la. Cesse! » Tenta de lui faire comprendre sa mère. Narcissa attrapa ainsi les épaules, puis le cou de sa compatissante génitrice et l’enlaça, à la recherche d’une consolation quelconque, de ce réconfort qu’elle arrivait normalement à trouver dans ses bras... Mais rien. Elle avait appris à aimer cet enfant qu’elle avait tant détesté au début de sa grossesse et à présent pas même sa mère ne pouvait la réconforter de ces maux. « Non, mère…s’il vous plait… » Continua-t-elle de lamenter, les larmes plus ruisselantes que jamais, la voix de plus en plus  éreintée. « Laisses-la partir, Narcissa, laisses-la partir! » hurla sa mère. Dans un dernier sanglot, la brunette ne cessa toujours pas et tenta sa chance une dernière fois : « S’il vous plait, mère… » Mais doucement la dure réalité la frappa de  plein fouet. Sa fille était déjà partie depuis longtemps et il n’y avait rien qu’elle puisse faire…
* * *
Toutefois le sort réservé à sa fille fût bien plus doux que celui qu’on avait réservé à la belle et jeune Narcissa. En moins d’une journée, la pauvre adolescente fût bannie de sa famille, déshéritée et envoyée à l’autre bout du pays. Elle ne retint qu’une seule morale à cette histoire ; elle ne pouvait plus se permettre d’être faible. Parce que c’est cette faiblesse qui avait fait d’elle une épave victime d’un amour insensé, ce fût aussi cette faiblesse qui était derrière cette grossesse, mais surtout, c’était la raison pourquoi elle n’avait pas réussi à se battre pour sa fille. Affaiblie, épuisée et éreintée jusqu’à la moelle, elle n’avait pas pu prendre ce qui lui appartenait de nature et plus jamais, se disait-elle, plus jamais elle ne laisserait une telle chose arriver une deuxième fois. Elle se battrait et ferait tout pour obtenir ce qu’elle veut, ce qu’elle jugeait lui appartenir et ce fût probablement ces douces pensées qui lui permirent de survivre. Son prénom changé, elle était à présent Cordelia, ne serait-ce plus que l’ombre de ce qu’elle avait jadis été, et surtout loin d’être la même jeune demoiselle. Cordelia était une nouvelle facette de sa personnalité, elle se servit de cette dernière pour créer une forteresse autour d’elle avant que celle-ci ne devienne une entité au sein de la sorcière. Narcissa n’était alors plus qu’un amer souvenir, et Cordelia était son futur.


GREAT BRITAIN, 1294.
« i was doing what i had to do to survive »

Mensonges après mensonges, combines et manigances suivant d’autres, c’est ainsi que Cordelia  arriva à vivre. Enfin, c’était encore naïf de sa part de penser de la sorte…Car, elle ne vivait pas réellement. Elle survivait tout juste. Et Dieu sait qu’elle était loin de se douter de ce que son futur lui réservait.

Dans un monde où les débordements de cruauté ne se font pas prier, Cordelia eût donc à se souiller les mains et à opter parfois pour bien plus que du mensonge pour demeurer. Négligeant la demoiselle qu’elle fût jadis, cette naïve jeune adolescente qui était tombée éperdument en amour avec le stéréotype flagrant du mauvais garçon, cette histoire recyclée du bien et du mal, des opposés qui s’attirent, était à présent devenue une toute autre femme. Une femme dont le seul mot de prédilection était : « survie ».

Survivre, c’était tout ce qui comptait à ses yeux, car jamais n’avait-elle eu l’impression d’avoir eu une vie et elle espérait que ce moment arriverait un jour, ce moment où elle pourrait enfin exaucer ses rêves et ses envies, ce moment où elle pourrait enfin s’épanouir. Alors, en attendant, elle survivait. Se battant véhément comme elle se l’était promis après avoir été aussi faible auparavant. Amère, fougueuse et insolente, voilà ce qu’elle devenue, mais c’est aussi ce qui lui permit de survivre. Cordelia se sentit rapidement puissante, voire peut-être même invincible. Son égo ayant pris des dimensions démesurées après avoir séduit princes, ducs, paysans, après avoir balafré familles et mariages, après avoir volé ce qu’elle jugeait lui appartenir, après avoir écrasé ce qu’elle n’estimait pas, après avoir transformé des vies et pourri celles d’innocentes personnes –  plus que des dommages collatéraux de cette survie qu’elle supputait tant.

Cela dit, cette invincibilité, cette invulnérabilité qu’elle s’attribuait se révéla être qu’un âpre mensonge éphémère. Si la magie noire avait eu ses sommets, elle en rencontrait à présent la chute. Paysans, bourgeoisies, chevaliers, femmes, tous voulurent sa tête sur un pic. Elle avait déclenché un ouragan qui l’emmenait à présent avec elle et elle en payait les terribles conséquences. Mais il fût impossible pour elle de survivre plus longtemps. Elle n’avait nulle part où aller et une foule de gens l’attendaient dehors pour mettre fin à sa vie. Mais pour qui se croyaient-ils? Pensaient-ils vraiment qu’elle allait leur donner ce plaisir? C’est donc avec ce raisonnement qu’elle se donna elle-même la mort, croyant fermement en l’idée d’une après-vie.

Quelle naïveté. Que ce soit à ses yeux, aujourd’hui, ou aux yeux des Dieux de l’époque. D’ailleurs, ces derniers n’eurent pas pitié d’elle, non, jamais n’avaient-ils eu pitié de qui que ce soit. Les raisons derrière ses actes n’importaient pas, que ce soit aux Dieux, à ses victimes, à qui que ce soit ; personne n’arrivait à comprendre ce qui l’avait poussé à agir ainsi. Et puis, qu’en avaient-ils à foutre de cette pauvre femme de petite vertu qui s’était laissée aller à ses pêchés les plus vicieux et immoraux, qui avait été abandonnée et bannie par ce qu’elle avait toujours eu de plus chère – sa famille – et qui a été jetée comme une vieille ordure dans un nouvel environnement où elle dût apprendre à s’adapter, à s’oublier elle-même et à devenir quelqu’un d’autre pour survivre. Qu’en avaient-ils à foutre? Rien. Absolument rien. Et son sort fût encore plus ironique puisqu’elle fut jetée encore une fois dans un tout autre environnement, Darkness Falls. Son après-vie avait soudainement un certain goût salée.


DARKNESS FALLS.
« havent   i   {suffered}   enough?»

Plus de sept siècles passa-t-elle dans cet Enfer sur « Terre ». C’était là l’ironie de la chose. Aux premiers abords, c’était toujours la Terre, mais au second coup d’œil, on y reconnaissait l’Enfer, défiant toutes les descriptions ayant jadis été révélées, pour offrir quelque chose de cent fois plus horripilant et angoissant. Au fil des siècles, les humains devinrent d’abord qu’un sombre souvenir, puis presque une irréalité, un mensonge. Est-ce vraiment étonnant lorsqu’une des seules choses qu’elle pût côtoyer dans cet univers, ce fût des zombies, des monstres en tout genre.

Bien heureusement pour elle, il y trouva aussi des sorciers comme elle, bien moins nombreux et en voix d’extinction semblait-il. Et la notion de survie prit rapidement des dimensions encore plus gigantesques qu’avant pour la brunette. Si elle avait jadis eut à se salir un peu pour rasséréner certains de ses caprices, c’était à présent devenue une nécessité, un besoin continuel, une lutte ne cessa jamais. Alliances, trahisons, survie, morts, humanité, sang, peur, agonie... Tant de mots pour décrire son expérience dans cet Enfer.

Mais elle ne s’arrêta pas. Oh, ça non. Car si l’espoir n’existait pas là où elle et les autres de son genre avaient été envoyés, l’instinct de survie, lui, était plus démesuré que jamais dans un monde comme celui-ci. Survivre était devenu un besoin naturel, celui qui semblait avoir remplacé celui de se nourrir. Fuir, quant à ce geste, était devenu un réflexe. Trahir, une habitude, mais surtout une arme sans égales. Cordelia ne vivait à présent plus que pour elle et pour elle seule. Égoïsme, sournoiserie, malhonnêteté et déshonneur et elle ne faisait  plus qu’un. Paranoïaque, peut-être même un peu démente, même son ombre l’effrayait durant les longues nuits à Darkness Falls. Cela dit, ce n’était pas sans raisons. Les horreurs qui prenaient vie là-bas étaient bien plus effrayantes que le pire de vos cauchemars. Malheureusement pour elle, elle n’était pas plus effrayantes que la mort, la vraie, l’éternelle. Ce n’était peut-être pas une vie qu’elle vivait – et comment elle était loin de ce qu’elle rêvait au 13e siècle encore – mais au moins, elle savait qu’elle se battait pour sa vie et c’était tout ce qui l’importait.


NEW YORK, 2012.
« why should I apologize
for being so heartless?
no one ever apologized
for making me this way »

Mars 2012. Une date à se rappeler. Malheureusement, Cordelia ne pouvait pas demeurer plus blasée à l’égard de celle-ci. Étrange étant donné que ce fût le jour où elle pût enfin sortir de Darkness Falls et rejoindre le commun des mortels à nouveau, mais la brunette n’agissait à présent plus que dans l’indifférence. Ou ce n’était peut-être seulement ce qu’elle avait décidé laisser paraître. Car, à présent que Cordelia avait retrouvée sa liberté, celle-ci semblait avoir autant de valeur que sa propre vie – après tout, les deux étaient intimement reliées. Elle ne pouvait pas réellement vivre sans être libre et elle ne pouvait pas se considérer libre tant qu’elle ne vivait pas. Et après avoir réalisé qu’elle avait passé plus de sept siècles à vivre et revivre constamment le même Enfer, cet éternel cauchemar qui se révéla être éphémère à son plus grand bonheur, Cordelia avait décidé qu’elle allait enfin vivre. Loin d’avoir les mêmes rêves intentions, rêves ou fantasmes que jadis, Darkness Falls l’ayant changé à jamais, elle allait enfin prendre ce qui lui appartenait.

C’est ainsi que New York, d’abord, puis ensuite la Nouvelle-Orléans, fût la nouvelle terre d’origine de cette cruelle femme qui n’hésita pas à tordre, à jouer avec, à détruire tout ce qui trouvait sur son chemin si cela pouvait lui permettre d’arriver à ses fins. Différente de cette jeune adolescente du 13e siècle qu’on surnommait Narcissa, Cordelia était devenue toute un spécimen à elle seule. Continuellement en fuite ou en cavale, un mensonge au bout des lèvres et une manigance quelconque quelque part dans la tête, elle ne sait plus vraiment qui elle est réellement ou ce qu’elle fût jadis. Tellement perdue de sa personne que si vous lui demandiez du blanc et du noir, quelle est sa couleur préférée, elle vous répondrait "gris" ; évitant toujours les questions, ne répondant jamais sincèrement et tournant sans cesse autour du pot, la brunette n’est plus que l’ombre de ce qu’elle avait été jadis, plus qu’un triste mensonge sur pattes. Des pattes à talons hauts, cela dit.





›› Deuxième partie ; le test RP


Sujet 2:
 

Deux sons distincts vibraient dans les rues de la Nouvelle Orléans: celui des talons aiguille de la jeune demoiselle se claquant contre le sol brûlant des rues à une cadence parfaitement rythmée, voir presque harmonieuse et les notes de musiques incessantes qui sortent des bars formant un brouhaha complètement inconvenant. Pressée – peut-être même un tendrement irritée – ses bras croisés férocement sous sa poitrine qu’elle avait dévoilée à l’aide d’un élégant décolleté, elle déambulait quelques rues rapidement et discrètement. On ne savait plus qui vous suivait de ces jours, c’est ce qui la poussait parfois à prendre des chemins incongrus pour se rendre chez elle. Enfin, ‘chez elle’. Entendez l’endroit qu’elle squatte temporairement. La température prenant une toute autre tournure en cette fin d’après-midi, les cheveux caféinés de la sorcière semblait s’humidifier tendrement, ce dont elle avait horreur. Les gens goupillaient dans les rues et passer à travers une seule rue devenait presque un fardeau. Bousculant sans l’once d’une honte les gens, ses soupirs exaspérés se faisaient entendre de plus en plus, et elle n’osait même pas détacher ses lèvres l’une de l’autre. Elle maltraitait d’ailleurs ces dernières en les mettant dans toutes les positions possibles, tentant du mieux qu’elle pouvait de garder son sang froid.

Un sifflement s’ajouta à ce clapotis de sons, entre ces talons hauts fouettant sauvagement le sol, la musique dégueulasse des imbéciles qu’on engageait au cabaret de Masquarade et nombreux autres bars quelconques et les soupirs incessants de la brunette. Blasée, elle n’y apporta aucune attention. Ce n’est que devant ‘sa demeure’ qu’elle entendit à nouveau siffler. Plus irritée que surprise, elle se retourna brusquement, faisant virevolter sa longue chevelure brune. Certains décrivait cette chevelure comme une mer sombre aux vagues dégringolées et furieuses. Il fallait avouer que Cordelia avait fréquenté plusieurs poètes. Bref. Ils n’ont pas tord. La crinière de la demoiselle, luxueuse et épaisse, retomba le long de son dos avec une grâce indomptable et c’est là qu’elle aperçut deux ombres filler dans les ténèbres. Si en temps normal, elle en serait demeurée indifférente, disons que ces derniers jours, elle était un peu à bout de nerf, et sa paranoïa reprenait le dessus. Mieux valait vérifier.

La brunette fit quelques pas et aperçut ce que les autres auraient pu communément appelé ‘son voisin’ et ce dernier était en pleine crise de panique, semblerait-il. Elle arqua un sourcil, n’ayant pas encore entièrement saisi les raisons derrière tant d’agitation. Naturellement, elle le dévisagea quelques secondes avant de se retourner encore une fois et apercevoir un visage déjà un peu plus familier. Raison de plus qui prouvait qu’elle ne pouvait pas rester ici une journée de plus, trop de gens semblaient savoir où elle vivait à présent. « Ne fais pas l’idiote, Cordi. J’ai une arme et je n’hésiterais pas à m’en servir. Je ne sais pas à quoi tu penses, mais je crois sincèrement que tu devrais rebrousser chemin et me laisser moi et mon pote déguerpir en paix. Tu ne voudrais pas te mettre dans le pétrin, n’est-ce pas? Allez, ma belle, t’es pas bêt– » « Qui aurait cru que tu apprécierais autant le son de ta voix? » dit-elle dans un soupir  teinté d’un sarcasme poignant. Sa main placée contre son front dans l’espoir vain de faire dissimuler le mal de tête que lui donnait son interlocuteur. Il serra les dents ; il avait toujours été grinchu. « S’il te plait, ne t’arrêtes pas tout de suite. Tu étais si bien parti. » Dit-elle en mimant un faux air de bonasse insouciante, mais un sourire narquois qui se dessina lentement sur ses lèvres vint la trahir. « Qu’est-ce que tu veux hein?! Tu vas essayer de nous arrêter, c’est ça? On est potes, merde! » Cordelia arqua un sourcil et dévisagea le jeune homme suite à ses derniers mots. 'Potes' ? Cette naïveté doublée de cette stupidité presque vexante aurait pu lui soutirer un semblant de sourire moqueur, mais à vrai dire, tout ce qu'elle pouvait ressentir à ce moment, c'était du dédain. Pathétique. Comment avait-elle pu s'associer à lui? Croisant les bras sous sa poitrine, elle commença à s’avancer un peu. Sa démarche, digne d’une féline, pire encore d’une prédatrice, résonnait dans une totale synchronisation avec sa personnalité et sa façon de penser et d’agir. Féminine, mystérieuse, lente, élancée, fluide, sa démarche en mystifiait plus d’un. Elle n’annonçait tout et à la fois rien de bon. Une fois un peu plus proche de cette ‘connaissance’, elle laissa filer d’un timbre de voix désintéressé, mais quand même teinté d’une certaine espièglerie : « C’est ironique, tu sais, car à t’entendre à parler, on pourrait presque croire que tu penses que j’en ai quelque chose à foutre de toi. Presque. » Le jeune homme baissa les yeux au sol, avant déposer à nouveau son regard sur la brunette, la tête acquiesçant frénétiquement, comme s’il essayait de se convaincre lui-même. « C’est quoi ton problème? À quoi tu joues, hein? »

Jouer. Ce simple verbe lui caressait les oreilles comme des notes de musique, comme une mélodie chaude et sensuelle. Elle haussa les épaules dans une indifférence candide, et elle susurra de son timbre de voix toujours aussi suave : « Je jouerais bien avec toi… » Elle prit une pause et le regarda droit dans les yeux, avant de se retourner, sans oublier de lancer un regard sournois à son acolyte. « Malheureusement, tu frôle le ridicule comme personne. De quoi couper toute envie, crois-moi. » Dit-elle en roulant les yeux et faisant demi-tour. « T’as finis de me rabaisser conasse?! » Ce dernier mot apporta un fin sourire aux lèvres minutieusement maquillée de la prédatrice. Les gens avaient perdu leur classe. Ce n’était pas pour autant pour lui déplaire. Elle aimait bien cette vulgarité sans égale de cette époque. « Mais je ne t’ai jamais obligé à rester et m’écouter, John. Je t’en prie, dégages. » Dit-elle dans une fougue qui lui était propre, avec cette attitude détestable à souhait. « Tu vas me laisser partir comme ça, alors? Tu ne vas rien faire pour ton voisin? » Cette interrogation lui soutira un léger rire moqueur, une sorte de pouffement malicieux. « S’il y a bien quelqu’un d’autre d’aussi pathétique que toi, c’est bien lui. » Elle roula à nouveau les yeux. Certes, c’était sa curiosité – ou plutôt sa paranoïa – qui l’avait entraîné dans cette situation, mais à présent, elle n’y trouvait plus aucun intérêt. Un soupire s’échappa de cette bouche sensuelle et sa posture démontrait une désinvolture et une indifférence impardonnable. « Tu m’excuseras, mais tout ça, c’est très ennuyant et j'ai mieux à faire. » Et aussi rapidement qu’elle était apparu, Cordelia disparut dans les ténèbres des ruelles, ne faisant même pas le minime effort de jeter un regard sur son voisin toujours aussi anxieux. C’était décidé, elle déguerpirait ce soir.




›› Troisième partie ; derrière l'écran




› Pseudo et/ou prénom  : poupée morose
› Présence sur le forum  : 7/7
› Votre avis sur le forum? (design, contexte, etc) : Ce qui m'a attirée au départ, c'est le très beau design, je ne vous mentirais pas. J'aime bien les univers de science-fiction, donc j'ai aussi accroché au contexte apocalyptique. Du bon boulot, en résumé.
› Commentaires, suggestions?  : Non, tout est parfait. **
› Avez-vous lu le règlement? : Oui, je vous le promets! Aucun code n'a été trouvé, cela dit...





_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.


Dernière édition par Cordelia N. Hopkins le Lun 7 Nov - 20:41, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 8378
↳ Points : 337
↳ Date d'inscription : 31/08/2013
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jonathan Rhys-Meyers
↳ Age du Personnage : 37 ans d'apparence, 177 ans en réalité
↳ Métier : Mafieux influent, fondateur de la Nemesis
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
THE ROLLING STONES - satisfaction | PUSCIFER - the undertaker | 30 STM - the kill | PAPA ROACH - getting away with murder | DEPECHE MODE - wrong | LINKIN PARK - castle of glass | IMAGINE DRAGONS - shots | THE KILLERS - shot at the night | HURTS - somebody to die for | BLACK LAB - this night

↳ Citation : « Nous sommes tous frères sous la peau, et j'aimerais écorcher l'humanité pour le prouver. »
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : Navajowhite



Feuille de perso
↳ Copyright: Cyrine & Pathos & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:04

Bienvenuuuuuue   
Je te souhaite bon courage pour la rédaction de ta fichette  Je suis très curieuse de la lire, et de découvrir ton groupe notamment  
Ah et Cordelia ça me rappelle un personnage que j'aimais bien dans Buffy tiens, bon choix  

_________________
I've got blood on my name
There's a reckoning a'comin. And it burns beyond the grave. With lead inside my belly. Cause my soul has lost its way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t876-kyran-chaos-isn-t

Féminin
↳ Nombre de messages : 5152
↳ Points : 113
↳ Date d'inscription : 03/09/2013
↳ Age : 26
↳ Avatar : Ben Whishaw
↳ Age du Personnage : 31 ans
↳ Métier : Médecin Légiste & Hacker
↳ Opinion Politique : Contre le Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 1
↳ Playlist :
SAEZ - A bout de souffle ♭ MCR - Famous last words ♭ ADELE - Skyfall ♭ THE KILLERS - Human ♭ ALEX HEPBURN - Reckless ♭ STONE SOUR - Tired ♭ SLIPKNOT - Dead Memories, Before I Forget, Snuff ♭ IMAGINE DRAGONS - Monster ♭

↳ Citation : « Je suis un trucage humain qui aspire à devenir un homme sans trucages. »
↳ Multicomptes : Stain E. Greyjoy & Regan Faulkner
↳ Couleur RP : #b68656



Feuille de perso
↳ Copyright: Cryingshame
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:07

Bienvenuee  
Je te souhaite bon courge pour la rédaction de ta fiche, et j'ai hâte d'en savoir plus sur ton perso  J'espère que tu te plairas dans notre joli petit monde  

_________________

Do I have to run and hide ?

I get the feeling just because. Everything I touch isn't dark enough. If this problem lies in me. I'm only a man with a chamber who's got me. I'm taking a stand to escape what's inside me. I'm turning to a monster. And it keeps getting stronger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t885-aleksi-hold-your-

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:08

Bienvenue, chérie.  

Bon courage pour la rédaction de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:14

Kyran > et tu sembles avoir trouvé ma source d'inspiration! What a Face  Le prénom vient en effet de Cordelia de Buffy (et Angel, enfin). Le personnage sera très différent, cela dit. (Quoique jouer un personnage similaire à Cordelia des premières saisons de Buffy serait trop bien  )

Aleksi > Merci, c'est gentil. I love you

Misha > Merci jeune homme.  

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:21

J'ai direct penser à Buffy aussi.
En tout cas bienvenuuue ma jolie. I love you Ton kit est magnifique.
Bon courage pour ta fichette !
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:31

Dîtes, c'est grave si je fais de ma Cordelia une nightkeeper? Non seulement le groupe est-il déjà très rempli, j'ai aussi remarqué qu'il n'y avait pratiquement que des demoiselles, donc je comprendrais s'il y avait un problème. ^^'

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 8378
↳ Points : 337
↳ Date d'inscription : 31/08/2013
↳ Age : 25
↳ Avatar : Jonathan Rhys-Meyers
↳ Age du Personnage : 37 ans d'apparence, 177 ans en réalité
↳ Métier : Mafieux influent, fondateur de la Nemesis
↳ Opinion Politique : Anti-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 3
↳ Playlist :
THE ROLLING STONES - satisfaction | PUSCIFER - the undertaker | 30 STM - the kill | PAPA ROACH - getting away with murder | DEPECHE MODE - wrong | LINKIN PARK - castle of glass | IMAGINE DRAGONS - shots | THE KILLERS - shot at the night | HURTS - somebody to die for | BLACK LAB - this night

↳ Citation : « Nous sommes tous frères sous la peau, et j'aimerais écorcher l'humanité pour le prouver. »
↳ Multicomptes : Nymeria C. Grimes & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : Navajowhite



Feuille de perso
↳ Copyright: Cyrine & Pathos & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:36

Elle gérait la fougère faut dire Cordelia

Le groupe est ouvert donc tu peux vouip, même si c'est vrai qu'il est en gros surplus de femmes... Mais si un autre groupe te tente c'est sûr que ce serait encore mieux, même pour toi c'est plus facile de trouver des liens originaux quand on opte pour un groupe moins peuplé je trouve  Les Daybreakers sont d'anciens Nightkeepers pour la plupart d'ailleurs ^^
Après si ce groupe est le seul qui t'inspire vraiment, il n'y a pas de problème

_________________
I've got blood on my name
There's a reckoning a'comin. And it burns beyond the grave. With lead inside my belly. Cause my soul has lost its way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t876-kyran-chaos-isn-t

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:45

Kyran > Mais trop, j'avais envie de taper tous ceux qui ne l'aimaient pas parce qu'elle n'avait pas la carrure d'une Buffy (forte itou) ou celle de Willow (la gentille nana que tout le monde aime), Cordelia c'était la vie.  

Oui j'ai essayé de voir si je pouvais toujours faire ce que j'avais en tête avec un autre groupe, et il y a décidément que les Day&Nightbreakers qui correspondent. Cela dit, l'aspect un peu 'cauchemardesque', 'mort-vivant' des Daybreakers ne correspondent pas réellement à ce que j'avais en tête, donc j'hésite. Je crois vraiment opter pour les 'night'...

Aurora > j'ai oublié de te remercier pour mon kit, merci.

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Féminin
↳ Nombre de messages : 15021
↳ Points : 1220
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 25
↳ Avatar : Eva Green
↳ Age du Personnage : 31 ans, âme de 779 ans
↳ Métier : Chirurgienne
↳ Opinion Politique : Pro-Gouvernement
↳ Niveau de Compétences : 2
↳ Playlist :
MUSE - dead inside | THRIVING IVORY - flowers for a ghost | PLACEBO - battle for the sun | HURTS - stay | THE KILLERS - human | BON JOVI - we weren't born to follow | EPICA - the phantom agony | ADELE - turning tables | SWITCHFOOT - thrive | TIRED PONY - get on the road | THE CIVIL WARS - poison & wine

↳ Citation : « L'enfer c'est moi. Ce sang qui inonde mes veines, cette chair qui harnache mon squelette, cette cervelle qui s'embrouille. Ces pulsions, désirs impérieux, douloureux, qui commandent mes actes. »
↳ Multicomptes : Kyran R. Hogan & Rhys Steinsson
↳ Couleur RP : mediumseagreen



Feuille de perso
↳ Copyright: Lux Aeterna & Tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Jeu 24 Oct - 22:53

Voui c'est clair  Je n'aimais pas énormément Buffy justement (pourtant j'adore SMG en revanche mais le personnage en lui-même je ne sais pas, ça ne passait pas)

Après pour les Daybreakers tu n'es pas forcément d'utiliser forcément cet aspect-là, tu peux te concentrer sur les autres facultés et reléguer en dernier plan la faculté de créer des morts-vivants =) Je sais que ça saute aux yeux en lisant les caractéristiques du groupe mais au final ce n'est pas le plus important après leur transformation :piraterro: : 

_________________

Between Iron And Silver
Twisting and turning, unable to sleep. Will the voices ever stop? My thoughts speak louder the more I resist. And they're driving me insane. Do they ever go? Inside. I'm a danger to myself. I'm a prisoner of my own hell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://consign-to-oblivion.forumactif.com/t2274-nymeria-dead-ins

Féminin
↳ Nombre de messages : 8545
↳ Points : 830
↳ Date d'inscription : 27/08/2012
↳ Age : 27
↳ Avatar : Pierre Niney
↳ Age du Personnage : 26 ans
↳ Métier : Revendeur d'art pour la Menrva
↳ Opinion Politique : Résistant extrémiste
↳ Playlist : 30 STM ♪ Hurricane / 30 STM ♪ Alibi / Keane ♪ She Has No Time / Red Hot Chili Peppers ♪ Dark Necessities / Muse ♪ Blackout / Muse ♪ Uno
↳ Citation : "La passion est une obsession positive. L'obsession est une passion négative"
↳ Multicomptes : Non
↳ Couleur RP : #c69f4a



Feuille de perso
↳ Copyright: Astoria & tumblr
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Ven 25 Oct - 1:06

Bienvenuuue une fan de Buffy ? Je te nem en tout cas bon courage pour ta fiche, si tu as des questions n'hésite pas j'aime beaucoup ta signature au passage =)

_________________
    burn let it all burn
    There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames. No matter how many breaths that you took you still couldn't breath. No matter how many nights that you'd lie, wide awake to the sound of poison rain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Ven 25 Oct - 1:32

Cora > Ah j'aimais bien Buffy (le personnage), mais Cordelia c'était un tout autre niveau.  
Certes, il y a tout un tas d'aspect des Daybreakers qui ne correspondent pas trop à l'idée dont je me faisais de ma Cordi', donc je vais devoir vraiment passer sur l'occasion. ^^

Azzura > Oui, j'adore Buffy (et parallèlement Angel, même si c'était cent fois plus déprimant  ).
Merci beaucoup et oui je n'hésiterais pas.  

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Ven 25 Oct - 1:57

Cette histoire d'accouchement me fait terriblement penser à celle de Katherine Pierce dans The Vampire Diaries. N'y-a-t-il pas là une source d'inspiration ?  

Très bon début en tout cas.  
Revenir en haut Aller en bas

Féminin
↳ Nombre de messages : 4620
↳ Points : 6573
↳ Date d'inscription : 24/10/2013
↳ Age : 27
↳ Avatar : + nina dobrev.
↳ Age du Personnage : + 26 yo - 743 yo.
↳ Métier : + fauche les hommes de la classe moyenne qui foulent le même sol qu'elle, sans honte.
↳ Opinion Politique : + le gouvernement, comme la Résistance, sont une bande d'écervellés mal baisés, rien de plus, rien de moins.
↳ Niveau de Compétences : + niv. 4 HBIC
↳ Playlist : ELLE KING, ex's & oh's + GIN WIGMORE, kill of the night + MUSE, undiclosed desires + ELLIE GOULDING, don't need nobody + BAND OF SKULLS, i know what i am + FLORENCE, seven devils + HONOR SOCIETY, here comes trouble + THE PRETTY RECKLESS, kill me + LYKKE LI, get some + GHINZU, high voltage queen + THE SATURDAYS, turn myself in + DAVID GRAY, the other side + ARIANA GRANDE, thinking about you.
↳ Citation : + « don't let her smile fool you, don't let her eyes confuse you ... red lips always lie. »
↳ Multicomptes : + unique compte.
↳ Couleur RP : + rosybrown



Feuille de perso
↳ Copyright: (c) poupée morose + tumblr, etc.
↳ Disponible pour un topic?: Non =(
↳ Liens du Personnage
:



MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Ven 25 Oct - 2:43

Misha > c'est le cas, oui!  Je trouve que ça collait parfaitement étant donné les époques similaires et ça me permet surtout de donner un peu plus de saveur au passé de ma petite Cordelia.  

Merci.  

_________________
     

narcissa ⊹ she will try to run to the ends of the world; let her go. it will take her years of feeling the earth beneath her feet, dark water lashing her face, blood under her fingernails, to realise that nothing is chasing her and that you have not followed. she will return and kiss you, triumphant, exultant, restless and her lips will feel like a thousand little knives pressing into your skin: the knowledge that she will not stay, she cannot stay, not even for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: « better you die than i » ㄨ cordelia    Ven 25 Oct - 3:03

Je m'en doutais, c'est une très belle histoire que tu es en train de nous modeler là. 

Oui, je suis tombé sous le charme de Nina Dobrev, je ne peux faire que des compliments.  
Revenir en haut Aller en bas
 

« better you die than i » ㄨ cordelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» « eyes on fire » ㄨ cordelia&connor
» « the devil wears prada » ㄨ cordelia&connor
» « killer queens » ㄨ cordelia&lilya
» « taste of a poison paradise » ㄨ liam&cordelia
» « little white lies » ㄨ nolan&cordelia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONSIGN TO OBLIVION .} :: The Second Chapter :: Life For Rent :: Welcome Home-